L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoins de Christ des derniers jours

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

11. Quelle est la différence entre faire son devoir et rendre service ?

Paroles de Dieu concernées :

Je ne sauverai jamais aucun de ceux qui exécutent un service pour Moi. Ils n’ont aucune part dans Mon royaume. C’est parce que ces gens ne s’affairent qu’avec des choses extérieures plutôt que d’accomplir Ma volonté. Bien que Je M’en serve maintenant, en réalité ils sont les gens que Je hais le plus, les gens que Je déteste le plus. Aujourd’hui, J’aime quiconque peut accomplir Ma volonté, quiconque peut être attentif envers Mes fardeaux, et quiconque peut tout donner pour Moi avec un vrai cœur et une vraie sincérité, et Je les éclairerai constamment, ne les laissant pas s’éloigner de Moi. Je dis souvent : « À ceux qui se dépensent sincèrement pour Moi, Je les bénirai certainement en abondance. » À quoi se réfère « bénirai » ? Le sais-tu ? En ce qui concerne l’œuvre actuelle du Saint-Esprit, cela indique les fardeaux que Je te confie. Tous ceux qui sont capables de porter un fardeau pour l’Église, qui s’offrent sincèrement pour Moi, leur fardeau et leur vrai cœur sont Ma bénédiction. De plus, Mes révélations à leur intention sont aussi Ma bénédiction. C’est parce que ceux qui n’ont pas un fardeau ne sont pas prédestinés ni choisis par Moi ; Mes malédictions sont déjà tombées sur eux.

Extrait de « Déclarations et témoignages du Christ au commencement »

« Cinq vierges folles » fait référence aux exécutants. Ils exécutent un service pour Moi sans accorder le moindre degré d’importance à la vie, ne poursuivant que des choses extérieures (parce qu’ils n’ont pas Ma qualité, peu importe ce qu’ils font, ce sont des choses extérieures), et ils ne peuvent pas être Mes collaborateurs habiles, ils sont appelés « vierges folles ». Le « cinq » susmentionné représente Satan et ceux qui le suivent, et leur appellation[a] de « vierges » signifie qu’ils ont été conquis par Moi et sont capables d’exécuter un service pour Moi, mais ce genre de personnes ne sont pas saintes, elles sont donc appelées des exécutants.

Extrait de « Déclarations et témoignages du Christ au commencement »

Pour l’homme, s’acquitter de son devoir c’est en réalité accomplir tout ce qui est inhérent à l’homme, c’est-à-dire, ce qui est possible pour l’homme. C’est alors que son devoir est rempli. Les défauts de l’homme pendant son service sont graduellement réduits grâce à l’expérience qu’il acquiert progressivement et à travers l’expérience qu’il a du jugement ; ils n’entravent ni n’affectent le devoir de l’homme. […] Il n’y a pas de corrélation entre le devoir de l’homme et son statut de béni ou de maudit. Le devoir est ce que l’homme doit accomplir ; c’est son devoir impérieux et ne devrait pas dépendre de la récompense, des conditions ou des raisons. C’est seulement ça faire son devoir. Un homme qui est béni jouit de la bonté après avoir été perfectionné suite au jugement. Un homme qui est maudit reçoit la punition quand son tempérament demeure inchangé suite au châtiment et au jugement, c’est-à-dire, il n’a pas été perfectionné. Comme un être créé, l’homme doit s’acquitter de son devoir, faire ce qu’il doit faire, et faire ce qu’il est capable de faire, indépendamment du fait qu’il sera béni ou maudit. Ceci est la condition fondamentale pour l’homme, en tant qu’être qui cherche Dieu. Tu ne devrais pas remplir ton devoir seulement pour être béni, et tu ne devrais pas non plus refuser d’agir par peur d’être maudit. Laissez-Moi vous dire la chose suivante : Si l’homme est capable de remplir son devoir, cela signifie qu’il s’acquitte de ce qu’il doit faire. Si l’homme est incapable de remplir son devoir, cela démontre l’esprit rebelle qui est en lui. C’est toujours à travers le processus par lequel il remplit son devoir que l’homme change progressivement, et c’est à travers ce processus qu’il démontre sa fidélité. Ainsi, plus tu es capable de remplir ton devoir, plus tu recevras des vérités, et c’est ainsi que ton expression deviendra plus réelle. Ceux qui passent simplement par des motions pour remplir leur devoir et ne cherchent pas la vérité seront éliminés à la fin, car de tels hommes ne remplissent pas leur devoir dans la pratique de la vérité, et ne pratiquent pas la vérité pendant qu’ils s’acquittent de leur devoir. De tels hommes sont ceux qui ne changent pas et ils seront maudits. Non seulement leurs expressions sont impures, mais aussi ce qu’ils expriment n’est rien d’autre que de la méchanceté.

Extrait de « La différence entre le ministère du Dieu incarné et le devoir de l’homme », La Parole apparaît dans la chair

Pierre a été perfectionné en passant par le traitement et le raffinement. Il dit : « Je dois satisfaire la volonté de Dieu en tout temps. Dans tout ce que je fais, je ne cherche qu’à satisfaire la volonté de Dieu, et que je sois châtié, ou jugé, je suis toujours heureux de le faire ». Pierre a tout donné à Dieu, et son travail, ses paroles et sa vie entière étaient tous consacrés pour l’amour de Dieu. Il était quelqu’un qui cherchait la sainteté, et plus il en a fait l’expérience, plus grand était l’amour qu’il avait pour Dieu au fond de son cœur. Paul, quant à lui, n’a fait que le travail de l’extérieur, et bien qu’il ait également travaillé d’arrache-pied, il s’adonnait à faire son travail correctement et à recevoir ainsi une récompense. S’il avait su qu’il ne recevrait aucune récompense, il aurait depuis longtemps abandonné son travail. Ce dont se souciait Pierre c’était le véritable amour dans son cœur, et celui qui était pratique et pouvait être réalisé. Il ne se souciait pas de savoir s’il recevrait une récompense, mais de savoir si son tempérament pouvait être transformé. Paul pensait même à toujours travailler plus dur, il se souciait du travail extérieur et de la dévotion, et des doctrines qui n’étaient pas connues des gens ordinaires. Il ne se souciait pas des changements profonds qui s’opéraient en lui et d’un véritable amour de Dieu. Les expériences de Pierre visaient à accéder à un véritable amour et une vraie connaissance. Ses expériences visaient à le rapprocher plus étroitement de Dieu et d’arriver à mener une vie pratique. Le travail de Paul était ainsi réparti en raison de ce qui lui avait été confié par Jésus, et dans le but d’obtenir les choses auxquelles il aspirait, mais celles-ci n’étaient pas en rapport avec la connaissance qu’il avait de lui-même et de Dieu. Son travail visait seulement à lui faire échapper au châtiment et au jugement. Ce que Pierre cherchait était l’amour pur, et ce que Paul cherchait était la couronne de justice. Pierre a fait l’expérience de nombreuses années de l’œuvre du Saint-Esprit, et avait une connaissance pratique du Christ, ainsi qu’une parfaite connaissance de lui-même. Et ainsi, son amour pour Dieu était pur. De nombreuses années de raffinement avaient élevé sa connaissance de Jésus et de la vie, et son amour était un amour inconditionnel, c’était un amour spontané, et il ne demandait rien en retour, de même qu’il n’espérait en tirer aucun avantage. Paul a travaillé pendant de nombreuses années, mais il n’avait pas une grande connaissance du Christ, et avait une si petite connaissance de lui-même. Il n’avait tout simplement pas d’amour pour le Christ, et son travail et la course qu’il effectuait visaient à décrocher le laurier final. Ce qu’il cherchait c’était la plus belle couronne, et non le plus pur amour. Il ne cherchait pas activement, mais réalisait si passivement ; il ne remplissait pas son devoir, mais il a été contraint dans sa quête après avoir été saisi par le travail du Saint-Esprit. Et par conséquent, sa quête ne prouve pas qu’il soit qualifié pour être une créature de Dieu ; c’est Pierre qui était qualifié pour être une créature de Dieu et qui a rempli son devoir…

… Le travail de Paul se limite aux prestations dans les églises, et au soutien aux églises. Ce qu’a connu Pierre ce sont des changements dans son tempérament, il a connu l’amour de Dieu. Maintenant que tu connais les différences qu’il y a dans leurs essences, tu peux réaliser en fin de compte qui a véritablement cru en Dieu, et qui ne l’a pas fait. L’un d’eux a vraiment aimé Dieu, et l’autre pas ; l’un a subi des changements dans son tempérament, et l’autre pas ; l’un était adoré par les gens, et a eu une grande image et l’autre a servi humblement, et les gens ne l’ont pas facilement remarqué ; l’un a cherché la sainteté, et l’autre pas, et quoiqu’il ne fût pas impur, il n’était pas animé d’un amour pur ; l’un était possédé par la véritable humanité, et l’autre ne l’était pas; l’un était animé du sentiment d’une créature de Dieu, et l’autre pas. Telles sont les différences dans les essences de Paul et de Pierre. Le chemin que Pierre a emprunté est le chemin du succès, qui est également le chemin menant au rétablissement de l’humanité normale et du devoir d’une créature de Dieu. Pierre représente tous ceux qui connaissent le succès. Le chemin emprunté par Paul est le chemin de l’échec, et Paul ne représente que tous ceux qui se soumettent et se dépensent superficiellement, et n’aiment pas véritablement Dieu. Paul représente tous ceux qui ne possèdent pas la vérité.

Extrait de « Succès ou échec, tout dépend du chemin que l’homme emprunte », La Parole apparaît dans la chair

L’échange de l’homme :

Tous ceux qui ne sont pas entrés sur le bon chemin de foi en Dieu, dont le tempérament de vie n’a fait l’expérience d’aucun changement qui soit et qui ne comprennent rien à la vérité, tant qu’ils se fient à la passion, à l’intention d’obtenir des bénédictions et qu’ils consentent à faire un petit effort, ceux-là font du service. Une fois que quelqu’un comprend un peu la vérité, a une véritable foi en Dieu, n’est pas le moins du monde méfiant de Dieu, comprend l’œuvre de Dieu, voit que l’objectif de l’œuvre de Dieu est de sauver et de parfaire les hommes et peut voir que l’amour de Dieu pour l’homme est vraiment grand, alors cette personne produira un cœur qui aime Dieu et un cœur qui rend l’amour que Dieu lui donne. Les devoirs que ce genre de personne accomplit peuvent être qualifiés d’actes bons. Les devoirs que cette personne accomplit, au lieu d’être reconnus comme de simples services, peuvent officiellement être considérés comme des devoirs accomplis par une des créations de Dieu. Accomplir des devoirs signifie que l’on consent à accomplir ses devoirs correctement comme un moyen de rendre l’amour de Dieu. Voilà la différence entre accomplir des devoirs et faire du service. L’intention n’est pas la même. L’état et la condition à l’intérieur du cœur ne sont pas les mêmes. Faire du service est réalisé dans l’intérêt d’obtenir des bénédictions et d’être fidèle avec enthousiasme. Accomplir véritablement son devoir est fait sur la fondation d’une compréhension claire de la vérité. Cela repose sur une fondation de connaissance de l’amour de Dieu et sur le désir de rendre cet amour à Dieu. Cela repose sur une compréhension qu’une des créations de Dieu devrait accomplir ses devoirs et c’est une loi du ciel et un principe de la terre. C’est sur ce genre de fondation qu’un cœur qui accomplit ses devoirs est créé. C’est ce que signifie accomplir véritablement et correctement ses devoirs.

Extrait de « La signification importante de la préparation des bonnes œuvres » dans Sermons et échange sur l’entrée dans la vie (II)

Si vous faites votre devoir afin d’obtenir la bénédiction et le salut, alors vos intentions ne sont pas bonnes. Si vos intentions ne sont pas bonnes, alors vous ne pouvez pas accomplir votre devoir de manière acceptable ; votre façon de travailler ainsi est simplement machinale et vous ne pouvez pas, alors que vous accomplissez votre devoir, toucher l’intention de Dieu et pratiquer la vérité. Ainsi, il n’y aura définitivement aucun résultat (à tirer) du devoir que vous accomplissez. Faire votre devoir ne consiste pas à produire un effort apparemment ; la chose principale est de résoudre des problèmes en fonction de la vérité. On pourrait dire que si, en faisant votre devoir, vous ne pratiquez pas la vérité, alors ce n’est pas faire un devoir. Accomplir toute sorte de devoirs est un genre de manifestation de la pratique de la vérité, tout cela est pratiquer la vérité. Mener à bien la responsabilité des créatures, accomplir le devoir qui incombe aux créatures, voilà ce qu’est pratiquer la vérité. Alors qu’est-ce que la vérité ? C’est la réalité et la vie que les créatures devraient posséder ; la vérité est la plus haute maxime de la vie. La vie que les créatures devraient obtenir, le devoir qu’elles devraient accomplir, la responsabilité qu’elles devraient porter et la ressemblance selon laquelle elles devraient vivre ; tout cela est vérité et peut être collectivement appelé vérité. Définitivement parlant, ce n’est que lorsque vous pratiquez la vérité que vos actes peuvent être considérés comme un devoir ; faire votre devoir, c’est faire des choses selon la vérité, selon le cœur de Dieu, alors peu importe l’aspect du devoir que vous êtes en train d’accomplir, vous devez pratiquer la vérité. Si vous ne pratiquez pas la vérité, alors vous n’êtes que des fous furieux qui exécutent un service. Si vous ne pratiquez pas la vérité, alors certaines de vos actions ne sont pas une exécution de service ; elles peuvent aussi être condamnées comme un mal, une interruption et un désordre.

Extrait de « Questions et réponses » dans Sermons et échange sur l’entrée dans la vie (VII)

Tous les hommes qui s’efforcent de rechercher la vie et d’être des hommes de Dieu sont capables de considérer l’accomplissement de leur devoir comme une responsabilité à ne pas esquiver. Afin de rendre à Dieu Son amour, ils ne marchandent pas la récompense pour faire leur devoir et ils n’ont pas d’exigences. Tout ce qu’ils font peut être appelé accomplir son devoir. La catégorie d’hommes qu’on appelle les exécutants, au mieux, fournissent un petit effort pour apaiser Dieu afin de pouvoir être bénis. Leur foi a tellement d’impuretés. Ils n’ont pas de conscience ou de raison et recherchent encore moins la vérité et la vie. Parce qu’ils voient bien que, dans leur nature, ils sont tellement mauvais qu’il leur serait impossible de devenir des hommes de Dieu, ils abandonnent leur quête pour devenir des hommes de Dieu et, du début à la fin, vivent dans une atmosphère de négativité. C’est pourquoi tout ce qu’ils font, c’est, bien sûr, faire du service, parce que le concept déformé qu’ils ont de la volonté de Dieu les a liés. Le chemin qu’emprunte un homme détermine si ce qu’il fait, c’est accomplir son devoir ou faire du service. S’il recherche la vérité et prête attention à la vie, accomplit bien tout son devoir pour rendre à Dieu Son amour et pour satisfaire Dieu, travaille dur vers l’objectif d’être un des hommes de Dieu — s’il est soutenu par cette sorte de vision —, alors ce qu’il fait, c’est certainement accomplir son devoir. Tous les hommes qui n’ont pas la vérité, qui n’ont pas d’ambition du tout, qui, dans des conditions négatives, fournissent un petit effort pour apaiser et piéger Dieu, ce genre d’homme en est un qui fait du service et le chemin qu’il emprunte l’est encore plus. Il est clair que tous les exécutants sont véritablement des hommes sans conscience ni raison, et qu’ils sont des hommes qui ne poursuivent pas la vérité. Comment leur serait-il possible d’avoir la vie ? À partir de là, il est évident que ces hommes qui n’ont pas la détermination, qui ne recherchent pas la vérité et qui ne prêtent pas attention à la vie ne sont peut-être même pas dignes d’être des exécutants. Leur nature est tellement mauvaise ; ils ne veulent pas accepter la vérité et ne croient pas en Dieu. Ils se méfient même de ce que Dieu dit. Ce n’est rien d’autre que leur supercherie qui les enterre. Si quelqu’un est véritablement un exécutant, il doit encore bien faire du service et ne pas être négligent et peu soigné. Cela seul le préparerait à être un exécutant qui demeure, et il aurait beaucoup de chance. Devenir véritablement un exécutant n’est pas une mince affaire.

Extrait de « L’échange du supérieur »

Note de bas de page :

[a] Le texte original omet « leur appellation. »

Précédent:Qu’est-ce qu’accomplir son devoir ?

Suivant:Qu’entend-on par « laisser tout derrière soi et suivre Dieu » ?