Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoignages de l'expérience du jugement de Christ

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

43 Les candides ne sont pas nécessairement honnêtes

Cheng Mingjie, de Xi’an, province du Shaanxi

Je me considère comme quelqu’un d’extraverti et de franc. Je parle avec les gens de façon très directe ; tout ce que j’ai à dire, je le dis—je ne suis pas du genre à tourner autour du pot. Dans mes interactions avec les gens, j’ai tendance à avoir mon franc-parler. Souvent, on me trompe ou me ridiculise parce que je fais trop facilement confiance. Ce n’est qu’après avoir commencé à aller à l’Église que j’ai senti que j’avais trouvé un endroit où je me sentais comme chez moi. Je me suis dit : par le passé, ma candeur m’a désavantagée et rendue vulnérable à la tromperie des autres ; mais à l’Église, Dieu veut des hommes honnêtes, des gens qui ont été méprisés par la société, alors je n’ai plus à m’inquiéter de mon excessive candeur. Je me suis sentie particulièrement réconfortée quand j’ai entendu dire que Dieu aime les hommes honnêtes et simples, et que seuls les hommes honnêtes recevront le salut de Dieu. J’ai constaté la détresse de mes frères et sœurs quand ils commençaient à reconnaître leur nature perfide, mais ne pouvaient pas la changer, et me suis sentie d’autant plus soulagée qu’en étant honnête et franche je n’aurais pas à vivre une telle détresse. Un jour, cependant, après avoir reçu une révélation de Dieu, je me suis finalement rendu compte que je n’étais pas aussi honnête que je le pensais.

Un jour, j’ai entendu Dieu dire dans Son échange : « Les gens honnêtes […] ne sont pas pitoyables, misérables, stupides ou simples. […] Et donc, ne mets pas cette couronne sur ta tête, pensant que tu es honnête parce que tu souffres dans la société, tu es victime de discrimination et que tu es bousculé et trompé par tous ceux que tu croises. C’est complètement faux. […] Être honnête, ce n’est pas ce que les gens imaginent, que les gens sont honnêtes simplement parce qu’ils sont directs et francs. Ce n’est pas comme cela » (« Une personne honnête devrait se mettre à nu pour les autres » Récits des entretiens du Christ). Les paroles de Dieu caractérisaient parfaitement ma situation. En effet, j’ai toujours pensé que, puisque je parle sans langue de bois et suis souvent trompée par les autres, cela veut dire qu’aucune partie de moi n’est perfide ou fourbe. Par conséquent, je n’ai jamais personnellement été concernée par la révélation par Dieu de la perfidie et fourberie chez l’homme, mais m’étais plutôt couronnée reine de l’honnêteté. Je pensais que tous les autres étaient perfides et que j’étais en quelque sorte différente, honnête de naissance. Ma façon de penser était révoltante pour Dieu. À ce moment, je me suis souvenue d’un autre passage des paroles de Dieu :« L’honnêteté signifie donner son cœur à Dieu ; ne jamais Le tromper en quoi que ce soit ; être ouvert avec Lui en toutes choses ; ne jamais cacher la vérité ; ne jamais faire ce qui trompe les supérieurs et leurre les inférieurs ; et ne jamais faire ce qui n’a le but que de s’attirer des faveurs de Dieu. Bref, être honnête, c’est s’abstenir de toute impureté dans ses actions et ses paroles et ne tromper ni Dieu ni l’homme. […] Si tes paroles sont truffées d’excuses et de justifications sans valeur, alors Je dis que tu es quelqu’un qui est extrêmement réticent à mettre la vérité en pratique. Si tu as reçu beaucoup de confidences que tu hésites à partager et si tu ne veux pas du tout dévoiler tes secrets, c’est-à-dire tes difficultés, devant les autres en vue de chercher le chemin de la lumière, alors Je dis que tu es quelqu’un qui ne recevra pas facilement le salut et qui ne sortira pas facilement des ténèbres. Si la recherche du chemin de la vérité te plaît bien, alors tu es quelqu’un qui demeure toujours dans la lumière. Si tu es très heureux d’être un exécutant dans la maison de Dieu, travaillant diligemment et consciencieusement dans l’obscurité, donnant toujours et ne prenant jamais, alors Je dis que tu es un saint loyal, parce que tu ne cherches pas de récompense et es simplement un homme honnête. Si tu es prêt à être franc, si tu es prêt à te dépenser totalement, si tu es capable de sacrifier ta vie pour Dieu et de témoigner, si tu es honnête au point où tu ne sais que satisfaire Dieu et ne sais pas penser à toi ou prendre pour toi-même, alors Je dis que ces gens sont ceux qui sont nourris dans la lumière et qui vivront pour toujours dans le royaume » (« Trois admonitions », La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu m’ont fait comprendre que ce que Dieu entend vraiment par honnêteté, c’est Lui donner son cœur sans penser à son progrès personnel ou à ses propres projets d’avenir. Il n’y a pas de commerce avec Dieu, pas de demande de rétribution : une personne honnête vit pour satisfaire Dieu. Une personne honnête est suprêmement fidèle à Dieu et ne cherche jamais à Le tromper. Dans l’accomplissement de ses devoirs, elle est assidue et n’essaie jamais de tricher pour se tirer d’affaire ni de faire semblant. Les hommes honnêtes ne cachent rien à Dieu, et sont aussi disposés à partager leurs affaires privées et problèmes personnels avec leurs frères et sœurs. Les hommes honnêtes ne donnent pas une version édulcorée de l’histoire et appellent un chat un chat. Les hommes honnêtes s’en tiennent à la vérité et sont humains. Quant à moi, je n’avais pas compris le sens d’être honnête. Dans mon jugement mondain des choses, la « personne honnête » aux yeux de Dieu était ce que le monde séculier appelle « un candide ». J’étais loin de m’imaginer que la « personne honnête » comme voulue par Dieu, et la « personne honnête » telle que je l’imaginais n’avaient en fait rien en commun. Comme j’étais ignorante, combien était absurde ma vision !

Satan corrompt l’homme depuis des milliers d’années : nous grandissons tous dans un environnement imprégné du mal répugnant de Satan. Nos paroles et notre comportement, la façon dont nous nous conduisons en société, sont tous soumis aux ordres de Satan. « Tournez sept fois votre langue dans la bouche et ensuite parlez avec réserve », « Dans la vie, c’est chacun pour soi et sauve-qui-peut », « Il n’y a pas de mal à avoir un double langage », ces dictons les plus célèbres de Satan se sont déjà implantés dans l’inconscient collectif de l’homme : ils font partie intégrante de notre vie, et nous poussent naturellement à la perfidie et la fourberie. Étant donné que toute l’humanité est affligée par toute cette perfidie et cette fourberie, comment ai-je pu croire que j’étais en quelque sorte immunisée, ou naturellement honnête ? Je parle franchement et sans équivoque, car je suis une personne franche et honnête. Je suis souvent trompée par d’autres parce que je suis ignorante et stupide, mais cela ne signifie pas nécessairement que je suis vraiment quelqu’un d’honnête. Quand je repense au passé, combien de fois ai-je menti pour préserver ma réputation et mon statut ? Combien de fois ai-je pleuré d’anxiété au sujet de mes perspectives d’avenir, au lieu de croire en Dieu avec un cœur pur et sans partage ? Je craignais qu’en abandonnant tout à Dieu, je ne sois laissée sans rien, alors j’ai toujours voulu une promesse de Dieu, une garantie que j’entrerais un jour dans Son royaume. Ce n’est qu’ainsi que je pourrais chercher la vérité de tout mon cœur, sans ressentir d’angoisses. Combien de fois ai-je été infidèle à Dieu, faisant grand cas des petites pertes et des petits gains enregistrés dans l’accomplissement de mes devoirs ? Et combien de fois ai-je pris des résolutions que j’ai rompues ensuite, prononçant des « paroles pompeuses » pour obtenir la faveur de Dieu ? Combien de fois me suis-je abstenue de m’ouvrir à mes frères et sœurs et de partager avec eux mes soucis personnels et affaires privées, de peur qu’ils ne me méprisent ? Combien de fois ai-je dit que seules mes croyances me rapporteraient un avantage personnel, restant sur mes gardes et me méfiant des autres ? ... En y repensant, il me semblait que j’étais fourbe et perfide en pensées, en paroles et en actions. Par conséquent, ma conception de la foi, mes contributions, mes interactions avec les autres et avec Dieu, ainsi que ma façon d’accomplir mes devoirs étaient toutes infectées par la tromperie. On pourrait dire que je vivais chaque instant selon l’essence même de la tromperie.

Merci à Dieu de m’avoir éclairée, de m’avoir montré que les hommes honnêtes ne sont pas seulement francs et candides, mais sont aussi empreints de vérité et d’humanité. Merci aussi de m’avoir montré que je ne suis pas honnête selon Ta définition, mais une personne affligée par la nature perfide de Satan, une tromperie que Dieu a dénoncée. Mon Dieu, dorénavant, je vais m’investir pour devenir quelqu’un d’honnête. Je Te demande de me dénoncer et me permettre d’avoir une compréhension plus profonde de ma propre nature perfide, afin que je puisse me mépriser moi-même, renier ma chair et devenir bientôt quelqu’un d’honnête, doté de vérité et d’humanité.

Précédent:La discrimination contre les étrangers est très malveillante

Suivant:Je suis disposée à accepter l’autorité de tous

Vous aimerez peut-être également