139. Principes pour traiter les faux dirigeants et collaborateurs

(1) Les faux dirigeants et collaborateurs ayant une humanité médiocre, qui sont capables de faire le mal et n’acceptent pas du tout la vérité, doivent être remplacés, privés de leurs titres et éliminés ;

(2) Les faux dirigeants et collaborateurs qui ne peuvent pas effectuer un travail concret en raison de leur faible calibre doivent être remplacés et affectés à des tâches différentes ;

(3) Les faux dirigeants et collaborateurs qui ont une humanité relativement bonne, mais qui ne poursuivent pas la vérité, ne possèdent pas l’œuvre du Saint-Esprit et ne peuvent pas effectuer un travail concret, doivent être remplacés et affectés à des tâches différentes ;

(4) Les faux dirigeants et collaborateurs ayant du calibre et étant aptes à effectuer un peu de travail concret, mais qui manquent d’expérience et ne peuvent pas résoudre de problèmes pratiques, peuvent cependant être cultivés pour être utilisés.

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Les faux dirigeants et les faux ouvriers sont les dirigeants et les ouvriers qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit. Qu’ils aient été choisis par les dirigeants à différents niveaux ou par l’Église, sans l’œuvre du Saint-Esprit, cela suffit à montrer que ce ne sont pas des gens qui cherchent la vérité. C’est là un fait indiscutable. Les élus de Dieu ont conscience que celui qui croit en Dieu sans chercher la vérité n’est pas reconnu par Dieu. Il est donc dépourvu de l’œuvre du Saint-Esprit. Les gens qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit sont ceux qui ne comprennent pas la vérité pour entrer dans la réalité, ceux qui ne peuvent pas être sauvés. C’est un grave problème, parce que ces dirigeants et ces ouvriers dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit sont des gens que Dieu ne reconnaît pas, que Dieu n’utilise pas du tout. C’est pourquoi on les appelle des faux dirigeants et des faux ouvriers. Ces faux dirigeants et ces faux ouvriers qui ne cherchent pas la vérité se révèlent tous à travers des circonstances, des postes, des réputations et des intérêts divers. Comme le dit la maxime : « Le temps est le meilleur juge des capacités et du caractère. » Ceux qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit ne sont jamais capables d’accomplir la tâche d’abreuver et de soutenir les élus de Dieu pour qu’ils entrent dans la réalité de la vérité. Ils ne peuvent jamais réaliser le travail consistant à communiquer la vérité pour résoudre le problème de la corruption de l’homme. Ils ne peuvent jamais exécuter les tâches requises par les modalités de travail définies par le supérieur. À l’issue d’une période prolongée, les élus de Dieu seront capables de les remarquer et de les discerner. Quand ils identifieront ces faux dirigeants et ces faux ouvriers qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit, il sera juste et raisonnable pour les élus de Dieu, et cela leur apparaîtra comme une évidence, de les écarter ou de leur assigner des fonctions différentes. Ce sera une bonne chose pour les élus de Dieu comme pour les faux dirigeants et les faux ouvriers, faute de quoi ils continueraient à mettre en péril les élus de Dieu. Par conséquent, remplacer tous les faux dirigeants et les faux ouvriers est tout à fait compatible avec le dessein de Dieu.

Parmi les faux dirigeants et les faux ouvriers qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit, il existe tout de même des différences du point de vue de l’importance des mauvaises actions et des qualités humaines, et il convient de ne pas les traiter de la même manière. Les faux dirigeants et les faux ouvriers sont incapables d’accomplir le travail concret qui doit être accompli par les dirigeants aux différents niveaux de l’Église, pour la simple raison qu’ils sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit. Cependant, leurs qualités humaines varient. Parmi les différents faux dirigeants et faux ouvriers, on distingue essentiellement trois catégories, et les élus de Dieu ne doivent pas les confondre. La première catégorie est constituée des personnes qui ont relativement plus de qualités humaines. Ce sont des gens qui ont commis moins de mauvaises actions et qui ont suscité moins de ressentiment de la part du public. Ils ne comprennent pas la vérité, car ils ne croient en Dieu que depuis peu de temps, ou bien il leur manque le soutien et l’aide de ceux qui comprennent la vérité. Ils n’ont pas emprunté le droit chemin de la foi en Dieu, ou bien ils sont incapables de chercher normalement la vérité, en raison de l’intrication et de la contrainte de certains problèmes. Les élus de Dieu doivent traiter avec amour les faux dirigeants et les faux ouvriers qui relèvent de cette catégorie et leur assurer davantage de soutien et d’aide, afin qu’il reste encore de l’espoir qu’ils cherchent la vérité et reçoivent le salut. Par conséquent, les faux dirigeants et les faux ouvriers dont les qualités humaines sont relativement appréciables ne doivent pas être abandonnés, sachant que de telles personnes peuvent être sauvées. La deuxième catégorie est celle des individus malhonnêtes et fourbes, égoïstes et méprisables qui n’ont pas beaucoup de qualités humaines, qui se livrent à des transgressions excessives, exercent de mauvaises influences, sont particulièrement enclins à chercher un statut et à convoiter les avantages d’un statut, et que la moindre perspective de statut, de bon vin, de bonne chère ou d’autres plaisirs suffit à corrompre. Ces individus ne s’occupent généralement pas de leurs propres affaires, bâclent leurs obligations et ne font pas un travail concret. Ils aiment camper sur leurs positions et donner des leçons aux autres. Ces gens-là ne font aucune place pour Dieu dans leur cœur, et ils n’ont aucun sens des responsabilités. À l’instar des officiels du grand dragon rouge, ils regardent le monde de haut, sont arrogants et sont sans loi. Ils ne cessent de commander et de réprimer impitoyablement les élus de Dieu, et ne tolèrent aucune résistance. Il n’y a chez eux aucun amour. Ils ne sont jamais compatissants et n’aident jamais les autres, sans parler de résoudre les difficultés pratiques des frères et des sœurs. Comme la police religieuse, ils sont indiscrets et importuns. Quel que soit le travail qu’ils effectuent, les frères et les sœurs ne reçoivent d’eux aucune édification de vie, et encore moins la communication de la vérité. Ces individus sont donc les faux dirigeants et ouvriers que Dieu déteste le plus. Il convient de les remplacer et de les isoler en vue d’une réflexion. S’ils manifestent une opposition et provoquent une perturbation, ils seront exclus. La troisième catégorie est celle des individus particulièrement arrogants et insensibles qui refusent d’obéir à quiconque, jusqu’à l’irrationalité. Ce sont vraiment des gens mauvais. Ils se livrent à toutes sortes de mauvaises actions, suscitent un ressentiment intense de la part du public et n’ont aucune crainte de Dieu dans leur cœur. Dès qu’ils ont un peu fière allure et un peu de talent, ils sont gonflés d’orgueil. Ils n’ont de respect pour personne, pas même pour Dieu. Dès qu’ils ont une situation et quelque pouvoir, ils veulent posséder les élus de Dieu, se comportant comme s’ils étaient les maîtres des élus de Dieu et traitant les élus de Dieu comme leur propriété privée. Ils font vainement concurrence à Dieu pour les élus de Dieu en gardant davantage des élus de Dieu sous leur contrôle. Il n’y a pas de place pour Dieu dans le cœur de ces personnes qui ne vénèrent jamais Dieu. Elles ne prient pas Dieu quand elles sont sujettes à des tribulations ou à l’affliction, et cherchent encore moins à ouvrir leur cœur à Dieu. Une fois qu’elles ont obtenu un statut, elles ont une haute estime d’elles-mêmes et deviennent autoritaires. Elles ne considèrent pas les modalités de travail définies par le supérieur comme des tâches qui leur incombent et ne se plient pas non plus à l’œuvre de Dieu. Ces gens mauvais se classent dans la catégorie de l’antéchrist. Ils jugent essentiel de donner des ordres et d’organiser des tâches administratives, comme s’ils avaient réalisé un travail admirable qui justifierait un traitement exceptionnel et une fête somptueuse. En réalité, aucun travail de fond n’a été accompli pour servir Dieu. Aucun travail concret pour aider réellement les élus de Dieu à entrer dans la vie n’a été réalisé. Aucun des problèmes rencontrés par les élus de Dieu sur la voie menant à la réalité de la vérité n’a été résolu. Ils n’ont pas résolu non plus le moindre problème concret pour permettre aux élus de Dieu d’entrer dans la vie ni pour amener les élus de Dieu à comprendre la moindre parcelle de la vérité. Il leur suffit d’avoir exécuté des tâches administratives comme donner des ordres, et les voilà tout fiers et se sentant supérieurs comme s’ils étaient des responsables méritants. Qu’ont-ils fait pour jouir de tels privilèges liés au statut ? Ils n’ont vraiment aucune honte ! Ces individus malfaisants ne prennent jamais au sérieux les modalités de travail définies par le supérieur. Quand ces modalités de travail ne leur paraissent pas favorables ou quand elles représentent une menace pour leur réputation et pour leur position, ils les refusent, les dénigrent, en nient la valeur et l’importance, incitent les autres à les rejeter, et affirment même que ces modalités de travail viennent de l’homme et non pas de Dieu. N’est-ce pas là une façon de s’opposer à Dieu ? N’est-ce pas une rhétorique visant à conserver leur réputation et leur position ? N’est-ce pas révélateur de leur nature d’antéchrist ? De tels individus refusent le jugement et le châtiment de Dieu. Ils n’acceptent pas non plus d’être émondés ni traités. En quoi font-ils l’expérience de l’œuvre de Dieu quand ils jouent ainsi les intouchables et rejettent absolument le reproche de la vérité ? Le chemin qu’empruntent ces gens malfaisants, c’est celui de l’antéchrist. Les dirigeants et les ouvriers qui ne peuvent pas prendre au sérieux les modalités de travail et les appliquer strictement peuvent être considérés comme mal intentionnés. Aucun d’entre eux ne se plie à l’œuvre de Dieu. Par conséquent, tout faux dirigeant et tout faux ouvrier qui jugent, déprécient ou refusent les modalités de travail doivent être remplacés et isolés en vue d’une réflexion. Si ces individus malfaisants continuent à exercer un pouvoir, les conséquences catastrophiques que cela entraînera pour les élus de Dieu seront inimaginables. Ces faux dirigeants et ces faux ouvriers doivent être exclus sans aucune hésitation, car ce sont les pires de tous les faux dirigeants et faux ouvriers.

Il convient d’opérer une stricte distinction entre les trois catégories de faux dirigeants et de faux ouvriers qui précèdent, et de les traiter différemment. La première catégorie est celle des personnes qui sont dotées de qualités humaines relativement appréciables. Ces personnes restent des frères et des sœurs et doivent être traitées avec compassion. Elles ne peuvent plus occuper des postes de direction, il convient donc de les réaffecter à des tâches subalternes ou autres. La deuxième catégorie comprend des individus qui n’ont pas beaucoup de qualités humaines et qui doivent être remplacés et isolés en vue d’une réflexion. Ils peuvent être autorisés à accomplir leurs devoirs en diffusant l’Évangile, comme possibilité de repentance. La troisième catégorie est constituée de ces individus mauvais qui sont particulièrement arrogants et butés. Ils veulent toujours contrôler les élus de Dieu. Ce sont des gens vicieux dont la nature est celle de l’antéchrist. S’ils ne se sont pas mis à bâtir un royaume indépendant, c’est parce qu’ils n’en ont pas eu la possibilité. Étant donné l’essence de leur nature inhérente, ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne se mettent à bâtir un royaume indépendant. Par conséquent, ces individus pervers, arrogants et éminemment provocants doivent être remplacés et isolés en vue d’une réflexion. Ils peuvent être autorisés à prêcher l’Évangile uniquement s’ils sont disposés à accomplir leurs devoirs, compte tenu de tout le mal et de tous les dégâts qu’ils ont causés sans réaliser aucun travail concret. Il faut qu’ils prêchent l’Évangile, c’est pour eux le devoir le plus approprié pour compenser leurs transgressions. S’ils n’accomplissent pas du tout leur devoir, alors l’Église peut les exclure.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Certains faux dirigeants et ouvriers n’ont pas une mauvaise humanité. Simplement, en raison de leur tempérament corrompu, et parce qu’ils ne comprennent pas la vérité, lorsqu’ils rencontrent un problème, ils ont tendance à suivre les autres, à faire ce que font les autres, et ils pensent qu’en agissant de la sorte, ils ne font rien de mal — avec pour conséquence que leur prise de conscience n’a lieu qu’une fois qu’ils sont exposés, émondés et traités par le supérieur. Seulement alors réalisent-ils que leur comportement est mauvais, et en contradiction avec les principes de la vérité. Si ces gens sont capables d’accepter la vérité, s’ils peuvent réfléchir sur eux-mêmes en lien avec les modalités du travail, avec les sermons et les échanges, s’ils peuvent reconnaître qu’ils n’assument pas les responsabilités des dirigeants et des ouvriers de l’Église, et qu’ils sont en fait poussés par les forces de Satan à agir imprudemment et à commettre le mal, et qu’ils peuvent trouver un chemin pour pratiquer et changer dans les paroles de Dieu, en parvenant à comprendre les vérités des paroles de Dieu, alors c’est un progrès. Comment la maison de Dieu devrait-elle traiter ces faux dirigeants et ouvriers ? S’il s’agit vraiment de gens en quête de vérité, alors ils peuvent rester. S’ils méritent d’être cultivés, alors on peut continuer de les cultiver. Mais s’ils sont de trop faible calibre, s’ils ne se connaissent toujours pas eux-mêmes, qu’ils n’ont rien gagné et ne se repentent de rien, alors il faut les éliminer. Un tel traitement des gens est juste et raisonnable. La volonté de Dieu et le principe de Son œuvre sont de sauver l’homme autant que possible. Les actions de la maison de Dieu doivent être justes et ancrées dans la réalité, ce qui est entièrement en accord avec la volonté et les paroles de Dieu. À l’heure actuelle, certains ne veulent pas renoncer aux problèmes qui concernent les dirigeants et les ouvriers. Ils les exposent une première fois, puis, après un certain temps, ils les donnent en exemple pour les exposer de nouveau. Cela ne revient-il pas à essayer de fomenter un mouvement et à se montrer dur envers les gens ? Vous avez exposé le problème qui se trouve en eux, ils se sont repentis et ils l’ont reconnu, alors pourquoi n’arrivez-vous pas à y renoncer ? Cette personne est-elle en quête de vérité ? Est-ce la bonne façon de traiter les dirigeants et les ouvriers ? Les modalités du travail comprennent des principes clairs sur la façon de traiter les dirigeants et les ouvriers à tous niveaux, en particulier les faux dirigeants et les faux ouvriers. Ils devraient par conséquent être traités selon les modalités du travail : ceux qui se repentent et cherchent réellement la vérité peuvent rester ; pour ceux qui se connaissent vraiment eux-mêmes et qui se repentent, mais qui sont incapables de faire un véritable travail parce qu’ils sont de trop faible calibre, il faut prévoir d’autres tâches ; ceux qui sont maléfiques, qui manquent par trop d’humanité et qui ne sont pas en quête de vérité, peuvent être remplacés et éliminés directement. C’est aussi simple que cela. Certains faux dirigeants et ouvriers ont volé et détourné de nombreuses offrandes faites à la maison de Dieu. Il faut enquêter de façon approfondie sur ces antéchrists qui commettent toutes sortes de méfaits. Il faut établir précisément combien d’offrandes à Dieu ils ont volées, quelle quantité exacte d’argent de la maison de Dieu ils ont détournée, et ces comptes doivent être réglés un par un. En outre, s’ils sont dirigeants et ouvriers depuis plusieurs années, il faut clarifier, au coup par coup, combien de gens ils ont exclus, si ces gens ont été ramenés, combien de gens ils ont empêchés d’atteindre le salut, et l’importance du mal qu’ils ont fait aux vies de frères et de sœurs. L’œuvre de Dieu a un début et une fin ; Dieu a débuté Son œuvre, aussi doit-Il l’achever, et le moment venu, ceux qui commettent toutes sortes de méfaits pleureront et grinceront des dents, et aucun d’entre eux ne parviendra à s’échapper !

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Pour discerner et traiter les faux dirigeants, les faux ouvriers et les antéchrists, il faut principalement s’appuyer sur les quatre principes suivants.

Premièrement, en ce qui concerne ceux qui, selon la majorité des gens, ont une humanité relativement bonne, ont fait relativement peu de mal, et peuvent encore accomplir des tâches réelles et se repentir vraiment, ceux-là peuvent conserver leur poste et continuer à travailler.

Deuxièmement, en ce qui concerne ceux qui, selon la majorité des gens, ont une humanité relativement bonne et ont fait relativement peu de mal, mais ne peuvent pas vraiment accomplir des tâches réelles parce qu’ils ne croient en Dieu que depuis peu de temps et qu’ils ne comprennent pas la vérité : si leur qualité est relativement bonne et qu’ils ont un potentiel de croissance, on peut d’abord les nommer à des postes d’ouvrier et ensuite les former, mais on ne peut pas en faire des dirigeants pour l’instant ; si leur qualité est relativement médiocre et qu’ils n’ont pas de potentiel de croissance, il faut alors les remplacer et leur faire remplir d’autres devoirs.

Troisièmement, en ce qui concerne ceux qui ont une humanité relativement mauvaise, qui font beaucoup de mal relativement, qui ne font pas un travail honnête, qui se comportent mal, et qui n’ont pas la moindre part de la vérité, il faut les remplacer et les isoler pour qu’ils réfléchissent, qu’ils soient prêts à se repentir ou non, et on ne peut que leur confier le devoir de propager l’Évangile.

Quatrièmement, en ce qui concerne les antéchrists qui sont vicieux, arrogants, dénués de raison et qui n’ont pas la moindre part de la vérité, qui ambitionnent toujours de gouverner les élus de Dieu, qui refusent d’admettre leurs erreurs et qui s’entêtent à résister jusqu’au bout, il faut les remplacer et les isoler pour qu’ils réfléchissent, qu’ils soient prêts ou non à se repentir, et on ne peut que leur confier le devoir de propager l’Évangile. S’ils refusent d’obéir et qu’ils ne veulent pas non plus remplir leur devoir, il devient alors encore plus évident que ce sont des antéchrists. Et il faut bien sûr exclure les démons considérés comme des antéchrists.

Tels sont les quatre principes qu’il faut suivre pour traiter les faux dirigeants et les faux ouvriers. À tous les échelons de l’Église, les dirigeants doivent gérer et traiter les faux dirigeants et les faux ouvriers conformément à ces cinq principes. Si on pratique de cette manière, on ne peut en gros pas faire d’erreur. Tant qu’on déterminera si ces gens ont de l’humanité et combien de mal ils font sur la base de l’opinion de la majorité, on pourra les répartir dans différentes catégories et juger clairement de la qualité de leur nature, bonne ou mauvaise. Plus précisément, s’il est avéré qu’un tel est une bonne personne, il faut lui donner une chance et l’aider avec amour. S’il est avéré qu’un tel a une mauvaise humanité ou est quelqu’un de malfaisant, il faut alors le remplacer et l’éliminer. Tel est le principe fondamental qu’il faut suivre pour traiter les faux dirigeants et les faux ouvriers. La maison de Dieu ne doit pas permettre aux individus qui ont une mauvaise humanité ni aux gens malfaisants d’être des dirigeants ou des ouvriers à quelqu’échelon de l’Église que ce soit. Quiconque promeut ou utilise des individus qui ont une mauvaise humanité ou des gens malfaisants doit être traité de la même façon que quelqu’un de malfaisant. Le principe qu’observe la maison de Dieu dans son traitement des faux dirigeants et des faux ouvriers, c’est de promouvoir les gens bien et de bannir les gens malfaisants. Seuls les gens bien peuvent être sauvés et avoir des chances d’être sauvés et rendus parfaits. Une personne dont l’humanité est mauvaise mais qui croit vraiment en Dieu peut encore être sauvée, mais un individu malfaisant est perdu pour le salut. Vous devez graver ces mots profondément dans votre cœur pour vous en souvenir. Et vous ne serez jamais fautif si vous traitez les gens conformément à ce principe.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Précédent: 138. Principes pour traiter les dirigeants et collaborateurs qui ont commis des transgressions

Suivant: 140. Principes pour traiter les personnalités religieuses

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre