2. Quelles sont les différences entre un changement de tempérament et un bon comportement ?

Paroles de Dieu concernées :

Une transformation dans le tempérament se réfère principalement à la transformation dans la nature d’une personne. Ce qui constitue la nature d’une personne n’est pas quelque chose de visible à partir des comportements extérieurs ; cela implique directement la valeur et la signification de son existence. C’est-à-dire que cela implique directement le point de vue sur la vie et les valeurs d’une personne, les choses qui sont dans les profondeurs de son âme et son essence. Si une personne ne peut accepter la vérité, elle ne subira aucune transformation dans ces aspects. C’est seulement en expérimentant l’œuvre de Dieu, en entrant pleinement dans la vérité, en changeant ses valeurs et perspectives au sujet de l’existence et de la vie, en alignant ses points de vue sur ceux de Dieu, et en devenant capable de se soumettre et de se dévouer complètement à Dieu, que l’on peut dire que son tempérament a été transformé. Il peut sembler que tu fasses des efforts, tu es peut-être résilient face à des difficultés, capable de réaliser les arrangements de travail du supérieur, ou d’aller partout où on te dit d’aller, mais ce ne sont que des changements de comportement mineurs, et ils ne sont pas suffisants pour être considérés comme la transformation de ton tempérament. Tu es peut-être capable de parcourir de nombreux chemins, de subir de nombreuses difficultés et d’endurer une grande humiliation ; tu sens peut-être que tu es très proche de Dieu, et le Saint-Esprit est peut-être en train d’œuvrer en toi, mais quand Dieu te demande de faire quelque chose qui n’est pas conforme à tes idées, tu ne te soumets pas forcément ; au contraire, tu pourrais chercher des excuses, te rebellant contre Dieu et Lui résistant, au point même que tu critiques Dieu et te révoltes contre Lui. Ce serait un problème sérieux ! Cela montrerait que tu as toujours une nature qui résiste à Dieu et que tu n’as subi absolument aucune transformation.

Extrait de « Ce que vous devriez savoir sur la transformation de votre tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Que savez-vous au sujet des changements dans le tempérament ? Les essences des changements de tempérament et des changements de comportement sont différentes et les changements de pratique sont également différents : ils sont tous d’essence différente. La plupart des gens mettent particulièrement l’accent sur le comportement dans leur croyance en Dieu, ce qui a pour conséquence que certains changements s’opèrent dans leur comportement. Après avoir commencé à croire en Dieu, ils cessent de se disputer avec les autres, d’insulter et de se battre avec leurs prochains, de fumer et de boire et de voler les biens publics – que ce soit un clou ou une planche de bois – et ils vont même jusqu’à ne pas porter plainte devant les tribunaux chaque fois qu’ils subissent des dommages ou sont lésés. Il ne fait pas de doute qu’ils connaissent bel et bien certains changements comportementaux. Parce qu’une fois qu’ils croient en Dieu, accepter le vrai chemin fait que les gens se sentent particulièrement bien, et parce qu’ils ont aussi goûté désormais à la grâce de l’œuvre du Saint-Esprit, ils sont particulièrement fervents, et il n’y a même rien qu’ils ne puissent abandonner ou endurer. Néanmoins, après avoir cru pendant trois, cinq, dix ou trente ans, parce qu’il n’y a pas eu de changement dans leurs tempéraments de vie, ils finissent par retomber dans de vieilles habitudes ; leur arrogance et leur dédain sont de plus en plus prononcés et ils commencent à entrer en compétition pour le pouvoir et les avantages, ils convoitent l’argent de l’Église, ils font tout ce qui sert leurs propres intérêts, ils sont assoiffés de statuts et de plaisirs et ils sont devenus des parasites de la maison de Dieu. La plupart de ceux qui servent en tant que dirigeants, en particulier, sont abandonnés par les gens. Et que prouvent ces faits ? Les simples changements comportementaux ne sont pas durables ; s’il n’y a pas de changement dans les tempéraments de vie des individus, alors tôt ou tard leurs côtés méchants se manifesteront. Parce que la source des changements dans leur comportement est de la ferveur, couplée à l’époque avec une certaine œuvre accomplie par le Saint-Esprit, il leur est extrêmement facile de devenir fervents, ou de faire preuve temporairement de bonté. Comme disent les non-croyants : « Faire une bonne action est facile, ce qui est difficile, c’est de faire de bonnes actions toute sa vie. » Les gens sont incapables de faire de bonnes actions tout au long de leur vie. Le comportement est guidé par la vie ; ce qu’est la vie, le comportement l’est aussi, et il n’y a que ce qui est révélé naturellement qui représente la vie, ainsi que la nature de l’individu. Les choses qui sont fausses ne peuvent pas durer. Quand Dieu travaille pour sauver l’homme, ce n’est pas pour le parer d’un bon comportement – le but de l’œuvre de Dieu est de transformer les tempéraments des individus, de les faire renaître et devenir de nouvelles personnes. Ainsi, le jugement, le châtiment, les épreuves et l’épurement que Dieu fait subir à l’homme servent tous à changer son tempérament, afin qu’il en arrive à une soumission et à une dévotion absolues envers Dieu et en arrive à L’adorer normalement. C’est le but visé par l’œuvre de Dieu. Bien se comporter n’est pas la même chose qu’obéir à Dieu, cela équivaut encore moins à être compatible avec Christ. Les changements de comportement sont fondés sur la doctrine et nés de la ferveur ; ils ne sont pas basés sur la vraie connaissance de Dieu, ni sur la vérité, et ils reposent encore moins sur la direction du Saint-Esprit. Même s’il y a des moments où une partie de ce que font les hommes est guidée par le Saint-Esprit, ce n’est pas une expression de la vie, et c’est encore moins le fait de connaître Dieu ; le comportement d’un individu a beau être bon, il ne prouve nullement qu’il se soit soumis à Dieu, ou qu’il mette la vérité en pratique. Les changements de comportement ne sont qu’une illusion momentanée ; ils ne sont que des manifestations de zèle. Ils ne sauraient être comptés comme des expressions de la vie.

Extrait de « La différence entre les changements externes et les changements dans le tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Les gens peuvent bien se comporter, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’ils détiennent la vérité. Avoir de la ferveur ne peut que les faire se conformer à la doctrine et suivre des règles ; ceux qui ne détiennent pas la vérité n’ont aucun moyen de résoudre des problèmes essentiels, et la doctrine ne peut pas non plus se substituer à la vérité. Les gens qui ont connu un changement dans leur tempérament sont différents : ils ont compris la vérité, ils discernent toutes les questions, ils savent comment agir en accord avec la volonté de Dieu, comment agir en accord avec le principe-vérité et comment agir pour satisfaire Dieu, et ils comprennent la nature de la corruption qu’ils manifestent. Lorsque leurs propres idées et notions sont révélées, ils sont capables d’avoir du discernement et de renoncer à la chair. C’est ainsi qu’un changement dans le tempérament est exprimé. La principale chose à propos des gens qui ont réalisé un changement dans leur tempérament, c’est qu’ils en sont arrivés à comprendre clairement la vérité, et lorsqu’ils agissent, ils mettent la vérité en pratique avec une certaine précision et ne révèlent pas une corruption aussi souvent. En général, ceux dont le tempérament s’est transformé semblent être tout à fait raisonnables et avoir du discernement et, du fait de leur compréhension de la vérité, la suffisance et l’arrogance ne sont pas révélées autant. Ils peuvent percer à jour et discerner en grande partie la corruption qui a été révélée en eux, de sorte qu’ils ne deviennent pas arrogants. Ils peuvent avoir une compréhension mesurée de ce qu’est la place de l’homme, de la manière de se comporter raisonnablement, de la manière d’être dévoué, de ce qu’il faut dire et ne pas dire, et de ce qu’il faut faire à quelle personne. C’est pourquoi on dit que les gens comme ça sont relativement raisonnables. Ceux qui ont connu un changement dans leur tempérament vivent vraiment la ressemblance d’un humain et ils ont la vérité. Ils sont toujours à même de dire et de voir les choses conformément à la vérité et ils suivent les principes dans tout ce qu’ils font ; ils ne sont soumis à l’influence de personne, d’aucun sujet ni d’aucune chose et ils ont tous leurs propres opinions et peuvent faire respecter le principe-vérité. Leur tempérament est relativement stable, ils ne changent pas d’avis comme de chemise et, peu importent les circonstances, ils savent comment faire leurs devoirs correctement et comment se comporter pour satisfaire Dieu. Ceux dont le tempérament a réellement changé ne sont pas centrés sur ce qu’il faut faire pour bien paraître à un niveau superficiel ; ils ont accédé à une clarté interne sur ce qu’il faut faire pour satisfaire Dieu. Par conséquent, en apparence, il se peut qu’ils ne semblent pas aussi enthousiastes ou qu’ils ne semblent pas avoir fait quelque chose de très grand, mais tout ce qu’ils font a un sens et une valeur et débouche sur des résultats pratiques. Ceux dont le tempérament a changé sont certains de posséder une abondante vérité, et cela peut être confirmé par leurs perspectives sur les choses et leurs actions fondées sur des principes. Ceux qui ne possèdent pas la vérité n’ont réalisé absolument aucun changement dans leur tempérament. Changer dans son tempérament ne veut pas dire avoir une humanité mûre et chevronnée : cela se réfère principalement aux cas où une partie des poisons sataniques dans la nature de la personne change en raison de la connaissance de Dieu et de la compréhension de la vérité qu’elle a acquise. C’est-à-dire que ces personnes sont purifiées de ces poisons et que la vérité exprimée par Dieu prend racine chez de telles personnes, devient leur vie et devient le fondement même de leur existence. Alors seulement, elles deviennent des personnes nouvelles et, de ce fait, connaissent une transformation de leur tempérament. Une transformation du tempérament ne signifie pas que les tempéraments extérieurs des gens sont plus faibles qu’auparavant, qu’ils étaient arrogants mais peuvent maintenant communiquer raisonnablement, ou qu’ils n’écoutaient personne, mais peuvent maintenant écouter les autres ; on ne peut pas dire que de tels changements extérieurs sont des transformations du tempérament. Bien sûr, les transformations du tempérament incluent bien ces situations, mais le plus essentiel, c’est qu’intérieurement leur vie a changé. La vérité exprimée par Dieu devient leur vie même, les poisons sataniques en eux ont été éliminés et leurs perspectives ont complètement changé – et elles ne correspondent en rien à celles du monde. Ces personnes peuvent voir clairement les ruses et les poisons du grand dragon rouge pour ce qu’ils sont ; ils ont saisi la véritable essence de la vie. De ce fait, leurs valeurs de la vie ont changé, et il s’agit du type de transformation le plus fondamental et de l’essence d’un changement dans le tempérament.

Extrait de « La différence entre les changements externes et les changements dans le tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Parvenir à une transformation dans son tempérament n’est pas une mince affaire ; cela ne signifie pas seulement subir un peu de changement dans son comportement, acquérir une certaine connaissance de la vérité, être capable de parler un peu de son expérience de tous les aspects de la vérité ni changer un peu ou devenir un petit peu obéissant après avoir été discipliné. Ces choses ne constituent pas une transformation dans son tempérament de vie. Pourquoi dis-Je cela ? Bien que tu sois peut-être en mesure de mettre certaines choses de côté, ce que tu es en train de pratiquer n’a pas encore atteint le niveau qui consiste à vraiment mettre la vérité en pratique. Ou bien, tu te comportes de cette manière peut-être parce que tu es dans un environnement approprié depuis un certain temps, et dans une situation favorable, ou parce que ta situation actuelle t’y oblige. De plus, lorsque ton état d’esprit est stable et que le Saint-Esprit est à l’œuvre, tu es capable de pratiquer. Si tu subissais des épreuves et qu’elles te faisaient souffrir autant que Job, ou que Pierre à qui Dieu a demandé de mourir, pourrais-tu dire : « Même si je mourais après avoir appris à Te connaître, ce serait bien » ? Une transformation dans le tempérament ne se produit pas du jour au lendemain, et une fois que tu comprends la vérité, tu ne peux pas nécessairement la mettre en pratique dans chaque environnement. Cela implique la nature de l’homme. Parfois, il peut sembler que tu mettes la vérité en pratique, mais en réalité, la nature de tes actions ne montre pas que tel soit le cas. Beaucoup de gens ont certains comportements extérieurs, comme pouvoir mettre de côté leur famille et leur carrière pour accomplir leurs devoirs, et donc croient qu’ils pratiquent la vérité. Cependant, Dieu ne reconnaît pas qu’ils pratiquent la vérité. Si tout ce que tu fais est sous-tendu par un motif personnel et est adultéré, alors tu ne pratiques pas la vérité ; tu affiches tout simplement une conduite superficielle. Au sens strict, ta conduite sera probablement condamnée par Dieu ; Il ne la louera pas ni ne S’en souviendra. Examinant cela davantage, tu commets le mal et ta conduite est en opposition à Dieu. De l’extérieur, tu n’interromps pas ni ne perturbes quoi que ce soit et tu n’as pas causé de dommages réels ni violé aucune vérité. Il semble que ce soit logique et raisonnable, pourtant l’essence de tes actions se rapporte au fait de commettre le mal et de résister à Dieu. Alors, tu dois déterminer si ton tempérament a changé et si tu mets la vérité en pratique en considérant les motivations qui sous-tendent tes actions à la lumière des paroles de Dieu. Cela ne dépend pas de la question de savoir si, d’un point de vue humain, tes actions sont conformes à l’imagination de l’homme et aux intentions de l’homme, ou si elles sont à ton goût ; ces choses ne sont pas importantes. Au contraire, c’est Dieu qui dit si oui ou non tu te conformes à Sa volonté ; c’est Dieu qui dit si tes actions ont la réalité-vérité ou non et si elles sont à la hauteur de Ses normes ou non. Te comparer aux exigences de Dieu est la seule voie juste. Changer son tempérament et mettre la vérité en pratique n’est pas aussi simple et facile que les gens l’imaginent. Le comprenez-vous maintenant ? En avez-vous une expérience quelconque ? Quand il s’agit de l’essence d’un problème, vous ne le comprenez peut-être pas ; votre entrée a été trop superficielle. Vous vous affairez toute la journée, de l’aube au crépuscule, vous vous levez tôt et vous mettez au lit tard, mais vous n’avez pas atteint une transformation de votre tempérament de vie, et vous ne pouvez pas saisir ce qu’une telle transformation implique. Cela signifie que votre entrée est trop superficielle, n’est-ce pas ? Peu importe combien de temps vous avez cru en Dieu, il se peut que vous ne perceviez pas l’essence et les choses profondes liées à la réalisation d’une transformation du tempérament.

Extrait de « Ce que vous devriez savoir sur la transformation de votre tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

À quel stade en êtes-vous maintenant ? C’est-à-dire que tu as déjà pris conscience que ton point de vue est erroné, mais tu peux encore te fier à ton point de vue pour vivre, et tu l’utilises pour mesurer l’œuvre de Dieu et pour juger et méditer tout ce que Dieu fait, Sa souveraineté et les circonstances qu’Il met en place pour toi, et tu peux traiter la souveraineté de Dieu au moyen de ton point de vue et de tes méthodes. Est-ce là pratiquer la vérité ? Est-ce un résultat qui s’obtient après que l’on a changé de tempérament ? Non. À présent, tu reconnais simplement que les paroles de Dieu sont bonnes et justes et, si l’on regarde ton comportement extérieur, tu ne fais pas de choses qui vont à l’encontre de la vérité, et encore moins de choses qui portent un jugement sur l’œuvre de Dieu. Tu es également capable de te soumettre aux modalités de travail de la maison de Dieu. Une telle personne est passée du statut d’incroyant à celui de disciple de Dieu avec la décence d’un saint. Tu passes d’une personne qui vit résolument selon les philosophies de vie de Satan et selon les concepts, les principes et les connaissances de Satan à une personne qui, ayant entendu les paroles de Dieu, pense qu’elles sont bonnes, justes et vraies, qui veut vivre selon les paroles de Dieu et qui en est venue à accepter les paroles de Dieu et à les considérer comme sa vie. C’est ce genre de processus, rien de plus. Donc, pendant cette période, ton comportement et tes façons de faire subiront certainement quelques changements et seront certainement complètement différents d’avant. Cependant, peu importe leurs différences et combien de choses sont différentes, ce qui se manifeste en toi n’est, pour Dieu, rien de plus que des changements dans ton comportement et tes méthodes, des changements dans ta pensée et tes points de vue, des changements dans tes désirs les plus intimes et des changements dans tes aspirations — rien de plus. Tu es peut-être capable maintenant, avec un effort, d’offrir ta vie pour Dieu, mais tu ne peux pas atteindre une obéissance absolue à Dieu dans un domaine que tu trouves particulièrement déplaisant. Voilà la différence entre un changement de comportement et un changement de tempérament. Peut-être que ton cœur doux te permet de te comporter de manière à donner ta vie pour Dieu immédiatement, en disant : « Je suis prêt et disposé à renoncer au sang de ma vie. Dans cette vie, je n’ai ni regrets ni plaintes ! J’ai renoncé au mariage, aux perspectives mondaines, à toute gloire et à toute richesse, et j’accepte ces circonstances que Dieu a établies. Je peux résister et supporter toutes les moqueries et les calomnies du monde. » Pourtant, tout ce que Dieu a à faire, c’est d’établir des circonstances qui ne correspondent pas à tes notions, et tu Lui cries alors dessus et Lui résistes. Voilà la différence entre un changement de comportement et un changement de tempérament. Il est également possible que tu puisses donner ta vie pour Dieu et abandonner les personnes et les choses que tu aimes le plus, ou la chose que ton cœur supporte le moins de quitter, mais quand tu es appelé à dire une parole honnête à Dieu et à être une personne honnête, tu trouves cela très difficile et tu en es incapable. Voilà la différence entre un changement de comportement et un changement de tempérament. Cela dit, peut-être que tu n’as pas envie d’un confort charnel dans cette vie, ni de manger de la bonne nourriture, ni de porter de beaux vêtements, en travaillant chaque jour jusqu’à épuisement. Tu peux supporter toutes sortes de douleurs apportées par la chair, mais quand les arrangements de Dieu ne correspondent pas à tes notions, tu ne peux pas comprendre et, quand tu ne peux pas comprendre, des griefs contre Dieu surgissent en toi, des malentendus à Son sujet surgissent en toi et, à ce moment-là, la relation entre Dieu et toi deviendra de plus en plus tendue jusqu’à ce que tu souhaites L’éviter et Le trahir et que tu sois incapable de te soumettre complètement. Voilà la différence entre un changement de comportement et un changement de tempérament. Tu peux renoncer à ta vie pour Dieu, alors pourquoi ne peux-tu pas Lui dire une parole honnête ? Tu peux mettre de côté tout ce qui est en dehors de toi, alors pourquoi ne peux-tu pas être singulièrement fidèle à la mission et à la tâche que Dieu t’a confiées ? Tu peux renoncer à ta vie pour Dieu, alors pourquoi, quand tu révèles tes sentiments et maintiens tes relations avec les autres, ne peux-tu pas prendre position pour défendre l’œuvre de Dieu et Ses intérêts ? Tu as fait le vœu devant Dieu de te dépenser pour Lui toute ta vie et d’accepter toute souffrance qui se présente à toi, alors pourquoi un seul cas de destitution de ton devoir te fait-il tellement sombrer dans la négativité que tu n’arrives pas à refaire surface pendant des jours ? Ton cœur est plein de résistance, de griefs et de malentendus : tout cela est négatif. Que se passe-t-il ? Voilà la différence entre un changement de comportement et un changement de tempérament.

Extrait de « La foi en Dieu n’est possible que si l’on se débarrasse de ses notions pour suivre le bon chemin (3) », dans Récits des entretiens de Christ

Quel était le fondement sur lequel les gens vivaient auparavant ? Tous les hommes vivent pour eux-mêmes. Chacun pour soi, Dieu pour tous : tel est, en résumé, la nature humaine. Les gens croient en Dieu pour eux-mêmes ; ils abandonnent des choses, se dépensent pour Lui et Lui sont fidèles, mais toujours est-il qu’ils font toutes ces choses pour eux-mêmes. En somme, tout cela est fait dans le but d’obtenir des bénédictions pour eux-mêmes. Dans le monde, tout est destiné au profit personnel ; croire en Dieu ne sert qu’à obtenir des bénédictions. C’est pour gagner des bénédictions que les gens renoncent à tout et que peuvent supporter beaucoup de souffrances. Tout cela est une preuve empirique de la nature corrompue de l’homme. Pourtant, ceux qui ont un changement dans leur tempérament sont différents. Ils ont le sentiment que les hommes devraient vivre dans le but de satisfaire Dieu, de bien accomplir leur devoir et de vivre une vie riche de sens, de sorte que, même lorsqu’ils mourront, ils se sentiront satisfaits et n’auront pas le moindre regret ; ils n’auront pas vécu en vain. Être capable d’adorer, de satisfaire Dieu et de Lui obéir est le fondement d’un humain, et c’est le devoir impérieux des hommes conformément aux principes immuables du Ciel et de la terre. Dans le cas contraire, ils ne seraient pas dignes d’être appelés des humains ; leur vie serait vide et dénuée de sens. Si nous comparons ces deux types de situations, nous constatons que dans la deuxième, le tempérament de la personne a changé, et puisque son tempérament de vie a changé, sa conception de la vie a certainement changé. Dotée de valeurs différentes, elle ne vivra plus jamais pour elle-même et sa croyance en Dieu n’aura plus jamais pour objectif d’obtenir des bénédictions pour elle-même. Elle sera en mesure de dire : « Maintenant que je connais Dieu, qu’est-ce que la mort pour moi ? Connaître Dieu m’a permis de vivre une vie riche de sens. Je n’ai pas vécu en vain et je mourrai sans avoir de regrets ; je ne me plains de rien. » Cela n’est-il pas une nouvelle conception de la vie ? Par conséquent, la principale cause d’un changement dans le tempérament de vie de quelqu’un, c’est qu’il ait la vérité en lui et qu’il ait la connaissance de Dieu ; sa conception de la vie change et ses valeurs ne sont pas les mêmes qu’auparavant. Le changement commence de l’intérieur et de sa propre vie ; ce n’est certainement pas un simple changement extérieur. Depuis qu’ils croient en Dieu, certains nouveaux croyants ont quitté le monde séculier ; lorsqu’ils rencontrent des incroyants, ils ont peu de choses à dire et ils contactent rarement leurs proches et amis incroyants. Les incroyants disent : « Cette personne a changé. » Alors les croyants pensent : « Mon tempérament a réellement changé, car les incroyants disent que j’ai changé. » En fait, leur tempérament a-t-il réellement changé ? Ce ne sont que de simples changements extérieurs. Il n’y a pas eu de changement dans leur vie, et leur nature satanique demeure enracinée en eux, parfaitement intacte. Parfois, les hommes sont saisis par la ferveur en raison de l’œuvre du Saint-Esprit ; certains changements extérieurs surviennent et ils réalisent quelques bonnes actions. Mais cela est différent des changements dans le tempérament. Tu es dépourvu de la vérité, ta conception des choses n’a pas changé – elle est même identique à celle des incroyants – et tes valeurs et ta conception de la vie n’ont pas changé. Tu n’as même pas un cœur qui révère Dieu, ce qui est le strict minimum que tu devrais posséder. Rien ne pourrait être plus éloigné des changements dans ton tempérament.

Extrait de « La différence entre les changements externes et les changements dans le tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 1. Qu’est-ce qu’un changement de tempérament ? Comment se manifeste-t-il ?

Suivant: 3. Comment devrait-on poursuivre la vérité afin de réaliser un changement de tempérament et un perfectionnement ?

Contenu connexe

2. Le rapport entre chaque étape de l’œuvre de Dieu et Son nom

« Dieu dit encore à Moïse : Tu parleras ainsi aux enfants d’Israël : L’Éternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’envoie vers vous. Voilà mon nom pour l’éternité, voilà mon nom de génération en génération » (Exode 3:15).

1. Le but des trois étapes de l’œuvre de gestion de l’humanité par Dieu

Tout Mon plan de gestion, qui s’étend sur six mille ans, se compose de trois étapes, ou trois ères : d’abord, l’ère de la Loi ; l’ère de la Grâce (qui est aussi l’ère de la Rédemption) ; et l’ère du Règne dans les derniers jours. Mon œuvre dans ces trois ères diffère quant à son contenu selon la nature de chaque ère, mais à chaque étape elle correspond aux besoins de l’homme, ou pour être plus précis, elle varie selon les astuces que Satan emploie dans Ma guerre contre lui. Le but de Mon œuvre est de vaincre Satan, de manifester Ma sagesse et Ma toute-puissance, d’exposer tous les artifices de Satan et de sauver ainsi toute l’humanité qui vit sous son domaine.

1. Ce que sont l’incarnation et son essence

« Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu: Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les oeuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces oeuvres » (Jean 14:9-11).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre