7. Qu’est-ce que suivre Dieu ? Qu’est-ce que suivre l’homme ?

Paroles de Dieu concernées :

Ce qu’il y a de plus important à suivre Dieu, c’est que tout doit se faire selon les paroles de Dieu aujourd’hui : que vous soyez en train de chercher à entrer dans la vie ou à satisfaire la volonté de Dieu, tout devrait être centré sur les paroles de Dieu aujourd’hui. Si ce que tu communies et poursuis n’est pas centré sur les paroles de Dieu aujourd’hui, alors tu ignores les paroles de Dieu et tu es totalement privé de l’œuvre du Saint-Esprit. Ce que Dieu veut, c’est des gens qui suivent Ses pas. Peu importe l’éclat et la pureté de ce que tu as compris avant, Dieu ne le veut pas, et si tu ne peux pas te séparer de telles choses, alors elles constitueront un sérieux obstacle pour ton entrée dans l’avenir. Tous ceux qui sont capables de suivre la lumière actuelle du Saint-Esprit sont bénis. Les gens des temps passés ont aussi suivi les pas de Dieu, mais ils ne pouvaient pas suivre jusqu’à ce jour ; c’est la bénédiction des gens des derniers jours. Ceux qui peuvent suivre l’œuvre actuelle du Saint-Esprit et qui sont capables de suivre les pas de Dieu, de sorte qu’ils suivent Dieu partout où Il les conduit, sont des gens qui sont bénis de Dieu. Ceux qui ne suivent pas l’œuvre actuelle du Saint-Esprit n’ont pas fait leur entrée dans l’œuvre des paroles de Dieu, et peu importe l’immensité de leur travail ou de leur souffrance, ou à quel point ils s’affairent, rien de cela n’a de sens aux yeux de Dieu et Il ne les louera pas. Aujourd’hui, tous ceux qui suivent les paroles actuelles de Dieu sont dans le courant du Saint-Esprit ; ceux qui ignorent les paroles de Dieu aujourd’hui sont en dehors du courant du Saint-Esprit, et de telles personnes ne sont pas louées par Dieu.

Extrait de « Connaître la plus nouvelle œuvre de Dieu et suivre Ses pas », dans La Parole apparaît dans la chair

Sais-tu ce que signifie suivre Dieu ? Sans visions, quel chemin emprunterais-tu ? Dans l’œuvre d’aujourd’hui, si tu n’as pas de visions, tu ne pourras pas du tout être rendu complet. En qui crois-tu ? Pourquoi crois-tu en Lui ? Pourquoi Le suis-tu ? Vois-tu ta foi comme une sorte de jeu ? Traites-tu ta vie comme une sorte de jouet ? Le Dieu d’aujourd’hui est la plus grande vision. Le connais-tu bien ? L’as-tu bien vu ? Tu as vu le Dieu d’aujourd’hui, mais le fondement de ta croyance en Dieu est-il solide ? Penses-tu atteindre le salut tant que tu suivras d’une manière aussi confuse ? Penses-tu que tu puisses attraper un poisson dans de l’eau boueuse ? Est-ce aussi simple que cela ? À combien de notions concernant ce qu’a dit Dieu aujourd’hui as-tu renoncé ? As-tu une vision du Dieu d’aujourd’hui ? Où se trouve ta compréhension du Dieu d’aujourd’hui ? Tu crois toujours que tu peux L’obtenir[a] en Le suivant ou en Le voyant, et que personne ne pourra se défaire de toi. Ne pense pas que suivre Dieu soit si facile. La clé, c’est que tu dois Le connaître, tu dois connaître Son œuvre et tu dois avoir la volonté de supporter des difficultés pour Lui, de sacrifier ta vie pour Lui et d’être amené à la perfection par Lui. Telle est la vision que tu devrais avoir. Cela n’ira pas si tu penses toujours à profiter de la grâce. Ne suppose pas que Dieu n’est là que pour la jouissance des gens ou pour leur accorder la grâce. Tu aurais tort ! Si l’on ne peut pas risquer sa vie pour Le suivre ni abandonner toute possession mondaine pour suivre, alors on ne pourra absolument pas Le suivre jusqu’à la fin ! Les visions doivent te servir de base. Si tu connais un jour une tragédie, que devras-tu faire ? Seras-tu toujours en mesure de Le suivre ? N’affirme pas avec légèreté que tu pourras suivre jusqu’à la fin. Tu ferais mieux d’ouvrir grand tes yeux d’abord pour voir ce qu’est le moment présent. Bien que vous soyez peut-être maintenant comme des piliers du temple, un jour viendra où tous ces piliers seront rongés par des vers, ce qui provoquera l’effondrement du temple, parce qu’aujourd’hui, il vous manque un grand nombre de visions. Vous ne prêtez attention qu’à vos petits mondes, et vous ne savez pas quelle est la manière la plus fiable, la plus appropriée de chercher. Vous ne tenez pas compte de la vision de l’œuvre d’aujourd’hui et ces choses ne vous tiennent pas à cœur. Avez-vous envisagé qu’un jour, votre Dieu vous mettrait dans un endroit qui vous serait très peu familier ? Pouvez-vous imaginer ce qu’il adviendrait de vous si, un jour, Je vous prenais tout ? Votre énergie ce jour-là serait-elle la même que maintenant ? Votre foi réapparaîtrait-elle ? Lorsque vous suivez Dieu, vous devez connaître la très grande vision qu’Il représente. C’est absolument capital.

Extrait de « Vous devez comprendre l’œuvre ; ne suivez pas dans la confusion ! », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand ils n’ont pas de problèmes, quand tout va bien pour eux, la plupart des gens ont le sentiment que Dieu est puissant, juste et beau. Quand Dieu les met à l’épreuve, les traite, les châtie et les discipline, quand Il leur demande de mettre de côté leurs propres intérêts, de tourner le dos à la chair et de pratiquer la vérité, quand Dieu œuvre sur eux et qu’Il orchestre et gouverne leur destin et leur vie, ils deviennent rebelles et créent un éloignement entre Dieu et eux ; ils créent un conflit et un gouffre entre Dieu et eux. Dans ces moments-là, dans leur cœur, Dieu n’est pas beau du tout ; Il n’est absolument pas puissant, car ce qu’Il fait ne répond pas à leurs souhaits. Dieu les rend tristes ; Il les attriste ; Il leur apporte de la douleur et de la souffrance ; Il les déstabilise. Ils ne se soumettent donc pas du tout à Dieu, mais se rebellent contre Lui et L’évitent. Pratiquent-ils la vérité en faisant cela ? Suivent-ils la voie de Dieu ? Suivent-ils Dieu ? Non. Donc, indépendamment du nombre de notions et d’imaginations que tu as à propos de l’œuvre de Dieu et indépendamment de la façon dont, précédemment, tu as agi selon ta propre volonté et dont tu t’es rebellé contre Dieu, si tu poursuis vraiment la vérité, acceptes le jugement et le châtiment des paroles de Dieu et acceptes d’être émondé et traité par les paroles de Dieu et si, dans tout ce qu’Il orchestre, tu es capable de suivre la voie de Dieu, d’obéir aux paroles de Dieu, de rechercher Sa volonté, de pratiquer conformément à Ses paroles et à Sa volonté, de chercher à te soumettre et de mettre complètement de côté ta propre volonté, tes désirs, tes considérations, tes motivations et ton antagonisme à l’égard de Dieu, alors seulement tu suis Dieu ! Tu dis que tu suis Dieu, mais tout ce que tu fais, tu le fais selon ta propre volonté. Dans tout ce que tu fais, tu as tes propres objectifs, tes propres plans ; tu ne t’en remets pas à Dieu. Dieu est-Il alors encore ton Dieu ? Si Dieu n’est pas ton Dieu, alors, quand tu dis que tu suis Dieu, ne s’agit-il pas de paroles vides de sens ? Ces paroles ne sont-elles pas une tentative pour tromper les gens ? Tu dis que tu suis Dieu, mais toutes tes actions et tous tes comportements, ton point de vue sur la vie, tes valeurs, ainsi que l’attitude et les principes avec lesquels tu abordes et traites les choses viennent de Satan : tu t’occupes de tout cela en parfait accord avec les principes et la logique de Satan. Alors, es-tu quelqu’un qui suit Dieu ?

[…] La façon la plus simple de décrire la croyance en Dieu, c’est de croire qu’il y a un Dieu et, sur cette base, de Le suivre, de Lui obéir, d’accepter Sa domination, Ses orchestrations et Ses arrangements, d’écouter Ses paroles, de vivre conformément à Ses paroles, de tout faire selon Ses paroles, d’être un véritable être créé, de Le craindre et d’éviter le mal ; c’est seulement cela la véritable croyance en Dieu. Voilà ce que signifie suivre Dieu. Tu dis que tu suis Dieu, mais, dans ton cœur, tu n’acceptes pas les paroles de Dieu et tu n’acceptes pas Sa domination, Ses orchestrations et Ses arrangements. Si tu as sans cesse des notions de ce que Dieu fait, que tu comprends toujours mal ce qu’Il fait, que tu te plains à ce sujet, que tu es constamment insatisfait, que tu évalues et abordes toujours ce qu’Il fait en utilisant tes propres notions et imaginations et que tu as toujours tes propres compréhensions, cela te causera des ennuis. Tu ne fais pas l’expérience de l’œuvre de Dieu et tu n’as aucun moyen de Le suivre vraiment. Telle n’est pas la croyance en Dieu.

Extrait de « La croyance en la religion ne conduira jamais au salut », dans Récits des entretiens de Christ

Pierre suivit Jésus pendant un certain nombre d’années et vit beaucoup de choses en Lui que les autres n’avaient pas. Après L’avoir suivi pendant un an, Pierre fut choisi par Jésus parmi les douze disciples. (Bien sûr, Jésus n’en parla pas et les autres n’en avaient pas conscience du tout.) Dans la vie, Pierre se mesurait en fonction de tout ce que Jésus faisait. Plus spécialement, les messages que Jésus prêchait étaient gravés dans son cœur. Il était entièrement consacré à Jésus et loyal envers Lui et il ne se plaignait jamais de Lui. Par conséquent, il devint le fidèle compagnon de Jésus partout où Il allait. Pierre observait les enseignements de Jésus, Ses douces paroles, ce qu’Il mangeait, portait, ce qui Lui servait d’abri et la manière dont Il voyageait. Il suivit l’exemple de Jésus à tout égard. Il n’était jamais suffisant, mais il rejetait tout ce qui était dépassé, suivant l’exemple de Jésus aussi bien en paroles et qu’en actes. C’est alors que Pierre sentit que le ciel et la terre et toutes les choses étaient dans les mains du Tout-Puissant et que, pour cette raison, il n’avait pas son propre choix. Pierre intégrait aussi tout ce que Jésus était et s’en servait d’exemple. La vie de Jésus montrait qu’Il n’était pas suffisant dans ce qu’Il faisait ; au lieu de Se vanter, Il touchait les gens avec amour. Diverses choses montraient ce que Jésus était et, pour cette raison, Pierre imitait tout de Lui.

Extrait de Sur la vie de Pierre des « Interprétations des mystères des paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

1. L’homme ne doit pas se magnifier ni s’exalter. Il doit adorer et exalter Dieu.

[…]

8. Les gens qui croient en Dieu doivent obéir à Dieu et L’adorer. N’exalte pas, n’admire pas qui que ce soit ; ne donne pas la première place à Dieu, la deuxième aux personnes que tu admires et la troisième à toi-même. Personne ne doit occuper une place dans ton cœur, et tu ne dois pas considérer les gens – en particulier ceux que tu vénères – comme étant à égalité avec Dieu ou comme s’ils étaient Ses égaux. C’est intolérable pour Dieu.

Extrait de « Les dix décrets administratifs qui doivent être respectés par les élus de Dieu à l’ère du Règne », dans La Parole apparaît dans la chair

Certains hommes ne se réjouissent pas de la vérité, beaucoup moins, du jugement. Au lieu de cela, ils se réjouissent du pouvoir et des richesses ; de tels hommes recherchent le pouvoir. Ils ne recherchent que ces confessions dans le monde, qui ont de l’influence, et que ces pasteurs et enseignants qui sortent des séminaires. Bien qu’ils aient accepté la voie de la vérité, ils ne sont qu’à moitié croyants ; ils sont incapables de donner tout leurs cœurs et leurs esprits, leurs bouches parlent de se dépenser pour Dieu, mais leurs yeux sont rivés sur les grands pasteurs et enseignants, et ils n’accordent pas à Christ un second regard. Ils ne rêvent que de célébrité, de fortune et de gloire. Ils pensent qu'il est inconcevable qu’une personne aussi petite puisse conquérir autant de personnes, que quelqu’un de si ordinaire puisse perfectionner les hommes. Ils pensent qu’il est impossible que ces nullités dans la poussière et le fumier soient les élus de Dieu. Ils croient que si ces hommes étaient les objets du salut de Dieu, alors le ciel et la terre seraient renversés et tous les hommes riraient aux éclats. Ils croient que si Dieu a choisi de telles nullités pour les rendre parfaites, alors ces grands hommes deviendraient Dieu Lui-même. Leurs perspectives sont entachées d’incroyance ; en effet, plus que des incroyants, ils ne sont que des bêtes ridicules. Car ils n’accordent de valeur qu’au statut, au prestige et au pouvoir, et n’estiment que les grands groupes et les confessions importantes. Ils n’ont pas le moindre respect pour ceux que Christ conduit ; ils sont simplement des traîtres qui ont tourné le dos à Christ, à la vérité et à la vie.

Ce que tu admires, ce n’est pas l’humilité de Christ, mais ces faux bergers de grande réputation. Tu n’adores pas la beauté ou la sagesse de Christ, mais plutôt ces libertins qui se vautrent dans la saleté du monde. Tu ries de la douleur de Christ qui n’a pas de place où reposer Sa tête, mais tu admires ces cadavres qui courent après des offrandes et vivent dans la débauche. Tu n’es pas prêt à souffrir aux côtés de Christ, mais tu te jettes volontiers dans les bras de ces antéchrists imprudents, bien qu’ils ne te procurent que de la chair, des mots et du contrôle. Même maintenant, ton cœur est toujours tourné vers eux, vers leur réputation, vers leur statut, vers leur influence. Et pourtant, tu continues à maintenir une attitude par laquelle tu trouves l’œuvre de Christ difficile à avaler et tu n’es pas prêt à l’accepter. Voilà pourquoi Je dis que tu manques de foi pour reconnaître Christ. La raison pour laquelle tu L’as suivi jusqu’à ce jour, c’est que tu n’avais pas d’autre option. Une série d’images sublimes dominent à jamais dans ton cœur ; tu ne peux pas oublier toutes leurs paroles et actions, ni leurs paroles et leurs mains influentes. Ils sont toujours suprêmes et toujours des héros dans vos cœurs. Mais ce n’est pas le cas de Christ d’aujourd’hui. Il est toujours insignifiant dans ton cœur et Il est toujours indigne de révérence. Car Il est bien trop ordinaire, Il a beaucoup trop peu d’influence et Il est loin d’être noble.

En tout cas, Je dis que tous ceux qui ne prisent pas la vérité sont des non-croyants et des traîtres vis-à-vis de la vérité. De tels hommes ne seront jamais approuvés par Christ. As-tu maintenant reconnu le degré d’incroyance qu’il y a en toi, et le degré de trahison de Christ qui est le tien ? Je t’exhorte ainsi : puisque tu as choisi la voie de la vérité, alors tu devrais te consacrer sans réserve ; ne sois pas ambivalent ou timide. Tu dois comprendre que Dieu n’appartient pas au monde ni à une personne, mais à tous ceux qui croient vraiment en Lui, tous ceux qui L’adorent et tous ceux qui Lui sont dévoués et fidèles.

Extrait de « Es-tu quelqu’un qui croit véritablement en Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Certaines personnes sont souvent trompées par ceux qui semblent spirituels, nobles, admirables et grands. Quant aux personnes qui peuvent parler de lettres et de doctrines avec éloquence et dont le discours et les actions semblent dignes d’admiration, ceux qu’ils trompent ne se sont jamais arrêtés à l’essence de leurs actions, aux principes qui fondent leurs actes, aux buts qu’elles poursuivent. En outre, ils n’ont jamais cherché à savoir si ces personnes se soumettent vraiment à Dieu, n’ont jamais déterminé non plus si oui ou non elles craignent Dieu et s’éloignent du mal authentiquement. Ils n’ont jamais discerné l’essence de l’humanité de ces personnes. Au contraire, depuis le moment de la première rencontre avec elles, peu à peu, ils en viennent à admirer ces personnes, à les vénérer et, à la fin, ces personnes deviennent leurs idoles. De plus, dans la pensée de certaines gens, ces idoles qu’ils adorent et qui, selon eux, peuvent abandonner leur famille et leur emploi, qui semblent en surface pouvoir payer le prix, sont les personnes qui satisfont vraiment Dieu, qui peuvent vraiment recevoir une bonne fin et une bonne destination. Dans leur pensée, ces idoles sont les personnes que Dieu loue. Qu’est-ce qui porte les gens à croire une telle chose ? Quelle est l’essence de cette question ? Quelles conséquences peuvent-elles entraîner ? Abordons d’abord la question de son essence.

Essentiellement, ces questions concernant les points de vue des gens, leurs méthodes de pratique, les principes sur lesquels ils fondent leur pratique et ce à quoi ils ont tendance à prêter attention n’ont rien à voir avec les exigences de Dieu à l’égard de l’humanité. Indépendamment du fait que les gens prêtent attention aux questions superficielles ou profondes, aux lettres et doctrines ou à la réalité, les gens n’adhèrent pas à ce à quoi ils devraient adhérer le plus, et ils ne connaissent pas non plus ce qu’ils devraient connaître le plus. La raison en est que les gens n’aiment pas du tout la vérité ; de ce fait, ils ne sont pas prêts à consacrer de temps ni d’efforts à la recherche et à la pratique des principes qui se trouvent dans les déclarations de Dieu. À la place, ils préfèrent utiliser des raccourcis et résumer ce qu’ils perçoivent comme une bonne pratique et un bon comportement, et savent que c’est ainsi. Ce résumé devient alors leur propre but qu’ils comprennent comme la vérité à pratiquer. La conséquence directe en est que les gens utilisent un bon comportement humain comme un substitut à la mise en pratique de la vérité, ce qui satisfait également leur désir de s’attirer les faveurs de Dieu. Ces gens ensuite se sentent autorisés à composer avec la vérité, et aussi à raisonner avec Dieu et à Le concurrencer. En même temps, sans aucun scrupule, ces gens mettent Dieu de côté et Le remplacent par les idoles qu’ils admirent. Une seule cause fondamentale porte ces gens à agir dans l’ignorance, à adopter des points de vue ignorants ou des opinions et des pratiques unilatérales. Je vous en fais part aujourd’hui. La raison est la suivante : bien que les gens suivent Dieu, Le prient tous les jours et lisent Ses déclarations chaque jour, ils ne comprennent pas réellement Sa volonté. C’est la racine du problème. Si une personne comprenait le cœur de Dieu et savait ce qu’Il aime, ce qu’Il déteste, ce qu’Il veut, ce qu’Il rejette, quel genre de personnes Il aime, quel genre de personnes Il n’aime pas, quel genre de normes Il applique à Ses exigences à l’égard de l’homme, quel genre d’approches Il emprunte pour perfectionner l’homme, cette personne pourrait-elle encore avoir ses opinions personnelles ? De telles gens pourraient-ils simplement se mettre à adorer quelqu’un d’autre ? Un humain ordinaire pourrait-il devenir son idole ? Les gens qui comprennent la volonté de Dieu auront un point de vue un peu plus rationnel que cela. Ils ne vont pas idolâtrer arbitrairement une personne corrompue ni ne croiront, en marchant sur le chemin de la mise en pratique de la vérité, que l’adhésion aveugle à quelques simples règles ou principes équivaut à mettre la vérité en pratique.

Extrait de « Comment connaître le tempérament de Dieu et les fruits que Son œuvre portera », dans La Parole apparaît dans la chair

Regarde simplement les dirigeants de chaque confession religieuse, ils sont tous arrogants et suffisants, et ils interprètent la Bible hors de son contexte et selon leur propre imagination. Ils comptent tous sur les dons et l’érudition pour accomplir leur travail. S’ils étaient incapables de prêcher quelque chose, ces gens les suivraient-ils ? Ils possèdent tout de même une certaine connaissance et peuvent prêcher quelques doctrines, ou savent comment convaincre les autres et comment utiliser des artifices. Ils les utilisent pour amener les hommes devant eux et les tromper. Théoriquement, ces gens croient en Dieu, mais, en réalité, ils suivent leurs dirigeants. S’ils rencontrent quelqu’un qui prêche le vrai chemin, certains d’entre eux disent : « Nous devons consulter notre dirigeant au sujet de notre foi. » Leur foi doit passer par un être humain ; n’est-ce pas un problème ? Que sont donc devenus ces dirigeants ? Ne sont-ils pas devenus des pharisiens, de faux pasteurs, des antéchrists et des obstacles qui empêchent le peuple d’accepter la véritable voie ? De tels hommes appartiennent à la même espèce que Paul. […]

Dans la croyance en Dieu des gens, qu’ils aient eu pour habitude de suivre les autres ou qu’ils n’aient pas satisfait la volonté de Dieu, ils doivent, à terme, venir devant Dieu pendant cette étape ultime. Si tu as le fondement d’avoir traversé cette étape de l’œuvre, mais que tu continues à suivre les autres, alors tu seras impardonnable et finiras exactement comme Paul.

Extrait de « La vraie foi en Dieu ne se confirme que par la recherche de la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Peu importe combien de personnes croient en Dieu, dès que Dieu définit leurs croyances comme étant une religion ou un groupe, alors Dieu a déterminé qu’elles ne peuvent être sauvées. Pourquoi est-ce que je dis cela ? Dans un groupe ou parmi une foule de gens dépourvus de l’œuvre et de la direction de Dieu et qui n’adorent absolument pas Dieu, qui adorent-ils ? Qui suivent-ils ? Pour ce qui est de la forme et du nom, ils suivent une personne, mais qui suivent-ils réellement ? Dans leur cœur, ils reconnaissent Dieu, mais en fait, ils sont soumis à la manipulation, aux arrangements et au contrôle de l’homme. Ils suivent Satan, le démon. Ils suivent les forces qui sont hostiles à Dieu, qui sont les ennemies de Dieu. Dieu pourrait-Il sauver un groupe d’hommes comme ceux-là ? (Non.) Pourquoi ? Sont-ils capables de repentance ? Non. Ils brandissent le drapeau de la foi, réalisant des entreprises humaines, menant leur propre gestion, et ils vont à l’encontre du plan de gestion de Dieu pour le salut de l’humanité. Leur destinée finale est d’être détestés et rejetés par Dieu ; il est impossible pour Dieu de sauver ces gens ; il est impossible pour ces gens de se repentir, ils ont déjà été capturés par Satan et sont entièrement entre les mains de Satan. Dans ta foi, le nombre d’années à croire en Dieu a-t-il une importance pour savoir si, oui ou non, tu reçois Ses éloges ? Les rituels et les règles que tu respectes ont-ils une importance ? Dieu regarde-t-Il les méthodes de pratique des gens ? Regarde-t-Il le nombre de personnes présentes ? Il a sélectionné une portion de l’humanité ; comment estime-t-Il si elle peut et devrait être sauvée ? Il fonde cette décision sur les chemins que ces gens empruntent. À l’époque de l’ère de la Grâce, bien que les vérités que Dieu disait aux hommes aient été moins nombreuses qu’aujourd’hui et pas aussi spécifiques, Il pouvait quand même perfectionner les hommes, et le salut était possible malgré tout. Et donc, pour les hommes de cette ère, qui ont entendu de nombreuses vérités, et sont parvenus à comprendre la volonté de Dieu, s’ils sont incapables de suivre la voie de Dieu et sont incapables d’emprunter le chemin du salut, quelle sera leur destinée finale ? Leur destinée finale sera identique à ceux qui croient au christianisme et au judaïsme ; il n’y aura aucune différence. Tel est le tempérament juste de Dieu ! Peu importe combien de sermons tu as entendus et combien de vérités tu as comprises, si, finalement, tu continues de suivre les gens et de suivre Satan, et si, finalement, tu es toujours incapable de suivre la voie de Dieu et incapable de craindre Dieu et de fuir le mal, alors tu seras détesté et rejeté par Dieu. De toute évidence, ces gens qui sont détestés et rejetés par Dieu peuvent beaucoup parler de lettres et doctrines, et être parvenus à comprendre de nombreuses vérités, mais ils sont pourtant incapables d’adorer Dieu ; ils sont incapables de craindre Dieu et de fuir le mal, et ils sont incapables d’obéir totalement à Dieu. De Son point de vue, Dieu les définit comme une religion, comme simplement un groupe d’humains, une bande d’humains, et comme un lieu de résidence pour Satan. Ils sont collectivement désignés comme étant la bande de Satan et ils sont profondément méprisés par Dieu.

Extrait de « Tu suivras le chemin du salut seulement en vivant devant Dieu à chaque instant », dans Récits des entretiens de Christ

Il serait préférable que ces gens qui prétendent suivre Dieu ouvrent les yeux et regardent de plus près pour voir exactement en qui ils croient : est-ce vraiment en Dieu que tu crois ou en Satan ? Si tu sais que tu ne crois pas en Dieu, mais en tes propres idoles, alors mieux vaudrait ne pas prétendre que tu es croyant. Si tu ne sais vraiment pas en qui tu crois, alors, encore une fois, mieux vaudrait ne pas prétendre que tu es croyant. Le dire serait un blasphème ! Personne ne t’oblige à croire en Dieu. Ne dites pas que vous croyez en Moi ; J’ai suffisamment entendu ces paroles et Je ne veux plus les entendre, parce que ce en quoi vous croyez, ce sont les idoles de votre cœur et les brutes locales parmi vous. Ceux qui secouent la tête quand ils entendent la vérité, qui ont un large sourire quand ils entendent parler de la mort, sont la progéniture de Satan et ils sont ceux qui seront éliminés. Dans l’Église, beaucoup de gens n’ont pas de discernement. Quand quelque chose de trompeur se produit, contre toute attente, ils se tiennent du côté de Satan ; ils se sentent même lésés quand ils sont appelés les laquais de Satan. On pourrait dire qu’ils n’ont aucun discernement, mais ils se tiennent toujours du côté où ne se trouve pas la vérité, ils ne se tiennent jamais du côté de la vérité au moment critique, ils ne se dressent jamais pour défendre la vérité. Manquent-ils vraiment de discernement ? Pourquoi, contre toute attente, prennent-ils le parti de Satan ? Pourquoi ne disent-ils jamais un mot juste et raisonnable en faveur de la vérité ? Cette situation est-elle vraiment le résultat de leur confusion momentanée ? Moins les gens ont de discernement, moins ils sont capables de se tenir du côté de la vérité. Qu’est-ce que cela montre ? Cela ne montre-t-il pas que ceux qui n’ont pas de discernement aiment le mal ? Cela n’indique-t-il pas que ceux qui n’ont pas de discernement sont la progéniture fidèle de Satan ? Pourquoi est-ce qu’ils sont toujours capables de se tenir du côté de Satan et de parler le même langage que lui ? Chacune de leurs paroles, de leurs actions et des expressions de leur visage suffit amplement à prouver qu’ils ne sont en rien des amoureux de la vérité, mais plutôt des gens qui détestent la vérité. Qu’ils puissent se tenir du côté de Satan prouve largement que Satan aime vraiment ces diables minables qui se battent pour le bien de Satan toute leur vie. Tous ces faits ne sont-ils pas très clairs ? Si tu es vraiment quelqu’un qui aime la vérité, alors pourquoi n’as-tu aucun respect pour ceux qui pratiquent la vérité, et pourquoi est-ce que tu suis immédiatement ceux qui ne pratiquent pas la vérité dès qu’ils te regardent ? D’où vient ce genre de problème ? Je Me moque que tu aies du discernement ou non. Je Me moque du prix que tu as payé. Je Me moque de la puissance de tes forces et Je Me moque que tu sois une brute locale ou un conducteur porte-étendard. Si tes forces sont grandes, cela ne se produit que par la force de Satan. Si ton prestige est élevé, alors c’est simplement parce que trop nombreux sont ceux qui, autour de toi, ne pratiquent pas la vérité. Si tu n’as pas été expulsé, c’est parce que l’heure n’est pas venue pour l’œuvre d’expulsion, mais l’heure est venue pour l’œuvre d’élimination. Il n’y a pas d’urgence à t’expulser maintenant. J’attends simplement le jour où Je te punirai après que tu auras été éliminé. Quiconque ne pratique pas la vérité sera éliminé !

Extrait de « Avertissement à ceux qui ne pratiquent pas la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair

Note de bas de page :

a. Le texte original ne contient pas « L’ ».

Précédent: 6. Qu’est-ce qu’une personne mauvaise ? Comment identifier les diverses personnes mauvaises ?

Suivant: 8. Quelle est la différence entre comprendre la vérité et comprendre la doctrine ?

Contenu connexe

1. Pourquoi le gouvernement du PCC persécute et réprime férocement Dieu Tout-Puissant et l’Église de Dieu Tout-Puissant

« Cette génération est une génération méchante » (Luc 11:29). « Le monde entier est sous la puissance du malin » (1 Jean 5:19). « Te voilà tombé du ciel, Astre brillant, fils de l’aurore ! Tu es abattu à terre, Toi, le vainqueur des nations ! Tu disais en ton cœur : Je monterai au ciel, J’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu ; Je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, A l’extrémité du septentrion ; Je monterai sur le sommet des nues, Je serai semblable au Très Haut » (Esaïe 14:12-14).

2. Pourquoi on dit que les anciens et les pasteurs religieux empruntent tous le chemin des pharisiens et ce qu’est leur essence

« Jésus se mit ensuite à leur parler en paraboles. Un homme planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, creusa un pressoir, et bâtit une tour ; puis il l’afferma à des vignerons, et quitta le pays. Au temps de la récolte, il envoya un serviteur vers les vignerons, pour recevoir d’eux une part du produit de la vigne. S’étant saisis de lui, ils le battirent, et le renvoyèrent à vide. Il envoya de nouveau vers eux un autre serviteur ; ils le frappèrent à la tête, et l’outragèrent. Il en envoya un troisième, qu’ils tuèrent ; puis plusieurs autres, qu’ils battirent ou tuèrent. Il avait encore un fils bien-aimé ; il l’envoya vers eux le dernier, en disant : Ils auront du respect pour mon fils. Mais ces vignerons dirent entre eux : Voici l’héritier ; venez, tuons-le, et l’héritage sera à nous. Et ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne. Maintenant, que fera le maître de la vigne ? Il viendra, fera périr les vignerons, et il donnera la vigne à d’autres » (Marc 12:1-9).

2. L’objectif et la signification de chacune des trois étapes de l’œuvre de Dieu

Le travail que l’Éternel a réalisé au sein des Israélites a établi au sein de l’humanité Son lieu d’origine sur terre, Son lieu sacré où Il était présent. Il a circonscrit Son travail au peuple d’Israël. Dans un premier temps, Il n’a pas travaillé en dehors d’Israël ; mais plutôt, Il a choisi un peuple qu’Il a trouvé approprié afin de circonscrire le champ d’action de Son œuvre. Israël est le lieu où Dieu a créé Adam et Ève, et de la poussière de ce lieu, Dieu a fait l’homme ; c’est la base de Son œuvre sur la terre. Les Israélites, qui sont les descendants de Noé et d’Adam, étaient la fondation de l’œuvre de l’Éternel sur la terre.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre