11. Qu’est-ce qu’avoir gagné la vie ? Qu’est-ce que n’avoir aucune vie ?

Paroles de Dieu concernées :

Quand les gens comprennent la vérité et vivent en en faisant leur vie, à quelle vie cela fait-il référence ? Cela fait référence à leur capacité de fonder leur façon de vivre sur les paroles de Dieu ; cela veut dire qu’ils ont une réelle connaissance des paroles de Dieu et une authentique compréhension de la vérité. Quand les gens possèdent en eux cette nouvelle vie, leur façon de vivre est établie sur un fondement de la parole de Dieu la vérité, et ils vivent à l’intérieur du royaume de la vérité. La vie des gens consiste à apprendre à connaître et à expérimenter la vérité et, avec cela comme fondement, à ne pas dépasser ce cadre ; voilà la vie à laquelle il est fait référence quand on parle de gagner la vie-vérité. Pour que tu vives en faisant de la vérité ta vie, il n’est pas vrai que la vie de vérité est à l’intérieur de toi, et il n’est pas vrai non plus que, si tu possèdes la vérité comme ta vie, tu deviens la vérité et ta vie intérieure devient la vie de vérité ; a fortiori, on ne peut pas dire que tu sois la vie-vérité. Au bout du compte, ta vie reste celle d’un humain. C’est juste qu’un humain peut vivre selon les paroles de Dieu, posséder la connaissance de la vérité et la comprendre en profondeur ; cette compréhension ne peut t’être retirée. Tu expérimentes et comprends pleinement ces choses, avec le sentiment qu’elles sont si bonnes et si précieuses, et tu en viens à les accepter comme le fondement de ta vie ; en plus, tu vis en dépendant de ces choses, et personne ne peut changer cela : il s’agit alors de ta vie. Autrement dit, ta vie ne contient que ces choses-là – compréhension, expérience et aperçus de la vérité –, et peu importe ce que tu fais, tu fonderas ta façon de vivre sur elles et tu ne sortiras pas de ce cadre ni ne franchiras ces limites ; voilà précisément le genre de vie que tu auras. L’objectif final de l’œuvre de Dieu est que les gens aient ce genre de vie.

Extrait de « Sais-tu ce qu’est réellement la vérité ? », dans Récits des entretiens de Christ

Soutenir les paroles de Dieu et être capable de les expliquer ouvertement ne signifie pas que tu possèdes la réalité ; les choses ne sont pas aussi simples que tu l’imagines. Que tu sois en possession de la réalité ou non, cela ne repose pas sur ce que tu dis, mais plutôt sur ce que tu vis. Ce n’est que lorsque les paroles de Dieu deviennent ta vie et ton expression naturelle qu’on peut dire que tu as la réalité et, alors seulement, tu peux être considéré comme ayant gagné une vraie compréhension et une stature réelle. Tu dois être à même d’endurer d’être examiné sur de longues périodes et tu dois être capable de vivre la ressemblance qui est requise par Dieu. Ce ne doit pas être une simple posture ; cela doit couler naturellement de toi. Ce n’est qu’alors que tu auras véritablement la réalité et que tu auras gagné la vie. Permets-Moi de prendre l’exemple de l’épreuve des exécutants, que tout le monde connaît bien : tout le monde peut proposer les théories les plus élevées concernant les exécutants et chacun a une compréhension correcte de cette question. Les hommes en parlent et chaque discours surpasse le précédent, comme si c’était une compétition. Cependant, si l’homme n’a pas été soumis à une épreuve majeure, alors il est très difficile de dire qu’il a un bon témoignage à rendre. En bref, la vie de l’homme souffre encore de nombreuses lacunes, ce qui va tout à fait à l’encontre de sa compréhension. Par conséquent, cela n’est pas encore devenu la stature réelle de l’homme, et ce n’est pas encore la vie de l’homme. Parce que la compréhension de l’homme n’a pas été mise dans la réalité, sa stature est toujours comme un château construit sur le sable, chancelant et au bord de l’effondrement. L’homme a bien trop peu de réalité ; il est presque impossible de trouver une quelconque réalité chez l’homme. Il y a trop peu de réalité qui découle naturellement de l’homme, et toute la réalité qu’il vit a été forcée. C’est la raison pour laquelle Je dis que l’homme ne possède pas de réalité. Même si les gens prétendent que leur amour pour Dieu ne change jamais, ce n’est que ce qu’ils disent avant qu’ils ne soient confrontés à des épreuves. Lorsqu’un jour, ils seront soudainement confrontés à des épreuves, les choses dont ils parlent seront une fois de plus en décalage avec la réalité, et cela prouvera une fois de plus que l’homme ne possède aucune réalité. On peut dire que chaque fois que tu rencontres des choses qui ne correspondent pas à tes notions et qui requièrent que tu t’effaces, ces choses sont tes épreuves. Avant que la volonté de Dieu ne soit révélée, chacun traverse un test rigoureux et une épreuve immense. Peux-tu appréhender cela ? Quand Dieu veut éprouver les hommes, Il les laisse toujours faire leurs choix avant que la vérité des faits ne soit révélée. Cela signifie que lorsque Dieu soumet l’homme aux épreuves, Il ne te dira jamais la vérité ; c’est ainsi que les hommes sont exposés. C’est un moyen par lequel Dieu accomplit Son œuvre, pour voir si tu connais le Dieu d’aujourd’hui et si tu possèdes une réalité.

Extrait de « Seule la mise en pratique de la vérité constitue la possession de la réalité », dans La Parole apparaît dans la chair

L’homme fait l’expérience de l’œuvre de Dieu, apprend à se connaître, se purifie de son tempérament corrompu et cherche à grandir dans la vie afin de connaître Dieu. Si tu ne cherches qu’à te connaître toi-même et à traiter ton propre tempérament corrompu, mais n’as aucune connaissance de l’œuvre que Dieu accomplit en l’homme, de la grandeur de Son salut, ou de la façon dont tu expérimentes l’œuvre de Dieu et témoignes de Ses actes, alors ton expérience est absurde. Si tu penses que pouvoir mettre la vérité en pratique et avoir de l’endurance signifie que l’homme a grandi dans la vie, cela signifie que tu ne comprends toujours pas le vrai sens de la vie ou le but de Dieu quand Il perfectionne l’homme. Un jour, quand tu seras dans les églises religieuses parmi les membres de l’Église de la Repentance ou de l’Église de la Vie, tu rencontreras un grand nombre de gens pieux dont les prières contiennent des « visions » et qui, dans leur quête de la vie, se sentent inspirés et ont des paroles pour les guider. En outre, ils ont de l’endurance face à plusieurs problèmes, ils sont capables de renoncer à eux-mêmes et ne sont pas conduits par la chair. À ce moment-là, tu ne pourras pas faire la différence : tu croiras que tout ce qu’ils font est bien, est l’expression naturelle de la vie, et que c’est vraiment dommage que le nom auquel ils croient ne soit pas le bon. De telles croyances ne sont-elles pas stupides ? Pourquoi dit-on que beaucoup de gens n’ont pas de vie ? Parce qu’ils ne connaissent pas Dieu, et donc on dit qu’ils n’ont aucun Dieu dans leur cœur ni aucune vie. Si ta foi en Dieu a grandi au point où tu es capable de connaître en profondeur les actes de Dieu, la réalité de Dieu et toutes les étapes de l’œuvre de Dieu, alors tu possèdes la vérité.

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu peuvent rendre témoignage à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Si les gens ont une compréhension authentique du tempérament de Dieu et qu’ils peuvent louer sincèrement Sa sainteté et Sa justice, cela veut alors dire qu’ils Le connaissent vraiment et possèdent la vérité, et c’est alors seulement qu’ils vivent dans la lumière. C’est seulement lorsque la perspective d’une personne sur le monde et sur la vie change que l’on connaît une transformation fondamentale. Quand quelqu’un a un but dans la vie et se comporte selon la vérité, quand il se soumet à Dieu absolument et vit par Ses paroles, quand il se sent en paix et illuminé au plus profond de son âme, quand son cœur est dénué d’obscurité, et quand il peut vivre entièrement libre et sans retenue en présence de Dieu, alors seulement il mène une vie humaine authentique et alors seulement il devient une personne qui possède la vérité. En plus, toutes les vérités en votre possession viennent des paroles de Dieu et de Dieu Lui-même. Le Souverain de l’univers entier et de toutes choses, Dieu Très-Haut, t’approuve comme une vraie personne qui vit une vraie vie humaine. Qu’est-ce qui pourrait avoir plus de sens que l’approbation de Dieu ? Voilà ce que cela veut dire être en possession de la vérité.

Extrait de « Comment connaître la nature de l’homme », dans Récits des entretiens de Christ

Quelles sont les manifestations de celui à qui la vérité et la vie font défaut ? Sans la vérité, les gens seront naturellement soumis aux contraintes et aux liens de leur nature satanique ; ils révèleront naturellement un tempérament qui est arrogant et prétentieux, égoïste et méprisant, irréfléchi et autocratique. Ils seront enclins à se vanter, à être malhonnêtes et traitres, méfiants vis-à-vis des autres et enclins à attaquer et à juger les autres ; ils jaugeront toujours les gens à travers leurs préjugés et leurs motivations. Ils compteront toujours sur leurs propres préférences dans leurs paroles et leurs actions et, quand ils connaîtront des revers ou des échecs, deviendront négatifs. Ils seront parfois prodigieusement arrogants et il leur arrivera d’être tellement négatifs qu’ils disparaîtront pratiquement sous terre. Ils poussent les choses à l’extrême et ne sont jamais normaux. Quand ils ne montrent pas les dents, ils prennent un air pitoyable. Voici le genre d’état dans lequel vous vous trouvez actuellement : vous êtes prêts à souffrir et à payer un prix, votre résolution et votre détermination sont totales, mais vous ne possédez pas encore la réalité de vérité. Comment s’expriment les personnes qui possèdent la réalité de vérité pour guider leur vie ? Je vais vous donner quelques indications majeures. Quand des personnes possèdent la réalité de vérité, elles ont d’une part compris une partie de la vérité, et ont d’autre part commencé à manifester quelques changements de tempérament. Les changements de tempérament ont quelques caractéristiques. L’une d’elles est d’être capable d’accepter la vérité et de se soumettre à ce qui est juste et conforme à la vérité. Peu importe qui te donne des suggestions – que cette personne soit jeune ou âgée, qu’il y ait une bonne entente ou des rancœurs entre vous – tant que ce que cette personne dit est correct, conforme à la vérité et bénéfique à l’œuvre de la maison de Dieu, alors tu peux l’entendre et l’accepter et ne pas être touché par un quelconque autre facteur. Voilà la première caractéristique. Une autre caractéristique est d’être capable de chercher la vérité chaque fois que tu rencontres un problème. Par exemple, si tu rencontres un problème nouveau que personne ne comprend totalement, tu peux chercher la vérité, voir ce que tu devrais faire pour rendre cette affaire conforme aux principes de la vérité et répondre aux exigences de Dieu. Une autre caractéristique est l’acquisition de la capacité d’être attentif à la volonté de Dieu. La façon dont tu devrais être attentif à Sa volonté dépend du devoir que tu accomplis et des exigences que Dieu a envers toi en ce qui concerne ton devoir. Être capable de le mener à bien, conformément à ce que Dieu exige, agir dans le but de satisfaire Dieu, et agir avec responsabilité et fidélité, tout cela, ce sont des moyens d’être attentif à la volonté de Dieu. Si tu ne sais pas comment être attentif à la volonté de Dieu dans ce que tu es en train de faire, tu dois rechercher quelque peu afin d’accomplir cela et de Le satisfaire. Si tu peux mettre ces trois principes en pratique, évaluer la manière dont tu vis effectivement selon eux et trouver un chemin de pratique, alors tu règleras les problèmes d’une manière fondée sur des principes. Peu importe ce que tu rencontres et peu importe les problèmes que tu as à traiter, tu dois toujours rechercher quels sont les principes selon lesquels tu devrais pratiquer, quels détails ceux-ci incluent et comment ils devraient être pratiqués, de sorte que tu n’enfreignes pas les principes. Une fois que tu auras une compréhension claire de ces choses-là, tu seras naturellement capable de pratiquer la vérité.

Extrait de « Seule la pratique de la vérité peut rejeter les liens d’un tempérament corrompu », dans Récits des entretiens de Christ

Une fois que la vérité est devenue ta vie, si quelqu’un blasphème contre Dieu, n’a pas de révérence pour Lui, est superficiel et n’accomplit son devoir que de façon mécanique ou provoque des interruptions et des dérangements dans le travail de la maison de Dieu, alors, en voyant cela, tu pourras aborder la chose conformément aux principes de la vérité en discernant ce qui doit être discerné et en exposant ce qui doit être exposé. Si la vérité n’est pas devenue ta vie et que tu vis encore dans ton tempérament satanique, alors quand tu rencontreras des gens méchants et des démons qui provoquent des interruptions et des perturbations dans le travail de la maison de Dieu, tu fermeras les yeux et tu feras la sourde oreille ; tu les ignoreras sans que ta conscience te le reproche. Tu iras jusqu’à penser que celui qui provoque des perturbations dans le travail de la maison de Dieu n’a rien à voir avec toi. Quel que soit le préjudice causé à l’œuvre de Dieu et aux intérêts de Sa maison, tu ne subiras aucun reproche de la part de ta conscience, ce qui signifie que tu seras quelqu’un qui vit selon son tempérament satanique. Satan te contrôle et te fait vivre comme quelque chose de ni tout à fait humain, ni tout à fait démon. Tu manges ce qui est à Dieu, bois ce qui est à Dieu et profites de tout ce qui vient de Lui, pourtant, quand le travail de la maison de Dieu souffre d’un quelconque préjudice, tu te dis que cela n’a rien à voir avec toi et quand tu vois que cela arrive, tu vas jusqu’à « te tordre le coude vers l’extérieur »[a] et ne pas prendre le parti de Dieu ni soutenir Son œuvre ou défendre les intérêts de Sa maison. Cela signifie que Satan a un pouvoir sur toi, non ? De telles personnes vivent-elles comme des êtres humains ? Manifestement, ce sont des démons, pas des humains ! Cependant, quand la vérité exerce une influence dans ton cœur et qu’elle est devenue ta vie, alors, quand tu vois émerger quelque chose de passif, de négatif ou de malfaisant, la réaction, dans ton cœur, est complètement différente. D’abord, tu te fais des reproches et éprouves un sentiment de malaise, immédiatement suivi par cette impression : « Je ne peux pas rester là et fermer les yeux. Je dois me lever et prendre la parole, je dois me lever et prendre mes responsabilités. » Tu peux alors te lever et mettre un terme à ces actes malfaisants en les dénonçant, en t’efforçant de sauvegarder les intérêts de la maison de Dieu et d’empêcher que Son œuvre soit perturbée. Non seulement tu auras ce courage et cette détermination et seras capable de comprendre complètement la question, mais tu assumeras aussi la responsabilité que tu dois endosser pour l’œuvre de Dieu et pour les intérêts de Sa maison, et ton devoir sera ainsi rempli. Comment sera-t-il rempli ? Il le sera grâce à la vérité produisant son effet sur toi et devenant ta vie. De cette façon, une fois que ton devoir sera rempli, tu ne demanderas pas si Dieu peut t’accorder une récompense, s’Il a vu tes actions ou s’Il les accepte. Au lieu de cela, tu croiras tout simplement que c’est la responsabilité qui t’incombait. Ne vivrais-tu pas ainsi avec conscience, raison, humanité, intégrité et dignité ? Tes actes et ton comportement seraient la « crainte de Dieu et [l’]éloignement du mal » dont Il parle. Tu accomplirais l’essence de ces paroles et vivrais leur réalité. Quand la vérité devient la vie d’une personne, celle-ci est alors capable de vivre cette réalité. Mais si tu n’es pas encore entré dans cette réalité, alors, quand tu fais preuve de malhonnêteté, de mensonge ou de dissimulation ou quand tu vois des gens méchants en action ou des forces maléfiques perturber et interrompre l’œuvre de Dieu, tu ne ressens rien et ne perçois rien. Même si ces choses se produisent sous ton nez, tu restes capable de rire et arrives encore à manger et à dormir avec la conscience tranquille, et tu ne te fais pas le moindre reproche. De ces deux vies que vous pouvez mener, laquelle choisissez-vous ? Quelle vie ressemble véritablement à celle d’un humain et vous fait vivre la réalité des choses positives, et quelle vie est une vie maléfique et diabolique ? La réponse va de soi. Quand la vérité n’est pas devenue la réalité ou la vie des gens, alors ce qu’ils vivent est assez désolant et affligeant et ils ne sont pas responsables de leur propre vie. Parce que la vérité n’est pas devenue la vie à l’intérieur d’eux, ce qu’ils font n’est pas sous leur propre contrôle et, même s’ils s’en attristent peut-être un peu, ce sentiment disparaît bien vite et ils n’éprouvent aucun remords. Voilà combien la différence est grande entre ces deux sortes de vie.

Extrait de « Seuls ceux qui pratiquent la vérité craignent Dieu », dans Récits des entretiens de Christ

Si quelqu’un est capable de satisfaire Dieu en accomplissant son devoir, que ses paroles et ses actions reposent sur des principes et qu’il peut entrer dans la réalité-vérité dans tous les aspects de la vérité, alors cet homme est rendu parfait par Dieu. On peut dire que l’œuvre et les paroles de Dieu sont complètement efficaces chez un tel homme, que les paroles de Dieu deviennent sa vie, qu’il obtient la vérité et qu’il peut vivre selon les paroles de Dieu. Après cela, la nature de sa chair, c’est-à-dire le fondement de son existence originelle, sera ébranlée et s’effondrera. Lorsque les paroles de Dieu sont devenues la vie de quelqu’un, celui-ci devient un homme nouveau. Si les paroles de Dieu sont devenues sa vie, que la vision de l’œuvre de Dieu, Ses exigences pour L’humanité, Sa révélation aux hommes et les normes pour une vraie vie que Dieu exige que l’homme atteigne sont devenues sa vie, s’il a vécu selon ces paroles et ces vérités, alors c’est un homme rendu parfait par les paroles de Dieu. Il a expérimenté la nouvelle naissance et est devenu un homme nouveau à travers les paroles de Dieu. C’est la voie que Pierre suivit pour chercher la vérité ; c’était la voie pour être rendu parfait, pour être amené à la perfection par les paroles de Dieu et pour gagner la vie dans les paroles de Dieu. La vérité exprimée par Dieu est devenue sa vie et ce n’est qu’alors qu’il est devenu un homme qui a obtenu la vérité.

Extrait de « Comment suivre la voie de Pierre », dans Récits des entretiens de Christ

Les gens parlent souvent de laisser Dieu être leur vie, mais ils n’ont pas encore expérimenté jusqu’à ce point. Tu ne fais que professer que Dieu est ta vie, qu’Il te guide tous les jours, que tu manges et bois Ses paroles chaque jour, et tu Le pries chaque jour, Il est ainsi devenu ta vie. La connaissance de ceux qui disent cela est très superficielle. Beaucoup de gens n’ont pas de fondation. Les paroles de Dieu ont été semées en eux, mais elles n’ont pas encore germé, encore moins ont-elles produit des fruits. Aujourd’hui, jusqu’à quel point as-tu expérimenté ? Seulement maintenant, après que Dieu t’a forcé à venir jusqu’ici, tu sens que tu ne peux pas laisser Dieu. Un jour, lorsque ton expérience aura atteint un certain point, si Dieu te demande de Le laisser, tu ne le pourrais pas. Tu sentiras toujours que tu ne peux pas vivre sans Dieu en toi ; tu peux vivre sans mari, femme ou enfants, sans famille, sans une mère ou un père, sans les jouissances de la chair, mais tu ne peux pas vivre sans Dieu. Être sans Dieu serait comme perdre ta vie, tu ne serais pas capable de vivre sans Dieu. Lorsque tu auras expérimenté à ce point, tu auras atteint la cible dans ta foi en Dieu, et de cette façon, Dieu sera devenu ta vie, Il sera devenu le fondement de ton existence. Tu ne pourras plus jamais laisser Dieu. Lorsque tu auras expérimenté à ce point, tu auras vraiment joui de l’amour de Dieu, et lorsque ta relation avec Dieu sera devenue suffisamment proche, Il sera ta vie, ton amour, et à ce moment-là, tu prieras Dieu et tu diras : « Oh, Dieu ! Je ne peux pas Te laisser. Tu es ma vie. Je peux vivre sans tout le reste, mais sans Toi, je ne peux pas continuer à vivre. » C’est la vraie stature des gens ; c’est la vie réelle. Certains ont été forcés d’en arriver au point où ils en sont aujourd’hui : ils doivent continuer, qu’ils le veuillent ou non, et ils ont toujours l’impression de vivre entre le marteau et l’enclume. Tu dois expérimenter au point que Dieu soit ta vie, que si Dieu était retiré de ton cœur, ce serait comme perdre ta vie. Dieu doit être ta vie et tu dois être incapable de Le laisser. De cette façon, tu auras fait l’expérience de Dieu et, à ce moment-là, quand tu aimeras Dieu, tu aimeras vraiment Dieu, et ton amour sera pur et singulier. Un jour quand tes expériences seront telles que ta vie aura atteint un certain point, quand tu prieras Dieu et mangeras et boiras les paroles de Dieu, tu seras incapable de quitter Dieu, et tu seras incapable de L’oublier, même si tu le voulais. Dieu sera devenu ta vie. Tu peux oublier le monde, tu peux oublier ta femme, ton mari ou tes enfants, mais tu auras du mal à oublier Dieu, l’oublier serait impossible ; telle est ta vraie vie, tel est ton véritable amour pour Dieu. Lorsque l’amour des gens pour Dieu a atteint un certain point, rien d’autre n’égale leur amour pour Dieu ; leur amour pour Dieu passe en premier. De cette façon, vous pouvez renoncer à tout le reste et vous êtes prêts à accepter tout le traitement et l’émondage de Dieu. Lorsque tu auras atteint un amour de Dieu qui surpasse toute autre chose, tu vivras dans la réalité et dans l’amour de Dieu.

Extrait de « Ceux qui aiment Dieu vivront éternellement dans Sa lumière », dans La Parole apparaît dans la chair

Notes de bas de page :

a. « Se tordre le coude vers l’extérieur » est une expression idiomatique chinoise qui signifie qu’une personne aide les autres au détriment de ses proches, par exemple ses parents, ses enfants, ses frères et sœurs ou d’autres membres de sa famille.

Précédent: 10. Que comprennent l’hérésie et les idées fausses ? Comment identifier les diverses hérésies et idées fausses ?

Suivant: 12. Comment discerner le bon grain de l’ivraie ?

Contenu connexe

3. Pourquoi chaque nouvelle étape de l’œuvre de Dieu rencontre le défi et la condamnation téméraires du monde religieux et ce qu’en est la cause principale

« Jésus se mit ensuite à leur parler en paraboles. Un homme planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, creusa un pressoir, et bâtit une tour ; puis il l’afferma à des vignerons, et quitta le pays. Au temps de la récolte, il envoya un serviteur vers les vignerons, pour recevoir d’eux une part du produit de la vigne. S’étant saisis de lui, ils le battirent, et le renvoyèrent à vide. Il envoya de nouveau vers eux un autre serviteur ; ils le frappèrent à la tête, et l’outragèrent. Il en envoya un troisième, qu’ils tuèrent ; puis plusieurs autres, qu’ils battirent ou tuèrent. Il avait encore un fils bien-aimé ; il l’envoya vers eux le dernier, en disant : Ils auront du respect pour mon fils. Mais ces vignerons dirent entre eux : Voici l’héritier ; venez, tuons-le, et l’héritage sera à nous. Et ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne. Maintenant, que fera le maître de la vigne ? Il viendra, fera périr les vignerons, et il donnera la vigne à d’autres » (Marc 12:1-9).

2. Le rapport entre chaque étape de l’œuvre de Dieu et Son nom

« Dieu dit encore à Moïse : Tu parleras ainsi aux enfants d’Israël : L’Éternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, m’envoie vers vous. Voilà mon nom pour l’éternité, voilà mon nom de génération en génération » (Exode 3:15).

2. Les différences entre l’œuvre de Dieu incarné et l’œuvre de l’Esprit

Descends, fais au peuple la défense expresse de se précipiter vers l’Éternel, pour regarder, de peur qu’un grand nombre d’entre eux ne périssent » (Exode 19:20-21). « Tout le peuple entendait les tonnerres et le son de la trompette ; il voyait les flammes de la montagne fumante. A ce spectacle, le peuple tremblait, et se tenait dans l’éloignement. Ils dirent à Moïse: Parle-nous toi-même, et nous écouterons ; mais que Dieu ne nous parle point, de peur que nous ne mourions » (Exode 20:18-19). « Et une voix vint du ciel: Je l’ai glorifié, et je le glorifierai encore. La foule qui était là, et qui avait entendu, disait que c’était un tonnerre. D’autres disaient: Un ange lui a parlé » (Jean 12 :28-29).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre