5. Quelles conditions les exécutants doivent-ils remplir pour devenir des élus de Dieu ?

Paroles de Dieu concernées :

L’exécution du service signifie que vous faites ce que vous voulez, à condition du moins que ce que vous faites n’offense pas le tempérament de Dieu. Tant que personne n’enquête sur vos actes et que ce que vous faites est acceptable, cela est assez. Vous ne vous préoccupez pas de changer de tempérament, de faire les choses conformément aux principes de la vérité ni de satisfaire la volonté de Dieu. Vous vous préoccupez encore moins de la façon dont vous pouvez vous soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu, ou de la manière de bien faire votre devoir et d’en rendre compte à Dieu. Vous ne faites attention à aucun de ces aspects, et c’est ce que l’on appelle « exécuter du service ». Exécuter du service, c’est se donner du mal et travailler comme si l’on était un esclave, du matin au soir. Si tu demandes à une personne qui agit ainsi : « À quoi ont servi toutes ces années de travail difficile et acharné dans lesquelles vous vous êtes plongé ? ». Alors, elle te répondra : « Eh bien, à recevoir des bénédictions. » Si tu lui demandes si son tempérament a connu des changements du fait de toutes ces années de croyance en Dieu, si elle est désormais certaine de Son existence, si elle a un certain degré de compréhension ou d’expérience des orchestrations et des arrangements du Créateur, la réponse à toutes ces questions sera un « non » catégorique et elle ne saura parler d’aucune de ces choses. Lorsqu’il n’y a pas eu d’amélioration ni de progrès d’un des indices liés aux changements du tempérament, une telle personne continue de rendre constamment service. Supposons qu’une personne exécute du service pendant de nombreuses années et que, sans s’en rendre compte, elle en vienne à comprendre qu’elle a un tempérament corrompu, qu’elle se rebelle souvent contre Dieu, qu’elle se plaint souvent, qu’elle est souvent incapable d’obéir à Dieu, qu’elle est profondément corrompue et que, peu importe comment Dieu lui dit de se soumettre à Lui, elle en est incapable. Elle essaye de se retenir, mais cela ne fonctionne pas, pas plus que de se maudire ou de prêter des serments. Elle finit par découvrir : « L’homme possède vraiment un tempérament corrompu et c’est pour cela qu’il est capable de se rebeller contre Dieu. À chaque fois qu’il se passe quelque chose, les gens ont toujours leurs propres désirs et sont toujours en recherche sur les orchestrations et les arrangements de Dieu. Bien qu’ils soient prêts à se donner du mal, dès que quelque chose implique leur tempérament, leurs ambitions et leurs désirs naturels, leurs intentions et leurs souhaits, ils sont incapables d’y renoncer ou de s’en détacher. Ils veulent toujours faire les choses d’une manière qui les satisfasse. Je suis comme ça et vraiment difficile à gérer ! Que peut-on faire ? » Si elle a commencé à réfléchir à ces points, c’est que cette personne a déjà une petite compréhension des travers humains. Si, à un moment donné, les personnes engagées à exécuter du service sont capables d’assumer le vrai travail, de se concentrer sur les changements de tempérament à effectuer, de comprendre qu’elles sont en fait également corrompues, arrogantes et incapables de se soumettre à Dieu, et qu’il ne faut pas continuer ainsi, alors quand elles sauront réfléchir à ces choses, elles auront commencé à se remettre en question, il y aura alors un espoir que leur tempérament puisse changer et qu’elles puissent atteindre le salut. Si une personne ne réfléchit jamais à ces points, sait seulement comment travailler, pense qu’il suffit de terminer le travail entre ses mains pour accomplir la mission de Dieu et qu’une fois les efforts terminés, elle aura accompli son devoir correctement, sans jamais penser à ce que sont les exigences de Dieu, à ce qu’est la vérité ou si elle peut être considérée comme quelqu’un qui obéit à Dieu, c’est qu’elle ne médite jamais sur ces sujets. Une personne qui traite son devoir de la sorte peut-elle atteindre le salut ? La réponse est non. Elle n’a pas mis les pieds sur le chemin du salut, sur la bonne voie de la croyance en Dieu, ni établi de bonnes relations avec Lui. Et pourtant, elle fait des efforts et exécute du service dans la maison de Dieu. Ce genre de personne exécute du service dans la maison de Dieu. Dieu S’occupe de et protège ces personnes, mais Il ne prévoit pas de les sauver, de les traiter, de les émonder, de les juger, de les châtier ni de les soumettre à des épreuves ou à l’épurement. Il leur permet seulement d’évaluer quelque peu l’ampleur des bénédictions dans leur vie, rien de plus. Si jamais ces gens apprennent réfléchir à ces sujets et à comprendre les sermons qu’ils entendent, alors ils réaliseront : « C’est donc cela, croire en Dieu. Alors, je dois chercher à atteindre le salut. Si je ne le fais pas et que je me contente d’exécuter du service, je n’aurai plus de liens avec Dieu ». Ils penseront alors : « Quels sont les aspects que je possède d’un tempérament corrompu ? Qu’est-ce exactement, ce tempérament corrompu ? Quoi qu’il en soit, je dois d’abord me soumettre à Dieu ! » Ces choses se rattachent à la vérité et aux changements de tempérament. Il y a de l’espoir pour ces personnes.

Extrait de « Seule la recherche des principes de la vérité permet de bien accomplir son devoir », dans Récits des entretiens de Christ

Avant de comprendre les paroles de Dieu, la vérité et la volonté de Dieu et avant de faire preuve même de la moindre once de révérence envers Dieu, le rôle que joue chaque personne ne peut être que celui d’un exécutant, et rien d’autre. C’est-à-dire que tu en es un, que tu le veuilles ou non : tu ne peux pas échapper à cette appellation. Certains disent : « Mais j’ai toujours cru en Dieu ; je crois en Jésus depuis plusieurs décennies. Sérieusement, est-ce que je ne suis qu’un exécutant ? » Que penses-tu de cette question ? Qui interroges-tu ? Il faut que tu te demandes ceci : est-ce que tu comprends déjà la volonté de Dieu ? Est-ce que tu es juste en train de faire un effort, ou est-ce que tu pratiques la vérité ? As-tu emprunté la voie de la poursuite et de la compréhension de la vérité ? Es-tu entré dans la réalité-vérité ? Est-ce que tu révères Dieu dans ton cœur ? Si tu es en possession de ces qualités, que tu peux rester ferme dans les épreuves que Dieu t’envoie et que tu es capable de craindre Dieu et d’éviter le mal, alors, bien sûr que tu n’es plus un exécutant. Cependant, si tu n’es pas en possession de ces qualités, alors tu es toujours, sans aucun doute, un exécutant. C’est incontournable, et c’est aussi inévitable. Certains disent : « Cela fait plus de trente ans que je crois en Dieu : je suis devenu un de Ses adeptes dès le moment où Il est venu œuvrer en tant qu’incarnation dans la chair et a prononcé la toute première parole. J’ai été un des premiers à faire l’expérience de l’œuvre de Dieu et j’ai été parmi les premiers à entendre personnellement Dieu prononcer Ses paroles. Au bout de toutes ces années, je continue de suivre Dieu et de croire en Lui. Au cours de toutes les persécutions que j’ai traversées, de mes multiples arrestations et de tous les dangers que j’ai connus, Dieu m’a toujours protégé et guidé. Il ne m’a jamais abandonné. Maintenant, j’accomplis toujours mon devoir et ma situation ne cesse de s’améliorer, ma foi continue de croître et je n’ai pas le plus léger doute concernant Dieu. Ne suis-je vraiment qu’un exécutant ? » À qui le demandes-tu ? Ne crois-tu pas que tu ne t’adresses pas à la bonne personne ? Ce n’est pas une question que tu devrais te poser. Étant donné que tu es croyant depuis si longtemps, tu devrais avoir maintenant une idée claire de ce que tu es exactement. Puisque tu crois depuis tant d’années, comment peux-tu ne pas savoir si tu es encore un exécutant ou non ? Pourquoi ne te demandes-tu pas si tu possèdes ou non la réalité-vérité ? As-tu développé une révérence envers Dieu ? As-tu montré de quelque façon que tu as évité le mal ? Dieu a œuvré pendant de longues années et a prononcé énormément de paroles : combien en as-tu gagnées ? Combien en as-tu saisies ? Dans quelle mesure as-tu accepté que Dieu t’émonde et te traite, et qu’as-tu accepté des épreuves et de l’épurement qu’Il t’a fait subir ? En acceptant ces choses, as-tu porté témoignage ? Peux-tu témoigner de Dieu ? Si tu te retrouvais confronté à des épreuves comme celles que Job a subies, renierais-tu Dieu ? Dans quelle mesure as-tu foi en Dieu, quoi qu’il arrive ? Ta foi est-elle simplement une question de croyance, ou est-ce une foi sincère ? Pose-toi ces questions. Si tu ne connais même pas la réponse à ces questions, alors tu es un esprit embrouillé. Je pense que tu es juste quelqu’un qui singe les paroles et les actes des autres et que tu n’es même pas digne d’être appelé un exécutant.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (17) », dans Récits des entretiens de Christ

Quand des gens entrent dans la maison de Dieu sans comprendre la vérité mais en ayant seulement des aspirations diverses ou en formulant quelque résolution de coopérer, le rôle qu’ils peuvent remplir durant cette période ne peut qu’être celui d’exécutants. « Rendre service » n’est évidemment pas une expression très plaisante. Pour le dire autrement, cela signifie que les gens servent et travaillent dur pour l’œuvre du plan de gestion de Dieu, ce qui veut dire qu’ils s’y impliquent. Ils ne saisissent et ne comprennent rien, mais ils ont quelques compétences et quelques talents et ils sont capables d’apprendre et de transmettre ce que disent les autres et d’assumer des travaux à caractère général, mais concernant les divers aspects de l’œuvre particulière de Dieu pour le salut et la gestion de l’humanité ainsi que les divers aspects du travail relatifs à la vérité, ils ne peuvent y consacrer aucun effort ni coopérer du tout. Ils montrent seulement un peu d’effort et disent quelques mots tout en effectuant des travaux relatifs aux affaires générales, et ils accomplissent certaines tâches annexes liées aux services. Si c’est là l’essence du devoir des gens ou des rôles qu’ils jouent et du travail qu’ils effectuent dans la maison de Dieu, alors il leur sera difficile d’ignorer le titre d’« exécutants. » Pourquoi leur sera-t-il difficile de l’ignorer ? N’est-ce pas lié à la signification que Dieu lui donne ? Il est très facile aux gens de faire montre de certains efforts et de faire des choses grâce à leurs capacités innées, leurs dons et leur intelligence. En revanche, mener une existence de vérité, entrer dans la réalité-vérité, agir conformément à la volonté de Dieu, ces choses-là sont très éprouvantes : elles nécessitent du temps, elles nécessitent que l’on soit dirigé, elles nécessitent l’éclairage de Dieu et elles nécessitent Sa discipline. En outre, elles nécessitent les paroles de jugement et de châtiment de Dieu. Ainsi, durant le temps nécessaire pour atteindre ce but, ce que la plupart des gens sont capables de faire et de fournir est limité à ce qui suit : remplir le rôle d’objet des paroles de Dieu ; posséder certains dons et avoir quelque utilité dans la maison de Dieu ; penser comme pense l’humanité normale, et être capable de décrocher et d’accomplir les tâches qui te sont assignées ; être équipé de certaines compétences et capable d’exploiter tes points forts dans le travail qu’on te donne à faire dans la maison de Dieu ; enfin, plus important, aspirer à écouter et à te soumettre. Quand tu exécutes du service dans la maison de Dieu et que tu fournis un effort pour l’œuvre de Dieu, si tu as quelque peu cette inclination à écouter et à te soumettre, tu seras incapable de fuir ou de semer le trouble : tu feras plutôt de ton mieux pour te retenir et accomplir moins de mauvaises actions et plus de bonnes actions. C’est la situation et la condition de la plupart des gens, n’est-ce pas ? Bien sûr, parmi vous tous, seule une toute petite minorité a réellement renoncé à cette condition, à cette catégorie. Que possèdent donc ces très rares individus ? Ils sont parvenus à comprendre la vérité, ils possèdent la réalité-vérité et quand ils rencontrent un problème, ils sont capables de prier en cherchant la volonté de Dieu et d’agir conformément aux principes-vérité. Leur aspiration à écouter et se soumettre n’est plus limitée à une simple résolution de le faire : ils sont déjà capables de prendre l’initiative de mettre en pratique les paroles de Dieu et d’agir conformément à Ses exigences. Quand ils sont confrontés à un problème, ils ont de la révérence envers Dieu, ils ne parlent pas et n’agissent pas trop rapidement mais ils sont attentifs et prudents. En particulier, quand ils se retrouvent émondés et traités d’une manière qu’ils n’approuvent pas personnellement, ils peuvent tout de même s’abstenir d’émettre un jugement sur Dieu et ils ne manifestent pas de résistance. Au fond d’eux-mêmes, ils font preuve d’une véritable acceptation concernant l’identité, le statut et l’essence de Dieu. Y a-t-il des différences entre ces individus et les exécutants ? (Oui.) Quelles différences y a-t-il ? Tout d’abord, ils comprennent la vérité. Deuxièmement, ils sont capables de mettre certaines vérités en pratique. Troisièmement, ils ont une certaine connaissance de Dieu. Quatrièmement, en ce qui concerne le fait d’écouter et de se soumettre, ce ne sont plus chez eux de simples aspirations mais c’est devenu pour ainsi dire une attitude subjective : ils sont parvenus à une vraie soumission. Et cinquièmement, et c’est là la différence la plus importante et la plus inestimable, ils ont développé une révérence envers Dieu. Quand des gens sont en possession de ces choses, on peut dire qu’ils se sont débarrassés du titre d’« exécutants ». Quand on se penche sur les divers aspects de leur entrée, ainsi que sur leur attitude vis-à-vis de la vérité et l’étendue de leur connaissance de Dieu, ces gens n’exécutent plus simplement du service pour une certaine partie des activités de la maison de Dieu, et ils ont dépassé le stade où l’on vous demande juste d’effectuer des tâches simples. C’est-à-dire que ces gens ne sont pas venus seulement pour recevoir une récompense ponctuelle et ils n’ont pas été recrutés juste pour effectuer un travail intérimaire à titre d’essai et sous surveillance, pour voir s’ils peuvent ou non faire le travail à long terme. Ainsi donc, ces personnes se sont affranchies de ce titre, de cette appellation d’« exécutants ».

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (17) », dans Récits des entretiens de Christ

Quand l’œuvre de Dieu sera terminée, si une personne s’est débarrassée du titre d’« exécutant », s’est défaite de cette appellation et a renoncé à cette condition, il y a lieu de s’en féliciter, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que cet individu, aux yeux de Dieu, n’est plus un béotien ni un incroyant, qu’il est maintenant un membre de la maison de Dieu et de Son royaume. Un membre de la maison et du royaume de Dieu, d’où vient ce titre ? Comment l’obtient-on ? Tu l’obtiens quand tu as payé un prix et que par la compréhension de la vérité, tu as poursuivi la vérité et tu es arrivé à un certain niveau de changement dans ton tempérament : tu peux maintenant te soumettre à Dieu et Le révérer, et tu es devenu un membre de Sa maison. Comme Job et Pierre, tu n’as plus à subir la persécution et la corruption de Satan. Tu peux vivre libre dans la maison de Dieu et dans Son royaume, et tu n’as plus besoin de lutter contre ton tempérament corrompu : aux yeux de Dieu, tu es une vraie créature et un humain véritable. Cela veut dire que les jours difficiles d’une personne corrompue par Satan appartiennent définitivement au passé : le temps de la paix, de la joie et du bonheur est arrivé, un temps dans lequel la personne peut vivre dans la lumière du visage du Créateur et vivre aux côtés de Dieu. C’est là quelque chose dont on peut se féliciter, n’est-ce pas ? (Oui.) […] Certains ont dit : « Dès que vous mentionnez le terme “exécutant”, je suis réfractaire. C’est ma seule attitude. Si vous faites de moi un exécutant, je n’y serai pas disposé et je ne serai pas content. Si vous dites que je ne suis pas un exécutant et parlez plutôt de moi comme quelqu’un parmi les élus de Dieu, alors quand bien même je serais le dernier d’entre eux, il n’y aurait pas de problème. Cela me conviendra tant que vous ne m’appelez pas exécutant. Dans ma vie entière, c’est la seule poursuite qui n’ait jamais été la mienne et le seul idéal que je n’aie jamais eu. Tout ce que je désire, c’est être débarrassé du titre d’“exécutant”. Ce n’est pas trop demander. » Que pensez-vous de ce genre de personnes ? Est-ce l’attitude de quelqu’un qui poursuit la vérité ? (Non.) Quelle sorte d’attitude est-ce ? C’est une attitude négative, n’est-ce pas ? (Oui.) Tu n’as pas besoin de t’efforcer de te débarrasser du titre d’« exécutant », car il t’a été donné sur la base de ton degré de progression dans la vie. Tu ne peux pas décider cela toi-même en fonction de ce que tu veux. Cela ne dépend pas de ce que la personne veut mais du chemin sur lequel elle est et du fait qu’elle ait réalisé ou non un changement dans son tempérament. Si ton but est seulement de chercher à te débarrasser du titre d’« exécutant », alors tu ne t’en débarrasseras jamais. Je vais te dire la vérité : tu le garderas pour le restant de tes jours. Si tu te concentres plutôt sur la poursuite de la vérité et que tu peux accomplir un changement dans ton tempérament, alors ce titre disparaîtra progressivement. Ainsi, quand on voit la chose à la lumière de ces deux points, Dieu a-t-Il imposé ce titre d’« exécutants » aux gens ? (Non.) Absolument pas ! Ce n’est pas un titre qui aurait été imposé par Dieu à l’humanité, ni un mot code, ni un titre de politesse, ni une désignation. C’est fondé sur le degré auquel les gens ont progressé dans la vie à travers le processus de leur progression dans la vie. La mesure dans laquelle ta vie a progressé et dans laquelle ton tempérament s’est transformé, voilà dans quelle mesure tu t’es défait du titre d’« exécutant ». Si un jour tu en arrives à pouvoir révérer Dieu et te soumettre à Lui, alors tu ne porteras plus ce titre, même si tu le veux. C’est basé sur la poursuite de la personne, sur son attitude vis-à-vis de la vérité et sur le chemin qu’elle suit.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (17) », dans Récits des entretiens de Christ

Les exécutants aussi doivent être loyaux. Quelles que soient tes origines ou la raison pour laquelle Dieu t’a choisi, tu dois être loyal à Dieu, à toutes commissions que Dieu te confie, à l’œuvre dont tu es responsable et aux devoirs que tu accomplis. Pour les exécutants qui sont capables d’être loyaux et de satisfaire Dieu, quelle sera la fin ? Ils pourront rester. Est-ce une bénédiction d’être un exécutant qui reste ? Que signifie rester ? Quelle est la signification de cette bénédiction ? Selon le statut, ils ne ressemblent pas aux élus de Dieu, ils semblent différents. Mais en fait, ce dont ils jouissent dans cette vie n’est-il pas égal à ce dont les élus de Dieu jouissent ? À tout le moins, c’est égal dans cette vie. Vous ne niez pas cela, n’est-ce pas ? […] Si tu peux être un exécutant loyal capable de servir jusqu’à l’extrême et que tu peux honorer la commission que Dieu te confie, alors tu vivras une vie qui a de la valeur. Si tu peux faire cela, tu pourras rester. Si tu y mets un peu plus d’efforts et t’efforces un peu plus, si tu peux redoubler d’efforts pour connaître Dieu, si tu peux exprimer un peu de connaissance de Dieu, si tu peux Lui rendre témoignage et, en plus, si tu peux comprendre quelque chose de Sa volonté, coopérer à l’œuvre de Dieu et être un peu soucieux des intentions de Dieu, alors, en tant qu’exécutant, tu connaîtras un changement de fortune. Et que sera ce changement de fortune ? Tu ne seras plus capable simplement de rester. Selon ta conduite, tes aspirations personnelles et tes poursuites, Dieu fera de toi l’un des élus. Tel sera ton changement de fortune. Pour les exécutants, quelle est la meilleure chose à ce sujet ? C’est qu’ils peuvent devenir élus de Dieu. S’il en est ainsi, cela signifie qu’ils ne se réincarneront plus en animal comme les incroyants. Cela est-il bon ? Ça l’est, et c’est aussi une bonne nouvelle. Cela veut dire que les exécutants peuvent être modelés. Il n’est pas vrai que, pour un exécutant, une fois que Dieu l’a prédestiné à servir, il le fera pour toujours ; ce n’est pas nécessairement le cas. Dieu S’en occupera et répondra de lui de la façon qui correspond à la conduite individuelle de cette personne.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique X », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 4. Pourquoi certaines personnes qui ont renoncé à tout et se sont dépensées pour Dieu deviennent-elles des exécutants ?

Suivant: 1. Qu’est-ce que pratiquer la vérité ?

Contenu connexe

1. Ce que sont l’Église de Dieu et les groupes religieux

« L’Église […] est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous » (Ephésiens 1: 22-23). « Jésus entra dans le temple de Dieu. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons. Et il leur dit : Il est écrit : Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs » (Matthieu 21:12-13).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre