2. Si Christ est le Fils de Dieu ou Dieu Lui-même

Versets bibliques pour référence :

« Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces œuvres » (Jean 14:6-11).

« Moi et le Père nous sommes un » (Jean 10:30).

Paroles de Dieu concernées :

Le Dieu incarné s’appelle Christ, et le Christ est la chair que revêt l’Esprit de Dieu. Cette chair ne ressemble à aucun homme qui est de chair. Christ n’est pas de chair ni de sang, Il est l’incarnation de l’Esprit, voilà la différence. Il possède à la fois une humanité normale et une divinité complète. Sa divinité n’est possédée par aucun homme. Son humanité normale sustente toutes Ses activités normales dans la chair, tandis que Sa divinité réalise l’œuvre de Dieu Lui-même. Que ce soit Son humanité ou Sa divinité, toutes deux sont soumises à la volonté du Père céleste. L’essence de Christ est l’Esprit, c’est-à-dire, la divinité. Par conséquent, Son essence est celle de Dieu Lui-même ; cette essence ne va pas interrompre Sa propre œuvre, et Il ne pourrait faire aucune chose qui détruise Sa propre œuvre, de même qu’Il ne pourrait jamais prononcer des paroles qui vont contre Sa propre volonté. Par conséquent, le Dieu incarné ne ferait absolument jamais une œuvre qui interrompt Sa propre gestion. Voilà ce que tout homme doit comprendre. L’essence de l’œuvre du Saint-Esprit est de sauver l’homme et ceci, pour le bien de la gestion propre de Dieu. De même, l’œuvre de Christ est aussi de sauver l’homme et par égard pour la volonté de Dieu. Étant donné que Dieu Se fait chair, Il réalise Son essence dans Sa chair, de telle sorte que Sa chair suffit pour accomplir Son œuvre. Par conséquent, toute l’œuvre de l’Esprit de Dieu est remplacée par l’œuvre de Christ pendant le temps de l’incarnation, et au cœur de toute l’œuvre qui se fait pendant toute la durée de l’incarnation se trouve l’œuvre de Christ. Elle ne peut pas être mélangée avec l’œuvre d’aucune autre ère. Et puisque Dieu Se fait chair, Il œuvre dans l’identité de Sa chair ; comme Il vient dans la chair, Il achève ensuite dans la chair l’œuvre qu’Il doit faire. Que ce soit l’Esprit de Dieu ou Christ, les deux sont Dieu Lui-même, et Il fait l’œuvre qu’Il doit faire et accomplit le ministère qu’Il doit accomplir.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’essence de Dieu, et Celui qui est l’incarnation de Dieu doit posséder l’expression de Dieu. Puisque Dieu Se fait chair, Il doit apporter l’œuvre qu’Il projette de faire et, puisque Dieu Se fait chair, Il doit exprimer ce qu’Il est et doit être capable d’apporter la vérité à l’homme, de lui donner la vie et de lui montrer le chemin. La chair qui n’a pas l’essence de Dieu n’est résolument pas le Dieu incarné ; il n’y a pas de doute à ce sujet. Si l’homme projette de se renseigner pour déterminer s’il s’agit de la chair de Dieu incarné, alors il doit le confirmer par le tempérament qu’Il exprime, ainsi que par Ses paroles. Autrement dit, pour confirmer ou non qu’il s’agit de la chair de Dieu incarné et que c’est le vrai chemin, l’on doit réfléchir en se basant sur Son essence. Et ainsi, pour déterminer s’il s’agit ou non de la chair de Dieu incarné, le point essentiel est Son essence (Son œuvre, Ses déclarations, Son tempérament et bien d’autres aspects), plutôt que Son apparence. Si l’on ne scrute que Son apparence et qu’en conséquence, on oublie Son essence, alors cela montre que l’on est aveugle et ignorant.

Extrait de la préface de La Parole apparaît dans la chair

Le Fils de l’homme incarné exprimait la divinité de Dieu par le biais de Son humanité et transmettait la volonté de Dieu au genre humain. Et par Son expression de la volonté de Dieu et de Son tempérament, Il révéla aussi aux gens le Dieu qui ne peut pas être vu ou touché qui demeure dans le domaine spirituel. Ce que les gens ont vu est Dieu Lui-même dans une forme tangible, faite de chair et de sang. Ainsi le Fils de l’homme incarné fit de l’identité de Dieu Lui-même, de Son statut, de Son image, de Son tempérament et de ce qu’Il a et est des choses concrètes et humanisées. Même si l’apparence extérieure du Fils de l’homme avait quelques limitations au regard de l’image de Dieu, Son essence et ce qu’Il a et est étaient tout à fait capables de représenter l’identité et le statut de Dieu Lui-même. Il y avait seulement quelques différences dans la forme de l’expression. Nous ne pouvons pas nier que le Fils de l’homme représentait l’identité de Dieu et le statut de Dieu Lui-même, aussi bien dans la forme de Son humanité que dans Sa divinité. Pendant ce temps, toutefois, Dieu travaillait par la chair, parlait du point de vue de la chair et Se tenait face au genre humain avec l’identité et le statut du Fils de l’homme ; cela donnait aux gens l’opportunité de rencontrer et de vivre les vraies paroles et l’œuvre véritable de Dieu parmi les hommes. Cela permettait aussi aux gens d’acquérir une idée de Sa divinité et de Sa grandeur en toute humilité, ainsi que d’obtenir une compréhension préliminaire et une définition préliminaire de l’authenticité et de la réalité de Dieu. Même si l’œuvre accomplie par le Seigneur Jésus, Ses manières de travailler et la perspective à partir de laquelle Il parlait différaient de la vraie personne de Dieu dans le domaine spirituel, tout Le concernant représentait véritablement Dieu Lui-même que l’humanité n’avait jamais vu auparavant : cela ne peut être nié ! Cela veut dire que peu importe dans quelle forme Dieu apparait, peu importe à partir de quelle perspective Il S’exprime ou dans quelle image Il Se présente à l’humanité, Dieu ne représente que Lui-même. Il ne peut représenter aucun humain, ni rien d’une humanité corrompue. Dieu est Dieu Lui-même et cela ne peut être nié !

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand Jésus appelait le Dieu du ciel par le nom de Père alors qu’Il priait, Il ne le faisait que du point de vue d’un homme créé, seulement parce que l’Esprit de Dieu avait revêtu une chair ordinaire et normale et possédait l’enveloppe extérieure d’un être créé. Même s’il y avait en Lui l’Esprit de Dieu, Son apparence restait celle d’un homme normal. En d’autres termes, Il était devenu le « Fils de l’homme », dont tous les hommes, y compris Jésus Lui-même, parlaient. Étant appelé le Fils de l’homme, Il est une personne (homme ou femme, du moins quelqu’un ayant l’enveloppe extérieure d’un être humain) née dans une famille normale de gens ordinaires. Par conséquent, quand Jésus appelle le Dieu du ciel par le nom de Père, c’est la même chose que lorsque vous L’appeliez « Père » au départ : Il l’a fait du point de vue d’un homme créé. Vous souvenez-vous toujours de la prière du Seigneur que Jésus vous a apprise ? « Notre Père qui es aux cieux… » Il a demandé à tout homme d’appeler Dieu qui est au ciel par le nom de Père. Et puisque Lui aussi L’appelait Père, Il S’est mis sur un pied d’égalité avec vous tous. Vous appeliez le Dieu du ciel par le nom de Père, ce qui montre que Jésus Se considérait sur un pied d’égalité avec vous et comme un homme sur terre choisi par Dieu (c’est-à-dire comme le Fils de Dieu). Si vous appelez Dieu « Père », n’est-ce pas parce que vous êtes un être créé ? Quelle que soit l’autorité de Jésus sur terre, avant la crucifixion, Il était simplement un Fils de l’homme, dirigé par le Saint-Esprit (c’est-à-dire par Dieu), et l’un des êtres créés de la terre, car Il devait encore achever Son œuvre. Par conséquent, Il n’a appelé Dieu dans le ciel « Père » que du fait de Son humilité et de Son obéissance. Le fait qu’Il S’adresse à Dieu (c’est-à-dire à l’Esprit dans le ciel) de cette façon, toutefois, ne prouve pas qu’Il soit le Fils de l’Esprit du Dieu dans le ciel. Sa perspective était simplement différente, mais Il n’était pas une personne différente. Croire en l’existence d’entités distinctes est une erreur ! Avant Sa crucifixion, Jésus était un Fils de l’homme restreint par les limites de la chair, qui n’était pas en pleine possession de l’autorité de l’Esprit. C’est pourquoi Il ne pouvait chercher la volonté de Dieu le Père que du point de vue d’un être créé. Comme Il a prié trois fois à Gethsémani : « Non pas ce que Je veux, mais ce que Tu veux. » Avant qu’Il ne soit étendu sur la croix, Il n’était que le roi des Juifs ; Il était le Christ, le Fils de l’homme, et non un corps de gloire. De ce fait, du point de vue d’un être créé, Il appelait Dieu « Père ». Par conséquent, tu ne peux pas dire que tous ceux qui appellent Dieu « Père » sont le Fils. Si tel était le cas, alors ne seriez-vous pas tous devenus le Fils une fois que Jésus vous aurait enseigné la prière du Seigneur ? Si vous n’êtes toujours pas convaincus, alors dites-Moi, qui est celui que vous appelez « Père » ? Si vous parlez de Jésus, alors qui est Son Père pour vous ? Après le départ de Jésus, cette idée de Père et de Fils n’existait plus : elle ne convenait qu’aux années où Jésus était devenu chair. Dans les autres circonstances, lorsque vous appelez Dieu « Père », votre relation est celle du Seigneur de la création et d’un être créé.

Extrait de « La Trinité existe-t-elle ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Il y en a encore qui disent : « Dieu n’a-t-Il pas expressément dit que Jésus était Son Fils bien-aimé ? » Jésus est le Fils bien-aimé de Dieu, en qui Il a mis toute Son affection : c’était bel et bien une déclaration de Dieu Lui-même. Dieu témoignait ainsi de Lui-même, mais simplement d’une perspective différente, celle de l’Esprit dans les cieux témoignant de Sa propre incarnation. Jésus est Son incarnation, pas Son Fils dans le ciel. Comprends-tu ? Les paroles de Jésus selon lesquelles « Je suis dans le Père, et le Père est en Moi » n’indiquent-elles pas qu’Ils sont un seul Esprit ? Et n’est-ce pas en raison de l’incarnation qu’Ils furent séparés entre le ciel et la terre ? En réalité, Ils sont encore un : quoi qu’il arrive, c’est simplement Dieu qui Se rend témoignage à Lui-même. En raison des changements d’ères, des exigences de l’œuvre et des différentes étapes de Son plan de gestion, le nom par lequel l’homme L’appelle est également différent. Quand Il est venu accomplir la première étape de l’œuvre, Il ne pouvait être appelé que l’Éternel, le berger des Israélites. Dans la deuxième étape, le Dieu incarné ne pouvait être appelé que Seigneur et Christ. Mais à cette époque, l’Esprit dans le ciel a seulement déclaré qu’Il était le Fils bien-aimé de Dieu et n’a nullement mentionné qu’Il était l’unique Fils de Dieu. Cela n’a simplement pas eu lieu. Comment Dieu pourrait-Il avoir un enfant unique ? Dieu ne serait-Il pas alors devenu un homme ? Il était appelé le Fils bien-aimé de Dieu parce qu’Il était l’incarnation et de là est née la relation entre le Père et le Fils. C’était simplement à cause de la séparation entre le ciel et la terre. Jésus priait sous l’angle de la chair. Puisqu’Il S’était vêtu d’une chair d’une telle humanité normale, c’était du point de vue de la chair qu’Il a dit : « Mon enveloppe extérieure est celle d’un être créé. Depuis que Je Me suis vêtu d’une chair pour venir sur cette terre, Je suis très, très éloigné du ciel. » De ce fait, Il ne pouvait que prier Dieu le Père sous l’angle de la chair. C’était Son devoir et ce dont l’Esprit de Dieu incarné devrait être doté. Il est impossible de dire qu’Il n’est pas Dieu simplement parce qu’Il a prié le Père sous l’angle de la chair. Bien qu’Il soit appelé le Fils bien-aimé de Dieu, Il reste Dieu Lui-même, car Il n’est que l’incarnation de l’Esprit, qui demeure Son essence.

Extrait de « La Trinité existe-t-elle ? », dans La Parole apparaît dans la chair

L’homme a d’abord vu le Saint-Esprit descendant comme une colombe sur Jésus. Il ne s’agissait pas d’un Esprit propre à Jésus, mais plutôt du Saint-Esprit. Alors, l’Esprit de Jésus peut-Il être séparé du Saint-Esprit ? Si Jésus est Jésus, le Fils, et le Saint-Esprit est le Saint-Esprit, alors comment pourraient-Ils être un ? L’œuvre n’aurait pas pu être réalisée dans ces conditions. L’Esprit en Jésus, l’Esprit qui est au ciel et l’Esprit de l’Éternel ne font qu’un. Il est possible de L’appeler le Saint-Esprit, l’Esprit de Dieu, l’Esprit sept fois intensifié et l’Esprit qui inclut tout. L’Esprit de Dieu peut accomplir une œuvre immense. Il est capable de créer le monde, mais aussi de le détruire en causant un déluge sur terre. Il peut racheter toute l’humanité et, surtout, la conquérir et la détruire tout entière. Dieu Lui-même a entièrement réalisé cette œuvre, qui ne peut pas avoir été accomplie par une autre de Ses entités. Son Esprit peut être appelé par le nom de l’Éternel, de Jésus et de Tout-Puissant. Il est le Seigneur et le Christ. Il est également capable de devenir le Fils de l’homme. Il est dans les cieux et aussi sur terre. Il est au-dessus des univers et parmi la multitude. Il est le seul Maître des cieux et de la terre ! Depuis le temps de la création, cette œuvre a été réalisée par l’Esprit de Dieu Lui-même. L’œuvre dans les cieux, comme dans la chair, est accomplie par Son propre Esprit. Toutes les créatures, que ce soit dans le ciel ou sur terre, se trouvent dans la paume de Sa main toute-puissante. Tout cela est l’œuvre de Dieu Lui-même et ne saurait être accompli par personne d’autre. Dans les cieux, Il est l’Esprit, mais aussi Dieu Lui-même. Parmi les hommes, Il est chair, mais reste Dieu Lui-même. Bien qu’Il puisse être appelé par des centaines de milliers de noms, Il est toujours Lui-même et toute l’œuvre est l’expression directe de Son Esprit. La rédemption de toute l’humanité par Sa crucifixion était l’œuvre directe de Son Esprit, de même que la proclamation à toutes les nations et à tous les pays durant les derniers jours. En tout temps, Dieu ne peut qu’être appelé l’unique Dieu tout-puissant et vrai, le Dieu qui Lui-même inclut tout. Les entités distinctes n’existent pas, et encore moins cette idée du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Il n’y a qu’un seul Dieu au ciel et sur terre !

Extrait de « La Trinité existe-t-elle ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 1. Comment on connaît l’essence divine de Christ

Suivant: 3. Quelle est la nature du problème de l’homme qui ne reconnaît pas les vérités exprimées par Christ ? Quelles sont les conséquences pour l’homme qui ne traite pas Christ comme Dieu ?

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

3. Le rapport entre les trois étapes de l’œuvre de Dieu

De l’œuvre de l’Éternel à celle de Jésus et de l’œuvre de Jésus à celle de l’étape actuelle, ces trois étapes couvrent toute la portée de la gestion de Dieu et tout cela est le travail d’un seul Esprit. Depuis qu’Il a créé le monde, Dieu a toujours géré l’humanité. Il est le Commencement et la Fin, Il est le Premier et le Dernier et Il est celui qui commence une ère et celui qui amène l’ère à sa fin. Les trois étapes de travail, à différentes ères et dans différents endroits, sont sûrement réalisées par un seul Esprit. Tous ceux qui séparent ces trois étapes s’opposent à Dieu.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre