Dieu Lui-même, l’Unique X

Dieu est la source de vie pour toutes choses (IV)

Aujourd’hui, nous échangeons sur un thème particulier. Pour chaque croyant, il n’y a que deux choses à savoir, vivre et comprendre. Quelles sont ces deux choses ? La première est l’entrée individuelle dans la vie et la seconde a trait à la connaissance de Dieu. Concernant le thème sur lequel nous avons communiqué récemment, au sujet du fait de connaître Dieu, pensez-vous qu’il soit accessible ? Il est juste de dire qu’il est bel et bien hors de portée pour la plupart des gens. Vous n’êtes peut-être pas convaincus par Mes paroles, mais pourquoi est-ce que Je dis cela ? Je dis cela parce que lorsque vous écoutiez ce que Je disais auparavant, peu importe la façon dont Je le disais ou avec quelles paroles, vous étiez capables, à la fois littéralement et théoriquement, de savoir de quoi parlaient ces paroles. Cependant, vous tous aviez le problème très grave de ne pas comprendre pourquoi Je disais de telles choses, ou pourquoi Je parlais de thèmes pareils. C’est le cœur du sujet. Ainsi, même si votre compréhension de Dieu et de Ses actes s’est améliorée et enrichie un petit peu en entendant ces choses, vous avez encore l’impression que connaître Dieu demande un gros effort. C’est-à-dire qu’après avoir entendu ce que Je dis, la plupart d’entre vous ne comprennent pas pourquoi Je l’ai dit ni comment c’est relié à la connaissance de Dieu. La raison pour laquelle vous êtes incapables de comprendre son lien avec la connaissance de Dieu est que votre expérience de la vie est trop superficielle. Si les gens restent à un niveau si peu profond de la connaissance et de l’expérience des paroles de Dieu, alors presque toute leur connaissance de Lui sera vague et abstraite ; elle sera entièrement générale, doctrinale et théorique. En théorie, elle pourrait apparaître ou sembler logique et raisonnable, mais la connaissance de Dieu qui sort de la bouche de la plupart des gens est en fait vide. Et pourquoi dis-Je qu’elle est vide ? C’est parce qu’en fait, tu n’as pas une compréhension claire quant à la véracité et l’exactitude de ce que tu dis toi-même en ce qui concerne la connaissance de Dieu. De ce fait, même si la plupart des gens ont reçu beaucoup d’informations et écouté plusieurs thèmes sur la connaissance de Dieu, elle ne dépasse toujours pas la théorie ni une doctrine qui est vague et abstraite. Dès lors, comment ce problème peut-il être résolu ? Avez-vous déjà pensé à cela ? Si les gens ne cherchent pas la vérité, peuvent-ils être dans la réalité ? Si les gens ne cherchent pas la vérité, alors, sans aucun doute, ils ne sont pas dans la réalité et, par conséquent, ils n’ont certainement aucune connaissance ou expérience des paroles de Dieu. Ceux qui n’ont aucune compréhension des paroles de Dieu peuvent-ils connaître Dieu ? Absolument pas ; les deux sont reliés entre eux. Ainsi, la plupart des gens disent : « Pourquoi est-il si difficile de connaître Dieu ? Quand il s’agit de ma connaissance de moi-même, je peux parler pendant des heures, mais quand il s’agit de la connaissance de Dieu, je ne trouve pas les mots. Même quand je peux dire quelques paroles à ce sujet, elles sont artificielles et elles semblent ennuyeuses. Elles semblent même maladroites quand je m’entends les dire. » C’est la source. Si tu as le sentiment qu’il est trop difficile de connaître Dieu, que Le connaître exige beaucoup d’effort ou que tu n’as aucun sujet à soulever et ne penses à rien de réel à échanger et à apporter aux autres et à toi-même, alors cela prouve que tu n’as pas fait l’expérience des paroles de Dieu. Que sont les paroles de Dieu ? Ses paroles ne sont-elles pas l’expression de ce que Dieu a et est ? Si tu n’as pas fait l’expérience des paroles de Dieu, pourrais-tu avoir quelque connaissance de ce qu’Il a et est ? Sûrement pas. Ces choses sont reliées entre elles. Si tu n’as aucune expérience des paroles de Dieu, tu ne peux pas saisir la volonté de Dieu et tu ne sauras pas non plus ce qu’est Son tempérament, ce qu’Il aime, ce qu’Il déteste, ce que sont Ses exigences des hommes, quel genre d’attitude Il a envers ceux qui sont bons et quel genre d’attitude Il a envers ceux qui sont méchants ; tout cela est certainement ambigu et obscur pour toi. Si tu crois en Dieu dans une telle obscurité, alors, quand tu affirmes être l’un de ceux qui cherchent la vérité et qui suivent Dieu, de telles prétentions sont-elles réalistes ? Elles ne le sont pas ! Continuons donc à échanger au sujet du fait de connaître Dieu.

Vous êtes tous impatients d’écouter le thème de notre échange d’aujourd’hui, n’est-ce pas ? Ce thème porte aussi sur le sujet : « Dieu est la source de vie pour toutes choses » dont nous avons discuté récemment. Nous avons beaucoup parlé pour savoir comment « Dieu est la source de vie pour toutes choses » en utilisant différents moyens et différentes perspectives pour informer les gens sur la manière dont Dieu domine sur tout, sur les moyens qu’Il emploie pour le faire et selon quels principes Il gère toutes choses, afin qu’elles puissent exister sur cette planète que Dieu a créée. Nous avons également beaucoup parlé de la façon dont Dieu soutient l’humanité : par quels moyens Il répond à ses besoins, quels genres de milieux de vie Il donne aux hommes, par quels moyens et à partir de quels points de départ Il fournit à l’homme un milieu de vie stable. Bien que Je n’aie pas parlé directement de la relation entre la domination de Dieu sur toutes choses et Son administration de toutes choses et Sa gestion, Je vous ai parlé indirectement de Ses raisons pour administrer toutes choses de cette façon, ainsi que de Ses raisons pour soutenir et nourrir l’humanité de cette façon. Tout cela se rapporte à Sa gestion. Le contenu de ce dont nous avons parlé était très vaste : du macro-environnement à des choses beaucoup plus petites comme les besoins fondamentaux et le régime alimentaire des gens ; de la manière dont Dieu domine sur toutes choses et les fait fonctionner de façon ordonnée au milieu de vie juste et approprié qu’Il a créé pour les gens de toutes races, et ainsi de suite. Tout ce vaste contenu se rapporte à la manière dont les humains vivent dans la chair, c’est-à-dire que tout cela se rapporte aux choses du monde matériel qui sont visibles à l’œil nu et que les gens peuvent sentir, comme les montagnes, les rivières, les océans, les plaines, et ainsi de suite. Ce sont toutes des choses qui peuvent être vues et touchées. Quand Je parle de l’air et de la température, vous pouvez utiliser votre souffle pour sentir directement l’existence de l’air, et votre corps pour percevoir si la température est élevée ou basse. Les arbres, l’herbe, les oiseaux et les bêtes dans les forêts, les choses qui volent dans les airs et marchent sur la terre, les divers petits animaux qui sortent des terriers peuvent tous être vus par les gens avec leurs propres yeux et entendus avec leurs propres oreilles. Bien que le domaine concerné par toutes ces choses soit très vaste, parmi toutes les choses que Dieu a créées, elles ne représentent que le monde matériel. Les choses matérielles sont ce que les gens peuvent voir et percevoir, c’est-à-dire que lorsque tu les touches, tu les sens, et, quand tes yeux les voient, ton cerveau te présente une image, une représentation. Ce sont des choses qui sont réelles et vraies ; pour toi, elles ne sont pas abstraites, mais elles ont une forme. Elles peuvent être carrées ou rondes, grandes ou petites et chaque objet vous donne une impression différente. Toutes ces choses représentent cet aspect matériel de la création. Et donc, pour Dieu, qu’est-ce que « toutes choses » dans l’expression « la domination de Dieu sur toutes choses » incluent ? Elles n’incluent pas simplement les choses que les humains peuvent voir et toucher ; en plus, elles incluent tout ce qui est invisible et impalpable. C’est l’une des véritables significations de la domination de Dieu sur toutes choses. Même si de telles choses sont invisibles et impalpables pour les humains, pour Dieu, tant qu’elles peuvent être observées par Ses yeux et sont dans le cadre de Sa souveraineté, elles existent réellement. En dépit du fait qu’elles sont abstraites et inimaginables et, par ailleurs, invisibles et impalpables pour les humains, pour Dieu, elles existent réellement et vraiment. Il s’agit d’un autre monde parmi toutes les choses sur lesquelles Dieu règne et c’est une autre partie du domaine de toutes les choses sur lesquelles Il domine. C’est le thème de l’échange d’aujourd’hui : la façon dont Dieu domine et administre le monde spirituel. Puisque ce thème porte sur la façon dont Dieu domine sur toutes choses et les gère, il se rapporte au monde qui est à l’extérieur du monde matériel – le monde spirituel – et il est donc absolument vital que nous le comprenions. Ce n’est qu’après avoir communiqué à propos de ce contenu et après l’avoir compris que les gens pourront saisir de manière authentique le vrai sens des paroles : « Dieu est la source de vie pour toutes choses. » C’est la raison pour laquelle nous allons discuter de ce thème ; son but est de compléter le sujet : « Dieu domine sur toutes choses et Dieu gère toutes choses. » Quand vous entendez ce thème, vous sentez peut-être qu’il est étrange ou insondable, mais quoi que vous ressentiez, puisque le monde spirituel est une partie de toutes choses sur lesquelles Dieu domine, vous devez acquérir une certaine compréhension de ce thème. Après cela, vous aurez une appréciation, une compréhension et une connaissance plus profondes de l’expression : « Dieu est la source de vie pour toutes choses. »

Comment Dieu domine sur le monde spirituel et l’administre

Dans le monde matériel, chaque fois que les gens ne comprennent pas certaines choses ou certains phénomènes, ils peuvent rechercher les informations pertinentes ou utiliser différents moyens pour connaître les origines et l’histoire de ces choses. Mais en ce qui concerne l’autre monde dont nous parlons aujourd’hui – le monde spirituel qui existe en dehors du monde matériel – les gens n’ont absolument aucun moyen ou aucune méthode par lesquels apprendre quoi que ce soit à son sujet. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Je dis cela parce que dans le monde de l’humanité, tout ce qu’il y a dans le monde matériel est inséparable de l’existence physique de l’homme et parce que les gens sentent que tout, dans le monde matériel, est inséparable de leur être physique et de la vie physique ; la plupart des gens ne sont au courant que des choses matérielles devant leurs yeux et ne voient que ces choses qui sont visibles pour eux. Pourtant, en ce qui concerne le monde spirituel, c’est-à-dire tout ce qui est de cet autre monde, il serait juste de dire que la plupart des gens n’y croient pas. Parce que les gens ne le voient pas et croient qu’il est inutile de le comprendre ou de savoir quoi que ce soit à son sujet, de ne rien dire sur la façon dont le monde spirituel est un monde complètement différent du monde matériel et que, du point de vue de Dieu, il est ouvert (même si, pour les humains, il est secret et fermé), les gens ont beaucoup de mal à trouver un chemin menant à la compréhension des divers aspects de ce monde. Les différents aspects du monde spirituel dont Je vais parler ne concernent que l’administration et la souveraineté de Dieu ; Je ne révèle aucun mystère ni ne vous raconte aucun secret que vous souhaitez découvrir. Parce que cela concerne la souveraineté de Dieu, l’administration de Dieu et le soutien de Dieu, Je ne parlerai que de la partie qu’il est nécessaire que vous connaissiez.

Premièrement, permettez-Moi de vous poser une question : dans votre esprit, qu’est-ce que le monde spirituel ? Généralement parlant, c’est un monde en dehors du monde matériel, un monde à la fois invisible et impalpable pour les gens. Mais dans votre imagination, quel genre de monde devrait être le monde spirituel ? N’étant pas en mesure de le voir, vous n’êtes peut-être pas capables de réfléchir à son sujet. Mais quand vous entendez des légendes, vous continuez à y réfléchir et vous ne pouvez pas vous empêcher d’y penser. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Quelque chose arrive à beaucoup de gens quand ils sont jeunes : quand quelqu’un leur raconte une histoire effrayante, au sujet de fantômes ou d’esprits, ils ont une peur bleue. Pourquoi ont-ils peur au juste ? C’est parce qu’ils imaginent ces choses ; même s’ils ne peuvent pas les voir, ils sentent qu’elles sont dans leur chambre, cachées dans un coin dans l’obscurité, et ils ont tellement peur qu’ils n’osent pas aller dormir. Surtout le soir, ils ont trop peur d’être seuls dans leur chambre ou de s’aventurer tout seuls dans la cour. Tel est le monde spirituel de votre imagination et les gens pensent que c’est un monde effrayant. Le fait est que tout le monde se l’imagine dans une certaine mesure et que tout le monde peut le sentir un petit peu.

Commençons par parler du monde spirituel. Qu’est-ce que c’est ? Permettez-Moi de vous donner une explication courte et simple : le monde spirituel est un lieu important, différent du monde matériel. Pourquoi est-ce que Je dis qu’il est important ? Nous allons discuter de cela en détail. L’existence du monde spirituel est inextricablement liée au monde matériel de l’humanité. Dans la domination de Dieu sur toutes choses, il joue un rôle majeur dans le cycle humain de la vie et de la mort ; c’est son rôle et c’est l’une des raisons pour lesquelles son existence est importante. Puisque c’est un endroit indiscernable par les cinq sens, personne ne peut juger exactement si le monde spirituel existe ou non. Ses diverses dynamiques sont intimement liées à l’existence humaine, de sorte que le cycle de vie de l’humanité est également très influencé par le monde spirituel. Est-ce que cela concerne la souveraineté de Dieu ou pas ? Ça la concerne. Quand Je dis cela, vous comprenez pourquoi Je parle de ce thème : c’est parce qu’il concerne la souveraineté de Dieu, ainsi que Son administration. Dans un tel monde – un monde qui est invisible aux gens – chacun de ses édits, de ses décrets et de ses systèmes administratifs sont bien au-dessus des lois et des systèmes de toute nation du monde matériel, et aucun être vivant dans ce monde n’oserait les contrevenir ou les enfreindre. Est-ce que cela concerne la souveraineté et l’administration de Dieu ? Dans le monde spirituel, il y a des décrets administratifs clairs, des édits célestes clairs et des lois claires. À différents niveaux et dans divers domaines, des agents se conforment strictement à leur devoir et respectent les règles et les règlements, car ils savent quelles sont les conséquences s’ils enfreignent un édit céleste, ils ont clairement connaissance de la façon dont Dieu punit le mal et récompense le bien, comment Il administre et domine toutes choses. De plus, ils voient clairement comment Dieu exécute Ses édits et Ses lois célestes. Cela est-il différent du monde matériel habité par l’humanité ? C’est en effet extrêmement différent. Le monde spirituel est tout à fait différent du monde matériel. Comme il y a des édits et des lois célestes, cela concerne la souveraineté et l’administration de Dieu et, en outre, Son tempérament, ainsi que ce qu’Il a et est. Après avoir entendu cela, ne sentez-vous pas qu’il est grandement nécessaire que Je parle de ce thème ? Ne voulez-vous pas en apprendre les secrets inhérents ? (Si.) Tel est le concept du monde spirituel. Bien qu’il coexiste avec le monde matériel et soit en même temps soumis à l’administration et à la souveraineté de Dieu, l’administration et la souveraineté de ce monde par Dieu sont beaucoup plus strictes que celles du monde matériel. En ce qui concerne les détails, nous devrions commencer par la façon dont le monde spirituel est responsable de l’œuvre du cycle humain de la vie et de la mort, car c’est là une partie importante de l’œuvre des êtres du monde spirituel.

Parmi les hommes, Je catégorise tous les gens en trois types. Les premiers sont les incroyants qui sont les personnes sans croyances religieuses. Ils sont appelés incroyants. La majorité écrasante des incroyants ont seulement foi en l’argent ; ils ne défendent que leurs propres intérêts, sont matérialistes et ne croient qu’au monde matériel : ils n’adhèrent pas au cycle de la vie et de la mort ni à aucune allégation sur des divinités et des fantômes. Je catégorise ces gens-là comme des incroyants et ils sont le premier type. Le deuxième type comprend les différentes personnes de foi en dehors des incroyants. Parmi les hommes, Je divise ces gens de foi en plusieurs grands groupes : les premiers sont les juifs, les seconds sont les catholiques, les troisièmes sont les chrétiens, les quatrièmes sont les musulmans et les cinquièmes sont les bouddhistes ; il y en a cinq genres. Tels sont les différents genres de gens de foi. Le troisième type comprend ceux qui croient en Dieu, et cela vous inclut. De tels croyants sont ceux qui suivent Dieu aujourd’hui. Ces gens sont divisés en deux genres : les élus de Dieu et les exécutants. Ces principaux types ont été clairement différenciés. Vous êtes donc en mesure à présent de faire clairement la différence dans votre esprit entre les types et le classement des humains, n’est-ce pas ? Le premier type est constitué d’incroyants, et J’ai dit ce qu’ils étaient. Ceux qui ont foi dans le Vieillard dans le ciel comptent-ils comme des incroyants ? De nombreux incroyants croient seulement au Vieillard dans le ciel ; ils croient que le vent, la pluie, le tonnerre, etc., sont tous contrôlés par cette entité sur laquelle ils s’appuient pour la semence des cultures et pour la récolte, mais, quand la croyance en Dieu est mentionnée, ils sont réticents à croire en Lui. Peut-on appeler cela avoir la foi ? De telles gens sont inclus parmi les incroyants. Vous comprenez, n’est-ce pas ? Ne confondez pas ces catégories. Le deuxième type comprend les gens de foi et le troisième type comprend ceux qui suivent actuellement Dieu. Alors pourquoi ai-Je divisé tous les humains en ces types ? (Parce que les différents types de personnes ont des fins et des destinations différentes.) C’est là un aspect des choses. Lorsque ces diverses races et ces divers types de gens retourneront au monde spirituel, ils auront chacun un endroit différent où aller et seront soumis à diverses lois du cycle de la vie et de la mort. C’est donc pour cela que J’ai catégorisé les humains en ces grands types.

1. Le cycle de la vie et de la mort des incroyants

Commençons par le cycle de la vie et de la mort des incroyants. Quand les gens meurent, ils sont emmenés par un agent du monde spirituel. Quelle partie d’eux est emmenée, au juste ? Pas leur chair, mais leur âme. Quand leur âme est enlevée, ils arrivent à un endroit du monde spirituel, une agence qui reçoit spécialement les âmes des gens qui viennent tout juste de mourir. (Note : Le premier endroit où tout le monde va après la mort est étranger à l’âme.) Quand ils sont emmenés à cet endroit, un responsable effectue les premières vérifications, confirmant leur nom, leur adresse, leur âge et toutes leurs expériences. Tout ce qu’ils ont fait dans leur vie est consigné dans un livre et l’on en vérifie l’exactitude. Après que tout a été vérifié, le comportement de la personne et ses actions tout au long de sa vie sont utilisés pour déterminer si elle sera punie ou si elle continuera d’être réincarnée en tant qu’humain, ce qui est la première étape. Cette première étape est-elle effrayante ? Elle n’est pas trop effrayante, parce qu’il ne se passe rien de plus que l’arrivée de la personne dans un endroit obscur et inconnu.

Dans la deuxième étape, si la personne a fait beaucoup de mauvaises choses tout au long de sa vie et commis plusieurs mauvaises actions, alors elle sera emmenée dans un endroit de punition pour être traitée. C’est un endroit expressément réservé à la punition des gens. Les détails de la punition dépendent des péchés qu’ils ont commis, ainsi que du nombre de mauvaises choses qu’ils ont faites avant leur mort. C’est la première situation qui survient dans cette deuxième étape. En raison de ce qu’ils ont fait de mal et du mal qu’ils ont commis avant leur mort, quand ils seront réincarnés après leur punition, quand ils seront nés une fois de plus dans le monde matériel, certains continueront à être des humains, tandis que d’autres deviendront des animaux. Ce qui veut dire que lorsque les gens retournent au monde spirituel, ils sont punis à cause du mal qu’ils ont commis ; par ailleurs, à cause des mauvaises choses qu’ils ont faites, dans leur prochaine réincarnation, il est probable qu’ils deviennent non pas des humains, mais des animaux. Les différents animaux qu’ils peuvent devenir incluent les vaches, les chevaux, les porcs et les chiens. Certaines personnes peuvent se réincarner en oiseau, en canard, en oie… Après s’être réincarnés en animal, quand ils meurent à nouveau, ils retournent au monde spirituel. Là, comme la fois précédente, en fonction du comportement qui était le leur avant leur mort, le monde spirituel décidera si oui ou non ils se réincarneront en humain. La plupart des gens commettent trop de mal et leurs péchés sont trop graves. Ils doivent donc se réincarner en animal sept à douze fois. Sept à douze fois, n’est-ce pas effrayant ? (C’est effrayant.) Qu’est-ce qui vous effraie ? Une personne qui devient un animal, c’est terrifiant. Et pour une personne, qu’est-ce qui est le plus douloureux quand elle devient un animal ? N’avoir aucun langage, n’avoir que des pensées simples, être capable de faire seulement les choses que les animaux font et de manger ce que les animaux mangent, n’avoir que l’état d’esprit simple et le langage corporel d’un animal, ne pas être capable de marcher debout, ne pas être capable de communiquer avec les humains, et le fait qu’aucun des comportements et aucune des activités de l’homme n’a de rapport avec les animaux. C’est-à-dire qu’entre toutes choses, être un animal vous place tout en bas des êtres vivants et entraîne bien plus de souffrance que le fait d’être un humain. C’est un aspect de la punition du monde spirituel pour ceux qui ont fait beaucoup de mal et commis de grands péchés. En ce qui concerne la sévérité de leur punition, cela est déterminé en fonction du genre d’animal qu’ils deviennent. Par exemple, être un porc est-il mieux qu’être un chien ? Un porc a-t-il une vie meilleure ou pire que celle d’un chien ? Pire, n’est-ce pas ? Si les gens deviennent une vache ou un cheval, auront-ils une vie meilleure ou pire que s’ils deviennent un porc ? (Meilleure.) Serait-il plus confortable pour quelqu’un de se réincarner en chat ? Il serait de la même manière un animal, et être un chat serait bien plus facile qu’être une vache ou un cheval, parce que les chats peuvent paresser pendant presque tout leur temps dans la torpeur. Devenir une vache ou un cheval signifie plus de labeur. Par conséquent, si une personne se réincarne en vache ou en cheval, elle doit travailler dur, ce qui est semblable à une punition sévère. Devenir un chien serait un peu mieux que devenir une vache ou un cheval, parce qu’un chien a une relation plus étroite avec son maître. Certains chiens, étant des animaux de compagnie depuis plusieurs années, sont capables de comprendre beaucoup de ce que leurs maîtres disent. Parfois, un chien peut s’adapter à l’humeur et aux exigences de son maître et le maître traite mieux le chien, et le chien mange mieux et boit mieux, et, quand il a mal, il reçoit de meilleurs soins. Le chien ne connaît-il pas alors d’une vie heureuse ? Ainsi, être un chien est mieux qu’être une vache ou un cheval. En cela, la sévérité de la punition des gens détermine combien de fois ils se réincarnent en animal, ainsi qu’en quel type.

Parce qu’elles ont commis tellement de péchés pendant qu’elles étaient en vie, certaines personnes sont punies en se réincarnant en animal sept à douze fois. Ayant été punies suffisamment de fois, quand elles retournent au monde spirituel, elles sont emmenées ailleurs, dans un endroit où les âmes ont déjà été punies et sont du type qui se prépare à se réincarner en humain. Dans cet endroit, chaque âme est catégorisée selon un type en fonction du genre de famille dans laquelle elle sera née, du genre de rôle qu’elle jouera une fois qu’elle sera réincarnée, et ainsi de suite. Par exemple, certaines gens deviendront chanteurs quand ils viendront en ce monde et sont donc placés parmi les chanteurs ; certains deviendront hommes ou femmes d’affaires quand ils viendront en ce monde et sont donc placés parmi les hommes et les femmes d’affaires ; et si quelqu’un va devenir chercheur scientifique une fois devenu humain, il sera alors placé parmi les chercheurs scientifiques. Après avoir été classés, ils sont envoyés, chacun selon un moment différent et une date fixée, tout comme les gens envoient aujourd’hui des courriels. Ainsi sera complété un cycle de la vie et de la mort. Depuis le jour où une personne arrive dans le monde spirituel jusqu’à la fin de sa punition, ou jusqu’à ce qu’elle se soit réincarnée en animal plusieurs fois et se prépare à se réincarner en être humain, le processus est complet.

Quant à ceux qui ont fini d’être punis et qui ne se réincarnent pas en animal, seront-ils rapidement envoyés dans le monde matériel pour s’incarner en humains ? Ou combien de temps faudra-t-il avant qu’ils puissent arriver parmi les hommes ? Quelle est la fréquence avec laquelle cela peut se produire ? Il y a des restrictions temporelles à cela. Tout ce qui se passe dans le monde spirituel est soumis à des règles et à des restrictions temporelles précises, ce que vous comprendrez si Je vous l’explique avec des chiffres. Pour ceux qui se réincarnent dans un court laps de temps quand ils meurent, des préparations auront déjà été faites pour qu’ils se réincarnent en humains. Le temps le plus court pendant lequel cela peut se produire, c’est trois jours. Pour certains, cela prend trois mois, pour certains, cela prend trois ans, pour certains, cela prend trente ans, pour certains, cela prend trois cents ans, et ainsi de suite. Alors, que peut-on dire au sujet de ces règles temporelles et de leurs détails précis ? Elles se fondent sur ce dont le monde matériel, le monde de l’homme, a besoin de trouver dans une âme, et sur le rôle que cette âme est censée jouer dans ce monde. Quand les gens se réincarnent en humain ordinaire, la plupart d’entre eux se réincarnent très vite parce que le monde de l’homme a un besoin urgent de ces gens ordinaires, et donc, trois jours plus tard, ils sont envoyés de nouveau dans une famille qui est tout à fait différente de celle qu’ils avaient avant leur mort. Il y a toutefois des gens qui jouent un rôle particulier dans ce monde. « Particulier » signifie qu’il n’y a pas une grande demande pour ces gens dans le monde de l’homme ; peu de gens sont nécessaires pour jouer un tel rôle, donc cela peut prendre trois cents ans. En d’autres termes, cette âme ne viendra qu’une fois tous les trois cents ans, ou même une fois tous les trois mille ans seulement. Pourquoi cela ? C’est en raison du fait que soit pendant trois cents ans, soit pendant trois mille ans, un tel rôle n’est pas nécessaire dans le monde de l’homme, donc ils sont gardés quelque part dans le monde spirituel. Prenez Confucius, par exemple : il a eu un impact profond sur la culture traditionnelle chinoise et son arrivée a eu une profonde incidence sur la culture, la connaissance, la tradition et l’idéologie des gens de cette époque. Cependant, un homme comme lui n’est pas nécessaire à toutes les époques, donc il a dû rester dans le monde spirituel pendant trois cents ou trois mille ans avant de se réincarner. Parce que le monde de l’homme n’avait pas besoin de quelqu’un comme lui, il a dû attendre sans rien faire, car il y avait très peu de rôles comme le sien et très peu à faire. De ce fait, il a dû être gardé quelque part dans le monde spirituel pour la plus grande partie de ce temps, inactif, pour être envoyé une fois que le monde de l’homme a eu besoin de lui. Telles sont les règles temporelles du monde spirituel sur la fréquence de réincarnation pour la plupart des gens. Que ce soit pour quelqu’un d’ordinaire ou de spécial, le monde spirituel a des règles appropriées et des pratiques correctes pour le traitement de leur réincarnation et ces règles et ces pratiques sont envoyées par Dieu, et non déterminées ou contrôlées par un agent ou un être du monde spirituel. Vous comprenez cela maintenant, n’est-ce pas ?

Pour toute âme, sa réincarnation, le rôle qu’elle joue dans cette vie, la famille dans laquelle elle est née et le genre de vie qu’elle mène sont étroitement liés au passé de cette âme. Toutes sortes de gens viennent dans le monde de l’homme et les rôles qu’ils jouent varient, tout comme les tâches qu’ils accomplissent. Or quelles sont ces tâches ? Certains sont venus pour rembourser des dettes : s’ils devaient trop d’argent aux autres dans leurs vies antérieures, ils viennent pour rembourser ces dettes dans cette vie. Certains, par contre, sont venus pour recouvrer des dettes : on leur a volé trop de choses et trop d’argent dans leurs vies antérieures ; par conséquent, après leur arrivée dans le monde spirituel, celui-ci leur rend justice et leur permet de recouvrer leurs dettes dans cette vie. Certains sont venus pour rembourser des dettes de gratitude : durant leur vie antérieure – c’est-à-dire leur réincarnation précédente – quelqu’un a été bon envers eux, et comme ils ont reçu une excellente occasion de se réincarner dans cette vie, ils renaissent donc pour rembourser ces dettes de gratitude. D’autres, par contre, renaissent dans cette vie pour réclamer des vies. Et la vie de qui réclament-ils ? La vie des gens qui les ont tués dans leurs vies antérieures. En somme, la vie présente de chaque personne a un grand rapport avec ses vies antérieures ; ce rapport est impossible à rompre. C’est-à-dire que la vie actuelle de chaque personne est grandement affectée par celle d’avant. Par exemple, disons qu’avant de mourir, Zhang ait volé une grosse somme d’argent à Li. Zhang a-t-il alors une dette envers Li ? Oui, donc est-il alors naturel que Li recouvre la dette que Zhang a envers lui ? Par conséquent, après leur mort, il y a une dette entre eux qui doit être réglée. Quand ils se réincarnent et que Zhang devient humain, comment Li recouvre-t-il sa dette ? Une méthode est de renaître comme le fils de Zhang ; Zhang gagne une grosse somme d’argent qui est ensuite dilapidée par Li. Peu importe combien d’argent Zhang gagne, son fils Li le dilapide. Peu importe combien Zhang gagne, ce n’est jamais assez ; et pendant ce temps, son fils, pour une raison ou pour une autre, finit toujours par dépenser l’argent de son père par divers moyens. Zhang, mystifié, se demande : « Pourquoi mon fils est-il toujours un tel porte-malheur ? Pourquoi les fils des autres se comportent-ils si bien ? Pourquoi mon propre fils n’a-t-il pas d’ambition, pourquoi est-il si inutile et incapable de gagner de l’argent et pourquoi dois-je toujours le soutenir ? Puisque je dois le soutenir, je vais le faire, mais pourquoi a-t-il toujours besoin de plus d’argent, peu importe combien je lui donne ? Pourquoi est-il incapable de gagner sa vie honnêtement et que, au lieu de cela, il fait toutes sortes de choses comme paresser, manger, boire, se débaucher et parier ? Que diable se passe-t-il ? » Zhang prend alors un moment pour réfléchir : « Il se pourrait que j’aie une dette envers lui à cause d’une vie antérieure. Eh bien, je vais la payer ! Cela ne prendra fin que lorsque j’aurai entièrement payé ! » Le jour viendra peut-être où Li aura vraiment recouvré sa dette, et, vers quarante ou cinquante ans, il pourrait soudain reprendre ses esprits et avoir une illumination : « Je n’ai pas fait une seule bonne chose de toute la première moitié de ma vie ! J’ai dilapidé tout l’argent que mon père a gagné, je devrais donc commencer à être quelqu’un de bien ! Je vais me préparer ; je vais être honnête, je vais vivre correctement et je ne causerai plus jamais de peine à mon père ! » Pourquoi pense-t-il cela ? Pourquoi s’améliore-t-il soudainement ? Y a-t-il une raison à cela ? Quelle en est la raison ? (C’est que Li a recouvré sa dette ; Zhang a remboursé sa dette.) En cela, il y a une cause et un effet. L’histoire a commencé il y a très longtemps, bien avant leur vie actuelle ; cette histoire de leur vie passée est arrivée à leur vie actuelle et l’un ne peut blâmer l’autre. Peu importe ce que Zhang enseignait à son fils, son fils n’écoutait pas et ne gagnait pas non plus sa vie honnêtement. Pourtant, le jour où la dette a été remboursée, il n’y a pas eu besoin d’enseigner quelque chose à son fils : il a compris naturellement. C’est un simple exemple. Y a-t-il beaucoup d’exemples similaires ? (Oui.) Qu’est-ce que cela enseigne aux gens ? (Qu’ils devraient être bons et ne pas faire le mal.) Qu’ils ne devraient faire aucun mal et qu’il y aura des représailles pour leurs méfaits ! La plupart des incroyants commettent beaucoup de mal et leurs méfaits sont rétribués, n’est-ce pas ? Cependant, de telles représailles sont-elles arbitraires ? Les représailles pour chaque acte sont liées à un contexte et à une raison. Crois-tu qu’il ne t’arrivera rien si tu voles de l’argent à quelqu’un ? Après avoir dérobé cet argent, crois-tu qu’il n’y aura pas de conséquences pour toi ? Ce serait impossible ; il y aurait bel et bien des conséquences ! Peu importe qui ils sont ou s’ils croient qu’il y a un Dieu ou non, tous les gens doivent assumer la responsabilité de leur propre comportement et les conséquences de leurs actes. En ce qui concerne ce simple exemple – Zhang étant puni et Li, remboursé – n’est-ce pas juste ? Quand les gens agissent ainsi, c’est ce genre de résultat qui se produit. C’est inséparable de l’administration du monde spirituel. Même s’ils sont incroyants, l’existence de ceux qui ne croient pas en Dieu est soumise à ce genre d’édits et de décrets célestes. Personne ne peut en échapper et personne ne peut éviter cette réalité.

Ceux qui n’ont pas la foi croient souvent que tout ce qui est visible aux humains existe, alors que tout ce qui ne peut pas être vu ou qui est très éloigné des gens n’existe pas. Ils préfèrent croire qu’il n’y a pas de « cycle de la vie et de la mort », et qu’il n’y a pas de « punition » ; de ce fait, ils pèchent et commettent le mal sans componction. Après quoi, ils sont punis ou se réincarnent en animal. La plupart des différentes sortes de gens parmi les incroyants tombent dans ce cercle vicieux. C’est parce qu’ils ne savent pas que le monde spirituel est strict dans son administration de tous les êtres vivants. Que tu croies ou non, ce fait existe, car aucune personne ou aucun objet ne peut échapper au cadre de ce que Dieu observe de Ses yeux et aucune personne ou aucun objet ne peut échapper aux règles et aux limites de Ses édits et de Ses décrets célestes. Ainsi, cet exemple simple explique à chacun que peu importe que tu croies en Dieu ou non, pécher et commettre le mal est inacceptable et toute action entraîne des conséquences. Quand quelqu’un qui a dérobé à un autre son argent est puni, cette punition est juste. Un tel comportement commun comme celui-ci est puni dans le monde spirituel, et une telle punition est administrée par les décrets et les édits célestes de Dieu. Par conséquent, un comportement sérieusement criminel et méchant – le viol et le pillage, la fraude et la tromperie, le vol et l’escroquerie, le meurtre et l’incendie volontaire, et ainsi de suite – est encore plus assujetti à une liste de punitions plus ou moins graves. Qu’est-ce que ces punitions d’une sévérité variable comprennent ? Certaines d’entre elles établissent le degré de sévérité en se servant du temps, tandis que certaines le font par des méthodologies différentes ; d’autres encore le font en déterminant le lieu où les gens vont quand ils se réincarnent. Par exemple, certaines personnes sont vulgaires. À quoi se réfère le mot « vulgaires » ? Il renvoie au fait de lancer fréquemment des jurons aux autres et d’employer des paroles malveillantes qui maudissent les autres. Que signifie « paroles malveillantes » ? Cela indique que la personne a un cœur malveillant. Les paroles mauvaises qui maudissent les autres viennent souvent de la bouche de telles personnes et de telles paroles malveillantes entraînent de graves conséquences. Après leur mort et après avoir reçu la punition appropriée, ces gens peuvent renaître muets. Certains sont très astucieux quand ils sont encore vivants ; ils profitent souvent des autres, leurs petites combines sont particulièrement bien planifiées et ils causent beaucoup de tort aux autres. Ils pourraient renaître comme un faible d’esprit ou avec un handicap mental. Certains épient les affaires privées des autres ; leurs yeux voient ce qui ne devrait pas leur être accessible, ils apprennent beaucoup de choses qu’ils ne devraient pas savoir. Par conséquent, lorsqu’ils renaissent, ils peuvent être aveugles. Certains sont très agiles quand ils sont vivants, ils se battent souvent et font beaucoup de mal. À cause de cela, quand ils renaissent, ils peuvent être infirmes, éclopés ou manchots ; par ailleurs, ils pourraient se réincarner en bossus ou avoir un torticolis, boiter, avoir une jambe plus courte que l’autre, et ainsi de suite. En cela, ils ont été soumis à diverses punitions en fonction de la sévérité du mal qu’ils ont commis pendant leur vie. Pourquoi, à votre avis, certains sont-ils amblyopes ? Y en a-t-il beaucoup ? De nos jours, il n’y en a pas qu’un peu. Certains sont amblyopes parce que, dans leurs vies antérieures, ils ont trop fait usage de leurs yeux et ont fait trop de mauvaises choses, donc ils sont nés dans cette vie en étant amblyopes et, dans les cas graves, ils sont même nés aveugles. Ce sont des représailles ! Certains s’entendent bien avec les autres avant de mourir ; ils font beaucoup de bonnes choses pour leurs proches, leurs amis, leurs collègues, ou pour les gens en relation avec eux. Ils font la charité et se soucient des autres ou les aident financièrement, et les gens les gardent en grande estime. Quand ces gens retournent au monde spirituel, ils ne sont pas punis. Si des incroyants ne sont punis d’aucune manière que ce soit, cela signifie qu’ils étaient des gens très bien. Au lieu de croire en l’existence de Dieu, ils croient seulement au Vieillard dans le ciel. Une telle personne croit seulement qu’il y a un esprit là-haut qui surveille tout ce qu’elle fait ; c’est tout ce que cette personne croit. Le résultat, c’est que cette personne se comporte beaucoup mieux. Des gens pareils ont un grand cœur et sont charitables, et quand ils retourneront finalement au monde spirituel, il les traitera très bien, ils se réincarneront rapidement. Quand ils renaîtront, dans quel genre de famille vivront-ils ? Même si ce n’est pas une famille riche, elle ne leur fera pas de mal, il y aura de l’harmonie entre ses membres ; ces personnes réincarnées y passeront des jours sûrs et heureux, et tous seront joyeux et auront une bonne vie. Lorsque ces gens atteindront l’âge adulte, ils auront une grande famille élargie, leurs enfants seront talentueux et auront du succès, et leur famille jouira d’une bonne fortune. Un tel résultat a un grand rapport avec la vie antérieure de ces gens. Cela veut dire que là où la personne va après sa mort et sa réincarnation, qu’elle soit homme ou femme, sa mission, ce par quoi elle devra passer dans sa vie, les revers qu’elle connaîtra, les bénédictions qu’elle recevra, qui elle rencontrera et ce qui lui arrivera : personne ne peut prédire ces choses-là, les éviter ou y échapper. Cela veut dire qu’une fois que ta vie a été déterminée, quoi qu’il t’arrive, quoi que tu fasses pour essayer de l’éviter et quel que soit les moyens que tu emploies pour cela, tu ne peux en aucun cas violer le cours de la vie que Dieu a prévu pour toi dans le monde spirituel. Car, lorsque tu te réincarnes, le destin de ta vie a déjà été déterminé. Que ce soit bon ou mauvais, tout le monde devrait faire face à cela et continuer à aller de l’avant ; c’est une question que personne qui vit dans ce monde ne peut éviter et aucune question n’est plus réelle. Vous avez bien compris tout ce que J’ai dit, n’est-ce pas ?

Ayant compris ces choses-là, voyez-vous maintenant que l’administration et les contrôles de Dieu du cycle de la vie et de la mort des incroyants sont très exigeants et rigoureux ? Premièrement, Il a établi divers édits, décrets et systèmes célestes dans le domaine spirituel, et une fois que ceux-ci sont déclarés, ils sont très strictement réalisés, comme Dieu l’a déterminé, par des êtres occupant divers postes officiels dans le monde spirituel et personne n’oserait les violer. Par conséquent, dans le cycle de la vie et de la mort de l’humanité dans le monde de l’homme, que quelqu’un se réincarne en animal ou en humain, il y a des lois pour les deux. Parce que ces lois viennent de Dieu, personne n’ose les violer et personne n’est en mesure de les violer. C’est seulement en raison d’une telle souveraineté de Dieu et parce que de telles lois existent que le monde matériel visible aux gens est régulier et ordonné ; c’est seulement à cause de cette souveraineté de Dieu que les humains sont capables de coexister pacifiquement avec l’autre monde qui leur est complètement invisible et d’y vivre en harmonie. Tout cela est inséparable de la souveraineté de Dieu. Après que la vie charnelle d’une personne s’est éteinte, l’âme est toujours vivante, et donc, que se passerait-il si elle n’était pas sous l’administration de Dieu ? L’âme flânerait en tous lieux, ferait intrusion partout et nuirait même aux êtres vivants dans le monde des humains. Un tel tort ne nuirait pas seulement à l’humanité, mais pourrait affecter aussi les plantes et les animaux. Toutefois, les hommes seraient les premiers à en souffrir. Si cela arrivait – si une telle âme était sans administration, nuisait vraiment à des gens et, de fait, faisait de mauvaises choses – alors cette âme serait aussi traitée de manière appropriée dans le monde spirituel : si les choses étaient graves, l’âme cesserait bientôt d’exister et serait détruite. Si possible, elle serait placée quelque part et se réincarnerait ensuite. Autrement dit, l’administration des nombreuses âmes dans le monde spirituel est ordonnée et réalisée conformément à des étapes et à des règles. C’est seulement à cause d’une telle administration que le monde matériel de l’homme n’est pas tombé dans le chaos, que les humains du monde matériel possèdent une mentalité normale, une raison normale et une vie charnelle ordonnée. C’est seulement après que l’humanité aura une telle vie normale que ceux qui vivent dans la chair pourront continuer à prospérer et à se reproduire à travers les générations.

Que pensez-vous des paroles que vous venez d’entendre ? Sont-elles nouvelles pour vous ? Quel genre d’impressions les thèmes de l’échange d’aujourd’hui vous ont-ils laissé ? À part leur nouveauté, ressentez-vous autre chose ? (Les gens devraient bien se comporter et nous voyons que Dieu est grand et devrait être vénéré.) (Ayant tout juste entendu l’échange de Dieu sur la façon dont Dieu arrange les fins de divers types de gens, à certains égards, je sens que Son tempérament ne permet aucune offense et que je devrais Le vénérer ; à d’autres égards, je suis conscient de la sorte de gens que Dieu aime et de la sorte qu’Il n’aime pas, donc, je veux être un de ceux qu’Il aime.) Voyez-vous que Dieu fonde Ses actions sur des principes dans ce domaine ? Quels sont les principes selon lesquels Il agit ? (Il détermine la fin des gens selon tout ce qu’ils font.) Cela se rapporte aux différentes fins des incroyants dont nous venons de parler. En ce qui concerne les incroyants, le principe des actions de Dieu est-il de récompenser les bons et de punir les méchants ? Y a-t-il des exceptions ? (Non.) Voyez-vous qu’il y a un principe derrière les actions de Dieu ? Les incroyants ne croient pas réellement en Dieu, ils ne respectent pas non plus les orchestrations de Dieu. En plus, ils ne sont pas conscients de Sa souveraineté, encore moins Le reconnaissent-ils. De manière plus grave, ils profanent Dieu, Le maudissent et sont hostiles envers ceux qui croient en Dieu. Malgré cette attitude envers Dieu, Son administration envers eux ne dévie quand même pas de Ses principes ; Il les administre de manière ordonnée, conformément à Ses principes et à Son tempérament. Comment considère-t-Il leur hostilité ? Comme de l’ignorance ! Par conséquent, Il a fait en sorte que ces gens – c’est-à-dire la grande majorité des incroyants – se réincarnent en animal dans le passé. Alors, que sont exactement les incroyants aux yeux de Dieu ? Ce sont tous des bêtes. Dieu administre les bêtes aussi bien que l’humanité et pour de telles personnes, Il a les mêmes principes. Même dans Son administration de ces gens-là, on peut encore voir Son tempérament, ainsi que Ses lois derrière Sa domination sur toutes choses. Et donc, voyez-vous la souveraineté de Dieu dans les principes par lesquels Il administre les incroyants que Je viens de mentionner ? Voyez-vous le tempérament juste de Dieu ? (Nous le voyons.) Autrement dit, de toutes les choses, quelle que soit celle avec laquelle Il traite, Dieu agit selon Ses propres principes et Son tempérament. Telle est l’essence de Dieu ; Il ne romprait jamais fortuitement les décrets ou les édits célestes qu’Il a mis en place simplement parce qu’Il considère ce genre de personnes comme des bêtes. Dieu agit selon des principes, sans la moindre imprudence, et absolument aucun facteur n’affecte Ses actions. Tout ce qu’Il fait respecte Ses propres principes. C’est parce que Dieu possède l’essence de Dieu Lui-même ; c’est un aspect de Son essence qu’aucun être créé ne possède. Dieu est consciencieux et responsable dans Son traitement de tout objet, de toute personne et de tout être vivant parmi toutes les choses qu’Il a créées, ainsi que dans la manière dont Il les aborde, les gère, les administre et les gouverne. Il n’a jamais fait preuve de négligence dans ce domaine. Pour ceux qui sont bons, Il est aimable et bienveillant ; à ceux qui sont méchants, Il inflige une punition sans pitié ; et pour les différents êtres vivants, Il fait des arrangements appropriés en temps opportun et de manière régulière en fonction de diverses exigences du monde humain à différents moments, de sorte que ces différents êtres vivants se réincarnent en fonction des rôles qu’ils jouent d’une manière ordonnée et passent du monde matériel au monde spirituel d’une manière méthodique.

La mort d’un être vivant – le terme d’une vie physique – signifie que l’être vivant est passé du monde matériel au monde spirituel, alors que la naissance d’une nouvelle vie physique signifie qu’un être vivant est venu du monde spirituel pour entrer dans le monde matériel et a commencé à assumer et à jouer son rôle. Que ce soit le départ ou l’arrivée d’un être, les deux sont inséparables du travail du monde spirituel. Le temps que quelqu’un arrive dans le monde matériel, des définitions et des arrangements appropriés ont déjà été formés par Dieu dans le monde spirituel quant à la famille où il ira, quant à l’époque où il arrivera, à l’heure où il arrivera et au rôle qu’il jouera. De ce fait, toute la vie de cette personne, ce qu’elle fait et les chemins qu’elle emprunte, se déroulera selon les arrangements opérés dans le monde spirituel, sans la moindre déviance. De plus, le moment où une vie physique prend fin et la manière et le lieu de cette fin sont clairs et discernables pour le monde spirituel. Dieu domine sur le monde matériel et Il domine aussi sur le monde spirituel. Il ne retardera pas le cycle normal de la vie et de la mort d’une âme et Il ne pourrait jamais non plus commettre des erreurs dans les arrangements de ce cycle. Tous les agents aux postes officiels du monde spirituel exécutent leurs tâches individuelles et font ce qu’ils doivent faire, conformément aux instructions et aux règles de Dieu. Ainsi, dans le monde de l’humanité, tout phénomène matériel contemplé par l’homme est en ordre, et ne comporte rien de chaotique. Tout cela est à cause du règne ordonné sur toutes choses par Dieu, et c’est aussi à cause du fait que Son autorité domine sur tout. Sa domination comprend le monde matériel où vit l’homme et, en plus, le monde spirituel invisible qui sous-tend l’humanité. Par conséquent, si les humains souhaitent avoir une bonne vie et espèrent vivre dans un bel environnement, en plus de profiter de tout le monde matériel visible, le monde spirituel aussi doit leur être donné, ce monde que personne ne peut voir, qui gouverne chaque être vivant au nom de l’humanité et qui est ordonné. Ainsi, en ayant dit que Dieu était la source de vie pour toutes choses, n’avons-nous pas élevé notre connaissance et notre compréhension de « toutes choses » ? (Si.)

2. Le cycle de la vie et de la mort des différentes personnes de foi

Nous venons tout juste de discuter du cycle de la vie et de la mort des personnes de la première catégorie, les incroyants. Maintenant, nous allons discuter de la deuxième catégorie, les différentes personnes de foi. « Le cycle de la vie et de la mort des différentes personnes de foi » est encore un autre thème très important, et il est hautement nécessaire que vous en ayez une certaine compréhension. Tout d’abord, parlons des fois auxquelles fait référence la « foi » dans l’expression « les personnes de foi » : les cinq grandes religions du judaïsme, du christianisme, du catholicisme, de l’islam et du bouddhisme. En plus des incroyants, les gens qui croient en ces cinq religions occupent une grande partie de la population mondiale. Parmi ces cinq religions, ceux qui ont fait une carrière de leur foi sont peu nombreux, pourtant, ces religions comptent beaucoup d’adeptes. Ceux-ci iront à un endroit différent quand ils mourront. « Différent » de qui ? Des incroyants, des gens sans foi dont nous venons de parler. Après leur mort, les croyants de ces cinq religions vont ailleurs, dans un endroit différent de celui des incroyants. Toutefois, le procédé reste le même ; le monde spirituel les jugera pareillement en fonction de tout ce qu’ils auront fait avant leur mort, après quoi ils seront traités en conséquence. Cependant, pourquoi ces gens-là sont-ils placés dans un endroit différent pour être traités ? Il y a une raison importante à cela. Quelle est-elle ? Je vais vous l’expliquer à l’aide d’un exemple. Mais avant cela, il se peut que vous vous disiez : « C’est peut-être parce qu’ils ont une petite croyance en Dieu ! Ce ne sont pas des incroyants finis. » Toutefois, ce n’en est pas la raison. Il y a une raison très importante pour laquelle ils sont tenus à l’écart des autres.

Prenez le Bouddhisme, par exemple. Je vais vous énoncer un fait. Un bouddhiste est avant tout quelqu’un qui s’est converti au bouddhisme et c’est quelqu’un qui sait ce qu’est sa croyance. Quand des bouddhistes se coupent les cheveux et deviennent des moines ou des religieuses, cela signifie qu’ils se sont séparés du monde séculier et ont laissé derrière eux la clameur du monde humain. Chaque jour, ils récitent les sutras et ils psalmodient les noms des Bouddhas, ne mangent que de la nourriture végétarienne, mènent une vie ascétique et passent leurs journées avec pour seule compagnie la lumière froide et faible d’une lampe à beurre. Ils passent toute leur vie de cette façon. Quand la vie physique des bouddhistes se termine, ils font un résumé de leur vie, mais, dans leur cœur, ils ne savent pas où ils iront après leur mort, qui ils rencontreront, ni quelle sera leur fin : au fond, ils n’ont pas d’idée précise de ces choses-là. Ils n’auront rien fait de plus que de porter aveuglément une sorte de foi tout au long de leur vie, après quoi ils quittent le monde humain avec leurs vœux et leurs idéaux aveugles. Telle est le terme de la vie physique des bouddhistes lorsqu’ils quittent le monde des vivants ; après cela, ils retournent à leur lieu d’origine dans le monde spirituel. Que ces personnes se réincarnent pour revenir sur terre et continuer leur croissance personnelle ou, au contraire, que ce ne soit pas le cas dépend de leur comportement et de leur pratique avant leur mort. S’ils n’ont rien fait de mal au cours de leur vie, ils se réincarneront rapidement et seront renvoyés sur terre à nouveau où ils vont une fois de plus devenir moine ou religieuse. C’est-à-dire qu’ils pratiquent la croissance personnelle au cours de leur vie physique conformément à la manière dont ils pratiquaient la croissance personnelle la première fois et, une fois que leur vie physique est terminée, ils retournent dans le domaine spirituel où ils sont examinés. Après cela, si aucun problème n’est détecté, ils peuvent retourner une fois de plus dans le monde de l’homme et, à nouveau, se convertir au bouddhisme, continuant ainsi leur pratique. Après s’être réincarnés trois à sept fois, ils retourneront une fois de plus au monde spirituel, où ils vont chaque fois que leur vie physique se termine. Si leurs différentes compétences et leur comportement dans le monde humain ont été conformes aux édits célestes du monde spirituel, alors à partir de ce moment-là, ils y resteront ; ils ne se réincarneront plus en humains, et il n’y aura aucun risque non plus qu’ils soient punis pour avoir fait le mal sur la terre. Ils ne feront plus jamais l’expérience de ce processus. Au contraire, selon leurs circonstances, ils auront une position dans le domaine spirituel. C’est ce que les bouddhistes appellent l’« atteinte de la bouddhéité ». Atteindre la bouddhéité signifie principalement porter du fruit en tant que responsable dans le monde spirituel et, par la suite, ne plus se réincarner ni encourir le risque d’être puni. De plus, ça signifie ne plus souffrir des afflictions liées au fait d’être un humain après une réincarnation. Alors y a-t-il encore une chance qu’ils se réincarnent en animal ? (Non.) Cela signifie qu’ils resteront pour jouer un rôle dans le monde spirituel et ne se réincarneront plus. C’est un exemple de la façon d’obtenir le fruit de la bouddhéité dans le bouddhisme. Quant à ceux qui n’obtiennent pas de fruit, à leur retour au monde spirituel, ils sont soumis à l’examen et à la vérification du responsable compétent, qui découvre que, alors qu’ils étaient en vie, ils n’ont pas minutieusement pratiqué la croissance personnelle ou n’ont pas été consciencieux dans la récitation des sutras et dans la psalmodie des noms des Bouddhas comme le prescrit le bouddhisme et que, au contraire, ils ont commis beaucoup de méfaits et se sont adonnés à de nombreux comportements mauvais. Ensuite, dans le monde spirituel, un jugement est rendu au sujet de leur malfaisance et, après cela, ils sont assurément punis. En cela, il n’y a aucune exception. De ce fait, quand est-ce que de tels individus obtiendront du fruit ? Au cours d’une vie où ils ne commettent pas le mal, lorsqu’après leur retour au monde spirituel, il sera établi qu’ils n’ont rien fait de mal avant de mourir. Ils continuent ensuite à se réincarner, à chanter les sutras et à psalmodier les noms des Bouddhas, passant leurs journées à la lumière froide et faible d’une lampe à beurre, s’empêchant de mettre à mort toute chose vivante ou de manger de la viande. Ils ne participent pas au monde de l’homme, laissant leurs ennuis loin derrière et n’ayant aucun conflit avec les autres. Au cours de ce processus, s’ils n’ont commis aucun mal, alors après qu’ils sont retournés au monde spirituel et que toutes leurs actions et tous leurs comportements ont été examinés, ils sont de nouveau envoyés dans le domaine humain, dans un cycle qui se répète trois à sept fois. Si aucune mauvaise conduite n’est commise pendant ce temps, alors leur atteinte de la bouddhéité ne sera pas affectée et ne sera pas retardée. C’est là une caractéristique du cycle de la vie et de la mort de toutes les personnes de foi : elles peuvent « obtenir du fruit » et recevoir une position dans le monde spirituel ; c’est ce qui les rend différentes des incroyants. Tout d’abord, alors qu’ils vivent encore sur la terre, comment se conduisent ceux qui sont en mesure de recevoir une position dans le monde spirituel ? Ils doivent s’assurer de ne commettre absolument aucun mal : ils ne doivent pas tuer, commettre des incendies volontaires, violer ou piller ; s’ils s’adonnent à la fraude, à la tromperie, au vol ou à l’escroquerie, alors ils ne peuvent pas obtenir du fruit. Autrement dit, s’ils sont de quelque manière liés ou affiliés à une quelconque malfaisance, ils ne seront pas en mesure d’échapper à la punition que le monde spirituel leur infligera. Le monde spirituel établit des arrangements appropriés pour les bouddhistes qui atteignent la bouddhéité : ils peuvent se voir confier l’administration de ceux qui s’avèrent croire au bouddhisme et au Vieillard dans le ciel ; ils recevront peut-être une compétence. Ils peuvent aussi être seulement responsables des incroyants ou occuper des postes avec des devoirs tout à fait mineurs. Cette répartition a lieu en fonction des diverses natures de leurs âmes. Voilà pour l’exemple du bouddhisme.

Parmi les cinq religions dont nous avons parlé, le christianisme est un cas relativement à part. Qu’est-ce qui fait que les chrétiens sont si particuliers ? Ce sont des gens qui croient au vrai Dieu. Comment ceux qui croient au vrai Dieu peuvent-ils être mentionnés ici ? Puisque le christianisme est une sorte de foi, il est indubitablement lié seulement à la foi ; il n’est qu’une sorte de cérémonie, une sorte de religion et quelque chose de complètement différent de la foi de ceux qui suivent véritablement Dieu. La raison pour laquelle J’ai inclus le christianisme parmi les cinq grandes « religions », c’est qu’il a été réduit au même niveau que le judaïsme, le bouddhisme et l’islam. La plupart des gens concernés ne croient pas qu’il y ait un Dieu ou qu’Il règne sur toutes choses ; encore moins croient-ils en Son existence. Au contraire, ils se servent simplement des Écritures pour discuter théologie et utilisent la théologie pour enseigner aux gens à être bons, à endurer la souffrance et à faire de bonnes choses. C’est le genre de religion qu’est devenu le christianisme : il se concentre uniquement sur des théories théologiques, n’entretenant absolument aucun rapport avec l’œuvre de la gestion et du salut de l’homme par Dieu. C’est devenu une religion de gens qui suivent Dieu, mais qui ne sont en fait pas reconnus par Dieu. Toutefois, Dieu a aussi un principe pour aborder de telles personnes. Il ne les traite pas nonchalamment ni ne S’occupe d’elles à Son gré comme avec les incroyants. Il traite ces gens-là comme Il traite les bouddhistes : si, pendant qu’ils sont vivants, les chrétiens peuvent pratiquer une discipline personnelle, respectent strictement les dix Commandements et ont, quant à leur comportement, des exigences conformes aux lois et aux commandements et y adhèrent toute leur vie, alors ils doivent aussi passer le même temps à travers les cycles de la vie et de la mort avant de pouvoir vraiment atteindre le prétendu « enlèvement ». Après avoir atteint cet enlèvement, ils restent dans le monde spirituel où ils reçoivent une position et deviennent l’un de ses responsables. De même, s’ils commettent le mal sur la terre, s’ils sont démesurément pécheurs et commettent trop de péchés, alors ils seront inévitablement punis et corrigés selon un degré variable de sévérité. Dans le bouddhisme, produire du fruit signifie entrer dans la Terre pure, la bienheureuse, mais comment appelle-t-on cela dans le christianisme ? On appelle cela « aller au ciel » et être « enlevé ». Ceux qui sont vraiment « enlevés » passent aussi à travers le cycle de la vie et de la mort trois à sept fois, après quoi, une fois morts, ils arrivent dans le monde spirituel comme s’ils s’étaient endormis. S’ils répondent aux normes, ils peuvent rester là pour endosser une position, et, à la différence des gens sur la terre, ils ne se réincarneront pas d’une manière simple ou selon l’usage.

Parmi toutes ces religions, la fin dont ils parlent et à laquelle ils aspirent est la même que porter du fruit dans le bouddhisme ; sauf que les moyens pour réaliser ce « fruit » sont tout simplement différents, mais en gros, ils se ressemblent. À cette portion d’adeptes de ces religions qui sont en mesure de respecter strictement les préceptes religieux dans leur comportement, Dieu fournit une destination appropriée, un endroit approprié où aller et Il les traite de façon appropriée. Tout cela est raisonnable, mais ce n’est pas comme les gens l’imaginent, d’accord ? Maintenant, après avoir entendu ce qui arrive aux gens dans le christianisme, comment vous sentez-vous ? Avez-vous l’impression que leur sort est injuste ? Vous sont-ils sympathiques ? (Un peu.) On ne peut rien y faire ; ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? L’œuvre de Dieu est vraie ; Il est vivant et réel et Son œuvre vise toute l’humanité et chaque individu. Pourquoi, alors, ne l’acceptent-ils pas ? Pourquoi s’opposent-ils à Dieu et Le persécutent-ils avec autant d’acharnement ? Ils devraient même s’estimer heureux d’avoir ce genre de fin, alors pourquoi vous sentez-vous désolés pour eux ? Qu’ils soient traités de cette manière démontre une grande tolérance. Étant donné le degré de leur opposition à Dieu, ils devraient être détruits, mais Dieu ne fait pas cela ; au contraire, Il traite simplement le christianisme comme une religion ordinaire. Ainsi, y a-t-il un quelconque besoin d’entrer plus avant dans les détails pour les autres religions ? L’ethos de toutes ces religions, c’est que les gens endurent une plus grande difficulté, ne fassent pas le mal, fassent de bonnes actions, n’injurient pas les autres, ne portent pas de jugement sur les autres, se tiennent à distance des disputes et soient de bonnes personnes – la plupart des enseignements religieux sont comme cela. Par conséquent, si ces personnes de foi, ces adeptes de différentes religions et confessions, sont en mesure de respecter strictement leurs préceptes religieux, alors ils ne commettront pas d’erreurs ou de péchés graves pendant le temps qu’ils sont sur la terre ; et, après s’être réincarnés trois à sept fois, dans l’ensemble, ces gens-là, ceux qui sont en mesure de respecter strictement les préceptes religieux, resteront et endosseront une position dans le monde spirituel. Y a-t-il beaucoup de gens comme ceux-là ? (Non, il n’y en a pas beaucoup.) Sur quoi fais-tu reposer ta réponse ? Ce n’est pas facile de faire le bien et de respecter les règles et les lois religieuses. Le bouddhisme ne permet pas que les gens mangent de la viande. Pourrais-tu faire cela ? Si tu devais porter une tunique grise, réciter des sutras et psalmodier les noms des Bouddhas dans un temple bouddhiste toute la journée, pourrais-tu le faire ? Ce ne serait pas facile. Le christianisme a les dix Commandements, les préceptes et les lois ; est-il facile de les respecter ? Ce n’est pas facile ! Prenez par exemple la règle de ne pas injurier les autres : les gens sont tout bonnement incapables de respecter cette règle. Incapables de se dominer, ils poussent des jurons et ne peuvent pas ensuite retirer ce qu’ils ont dit, alors, que font-ils ? Le soir, ils confessent leurs péchés. Il leur arrive qu’après avoir injurié les autres, ils nourrissent encore de la haine dans leur cœur, et qu’ils aillent même jusqu’à prévoir un moment pour faire plus de mal à ces gens-là. En somme, pour ceux qui vivent au sein de ce dogme mort, ce n’est pas facile de s’empêcher de pécher ou de commettre le mal. Par conséquent, dans toutes les religions, seule une poignée de personnes sont en effet capables de porter du fruit. Parce que beaucoup de gens suivent ces religions, tu pars du principe qu’une bonne partie sera en mesure de rester pour jouer un rôle dans le domaine spirituel. Cependant, il n’y en a pas tant que ça ; seuls quelques-uns sont en mesure de réaliser cela. C’est à peu près tout sur le cycle de la vie et de la mort des personnes de foi. Ce qui les distingue, c’est qu’elles peuvent porter du fruit, et c’est ce qui les distingue des incroyants.

3. Le cycle de la vie et de la mort des partisans de Dieu

Parlons à présent du cycle de la vie et de la mort de ceux qui suivent Dieu. Cela vous concerne, donc soyez attentifs : tout d’abord, réfléchissez à la manière dont les partisans de Dieu peuvent être catégorisés. (En élus de Dieu et en exécutants.) Il y a en effet deux catégories : les élus de Dieu et les exécutants. Parlons d’abord des élus de Dieu, qui sont très peu nombreux. À qui « les élus de Dieu » font-ils référence ? Après que Dieu a créé toutes choses et que l’humanité est apparue, Dieu a choisi un groupe de gens qui Le suivraient ; ceux-là sont simplement appelés « les élus de Dieu ». Il y avait une visée et une signification spéciales à la sélection de ces gens par Dieu. La visée est spéciale en ce qu’elle se limitait à quelques élus qui doivent apparaître quand Il fait une œuvre importante. Et quelle en est l’importance ? Puisqu’ils formaient un groupe choisi par Dieu, l’importance est de taille. C’est-à-dire que Dieu veut compléter ces gens et les perfectionner, et, une fois que Son œuvre de gestion sera terminée, Il gagnera ces gens. Cela n’est-il pas d’une grande importance ? Ainsi, ces élus ont une grande importance pour Dieu, car ils sont ceux que Dieu a l’intention de gagner. Quant aux exécutants – eh bien, mettons un instant de côté le sujet de la prédestination de Dieu et parlons d’abord de leurs origines. L’« exécutant » est littéralement celui qui sert. Ceux qui servent sont passagers ; ils ne le font pas à long terme ou pour toujours, mais sont embauchés ou recrutés temporairement. La plupart d’entre eux ont pour origine d’avoir été élus parmi les incroyants. Ils sont venus sur la terre quand il a été décrété qu’ils assumeraient le rôle d’exécutants dans l’œuvre de Dieu. Ils peuvent avoir été un animal dans leur vie antérieure, mais ils peuvent aussi avoir été un incroyant. Telles sont les origines des exécutants.

Approfondissons notre discussion sur les élus de Dieu. Quand ils meurent, ils vont dans un endroit complètement différent de celui des incroyants et des diverses personnes de foi. C’est un lieu où ils sont accompagnés par les anges et les messagers de Dieu ; c’est un lieu qui est personnellement administré par Dieu. Même si les élus de Dieu ne peuvent pas voir Dieu de leurs propres yeux dans ce lieu, c’est un lieu comme nulle part ailleurs dans le monde spirituel ; c’est un endroit différent où les gens de ce type vont après leur mort. Quand ils meurent, eux aussi sont soumis à une investigation rigoureuse de la part des messagers de Dieu. Et qu’est-ce qu’ils examinent ? Les messagers de Dieu examinent les chemins que ces gens ont empruntés tout au long de leur vie dans leur croyance en Dieu, si oui ou non ils se sont déjà opposés à Dieu ou L’ont maudit pendant ce temps, et si oui ou non ils ont commis des péchés ou des méfaits graves. Cette investigation règlera la question de savoir si une personne en particulier a le droit de rester ou doit partir. Que veut dire « partir » ? Et que veut dire « rester » ? « Partir » répond à la question de savoir si, en fonction de leur comportement, ils restent dans les rangs des élus de Dieu ; avoir le droit de « rester » veut dire qu’ils peuvent demeurer parmi ceux qui seront rendus complets par Dieu durant les derniers jours. Pour ceux qui restent, Dieu a des arrangements spéciaux. Pendant chaque période de Son œuvre, Il enverra de telles gens pour agir comme apôtres ou pour faire l’œuvre de raviver ou de paître les Églises. Cependant, les gens qui sont capables d’une telle œuvre ne se réincarnent pas aussi souvent que les incroyants qui renaissent génération après génération ; au contraire, ils sont renvoyés sur la terre conformément aux exigences et aux étapes de l’œuvre de Dieu et ils ne se réincarnent pas fréquemment. Donc, y a-t-il des règles au sujet du temps de leur réincarnation ? Viennent-ils toutes les quelques années ? Est-ce qu’ils viennent avec une telle fréquence ? Non. Tout cela est fondé sur l’œuvre de Dieu, sur ses étapes et sur Ses besoins, et il n’y a pas de règles fixes. La seule règle, c’est que lorsque Dieu fera la dernière étape de Son œuvre au cours des derniers jours, ces élus viendront tous et cette venue sera leur dernière réincarnation. Et pourquoi cela ? Cela est basé sur les résultats à atteindre au cours de la dernière étape de l’œuvre de Dieu, car durant cette dernière étape de Son œuvre, Dieu rendra ces élus tout à fait complets. Qu’est-ce que cela signifie ? Si, durant cette phase finale, ces gens sont rendus complets et parfaits, alors ils ne se réincarneront pas comme avant ; le processus consistant à être un humain sera arrivé à sa fin complète, tout comme le processus de la réincarnation. Cela se rapporte à ceux qui resteront. Alors, où vont ceux qui ne peuvent pas rester ? Ceux qui n’ont pas le droit de rester ont leur propre destination appropriée. Tout d’abord, en raison de leur malfaisance, des erreurs qu’ils ont faites et des péchés qu’ils ont commis, eux aussi seront punis. Une fois qu’ils auront été punis, soit Dieu fera des arrangements pour les envoyer parmi les infidèles comme il se doit en fonction des circonstances, soit Il S’arrangera pour qu’ils aillent parmi les différentes personnes de foi. Autrement dit, il y a pour eux deux fins possibles : l’une est d’être punis et de peut-être vivre parmi les gens d’une certaine religion après s’être réincarnés, et l’autre est de devenir des incroyants. S’ils deviennent des incroyants, alors ils perdront toute opportunité ; par contre, s’ils deviennent des personnes de foi – si, par exemple, ils deviennent des chrétiens –, alors ils auront encore une chance de revenir dans les rangs des élus de Dieu ; les rapports à ce sujet sont très complexes. En bref, si l’un des élus de Dieu fait quelque chose qui offense Dieu, il sera puni comme tous les autres. Prenez Paul, par exemple, dont nous avons parlé auparavant. Paul est un exemple de personne qui sera punie. Avez-vous une idée de ce dont Je parle ? Le cadre des élus de Dieu est-il fixé ? (En gros, oui, il l’est.) La majeure partie est fixée, mais une petite partie n’est pas fixée. Pourquoi cela ? Ici, J’ai mentionné la raison la plus évidente : commettre le mal. Quand les gens commettent le mal, Dieu ne les veut pas, et, quand Dieu ne les veut pas, Il les jette parmi les différentes races et les différents types de gens. Cela les laisse sans espoir et rend leur retour difficile. Tout cela concerne le cycle de la vie et de la mort des élus de Dieu.

Le thème qui vient ensuite concerne le cycle de la vie et de la mort des exécutants. Nous venons de parler des origines des exécutants, à savoir, du fait qu’ils se réincarnaient après avoir été des incroyants et des animaux dans leurs vies antérieures. Avec l’arrivée de la dernière étape de Son œuvre, Dieu a choisi un groupe de ces gens-là parmi les incroyants, et c’est un groupe spécial. Dieu choisit ces gens afin qu’ils servent Son œuvre. « Exécuter » n’est pas un mot à la sonorité très élégante et il n’est pas non plus en accord avec les vœux de quiconque, mais nous devrions examiner ceux qu’il vise. Il y a une importance particulière à l’existence des exécutants de Dieu. Personne d’autre ne pourrait jouer leur rôle, car ils ont été choisis par Dieu. Et quel est le rôle de ces exécutants ? C’est de servir les élus de Dieu. En majeure partie, leur rôle est de rendre service à l’œuvre de Dieu, de coopérer avec et de satisfaire Dieu, qui rend Ses élus complets. Peu importe qu’ils travaillent dur, réalisent un certain aspect de l’œuvre ou entreprennent certaines tâches, qu’est-ce que Dieu exige de ces exécutants ? Est-Il très exigeant à leur égard ? (Non, Il demande seulement à ce qu’ils soient loyaux.) Les exécutants aussi doivent être loyaux. Quelles que soient tes origines ou la raison pour laquelle Dieu t’a choisi, tu dois être loyal à Dieu, à toutes commissions que Dieu te confie, à l’œuvre dont tu es responsable et aux devoirs que tu accomplis. Pour les exécutants qui sont capables d’être loyaux et de satisfaire Dieu, quelle sera la fin ? Ils pourront rester. Est-ce une bénédiction d’être un exécutant qui reste ? Que signifie rester ? Quelle est la signification de cette bénédiction ? Selon le statut, ils ne ressemblent pas aux élus de Dieu, ils semblent différents. Mais en fait, ce dont ils jouissent dans cette vie n’est-il pas égal à ce dont les élus de Dieu jouissent ? À tout le moins, c’est égal dans cette vie. Vous ne niez pas cela, n’est-ce pas ? Les déclarations de Dieu, la grâce de Dieu, le soutien de Dieu, les bénédictions de Dieu, qui ne jouit pas de ces choses ? Tous les gens jouissent d’une telle abondance. L’identité des exécutants consiste à exécuter du service, mais, pour Dieu, ils font tout bonnement partie de toutes les choses qu’Il a créées. Leur rôle est simplement celui d’être des exécutants. Les deux étant des créatures de Dieu, y a-t-il une différence entre les exécutants et les élus de Dieu ? En fait, il n’y en a pas. Nommément, il y a une différence. En essence et quant au rôle qu’ils jouent, il y a une différence, mais Dieu ne traite pas ce groupe de gens injustement. Alors, pourquoi ces gens sont-ils définis comme des exécutants ? Vous devez avoir une certaine compréhension de cela. Les exécutants viennent du groupe des incroyants. Dès lors que nous mentionnons qu’ils viennent de chez les incroyants, il apparaît qu’ils partagent une origine mauvaise : ils sont tous athées, et l’étaient aussi par le passé ; ils ne croyaient pas en Dieu et Lui étaient hostiles. à Lui, à la vérité et à toutes choses positives. Ils ne croyaient pas en Dieu ni à Son existence. De ce fait, sont-ils capables de comprendre les paroles de Dieu ? Il est juste de dire que, dans une large mesure, ils ne le sont pas. Tout comme les animaux sont incapables de comprendre les paroles humaines, les exécutants ne comprennent pas ce que Dieu dit, ce qu’Il exige ni pourquoi Il a de telles exigences. Ils ne le comprennent pas ; ces choses sont incompréhensibles pour eux et ils restent dans les ténèbres. Pour cette raison, ces gens ne possèdent pas la vie dont nous avons parlé. Sans la vie, les gens peuvent-ils comprendre la vérité ? Ont-ils la vérité comme équipement ? Ont-ils l’expérience et la connaissance des paroles de Dieu ? (Non.) Telles sont les origines des exécutants. Cependant, puisque Dieu fait de ces gens des exécutants, Ses exigences à leur égard sont toujours basées sur des normes ; Il ne les regarde pas de haut et Il n’est pas non plus laxiste à leur égard. Même s’ils ne comprennent pas Ses paroles et ne sont pas en possession de la vie, Dieu les traite quand même avec bonté et il y a toujours des normes en ce qui concerne Ses exigences à leur égard. On vient juste de parler de ces normes : être loyal à Dieu et faire ce qu’Il dit. Dans ton service, tu dois servir là où on a besoin de toi et tu dois servir jusqu’à l’extrême. Si tu peux être un exécutant loyal capable de servir jusqu’à l’extrême et que tu peux honorer la commission que Dieu te confie, alors tu vivras une vie qui a de la valeur. Si tu peux faire cela, tu pourras rester. Si tu y mets un peu plus d’efforts et t’efforces un peu plus, si tu peux redoubler d’efforts pour connaître Dieu, si tu peux exprimer un peu de connaissance de Dieu, si tu peux Lui rendre témoignage et, en plus, si tu peux comprendre quelque chose de Sa volonté, coopérer à l’œuvre de Dieu et être un peu soucieux des intentions de Dieu, alors, en tant qu’exécutant, tu connaîtras un changement de fortune. Et que sera ce changement de fortune ? Tu ne seras plus capable simplement de rester. Selon ta conduite, tes aspirations personnelles et tes poursuites, Dieu fera de toi l’un des élus. Tel sera ton changement de fortune. Pour les exécutants, quelle est la meilleure chose à ce sujet ? C’est qu’ils peuvent devenir élus de Dieu. S’il en est ainsi, cela signifie qu’ils ne se réincarneront plus en animal comme les incroyants. Cela est-il bon ? Ça l’est, et c’est aussi une bonne nouvelle. Cela veut dire que les exécutants peuvent être modelés. Il n’est pas vrai que, pour un exécutant, une fois que Dieu l’a prédestiné à servir, il le fera pour toujours ; ce n’est pas nécessairement le cas. Dieu S’en occupera et répondra de lui de la façon qui correspond à la conduite individuelle de cette personne.

Cependant, il y a des exécutants qui sont incapables de servir jusqu’au bout ; il y a ceux qui, au cours de leur service, abandonnent à mi-chemin et renient Dieu, ainsi que les gens qui commettent de multiples méfaits. Il y a même ceux qui causent des torts énormes et entraînent des pertes considérables à l’œuvre de Dieu, et il y a même des exécutants qui maudissent Dieu, et ainsi de suite. Qu’indiquent ces conséquences irrémédiables ? N’importe lequel de ces actes mauvais signifiera la fin de leurs services. Parce que ta conduite pendant ton service a été extrêmement médiocre et parce que tu es allé trop loin, quand Dieu verra que ton service n’est pas à la hauteur, Il te dépouillera de ton droit de servir. Il ne te permettra plus de servir ; Il te retirera de Sa vue et de la maison de Dieu. Est-ce que tu ne veux pas servir ? Ne désires-tu pas constamment faire le mal ? N’es-tu pas sans arrêt infidèle ? Eh bien, il y a une solution facile : on te dépouillera de ton droit de servir. Pour Dieu, dépouiller un exécutant de son droit de servir signifie que la fin de cet exécutant a été proclamée et qu’il n’aura plus le droit de servir Dieu. Dieu n’aura plus besoin de son service, et, peu importe les belles choses que pourrait dire l’exécutant, ses paroles seront vaines. Quand les choses en arrivent à ce point, la situation est devenue irrémédiable ; de tels exécutants ne pourront pas revenir en arrière. Or comment Dieu traite-t-Il de tels exécutants ? Est-ce qu’Il les dépouille tout simplement de leur service ? Non. Est-ce qu’Il les empêche tout simplement de rester ? Ou est-ce qu’Il les met de côté et attend qu’ils changent ? Non. Dieu n’est pas si tendre à l’endroit des exécutants, vraiment. Si quelqu’un a ce genre d’attitude en servant Dieu, en raison de cette attitude, Dieu le dépouillera de son droit de servir, et une fois de plus l’enverra parmi les incroyants. Or quel est le sort d’un exécutant qui a été renvoyé parmi les incroyants ? C’est le même que celui des incroyants : il se réincarnera en animal et recevra la même punition que les incroyants dans le monde spirituel. En plus, Dieu ne S’intéressera pas personnellement à sa punition, car une telle personne n’a plus aucune pertinence dans l’œuvre de Dieu. Ce n’est pas seulement la fin de leur vie de foi en Dieu, mais aussi la fin de leur propre destin, ainsi que la proclamation de leur destin. Donc si les exécutants ne servent pas bien, ils devront en assumer les conséquences eux-mêmes. Si les exécutants sont incapables de servir jusqu’au bout ou sont dépouillés de leur droit de servir à mi-chemin, alors ils seront jetés parmi les incroyants et, si cela arrive, ils seront traités comme du bétail, comme des gens sans intelligence ni rationalité. Quand Je le dis de cette manière, vous comprenez, n’est-ce pas ?

Ce qui précède, c’est la façon dont Dieu S’occupe du cycle de la vie et de la mort de Ses élus et des exécutants. Comment vous sentez-vous après avoir entendu cela ? Ai-Je jamais parlé de ce thème auparavant ? Ai-Je jamais parlé du sujet des élus de Dieu et des exécutants ? En fait, J’en ai déjà parlé, mais vous ne vous souvenez pas. Dieu est juste envers Ses élus et les exécutants. À tous égards, Il est juste, n’est-ce pas ? Y a-t-il un seul endroit où tu peux y trouver à redire ? N’y a-t-il pas des gens qui diront : « Pourquoi Dieu est-Il si tolérant envers les élus ? Et pourquoi est-Il seulement un peu indulgent envers les exécutants ? » Quelqu’un veut-il défendre les exécutants ? « Dieu peut-Il accorder plus de temps aux exécutants et être plus tolérant et indulgent envers eux ? » Est-il juste d’énoncer une telle question ? (Non.) Pourquoi ? (Parce qu’on nous a réellement accordé une faveur par l’acte même qui a consisté à faire de nous des exécutants.) Les exécutants ont réellement reçu une faveur en étant simplement autorisés à servir ! Sans le titre d’« exécutants » et sans le travail qu’ils font, où seraient ces gens-là ? Ils seraient parmi les incroyants, vivant et mourant avec le bétail. Que de grandes grâces ils connaissent aujourd’hui en étant autorisés à se présenter devant Dieu et à venir à la maison de Dieu ! C’est une grâce tellement formidable ! Si Dieu ne te donnait pas l’occasion de servir, tu n’aurais jamais la chance de te présenter devant Lui. Le moins que l’on puisse dire, c’est que même si tu es bouddhiste et as obtenu du fruit, au mieux, tu n’es qu’un homme à tout faire dans le monde spirituel ; tu ne rencontreras jamais Dieu, n’entendras jamais Sa voix ni Ses paroles, tu ne sentiras jamais Son amour et Ses bénédictions et ne pourras jamais non plus te retrouver face à face devant Lui. Les bouddhistes n’ont devant eux que des tâches simples. Ils ne peuvent absolument pas connaître Dieu et ne font que se conformer et obéir, alors que les exécutants gagnent tellement au cours de cette étape de l’œuvre ! D’abord, ils peuvent être avec Dieu en face à face, entendre Sa voix et Ses paroles et faire l’expérience des grâces et des bénédictions qu’Il accorde aux gens. En plus, ils sont en mesure de bénéficier des paroles et des vérités dispensées par Dieu. Les exécutants gagnent vraiment beaucoup ! Donc si, en tant qu’exécutant, tu ne peux même pas faire un effort, Dieu peut-Il alors continuer à te garder ? Il ne peut pas te garder. Il ne te demande pas beaucoup, mais de ce qu’Il demande, tu ne fais rien correctement, tu n’as pas assumé ton devoir. De ce fait, sans aucun doute, Dieu ne peut pas te garder. Tel est le tempérament juste de Dieu. Dieu ne te dorlote pas, mais n’exerce pas de discrimination contre toi non plus. Tels sont les principes selon lesquels Dieu agit. Dieu traite tous les gens et toutes les créatures de cette manière.

En ce qui concerne le monde spirituel, si les différents êtres qui y habitent font quelque chose de mal ou ne font pas leur travail correctement, Dieu a aussi des édits et des décrets célestes correspondants pour traiter avec eux ; c’est définitif. Par conséquent, au cours de l’œuvre de gestion de Dieu de plusieurs milliers d’années, des exécutants de leur devoir qui ont commis des méfaits ont été exterminés, tandis que d’autres, en ce moment même, sont encore détenus et punis. Tous les êtres du monde spirituel doivent faire face à cela. S’ils font quelque chose de mauvais ou commettent le mal, ils sont punis, et c’est la même approche que celle que Dieu utilise avec Ses élus et les exécutants. Ainsi, aussi bien dans le monde spirituel que dans le monde matériel, les principes selon lesquels Dieu agit ne changent pas. Que tu puisses ou non voir les actions de Dieu, leurs principes ne changent pas. Constamment, Dieu a gardé les mêmes principes dans Son approche de toutes choses et dans Son traitement de toutes choses. Cela est immuable. Dieu sera bon envers ceux qui vivent de manière relativement correcte parmi les incroyants et Il réservera des opportunités pour ceux de chaque religion qui se comportent bien et ne font pas le mal, leur permettant de jouer leur rôle dans toutes les choses gérées par Dieu et de faire ce qu’ils doivent faire. De même, parmi ceux qui suivent Dieu et parmi Ses élus, Dieu ne fait pas de discrimination contre qui que ce soit suivant Ses principes. Il est bon envers tous ceux qui sont capables de Le suivre sincèrement et Il aime tous ceux qui Le suivent sincèrement. C’est juste que, pour ces différents types de gens – les incroyants, les différentes personnes de foi et les élus de Dieu – ce qu’Il accorde à chacun varie. Prenez les incroyants, par exemple : même s’ils ne croient pas en Dieu et que Dieu les considère comme des bêtes, parmi toutes choses, tous ont de la nourriture à manger, leur propre logement et un cycle normal de la vie et de la mort. Ceux qui font le mal sont punis et ceux qui font le bien sont bénis et reçoivent la bonté de Dieu. N’en est-il pas ainsi ? Pour les personnes de foi, si elles sont en mesure de respecter strictement leurs préceptes religieux au fil de leurs réincarnations, alors, après toutes ces réincarnations, Dieu leur fera finalement entendre Sa proclamation. De même, pour vous aujourd’hui, que vous soyez l’un des élus de Dieu ou un exécutant, Dieu vous rendra également conformes et déterminera votre fin selon les règlements et les décrets administratifs qu’Il a fixés. Parmi ces types de gens – les différents types de personnes de foi, c’est-à-dire ceux qui appartiennent à diverses religions – Dieu leur a-t-Il accordé un espace où vivre ? Où sont les juifs ? Est-ce que Dieu a interféré dans leur foi ? Non, n’est-ce pas ? Et qu’en est-il des chrétiens ? Il n’a pas interféré avec eux non plus. Il leur permet de respecter leurs propres procédures, Il ne leur parle pas ni ne leur donne une illumination, et, par ailleurs, Il ne leur révèle rien. « Si tu crois que c’est juste, alors crois de cette façon. » Les catholiques croient en Marie et ils croient que c’est par elle que les nouvelles ont été transmises à Jésus ; telle est leur forme de croyance. Dieu a-t-Il jamais corrigé leur foi ? Il leur laisse le champ libre ; Il ne leur prête aucune attention et leur donne un certain espace où vivre. En ce qui concerne les musulmans et les bouddhistes, ne fait-Il pas de même ? ? Il a fixé des limites pour eux aussi et leur permet d’avoir leur propre espace de vie sans interférer dans leurs croyances respectives. Tout est bien ordonné. Et que voyez-vous en tout cela ? Que Dieu a de l’autorité, mais qu’Il n’en abuse pas. Dieu arrange toutes choses dans un ordre parfait, et Il le fait de manière ordonnée : en cela résident Sa sagesse et Son omnipotence.

Aujourd’hui, nous avons abordé un thème nouveau et particulier, un thème sur des questions du monde spirituel, ce qui représente un aspect de l’administration du monde spirituel par Dieu et de Sa domination sur ce royaume. Avant de comprendre ces choses, vous disiez peut-être : « Tout ce qui concerne cela est un mystère et n’a rien à voir avec notre entrée dans la vie ; ces choses sont dissociées de la façon dont les gens vivent vraiment, et nous n’avons pas besoin de les comprendre ni ne voulons en entendre parler. Elles n’ont absolument aucun lien avec la connaissance de Dieu. » Maintenant, pensez-vous qu’il y a un problème avec cette manière de penser ? Est-elle correcte ? (Non.) Une telle manière de penser n’est pas correcte et cause de graves problèmes. La raison en est que si tu veux comprendre comment Dieu domine sur toutes choses, tu ne peux pas simplement et seulement comprendre ce que tu peux voir et ce que ta manière de penser peut saisir ; tu dois également comprendre une part de l’autre monde qui est peut-être invisible pour toi, mais qui est inextricablement lié à ce monde que tu peux voir. Cela concerne la souveraineté de Dieu et cela concerne le thème : « Dieu est la source de vie pour toutes choses ». Ce sont des informations à ce sujet. Sans ces informations, il y aurait des défauts et des lacunes dans la connaissance des gens au sujet de la façon dont Dieu est la source de vie pour toutes choses. Ainsi, on peut dire que ce dont nous avons parlé aujourd’hui complète nos thèmes précédents et apporte aussi une conclusion au contenu du thème « Dieu est la source de vie pour toutes choses. » Ayant compris cela, êtes-vous maintenant en mesure de connaître Dieu par ce contenu ? Plus important encore, Je vous ai transmis aujourd’hui des informations tout à fait cruciales au sujet des exécutants. Je sais que vous aimez vraiment entendre parler de thèmes comme celui-là et que vous vous souciez vraiment de ces choses. Donc vous sentez-vous satisfaits de ce dont J’ai parlé aujourd’hui ? (Oui, nous sommes satisfaits.) Certaines des autres choses ne vous ont peut-être pas fait une très forte impression, mais ce que J’ai dit au sujet des exécutants a produit une impression particulièrement forte, car ce thème touche l’âme de chacun de vous.

Les exigences de Dieu envers l’humanité

1. L’identité et le statut de Dieu Lui-même

Nous sommes arrivés à la fin du thème « Dieu est la source de vie pour toutes choses », ainsi que du thème « Dieu est le Dieu unique, Lui-même. » Ayant terminé cela, nous devons résumer les choses. Quel genre de résumé devons-nous faire ? Une conclusion au sujet de Dieu Lui-même. Puisqu’il en est ainsi, ce résumé doit inévitablement avoir un rapport avec tous les aspects de Dieu, ainsi qu’avec la manière dont les gens croient en Dieu. Et donc, tout d’abord, Je dois vous demander : après avoir entendu ces sermons, qui est le Dieu dans votre esprit ? (Le Créateur.) Le Dieu dans votre esprit est le Créateur. Y a-t-il autre chose ? Dieu est le Seigneur de toutes choses. Ces paroles sont-elles appropriées ? (Oui.) Dieu est Celui qui domine sur toutes choses et qui administre toutes choses. Il a créé tout ce qui existe, Il administre tout ce qui existe, Il domine sur tout ce qui existe et Il soutient tout ce qui existe. C’est le statut de Dieu et c’est Son identité. Pour toutes choses et tout ce qui existe, la véritable identité de Dieu est le Créateur et le Souverain de toute la création. Telle est l’identité que Dieu possède et Il est unique parmi toutes choses. Aucune des créatures de Dieu – que ce soit parmi les hommes ou dans le monde spirituel – ne peut utiliser des moyens ou des prétextes quelconques pour imiter ou remplacer l’identité de Dieu et Son statut, car il est le seul, parmi toutes choses, qui a cette identité, ce pouvoir, cette autorité et cette capacité de dominer sur toute la création : notre seul et unique Dieu Lui-même. Il vit et marche parmi toutes choses ; Il peut S’élever jusqu’au lieu le plus haut, au-dessus de toutes choses. Il peut S’humilier en devenant un humain, devenant l’un de ceux qui sont de chair et de sang, Se retrouvant face à face avec les gens et partageant heurs et malheurs avec eux, tandis qu’au même moment, Il commande tout ce qui existe, décidant du sort de tout ce qui existe et de la direction que prend tout ce qui existe. De plus, Il guide le destin de toute l’humanité et oriente la direction de l’humanité. Un tel Dieu devrait être adoré, obéi et connu par tous les êtres vivants. Ainsi, quel que soit le groupe ou le type d’hommes auquel tu appartiennes, croire en Dieu, suivre Dieu, vénérer Dieu, accepter Sa souveraineté et accepter Ses arrangements pour ton sort : voilà le seul choix, le choix nécessaire, pour toute personne et pour tout être vivant. Dans l’unicité de Dieu, les gens voient que Son autorité, Son tempérament juste, Son essence et les moyens par lesquels Il soutient toutes choses sont tous complètement uniques ; cette unicité détermine la véritable identité de Dieu Lui-même et elle détermine aussi Son statut. Ainsi, parmi toutes les créatures, si un être vivant du monde spirituel ou de l’humanité désirait se tenir à la place de Dieu, il n’y arriverait pas, de même que n’importe quelle tentative d’imitation de Dieu serait impossible. Cela est un fait. Quelles sont les exigences envers l’humanité d’un tel Créateur et Souverain qui possède l’identité, le pouvoir et le statut de Dieu Lui-même ? Cela devrait être clair pour tout le monde et devrait être retenu par tout le monde ; c’est très important, aussi bien pour Dieu que pour l’homme !

2. Les différentes attitudes de l’humanité envers Dieu

La façon dont les gens se comportent envers Dieu détermine leur sort, ainsi que la manière dont Dieu Se comportera envers eux et les traitera. Maintenant, Je vais donner quelques exemples de la façon dont les gens se comportent envers Dieu. Écoutons et voyons si les manières et les attitudes qu’ils adoptent devant Dieu sont correctes ou non. Considérons la conduite des sept types de gens suivants :

1) Il y a un type de personne dont l’attitude envers Dieu est particulièrement absurde. Ces gens-là pensent que Dieu est comme un Bodhisattva ou un saint des traditions humaines et qu’Il a besoin que les humains s’inclinent à trois reprises chaque fois qu’ils se rencontrent et qu’ils brûlent de l’encens après chaque repas. Par conséquent, chaque fois qu’ils éprouvent une extrême gratitude pour Sa grâce et qu’ils éprouvent de la reconnaissance envers Lui, ils ont souvent ce genre de réflexe. Ils ont un grand désir que le Dieu auquel ils croient aujourd’hui, comme l’être saint après qui ils languissent dans leur cœur, accepte la manière dont ils s’inclinent trois fois quand ils se rencontrent et dont ils brûlent de l’encens après chaque repas.

2) Certaines personnes voient Dieu comme un Bouddha vivant capable de délivrer tous les vivants de la souffrance et de les sauver ; elles Le voient comme un Bouddha vivant capable de les retirer de l’océan de détresse. La croyance de ces gens en Dieu fait qu’ils L’adorent comme un Bouddha. Même s’ils ne brûlent pas d’encens, ne font pas de courbettes ou ne présentent pas d’offrandes, au fond, ils sentent que Dieu n’est qu’un Bouddha comme celui-là qui demande seulement à ce qu’ils soient bons et charitables, à ce qu’ils ne tuent aucun être vivant, se retiennent d’injurier les autres, mènent une vie qui semble honnête et ne commettent aucun méfait. Ils croient que ces choses sont tout ce qu’Il leur demande ; tel est le Dieu de leur cœur.

3) Certaines personnes adorent Dieu comme s’Il était quelqu’un de grand ou de célèbre. Par exemple, quel que soit le moyen par lequel ce grand personnage aime parler, quels que soient son intonation quand il parle, les mots et le vocabulaire qu’il utilise, son ton, les gestes de ses mains, ses opinions et ses actions, son maintien, elles imitent tout et ces choses sont ce qu’elles doivent apprendre à reproduire parfaitement au cours de leur croyance en Dieu.

4) Certaines personnes voient Dieu comme un monarque, sentant qu’Il est au-dessus de tout et que personne n’ose L’offenser, et que, si quelqu’un L’offense, il sera pénalisé. Elles adorent un tel monarque parce que les monarques occupent une certaine place dans leur cœur. Leurs pensées, leur attitude, leur autorité, leur nature et même leurs intérêts et leur vie personnelle, tout devient quelque chose que ces gens doivent comprendre ; cela devient des problèmes et des questions qui les préoccupent. Par conséquent, ils adorent Dieu comme un monarque. Une telle forme de croyance est ridicule.

5) Certaines personnes ont une foi particulière dans l’existence de Dieu, et cette foi est profonde et inébranlable. Parce que leur connaissance de Dieu est si superficielle, cependant, et qu’elles n’ont pas beaucoup d’expérience de Ses paroles, elles L’adorent comme une idole. Cette idole est le Dieu de leur cœur ; c’est une chose qu’elles ont l’impression de devoir craindre et devant laquelle elles doivent se prosterner et qu’elles doivent suivre et imiter. Elles voient Dieu comme une idole qu’elles doivent suivre toute leur vie. Elles imitent le ton avec lequel Dieu parle et, extérieurement, elles imitent ceux que Dieu aime. Elles font souvent des choses qui paraissent naïves, pures et honnêtes, et elles suivent même cette idole comme s’il s’agissait d’un partenaire ou d’un compagnon dont elles ne peuvent jamais se séparer. Telle est leur forme de croyance.

6) Il y a un type de gens qui, même après avoir lu un grand nombre des paroles de Dieu et entendu beaucoup de prédications, sentent au fond d’eux que le seul principe qui sous-tend leur comportement envers Dieu est qu’ils soient toujours obséquieux et serviles, ou qu’ils devraient louer Dieu et Lui rendre hommage d’une manière qui est irréaliste. Ils croient que Dieu est un Dieu qui les oblige à se comporter de cette manière. En plus, ils croient que s’ils ne le font pas, alors, à tout moment, ils peuvent provoquer Sa colère ou trébucher dans le péché contre Lui, et que, à la suite de ce péché, Dieu les punira. Tel est le Dieu qu’ils gardent dans leur cœur.

7) Et puis il y a la majorité des gens qui trouvent un soutien spirituel en Dieu. C’est parce qu’ils vivent dans ce monde, qu’ils n’ont ni paix ni bonheur et ne trouvent de réconfort nulle part ; une fois qu’ils ont découvert Dieu, après avoir vu et entendu Ses paroles, ils commencent à nourrir une joie et une exaltation secrètes dans leur cœur. C’est parce qu’ils croient avoir enfin trouvé un lieu qui leur rendra l’esprit heureux et qu’ils ont enfin trouvé un Dieu qui leur offrira un soutien spirituel. Après avoir accepté Dieu et commencé à Le suivre, ils deviennent heureux et leurs vies sont comblées. Ils n’agissent plus comme les incroyants qui avancent en somnambules dans la vie comme des animaux et ils sentent qu’ils ont une raison d’espérer dans la vie. Ainsi, ils pensent que ce Dieu peut grandement satisfaire leurs besoins spirituels et leur apporter un grand bonheur, aussi bien en pensée qu’en esprit. Sans s’en rendre compte, ils deviennent incapables de quitter ce Dieu qui leur donne un soutien spirituel tel que celui-ci et qui apporte le bonheur à leur esprit et à tous les membres de leur famille. Ils croient qu’une croyance en Dieu n’apporte rien d’autre qu’un soutien spirituel.

Quelqu’un parmi vous possède-t-il envers Dieu ces attitudes mentionnées ci-dessus ? (Oui.) Si, dans sa croyance en Dieu, quelqu’un nourrit l’une de ces attitudes dans son cœur, est-il en mesure de vraiment se présenter devant Dieu ? Si des gens ont l’une de ces attitudes dans leur cœur, croient-ils en Dieu ? Des gens pareils croient-ils au Dieu unique Lui-même ? (Non.) Puisque tu ne crois pas au Dieu unique Lui-même, en qui crois-tu ? Si celui en qui tu crois n’est pas le Dieu unique Lui-même, alors il est possible que tu croies en une idole, un grand homme ou un Bodhisattva, ou il est possible que tu adores le Bouddha qui est dans ton cœur. Par ailleurs, il est possible que tu croies en une personne ordinaire. En somme, en raison des différentes formes de croyance et d’attitudes des gens envers Dieu, ceux-ci placent le Dieu de leurs propres connaissances dans leur cœur, imposent leur imagination à Dieu, rangent leurs attitudes et leurs imaginations au sujet de Dieu côte à côte avec l’unique Dieu Lui-même et, ensuite, les exaltent pour les consacrer. Qu’est-ce que ça signifie quand les gens ont de telles attitudes inappropriées envers Dieu ? Cela signifie qu’ils ont rejeté le vrai Dieu Lui-même et adorent un faux dieu ; cela indique que tout en croyant en Dieu, ils Le rejettent et s’opposent à Lui, et qu’ils sont dans le déni de l’existence du vrai Dieu. Si les gens restent attachés à de telles formes de croyance, à quelles conséquences seront-ils confrontés ? Avec de telles formes de croyance, pourront-ils être de plus en plus près de satisfaire les exigences de Dieu ? (Non.) Au contraire, à cause de leurs notions et de leurs imaginations, ils s’écarteront de plus en plus de la voie de Dieu, car la direction qu’ils cherchent est à l’opposé de la direction que Dieu exige qu’ils prennent. Avez-vous déjà entendu parler de l’histoire de l’homme qui voulait aller « vers le sud en conduisant son chariot vers le nord » ? Cela pourrait justement être un cas similaire où l’on va vers le sud en orientant son chariot vers le nord. Si les gens croient en Dieu d’une manière aussi risible, alors plus tu feras d’efforts, plus tu t’éloigneras de Dieu. De ce fait, Je te préviens : avant de commencer, tu dois d’abord discerner si tu vas bien dans la bonne direction. Concentre-toi sur les efforts que tu fais et assure-toi de te demander : « Le Dieu auquel je crois est-Il le Souverain de toutes choses ? Le Dieu auquel je crois est-Il seulement quelqu’un qui m’offre un soutien spirituel ? Est-Il simplement mon idole ? Qu’est-ce que ce Dieu auquel je crois exige de moi ? Dieu approuve-t-Il tout ce que je fais ? Toutes mes actions et toutes mes quêtes visent-elles à connaître Dieu ? Sont-elles conformes à ce qu’Il exige de moi ? Le chemin que j’emprunte est-il reconnu et approuvé par Dieu ? Dieu est-Il satisfait de ma foi ? » Tu devrais souvent et de manière répétée te poser ces questions. Si tu veux chercher la connaissance de Dieu, alors tu dois avoir une conscience claire et des objectifs clairs avant d’arriver à satisfaire Dieu.

Est-il possible qu’en raison de Sa tolérance, Dieu accepte à contrecœur ces attitudes inappropriées dont Je viens de parler ? Dieu pourrait-Il louer l’attitude de ces gens ? (Non.) Quelles sont les exigences de Dieu envers les humains et envers ceux qui Le suivent ? Vous faites-vous une idée claire du genre d’attitude qu’Il exige des gens ? À ce stade, J’ai tellement parlé ; J’ai beaucoup parlé sur le thème de Dieu Lui-même, ainsi que sur Ses actes et sur ce qu’Il a et est. Savez-vous désormais ce que Dieu veut gagner des gens ? Sais-tu ce qu’Il attend de toi ? Allez, dites-le. Si votre connaissance fondée sur les expériences et sur la pratique est encore déficiente ou encore très superficielle, vous pouvez dire quelque chose au sujet de votre connaissance de ces paroles. En avez-vous une connaissance sommaire ? Qu’est-ce que Dieu exige de l’homme ? (Au cours de ces nombreux échanges, Dieu a tenu à exiger que nous Le connaissions, que nous connaissions Ses actes, que nous sachions qu’Il est la source de vie pour toutes choses et que Son statut et Son identité nous soient familiers.) Et lorsque Dieu exige que les gens Le connaissent, quel est le résultat final ? (Ils comprennent que Dieu est le Créateur et que les humains sont des êtres créés.) Quand les gens atteignent une telle connaissance, quels changements y a-t-il dans leur attitude envers Dieu, dans leur accomplissement du devoir et dans leurs tempéraments de vie ? Avez-vous déjà pensé à cela ? Peut-on dire qu’après avoir connu Dieu et L’avoir compris, ils deviennent de bonnes personnes ? (La croyance en Dieu n’inclut pas de chercher à être une bonne personne. Elle consiste plutôt à chercher à devenir une créature de Dieu qui soit à la hauteur et à être une personne honnête.) Y a-t-il autre chose ? (Après avoir vraiment et correctement connu Dieu, nous sommes en mesure de Le traiter comme Dieu ; nous savons que Dieu est toujours Dieu, que nous sommes des êtres créés, que nous devrions adorer Dieu et que nous devrions rester à la bonne place.) Très bien ! Écoutons quelques autres personnes. (Nous connaissons Dieu et nous sommes finalement en mesure d’être des gens qui se soumettent vraiment à Dieu, vénèrent Dieu et fuient le mal.) C’est vrai !

3. L’attitude que Dieu exige de l’humanité envers Lui

En fait, Dieu n’est pas très exigeant envers l’humanité ou, du moins, Il n’est pas aussi exigeant que les gens l’imaginent. Si Dieu n’avait prononcé aucune parole et s’Il n’avait pas exprimé Son tempérament ni aucun de Ses actes, alors, connaître Dieu serait extrêmement difficile pour vous, car les gens auraient à déduire Son intention et Sa volonté ; ce serait très difficile à faire. Cependant, au cours de l’étape finale de Son œuvre, Dieu a prononcé beaucoup de paroles, a fait de nombreuses œuvres et a établi de nombreuses exigences envers l’homme. Dans Ses paroles et Ses nombreuses œuvres, Il a informé les gens sur ce qu’Il aime, ce qu’Il déteste et quel genre de gens ils devraient être. Après avoir compris ces choses, les gens devraient avoir une définition précise des exigences de Dieu dans leur cœur, car ils ne croient pas en Dieu dans le vague et ne croient plus en un Dieu vague ni n’ont foi en Dieu dans le vague ou le néant. Au contraire, ils peuvent entendre Ses déclarations, comprendre les normes de Ses exigences et les satisfaire, et Dieu utilise le langage de l’humanité pour dire aux gens tout ce qu’ils doivent savoir et comprendre. Aujourd’hui, si les gens ne connaissent pas ce que Dieu est et ce qu’Il exige d’eux ; s’ils ne savent pas pourquoi il faudrait croire en Dieu ni comment croire en Lui ou Le traiter, alors il y a un problème avec cela. Juste à l’instant, chacun d’entre vous a parlé d’un aspect particulier ; vous êtes au courant de certaines choses, que ces choses soient générales ou spécifiques. Cependant, Je veux vous dire quelles sont les exigences correctes, complètes et spécifiques que Dieu a envers l’humanité. Ce ne sont que quelques paroles, et des paroles très simples ; vous les connaissez peut-être déjà. Les exigences correctes de Dieu envers l’humanité et ceux qui suivent Dieu sont les suivantes. Il exige cinq choses de ceux qui Le suivent : la vraie croyance, l’adhérence loyale, la soumission absolue, la connaissance authentique et la vénération sincère.

Dans ces cinq choses, Dieu exige que les gens ne Le questionnent plus ni ne Le suivent en utilisant leur imagination ou leurs points de vue vagues et abstraits ; ils ne doivent pas suivre Dieu en fonction d’imaginations ou de notions quelconques. Il exige que tous ceux qui Le suivent le fassent loyalement, pas tièdement ou évasivement. Quand Dieu établit des exigences pour toi, te teste, te juge, traite avec toi et t’émonde ou te corrige et te frappe, tu devrais Lui être absolument soumis. Tu ne devrais pas demander la cause ou poser des conditions, encore moins parler de raisons. Ton obéissance doit être absolue. La connaissance de Dieu est l’aspect qui fait le plus défaut aux gens. Ils imposent souvent à Dieu des dictons, des déclarations et des paroles qui n’ont aucun rapport avec Lui, croyant que de telles paroles sont la définition la plus précise de la connaissance de Dieu. Ils ne se doutent pas que ces dictons qui viennent de l’imagination humaine, de leur propre raisonnement et de leur propre connaissance n’ont pas la moindre relation avec l’essence de Dieu. Ainsi, Je veux vous dire qu’en ce qui concerne la connaissance que Dieu désire voir chez les gens, Il n’exige pas seulement que tu reconnaisses Dieu et Ses paroles, mais aussi que ta connaissance de Lui soit correcte. Même si tu ne peux dire qu’une seule phrase ou que tu es un petit peu conscient, ce petit peu de conscience est correct et vrai et il est compatible avec l’essence de Dieu Lui-même. C’est parce que Dieu déteste toute louange ou toute mention élogieuse irréalistes ou inconsidérées à Son sujet. Plus que cela, Il déteste que les gens Le traitent comme de l’air. Il déteste que, dans leur discussion des thèmes sur Dieu, les gens parlent sans tenir compte des faits, qu’ils parlent à volonté et sans hésitation, comme bon leur semble ; en plus, Il déteste ceux qui croient connaître Dieu et se vantent de leur connaissance à Son sujet, discutant de thèmes en rapport avec Lui sans retenue ni réserve. La dernière des cinq exigences mentionnées ci-dessus était la vénération sincère : elle est l’exigence suprême de Dieu envers tous ceux qui Le suivent. Quand les gens possèdent la bonne et la vraie connaissance de Dieu, ils sont en mesure de vraiment vénérer Dieu et de fuir le mal. Cette vénération leur vient du fond du cœur ; cette vénération est délibérément offerte, et non le fruit d’une pression exercée par Dieu. Dieu n’exige pas que tu Lui fasses cadeau d’une belle attitude, d’une conduite ou d’un comportement extérieur à Son égard ; au contraire, Il demande à ce que tu Le vénères et Le craignes des profondeurs de ton cœur. Une telle vénération est réussie en raison des changements dans ton tempérament de vie, d’une acquisition de la connaissance de Dieu, d’une compréhension des actes de Dieu et de l’essence de Dieu et d’une reconnaissance du fait que tu es l’une des créatures de Dieu. Par conséquent, Mon objectif en utilisant ici le mot « sincère » pour définir la vénération, c’est que les humains comprennent que leur vénération pour Dieu doit leur venir du fond du cœur.

Considère maintenant ces cinq exigences : quelqu’un parmi vous est-il capable d’atteindre les trois premières ? Par cela, Je fais référence à la vraie croyance, à l’adhérence loyale et à la soumission absolue. Quelqu’un parmi vous est-il capable de satisfaire ces choses ? Je sais que si Je les mentionnais toutes les cinq, personne d’entre vous incontestablement ne pourrait les satisfaire, mais J’en ai réduit le nombre à trois. Réfléchissez pour savoir si vous avez réalisé ces choses ou non. La « vraie croyance » est-elle facile à satisfaire ? (Non, elle ne l’est pas.) Elle ne l’est pas parce que les gens questionnent Dieu souvent. Et qu’en est-il de l’« adhérence loyale » ? À quoi se réfère « loyale » ? (Ne pas être tiède, mais être plutôt engagé de tout cœur.) Ne pas être tiède, mais être engagé de tout cœur. Vous avez tapé en plein dans le mille ! Alors, êtes-vous capables de satisfaire cette exigence ? Vous devez vous efforcer davantage, n’est-ce pas ? Pour l’instant, vous n’avez pas encore répondu à cette exigence. Qu’en est-il de la « soumission absolue » ? L’avez-vous réalisée ? (Non.) Vous n’avez pas réalisé cela non plus. Vous êtes fréquemment désobéissants et rebelles ; souvent vous n’écoutez pas ou vous ne voulez pas obéir ou entendre. Ce sont les trois exigences les plus fondamentales réalisées par les gens à la suite de leur entrée dans la vie, mais vous ne les réalisez toujours pas. Donc, en ce moment, votre potentiel est-il grand ? Aujourd’hui, après M’avoir entendu dire ces paroles, vous sentez-vous anxieux ? (Oui.) C’est juste que vous vous sentiez anxieux. N’essayez pas d’éviter l’anxiété. Je Me sens anxieux pour vous. Je ne vais pas aborder les deux autres exigences ; sans aucun doute, personne ici ne peut les satisfaire. Vous êtes anxieux. Alors, avez-vous établi vos objectifs ? Quels objectifs devriez-vous poursuivre et dans quelle direction devriez-vous consacrer vos efforts ? Avez-vous un objectif ? Permettez-Moi de vous parler franchement : une fois que vous aurez réalisé ces cinq exigences, vous aurez satisfait Dieu. Chacune d’elles est un signe, ainsi qu’un objectif final, de la maturité de l’entrée dans la vie d’une personne. Même si Je choisissais de parler en détail d’une seule de ces exigences et exigeais que vous la satisfassiez, elle ne serait pas facile à satisfaire ; vous devez endurer un certain nombre de difficultés et consacrer une certaine somme d’efforts. Quel genre de mentalité devriez-vous avoir ? Ce devrait être la même que celle d’un cancéreux en attente d’une opération. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Si tu veux croire en Dieu, si tu veux gagner Dieu et Sa satisfaction, alors, à moins d’endurer une certaine douleur et de consacrer une certaine somme d’efforts, tu ne pourras pas satisfaire ces choses. Vous avez entendu beaucoup de prédications, mais les avoir simplement entendues ne signifie pas que ce sermon soit tien ; tu dois l’absorber et le transformer en quelque chose qui t’appartient. Tu dois l’intégrer dans ta vie et l’amener dans ton existence, permettant à ces paroles et à cette prédication de guider ta façon de vivre et d’apporter une valeur et une signification existentielles à ta vie. Quand cela se produit, ton écoute de ces paroles aura valu la peine. Si Mes paroles n’améliorent aucunement ta vie ou n’ajoutent aucune valeur à ton existence, alors il n’y a pas de raison que tu les écoutes. Vous comprenez cela, n’est-ce pas ? Quand vous avez compris cela, ce qui se passe ensuite dépend de vous. Vous devez vous mettre au travail ! Vous devez être sincères en toutes choses ! Ne soyez pas distraits ; le temps file ! La plupart d’entre vous croient déjà en Dieu depuis plus de dix ans. Repensez à ces dix années écoulées : qu’avez-vous gagné ? Et combien de décennies vous reste-t-il à vivre en cette vie ? Vous n’avez pas beaucoup de temps. Oublie la question de savoir si l’œuvre de Dieu t’attend, s’Il t’a laissé une chance ou s’Il recommencera la même œuvre : ne parle pas de ces choses-là. Peux-tu renverser le cours des dix dernières années de ta vie ? Chaque jour qui passe et à chaque pas que tu fais, tu disposes d’une journée en moins. Le temps n’attend personne ! Ta foi en Dieu sera un gain pour toi seulement si tu la considères comme la plus grande chose de ta vie, plus importante même que la nourriture, les vêtements ou n’importe quoi d’autre ! Si tu crois seulement quand tu en as le temps, que tu es incapable de consacrer toute ton attention à ta foi et que tu es toujours enlisé dans la confusion, alors tu ne gagneras rien. Vous comprenez cela, n’est-ce pas ? Nous nous arrêterons là pour aujourd’hui. À la prochaine fois ! (Dieu soit loué !)

Le 15 février 2014

Précédent: Dieu Lui-même, l’Unique IX

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Chapitre 27

Jamais le comportement humain n’a touché Mon cœur, jamais il ne M’a paru précieux. L’homme trouve que Je le traite toujours de manière très...

Dieu Lui-même, l’Unique I

L’autorité de Dieu (I)Mes derniers échanges ont porté sur l’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même. Après avoir entendu ces...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre