1. Ce que sont l’Église de Dieu et les groupes religieux

Paroles de Dieu concernées :

Qu’est-ce exactement que la maison de Dieu ? S’il fallait la définir de façon théorique, la maison de Dieu est un endroit où règne la vérité, un groupement de personnes dont les principes de pratique sont les paroles de Dieu. […] La maison de Dieu est l’endroit où Dieu œuvre et parle, où Il sauve les gens, où Ses paroles sont mises en pratique et concrétisées par les gens, où le dessein et la volonté de Dieu peuvent être accomplis sans entrave et où Son plan de gestion est mis en œuvre et accompli. En somme, la maison de Dieu est l’endroit où Dieu détient le pouvoir, où règnent Ses paroles et la vérité : ce n’est pas l’endroit où un individu quelconque exerce son autorité ou réalise ses propres désirs, ses propres plans ou ses propres grands desseins.

Extrait de « Ils traitent la maison de Dieu comme leur propre domaine », dans Exposer les antéchrists

À chaque étape de l’œuvre de Dieu, il y a aussi des exigences correspondantes envers l’homme. Tous ceux qui sont dans le courant du Saint-Esprit bénéficient de la présence et de la discipline du Saint-Esprit, et ceux qui ne sont pas dans le courant du Saint-Esprit sont sous le commandement de Satan, et sans l’œuvre du Saint-Esprit. Les gens qui sont dans le courant du Saint-Esprit sont ceux qui acceptent la nouvelle œuvre de Dieu et qui coopèrent à la nouvelle œuvre de Dieu. Si ceux qui sont dans ce courant sont incapables de coopérer et incapables de mettre en pratique la vérité requise par Dieu pendant ce temps, alors ils seront disciplinés, et au pire seront abandonnés par le Saint-Esprit. Ceux qui acceptent la nouvelle œuvre du Saint-Esprit vivront dans le courant du Saint-Esprit et ils recevront les soins et la protection du Saint-Esprit. Ceux qui sont prêts à mettre la vérité en pratique sont illuminés par le Saint-Esprit et ceux qui ne sont pas prêts à mettre la vérité en pratique sont disciplinés par le Saint-Esprit, et seront peut-être même punis. Peu importe le genre de gens qu’ils sont, s’ils sont dans le courant du Saint-Esprit, Dieu se rendra responsable de tous ceux qui acceptent Sa nouvelle œuvre par égard pour Son nom. Ceux qui glorifient Son nom et sont prêts à mettre Ses paroles en pratique recevront Ses bénédictions ; ceux qui Lui désobéissent et ne mettent pas Ses paroles en pratique recevront Sa punition. Les gens qui sont dans le courant du Saint-Esprit sont ceux qui acceptent la nouvelle œuvre, et puisqu’ils ont accepté la nouvelle œuvre, ils devraient coopérer avec Dieu de manière appropriée et ne devraient pas agir comme des rebelles qui n’accomplissent pas leur devoir. C’est la seule exigence de Dieu pour l’homme. Ce n’est pas le cas pour les gens qui n’acceptent pas la nouvelle œuvre : ils sont en dehors du courant du Saint-Esprit, et la discipline et les reproches du Saint-Esprit ne leur sont pas applicables. Toute la journée, ces gens vivent dans la chair, ils vivent dans leurs pensées, et ils font tout selon la doctrine élaborée par l’analyse et la recherche de leur propre cerveau. Cela n’est pas requis par la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, encore moins une coopération avec Dieu. Ceux qui n’acceptent pas la nouvelle œuvre de Dieu sont privés de la présence de Dieu, et en outre, dépourvus de la bénédiction et de la protection de Dieu. La plupart de leurs paroles et de leurs actions s’en tiennent aux exigences passées de l’œuvre du Saint-Esprit, c’est-à-dire la doctrine, non la vérité. Une telle doctrine et une telle réglementation suffisent pour prouver que le rassemblement de ces gens n’est que la religion : ils ne sont pas les élus ou l’objet de l’œuvre de Dieu. Leur réunion ne peut qu’être appelée un grand congrès de la religion, ne peut pas être appelée une Église. C’est un fait immuable. Ils ne connaissent pas la nouvelle œuvre du Saint-Esprit. Ce qu’ils font semble évoquer la religion, ce qu’ils vivent semble repu de religion ; ils ne connaissent pas la présence et l’œuvre du Saint-Esprit, encore moins sont-ils admissibles à recevoir la discipline ou l’éclairage du Saint-Esprit. Ces gens sont tous des corps sans vie, des minables dépourvus de spiritualité. Ils n’ont aucune connaissance de la rébellion et de l’opposition de l’homme ni de l’ensemble de la malfaisance de l’homme, encore moins connaissent-ils toute l’œuvre de Dieu et la volonté actuelle de Dieu. Ils sont tous des gens ignorants et vils, une racaille inapte à être appelée des croyants ! Ils ne peuvent rien faire pour influencer la gestion de Dieu, encore moins pour nuire aux plans de Dieu. Leurs paroles et leurs actions sont trop dégoûtantes, trop pathétiques et tout simplement indignes d’être mentionnées. Tout ce que font ceux qui ne sont pas dans le courant du Saint-Esprit n’a rien à voir avec la nouvelle œuvre du Saint-Esprit. Pour cette raison, peu importe ce qu’ils font, ils ne reçoivent pas la discipline du Saint-Esprit ni l’éclairage du Saint-Esprit non plus. Car ils sont tous des gens qui n’ont pas d’amour pour la vérité et le Saint-Esprit les déteste et les rejette. Ils sont appelés méchants parce qu’ils marchent dans la chair et font ce qui leur plaît sous l’enseigne de Dieu. Alors que Dieu travaille, ils Lui sont délibérément hostiles et fuient dans la direction opposée. L’échec de l’homme à coopérer avec Dieu est en soi une rébellion suprême, alors ces gens qui vont délibérément à l’encontre de Dieu, ne recevront-ils pas particulièrement leur juste rétribution ?

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

« Or, je vous le dis, il y a ici quelqu’un de plus grand que le temple. Si vous saviez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n’auriez pas condamné des innocents. Car le Fils de l’homme est maître du sabbat » (Matthieu 12:6-8). Que signifie le mot « temple » ici ? Pour le dire simplement, « temple » désigne un édifice haut et magnifique et, à l’époque de l’ère de la Loi, le temple était un lieu où les prêtres vénéraient Dieu. Quand le Seigneur Jésus a dit : « il y a ici quelqu’un de plus grand que le temple », que représente « quelqu’un » ? Clairement, « quelqu’un » représente le Seigneur Jésus dans la chair, car Lui seul était plus grand que le temple. Qu’est-ce que ces mots disaient au peuple ? Ils disaient au peuple de sortir du temple. Dieu en était déjà sorti et n’y travaillait plus, par conséquent le peuple devait suivre les pas de Dieu en dehors du temple et suivre Ses pas dans Sa nouvelle œuvre. Le Seigneur Jésus disait cela, car, à l’époque de l’ère de la Loi, le peuple en était venu à considérer le temple comme plus grand que Dieu Lui-même. C’est-à-dire que les gens vénéraient le temple au lieu de vénérer Dieu, aussi le Seigneur Jésus les avertit de ne pas adorer les idoles, mais plutôt de vénérer Dieu, car Il est suprême. Alors Il dit : « Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. » Il est évident qu’aux yeux du Seigneur Jésus, la plupart des gens vivant sous la loi n’adoraient plus l’Éternel, mais ils ne faisaient qu’offrir mécaniquement des sacrifices et le Seigneur Jésus déclara que cela constituait une adoration d’idoles. Ces adorateurs d’idoles voyaient le temple comme quelque chose de plus grand et de plus élevé que Dieu. Dans leur cœur il n’y avait que le temple, pas Dieu, et s’ils perdaient le temple, ils perdaient leur demeure. Sans le temple, ils n’avaient aucun lieu d’adoration et ne pouvaient pas accomplir leurs sacrifices. Leur soi-disant « demeure » est l’endroit où ils utilisaient le faux prétexte d’adorer l’Éternel pour pouvoir rester dans le temple et gérer leurs propres affaires. Leurs soi-disant « sacrifices » ne leur servaient qu’à mener à bien leurs accords honteux tout en prétendant s’occuper du service du temple. C’était la raison pour laquelle les gens de ce temps-là considéraient le temple comme plus grand que Dieu. Le Seigneur Jésus prononça ces paroles en guise d’avertissement parce qu’ils utilisaient le temple comme un camouflage et les sacrifices comme prétextes pour tromper les gens et tromper Dieu. Si vous appliquez ces mots au présent, ils sont toujours aussi justes et pertinents. Bien que les gens aujourd’hui aient fait l’expérience d’une œuvre de Dieu différente de celle des gens de l’ère de la Loi, l’essence-nature reste la même.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

Peu importe combien de gens accomplissent leurs devoirs dans une Église, qu’il y en ait deux ou des dizaines, à partir du moment où ils ont perdu l’œuvre du Saint-Esprit, ils ne font pas l’expérience de l’œuvre de Dieu, n’ont pas de lien avec elle et n’y ont aucune part. Ils sont devenus un groupe religieux. Ces gens ne sont-ils pas en grand danger ? Ils ne cherchent jamais la vérité quand ils sont confrontés à des problèmes et ils n’agissent pas conformément aux principes-vérité mais sont sujets aux arrangements et manipulations d’êtres humains. Beaucoup d’entre eux, même, tout en accomplissant leur devoir, ne prient jamais et ne cherchent jamais les principes-vérité. Ils ne font que demander aux autres et faire ce que les autres disent, agissant selon les indications des autres. Ils vont dans n’importe quelle direction que d’autres peuvent leur indiquer. Dans leur foi, ils ont le sentiment que la recherche de la vérité est vague et difficile, tandis que se fier aux autres et faire ce que les autres disent est facile et bien pratique, si bien qu’ils vont au plus simple et au moins pénible, demandant aux autres et faisant ce qu’ils disent en toute chose. En conséquence, même en étant croyants depuis de nombreuses années, lorsqu’ils étaient confrontés à un problème ils ne se sont pas présentés une seule fois devant Dieu pour prier et chercher Sa volonté et la vérité puis parvenir à la compréhension de la vérité, et agir et se comporter conformément à la volonté de Dieu : ils n’ont jamais connu une telle expérience. De telles personnes pratiquent-elles réellement la foi en Dieu ? Je me demande pourquoi certains, aussitôt qu’ils font partie d’un groupe, vont, avec facilité, cesser instantanément – dans la forme – d’être des gens qui croient en Dieu pour devenir des gens qui croient en l’homme, et cesser d’être des gens qui suivent Dieu pour devenir des gens qui suivent l’homme. Pourquoi changent-ils si rapidement ? Pourquoi se comportent-ils de cette façon même quand ils croient en Dieu depuis de très nombreuses années ? Ils croyaient en Dieu durant toutes ces années mais curieusement, il n’y a jamais eu de place pour Dieu dans leurs cœurs. Ils n’ont jamais eu de lien avec Dieu. Leurs actions, leurs paroles, leur vie, leur conduite et leur façon de traiter les sujets, même l’accomplissement de leur devoir et leur service à Dieu – tout ce qu’ils font, tous les comportements qu’ils révèlent et jusqu’à chacune de leurs pensées ou de leurs idées – rien de cela n’a de lien avec la foi en Dieu. Alors, cette personne fait-elle partie des vrais croyants ? Le nombre d’années dans la foi peut-il révéler la stature de la personne dans sa croyance en Dieu ? Est-ce une preuve indiquant qu’elle a ou non une relation normale avec Dieu ? Absolument pas.

Extrait de « Ce n’est qu’en vivant constamment devant Dieu que l’on peut suivre le chemin du salut », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Si, en croyant en Dieu, les gens traitent la vérité comme un ensemble de règles à respecter, leur croyance ne risque-t-elle pas de se transformer en un simple ensemble de cérémonies religieuses ? Or quelles sont les différences entre de telles cérémonies religieuses et le christianisme ? Ces gens-là peuvent être plus profonds et plus progressistes dans leur façon de dire les choses, mais si leur foi se résume à un ensemble de règles et à un type de cérémonie, alors cela ne signifie-t-il pas qu’elle s’est transformée en christianisme ? (Si.) Il y a des différences entre les anciens enseignements et les nouveaux, mais si les enseignements ne sont rien de plus qu’une sorte de théorie et sont simplement devenus une forme de cérémonie ou de règlement pour les gens – et, de même, si les gens ne peuvent ni y gagner la vérité ni s’en servir pour entrer dans la réalité-vérité –, alors leur foi n’est-elle pas devenue exactement la même que le christianisme ? En substance, n’est-ce pas le christianisme ? (Si.) Alors, dans votre comportement et dans l’accomplissement de vos devoirs, dans quelles choses avez-vous des opinions et des états qui sont identiques ou similaires à ceux des croyants du christianisme ? (Dans l’adhésion aux règles et dans le fait de nous munir de lettres et de doctrines.) (Dans le fait de nous efforcer de donner l’impression d’être spirituels et de montrer un bon comportement et dans le fait d’être pieux et humbles.) Vous cherchez à afficher extérieurement un bon comportement, en faisant tout votre possible pour arborer une sorte d’apparence spirituelle, et vous faites certaines choses qui sont relativement approuvées au sein des notions et de l’imagination humaines, en prétendant être vertueux. Vous vous tenez dans une chaire élevée, prêchant des lettres et des doctrines, enseignant aux gens à faire le bien, à être vertueux et à comprendre la vérité ; vous prêchez une doctrine spirituelle, disant les choses spirituelles justes ; vous vous donnez l’air d’être spirituels et exsudez une spiritualité superficielle dans tout ce que vous dites et faites, mais dans la pratique et dans l’accomplissement de votre devoir, vous ne cherchez jamais la vérité. Dès que vous rencontrez un problème, vous agissez entièrement selon la volonté humaine, mettant Dieu de côté. Vous n’avez jamais agi selon le principe-vérité, vous n’avez pas non plus la moindre idée de ce qu’est la vérité, des intentions de Dieu ou des normes qu’Il exige de l’homme ; vous n’avez jamais pris ces questions au sérieux ni même ne vous en êtes préoccupés. Ces actions extérieures et ces états intérieurs des gens – c’est-à-dire ce type de foi – impliquent-ils de craindre Dieu et de s’éloigner du mal ? S’il n’y a pas de lien entre la foi des gens et la poursuite de la vérité, alors croient-ils ou ne croient-ils pas en Dieu ? Indépendamment du nombre d’années pendant lesquelles les gens qui n’ont aucun lien avec la poursuite de la vérité peuvent croire en Lui, ces derniers peuvent-ils ou non vraiment craindre Dieu et s’éloigner du mal ? (Ils ne le peuvent pas.) Quel est donc le comportement extérieur de ces gens-là ? Quel genre de chemin peuvent-ils emprunter ? (Le chemin des pharisiens.) Avec quoi passent-ils leurs journées à s’équiper ? Ne s’agit-il pas de lettres et de doctrines ? Ne passent-ils pas leurs journées à s’armer, à se parer de lettres et de doctrines pour se rendre plus semblables aux pharisiens, plus spirituels et plus semblables à des gens qui sont censés servir Dieu ? Quelle est, au juste, la nature de tous ces actes ? S’agit-il d’adorer Dieu ? Est-ce une foi authentique en Lui ? (Non.) Alors, que font-ils ? Ils trompent Dieu ; ils ne font que suivre les étapes d’un processus et se livrent à des cérémonies religieuses. Ils brandissent le drapeau de la foi et accomplissent des rites religieux, s’efforçant de tromper Dieu afin d’atteindre leur objectif d’être bénis. Ces gens-là n’adorent absolument pas Dieu. Finalement, un tel groupe d’hommes ne finira-t-il pas tout comme ceux, au sein de l’Église, qui sont censés servir Dieu et qui sont censés croire en Dieu et Le suivre ?

Extrait de « Ce n’est qu’en vivant constamment devant Dieu que l’on peut suivre le chemin du salut », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Quel nom Dieu donne-t-Il à la religion de ceux qui croyaient en l’Éternel ? Le judaïsme. Ils sont devenus une sorte de groupe religieux. Et comment Dieu désigne-t-Il la religion de ceux qui croient en Jésus ? (Le christianisme.) Aux yeux de Dieu, le judaïsme et le christianisme représentent des groupes religieux. Pourquoi Dieu les définit-Il comme tels ? Parmi tous ceux qui sont membres de ces corps religieux définis par Dieu, y en a-t-il qui Le craignent et fuient le mal, font Sa volonté et suivent Sa voie ? (Non.) Voilà qui est clair. Aux yeux de Dieu, ceux qui Le suivent nominalement peuvent-ils être tous des hommes qu’Il reconnaît comme étant des croyants ? Ont-ils tous un lien avec Dieu ? Pourraient-ils tous être l’objet de Son salut ? (Non.) Alors, arrivera-t-il un jour où vous serez réduits à ce que Dieu voit comme un groupe religieux ? (C’est possible.) Être réduit à un groupe religieux, cela semble inconcevable. Si les hommes deviennent membres d’un groupe religieux aux yeux de Dieu, les sauvera-t-Il ? Appartiennent-ils à Sa maison ? (Non.) Donc, essayons de résumer : ces gens qui croient nominalement au vrai Dieu, mais dont Il estime qu’ils appartiennent à des groupes religieux, quel chemin suivent-ils ? Pourrait-on dire que de tels hommes empruntent le chemin consistant à brandir le drapeau de la foi sans jamais suivre le chemin de Dieu et à croire en Lui sans jamais L’adorer, et en Le délaissant même ? C’est-à-dire qu’ils empruntent le chemin de la croyance en Dieu, mais ils Le délaissent et ne suivent pas Son chemin ; le chemin qu’ils suivent consiste à croire en Dieu mais à adorer Satan, ils adorent le démon, ils essaient d’exercer leur propre gestion et essaient d’établir leur propre royaume. Cela n’en est-il pas l’essence ? Des personnes de ce type ont-elles un quelconque lien avec le plan de gestion de Dieu pour le salut de l’humanité ? (Non.) Peu importe combien de personnes croient en Dieu, dès qu’Il définit leurs croyances comme étant celles d’une religion ou d’un groupe, Il a déjà déterminé qu’elles ne peuvent pas être sauvées. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Dans un groupe ou parmi une foule de gens dépourvus de l’œuvre et de la direction de Dieu et qui ne L’adorent absolument pas, qui adorent-ils ? Qui suivent-ils ? Pour ce qui est de la forme et du nom, ils suivent une personne, mais qui suivent-ils essentiellement ? Au fond d’eux-mêmes, ils reconnaissent Dieu, mais en fait, ils sont soumis à la manipulation, aux arrangements et au contrôle de l’homme. Ils suivent Satan, le démon. Ils suivent les forces qui sont hostiles à Dieu et qui sont Ses ennemis. Dieu pourrait-Il sauver un groupe d’hommes comme ceux-là ? (Non.) Pourquoi non ? Sont-ils capables de se repentir ? (Non.) Ils brandissent le drapeau de la foi, réalisant des entreprises humaines et menant leur propre gestion, et ils vont à l’encontre du plan de gestion de Dieu pour le salut du genre humain. Leur destinée finale est d’être détestés et rejetés par Dieu : il Lui est impossible de sauver ces gens. Il est impossible pour ces gens de se repentir, ils ont déjà été capturés par Satan et sont entièrement entre les mains de Satan.

Extrait de « Ce n’est qu’en vivant constamment devant Dieu que l’on peut suivre le chemin du salut », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Précédent: 2. Ce qu’est vraiment être enlevé et comment on peut être élevé devant le trône de Dieu

Suivant: 2.l’Église qui accepte et obéit à la nouvelle œuvre de Dieu est bénie par Dieu, tandis que le monde religieux est maudit par Dieu pour Lui avoir résisté

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

1. Les différences essentielles entre l’œuvre de Dieu et le travail de l’homme

L’œuvre de Dieu Lui-même implique l’œuvre de toute l’humanité et elle représente aussi l’œuvre de toute l’époque. Autrement dit, la propre œuvre de Dieu représente le mouvement et la tendance de l’ensemble de l’œuvre du Saint-Esprit, alors que l’œuvre des apôtres suit la propre œuvre de Dieu et ne dirige pas l’époque, ni ne représente la tendance de l’œuvre du Saint-Esprit durant toute l’époque.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp