37. J’ai trouvé le vrai bonheur

Par Zhang Hua, Cambodge

Je suis née dans une famille agricole ordinaire. Même si ma famille n’était pas riche, mon père et ma mère s’aimaient et me traitaient très bien. Notre vie de famille était assez abondante et bénie. Quand j’ai grandi, je me suis dit : je dois trouver un mari qui me traitera bien et je dois fonder une famille pleine de bonheur et heureuse. C’est ce qui est le plus important. Je ne cherche pas de richesses, j’ai juste besoin d’une relation amoureuse avec mon mari et d’une vie de famille paisible.

J’ai rencontré mon mari grâce à une connaissance mutuelle. Je ne l’aimais pas parce qu’il était très court, mais mon père et ma mère l’appréciaient. Ils m’ont dit : « Il a un bon cœur et il va bien te traiter. » J’ai vu que mon mari traitait les gens avec beaucoup de sincérité et il semblait être une personne qui traiterait bien sa famille. J’ai réfléchi : « C’est bien qu’il soit un peu court. Tant qu’il me traite bien, ça va. » En conséquence, j’ai accepté le mariage et en 1989, nous nous sommes mariés. Après notre mariage, mon mari m’a traitée avec beaucoup de tendresse et il s’est très bien occupé de moi. Ma vie conjugale était très heureuse et abondante. Mon mari me traitait bien, et je me souvenais de cela dans mon cœur. Je m’occupais également de lui avec attention et je pensais à lui en toutes choses. Après la naissance de nos deux filles, je suis restée à la maison prendre soin de la famille afin de permettre à mon mari d’être à l’aise au travail. En ce temps-là, ma petite fille était régulièrement malade. Une fois, pendant la nuit, elle a soudainement eu la fièvre. Mon mari travaillait le quart de nuit et il n’était pas à la maison. En panique, j’ai décidé d’emmener ma fille à l’hôpital toute seule. Lorsque mon mari a appris cela, il a voulu rentrer à la maison. Il ne voulait pas que je souffre beaucoup. J’étais très contente de savoir que mon mari avait ce genre de cœur. Par la suite, nos deux filles sont allées à l’école hors du village. J’ai loué une maison afin de les accompagner pendant qu’elles étudiaient et prendre soin d’elles. Tant que je pouvais gérer une situation, je ne dérangeais pas mon mari à ce sujet. Même si parfois c’était difficile et j’étais un peu fatiguée, notre relation en tant que mari et femme était remplie d’amour et de soutien mutuels. Je sentais que ma vie était très bénie.

En ce temps-là, l’argent que mon mari gagnait était juste suffisant pour couvrir nos dépenses quotidiennes. Même si notre vie était un peu difficile, je ne me plaignais jamais à lui. Je sentais que le mari et la femme devraient partager les joies et les peines de la vie. Par la suite, la situation économique au lieu de travail de mon mari s’est détériorée et il était à peine capable de ramener à la maison la moitié de son salaire précédent chaque mois. Bientôt, nous ne serions pas à même de payer les frais de scolarité de nos enfants. En m’efforçant de diminuer la pression sur mon mari, j’empruntais souvent de l’argent aux membres de nos familles. Je me disais : « Ces épreuves sont juste temporaires. Les choses iront certainement mieux. » Puisque nous empruntions de l’argent depuis si longtemps, nos dettes s’étaient de plus en plus accrues. Mon mari et moi sentions tous deux que la pression était assez considérable. En 2013, mon époux a commencé à penser à voyager à l’étranger pour gagner de l’argent. Lorsqu’il me l’a dit, même si j’étais un peu réticente, je me suis dit : « S’il va à l’étranger pendant deux ou trois ans pour gagner de l’argent, nous pourrons rembourser certaines de nos dettes et améliorer notre situation familiale. » En plus, nos enfants grandissent et nous voulons leur donner un bon environnement. Pour le bien de notre famille, j’ai accepté son départ à l’étranger pour travailler.

Mon mari est allé au Cambodge pendant trois ans. Pendant ces trois années, je suis restée à la maison prenant soin des enfants et de nos parents âgés. Au début, mon mari appelait fréquemment à la maison et montrait qu’il se souciait de la famille. Il nous envoyait également de l’argent. Après un moment, il appelait de moins en moins et nous envoyait très peu d’argent. En fin de compte, c’est devenu tellement grave qu’il n’envoyait plus d’argent à la maison et que beaucoup de temps passait avant qu’il nous appelle. J’étais inquiète à l’idée que quelque chose lui soit arrivée. Par conséquent, j’ai voyagé en compagnie de nos filles pour aller le voir. Lorsque nous sommes arrivées au Cambodge et que j’ai constaté que mon mari était sain et sauf, j’étais très soulagée. Comme c’était notre première fois au Cambodge, j’étais prête à y rester avec nos filles pendant une certaine période et à accompagner mon mari avant de rentrer au pays. Cependant, j’ai constaté que chaque fois que j’accompagnais mon mari hors de la maison, les gens qui le connaissaient me regardaient avec une expression étrange. Comme nous ne parlions pas la même langue, je ne savais pas ce qu’ils disaient. Une semaine plus tard, mon mari m’a soudainement présenté un enfant inconnu dans ses bras. Il a dit à l’enfant : « Dis rapidement bonjour à ta tante. » À ce moment-là, j’avais juste le regard fixe et vide parce que je ne savais pas ce qui se passait. Quand j’ai demandé à mon mari, j’ai découvert que c’était un enfant qu’il avait eu avec une femme qu’il avait rencontrée au Cambodge. Je suis devenue incroyablement fâchée et je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait faire. Lorsque je lui ai fait le reproche, il a répondu prosaïquement : « C’est une pratique très courante. Ici, beaucoup de gens font cela ! » Lorsque je l’ai entendu dire cela, j’étais tellement en colère que tout mon corps tremblait. Je n’aurais jamais imaginé que mon mari et moi nous avions aimés depuis tant d’années, et que maintenant il pouvait dire une chose aussi froide et impitoyable et faire quelque chose d’aussi insolent. En colère, je l’ai giflé vicieusement deux fois. J’étais paralysée par la trahison de mon mari. Pour moi, sa trahison était comme le tonnerre dans un ciel clair. Il n’avait jamais au préalable donné une indication qu’il agirait de la sorte. Je ne pouvais pas accepter cela de lui. Je me suis assise sur le sol et j’ai pleuré amèrement. Je me suis demandée à plusieurs reprises : « Pourquoi mon mari me ferait-il cela ? Où est passé le mari que je connaissais ? » Se pourrait-il que son serment d’amour éternel, sa tendresse et ses soins aient tous été faux ? J’ai tout donné à cette famille. Je n’ai jamais demandé à mon mari de me donner de l’argent ou du plaisir matériel. Cependant, maintenant… La trahison de mon mari constituait une énorme humiliation pour moi. Je sentais que je n’avais aucune dignité pour continuer à vivre.

Les jours suivants, je pleurais tous les jours. Je méprisais cette femme et cet enfant. J’ai dit à mon mari que je voulais divorcer et que j’étais prête à ramener mes filles à la maison et à quitter cette soi-disant famille. Je ne pensais pas que mon mari refuserait non seulement de me divorcer, mais aussi de quitter cette femme. Par la suite, j’ai appris que certains membres de ma famille savaient déjà que mon mari avait trouvé une autre femme et avait eu un enfant avec elle. Ils ne m’avaient simplement rien dit à ce sujet. Je sentais encore plus que je ne vivais avec aucune dignité. Je m’étais profondément sacrifiée pour cette famille. Je n’aurais jamais imaginé que je serais récompensée par la trahison et la tromperie. Mon cœur était brisé. ... Cette trahison était déjà très douloureuse. Ce qui était encore plus difficile pour moi d’accepter, c’est que les gens qui connaissaient mon mari et cette femme me regardaient d’une façon particulière et me critiquaient même. À l’origine, c’est mon mari qui m’avait trahi et c’est cette femme qui avait brisé ma famille. Cependant, maintenant, aux yeux des autres, j’étais l’usurpatrice. Je ne peux pas décrire la douleur que je ressentais en ce temps-là. Le temps avance lentement lorsqu’on se sent misérable. J’ai fini par perdre plus de 10 kilogrammes.

Au moment où j’étais complètement découragée, j’ai rencontré le salut de Dieu Tout-puissant des derniers jours. Lorsque ma voisine Lin Ting a appris cet incident, elle est venue me prêcher l’Évangile. Elle a dit : « Crois en Dieu. Dieu peut t’aider. » Cependant, ayant été influencée par l’athéisme, comment pourrais-je simplement croire en Dieu ? Je ne lui ai pas donné de réponse. Après, Lin Ting m’a parlé une fois de plus : « Lis les paroles de Dieu. Dieu est capable de te sauver et de t’aider à te libérer de ta douleur. » Elle a dit les choses si sincèrement que je me suis sentie émotionnellement touchée. Je me sentais gênée de la rejeter une fois de plus et, par conséquent, j’ai reçu une copie du livre, La Parole apparaît dans la chair. J’ai ouvert le livre et j’ai lu le passage suivant : « Ayant abandonné la provision de vie du Tout-Puissant, l’humanité ne connaît pas l’objet de l’existence, mais craint tout de même la mort. Sans aucun soutien ni aucune assistance, et pourtant encore réticente à fermer les yeux, elle se prépare à se traîner le long d’une ignoble existence dans ce monde, enveloppes charnelles insensibles à leurs propres âmes. Tu vis ainsi, sans espoir, comme d’autres, sans objectif. Seul le Saint de la légende viendra sauver le peuple qui, gémissant dans sa douleur, attend désespérément Son arrivée. […] Quand tu es las et que tu commences à ressentir quelque peu la sombre désolation de ce monde, ne sois pas perdu, ne pleure pas. Dieu Tout-Puissant, le Gardien, accueillera ton arrivée à tout moment » (« Les soupirs du Tout-Puissant », dans La Parole apparaît dans la chair). Lorsque j’ai lu les paroles sincères de Dieu, j’ai pleuré beaucoup et j’ai senti que ce Dieu comprend réellement l’humanité. Quand j’avais fait face à la trahison de mon mari, j’avais voulu mourir, mais je n’avais pas eu le courage de le faire et je ne m’étais pas résignée à mourir de cette manière. J’avais perdu la direction et le but de ma vie et j’avais même voulu tout laisser tomber. Quand j’ai lu les paroles de Dieu, j’ai pu voir l’espoir de la vie et mon cœur a trouvé la paix. Même si mon mari m’avait trahi, je pouvais compter sur Dieu. Je n’étais pas seule. Dieu Tout-Puissant a dit, « Quand tu es las et que tu commences à ressentir quelque peu la sombre désolation de ce monde, ne sois pas perdu, ne pleure pas. Dieu Tout-Puissant, le Gardien, accueillera ton arrivée à tout moment. » J’étais disposée à compter sur Dieu parce que j’étais quelqu’un qui était blessée et je n’avais personne qui se souciait de moi. J’avais besoin de l’embrassade de Dieu. Je sentais que chaque jour était très douloureux et fatigant. Je ne voulais pas continuer de la sorte. Puisque Dieu comprend si bien l’humanité, Il pouvait certainement me conduire loin de cette douleur. Alors j’ai commencé à lire les paroles de Dieu avec Lin Ting. Nous avons communiqué les intentions de Dieu et avons appris à chanter des hymnes d’adoration à Dieu. Lin Ting m’a dit : « Lorsque tu traverses des moments difficiles, prie Dieu et lis Ses paroles. Dieu peut réconforter notre cœur blessé. » J’ai fait ce qu’elle m’a dit de faire. Quand j’ai vu les vidéoclips et vidéos des hymnes que les frères et sœurs de l’Église de Dieu Tout-Puissant ont tournés, j’ai commencé à me sentir plus heureuse dans mon cœur. J’ai senti que seule la famille de Dieu avait un amour authentique et qu’une joie authentique ne pouvait être trouvée qu’avec mes frères et sœurs. C’était particulièrement le cas lorsque j’ai vu la vidéo : « La joie dans la terre bénie de Canaan. » Mon cœur a bondi avec les frères et sœurs qui chantaient et dansaient. Mon cœur souffrant et déprimé s’est illuminé immédiatement et finalement un sourire à commencé à apparaître sur mon visage. Immédiatement, j’ai senti que c’était la famille que j’avais vraiment voulue. Par conséquent, j’ai joui d’une vie d’église avec mes frères et sœurs.

Par la suite j’ai lu davantage les paroles de Dieu : « La manière dont Satan profite des tendances sociales pour corrompre l’homme. Ces tendances sociales comprennent beaucoup de choses. Certaines personnes disent : “Serait-ce les vêtements que nous portons ? Serait-ce les dernières modes, les cosmétiques, la coiffure et la gastronomie ?” Serait-ce à propos de ces choses ? Cela fait partie des tendances, mais nous ne voulons pas en parler ici. Nous voulons seulement parler des idées que les tendances sociales apportent aux hommes, de la manière dont elles poussent les hommes à se conduire dans le monde, des objectifs de vie et des perspectives qu’ils suscitent chez les hommes. Celles-ci sont très importantes ; elles peuvent contrôler et influencer l’état d’esprit de l’homme. L’une après l’autre, toutes ces tendances apportent une mauvaise influence qui continuellement débauche l’homme, lui causant continuellement une perte de conscience, d’humanité et de raison qui dégrade de plus en plus sa moralité et son caractère, à tel point qu’on peut même dire que la majorité des hommes n’a plus d’intégrité, plus d’humanité, qu’elle n’a plus de conscience, encore moins de raison. […] La majorité des gens, cependant, à travers leur inconscience, seront infectés, assimilés et attirés par ce genre de tendance, jusqu’à ce qu’ils, inconsciemment et involontairement, l’acceptent et soient tous submergés et contrôlés par elle. Pour l’homme qui n’est pas sain de corps et d’esprit, qui ne sait jamais ce qu’est la vérité, qui ne peut faire la différence entre les choses positives et négatives, ce type de tendances, l’une après l’autre l’amène à les accepter de plein gré, la vision de la vie et les valeurs qui viennent de Satan. Ils acceptent ce que Satan leur dit sur la manière d’aborder la vie et la manière de vivre. Ils n’ont pas la force, ni la capacité, et encore moins la conscience de résister » (« Dieu Lui-même, l’Unique VI », dans La Parole apparaît dans la chair). Quand j’ai lu cette partie des paroles de Dieu, j’ai pensé à ce que mon mari m’avait dit : « C’est une pratique très courante. Ici, beaucoup de gens le font ! » Les pensées de mon mari ne sont-elles pas représentées dans la vérité révélée par les paroles de Dieu sur la manière dont les mauvaises tendances de la société, influencées par Satan, corrompent et assimilent les gens ? Avant que mon mari ne quitte le pays, il pouvait prendre soin de sa famille, de moi et de nos enfants. Mais en trois courtes années depuis qu’il a quitté la maison pour travailler, il a complètement suivi les tendances mauvaises de la société et a trahi sa propre famille. Puis j’ai réfléchi : Dans la société actuelle, être une maîtresse n’est pas une affaire honteuse. En fait, c’est quelque chose qui se produit assez fréquemment. Beaucoup d’hommes ont été blessés par la pensée empoisonnée qui est la suivante : « Le drapeau rouge de la maison ne tombe pas, les drapeaux colorés dehors flottent dans le vent. » Ils ont effrontément des relations extra-conjugales. Comme ils ne sont pas découragés par la honte, ils sont motivés par la gloire. Mon mari ne veut pas me divorcer, mais il ne veut pas non plus quitter cette femme. N’est-il pas contrôlé par ce genre de pensée et de perspective ? En lisant les paroles de Dieu, j’ai pu comprendre ceci : en fait, tout le monde est une victime. Tout le monde a été trompé par les mauvaises pensées de Satan. C’est pourquoi nous avons été corrompus au point où nous n’avons ni morale et ni honte. Qu’est-ce que les gens ont gagné s’ils accomplissent leurs propres désirs égoïstes ? Ont-ils réellement obtenu le bonheur ? Quant à mon mari et à cette femme, je ne pense pas qu’ils soient plus heureux que moi. De plus, nos enfants sont des victimes innocentes. N’est-ce pas que la misère que ma famille a rencontrée est le résultat de la corruption et du mal de Satan ? Quand je pense à moi-même, si je n’avais pas rencontré le salut de Dieu, j’aurais aussi été corrodée par les mauvaises tendances de la société. J’ai pensé que comme mon mari avait trouvé une autre femme, je pouvais aussi chercher d’autres hommes. Je ne suis pas une femme indésirable dans aucun sens. Je suis reconnaissante que Dieu m’ait sauvée au moment où j’étais sur le point d’être avalée par Satan. Il m’a permis de venir devant Lui et de recevoir Sa protection. Sinon, j’aurais été ruinée par la marée diabolique de cette société.

Plus tard, j’ai lu ces paroles de Dieu qui disaient : « Parce que l’essence de Dieu est sainte, cela signifie que ce n’est que par Dieu que tu peux emprunter le lumineux et droit chemin dans la vie ; c’est seulement par Dieu que tu peux connaitre le sens de la vie, seulement par Dieu que tu peux vivre une véritable humanité, détenir la vérité, connaître la vérité, et ce n’est que par Dieu que tu peux obtenir la vie à partir de la vérité. Seul Dieu Lui-même peut t’aider à t’éloigner du mal et te délivrer de la méchanceté et du contrôle de Satan. À l’exception de Dieu, rien ni personne ne peut te sauver de l’océan de souffrances pour que tu ne souffres plus : ceci est déterminé par l’essence de Dieu. Seul Dieu Lui-même te sauve si généreusement, seul Dieu est finalement garant de ton avenir, de ton destin et de ta vie et organise toutes choses pour toi. C’est quelque chose que rien de créé ou de non créé ne peut réaliser. Parce que rien de créé ou de non créé ne possède une essence de Dieu comme celle-ci, aucune personne ou chose n’a la capacité de te sauver ou de te diriger. C’est l’importance de l’essence de Dieu pour l’homme » (« Dieu Lui-même, l’Unique VI », dans La Parole apparaît dans la chair). À partir des paroles de Dieu, j’ai pu ressentir Son amour et Sa préoccupation pour l’humanité, et j’en suis aussi venue à comprendre que, en dépit de tous les types de tendances sociales que Satan utilise pour nous corrompre et nous faire du mal, Dieu n’a jamais renoncé à notre salut. En permanence et discrètement, Dieu nous protège et met en place toutes sortes de situations différentes, afin que nous puissions revenir devant Lui et accepter Son salut. En repensant au ressentiment et à la douleur dans lesquels je vivais après la trahison de mon mari, je savais que sans l’attention et la miséricorde de Dieu, sans le réconfort et l’encouragement de Ses paroles m’ayant permis de percer à jour les manigances et les stratagèmes trompeurs que Satan utilise pour corrompre les gens, et de voir clairement comment les tendances mauvaises de Satan nous empoisonnent, j’aurais alors continué à vivre, pour toujours, dans cet état de ressentiment et de douleur. Je n’aurais jamais été capable de m’en libérer. Je me serais même complètement détruite, simplement pour chasser la haine de mon cœur. À travers cette expérience, non seulement j’ai fait l’expérience de l’amour de Dieu, mais je suis aussi réellement parvenue à ressentir que Dieu seul peut sauver l’humanité de la corruption et du mal de Satan, et Dieu seul peut nous conduire sur le chemin de la lumière dans la vie. Merci Dieu Tout-Puissant de m’avoir sauvée de cet abyme de douleur !

De nos jours, alors que je continue à lire plus les paroles de Dieu, je comprends un peu de la vérité et je peux résoudre de nombreuses situations. Je ne hais plus ni mon mari ni cette femme. Ils sont libres de choisir le style de vie qu’ils veulent mener. Quant aux parents et amis, je suis capable de traiter avec eux dans la tranquillité. Je ne blâme plus mes parents parce que nous avons tous été corrompus par Satan et nous sommes tous ses victimes. Maintenant, j’assiste régulièrement aux réunions avec mes frères et sœurs. Nous lisons les paroles de Dieu, nous communiquons et partageons nos expériences individuelles. Nous profitons quotidiennement des paroles de Dieu. Dans notre cœur, nous avons de la paix, de la joie et notre vie est d’espoir. Merci Dieu Tout-Puissant de m’avoir conduit sur le bon chemin de la vie et de m’avoir donné une vraie famille. Ici, j’ai trouvé le vrai bonheur ! Je suis prête à suivre Dieu pour toujours !

Précédent: 36. Un éveil spirituel chrétien

Suivant: 38. Un mariage heureux commence par l’acceptation du salut de Dieu

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre