2. Paroles sur la connaissance du tempérament et de l’essence de Dieu

Paroles de Dieu concernées :

Dieu est ce qu’Il est et Il a ce qu’Il a. Tout ce qu’Il exprime et révèle sont des représentations de Son essence et de Son identité. Ce qu’Il est et ce qu’Il a, ainsi que Son essence et Son identité, sont des choses qui ne peuvent être remplacées par aucun homme. Son tempérament englobe Son amour pour l’humanité, la consolation de l’humanité, la haine de l’humanité et, plus encore, une compréhension approfondie de l’humanité. La personnalité de l’homme, cependant, peut être optimiste, vivante ou insensible. Le tempérament de Dieu appartient au Souverain de toutes choses et de tous les êtres vivants, au Seigneur de toute la création. Son tempérament représente l’honneur, la puissance, la noblesse, la grandeur et, surtout, la suprématie. Son tempérament est le symbole de l’autorité, le symbole de tout ce qui est juste, le symbole de tout ce qui est beau et bon. Plus que cela, c’est un symbole de Celui qui ne peut pas être[a] vaincu ou envahi par les ténèbres ni aucune force ennemie, ainsi qu’un symbole de Celui qui ne peut pas être offensé (Il ne tolérera pas non plus d’être offensé)[b] par un quelconque être créé. Son tempérament est le symbole de la puissance suprême. Aucune personne ou aucun groupe de personnes ne peuvent perturber Son œuvre ou Son tempérament ni n’en ont le droit. Mais la personnalité de l’homme n’est pas plus qu’un simple symbole de la légère supériorité de l’homme sur la bête. L’homme en lui-même n’a ni autorité, ni autonomie, ni capacité de transcender son être, mais il est en son essence celui qui bat en retraite, à la merci de toutes sortes de personnes, d’événements et de choses. La joie de Dieu est due à l’existence et à l’émergence de la justice et de la lumière, à cause de la destruction des ténèbres et du mal. Il Se réjouit à apporter la lumière et une bonne vie à l’humanité. Sa joie est une joie juste, un symbole de l’existence de tout ce qui est positif et, plus encore, un symbole de bon augure. La colère de Dieu est due au mal que l’existence et l’ingérence de l’injustice infligent à l’humanité, à cause de l’existence du mal et des ténèbres, à cause de l’existence des choses qui chassent la vérité et, plus encore, à cause de l’existence de choses qui s’opposent à ce qui est bon et beau. Sa colère est un symbole de l’inexistence de toutes les choses négatives et, même plus encore, est un symbole de Sa sainteté. Son chagrin est dû à l’humanité pour laquelle Il a des espoirs, mais qui est tombée dans les ténèbres parce que l’œuvre qu’Il fait dans l’homme n’est pas à la hauteur de Ses attentes, et parce que toute l’humanité qu’Il aime ne peut pas vivre dans la lumière. Il éprouve du chagrin pour l’humanité innocente, pour l’homme honnête, mais ignorant, et pour l’homme qui est bon, mais déficient quant à ses propres perspectives. Son chagrin est un symbole de Sa bonté et de Sa miséricorde, un symbole de beauté et de bienveillance. Son bonheur, bien sûr, vient de Sa victoire sur Ses ennemis et de Son obtention de la bonne foi de l’homme. Plus que cela, il vient de l’expulsion et de la destruction de toutes les forces ennemies et de la réception par l’humanité d’une vie bonne et paisible. Le bonheur de Dieu est différent de la joie de l’homme ; c’est plutôt le sentiment de récolter de bons fruits, un sentiment encore plus grand que la joie. Son bonheur est un symbole de l’humanité se libérant désormais de la souffrance et un symbole de l’humanité entrant dans un monde de lumière. D’un autre côté, les émotions de l’humanité surgissent toutes pour ses propres intérêts, non pour la justice, la lumière ou ce qui est beau, et encore moins pour la grâce accordée par le ciel. Les émotions de l’humanité sont égoïstes et appartiennent au monde des ténèbres. Elles n’existent pas pour la volonté de Dieu, encore moins pour le plan de Dieu, et donc on ne peut jamais parler de l’homme et de Dieu dans le même souffle. Dieu est toujours suprême et toujours honorable, tandis que l’homme est toujours vil, toujours sans valeur. C’est parce que Dieu fait toujours des sacrifices et Se consacre à l’humanité ; l’homme, cependant, prend tout et s’efforce seulement pour lui-même, toujours. Dieu Se soucie toujours de la survie de l’humanité, pourtant l’homme ne contribue jamais rien à la lumière ou à la justice. Même si l’homme fait un effort pendant un certain temps, cet effort ne peut pas supporter un seul coup, car l’effort de l’homme est toujours pour lui-même et non pour les autres. L’homme est toujours égoïste, tandis que Dieu est toujours désintéressé. Dieu est la source de tout ce qui est juste, bon et beau, tandis que l’homme est celui qui réussit à manifester toute laideur et tout mal, et qui les rend évidents. Dieu ne changera jamais Son essence de justice et de beauté, mais l’homme est parfaitement capable, à n’importe quel moment et dans n’importe quelle situation, de trahir la justice et de s’éloigner à grande distance de Dieu.

Extrait de « Il est très important de comprendre le tempérament de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Je suis juste, Je suis digne de confiance et Je suis le Dieu qui examine les profondeurs du cœur de l’homme ! Je révélerai immédiatement qui est vrai et qui est faux. Ne vous alarmez pas ; tout fonctionne selon Mon temps. Qui Me veut sincèrement, qui ne veut pas, Je vous le dirai, un à la fois. Souciez-vous simplement de manger, de boire, approchez-vous de Moi lorsque vous vous présentez en Ma présence et Je ferai Mon œuvre Moi-même. Ne soyez pas trop anxieux d’obtenir des résultats rapides ; Mon œuvre ne peut pas être achevée d’un seul coup. En elle, il y a Mes étapes et Ma sagesse, et c’est pourquoi Ma sagesse peut être révélée. Je vous laisserai voir ce que Mes mains accomplissent : punir le mal et récompenser le bien. Je ne favorise absolument personne. Toi qui M’aimes sincèrement, Je t’aimerai sincèrement, et Ma colère sera toujours sur ceux qui ne M’aiment pas sincèrement, afin qu’ils se souviennent éternellement que Je suis le vrai Dieu, le Dieu qui examine les profondeurs du cœur de l’homme. N’agis pas d’une façon devant les autres, mais d’une autre façon derrière leur dos ; Je vois clairement tout ce que tu fais et, même si tu peux tromper les autres, tu ne peux pas Me tromper. Je vois tout clairement. Il ne t’est pas possible de cacher quoi que ce soit ; tout repose entre Mes mains. Ne te crois pas si intelligent parce que tu fais en sorte que tes petits calculs mesquins te soient avantageux. Je te le dis : quel que soit le nombre de plans que l’homme conçoive, des milliers ou des dizaines de milliers, à la fin, il ne peut échapper à la paume de Ma main. Toutes choses et tous les événements sont contrôlés par Mes mains, à plus forte raison une seule personne ! N’essaie pas de M’éviter ou de te cacher, n’essaie pas d’enjôler ou de dissimuler. Se peut-il que tu ne voies toujours pas que Mon visage glorieux, Ma colère et Mon jugement ont été révélés publiquement ? Je jugerai immédiatement et sans miséricorde tous ceux qui ne Me veulent pas sincèrement. Ma pitié est arrivée à sa fin ; il n’en reste plus. Ne soyez plus des hypocrites et mettez fin à vos manières déchaînées et imprudentes.

Extrait du Chapitre 44 des « Déclarations de Christ au commencement », dans La Parole apparaît dans la chair

Je maintiens ce que J’ai dit, et ce que Je maintiens, J’en assure toujours l’achèvement et personne ne peut le changer ; c’est absolu. Que ce soient des paroles que J’ai dites dans le passé ou des paroles que Je dirai dans l’avenir, Je les ferai toutes devenir réalité, l’une après l’autre, et Je permettrai à toute l’humanité de les voir se réaliser. Cela est le principe qui soutient Mes paroles et Mon œuvre. […] Pour tout ce qui se produit dans l’univers, J’ai toujours le dernier mot. Y a-t-il quelque chose qui ne soit pas dans Mes mains ? Tout ce que Je dis est accompli et qui, parmi les êtres humains, peut changer Ma pensée ? Serait-il possible que ce soit l’alliance que J’ai établie sur la terre ? Rien ne peut empêcher Mon plan de progresser ; Je suis tout aussi présent dans Mon œuvre que dans le plan de Ma gestion. Qui, parmi les êtres humains, peut s’y immiscer ? N’est-ce pas Moi qui ai personnellement fait ces arrangements ? L’entrée dans ce domaine aujourd’hui ne s’écarte pas de Mon plan ni de ce que J’ai prévu ; cela a été tout déterminé par Moi il y a longtemps. Qui parmi vous peut imaginer cette étape de Mon plan ? Mon peuple écoutera assurément Ma voix et chacun de ceux qui M’aiment sincèrement retournera assurément devant Mon trône.

Extrait du Chapitre 1 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Je suis un feu dévorant, et Je ne tolère pas l’offense. Parce que J’ai créé tous les humains, ils doivent obéir sans se rebeller, quoi que Je dise ou fasse. Les gens n’ont pas le droit de s’immiscer dans Mon œuvre, et ils sont encore moins qualifiés pour analyser ce que Mon œuvre et mes paroles contiennent de bien ou de mal. Je suis le Seigneur de la création et les êtres créés devraient réaliser tout ce que J’exige avec un cœur Me révérant. Ils ne devraient pas essayer de raisonner avec Moi, et ils ne devraient surtout pas résister. Avec Mon autorité, Je gouverne Mon peuple. Tous ceux qui font partie de Ma création devraient se soumettre à Mon autorité. Même si, aujourd’hui, vous êtes audacieux et présomptueux devant Moi, désobéissez aux paroles par lesquelles Je vous enseigne et ne connaissez pas la peur, Je fais seulement face à votre rébellion avec tolérance ; Je ne perdrai pas Mon sang-froid ni ne modifierai Mon œuvre parce que des vermisseaux minuscules et insignifiants ont retourné le tas de fumier. Je tolère l’existence continuelle de tout ce que Je déteste et de toutes les choses que J’abhorre pour la volonté de Mon Père, et Je continuerai à le faire jusqu’à ce que Mes déclarations soient terminées, jusqu’à Mon dernier instant.

Extrait de « Quand les feuilles mortes retourneront aux racines, tu regretteras tout le mal que tu as fait », dans La Parole apparaît dans la chair

Puisque tu as déjà décidé de Me servir, Je ne t’abandonnerai pas. Je suis un Dieu qui hait le mal et Je suis un Dieu qui est jaloux de l’homme. Puisque tu as déjà placé tes paroles sur l’autel, Je ne tolérerai pas que tu t’évades sous Mes propres yeux, et Je ne tolérerai pas non plus que tu serves deux maîtres. Pensais-tu que tu pourrais avoir un autre amour après avoir placé tes paroles sur Mon autel, sous Mes yeux ? Comment pourrais-Je permettre aux gens de Me ridiculiser de cette façon ? Pensais-tu pouvoir, avec nonchalance, faire des vœux, Me faire des serments avec ta langue ? Comment pourrais-tu faire des serments à Mon trône, au trône qui est à Moi, le Très-Haut ? Pensais-tu que tes serments étaient déjà périmés ? Je vous le dis, même si vos chairs sont périmées, vos serments ne peuvent pas être périmés. À la fin, Je vous condamnerai en Me basant sur vos serments. Pourtant, vous pensez que vous pouvez placer vos paroles devant Moi pour M’affronter et que votre cœur peut servir des esprits impurs et des esprits méchants. Comment Ma colère pourrait-elle tolérer ces gens qui Me trompent et qui ressemblent à des chiens et à des cochons ? Je dois exécuter Mes décrets administratifs et récupérer des mains des esprits impurs tous ces gens « pieux », guindés, qui croient en Moi pour Me « servir » de manière disciplinée, pour être Mes bœufs, être Mes chevaux et être à la merci de Mon abattage. Je vais t’obliger à reprendre ta détermination d’avant et à Me servir encore une fois. Je ne tolérerai pas qu’une créature Me trompe. Pensais-tu que tu pouvais simplement Me faire des demandes et Me mentir gratuitement ? Pensais-tu que Je n’avais pas entendu ou vu tes paroles et tes actes ? Comment tes paroles et tes actes auraient-ils pu être hors de Ma vue ? Comment pourrais-Je permettre aux gens de Me duper de cette façon ?

Extrait de « Vous êtes tous tellement ignobles de caractère ! », dans La Parole apparaît dans la chair

Je suis l’unique Dieu Lui-même et, de plus, Je suis la seule et unique personne de Dieu. Plus encore, Moi, l’intégralité de la chair, Je suis la manifestation complète de Dieu. Quiconque ose ne pas Me révérer, quiconque ose afficher de la résistance dans ses yeux et quiconque ose prononcer des paroles de défiance contre Moi mourra certainement de Mes malédictions et de Ma colère (il y aura des malédictions à cause de Ma colère). En outre, quiconque ose ne pas être loyal ou filial envers Moi et quiconque ose essayer de Me tromper mourra sûrement de Ma haine. Ma justice, Ma majesté et Mon jugement dureront éternellement. Au début, J’étais aimant et miséricordieux, mais ce n’est pas le tempérament de Ma divinité complète ; justice, majesté et jugement constituent seulement Mon tempérament à Moi, le Dieu complet Lui-même. Pendant l’ère de la Grâce, J’étais aimant et miséricordieux. À cause de l’œuvre que J’avais à terminer, Je possédais de la bonté et de la miséricorde ; ensuite, cependant, il n’y avait plus aucun besoin de telles choses (et il n’y en a plus jamais eu depuis). Tout est droiture, majesté et jugement, et c’est le tempérament complet de Mon humanité normale jointe à Ma pleine divinité.

Extrait du Chapitre 79 des « Déclarations de Christ au commencement », dans La Parole apparaît dans la chair

Je punirai les méchants et récompenserai les bons, Je mettrai Ma justice en vigueur et J’exécuterai Mon jugement. J’utiliserai Mes paroles pour tout accomplir, faisant en sorte que tout le monde et toute chose expérimentent le châtiment de Ma main, et je ferai en sorte que tous les hommes voient Ma gloire entière, Ma sagesse entière et Mon abondance entière. Personne n’osera se lever pour juger, car, en Moi, toutes choses sont accomplies. En cela, que tout le monde voie Mon honneur entier et goûte Ma victoire entière, car tout est manifesté en Moi. À partir de cela, il est possible de voir Ma grande puissance et Mon autorité. Personne n’osera M’offenser et personne n’osera Me faire obstruction. En moi, tout est ouvert. Qui oserait cacher quelque chose ? Je suis certain de ne montrer aucune pitié à cette personne ! De tels misérables doivent recevoir Mon châtiment sévère et une telle ordure doit être purgée, hors de Ma vue. Je régnerai sur eux avec une verge de fer et J’utiliserai Mon autorité pour les juger, sans la moindre pitié et sans épargner leurs sentiments du tout, car Je suis Dieu Lui-même qui est sans émotion, majestueux et qui ne peut être offensé. Tous devraient comprendre et voir cela afin d’éviter, « sans cause ni raison », d’être abattus et annihilés par Moi, car Ma verge abattra tous ceux qui M’offensent. Peu M’importe qu’ils connaissent Mes décrets administratifs ou non ; cela n’aura aucune importance pour Moi, car Ma personne ne peut tolérer l’offense de qui que ce soit. C’est la raison pour laquelle on dit que Je suis un lion ; quiconque Je touche, Je l’écrase. C’est pourquoi on dit que c’est maintenant un blasphème de dire que Je suis le Dieu de la compassion et de la bonté. En essence, Je ne suis pas un agneau, mais un lion. Personne n’ose M’offenser ; quiconque M’offensera, Je le punirai de mort, immédiatement et sans pitié.

Extrait du Chapitre 120 des « Déclarations de Christ au commencement », dans La Parole apparaît dans la chair

Ma voix est jugement et colère ; Je ne traite personne avec gentillesse et ne fais preuve de miséricorde envers personne, car Je suis le Dieu juste Lui-même et Je suis en la colère ; J’ai en Moi le feu, la purification et la destruction. En Moi, rien n’est caché ni émotionnel, mais, au contraire, tout est ouvert, juste et impartial. Parce que Mes fils premiers-nés sont déjà avec Moi sur le trône, gouvernant toutes les nations et tous les peuples, ces choses et ces gens injustes et iniques commencent maintenant à être jugés. Je vais les sonder un par un, ne rien manquer et les révéler complètement. Car Mon jugement a été pleinement révélé et complètement ouvert, et Je n’ai rien retenu du tout ; Je jetterai dehors tout ce qui n’est pas conforme à Ma volonté et le laisserai périr éternellement dans l’abime. Je vais le laisser brûler là éternellement. C’est Ma justice et c’est Ma droiture. Personne ne peut changer cela et tout doit être sous Mes ordres.

Extrait du Chapitre 103 des « Déclarations de Christ au commencement », dans La Parole apparaît dans la chair

Depuis longtemps, Je vois clairement les diverses actions des mauvais esprits. Et les gens utilisés par de mauvais esprits (ceux qui ont de mauvaises intentions, ceux qui convoitent la chair ou la richesse, ceux qui se glorifient eux-mêmes, ceux qui perturbent l’Église, etc.), Je vois le jeu de chacun d’eux. Ne suppose pas que tout sera fini une fois que les mauvais esprits auront été chassés. Laisse-Moi te dire ! Dorénavant, J’éliminerai ces hommes un par un et ne les utiliserai jamais ! C’est-à-dire, toute personne corrompue par de mauvais esprits ne sera pas utilisée par Moi et sera expulsée ! Ne pense pas que Je n’ai pas de sentiments ! Sache ceci ! Je suis le Dieu saint et Je ne résiderai pas dans un temple souillé ! Je n’utilise que des hommes honnêtes et sages qui Me sont totalement loyaux et qui peuvent être attentifs à Mon fardeau. C’est parce que de tels hommes ont été prédestinés par Moi, et absolument aucun esprit mauvais ne travaille en eux. Laisse-Moi clarifier une chose : dorénavant, tous ceux qui n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit ont l’œuvre des mauvais esprits. Laisse-Moi réitérer : Je ne veux pas d’un seul homme en qui travaillent les mauvais esprits. Ils seront tous précipités dans l’Hadès avec leur chair !

Extrait du Chapitre 76 des « Déclarations de Christ au commencement », dans La Parole apparaît dans la chair

L’intolérance de Dieu envers l’offense est Son essence unique ; la colère de Dieu est Son tempérament unique ; la majesté de Dieu est Son essence exclusive. Le principe derrière la colère de Dieu démontre l’identité et le statut que Lui seul possède. Il va sans dire que ce principe est aussi un symbole de l’essence du Dieu unique Lui-même. Le tempérament de Dieu est Sa propre essence inhérente, qui n’est pas du tout changée par le passage du temps et n’est pas affectée par les changements géographiques. Son tempérament inhérent est Son essence intrinsèque. Peu importe en qui Il réalise Son œuvre, Son essence ne change pas et Son tempérament juste non plus. Quand on met Dieu en colère, ce que Dieu manifeste, c’est Son tempérament inhérent ; à ce moment-là, le principe derrière Sa colère ne change pas, ni Son identité et Son statut uniques. Il ne Se met pas en colère à cause d’un changement dans Son essence ou parce que différents éléments sont apparus dans Son tempérament, mais parce que l’opposition de l’homme contre Lui offense Son tempérament. La provocation flagrante de Dieu par l’homme est un défi sérieux à l’identité et au statut mêmes de Dieu. Aux yeux de Dieu, quand l’homme Le défie, l’homme Le conteste et teste Sa colère. Quand l’homme s’oppose à Dieu, quand l’homme conteste Dieu, quand l’homme teste continuellement la colère de Dieu – et c’est à des moments où le péché prolifère –, la colère de Dieu se révèle et se présente naturellement. Par conséquent, l’expression par Dieu de Sa colère est un symbole de la fin de l’existence de toutes les forces du mal et c’est un symbole de la destruction de toutes les forces hostiles. C’est l’unicité du tempérament juste de Dieu et de la colère de Dieu. Lorsque la dignité et la sainteté de Dieu sont mises au défi, lorsque les forces de la justice sont obstruées et invisibles à l’homme, alors Dieu manifeste Sa colère. À cause de l’essence de Dieu, toutes ces forces sur terre qui contestent Dieu, s’opposent à Lui et L’affrontent sont mauvaises, corrompues et injustes ; elles viennent de Satan et lui appartiennent. Parce que Dieu est juste et qu’Il appartient à la lumière et est parfaitement saint, toutes choses mauvaises, corrompues et appartenant à Satan disparaîtront donc quand la colère de Dieu sera déployée.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Le changement des intentions de Dieu envers les habitants de Ninive n’impliquait aucune hésitation ni rien d’ambigu ou de vague. Au contraire, ce fut une transformation de la colère pure à la tolérance pure. C’est une vraie révélation de l’essence de Dieu. Dieu n’est jamais irrésolu ou hésitant dans Ses actions ; les principes et les buts derrière Ses actions sont tous clairs et transparents, purs et sans faille, absolument exempts de ruse ou intrigue. En d’autres termes, l’essence de Dieu ne contient aucune obscurité ou aucun mal. Dieu S’est fâché contre les Ninivites parce que leurs actes pervers étaient montés jusqu’à Lui ; à ce moment-là, Sa colère découlait de Son essence. Cependant, lorsque la colère de Dieu se dissipa et qu’Il accorda de nouveau Sa tolérance aux habitants de Ninive, tout ce qu’Il révéla était toujours Sa propre essence. La totalité de ce changement était due à un changement dans l’attitude de l’homme envers Dieu. Pendant toute cette période, le tempérament de Dieu, qui ne peut être offensé, n’a pas changé et l’essence tolérante de Dieu n’a pas changé ; l’essence aimable et miséricordieuse de Dieu n’a pas changé. Quand les gens commettent des actes pervers et offensent Dieu, Il leur fait subir Sa colère. Quand les gens se repentent vraiment, le cœur de Dieu change et Sa colère cesse. Quand les gens continuent à s’opposer obstinément à Dieu, Sa colère est incessante et Sa colère les écrase petit à petit jusqu’à ce qu’ils soient détruits. C’est l’essence du tempérament de Dieu. Indépendamment du fait que Dieu exprime la colère ou la miséricorde et la bonté, c’est la conduite, le comportement et l’attitude de l’homme envers Dieu au plus profond de son cœur qui dictent ce qui est exprimé par la révélation du tempérament de Dieu. Si Dieu soumet continuellement une personne à Sa colère, le cœur de cette personne s’oppose sans aucun doute à Dieu. Parce que cette personne ne s’est jamais vraiment repentie, ne s’est jamais prosternée devant Dieu ou n’a jamais possédé une vraie croyance en Dieu, elle n’a jamais obtenu la miséricorde et la tolérance de Dieu. Si quelqu’un reçoit souvent les soins de Dieu, Sa miséricorde et Sa tolérance, alors, sans aucun doute, cet homme a une vraie croyance en Dieu dans son cœur et son cœur n’est pas opposé à Dieu. Cet homme se repent souvent vraiment devant Dieu ; par conséquent, même si la discipline de Dieu s’impose souvent à cet homme, Sa colère ne s’impose pas.

Ce bref compte rendu permet aux gens de voir le cœur de Dieu, de voir la réalité de Son essence, de voir que la colère de Dieu et les changements de Son cœur ne sont pas sans cause. Malgré le contraste frappant que Dieu a démontré quand Il était en colère et quand Il a changé Son cœur, ce qui fait croire aux gens qu’il y a une grande rupture ou un grand contraste entre ces deux aspects de l’essence de Dieu – Sa colère et Sa tolérance –, l’attitude de Dieu envers la repentance des Ninivites permet une fois de plus aux gens de voir un autre aspect du véritable tempérament de Dieu. Le changement de cœur de Dieu permet vraiment à l’humanité de voir une fois de plus la vérité de la miséricorde et de la bonté de Dieu, et de voir la vraie révélation de l’essence de Dieu. L’humanité n’a qu’à reconnaître que la miséricorde et la bonté de Dieu ne sont pas des mythes ni des inventions. C’est parce que le sentiment de Dieu à ce moment-là était vrai et que le changement de cœur de Dieu était vrai : Dieu a en effet accordé une fois de plus Sa miséricorde et Sa tolérance à l’humanité.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Le passage suivant est rapporté dans le livre de Jonas 4:10-11 : « Et l’Éternel dit : Tu as pitié du ricin qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait croître, qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit. Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent vingt mille hommes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre ! » Ce sont les paroles mêmes de l’Éternel Dieu, rapportées d’une conversation entre Dieu et Jonas. Bien que cet échange soit bref, il déborde du souci du Créateur pour l’humanité et de Sa réticence à abandonner l’humanité. Ces paroles expriment la véritable attitude et les sentiments que Dieu porte dans Son cœur pour Sa création. Par ces paroles, qui sont claires et précises comme rarement l’homme en a entendu, Dieu déclare Ses véritables intentions pour l’humanité. Cet échange représente une attitude que Dieu a tenue envers les habitants de Ninive, mais quel genre d’attitude est-ce ? C’est l’attitude qu’Il a tenue envers les habitants de Ninive avant et après leur repentance, et l’attitude par laquelle Il traite l’humanité. Dans ces paroles, il y a Ses pensées et Son tempérament.

[…]

Même si la ville de Ninive était remplie de gens tout aussi corrompus, méchants et violents que ceux de Sodome, leur repentance a amené Dieu à changer Son cœur et à décider de ne pas les détruire. Parce que la façon dont ils ont traité les paroles et les instructions de Dieu a démontré une attitude en contraste frappant avec celle des citoyens de Sodome, et en raison de leur soumission honnête à Dieu et de leur repentance sincère pour leurs péchés, ainsi que de leur comportement vrai et sincère à tous égards, une fois de plus Dieu a exprimé Sa pitié sincère et la leur a accordée. Ce que Dieu accorde à l’humanité et Sa pitié pour l’humanité sont impossibles à dupliquer ; et il est impossible à quiconque de posséder la miséricorde de Dieu, Sa tolérance, ou Ses sentiments sincères envers l’humanité. Y a-t-il quelqu’un que tu estimes être un grand homme ou une grande dame, ou même un surhomme, qui, d’un point culminant, parlerait comme un grand homme ou une grande dame ou du point le plus élevé, ferait ce genre de déclaration à l’humanité ou à la création ? Qui parmi les hommes peut connaître les conditions de vie de l’humanité sur le bout des doigts ? Qui peut porter un fardeau et une responsabilité pour l’existence de l’humanité ? Qui est qualifié pour proclamer la destruction d’une ville ? Et qui est qualifié pour pardonner à une ville ? Qui peut dire qu’il chérit sa propre création ? Seul le Créateur ! Seul le Créateur a de la tendresse envers cette humanité. Seul le Créateur montre compassion et affection à cette humanité. Seul le Créateur a une affection véritable, infrangible pour cette humanité. De même, seul le Créateur peut accorder la miséricorde à cette humanité et chérir toute Sa création. Son cœur bondit et souffre à chacune des actions de l’homme : Il est en colère, affligé et chagriné par le mal et la corruption de l’homme ; Il est heureux, joyeux, indulgent et jubilant pour la repentance et la croyance de l’homme ; chacune de Ses pensées et de Ses idées existe pour l’humanité et tourne autour d’elle ; ce qu’Il est et a est entièrement exprimé pour l’humanité ; toutes Ses émotions sont étroitement liées à l’existence de l’humanité. Pour le bien de l’humanité, Il voyage et Se dépêche ; Il donne silencieusement toute Sa vie ; Il dévoue chaque minute et chaque seconde de Sa vie… Il n’a jamais su comment prendre Sa vie en pitié, pourtant Il a toujours chéri l’humanité qu’Il a Lui-même créée… Il donne tout ce qu’il a à cette humanité… Il accorde Sa miséricorde et Sa tolérance inconditionnellement et sans attente de récompense. Il le fait seulement pour que l’humanité puisse continuer à survivre devant Ses yeux, recevant Son approvisionnement de vie ; Il le fait seulement pour que l’humanité puisse un jour se soumettre à Lui et reconnaître qu’Il est Celui qui nourrit l’existence de l’homme et soutient la vie de toute la création.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

L’expression « sainteté de Dieu » signifie que Son essence est parfaite, Son amour, désintéressé, comme tout ce qu’Il donne à l’homme. Vous parviendrez à savoir que la sainteté de Dieu est sans défaut et irréprochable. Ces aspects de l’essence de Dieu ne sont pas que des mots qu’Il utilise pour faire ostentation de Son identité. Grâce à Son essence, Il traite en silence et avec sincérité chaque individu. En d’autres termes, l’essence de Dieu n’est ni vide, ni théorique, ni doctrinale et certainement pas une sorte de connaissances. Ce n’est pas un type d’éducation pour l’homme, mais plutôt la véritable révélation des actions de Dieu, c’est l’essence révélée de ce qu’Il a et est.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique VI », dans La Parole apparaît dans la chair

La chair revêtue par l’Esprit de Dieu est la propre chair de Dieu. L’Esprit de Dieu est suprême ; Il est tout-puissant, saint et juste. De même, Sa chair est également suprême, toute-puissante, sainte et juste. Une telle chair ne peut faire que ce qui est juste et bénéfique pour l’humanité, ce qui est saint, glorieux et puissant ; elle est incapable de faire quoi que ce soit qui viole la vérité, la moralité et la justice, encore moins de faire quoi que ce soit qui trahisse l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu est saint, donc Satan ne peut pas corrompre Sa chair ; Sa chair est d’une essence différente de la chair de l’homme. Car c’est l’homme qui est corrompu par Satan, et non pas Dieu ; Satan ne peut absolument pas corrompre la chair de Dieu. Ainsi, en dépit du fait que l’homme et Christ demeurent dans le même espace, seul l’homme est possédé, utilisé et piégé par Satan. Christ, en revanche, est éternellement impénétrable à la corruption de Satan, car Satan ne sera jamais capable de monter jusqu’au lieu très-haut, et il ne pourra jamais s’approcher de Dieu. Aujourd’hui, vous devriez tous comprendre qu’il n’y a que l’humanité, corrompue comme elle l’est par Satan, qui Me trahit. La trahison ne sera jamais un problème qui concerne Christ le moins du monde.

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu Lui-même ne possède aucun élément de désobéissance ; Son essence est bonne. Il est l’expression de toute beauté et de toute bonté, ainsi que de tout amour. Même dans la chair, Dieu ne fait rien qui désobéit à Dieu le Père. Même s’il fallait aller jusqu’à sacrifier Sa vie, Il y serait de tout cœur disposé et Il ne ferait pas d’autre choix. Dieu n’a aucune disposition à la prétention ou à la suffisance, ni à la vanité ou à l’arrogance ; Il n’est pas disposé à la malhonnêteté. Tout ce qui désobéit à Dieu provient de Satan ; Satan est la source de toute laideur et méchanceté. L’homme a des qualités similaires à celles de Satan parce qu’il a été corrompu et manipulé par Satan. Christ n’a pas été corrompu par Satan, par conséquent, Il ne possède que les caractéristiques de Dieu et aucune de Satan.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

Vous ne verrez jamais Dieu partager des perspectives similaires aux êtres humains concernant les choses et, de plus, vous ne Le verrez pas utiliser les points de vue, la connaissance, la science, la philosophie ou l’imagination de l’humanité pour gérer les affaires. Au contraire, tout ce que Dieu fait et tout ce qu’Il révèle sont liés à la vérité. Autrement dit, chaque parole qu’Il a dite et chaque action qu’il a entreprise sont liées à la vérité. Cette vérité n’est pas le produit de quelque fantaisie sans fondement ; cette vérité et ces paroles sont exprimées par Dieu en vertu de Son essence et de Sa vie. Parce que ces paroles et l’essence de tout ce que Dieu a fait sont la vérité, nous pouvons dire que l’essence de Dieu est sainte. En d’autres termes, tout ce que Dieu dit et fait procure de la vitalité et de la lumière aux hommes, permet aux hommes de voir des choses positives et la réalité de ces choses positives et indique la voie à l’humanité, de sorte qu’elle puisse marcher sur le droit chemin. Ces choses sont toutes déterminées par l’essence de Dieu et par l’essence de Sa sainteté.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique V », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu a créé l’humanité. Qu’elle ait été corrompue ou non, qu’elle Le suive ou non, Il traite les hommes comme Ses êtres les plus chers ou, selon des termes humains, comme les gens qui Lui sont les plus chers, et non comme Ses jouets. Même si Dieu dit qu’Il est le Créateur et que l’homme est Sa création, ce qui peut donner l’impression qu’il existe une légère différence de rang, en réalité, tout ce que Dieu a fait pour l’humanité dépasse largement une relation de cette nature. Dieu aime l’humanité, prend soin d’elle et Se soucie d’elle, de même qu’Il la soutient continuellement, sans interruption. Il ne sent jamais dans Son cœur qu’il s’agit d’une œuvre supplémentaire ou de quelque chose qui mérite beaucoup d’éloges. Il n’a pas non plus le sentiment que sauver l’humanité, l’approvisionner et tout lui accorder apporte une énorme contribution à l’humanité. Il soutient simplement l’humanité discrètement et en silence, à Sa manière, ainsi que par Son essence et ce qu’Il a et est. Peu importe le soutien et l’aide que l’humanité reçoit de Lui, Dieu ne pense jamais à S’en attribuer le mérite et n’essaie jamais de le faire. Cela est déterminé par Son essence et c’est aussi précisément une véritable expression de Son tempérament.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I », dans La Parole apparaît dans la chair

« L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. » Dans cette scène, quel genre de rôle voyons-nous Dieu jouer quand Il est avec Adam et Ève ? […] Dieu a créé ces deux personnes et les a traitées comme Ses compagnons. Étant leur seule famille, Dieu a veillé sur leur vie et S’est chargé de leurs besoins en nourriture, en vêtements et en logement. Ici, Dieu apparaît comme un parent d’Adam et Ève. Pendant que Dieu fait cela, l’homme ne voit pas à quel point Dieu est élevé, ni Sa suprématie, Son mystère et encore moins Sa colère ou Sa majesté. Tout ce qu’il voit, c’est l’humilité de Dieu, Son affection, Son souci de l’homme, Sa responsabilité et Son attention envers lui. Dieu a traité Adam et Ève avec une attitude et d’une manière semblables à la façon dont les parents se soucient de leurs enfants. Elles ressemblent aussi à la façon dont les parents aiment leurs fils et leurs filles, veillent sur eux et prennent soin d’eux, de manière réelle, visible et tangible. Au lieu de Se placer dans une position supérieure, Dieu en personne S’est servi de peaux pour faire des vêtements à l’homme. Il importe peu que ces habits de fourrure aient été utilisés pour couvrir leur modestie ou pour les protéger du froid. Ce qui importe, c’est que ce vêtement couvrant le corps de l’homme a été personnellement fait par Dieu, de Ses propres mains. Plutôt que de créer les vêtements simplement par la pensée ou par des méthodes miraculeuses, comme les gens s’y attendraient de la part de Dieu, Il a légitimement fait quelque chose qu’Il ne pouvait et ne devait pas faire selon l’homme. Cela peut paraître trivial – certains ne le jugeraient même pas digne de le mentionner –, mais cela permet à tous ceux qui suivent Dieu en étant pleins d’idées vagues à Son sujet d’avoir un aperçu de Son authenticité et de Sa beauté, ainsi que de voir Sa fidélité et Son humilité. Grâce à cet acte, les gens insupportablement arrogants, qui se croient supérieurs, baissent leur regard vaniteux dans la honte face à l’authenticité et à l’humilité de Dieu. Ici, Son authenticité et Son humilité permettent en outre aux gens de voir comme Il est aimable. Par contre, le Dieu « immense », « aimable » et « omnipotent » dans le cœur des gens est devenu insignifiant, laid et incapable de résister au moindre contact.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I », dans La Parole apparaît dans la chair

Il y a quelque chose dans l’essence et le tempérament de Dieu qui est beaucoup trop facile à négliger, quelque chose que seul Lui possède et personne d’autre, même ceux qui sont considérés comme des gens formidables, des gens bien ou le Dieu de leur imagination. De quoi s’agit-il ? De l’altruisme de Dieu. À ce propos, tu pourrais te croire également très altruiste, car tu ne négocies jamais avec tes enfants et te montres généreux envers eux, ou tu te penses très altruiste avec tes parents. Peu importe ce que tu penses, tu as au moins une notion du mot « altruisme » : tu le considères comme positif et tu considères qu’une personne altruiste est très noble. Lorsque tu es altruiste, tu as une haute estime de toi-même. Mais personne ne voit l’altruisme de Dieu chez les gens, dans les événements, les objets, Son œuvre et toutes choses. Pourquoi cela ? Parce que l’homme est trop égoïste ! Pourquoi dis-Je cela ? L’humanité vit dans un monde matériel. Tu suis peut-être Dieu, mais tu ne vois jamais ni n’apprécies la façon dont Il te soutient, t’aime et Se soucie de toi. Alors, que vois-tu ? Tu vois tes parents de sang qui t’aiment à la folie. Tu vois les choses qui sont bénéfiques pour ta chair, tu te soucies des gens et des choses que tu aimes. Tel est le prétendu altruisme de l’homme. Ces gens « altruistes », cependant, ne sont jamais préoccupés par le Dieu qui leur donne la vie. Contrairement à celui de Dieu, l’altruisme de l’homme devient égoïste et méprisable. L’homme croit à un altruisme vide, irréaliste, frelaté, incompatible avec Dieu et sans rapport avec Lui. L’altruisme de l’homme est pour lui-même, tandis que l’altruisme de Dieu est une véritable révélation de Son essence. C’est précisément grâce à l’altruisme de Dieu que l’homme est constamment soutenu par Lui. Vous n’êtes peut-être pas touchés très profondément par le sujet dont Je parle aujourd’hui et hochez la tête simplement en signe d’approbation. Mais quand tu essaieras d’apprécier intérieurement le cœur de Dieu, tu découvriras involontairement ceci : de tous les gens, toutes les questions et toutes les choses que tu peux sentir en ce monde, seul l’altruisme de Dieu est réel et concret, parce que seul Son amour pour toi est inconditionnel et irréprochable. Le prétendu altruisme de toute autre personne mis à part Dieu est entièrement faux, superficiel et hypocrite. Il a un but, certaines intentions. Il contient un échange et ne résiste pas à l’épreuve. On pourrait même dire qu’il est infâme et méprisable.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I », dans La Parole apparaît dans la chair

Nombreuses sont les nuits sans sommeil que Dieu a endurées pour le bien de l’œuvre de l’humanité. De très haut au plus bas, Il est descendu dans l’enfer dans lequel l’homme vit dans le but de passer Ses journées avec l’homme, Il ne S’est jamais plaint de la pauvreté de l’homme et Il ne lui a jamais reproché sa désobéissance, mais endure la plus grande humiliation tout en accomplissant personnellement Son œuvre. Comment Dieu pourrait-Il appartenir à l’enfer ? Comment pourrait-Il passer Sa vie en enfer ? Mais, pour le bien de l’humanité tout entière, pour que toute l’humanité puisse trouver le repos plus tôt, Il a enduré l’humiliation et subi l’injustice en venant sur terre et en entrant personnellement dans « l’enfer » et « le séjour des morts », dans l’antre du tigre, afin de sauver l’homme. En quoi l’homme est-il qualifié pour s’opposer à Dieu ? Quelle raison a-t-il pour se plaindre de Dieu ? Comment peut-il avoir le culot de regarder Dieu ? Dieu du ciel est venu sur cette terre de souillure et de vice, et n’a jamais présenté Ses griefs ni ne S’est plaint de l’homme mais, au contraire, Il accepte en silence les ravages[1] et l’oppression de l’homme. Il ne S’est jamais vengé des exigences déraisonnables de l’homme, n’a jamais fait de demandes excessives à l’homme, et n’a jamais formulé de demandes déraisonnables à l’homme. Il fait tout simplement tous les travaux requis par l’homme sans Se plaindre : enseigner, éclairer, reprocher, épurer par les mots, rappeler, exhorter, consoler, juger et révéler. Laquelle de Ses étapes n’a pas été en faveur de la vie de l’homme ? Bien qu’Il ait supprimé les perspectives et le destin de l’homme, laquelle des étapes réalisées par Dieu ne l’a pas été pour le destin de l’homme ? Laquelle n’a pas été en faveur de la survie de l’homme ? Laquelle d’entre elles n’a pas été en faveur de la libération de l’homme de cette souffrance et de l’oppression des forces des ténèbres, qui sont aussi noires que la nuit ? Laquelle n’est pas en faveur de l’homme ? Qui peut comprendre le cœur de Dieu qui est comme le cœur d’une mère aimante ? Qui peut comprendre le cœur ardent de Dieu ?

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (9) », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu S’est humilié au point de faire Son œuvre chez ces gens souillés et corrompus et de perfectionner ce groupe de personnes. Dieu ne S’est pas seulement fait chair pour vivre et manger avec les gens, pour paître les gens, pour pourvoir les gens de ce dont ils ont besoin. Plus important encore, c’est qu’Il fait Son immense œuvre de salut et de conquête pour ces gens insupportablement corrompus. Il est venu au cœur du grand dragon rouge pour sauver ces personnes les plus corrompues afin que toutes personnes puissent être changées et renouvelées. La difficulté immense que Dieu endure n’est pas seulement la difficulté qu’endure le Dieu incarné, mais c’est surtout que l’Esprit de Dieu subit une humiliation extrême : Il S’humilie et Se dissimule tellement qu’Il devient une personne ordinaire. Dieu S’est incarné et a pris la forme de la chair afin que les gens voient qu’Il a une vie humaine normale et qu’Il a des besoins humains normaux. C’est suffisant pour prouver que Dieu S’est considérablement humilié. L’Esprit de Dieu Se réalise dans la chair. Son Esprit est si sublime et grand, mais Il prend la forme d’un être humain ordinaire, d’un être humain négligeable pour accomplir l’œuvre de Son Esprit. Le calibre, la perspicacité, le sens, l’humanité et la vie de chacun d’entre vous montrent que vous êtes vraiment indignes d’accepter ce genre d’œuvre de Dieu. Vous êtes vraiment indignes de laisser Dieu endurer une telle calamité pour votre bien. Dieu est si grand. Il est tellement suprême et les gens sont si mesquins, mais Il œuvre quand même en eux. Non seulement Il S’est fait chair pour pourvoir aux besoins des gens, pour parler aux gens, mais Il cohabite même avec des gens. Dieu est si humble, si aimable…

Extrait de « Seuls ceux qui se concentrent sur la pratique peuvent être perfectionnés », dans La Parole apparaît dans la chair

Tout ce que Dieu fait est concret, rien de ce qu’Il fait n’est vide, et de tout cela Il fait Lui-même l’expérience. Dieu paie le prix de Sa propre expérience de souffrance en échange d’une destination pour l’humanité. Cela n’est-il pas une œuvre concrète ? Les parents paient sans doute un prix élevé pour leurs enfants, ce qui montre leur sincérité. Par cet acte, Dieu incarné Se montre, bien sûr, très sincère et fidèle envers l’humanité. L’essence de Dieu est fidèle. Il fait ce qu’Il dit et tout ce qu’Il fait est accompli. Tout ce qu’Il fait pour les hommes est sincère. Il ne Se contente pas de prononcer des paroles. Quand Il dit qu’Il paiera le prix, Il le fait. Quand Il dit qu’Il assumera la souffrance de l’humanité et qu’Il souffrira à Sa place, Il vient effectivement vivre parmi les hommes, ressentir et connaître cette souffrance personnellement. Ensuite, toutes les choses de l’univers reconnaîtront que tout ce que Dieu fait est juste et bon, que tout ce qu’Il fait est réaliste : voilà une preuve formidable. En plus, l’humanité aura une magnifique destination, et tous ceux qui restent loueront Dieu. Ils rapporteront avec éloge que les actes de Dieu ont vraiment été réalisés par amour pour l’humanité. Dieu vient humblement parmi les hommes, comme une personne ordinaire. Il ne Se contente pas d’accomplir une œuvre et de prononcer des paroles pour repartir ensuite : Il vient vraiment au milieu des hommes pour faire l’expérience de la douleur du monde. Il ne partira qu’après en avoir fait l’expérience. Voilà combien Son œuvre est réelle et concrète. Tous ceux qui restent Le loueront pour cela, et verront Sa fidélité vis-à-vis de l’homme et Sa bonté. La signification de Son incarnation montre l’essence de Sa beauté et de Sa bonté. Tout ce qu’Il fait est honnête ; tout ce qu’Il dit est sincère et loyal. Tout ce qu’Il envisage de faire, Il le fait vraiment, et quand Il paie un prix, Il le paie vraiment ; Il ne Se contente pas de prononcer des paroles. Dieu est un Dieu juste, Dieu est un Dieu fidèle.

Extrait de « Le deuxième aspect de la signification de l’incarnation », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Quand Dieu est venu sur la terre, Il n’était pas du monde et Il n’est pas devenu chair pour jouir du monde. L’endroit où travailler révélerait le mieux Son tempérament et ce qui serait le plus signifiant est l’endroit où Il est né. Qu’il s’agisse d’un pays saint ou souillé et peu importe où Il travaille, Il est saint. Tout dans le monde a été créé par Lui, mais tout a été corrompu par Satan. Cependant, toutes les choses Lui appartiennent toujours ; elles sont toutes entre Ses mains. Il vient dans un pays souillé et y travaille afin de révéler Sa sainteté ; Il le fait seulement pour le bien de Son œuvre, c’est-à-dire qu’Il endure une grande humiliation pour accomplir une telle œuvre afin de sauver les gens de ce pays souillé. C’est fait afin de rendre témoignage, pour le bien de toute l’humanité. Ce qu’une telle œuvre montre aux gens, c’est la justice de Dieu, et elle est plus en mesure d’afficher la suprématie de Dieu. Sa grandeur et Sa droiture sont manifestées dans le salut d’un groupe de gens abjects que les autres dédaignent. Qu’Il soit né dans un pays souillé ne prouve nullement qu’Il soit abject ; cela permet seulement à toute la création de voir Sa grandeur et Son véritable amour pour l’humanité. Plus Il le fait, plus cela révèle Son amour pur, Son amour sans faille pour l’homme. Dieu est saint et juste. Même s’Il est né dans un pays souillé et même s’Il vit avec des gens qui sont pleins de souillure, tout comme Jésus a vécu avec les pécheurs à l’ère de la Grâce, toute parcelle de Son œuvre n’est-elle pas accomplie pour la survie de toute l’humanité ? N’est-ce pas complètement pour que l’humanité puisse gagner un grand salut ? Il y a deux mille ans, Il a vécu avec des pécheurs pendant un certain nombre d’années. C’était pour la rédemption. Aujourd’hui, Il vit avec un groupe de gens souillés et abjects. C’est pour le salut. Toute Son œuvre n’est-elle pas pour ces humains que vous êtes ? Si ce n’était pour sauver l’humanité, pourquoi aurait-Il vécu et souffert avec les pécheurs pendant tant d’années après être né dans une mangeoire ? Et s’il ne s’agissait pas de sauver l’humanité, pourquoi viendrait-Il dans la chair une seconde fois, naître dans ce pays où les démons conglomèrent et vivre avec ces gens profondément corrompus par Satan ? Dieu n’est-Il pas fidèle ? Quelle partie de Son œuvre n’a pas été faite pour l’humanité ? Quelle partie n’a pas été faite pour votre destinée ? Dieu est saint. C’est immuable ! Il n’est pas pollué par la souillure, bien qu’Il soit venu dans un pays souillé ; tout cela peut seulement signifier que l’amour de Dieu pour l’humanité est extrêmement désintéressé et que la souffrance et l’humiliation qu’Il endure sont extrêmement grandes ! Ne connaissez-vous pas l’ampleur de l’humiliation qu’Il endure pour vous tous et pour votre destinée ? Plutôt que de sauver les gens extraordinaires ou les fils de familles riches et puissantes, Il Se fait le devoir de sauver ceux qui sont abjects et regardés de haut. Tout cela n’est-il pas Sa sainteté ? Tout cela n’est-il pas Sa justice ?

Extrait de « Le sens de sauver les descendants de Moab », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand tu arrives à comprendre la sainteté de Dieu, alors tu peux véritablement croire en Lui. Quand tu arrives à comprendre la sainteté de Dieu, alors tu peux véritablement saisir le vrai sens des mots « Dieu Lui-même, l’Unique ». Tu ne t’imagineras prendre d’autres routes que celle que tu as choisi d’emprunter, et tu ne seras plus disposé à trahir tout ce que Dieu a arrangé pour toi. Comme Son essence est sainte, il n’y a que par Dieu que, dans la vie, tu peux emprunter le chemin lumineux et droit. Il n’y a que par Dieu que tu peux connaître le sens de la vie. Il n’y a que par Dieu que tu peux vivre une véritable humanité, détenir la vérité et la connaître. Il n’y a que par Dieu que tu peux obtenir la vie à partir de la vérité. Seul Dieu Lui-même peut t’aider à t’éloigner du mal et te délivrer de la méchanceté et du contrôle de Satan. Rien ni personne à part Dieu ne peut te sauver de l’océan de souffrances pour que tu ne souffres plus. Cela est déterminé par l’essence de Dieu. Seul Dieu Lui-même te sauve aussi généreusement, seul Dieu est finalement garant de ton avenir, de ton destin et de ta vie, et organise toutes choses pour toi. C’est quelque chose que rien de créé ou de non créé ne peut réaliser. Parce que rien de créé ou de non créé ne possède une essence comme celle de Dieu, aucune personne ni chose n’a la capacité de te sauver ou de te diriger. C’est l’importance de l’essence de Dieu pour l’homme.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique VI », dans La Parole apparaît dans la chair

Notes de bas de page :

1. « Ravages » est utilisé pour exposer la désobéissance de l’humanité.

a. Le texte original dit : « c’est un symbole d’être incapable d’être ».

b. Le texte original dit : « ainsi qu’un symbole d’être incapable d’être offensé (et ne tolérant pas d’être offensé) ».

Précédent: 1. Comment connaître le tempérament de Dieu à partir de Son œuvre

Suivant: 3. Comment Dieu manifeste à l’humanité Son tempérament juste

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

2. Comment l’œuvre de jugement de Dieu dans les derniers jours purifie et sauve l’humanité

« Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu » (1 Pierre 4:17). « Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s’enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres. La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux ; et chacun fut jugé selon ses œuvres. Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu. C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu » (Apocalypse 20:11-15).

3. Si les anciens et les pasteurs religieux sont vraiment mis en place par Dieu et si obéir aux anciens et aux pasteurs, c’est obéir à Dieu et suivre Dieu

« Jésus se mit ensuite à leur parler en paraboles. Un homme planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, creusa un pressoir, et bâtit une tour ; puis il l’afferma à des vignerons, et quitta le pays. Au temps de la récolte, il envoya un serviteur vers les vignerons, pour recevoir d’eux une part du produit de la vigne. S’étant saisis de lui, ils le battirent, et le renvoyèrent à vide. Il envoya de nouveau vers eux un autre serviteur ; ils le frappèrent à la tête, et l’outragèrent. Il en envoya un troisième, qu’ils tuèrent ; puis plusieurs autres, qu’ils battirent ou tuèrent. Il avait encore un fils bien-aimé ; il l’envoya vers eux le dernier, en disant : Ils auront du respect pour mon fils. Mais ces vignerons dirent entre eux : Voici l’héritier ; venez, tuons-le, et l’héritage sera à nous. Et ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne. Maintenant, que fera le maître de la vigne ? Il viendra, fera périr les vignerons, et il donnera la vigne à d’autres » (Marc 12:1-9).

1. Comment discerner un faux Christ et quelles sont ses caractéristiques

« Il arrivera, dans la suite des temps, Que la montagne de la maison de l’Éternel Sera fondée sur le sommet des montagnes, Qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, Et que toutes les nations y afflueront. Des peuples s’y rendront en foule, et diront: Venez, et montons à la montagne de l’Éternel, A la maison du Dieu de Jacob, Afin qu’il nous enseigne ses voies, Et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, Et de Jérusalem la parole de l’Éternel. Il sera le juge des nations, L’arbitre d’un grand nombre de peuples. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, Et de leurs lances des serpes: Une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, Et l’on n’apprendra plus la guerre. Maison de Jacob, Venez, et marchons à la lumière de l’Éternel ! » (Esaïe 2:2-5).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre