3. Comment Dieu manifeste à l’humanité Son tempérament juste

Paroles de Dieu concernées :

Dans Son œuvre finale de la conclusion de l’ère, le tempérament de Dieu est le châtiment et le jugement, par lesquels Il révèle tout ce qui est injuste, afin de juger tous les peuples publiquement et de perfectionner ceux qui L’aiment d’un cœur sincère. Seul un tel tempérament peut mener l’ère à sa fin. Les derniers jours sont déjà arrivés. Toutes les choses de la création seront séparées selon leur genre et seront divisées en différentes catégories selon leur nature. C’est le temps où Dieu révèle la fin et la destination de l’humanité. Si l’homme ne subit pas le châtiment et le jugement, alors il n’y aura aucun moyen d’exposer sa désobéissance et son injustice. Ce n’est que par le châtiment et le jugement que l’issue de toute création peut être révélée. L’homme affiche son vrai visage seulement quand il est châtié et jugé. Le mal sera placé avec le mal, le bien avec le bien, et l’humanité tout entière sera séparée selon son espèce. Par le châtiment et le jugement, l’issue de toute création sera révélée, de sorte que le mal pourra être puni et le bien récompensé, et tous les gens seront alors soumis à la domination de Dieu. Toute cette œuvre doit être réalisée à travers un châtiment et un jugement justes. Parce que la corruption de l’homme a atteint son apogée et que sa désobéissance s’est excessivement aggravée, seul le tempérament juste de Dieu, qui est principalement composé du châtiment et du jugement et qui est révélé au cours des derniers jours, peut complètement transformer l’homme et le rendre complet. Seul ce tempérament peut exposer le mal et donc punir sévèrement tous les injustes. Par conséquent, un tempérament comme celui-là est imprégné de la signification de l’ère, et la révélation et la démonstration de Son tempérament sont manifestées dans l’intérêt de l’œuvre de chaque nouvelle ère. Dieu ne révèle pas Son tempérament arbitrairement et sans signification. En supposant que, en révélant l’issue de l’homme durant les derniers jours, Dieu accorde toujours à l’homme une compassion et un amour intarissables et continue d’aimer l’homme, ne le soumettant pas au juste jugement, mais lui manifestant plutôt de la tolérance, de la patience et de la miséricorde et pardonnant à l’homme ses péchés, quelle que soit leur gravité, sans aucun jugement juste, alors, quand toute la gestion de Dieu pourra-t-elle arriver à sa fin ? Quand un tel tempérament pourra-t-il mener les hommes vers la bonne destination de l’humanité ? Prenons comme exemple un juge qui est toujours aimant, bienveillant et doux. Il aime les gens, quels que soient les crimes qu’ils ont commis, et il est aimant et tolérant avec les gens, quels qu’ils soient. Dans ce cas, quand pourra-t-il rendre un juste verdict ? Pendant les derniers jours, seul un jugement juste peut séparer les hommes en fonction de leur espèce et amener les hommes dans un nouveau domaine. De cette façon, toute l’ère est menée à sa fin par le juste tempérament de jugement et de châtiment de Dieu.

Extrait de « La vision de l’œuvre de Dieu (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu S’est fait chair dans l’endroit le plus arriéré et le plus souillé de tous, et c’est seulement de cette manière que Dieu peut montrer clairement l’intégralité de Son tempérament saint et juste. Et par quel biais Son tempérament juste apparaît-il ? Il apparaît quand Dieu juge les péchés des hommes, quand Il juge Satan, quand Il abhorre le péché et quand Il méprise les ennemis qui s’opposent à Lui et se rebellent contre Lui. Je prononce ces paroles aujourd’hui pour juger les péchés des hommes, pour juger leur impiété et pour maudire leur désobéissance. La malhonnêteté et la duplicité des hommes, leurs paroles et leurs actes, tout ce qui va à l’encontre de la volonté de Dieu doivent être soumis au jugement, et la désobéissance des hommes doit être dénoncée comme péché. Ses paroles s’articulent sur les principes du jugement : Il utilise le jugement de l’impiété des hommes, la malédiction de leur insubordination et la révélation des visages hideux des hommes pour manifester Son tempérament juste. La sainteté est une représentation de Son tempérament juste, et la sainteté de Dieu est effectivement Son tempérament juste. Vos tempéraments corrompus sont le contexte des paroles d’aujourd’hui : Je les utilise pour parler et pour juger, et pour accomplir l’œuvre de la conquête. Cela seul est l’œuvre réelle, et cela seul fait pleinement rayonner la sainteté de Dieu. S’il n’y a aucune trace de tempérament corrompu en toi, alors Dieu ne te jugera pas et ne te montrera pas non plus Son tempérament juste. Sachant que tu as un tempérament corrompu, Dieu ne t’acquittera pas, et c’est à travers cela que se montre Sa sainteté. Si Dieu voyait que la souillure et l’insubordination de l’homme étaient trop grandes mais ne parlait pas et ne te jugeait pas, et ne te châtiait pas non plus pour ton impiété, cela prouverait qu’Il n’est pas Dieu, car Il n’aurait pas de haine du péché. Il serait aussi souillé que l’homme. Aujourd’hui, c’est en raison de ta souillure que Je te juge, et c’est en raison de ta corruption et de ton insubordination que Je te châtie. Je ne fais pas étalage de mon pouvoir devant vous et ne vous opprime pas délibérément. Je fais ces choses parce que vous, qui êtes nés dans ce pays de souillure, avez été très gravement contaminés par la souillure. Vous avez tout simplement perdu votre intégrité et votre humanité, et vous êtes devenus comme des porcs nés dans les coins du monde les plus sales, et c’est donc pour cela que vous êtes jugés et que Je déchaîne Ma colère contre vous. C’est précisément grâce à ce jugement que vous avez pu voir que Dieu est le Dieu juste, et que Dieu est le Dieu saint ; c’est précisément en raison de Sa sainteté et de Sa droiture qu’Il vous juge et déchaîne sur vous Sa colère. Parce qu’Il peut révéler Son tempérament juste quand Il voit l’insubordination de l’homme, et parce qu’Il peut révéler Sa sainteté quand Il voit la souillure de l’homme, cela suffit à montrer qu’Il est Dieu Lui-même qui est saint et parfait et qui vit cependant au pays de la souillure. Si une personne se vautre dans la fange avec d’autres et qu’il n’y a rien de saint chez elle, et si elle n’a aucun tempérament juste, alors elle n’est pas qualifiée pour juger l’iniquité des hommes ni apte à exercer le jugement des hommes. Si une personne devait en juger une autre, ne serait-ce pas comme si cette personne se donnait elle-même une claque ? Comment des gens qui sont tout aussi souillés les uns que les autres pourraient-ils être qualifiés pour juger leurs semblables ? Seul le Dieu saint Lui-même peut juger tout le genre humain souillé. Comment l’homme pourrait-il juger les péchés de l’homme ? Comment l’homme pourrait-il voir les péchés de l’homme, et comment l’homme pourrait-il être qualifié pour condamner ces péchés ? Si Dieu n’était pas qualifié pour juger les péchés des hommes, comment pourrait-Il être le Dieu juste Lui-même ? Quand les tempéraments corrompus des gens sont révélés, Dieu parle afin de juger les gens, et alors seulement les gens voient qu’Il est saint. Comme Il juge et châtie l’homme pour ses péchés, tout en exposant les péchés de l’homme, aucune personne et aucune chose ne peuvent échapper à Son jugement : tout ce qui est souillé est jugé par Lui, et c’est ainsi seulement que Son tempérament peut être considéré comme juste. S’il en était autrement, comment pourrait-on dire que vous êtes des faire-valoir en théorie et en pratique ?

Extrait de « Comment les effets de la seconde étape de l’œuvre de la conquête sont obtenus », dans La Parole apparaît dans la chair

Quelle est l’étendue de ta connaissance aujourd’hui ? Tes idées, tes réflexions, ta conduite, tes paroles et tes actes : toutes ces expressions ne sont-elles pas l’équivalent d’un faire-valoir de la justice et de la sainteté de Dieu ? Tes expressions ne sont-elles pas les manifestations du tempérament corrompu révélé par les paroles de Dieu ? Tes pensées et tes idées, tes motivations et la corruption qui est révélé en toi montrent le tempérament juste de Dieu, ainsi que Sa sainteté. Dieu aussi est né au pays de la souillure, et cependant Il reste pur de toute souillure. Il vit dans le même monde souillé que toi, mais Il est doué de raison et de perception, et Il méprise la souillure. Il se peut que tu ne puisses même pas détecter quoi que ce soit de souillé dans tes paroles et tes actes, mais Lui le peut, et Il te les indique. Ces choses anciennes chez toi – ton manque de culture, d’idées et de jugement, et ton mode de vie rétrograde – ont maintenant été mises en lumière par les révélations d’aujourd’hui ; c’est seulement parce que Dieu vient sur terre œuvrer de telle sorte que les gens perçoivent Sa sainteté et Son tempérament juste. Il te juge et te châtie, et te fait ainsi parvenir à une meilleure compréhension ; parfois, ta nature démoniaque se manifeste et Il te l’indique. Il connaît l’essence de l’homme comme Sa poche. Il vit avec toi, Il mange la même nourriture que toi et Il vit dans le même environnement – mais même ainsi, Il en sait davantage ; Il peut t’exposer et percer à jour l’essence corrompue de l’humanité. Il n’y a rien qu’il méprise autant que les philosophies de vie de l’homme, la malhonnêteté et la duplicité. Il abhorre particulièrement les relations charnelles entre les gens. Il n’est peut-être pas familiarisé avec les philosophies de vie de l’homme, mais Il voit très bien et expose les tempéraments corrompus que les hommes révèlent. Il œuvre pour parler aux hommes et leur enseigner à travers ces choses, Il utilise ces choses pour juger les gens et pour manifester Son propre tempérament juste et saint.

Extrait de « Comment les effets de la seconde étape de l’œuvre de la conquête sont obtenus », dans La Parole apparaît dans la chair

L’intolérance de Dieu envers l’offense est Son essence unique ; la colère de Dieu est Son tempérament unique ; la majesté de Dieu est Son essence exclusive. Le principe derrière la colère de Dieu démontre l’identité et le statut que Lui seul possède. Il va sans dire que ce principe est aussi un symbole de l’essence du Dieu unique Lui-même. Le tempérament de Dieu est Sa propre essence inhérente, qui n’est pas du tout changée par le passage du temps et n’est pas affectée par les changements géographiques. Son tempérament inhérent est Son essence intrinsèque. Peu importe en qui Il réalise Son œuvre, Son essence ne change pas et Son tempérament juste non plus. Quand on met Dieu en colère, ce que Dieu manifeste, c’est Son tempérament inhérent ; à ce moment-là, le principe derrière Sa colère ne change pas, ni Son identité et Son statut uniques. Il ne Se met pas en colère à cause d’un changement dans Son essence ou parce que différents éléments sont apparus dans Son tempérament, mais parce que l’opposition de l’homme contre Lui offense Son tempérament. La provocation flagrante de Dieu par l’homme est un défi sérieux à l’identité et au statut mêmes de Dieu. Aux yeux de Dieu, quand l’homme Le défie, l’homme Le conteste et teste Sa colère. Quand l’homme s’oppose à Dieu, quand l’homme conteste Dieu, quand l’homme teste continuellement la colère de Dieu – et c’est à des moments où le péché prolifère –, la colère de Dieu se révèle et se présente naturellement. Par conséquent, l’expression par Dieu de Sa colère est un symbole de la fin de l’existence de toutes les forces du mal et c’est un symbole de la destruction de toutes les forces hostiles. C’est l’unicité du tempérament juste de Dieu et de la colère de Dieu. Lorsque la dignité et la sainteté de Dieu sont mises au défi, lorsque les forces de la justice sont obstruées et invisibles à l’homme, alors Dieu manifeste Sa colère. À cause de l’essence de Dieu, toutes ces forces sur terre qui contestent Dieu, s’opposent à Lui et L’affrontent sont mauvaises, corrompues et injustes ; elles viennent de Satan et lui appartiennent. Parce que Dieu est juste et qu’Il appartient à la lumière et est parfaitement saint, toutes choses mauvaises, corrompues et appartenant à Satan disparaîtront donc quand la colère de Dieu sera déployée.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand Dieu manifeste Sa colère, les forces du mal sont contenues et les choses mauvaises sont détruites, tandis que les choses justes et positives viennent jouir de l’attention et de la protection de Dieu et perdurent. Dieu manifeste Sa colère parce que les choses injustes, négatives et mauvaises obstruent, perturbent ou détruisent l’activité et le développement normal de choses justes et positives. Le but de la colère de Dieu n’est pas de sauvegarder Son propre statut et Sa propre identité, mais de sauvegarder l’existence de choses justes, positives, belles et bonnes, de sauvegarder les lois et l’ordre de la survie normale de l’humanité. C’est la première cause de la colère de Dieu. La rage de Dieu est une révélation très appropriée, naturelle et vraie de Son tempérament. Il n’y a aucune arrière-pensée dans Sa rage, il n’y a pas de tromperie ou d’intrigue non plus, sans parler de désirs, de ruse, de malice, de violence, de mal ou de n’importe quelles autres caractéristiques que partage l’humanité corrompue. Avant que Dieu ne manifeste Sa rage, Il a déjà perçu très clairement et complètement l’essence de chaque chose, et Il a déjà formulé des définitions et des conclusions précises et claires. Ainsi, l’objectif de Dieu dans chaque chose qu’Il fait est clair, comme l’est Son attitude. Il n’est pas confus, aveugle, impulsif ou négligent, et Il n’est certainement pas sans principes. C’est l’aspect pratique de la colère de Dieu, et c’est à cause de cet aspect pratique de la colère de Dieu que l’humanité a atteint son existence normale. Sans la colère de Dieu, l’humanité tomberait dans des conditions de vie anormales et toutes choses justes, belles et bonnes seraient détruites et cesseraient d’exister. Sans la colère de Dieu, les lois et les règles d’existence des êtres créés seraient brisées ou même complètement renversées. Depuis la création de l’homme, Dieu a continuellement utilisé Son tempérament juste pour sauvegarder et maintenir l’existence normale de l’humanité. Parce que Son tempérament juste contient la colère et la majesté, tout ce qui est méchant, hommes, choses et objets, et toutes les choses qui perturbent et endommagent l’existence normale de l’humanité sont punis, contrôlés et détruits à cause de Sa colère. Au cours des nombreux derniers millénaires, Dieu a continuellement utilisé Son tempérament juste pour abattre et détruire toutes sortes d’esprits impurs et pervers qui s’opposent à Dieu et agissent en tant que complices et laquais de Satan dans l’œuvre de Dieu de gestion de l’humanité. Ainsi, l’œuvre du salut de l’homme par Dieu a toujours progressé selon Son plan. C’est-à-dire qu’en raison de l’existence de la colère de Dieu, les causes les plus justes des hommes n’ont jamais été détruites.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Le traitement de Dieu de toute l’humanité, folle et ignorante qu’elle est, est principalement basé sur la miséricorde et la tolérance. Sa colère, d’autre part, est gardée cachée pour la grande majorité du temps et dans la grande majorité des événements, et elle est inconnue à l’homme. En conséquence, il est difficile pour l’homme de voir Dieu exprimer Sa colère et il est également difficile de comprendre Sa colère. Ainsi, l’homme prend la colère de Dieu à la légère. Quand les hommes font face à l’œuvre et à l’étape finales de la tolérance et du pardon de l’homme par Dieu, c’est-à-dire quand la dernière instance de la miséricorde de Dieu et Son ultime avertissement atteignent l’humanité, si les hommes utilisent encore les mêmes méthodes pour s’opposer à Dieu et ne font aucun effort pour se repentir, pour corriger leurs voies et accepter Sa miséricorde, alors Dieu ne leur accordera plus Sa tolérance et Sa patience. Au contraire, Dieu retirera Sa miséricorde à ce moment-là. Ensuite, Il ne manifestera que Sa colère. Il peut exprimer Sa colère de différentes manières, tout comme Il peut utiliser différentes méthodes pour punir et détruire les gens.

L’utilisation du feu par Dieu pour détruire la ville de Sodome est Sa méthode la plus rapide pour anéantir complètement une humanité ou toute autre chose. Brûler les gens de Sodome a détruit plus que leurs corps physiques ; il a détruit entièrement leurs esprits, leurs âmes et leurs corps, en s’assurant que les gens à l’intérieur de la ville cessent d’exister à la fois dans le monde matériel et dans le monde qui est invisible à l’homme. C’est un moyen par lequel Dieu révèle et exprime Sa colère. Ce style de révélation et d’expression est un aspect de l’essence de la colère de Dieu, tout comme il est naturellement aussi une révélation de l’essence du tempérament juste de Dieu. Quand Dieu manifeste Sa colère, Il cesse de révéler toute miséricorde ou bonté et Il ne fait plus montre de tolérance ou de patience ; aucune personne, chose ou raison ne peut Le persuader de continuer à être patient, à offrir Sa miséricorde de nouveau, à accorder Sa tolérance encore une fois. À la place de ces choses, sans un moment d’hésitation, Dieu manifeste Sa colère et Sa majesté, fait ce qu’Il désire, et Il fait ces choses rapidement et proprement selon Ses propres souhaits. C’est de cette manière que Dieu manifeste Sa colère et Sa majesté que l’homme ne doit pas offenser, et c’est aussi une expression d’un aspect de Son tempérament juste. Quand les gens voient que Dieu montre qu’Il Se préoccupe de l’homme et aime l’homme, ils sont incapables de détecter Sa colère, de voir Sa majesté ou de sentir Son intolérance à l’offense. Cela a toujours amené les gens à croire que le tempérament juste de Dieu est uniquement miséricorde, tolérance et amour. Cependant, quand on voit Dieu détruire une ville ou détester une humanité, Sa colère et Sa majesté dans la destruction de l’homme permettent aux gens d’entrevoir l’autre côté de Son tempérament juste. C’est l’intolérance à l’offense de Dieu. Le tempérament de Dieu qui ne tolère aucune offense dépasse l’imagination de tout être créé et, parmi les êtres non créés, aucun n’est capable d’interférer avec cela ou d’affecter cela ; cela peut encore moins être personnifié ou imité. Ainsi, cet aspect du tempérament de Dieu est celui que l’humanité devrait le mieux connaître. Seul Dieu Lui-même a ce genre de tempérament et seul Dieu Lui-même possède ce genre de tempérament. Dieu possède ce genre de tempérament juste parce qu’Il déteste la méchanceté, les ténèbres, la rébellion et les actes pervers de Satan corrompant et dévorant l’humanité, parce qu’Il déteste tous les actes de péché contre Lui et à cause de Son essence sainte et pure. C’est à cause de cela qu’Il ne souffrira qu’aucun des êtres créés ou non créés s’oppose ouvertement à Lui ou Le conteste. Même un individu auquel Il a déjà fait miséricorde ou qu’Il a choisi a seulement besoin de provoquer Son tempérament et de transgresser Ses principes de patience et de tolérance, et Dieu manifestera et révélera Son tempérament juste qui ne tolère aucune offense sans la moindre pitié ou hésitation.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Indépendamment de ce qu’avait été la colère de Dieu envers les Ninivites, dès qu’ils ont déclaré un jeûne et se sont couverts de sacs et de la cendre, Son cœur s’est adouci et Il a commencé à changer d’avis. Quand Il leur a annoncé qu’Il allait détruire leur ville – le moment avant leur confession et leur repentance pour leurs péchés –, Dieu était toujours en colère contre eux. Après qu’ils eurent posé une série d’actes de repentance, la colère de Dieu contre les habitants de Ninive s’est graduellement transformée en miséricorde et en tolérance pour eux. Il n’y a rien de contradictoire au sujet de la révélation coïncidente de ces deux aspects du tempérament de Dieu dans le même événement. Alors, comment devrait-on comprendre et connaître ce manque de contradiction ? Dieu a exprimé et révélé ces deux essences complètement opposées chacune leur tour alors que les habitants de Ninive se sont repentis, permettant aux gens de voir la réalité de l’essence de Dieu et le fait qu’elle ne peut être offensée. Dieu a utilisé Son attitude pour dire aux gens ce qui suit : ce n’est pas que Dieu ne tolère pas les gens ou qu’Il ne veuille pas leur montrer de miséricorde ; c’est plutôt qu’il est rare qu’ils se repentent vraiment devant Dieu, et il est rare que les gens se détournent vraiment de leurs mauvaises voies et abandonnent la violence dont leurs mains sont coupables. En d’autres termes, quand Dieu est en colère contre l’homme, Il espère que l’homme soit vraiment capable de se repentir et Il espère en effet voir la vraie repentance de l’homme, auquel cas Il continuera libéralement à accorder Sa miséricorde et Sa tolérance à l’homme. C’est dire que la mauvaise conduite de l’homme entraîne la colère de Dieu, tandis que la miséricorde et la tolérance de Dieu sont accordées à ceux qui écoutent Dieu et se repentent vraiment devant Lui, à ceux qui peuvent se détourner de leurs mauvaises voies et abandonner la violence dont leurs mains sont coupables. L’attitude de Dieu a été très clairement révélée dans Son traitement des Ninivites : la miséricorde et la tolérance de Dieu ne sont pas du tout difficiles à obtenir et ce qu’Il exige, c’est une vraie repentance. Tant que les gens se détourneront de leurs mauvaises voies et abandonneront la violence entre leurs mains, Dieu changera Son cœur et changera Son attitude à leur égard.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand Dieu a changé Son cœur envers les habitants de Ninive, Sa miséricorde et Sa tolérance étaient-elles une fausse façade ? Bien sûr que non ! Alors, qu’est-ce qui a été révélé par la transition entre ces deux aspects pendant que Dieu traitait cette situation en particulier ? Le tempérament de Dieu est un tout complet : il n’est pas du tout divisé. Peu importe qu’Il exprime de la colère ou de la miséricorde et de la tolérance envers les gens, c’est l’expression de Son tempérament juste. Le tempérament de Dieu est vital et vivement apparent, et Il change Ses pensées et Ses attitudes en fonction de la façon dont les choses se déroulent. La transformation de Son attitude envers les Ninivites indique à l’humanité qu’Il a Ses propres pensées et Ses propres idées ; Il n’est pas un robot ou une statuette d’argile, mais le Dieu vivant Lui-même. Il pourrait être en colère contre les habitants de Ninive, tout comme Il pourrait pardonner leur passé à cause de leurs attitudes. Il pourrait décider d’apporter le malheur aux Ninivites et Il pourrait aussi changer Sa décision à cause de leur repentance. Les gens aiment à appliquer rigidement des règles et à utiliser de telles règles pour délimiter et définir Dieu, tout comme ils aiment à utiliser des formules pour essayer de comprendre le tempérament de Dieu. Par conséquent, en ce qui concerne le domaine de la pensée humaine, Dieu ne pense pas et n’a pas non plus d’idées substantielles. Cependant, en réalité, les pensées de Dieu sont dans un état de transformation constante en fonction des changements dans les choses et les environnements. Tandis que ces pensées se transforment, différents aspects de l’essence de Dieu sont révélés. Au cours de ce processus de transformation, au moment précis où Dieu change Son cœur, Il montre à l’humanité l’existence réelle de Sa vie et Il montre que Son tempérament juste est plein d’une vitalité dynamique. En même temps, Dieu utilise Ses propres révélations pour prouver à l’humanité la vérité de l’existence de Sa colère, de Sa miséricorde, de Sa bonté et de Sa tolérance. Son essence sera révélée à tout moment et en tout lieu selon la façon dont les choses se déroulent. Il possède la colère d’un lion et la miséricorde et la tolérance d’une mère. Son tempérament juste ne permet aucune remise en question, aucune violation, aucun changement ni aucune déformation de la part de personne. Parmi toutes les affaires et toutes les choses, le tempérament juste de Dieu, c’est-à-dire la colère de Dieu et la miséricorde de Dieu, peut être révélé à tout moment et en tout lieu. Il donne une expression vitale de ces aspects dans chaque recoin de toute la création et les met en œuvre avec vitalité à chaque instant. Le tempérament juste de Dieu n’est pas limité par le temps ou l’espace ; en d’autres termes, le tempérament juste de Dieu n’est pas exprimé ou révélé mécaniquement selon les contraintes du temps ou de l’espace, mais plutôt avec une aisance parfaite, en tout temps et en tout lieu. Quand tu vois Dieu changer Son cœur et cesser d’exprimer Sa colère et S’abstenir de détruire la ville de Ninive, peux-tu dire que Dieu n’est que miséricordieux et aimable ? Peux-tu dire que la colère de Dieu consiste en des mots vides ? Quand Dieu S’enrage d’une ardente colère et rétracte Sa miséricorde, peux-tu dire qu’Il ne ressent pas un véritable amour pour l’humanité ? Cette ardente colère est exprimée par Dieu en réponse aux actes pervers des gens ; Sa colère n’est pas viciée. Le cœur de Dieu est touché en réponse à la repentance des gens et c’est cette repentance qui change ainsi Son cœur. Quand Il Se sent touché, quand Son cœur change et quand Il manifeste Sa miséricorde et Sa tolérance envers l’homme, tout cela n’est absolument pas vicié ; c’est propre, pur, irréprochable et inaltéré. La tolérance de Dieu est exactement cela : de la tolérance, de même que Sa miséricorde n’est autre que miséricorde. Son tempérament révèle la colère ou la miséricorde et la tolérance, suivant la repentance de l’homme et les variations de la conduite de l’homme. Peu importe ce qu’Il révèle et exprime, c’est complètement pur et direct ; l’essence en est distincte de tout ce qui est dans la création. Quand Dieu exprime les principes qui sous-tendent Ses actions, ils n’ont aucun défaut ni aucune tache, de même que Ses pensées, Ses idées et toute décision qu’Il prend et toute action qu’Il entreprend. Puisque Dieu en a décidé ainsi et puisqu’Il a agi ainsi, Il achève Ses exploits de la même manière. Les résultats de Ses exploits sont corrects et sans faille, précisément parce que leur source est sans défaut et sans tache. La colère de Dieu est sans défaut. De même, la miséricorde et la tolérance de Dieu, que personne dans toute la création ne possède, sont saintes et sans défaut et peuvent endurer une délibération et une expérience minutieuses.

Grâce à votre compréhension de l’histoire de Ninive, voyez-vous à présent l’autre côté de l’essence du tempérament juste de Dieu ? Voyez-vous l’autre côté de l’unique tempérament juste de Dieu ? Est-ce que quelqu’un dans l’humanité possède ce genre de tempérament ? Est-ce que quelqu’un possède ce genre de colère, la colère de Dieu ? Est-ce que quelqu’un possède une miséricorde et une tolérance comme celles que possède Dieu ? Qui dans la création peut attirer une si grande colère et décider de détruire ou de faire tomber le désastre sur l’humanité ? Et qui est qualifié pour accorder la miséricorde à l’homme, tolérer et pardonner et ainsi changer sa décision antérieure de détruire l’homme ? Le Créateur exprime Son tempérament juste par Ses propres méthodes et principes uniques et Il n’est pas soumis au contrôle ou aux restrictions d’aucune personne, d’aucun événement ou d’aucune chose. Comme Son tempérament est unique, personne n’est capable de changer Ses pensées et Ses idées, et personne n’est capable de Le persuader ni de changer aucune de Ses décisions. Tout Son comportement et toutes Ses pensées qui existent dans l’ensemble de la création existent sous le jugement de Son tempérament juste. Personne ne peut contrôler Son exercice de la colère ou de la miséricorde ; seule l’essence du Créateur ou, en d’autres termes, le tempérament juste du Créateur, peut le décider. Telle est la nature unique du tempérament juste du Créateur !

En analysant et en comprenant la transformation de l’attitude de Dieu envers les habitants de Ninive, pouvez-vous utiliser le mot « unique » pour décrire la miséricorde qui se trouve dans le tempérament juste de Dieu ? Nous avons déjà dit que la colère de Dieu est un aspect de l’essence de Son unique tempérament juste. Maintenant, Je définirai deux aspects, la colère de Dieu et la miséricorde de Dieu, comme Son tempérament juste. Le tempérament juste de Dieu est saint ; il ne tolère pas d’être offensé ni remis en question ; aucun des êtres créés ou non créés ne le possède. Il est à la fois unique et exclusif à Dieu. C’est dire que la colère de Dieu est sainte et ne peut pas être offensée. De la même façon, l’autre aspect du tempérament juste de Dieu, la miséricorde de Dieu, est saint et ne peut pas être offensé. Aucun des êtres créés ou non créés ne peut remplacer ou représenter Dieu dans Ses actions, et personne non plus ne pourrait L’avoir remplacé ou représenté dans la destruction de Sodome ou le salut de Ninive. C’est la véritable expression de l’unique tempérament juste de Dieu.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Sa miséricorde et Sa tolérance existent bel et bien, mais Sa sainteté et Sa justice, lorsqu’Il déchaîne Sa colère, montrent aussi à l’homme Son côté qui ne tolère aucune offense. Lorsque l’homme est pleinement capable d’obéir à Ses ordres et agit conformément à Ses exigences, Dieu est abondant dans Sa miséricorde envers l’homme. Quand l’homme a été rempli de corruption, de haine et d’inimitié pour Lui, Dieu est profondément en colère. Jusqu’où va Sa profonde colère ? Sa colère perdurera jusqu’à ce qu’Il ne voie plus la résistance ni les mauvaises actions de l’homme, jusqu’à ce qu’elles ne soient plus dans Son champ de vision. Alors seulement, la colère de Dieu disparaîtra. En d’autres termes, si le cœur d’une personne, quelle qu’elle soit, s’est éloigné de Dieu et s’est détourné de Lui pour ne jamais retourner vers Lui, alors Sa colère se déchaînera sans arrêt dès qu’il se détournera, quelle que soit la manière dont elle souhaite L’adorer, Le suivre et Lui obéir, dans son corps ou dans sa pensée, en apparence ou selon ses désirs subjectifs. Ce sera tel que lorsque Dieu déchaînera profondément Sa colère, ayant donné à l’homme de nombreuses chances, une fois qu’elle sera déchaînée, il n’y aura plus aucun moyen de la rétracter et Il ne sera plus jamais miséricordieux ni tolérant envers de telles personnes. C’est un côté du tempérament de Dieu qui ne tolère aucune offense. […] Il est tolérant et miséricordieux envers les choses qui sont aimables, belles et bonnes. Envers les choses qui sont mauvaises, pécheresses et méchantes, Il est profondément courroucé, de sorte qu’Il est incessant dans Sa colère. Voici les deux aspects principaux et les plus saillants du tempérament de Dieu et, de plus, Il les a entièrement révélés : abondante miséricorde et colère profonde.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II », dans La Parole apparaît dans la chair

Les gens disent que Dieu est un Dieu juste et que tant que l’homme Le suivra jusqu’à la fin, Il sera certainement impartial envers l’homme, car Il est très juste. Si l’homme Le suit jusqu’à la fin, pourrait-Il rejeter l’homme ? Je suis impartial envers tous les hommes et juge tous les hommes avec Mon tempérament juste, mais il y a des conditions appropriées aux exigences que J’ai de l’homme, et ce que Je demande doit être accompli par tous les hommes, peu importe qui ils sont. Peu m’importe ce que sont tes qualifications, ou depuis combien de temps tu les détiens ; Je me soucie seulement de savoir si tu marches dans Ma voie et si tu aimes ou pas la vérité, et si tu en as soif. Si tu n’as pas la vérité et que tu déshonores Mon nom, si tu n’agis pas selon Ma voie, te limitant à suivre simplement sans souci ni préoccupation, alors, à ce moment-là, Je te frapperai et te punirai pour ta malfaisance. Et qu’auras-tu à dire alors ? Pourras-tu dire que Dieu n’est pas juste ? Aujourd’hui, si tu as respecté les paroles que J’ai prononcées, alors tu es le genre de personne que J’approuve. Tu dis que tu as toujours souffert en suivant Dieu, que tu L’as suivi envers et contre tout et que tu as partagé avec Lui les bons moments comme les mauvais, mais tu n’as pas vécu les paroles prononcées par Dieu ; tu veux seulement t’affairer pour Dieu et te dépenser pour Dieu chaque jour et tu n’as jamais pensé à vivre une vie qui a du sens. Tu dis aussi : en tout cas, je crois que Dieu est juste. J’ai souffert pour Lui, je me suis affairé pour Lui, je me suis dévoué pour Lui et j’ai travaillé dur malgré une absence totale de reconnaissance ; Il va sûrement Se souvenir de moi. Il est vrai que Dieu est juste, mais cette justice n’est pas contaminée par les impuretés : elle ne contient aucune volonté humaine et elle n’est pas entachée par la chair ni par les transactions humaines. Tous ceux qui sont rebelles et en opposition et tous ceux qui ne respectent pas Sa voie seront punis ; personne n’est pardonné et personne n’est épargné ! Certaines personnes disent : « Aujourd’hui, je cours dans tous les sens pour Toi ; quand viendra la fin, pourras-Tu me donner une petite bénédiction ? » Alors Je te demande : « As-tu respecté Mes paroles ? » La justice dont tu parles est basée sur une transaction. Tu penses seulement que Je suis juste et impartial envers tous les hommes, et que tous ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont sûrs d’être sauvés et de gagner Mes bénédictions. Il y a un sens intérieur à Mes paroles : « Tous ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont sûrs d’être sauvés. » Ceux qui Me suivent jusqu’à la fin sont ceux qui seront pleinement gagnés par Moi, ce sont ceux qui, après que Je les ai conquis, cherchent la vérité et sont rendus parfaits. Quelles conditions as-tu atteintes ? Tu n’es parvenu qu’à Me suivre jusqu’au bout, mais quoi d’autre ? As-tu respecté Mes paroles ? Tu as accompli l’une de Mes cinq exigences, mais tu n’as pas l’intention d’accomplir les quatre autres. Tu as tout simplement trouvé le chemin le plus simple, le plus facile, et tu l’as poursuivi avec une attitude consistant à simplement espérer être chanceux. Mon tempérament juste envers quelqu’un comme toi, c’est le châtiment et le jugement, c’est une juste rétribution, et c’est la juste peine pour tous les méchants ; tous ceux qui ne marchent pas dans Ma voie seront sûrement punis, même s’ils suivent jusqu’à la fin. C’est la justice de Dieu. Quand ce tempérament juste s’exprimera dans la punition de l’homme, celui-ci sera stupéfait et éprouvera le regret de ne pas avoir marché dans la voie de Dieu, tout en Le suivant. « À cette époque, je n’ai qu’un peu souffert en suivant Dieu, mais n’ai pas marché dans la voie de Dieu. Quelles excuses y a-t-il ? Il n’y a d’autre choix que d’être châtié ! » Pourtant, dans son esprit, il pense : « Quoi qu’il en soit, j’ai suivi jusqu’à la fin, de sorte que même si Tu me châties, ce ne peut pas être un châtiment trop sévère, et après avoir imposé ce châtiment, Tu voudras toujours de moi. Je sais que Tu es juste et que Tu ne me traiteras pas ainsi pour toujours. Après tout, je ne suis pas comme ceux qui seront anéantis ; ceux qui sont anéantis recevront un lourd châtiment, alors que le mien sera plus léger. » Le juste tempérament n’est pas comme tu le dis. Il n’est pas vrai que ceux qui sont bons à confesser leurs péchés soient traités avec indulgence. La justice est la sainteté, et c’est un tempérament qui ne tolère pas d’être offensé par l’homme, et tout ce qui est souillé et n’a pas changé est la cible du dégoût de Dieu. Le tempérament juste de Dieu n’est pas une loi, mais un décret administratif : c’est un décret administratif dans le royaume et ce décret administratif est le châtiment juste pour quiconque ne possède pas la vérité et n’a pas changé, et il n’y a pas de place pour le salut. Car lorsque chaque homme sera classé selon son genre, le bien sera récompensé et le mal sera puni. Lorsque la destination de l’homme sera rendue claire, c’est le temps où l’œuvre du salut touchera à sa fin, après quoi, l’œuvre consistant à sauver l’homme ne sera plus faite, et la rétribution sera portée sur chacun de ceux qui commettent le mal.

Extrait de « Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », dans La Parole apparaît dans la chair

Comprends-tu maintenant ce qu’est le jugement et ce qu’est la vérité ? Si tu as compris, alors Je t’exhorte à te soumettre docilement au jugement, sinon tu n’auras jamais l’occasion d’être loué par Dieu ou d’être amené par Lui dans Son royaume. Ceux qui n’acceptent que le jugement, mais ne peuvent jamais être purifiés, c’est-à-dire ceux qui fuient au milieu de l’œuvre du jugement, seront à jamais détestés et rejetés par Dieu. Leurs péchés sont plus nombreux et plus graves que ceux des pharisiens, car ils ont trahi Dieu et sont rebelles à Dieu. De tels hommes qui ne sont même pas dignes d’exécuter du service recevront une punition plus sévère, une punition qui, en plus, est éternelle. Dieu n’épargnera aucun traître qui a déjà fait preuve de loyauté par des paroles, mais qui L’a ensuite trahi. De tels hommes recevront des représailles par la punition de l’esprit, de l’âme et du corps. N’est-ce pas précisément une révélation du tempérament juste de Dieu ? N’est-ce pas le but de Dieu en jugeant l’homme et en le révélant ? Dieu relègue tous ceux qui accomplissent toutes sortes de mauvaises actions au temps du jugement dans un endroit infesté de mauvais esprits et laisse ces mauvais esprits détruire leur corps charnel à leur gré et le corps des hommes dégage la puanteur des cadavres. Telles sont les représailles appropriées qui sont les leurs. Dieu écrit dans leurs registres tous les péchés de ces faux croyants déloyaux, de ces faux apôtres et de ces faux ouvriers ; puis, au bon moment, Il les jette au milieu des esprits impurs, laissant ces esprits impurs souiller leur corps entier à leur gré, afin qu’ils ne se réincarnent jamais et ne voient plus jamais la lumière. Ces hypocrites qui exécutent du service pendant un temps, mais qui sont incapables de rester loyaux jusqu’à la fin sont comptés parmi les méchants par Dieu, de sorte qu’ils entrent en connivence avec les méchants et en viennent à faire partie de leur populace désordonnée ; à la fin, Dieu les anéantira. Dieu rejette et ne prête pas attention à ceux qui n’ont jamais été fidèles au Christ ou n’ont pas du tout contribué de leur force et, au changement de l’ère, Il les anéantira tous. Ils n’existeront plus sur la terre, et encore moins gagneront-ils un passage dans le royaume de Dieu. Ceux qui n’ont jamais été sincères envers Dieu, mais qui sont forcés par les circonstances de traiter avec Lui machinalement, sont comptés parmi ceux qui exécutent du service pour Son peuple. Seul un petit nombre de tels hommes survivront, tandis que la majorité périra avec ceux qui exécutent un service qui n’est pas à la hauteur. Finalement, Dieu amènera dans Son royaume tous ceux qui ont le même esprit que Dieu, le peuple et les fils de Dieu, et ceux qui sont prédestinés par Dieu à être des sacrificateurs. Ils seront la distillation de l’œuvre de Dieu. Quant à ceux qui ne peuvent être classés dans aucune des catégories établies par Dieu, ils seront comptés parmi les non-croyants et vous pouvez sûrement imaginer ce que sera leur fin. Je vous ai déjà dit tout ce que Je devrais dire ; la route que vous choisissez relève de votre décision à vous seuls. Ce que vous devriez comprendre, c’est ceci : l’œuvre de Dieu n’attend jamais ceux qui ne peuvent pas marcher à Son rythme et le juste tempérament de Dieu ne montre de miséricorde pour aucun homme.

Extrait de « Le Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair

Tout sera accompli par Mes paroles ; aucun homme ne peut participer, aucun homme ne peut faire l’œuvre que Je vais réaliser. Je vais purifier l’air sur toute la terre et éliminer toute trace des démons sur la terre. J’ai déjà commencé et Je vais amorcer la première étape de Mon œuvre de châtiment dans la demeure du grand dragon rouge. Ainsi, on peut voir que Mon châtiment est arrivé dans tout l’univers, et que le grand dragon rouge et toutes sortes d’esprits impurs seront impuissants à échapper à Mon châtiment, car Je veille sur toute la terre. Quand Mon œuvre sur terre sera terminée, c’est-à-dire quand l’ère du jugement arrivera à son terme, Je châtierai le grand dragon rouge formellement. Mon peuple verra sûrement Mon juste châtiment du grand dragon rouge, fera sûrement jaillir la louange grâce à Ma justice et exaltera sûrement Mon saint nom à jamais grâce à Ma justice. Ensuite, vous accomplirez formellement votre devoir et proclamerez formellement Mes éloges sur toute la terre, pour toujours et à jamais !

Lorsque l’ère du jugement atteindra son apogée, Je ne Me hâterai pas de conclure Mon œuvre, mais Je vais y intégrer la preuve de l’ère du châtiment et permettre que cette preuve soit vue par tout Mon peuple ; de cette manière un plus grand fruit sera produit. Cette preuve est le moyen par lequel Je châtierai le grand dragon rouge, et Je ferai en sorte que Mon peuple la voie de ses propres yeux afin qu’il ait une meilleure connaissance de Mon tempérament. Mon peuple prend plaisir à Ma présence quand le grand dragon rouge est châtié. Mon plan est de provoquer le peuple du grand dragon rouge à se lever et se révolter contre lui ; c’est Ma méthode de perfectionnement de Mon peuple, et aussi une excellente occasion de croissance de vie pour tout Mon peuple. […] Aujourd’hui, J’entre dans l’ère du châtiment avec l’homme : nous marchons ensemble côte à côte. Je fais Mon œuvre, ce qui veut dire que Je frappe Mon bâton parmi les hommes et il atteint ce qui est rebelle dans l’homme. Aux yeux de l’homme, Mon bâton semble avoir des pouvoirs spéciaux : il tombe sur tous ceux qui sont Mes ennemis et ne les épargne pas facilement ; parmi tous ceux qui s’opposent à Moi, Mon bâton exerce sa fonction inhérente ; tous ceux qui sont entre Mes mains accomplissent leur devoir selon Mon intention et ils n’ont jamais défié Mes souhaits ou changé leur essence. En conséquence, les eaux rugiront, les montagnes s’écraseront, les grands fleuves se désintégreront, l’homme sera ouvert à tout changement, le soleil s’affaiblira, la lune s’assombrira, l’homme n’aura plus de jours de paix, il n’y aura pas plus de tranquillité sur la terre, les cieux ne seront plus jamais calmes et tranquilles et ne dureront pas. Toutes choses seront renouvelées et retrouveront leur aspect originel. Tous les foyers sur la terre seront déchirés, et toutes les nations de la terre seront détruites ; finis les jours de réunion entre le mari et la femme, la mère et le fils ne se rencontreront plus jamais, le père et la fille ne s’assembleront plus jamais. Je fracasserai tout ce qu’il y avait sur la terre.

Extrait du Chapitre 28 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Ma miséricorde est pour ceux qui M’aiment et qui renoncent à eux-mêmes. La punition infligée aux méchants est justement la preuve de Mon tempérament juste et, surtout, le témoignage de Ma colère. Quand sonnera l’heure de la catastrophe, la famine et la peste frapperont tous ceux qui s’opposent à Moi et ils pleureront. Tous ceux qui auront commis tout genre de méchanceté, mais qui M’auront suivi pendant de nombreuses années, n’échapperont pas aux conséquences de leurs péchés. Ils vivront eux aussi dans un état constant de panique et de peur, en plongeant eux aussi dans une catastrophe presque sans précédent depuis des millions d’années. Ceux parmi Mes adeptes qui M’auront été fidèles se réjouiront et applaudiront Ma puissance. Ils connaîtront une satisfaction ineffable et vivront dans une joie que jamais Je n’ai accordée à l’humanité. Car J’apprécie les bonnes actions des hommes et déteste leurs mauvaises actions. Depuis que J’ai commencé à diriger l’humanité, Je rêve d’un groupe d’hommes qui aient les mêmes sentiments que Moi. Je n’oublie jamais ceux qui n’ont pas les mêmes sentiments que Moi. Je les déteste toujours dans Mon cœur, attendant juste l’occasion de leur accorder Ma rétribution, ce qu’il Me sera agréable de voir. Aujourd’hui, Mon jour est enfin arrivé et Je n’ai plus besoin d’attendre !

Mon œuvre finale n’est pas seulement accomplie pour punir l’homme, mais aussi pour préparer sa destination. Surtout, elle est réalisée pour recevoir la reconnaissance de tous, pour tout ce que J’ai fait. Je veux que chaque homme voie que tout ce que J’ai fait est juste et une expression de Mon tempérament. Ce n’est pas l’homme, et encore moins la nature, qui a créé l’humanité. C’est Moi qui nourris tout être vivant dans la création. Sans Mon existence, l’humanité ne peut que périr et souffrir du fléau des catastrophes. Aucun être humain ne verra plus jamais ni le beau soleil, ni la belle lune, ni le monde verdoyant. L’humanité ne connaîtra que la nuit glaciale et l’inexorable vallée de l’ombre de la mort. Je suis le seul salut de l’humanité. Je suis son seul espoir et, surtout, Je suis Celui sur qui repose toute son existence. Sans Moi, l’humanité arriverait immédiatement à une impasse. Sans Moi, l’humanité subirait les catastrophes et serait piétinée par tout genre de fantômes, bien que personne ne prête attention à Moi. J’ai fait une œuvre qui ne peut être faite par personne d’autre. Mon seul espoir, c’est que l’homme puisse Me rembourser par de bonnes actions. Bien qu’ils aient été peu nombreux à pouvoir Me rembourser, J’achèverai néanmoins Mon voyage dans le monde humain et Je commencerai la prochaine étape de Mon œuvre qui progresse, car galoper ici et là parmi les hommes durant ces nombreuses années a été fructueux et J’en suis très heureux. Peu M’importe le nombre d’hommes, Je tiens plutôt compte de leurs bonnes actions. Dans tous les cas, J’espère que vous préparez suffisamment de bonnes actions pour votre propre destination. C’est alors que Je serai satisfait. Sinon, aucun d’entre vous n’échappera à la catastrophe qui s’abattra sur vous. C’est Moi qui provoque la catastrophe et, bien sûr, qui l’orchestre. Si vous ne pouvez pas paraître bons à Mes yeux, alors vous n’échapperez pas à la catastrophe.

Extrait de « Prépare suffisamment de bonnes actions pour ta destination », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 2. Paroles sur la connaissance du tempérament et de l’essence de Dieu

Suivant: 4. Les façons dont la toute-puissance et la sagesse de Dieu se révèlent principalement

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

1. Pourquoi le Seigneur Jésus a maudit les pharisiens et ce qu’était l’essence des pharisiens

« Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa mère : Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu, n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes » (Matthieu 15:3-9).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre