139. Principes pour traiter les faux dirigeants et collaborateurs

(1) Les faux dirigeants et collaborateurs ayant une humanité médiocre, qui sont capables de faire le mal et n’acceptent pas du tout la vérité, doivent être remplacés, privés de leurs titres et éliminés.

(2) Les faux dirigeants et collaborateurs qui ne peuvent pas effectuer un travail concret en raison de leur faible calibre doivent être remplacés et affectés à des tâches différentes.

(3) Les faux dirigeants et collaborateurs qui ont une humanité relativement bonne, mais qui ne poursuivent pas la vérité, ne possèdent pas l’œuvre du Saint-Esprit et ne peuvent pas effectuer un travail concret, doivent être remplacés et affectés à des tâches différentes.

(4) Les faux dirigeants et collaborateurs ayant du calibre et étant aptes à effectuer un peu de travail concret, mais qui manquent d’expérience et ne peuvent pas résoudre de problèmes pratiques, peuvent cependant être cultivés pour être utilisés.

Paroles de Dieu concernées :

Quelle attitude les gens doivent-ils avoir en ce qui concerne la manière de traiter un dirigeant ou un ouvrier ? Si ce qu’il fait est juste, alors tu peux lui obéir ; si ce qu’il fait est mal, alors tu peux l’exposer et même t’opposer à lui et faire entendre une opinion différente. S’il est incapable de faire un travail concret et s’il apparaît qu’il est un faux dirigeant, un faux ouvrier ou un antéchrist, alors tu peux refuser sa direction, et tu peux aussi le dénoncer et l’exposer. Cependant, certains élus de Dieu ne comprennent pas la vérité et sont particulièrement lâches, si bien qu’ils n’osent rien faire. Ils disent : « Si le dirigeant m’éjecte, je suis fini ; s’il fait en sorte que tout le monde m’expose ou me renie, alors je ne pourrai plus croire en Dieu. Si je quitte l’Église, alors Dieu ne voudra pas de moi et ne me sauvera pas. L’Église représente Dieu ! » Ces façons de penser n’ont-elles pas une incidence sur l’attitude de la personne envers ces choses-là ? Pourrait-il être vrai que si le dirigeant t’exclue, tu ne peux plus être sauvé ? La question de ton salut dépend-elle de l’attitude de ton dirigeant vis-à-vis de toi ? Pourquoi tant de gens ont-ils peur à ce point ? Si, aussitôt qu’un faux dirigeant ou un antéchrist te menace, tu n’oses pas le rapporter à la hiérarchie et tu garantis même que, désormais, tu seras sur la même longueur d’onde que le dirigeant, est-ce que tu n’es pas fait comme un rat ? Est-ce là le genre de personne qui poursuit la vérité ? Non seulement tu n’oses pas exposer une conduite aussi mauvaise, digne d’antéchrists sataniques, mais au contraire, tu lui obéis, tu prends ses paroles pour la vérité et tu t’y soumets. N’est-ce pas le summum de la stupidité ? Alors, quand tu subis un préjudice, n’est-ce pas ce que tu mérites ? Est-ce Dieu qui t’a fait du mal ? C’est toi qui as souhaité subir cela. Tu t’es choisi comme chef un antéchrist et tu l’as traité comme un frère ou une sœur : c’est ta faute. Quelle attitude doit-on avoir vis-à-vis d’un antéchrist ? On doit l’exposer et le combattre. Si tu ne peux pas le faire seul, il faut que plusieurs personnes s’unissent pour le dénoncer. Ayant découvert que certains dirigeants et certains collaborateurs de haut niveau suivaient le chemin de l’antéchrist et qu’ainsi ils faisaient souffrir les frères et sœurs, n’accomplissaient pas de travail réel et convoitaient les bénéfices du statut, certaines personnes ont signé une pétition pour rejeter ces antéchrists. Quel travail formidable elles ont réalisé ! Cela montre que les gens comprennent la vérité, qu’ils possèdent une certaine stature et qu’ils ne sont pas contrôlés ni trompés par Satan. Cela prouve aussi que les antéchrists et les faux dirigeants n’occupent pas une position dominante dans l’Église et qu’ils n’osent pas trop montrer leur vraie personnalité dans ce qu’ils disent et font. S’ils se révèlent, il y a des gens pour les surveiller, les repérer et les chasser. Autrement dit, dans le cœur de ceux qui comprennent véritablement la vérité, le statut, le prestige et l’autorité d’une personne ne sont pas ce qui domine. Tous ceux qui comprennent la vérité sont capables de faire preuve de discernement, ils réfléchissent au chemin que les gens devraient emprunter dans leur foi en Dieu et à la manière dont ils devraient traiter les dirigeants et les collaborateurs. Ils se demandent aussi qui les gens devraient suivre et quelles sont les conduites qui reviennent à suivre des personnes et celles qui reviennent à suivre Dieu. Inconsciemment, ayant réfléchi à ces vérités pendant plusieurs années et écouté souvent des sermons, ils ont fini par comprendre les vérités de la croyance en Dieu et ce faisant, ils ont gagné en stature. Ils se sont engagés sur le bon chemin de la croyance en Dieu.

Extrait de « Ils excluent et attaquent ceux qui poursuivent la vérité », dans Exposer les antéchrists

Si, dans une Église, il est permis aux antéchrists de se déchaîner, de crier librement tous les slogans et les arguments qu’ils veulent afin de contrôler, menacer, tromper ou égarer les frères et sœurs, et que les dirigeants ne font rien, étant sans discernement et incapables de dénoncer rapidement ces antéchrists et de les maîtriser, conduisant les frères et sœurs à être manipulés et perturbés à volonté par les antéchrists, alors les dirigeants de cette Église ne valent rien. Si les antéchrists et les méchants d’une Église sont rejetés et haïs par les frères et sœurs, s’ils sont pieds et poings liés au sein de l’Église et que tout le monde fait preuve de discernement à leur sujet, de sorte que leur discours et leurs vains slogans qui égarent et trompent les frères et sœurs ne fonctionnent pas dans l’Église et qu’ils sont contenus et sous les verrous, alors les dirigeants de cette Église sont à la hauteur ; ils sont dotés de la réalité-vérité. Si une Église est perturbée par un antéchrist et qu’après avoir été identifié et rejeté par les frères et sœurs, l’antéchrist se venge en opprimant et en insultant les frères et sœurs, et que les dirigeants de l’Église ne font rien, alors les dirigeants de cette Église ne valent rien et devraient être éliminés. En tant que dirigeants d’une Église, s’ils sont incapables de résoudre des problèmes en utilisant la vérité, s’ils ne peuvent identifier les antéchrists au sein de l’Église, les contrôler et limiter leur entêtement, s’ils sont incapables de protéger les frères et sœurs, et de les protéger de sorte qu’ils puissent accomplir leurs devoirs normalement, et sont incapables de maintenir l’exécution normale du travail de la maison de Dieu, alors les dirigeants de cette Église ne valent rien et devraient être éliminés. Si les dirigeants d’une Église ont peur d’aborder ou d’affronter un antéchrist parce que celui-ci est malveillant et cruel, et qu’ils permettent ainsi à cet antéchrist d’agir en toute liberté au sein de l’Église, de tyranniser les autres, de faire tout ce qu’il veut et de paralyser la majeure partie du travail de la maison de Dieu et d’en provoquer l’arrêt, alors les dirigeants de cette Église ne valent rien et devraient être éliminés. Si, par peur des représailles, les dirigeants d’une Église n’ont jamais le courage de dénoncer un antéchrist et n’essaient jamais de limiter les actes maléfiques de cet antéchrist, causant ainsi une perturbation à la vie de l’Église et nuisant et faisant grandement obstacle à l’entrée des frères et sœurs dans la vie, alors les dirigeants de cette Église ne valent rien et devraient être éliminés. Choisiriez-vous de tels dirigeants ? (Non.) Alors que devez-vous faire lorsque vous rencontrez de tels dirigeants ? Vous devez leur demander : « Les antéchrists causent tous ces problèmes dans notre Église, agissant comme des tyrans et exerçant le pouvoir. Vas-tu les arrêter ? Oses-tu les exposer ? Sinon, passe la main. Si tu protèges tes propres intérêts charnels, si tu livres tes frères et sœurs aux antéchrists et aux méchants parce que tu les crains, tu mérites d’être maudit. Tu es indigne d’être un dirigeant. Démissionne ! » N’est-ce pas ainsi que tu devrais traiter de tels dirigeants ? (Si.) C’est exactement ainsi que tu dois les traiter. De tels dirigeants ne font aucun travail concret. Face aux méchants, ils ne protègent pas leurs frères et sœurs. Au lieu de cela, ils s’inclinent devant les méchants, font des compromis avec eux et leur demandent miséricorde. De tels individus sont des ordures, ce sont des traîtres et ils doivent être rejetés.

Extrait de « Ils ne font leur devoir que pour se distinguer et nourrir leurs propres intérêts et ambitions ; ils ne tiennent jamais compte des intérêts de la maison de Dieu, et vendent même ces intérêts en échange de la gloire personnelle (Partie VIII) », dans Exposer les antéchrists

Certains faux dirigeants sont gourmands et fainéants, ils aiment les loisirs et détestent le labeur, sont hostiles au travail et aux préoccupations, peu enclins à l’effort ou à la responsabilité ; ils ne désirent que le confort, ils aiment manger et jouer, et ils sont paresseux. Le matin, quand tout le monde a fini le petit déjeuner, ils sont encore au lit ; le soir, ils regardent leurs séries télévisées jusqu’à ne presque plus pouvoir garder les yeux ouverts, étant toujours debout tandis que tout le monde dort. Ils passent leur journée à manger, jouer et errer ; ils vont là où ils peuvent s’amuser, ou jouent sur toute machine qui semble distrayante. Prenons l’exemple d’un frère cuisinier qui ne supporte pas cela et les réprimande. Qu’en pensez-vous : écouteraient-ils un cuisinier ? (Non.) Si je disais, « Tu dois être plus consciencieux. Tu dois faire ce qui t’incombe. Tu es un dirigeant et tu dois être présent pour tout travail, quel qu’il soit ; tandis que les autres travaillent durant huit heures, tu dois être là pendant au minimum six heures et demie ou sept heures. Tu peux passer le reste du temps à t’occuper d’affaires personnelles », écouteraient-ils ? Non, ils ne le feraient pas. Aussi, je ne dis rien à ces gens-là. Je demande simplement au groupe décisionnaire de les remplacer, de se débarrasser d’eux, de les envoyer là où il convient, de leur faire faire ce dont ils sont capables, quoi que ce soit. S’ils sont des loques et se comportent comme des parasites où qu’ils se trouvent, et ne sont capables de rien faire, alors expulsez-les ; ne les laissez pas accomplir un devoir. Ils ne sont pas aptes à accomplir un devoir. Ils ne sont pas des personnes ; ils ne possèdent pas la conscience et le sens de l’humanité normale, et ils sont sans vergogne. Dès que vous avez percé à jour ce genre de faux dirigeants paresseux, remplacez-les immédiatement. Il n’est pas nécessaire de leur donner des conseils, de leur donner de nouvelles chances ou de les placer en observation, et il est également inutile d’échanger la vérité avec eux. Ont-ils entendu un peu de la vérité ? Changeraient-ils s’ils étaient traités et émondés ? Non. Quelqu’un de faible calibre, ou parfois absurde dans son point de vue, ou ignorant et étroit d’esprit dans sa façon de voir les choses, mais néanmoins consciencieux, capable d’assumer une charge, et nullement paresseux, quelqu’un comme cela, même s’il dévie dans ses actions, peut changer en étant traité et émondé ; tout au moins, il est conscient des responsabilités d’un dirigeant et sait ce qu’il est censé faire, il a une conscience et le sens des responsabilités. Il a un cœur. Mais les gens qui sont paresseux, qui aiment l’oisiveté et détestent le travail, qui n’ont pas le sens des responsabilités, ne peuvent pas changer. S’ils n’ont pas le sens des responsabilités, peu importe ce que quiconque dira, cela ne produira aucun effet.

Extrait de « Identifier les faux dirigeants (4) », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Certaines personnes ont été destituées en raison d’une conduite scandaleuse, parce que ce sont des antéchrists. D’autres ont été destituées parce qu’elles n’avaient pas d’expérience et ne pouvaient pas faire le travail. D’autres encore ont été destituées parce qu’elles étaient d’un calibre trop faible pour diriger et n’étaient pas à la hauteur de la tâche. Ceux qui ont été destitués doivent être raisonnablement réaffectés, et non pas condamnés ni bridés. Il faut qu’ils fassent ce qu’ils peuvent faire et qu’ils soient traités comme ils doivent l’être. Des individus destitués en raison de leur calibre excessivement faible peuvent-ils être à nouveau sélectionnés pour devenir des dirigeants et des ouvriers, ou des superviseurs ? (Non.) Pourquoi non ? Parce qu’on a déjà essayé. Ils ont été exposés et percés à jour. Le calibre et les aptitudes au travail de ces gens-là ne sont pas adaptés à la tâche de dirigeant. S’ils ne sont pas aptes à être des dirigeants, cela signifie-t-il qu’ils ne sont aptes à rien d’autre ? Pas nécessairement. S’ils sont d’un calibre trop faible pour être des dirigeants, mais peuvent faire d’autres choses, alors, tant qu’aucun autre problème comme une mauvaise humanité ne les disqualifie pas pour une promotion, ils doivent faire ce à quoi ils sont aptes. Ils ne doivent pas être privés du droit d’accomplir leurs devoirs. Ils peuvent tout de même être employés. Certains sont destitués parce qu’ils n’ont pas la capacité de travailler ou parce qu’ils n’ont encore jamais effectué un travail d’Église, ou parce qu’ils n’y sont pas habitués et qu’ayant effectué le travail pendant un moment, ils ne trouvent toujours pas leur voie et ne savent pas quoi faire. Ou bien, ils sont trop jeunes et manquent d’expérience, si bien qu’ils ne peuvent pas assumer le poste et sont finalement destitués. Il y a de la place pour de telles personnes. Si elles sont d’un calibre suffisant, elles peuvent être simplement rétrogradées, ou être affectées à un travail qui leur soit adapté. Une fois qu’elles ont une claire compréhension de la vérité et qu’elles ont été quelque peu exposées au travail de l’Église et en ont acquis une certaine expérience, ces personnes peuvent être promues et cultivées à nouveau selon leur calibre.

Quels types de personnes ne peuvent pas être promues après avoir été destituées ? Ce sont d’une part les antéchrists, d’autre part ceux dont le calibre est trop faible, et une troisième catégorie comprend les personnes qui ne sont pas des antéchrists, mais dont l’humanité est mauvaise, qui sont égoïstes ou malhonnêtes, qui peuvent être paresseuses, ou avides de confort physique et incapables de supporter de travailler dur. Même si ces personnes sont d’un bon calibre, elles ne peuvent pas être promues à nouveau. Quel que ce soit ce que leur calibre leur permet de faire, c’est ce qu’elles doivent faire. Il est possible de prendre des dispositions appropriées, mais elles ne peuvent pas être à nouveau des dirigeants ou des ouvriers. Outre l’aptitude à travailler et le calibre, les dirigeants et les ouvriers doivent avoir la capacité d’assumer des responsabilités, de travailler dur et de supporter la souffrance. Ils doivent être diligents, pas paresseux, et ils doivent aussi être relativement honnêtes et droits, et pas trop retors. Ceux qui sont trop malhonnêtes ou trop retors finissent toujours par comploter contre leurs frères et sœurs, leurs supérieurs et la maison de Dieu. Ils passent leurs journées à ruminer des pensées sournoises. Quand vous avez affaire à ce genre de personnes, vous devez toujours deviner ce qu’elles pensent vraiment, vous devez savoir ce qu’elles font à tout moment, et vous devez toujours garder un œil sur elles. Les employer est trop épuisant. Si ce genre de personne est promue pour accomplir des devoirs, même si elle comprend un peu de doctrine, elle ne la pratiquera pas et elle espérera tirer des bénéfices et des récompenses de chaque tâche qu’elle effectuera. Employer de telles personnes est trop épuisant et source de trop de problèmes, de telles personnes ne peuvent donc pas être promues. Donc, les antéchrists, ceux dont le calibre est excessivement faible, ceux qui sont d’une mauvaise humanité, les paresseux, ceux qui recherchent le confort de la chair, ceux qui ne peuvent pas endurer un dur labeur et les gens fourbes et malhonnêtes, dès que ces types d’individus sont exposés et destitués, ils sont inéligibles pour une seconde promotion. Une fois qu’ils ont été percés à jour, ne les employez pas à nouveau de façon incorrecte.

Extrait de « Identifier les faux dirigeants (6) », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Les faux dirigeants et les faux ouvriers sont les dirigeants et les ouvriers qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit. Qu’ils aient été choisis par les dirigeants à différents niveaux ou par l’Église, sans l’œuvre du Saint-Esprit, cela suffit à montrer que ce ne sont pas des gens qui cherchent la vérité. C’est là un fait indiscutable. Les élus de Dieu ont conscience que celui qui croit en Dieu sans chercher la vérité n’est pas reconnu par Dieu. Il est donc dépourvu de l’œuvre du Saint-Esprit. Les gens qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit sont ceux qui ne comprennent pas la vérité pour entrer dans la réalité, ceux qui ne peuvent pas être sauvés. C’est un grave problème, parce que ces dirigeants et ces ouvriers dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit sont des gens que Dieu ne reconnaît pas, que Dieu n’utilise pas du tout. C’est pourquoi on les appelle des faux dirigeants et des faux ouvriers. Ces faux dirigeants et ces faux ouvriers qui ne cherchent pas la vérité se révèlent tous à travers des circonstances, des postes, des réputations et des intérêts divers. Comme le dit la maxime : « Le temps est le meilleur juge des capacités et du caractère. » Ceux qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit ne sont jamais capables d’accomplir la tâche d’abreuver et de soutenir les élus de Dieu pour qu’ils entrent dans la réalité-vérité. Ils ne peuvent jamais réaliser le travail consistant à communiquer la vérité pour résoudre le problème de la corruption de l’homme. Ils ne peuvent jamais exécuter les tâches requises par les arrangements de travail définis par le supérieur. À l’issue d’une période prolongée, les élus de Dieu seront capables de les remarquer et de les discerner. Quand ils identifieront ces faux dirigeants et ces faux ouvriers qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit, il sera juste et raisonnable pour les élus de Dieu, et cela leur apparaîtra comme une évidence, de les écarter ou de leur assigner des fonctions différentes. Ce sera une bonne chose pour les élus de Dieu comme pour les faux dirigeants et les faux ouvriers, faute de quoi ils continueraient à mettre en péril les élus de Dieu. Par conséquent, remplacer tous les faux dirigeants et les faux ouvriers est tout à fait compatible avec le dessein de Dieu.

Parmi les faux dirigeants et les faux ouvriers qui sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit, il existe tout de même des différences du point de vue de l’importance des mauvaises actions et des qualités humaines, et il convient de ne pas les traiter de la même manière. Les faux dirigeants et les faux ouvriers sont incapables d’accomplir le travail concret qui doit être accompli par les dirigeants aux différents niveaux de l’Église, pour la simple raison qu’ils sont dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit. Cependant, leurs qualités humaines varient. Parmi les différents faux dirigeants et faux ouvriers, on distingue essentiellement trois catégories, et les élus de Dieu ne doivent pas les confondre. La première catégorie est constituée des personnes qui ont relativement plus de qualités humaines. Ce sont des gens qui ont commis moins de mauvaises actions et qui ont suscité moins de ressentiment de la part du public. Ils ne comprennent pas la vérité, car ils ne croient en Dieu que depuis peu de temps, ou bien il leur manque le soutien et l’aide de ceux qui comprennent la vérité. Ils n’ont pas emprunté le droit chemin de la foi en Dieu, ou bien ils sont incapables de chercher normalement la vérité, en raison de l’intrication et de la contrainte de certains problèmes. Les élus de Dieu doivent traiter avec amour les faux dirigeants et les faux ouvriers qui relèvent de cette catégorie et leur assurer davantage de soutien et d’aide, afin qu’il reste encore de l’espoir qu’ils cherchent la vérité et reçoivent le salut. Par conséquent, les faux dirigeants et les faux ouvriers dont les qualités humaines sont relativement appréciables ne doivent pas être abandonnés, sachant que de telles personnes peuvent être sauvées. La deuxième catégorie est celle des individus malhonnêtes et fourbes, égoïstes et méprisables qui n’ont pas beaucoup de qualités humaines, qui se livrent à des transgressions excessives, exercent de mauvaises influences, sont particulièrement enclins à chercher un statut et à convoiter les avantages d’un statut, et que la moindre perspective de statut, de bon vin, de bonne chère ou d’autres plaisirs suffit à corrompre. Ces individus ne s’occupent généralement pas de leurs propres affaires, bâclent leurs obligations et ne font pas un travail concret. Ils aiment camper sur leurs positions et donner des leçons aux autres. Ces gens-là ne font aucune place pour Dieu dans leur cœur, et ils n’ont aucun sens des responsabilités. À l’instar des officiels du grand dragon rouge, ils regardent le monde de haut, sont arrogants et sont sans loi. Ils ne cessent de commander et de réprimer impitoyablement les élus de Dieu, et ne tolèrent aucune résistance. Il n’y a chez eux aucun amour. Ils ne sont jamais compatissants et n’aident jamais les autres, sans parler de résoudre les difficultés pratiques des frères et des sœurs. Dans l’Église, ils sont comme la police, indiscrets et importuns. Quel que soit le travail qu’ils effectuent, les frères et les sœurs ne reçoivent d’eux aucune édification de vie, et encore moins la communication de la vérité. Ces individus sont donc les faux dirigeants et ouvriers que Dieu déteste le plus. Il convient de les remplacer et de les isoler en vue d’une réflexion. S’ils manifestent une opposition et provoquent une perturbation, ils seront exclus. La troisième catégorie est celle des individus particulièrement arrogants et insensibles qui refusent d’obéir à quiconque, jusqu’à l’irrationalité. Ce sont vraiment des gens mauvais. Ils se livrent à toutes sortes de mauvaises actions, suscitent un ressentiment intense de la part du public et n’ont aucune crainte de Dieu dans leur cœur. Dès qu’ils ont un peu fière allure et un peu de talent, ils sont gonflés d’orgueil. Ils n’ont de respect pour personne, pas même pour Dieu. Dès qu’ils ont une situation et quelque pouvoir, ils veulent posséder les élus de Dieu, se comportant comme s’ils étaient les maîtres des élus de Dieu et traitant les élus de Dieu comme leur propriété privée. Ils font vainement concurrence à Dieu pour les élus de Dieu en gardant davantage des élus de Dieu sous leur contrôle. Il n’y a pas de place pour Dieu dans le cœur de ces personnes qui ne vénèrent jamais Dieu. Elles ne prient pas Dieu quand elles sont sujettes à des tribulations ou à l’affliction, et cherchent encore moins à ouvrir leur cœur à Dieu. Une fois qu’elles ont obtenu un statut, elles ont une haute estime d’elles-mêmes et deviennent autoritaires. Elles ne considèrent pas les arrangements de travail définis par le supérieur comme des tâches qui leur incombent et ne se plient pas non plus à l’œuvre de Dieu. Ces gens mauvais se classent dans la catégorie de l’antéchrist. Ils jugent essentiel de donner des ordres et d’organiser des tâches administratives, comme s’ils avaient réalisé un travail admirable qui justifierait un traitement exceptionnel et une fête somptueuse. En réalité, aucun travail de fond n’a été accompli pour servir Dieu. Aucun travail concret pour aider réellement les élus de Dieu à entrer dans la vie n’a été réalisé. Aucun des problèmes rencontrés par les élus de Dieu sur la voie menant à la réalité-vérité n’a été résolu. Ils n’ont pas résolu non plus le moindre problème concret pour permettre aux élus de Dieu d’entrer dans la vie ni pour amener les élus de Dieu à comprendre la moindre parcelle de la vérité. Il leur suffit d’avoir exécuté des tâches administratives comme donner des ordres, et les voilà tout fiers et se sentant supérieurs comme s’ils étaient des responsables méritants. Qu’ont-ils fait pour jouir de tels privilèges liés au statut ? Ils n’ont vraiment aucune honte ! Ces individus malfaisants ne prennent jamais au sérieux les arrangements de travail définis par le supérieur. Quand ces arrangements de travail ne leur paraissent pas favorables ou quand ils représentent une menace pour leur réputation et pour leur position, ils les refusent, les dénigrent, en nient la valeur et l’importance, incitent les autres à les rejeter, et affirment même que ces arrangements de travail viennent de l’homme et non pas de Dieu. N’est-ce pas là une façon de s’opposer à Dieu ? N’est-ce pas une rhétorique visant à conserver leur réputation et leur position ? N’est-ce pas révélateur de leur nature d’antéchrist ? De tels individus refusent le jugement et le châtiment de Dieu. Ils n’acceptent pas non plus d’être émondés ni traités. En quoi font-ils l’expérience de l’œuvre de Dieu quand ils jouent ainsi les intouchables et rejettent absolument le reproche de la vérité ? Le chemin qu’empruntent ces gens malfaisants, c’est celui de l’antéchrist. Les dirigeants et les ouvriers qui ne peuvent pas prendre au sérieux les arrangements de travail et les appliquer strictement peuvent être considérés comme mal intentionnés. Aucun d’entre eux ne se plie à l’œuvre de Dieu. Par conséquent, tout faux dirigeant et tout faux ouvrier qui jugent, déprécient ou refusent les arrangements de travail doivent être remplacés et isolés en vue d’une réflexion. Si ces individus malfaisants continuent à exercer un pouvoir, les conséquences catastrophiques que cela entraînera pour les élus de Dieu seront inimaginables. Ces faux dirigeants et ces faux ouvriers doivent être exclus sans aucune hésitation, car ce sont les pires de tous les faux dirigeants et faux ouvriers.

Il convient d’opérer une stricte distinction entre les trois catégories de faux dirigeants et de faux ouvriers qui précèdent, et de les traiter différemment. La première catégorie est celle des personnes qui sont dotées de qualités humaines relativement appréciables. Ces personnes restent des frères et des sœurs et doivent être traitées avec compassion. Elles ne peuvent plus occuper des postes de direction, il convient donc de les réaffecter à des tâches subalternes ou autres. La deuxième catégorie comprend des individus qui n’ont pas beaucoup de qualités humaines et qui doivent être remplacés et isolés en vue d’une réflexion. Ils peuvent être autorisés à accomplir leurs devoirs en diffusant l’Évangile, comme possibilité de repentance. La troisième catégorie est constituée de ces individus mauvais qui sont particulièrement arrogants et butés. Ils veulent toujours contrôler les élus de Dieu. Ce sont des gens vicieux dont la nature est celle de l’antéchrist. S’ils ne se sont pas mis à bâtir un royaume indépendant, c’est parce qu’ils n’en ont pas eu la possibilité. Étant donné l’essence de leur nature inhérente, ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne se mettent à bâtir un royaume indépendant. Par conséquent, ces individus pervers, arrogants et éminemment provocants doivent être remplacés et isolés en vue d’une réflexion. Ils peuvent être autorisés à prêcher l’Évangile uniquement s’ils sont disposés à accomplir leurs devoirs, compte tenu de tout le mal et de tous les dégâts qu’ils ont causés sans réaliser aucun travail concret. Il faut qu’ils prêchent l’Évangile, c’est pour eux le devoir le plus approprié pour compenser leurs transgressions. S’ils n’accomplissent pas du tout leur devoir, alors l’Église peut les exclure.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Précédent: 138. Principes pour traiter les dirigeants et collaborateurs qui ont commis des transgressions

Suivant: 140. Principes pour traiter les personnalités religieuses

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

101 Si Dieu ne m’avait sauvé

ⅠSi Dieu ne m’avait sauvé,je serais encore errant dans le monde,luttant et souffrant dans le péché,vivant sans aucun espoir.Si Dieu ne...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp