1. Comment on connaît l’essence divine de Christ

Versets bibliques pour référence :

« Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu » (Jean 14:6-7).

« Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces œuvres » (Jean 14:10-11).

« Moi et le Père nous sommes un » (Jean 10:30).

Paroles de Dieu concernées :

Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’essence de Dieu, et Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’expression de Dieu. Puisque Dieu Se fait chair, Il doit apporter l’œuvre qu’Il projette de faire et, puisque Dieu Se fait chair, Il doit exprimer ce qu’Il est et doit être capable d’apporter la vérité à l’homme, de lui donner la vie et de lui montrer le chemin. La chair qui n’a pas l’essence de Dieu n’est résolument pas le Dieu incarné ; il n’y a pas de doute à ce sujet. Si l’homme projette de se renseigner pour déterminer s’il s’agit de la chair de Dieu incarné, alors il doit le confirmer par le tempérament qu’Il exprime, ainsi que par Ses paroles. Autrement dit, pour confirmer ou non qu’il s’agit de la chair de Dieu incarné et que c’est le vrai chemin, l’on doit réfléchir en se basant sur Son essence. Et ainsi, pour déterminer s’il s’agit ou non de la chair de Dieu incarné, le point essentiel est Son essence (Son œuvre, Ses déclarations, Son tempérament et bien d’autres aspects), plutôt que Son apparence. Si l’on ne scrute que Son apparence et qu’en conséquence, on oublie Son essence, alors cela montre que l’on est aveugle et ignorant.

Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair

Que devrais-tu connaître du Dieu concret ? L’Esprit, la Personne et la Parole constituent le Dieu concret Lui-même et c’est le vrai sens du Dieu concret Lui-même. Si tu ne connais que la Personne, si tu connais Ses habitudes et Sa personnalité, mais ne connais pas l’œuvre de l’Esprit ou ce que l’Esprit fait dans la chair, et si tu ne prêtes attention qu’à l’Esprit et à la Parole, et si tu pries seulement l’Esprit, mais ne connais pas l’œuvre de l’Esprit de Dieu dans le Dieu concret, alors cela prouve encore une fois que tu ne connais pas le Dieu concret. La connaissance du Dieu concret comprend la connaissance et l’expérience de Ses paroles et la compréhension des règles et des principes de l’œuvre du Saint-Esprit, ainsi que la manière dont l’Esprit de Dieu œuvre dans la chair. Elle comprend aussi la connaissance que toute action de Dieu dans la chair est gouvernée par l’Esprit et que les paroles qu’Il prononce sont l’expression directe de l’Esprit. Ainsi, pour connaître le Dieu concret, il est très important de savoir comment Dieu œuvre en humanité et en divinité ; ensuite, cela concerne les expressions de l’Esprit envers lequel tous les gens sont engagés.

Extrait de « Tu devrais savoir que le Dieu concret est Dieu Lui-même », dans La Parole apparaît dans la chair

La connaissance de Dieu doit s’acquérir en lisant et en comprenant les paroles de Dieu. Certains disent : « Je n’ai pas vu Dieu incarné, alors comment pourrais-je connaître Dieu ? » En fait, les paroles de Dieu sont une expression de Son tempérament. À partir des paroles de Dieu, tu peux voir Son amour et Son salut envers les humains, ainsi que Sa méthode pour les sauver… C’est parce que Ses paroles sont exprimées par Dieu Lui-même, et non écrites par des humains. Elles ont été personnellement exprimées par Dieu ; Dieu Lui-même exprime Ses propres paroles et Sa voix intérieure. Pourquoi les appelle-t-on des paroles qui viennent du cœur ? C’est parce qu’elles viennent du fond du cœur et expriment Son tempérament, Sa volonté, Ses pensées, Son amour pour l’humanité, le fait qu’Il sauve l’humanité et Ses attentes vis-à-vis de l’humanité… Les déclarations de Dieu contiennent des paroles dures et des paroles douces et attentionnées, ainsi que certaines paroles révélatrices qui ne sont pas conformes aux souhaits des hommes. Si tu ne regardes que les paroles révélatrices, tu auras peut-être l’impression que Dieu est plutôt strict. Si tu ne regardes que les paroles douces, tu auras peut-être l’impression que Dieu n’a pas beaucoup d’autorité. Tu ne devrais donc pas les prendre hors contexte ; considère-les plutôt sous tous les angles. Parfois, Dieu parle selon une perspective douce et compatissante et les gens voient alors Son amour pour l’humanité ; parfois, Il parle selon une perspective très stricte et les gens voient alors Son tempérament qui ne tolère aucune offense. L’homme est déplorablement souillé et n’est pas digne de voir le visage de Dieu ou de se présenter devant Lui. Que les gens soient désormais autorisés à se présenter devant Lui relève purement de Sa grâce. La sagesse de Dieu peut être vue à partir de la manière dont Il œuvre et de la signification de Son œuvre. Les gens peuvent toujours voir ces choses dans les paroles de Dieu, même sans aucun contact direct de Sa part. Quand une personne qui connaît sincèrement Dieu entre en contact avec le Christ, sa rencontre avec le Christ peut correspondre avec sa connaissance actuelle de Dieu ; cependant, quand une personne n’ayant qu’une compréhension théorique rencontre Dieu, elle ne peut voir la corrélation. Cet aspect de la vérité est le plus profond des mystères ; il est difficile à concevoir. Résumez les paroles de Dieu sur le mystère de l’incarnation, regardez-les sous tous les angles, puis priez ensemble, réfléchissez et échangez plus en profondeur sur cet aspect de la vérité. Ce faisant, tu pourras gagner l’éclairage du Saint-Esprit et tu arriveras à comprendre. Parce que les humains n’ont aucune chance d’avoir un contact direct avec Dieu, ils doivent s’appuyer sur ce genre d’expérience pour trouver leur chemin et y entrer progressivement, afin d’atteindre une vraie connaissance de Dieu.

Extrait de « Comment connaître Dieu incarné », dans Récits des entretiens de Christ

Bien que l’apparence de Dieu incarné soit exactement la même que celle d’un homme et bien qu’Il apprenne le savoir humain et parle le langage des hommes et exprime même parfois Ses idées grâce aux méthodes même du genre humain ou à ses façons de parler, néanmoins, la manière dont Il voit les hommes et dont Il voit l’essence des choses n’est absolument pas la même que la manière dont les hommes corrompus voient l’humanité et l’essence des choses. Son point de vue et la hauteur à laquelle Il Se trouve sont inaccessibles à une personne corrompue. C’est parce que Dieu est vérité, parce que la chair dont Il Se revêt contient l’essence de Dieu, et Ses pensées et ce qui est exprimé par Son humanité sont aussi la vérité. Pour les gens corrompus, ce qu’Il exprime dans la chair, c’est un soutien de la vérité et de la vie. Ce soutien n’est pas seulement pour une personne, mais toute l’humanité. Pour n’importe quel homme corrompu, il n’y a dans son cœur que les quelques personnes qui lui sont associées. Il n’y a que ces quelques personnes pour lesquelles il se préoccupe et se sent concerné. Quand un désastre est à l’horizon, il pense d’abord à ses propres enfants, à sa femme ou à ses parents. Au mieux, un individu plus compatissant aurait une petite pensée pour une relation ou un bon ami, mais les pensées d’un tel individu compatissant iraient-elles plus loin ? Non, jamais ! Parce que les êtres humains sont, après tout, humains et parce qu’ils ne peuvent voir toutes les choses que depuis la perspective et la hauteur d’un être humain. Toutefois, Dieu incarné est totalement différent d’un individu corrompu. Peu importe à quel point Dieu incarné dans la chair est ordinaire, normal et humble, ou même dans quelle mesure les gens Le méprisent, Ses pensées et Son attitude envers les hommes sont les aspects qu’aucun homme ne pouvait posséder et ne pouvait imiter. Il observera toujours l’humanité depuis un point de vue divin, depuis le haut de Sa position comme Créateur. Il regardera toujours les hommes depuis l’essence et l’état d’esprit de Dieu. Il ne peut absolument pas voir l’humanité depuis la basse hauteur d’une personne ordinaire ou depuis la perspective d’un individu corrompu. Quand les gens regardent l’humanité, ils regardent avec une vision humaine et ils utilisent des choses comme la connaissance humaine, les règles et les théories humaines comme mesure. Cela est dans le cadre de ce que les gens peuvent voir de leurs yeux et dans le cadre de ce qui est accessible aux gens corrompus. Quand Dieu regarde l’humanité, Il regarde avec une vision divine et Il utilise Son essence et ce qu’Il a et est comme mesure. Ce cadre comprend des choses que les gens ne peuvent pas voir et c’est en cela que Dieu incarné et les humains corrompus sont entièrement différents. Cela provient de la différence entre l’essence de Dieu et celle des humains et c’est cette essence qui définit leur identité et leur position ainsi que le point de vue et la hauteur depuis lesquels ils voient les choses.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

Vous ne verrez jamais Dieu partager des perspectives similaires aux êtres humains concernant les choses et, de plus, vous ne Le verrez pas utiliser les points de vue, la connaissance, la science, la philosophie ou l’imagination de l’humanité pour gérer les affaires. Au contraire, tout ce que Dieu fait et tout ce qu’Il révèle sont liés à la vérité. Autrement dit, chaque parole qu’Il a dite et chaque action qu’il a entreprise sont liées à la vérité. Cette vérité n’est pas le produit de quelque fantaisie sans fondement ; cette vérité et ces paroles sont exprimées par Dieu en vertu de Son essence et de Sa vie. Parce que ces paroles et l’essence de tout ce que Dieu a fait sont la vérité, nous pouvons dire que l’essence de Dieu est sainte. En d’autres termes, tout ce que Dieu dit et fait procure de la vitalité et de la lumière aux hommes, permet aux hommes de voir des choses positives et la réalité de ces choses positives et indique la voie à l’humanité, de sorte qu’elle puisse marcher sur le droit chemin. Ces choses sont toutes déterminées par l’essence de Dieu et par l’essence de Sa sainteté.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique V », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu aussi est né au pays de la souillure, et cependant Il reste pur de toute souillure. Il vit dans le même monde souillé que toi, mais Il est doué de raison et de perception, et Il méprise la souillure. Il se peut que tu ne puisses même pas détecter quoi que ce soit de souillé dans tes paroles et tes actes, mais Lui le peut, et Il te les indique. Ces choses anciennes chez toi – ton manque de culture, d’idées et de jugement, et ton mode de vie rétrograde – ont maintenant été mises en lumière par les révélations d’aujourd’hui ; c’est seulement parce que Dieu vient sur terre œuvrer de telle sorte que les gens perçoivent Sa sainteté et Son tempérament juste. Il te juge et te châtie, et te fait ainsi parvenir à une meilleure compréhension ; parfois, ta nature démoniaque se manifeste et Il te l’indique. Il connaît l’essence de l’homme comme Sa poche. Il vit avec toi, Il mange la même nourriture que toi et Il vit dans le même environnement – mais même ainsi, Il en sait davantage ; Il peut t’exposer et percer à jour l’essence corrompue de l’humanité. Il n’y a rien qu’il méprise autant que les philosophies de vie de l’homme, la malhonnêteté et la duplicité. Il abhorre particulièrement les relations charnelles entre les gens. Il n’est peut-être pas familiarisé avec les philosophies de vie de l’homme, mais Il voit très bien et expose les tempéraments corrompus que les hommes révèlent. Il œuvre pour parler aux hommes et leur enseigner à travers ces choses, Il utilise ces choses pour juger les gens et pour manifester Son propre tempérament juste et saint. Ainsi les gens deviennent des faire-valoir de Son œuvre. Seul Dieu incarné peut rendre évidents les tempéraments corrompus des hommes et tous les visages hideux de Satan. Bien qu’Il ne te punisse pas et Se serve seulement de toi comme faire-valoir de Sa justice et de Sa sainteté, tu as honte et ne trouves nulle part où te cacher, car tu es trop souillé. Il parle en utilisant ces choses qui sont révélées en l’homme, et c’est seulement lorsque ces choses sont mises en lumière que les gens découvrent combien Dieu est saint. Il ne néglige pas la moindre impureté chez les gens, pas même les pensées souillées dans leurs cœurs ; si leurs paroles et leurs actes vont à l’encontre de Sa volonté, Il ne les excuse pas. Dans Ses paroles, il n’y a pas la place pour la souillure des humains ni de quoi que ce soit d’autre : tout doit être mis en lumière. Ainsi seulement tu vois qu’Il est réellement différent de l’homme. S’il y a chez les gens la moindre souillure, Il les déteste absolument. Parfois même, les gens sont incapables de comprendre et disent : « Dieu, pourquoi es-Tu si en colère ? Pourquoi n’es-Tu pas soucieux des faiblesses des hommes ? Pourquoi ne peux-Tu pas être un peu indulgent vis-à-vis d’eux ? Pourquoi as-Tu si peu d’égards pour les hommes ? À l’évidence, Tu sais combien les hommes ont été corrompus, alors pourquoi les traites-Tu toujours ainsi ? » Il a le péché en horreur, cela Le révulse, et Il est particulièrement dégoûté lorsqu’il y a en toi la moindre désobéissance. Quand tu révèles un tempérament rebelle, Il le voit et Il est profondément dégoûté – exceptionnellement dégoûté. C’est par ces choses-là que se manifestent Son tempérament et ce qu’Il est. Quand tu te livres à une comparaison, tu vois que, bien qu’Il mange la même nourriture que les hommes, porte les mêmes vêtements, apprécie les mêmes choses qu’eux et vit et réside avec eux, Il leur est cependant différent. N’est-ce pas là la signification d’un faire-valoir ? C’est à travers ces choses humaines que se manifeste la puissance de Dieu. Ce sont les ténèbres qui engendrent la précieuse existence de la lumière.

Extrait de « Comment les effets de la seconde étape de l’œuvre de la conquête sont obtenus », dans La Parole apparaît dans la chair

Il est bien conscient de l’essence de l’homme et Il peut exposer toutes sortes de pratiques se rapportant à toutes sortes de gens. Il est encore plus habile à exposer le tempérament corrompu et le comportement rebelle des êtres humains. Il ne vit pas parmi les gens mondains, mais Il est au courant de la nature des mortels et de toutes les corruptions des gens mondains. Tel est Son être. Bien qu’Il ne transige pas avec le monde, Il connaît les règles de négociation du monde, car Il comprend parfaitement la nature humaine. Il connaît l’œuvre de l’Esprit que les yeux de l’homme ne peuvent pas voir et que les oreilles de l’homme ne peuvent pas entendre, l’œuvre aussi bien d’aujourd’hui que du passé. Cela inclut la sagesse qui ne constitue pas une philosophie de vie ni un émerveillement qui est difficile à comprendre pour les gens. C’est ce qu’Il est, ouvert aux gens et aussi caché aux gens. Il n’exprime pas l’être d’une personne extraordinaire, mais les attributs inhérents et l’être de l’Esprit. Il ne voyage pas dans le monde entier, mais connaît tout du monde. Il contacte les « anthropoïdes » qui n’ont aucune connaissance ou aucune intuition, mais Il exprime des paroles qui sont plus élevées que la connaissance et qui dépassent les grands hommes. Il vit parmi des gens obtus et engourdis qui n’ont pas d’humanité et qui ne comprennent pas les conventions et la vie de l’humanité, mais Il peut demander à l’humanité de vivre une humanité normale, tout en exposant la vile et faible condition humaine de l’humanité. Tout cela, c’est Son être, plus élevé que l’être de tout individu de chair et de sang. Pour Lui, il n’est pas nécessaire d’expérimenter une vie sociale compliquée, lourde et sordide pour faire l’œuvre qu’Il doit faire et pour bien exposer l’essence de l’humanité corrompue. Une vie sociale sordide n’édifie pas Sa chair. Son œuvre et Ses paroles n’exposent que la désobéissance de l’homme et ne fournissent pas à l’homme l’expérience et les enseignements requis pour traiter avec le monde. Il n’a pas besoin d’enquêter sur la société ou sur la famille de l’homme quand Il donne la vie à l’homme. Exposer et juger l’homme n’est pas une expression des expériences de Sa chair, mais une révélation de l’injustice de l’homme après avoir longtemps connu la désobéissance de l’homme et avoir abhorré la corruption de l’humanité. Toute Son œuvre consiste à exposer Son tempérament à l’homme et à exprimer Son être. Lui seul peut faire cette œuvre ; un individu de chair et de sang ne pourrait pas la réaliser. À partir de Son œuvre, l’homme ne peut pas dire quel genre d’individu Il est. Sur la base de Son œuvre, l’homme est également incapable de Le classer comme un individu créé. Son être l’empêche aussi d’être classé comme un être créé. L’homme ne peut que Le considérer comme un non humain, mais ne sait pas dans quelle catégorie Le placer, alors l’homme est forcé de Le mettre dans la catégorie de Dieu. Ce n’est pas déraisonnable que l’homme fasse cela, car Dieu a fait parmi les gens une grande œuvre que l’homme est incapable de faire.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

L’Esprit de Dieu est l’autorité sur toute la création. La chair avec l’essence de Dieu possède également l’autorité, mais Dieu dans la chair peut faire toute l’œuvre qui obéit à la volonté du Père céleste. Cela ne peut être réalisé ni conçu par aucun homme seul. Dieu Lui-même est l’autorité, mais Sa chair peut se soumettre à Son autorité. C’est ce que l’on entend lorsque l’on dit : « Christ obéit à la volonté de Dieu le Père ». Dieu est un Esprit et peut accomplir l’œuvre du salut, de même que Dieu peut devenir homme. De toute façon, Dieu Lui-même fait Sa propre œuvre ; Il n’interrompt pas ni n’intervient, encore moins réalise-t-Il une œuvre qui se contredit elle-même, car l’essence de l’œuvre accomplie par l’Esprit et la chair est la même. Que ce soit l’Esprit ou la chair, les deux œuvrent à satisfaire une même volonté et à gérer la même œuvre. Bien que l’Esprit et la chair aient deux qualités disparates, leur essence est la même ; les deux ont l’essence de Dieu Lui-même et l’identité de Dieu Lui-même. Dieu Lui-même ne possède aucun élément de désobéissance ; Son essence est bonne. Il est l’expression de toute beauté et de toute bonté, ainsi que de tout amour. Même dans la chair, Dieu ne fait rien qui désobéit à Dieu le Père. Même s’il fallait aller jusqu’à sacrifier Sa vie, Il y serait de tout cœur disposé et Il ne ferait pas d’autre choix. Dieu n’a aucune disposition à la prétention ou à la suffisance, ni à la vanité ou à l’arrogance ; Il n’est pas disposé à la malhonnêteté. Tout ce qui désobéit à Dieu provient de Satan ; Satan est la source de toute laideur et méchanceté. L’homme a des qualités similaires à celles de Satan parce qu’il a été corrompu et manipulé par Satan. Christ n’a pas été corrompu par Satan, par conséquent, Il ne possède que les caractéristiques de Dieu et aucune de Satan. Que le travail soit ardu ou que la chair soit faible, pendant qu’Il vit dans la chair, Dieu ne fera jamais rien qui interrompe l’œuvre de Dieu Lui-même, encore moins qui abandonne la volonté de Dieu le Père par la désobéissance. Il endurerait plutôt les souffrances de la chair que de trahir la volonté de Dieu le Père ; c’est exactement ce que Jésus a dit en priant : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Les gens font leurs propres choix, mais Christ ne le fait pas. Bien qu’Il ait l’identité de Dieu Lui-même, Il cherche toujours la volonté de Dieu le Père et accomplit ce qui Lui a été confié par Dieu le Père, dans la perspective de la chair. C’est quelque chose d’inaccessible à l’homme.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

À notre insu, cet homme insignifiant nous a conduits dans les étapes successives de l’œuvre de Dieu. Nous subissons un nombre incalculable d’épreuves, supportons d’innombrables châtiments et sommes testés par la mort. Nous découvrons le tempérament juste et majestueux de Dieu, jouissons aussi de Son amour et de Sa miséricorde, en venons à apprécier Son grand pouvoir et Sa grande sagesse, sommes témoins de Sa beauté et voyons Son ardent désir de sauver l’homme. Dans les paroles de cet homme ordinaire, nous en venons à connaître le tempérament et l’essence de Dieu, à comprendre la volonté de Dieu, à connaître la nature et l’essence de l’homme et à voir le chemin du salut et de la perfection. Ses paroles nous font « mourir » et nous font « renaître » aussi. Elles nous apportent le réconfort, mais nous laissent aussi rongés par la culpabilité et un sentiment de redevabilité. Elles nous apportent la joie et la paix, mais aussi une douleur infinie. Parfois, nous sommes comme des agneaux destinés à l’abattoir entre Ses mains. Parfois, nous sommes comme la prunelle de Ses yeux et jouissons de Son amour tendre. Parfois, nous sommes comme Son ennemi et, sous Son regard, nous sommes réduits en cendres par Sa colère. Nous sommes l’espèce humaine qu’Il sauve, nous sommes les vers à Ses yeux et nous sommes les brebis perdues que, jour et nuit, Il veut retrouver à tout prix. Il est miséricordieux envers nous, Il nous méprise, Il nous élève, Il nous console, Il nous exhorte, Il nous guide, Il nous éclaire, Il nous châtie, Il nous discipline et Il nous maudit même. Jour et nuit, Il ne cesse jamais de Se soucier de nous, nous protège et S’occupe de nous, jour et nuit, ne nous laissant jamais, mais pour nous, Il répand le sang de Son cœur et paie n’importe quel prix. Parmi les déclarations de ce petit corps de chair ordinaire, nous avons joui de l’intégralité de Dieu et vu la destination qu’Il nous a accordée. Malgré cela, la vanité sème toujours la zizanie dans notre cœur et nous ne refusons toujours activement d’accepter un tel homme comme notre Dieu. Bien qu’Il nous ait donné tellement de manne, tellement de choses dont nous pouvons profiter, rien de cela ne peut prendre la place du Seigneur dans notre cœur. Ce n’est qu’avec une grande réticence que nous honorons l’identité et le statut spéciaux de cet homme. Tant qu’Il n’ouvre pas la bouche pour nous demander de reconnaître qu’Il est Dieu, nous ne prendrons jamais l’initiative de Le reconnaître comme le Dieu qui doit bientôt arriver et œuvre pourtant depuis longtemps parmi nous.

Dieu continue Ses déclarations, employant diverses méthodes et perspectives pour nous réprimander sur ce que nous devrions faire tout en faisant entendre la voix de Son cœur en même temps. Ses paroles détiennent un pouvoir vital, nous montrent le chemin que nous devrions emprunter et nous permettent de comprendre ce qu’est la vérité. Nous commençons à être attirés par Ses paroles, à porter notre attention sur Son ton et Sa manière de parler et, inconsciemment, à nous intéresser aux sentiments les plus profonds de cet homme quelconque. Il régurgite le sang de Son cœur en œuvrant pour nous, perd le sommeil et l’appétit à cause de nous, pleure pour nous, soupire pour nous, malade, Il gémit pour nous, endure l’humiliation au nom de notre destination et de notre salut. Notre apathie et notre rébellion font couler des larmes et du sang de Son cœur. Cette façon d’être et d’avoir n’appartient à aucune personne ordinaire, pas plus qu’elle ne peut être possédée ou acquise par un être humain corrompu, quel qu’il soit. Il fait montre d’une tolérance et d’une patience qu’aucune personne ordinaire ne possède et Son amour n’est pas quelque chose dont est doté un être créé, quel qu’il soit. Personne, à part Lui, ne peut connaître toutes nos pensées, avoir une compréhension si claire et si complète de notre nature et de notre essence, juger la rébellion et la corruption de l’humanité ni nous parler et œuvrer ainsi parmi nous au nom de Dieu qui est dans les cieux. Personne, à part Lui, n’est doté de l’autorité, de la sagesse et de la dignité de Dieu. Le tempérament de Dieu, ainsi que ce que Dieu a et est se manifestent en Lui dans leur intégralité. Personne, à part Lui, ne peut nous montrer le chemin et nous apporter la lumière. Personne, à part Lui, ne peut révéler les mystères que Dieu n’a pas dévoilés depuis la création. Personne, à part Lui, ne peut nous sauver de la servitude imposée par Satan et de notre propre tempérament corrompu. Il représente Dieu. Il exprime le tréfonds du cœur de Dieu, les exhortations de Dieu et les paroles de jugement de Dieu envers l’humanité. Il a commencé une nouvelle ère, un nouvel âge, et inauguré une terre, un ciel et une œuvre nouveaux. Il nous a apporté l’espoir, mettant fin à la vie que nous menions sans direction et permettant à tout notre être de voir, dans une clarté totale, le chemin du salut. Il a conquis tout notre être et gagné notre cœur. À partir de ce moment-là, notre esprit est devenu conscient et notre humeur semble être ranimée : cette personne ordinaire, insignifiante, qui vit parmi nous et que nous rejetons depuis longtemps, n’est-elle pas le Seigneur Jésus qui occupe toujours nos pensées, que nous soyons éveillés ou en train de rêver, et que nous désirons ardemment nuit et jour ? C’est Lui ! C’est vraiment Lui ! Il est notre Dieu ! Il est la vérité, le chemin et la vie ! Il nous a permis de revivre et de voir la lumière. Il a empêché notre cœur de s’égarer. Nous sommes de retour dans la maison de Dieu, nous sommes de retour devant Son trône, nous sommes face à face avec Lui, nous avons vu Son visage et nous avons vu la route qui s’étend devant nous. En ce moment, notre cœur est complètement conquis par Lui. Nous ne doutons plus de qui Il est, ne nous opposons plus à Son œuvre, ni à Sa parole, et nous nous prosternons à terre devant Lui. Il n’est rien que nous ne voulions plus que de suivre les pas de Dieu pour le restant de nos jours, d’être rendus parfaits par Lui, de Lui rendre Sa grâce, de Lui rendre l’amour qu’Il a pour nous, d’obéir à Ses orchestrations et à Ses arrangements, de coopérer avec Son œuvre et de faire tout notre possible pour accomplir ce qu’Il nous confie.

Être conquis par Dieu ressemble à un tournoi d’arts martiaux.

Chacune des paroles de Dieu frappe l’un de nos points vitaux, nous laissant blessés et remplis de terreur. Il expose nos notions, nos imaginations et notre tempérament corrompu. De tous nos faits et dires, jusqu’à la moindre de nos pensées et de nos idées, notre nature et notre essence sont révélées dans Ses paroles, nous mettant dans un état de peur et de tremblements, sans nulle part où cacher notre honte. Il nous parle de toutes nos actions et de toutes nos intentions, une à une, de tous nos buts, l’un après l’autre, et même du tempérament corrompu que nous-mêmes n’avons pas découvert. Nous nous sentons alors exposés dans toute notre misérable imperfection et, surtout, complètement convaincus. Il nous juge pour nous être opposés à Lui et nous châtie pour avoir blasphémé contre Lui et pour L’avoir condamné. Il nous fait sentir qu’à Ses yeux, nous n’avons pas la moindre qualité , que nous sommes le Satan vivant. Nos espoirs s’envolent, nous n’osons plus formuler une seule exigence déraisonnable ni espérer quoi que ce soit de Lui, et même nos rêves disparaissent du jour au lendemain. C’est un fait qu’aucun de nous ne peut imaginer et qu’aucun de nous ne peut accepter. En l’espace d’un instant, nous perdons notre équilibre interne et ne savons pas comment continuer sur la route qui s’étend devant nous ni comment persister dans nos croyances. On dirait que notre foi est retournée à la case départ et que nous n’avons jamais rencontré le Seigneur Jésus ni appris à Le connaître. Tout, sous nos yeux, nous remplit de perplexité et nous fait osciller de manière indécise. Nous sommes consternés, nous sommes déçus et, au fond de notre cœur, il y a une rage et un déshonneur irrépressibles. Nous essayons de les évacuer, de trouver une solution et, plus encore, de continuer à attendre notre Sauveur Jésus pour que nous puissions épancher notre cœur auprès de Lui. Bien qu’il y ait des fois où nous donnons l’impression d’être paisibles, ni hautains ni humbles, nous sommes affligés d’un sentiment de perte dans notre cœur que nous n’avons jamais ressenti auparavant. Bien que nous puissions parfois sembler d’un calme inhabituel, notre esprit tourmenté s’agite comme une mer houleuse. Son jugement et Son châtiment nous ont dépouillés de tous nos espoirs et de tous nos rêves, mettant fin à nos désirs extravagants et nous rendant peu enclins à croire qu’Il est notre Sauveur et qu’Il est capable de nous sauver. Son jugement et Son châtiment ont creusé entre Lui et nous un fossé si profond que personne ne veut simplement essayer de traverser. C’est la première fois de notre vie que Son jugement et Son châtiment nous font subir un tel revers, une humiliation aussi grande. Son jugement et Son châtiment nous ont fait vraiment apprécier l’honneur de Dieu et Son intolérance vis-à-vis de l’offense de l’homme, à côté desquels nous sommes extrêmement méprisables et impurs. Son jugement et Son châtiment nous ont fait comprendre, pour la première fois, à quel point nous sommes arrogants et prétentieux et à quel point l’homme ne sera jamais l’égal de Dieu ni sur un pied d’égalité avec Lui. Son jugement et Son châtiment nous ont fait aspirer à ne plus vivre dans un tel tempérament corrompu, à nous débarrasser de cette nature et de cette essence aussi vite que possible et à cesser d’être ignobles et détestables pour Lui. Son jugement et Son châtiment nous ont rendus heureux d’obéir à Ses paroles : nous ne nous rebellons plus contre Ses orchestrations et Ses arrangements. Son jugement et Son châtiment nous ont donné, une fois de plus, le désir de survivre et, grâce à eux, nous sommes heureux de L’accepter comme notre Sauveur… Nous sommes sortis de l’œuvre de la conquête, de l’enfer, de la vallée de l’ombre de la mort… Dieu Tout-Puissant nous a gagnés, nous, ce groupe de gens ! Il a triomphé de Satan et vaincu Ses nombreux ennemis !

Extrait de « Voir l’apparition de Dieu dans Son jugement et Son châtiment », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 3. Reconnaître la différence entre Christ incarné et les faux Christs et les faux prophètes

Suivant: 2. Si Christ est le Fils de Dieu ou Dieu Lui-même

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

5. Pourquoi on dit que l’humanité corrompue a encore plus besoin du salut du Dieu incarné

Dieu est devenu chair parce que l’objet de Son travail n’est pas l’esprit de Satan ou tout autre être incorporel, mais l’homme qui est chair et a été corrompu par Satan. C’est précisément parce que la chair de l’homme a été corrompue que Dieu a fait de l’homme charnel l’objet de Son travail ; en outre, parce que l’homme est corrompu, Dieu a fait de l’homme le seul objet de Son travail à toutes les étapes de Son travail de salut. L’homme est un être mortel, de chair et de sang, et Dieu est Le Seul qui puisse sauver l’homme. Ainsi, Dieu doit devenir chair et posséder les mêmes attributs que l’homme pour faire Son travail, afin que Son travail soit réussi. Dieu doit devenir chair pour faire Son travail précisément parce que l’homme est chair et incapable de vaincre le péché ou de se dépouiller de la chair. Bien que l’essence et l’identité de Dieu incarné diffèrent grandement de l’essence et de l’identité de l’homme, Son apparence est identique à celle de l’homme ; Il a l’apparence d’une personne normale, vit la vie d’une personne normale, et ceux qui Le voient ne peuvent discerner aucune différence avec une personne normale.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre