1. Ce qu’est connaître Dieu et si une compréhension de la connaissance biblique et de la théorie théologique compte comme connaissance de Dieu

Paroles de Dieu concernées :

Connaître Dieu : qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie être capable de connaître Sa joie, Sa colère, Son chagrin et Son bonheur ; c’est cela, connaître Dieu. Tu prétends L’avoir vu, pourtant tu ne comprends pas Sa joie, Sa colère, Son chagrin et Son bonheur, et tu ne comprends pas Son tempérament. Tu ne comprends pas non plus Sa justice ni Sa miséricorde, pas plus que tu ne sais ce qu’Il aime ou ce qu’Il déteste. Ce n’est pas cela, connaître Dieu. Par conséquent, certains peuvent suivre Dieu, mais ne sont pas forcément capables de vraiment croire en Dieu ; la différence est là. Si tu connais Dieu, Le comprends, et si tu es capable de saisir un peu de Sa volonté, alors tu peux vraiment croire en Lui, vraiment te soumettre à Lui, vraiment L’aimer et vraiment L’adorer. Si tu ne comprends pas ces choses, alors tu n’es qu’un suiveur qui avance au gré du courant. On ne peut pas appeler cela une vraie soumission ou une vraie adoration. Comment arrive-t-on à une vraie adoration ? Sans exception, tous ceux qui connaissent sincèrement Dieu L’adorent et Le vénèrent chaque fois qu’ils Le voient ; ils sont obligés de se prosterner et de L’adorer. Aujourd’hui, tandis que Dieu incarné est à l’œuvre, mieux les hommes comprendront Son tempérament, ce qu’Il a et est, plus ils chériront ces choses et plus et ils Le vénèreront. De façon générale, moins les gens comprennent, plus ils sont négligents, si bien qu’ils ont tendance à traiter Dieu comme un humain. Si les hommes connaissaient et voyaient réellement Dieu, ils trembleraient de peur. « Celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers » : pourquoi Jean a-t-il dit cela ? Même si, au fond, il n’avait pas une compréhension très profonde, il savait que Dieu est magnifique. Combien de personnes aujourd’hui sont capables de vénérer Dieu ? Si elles ne connaissent pas Son tempérament, comment peuvent-elles alors vénérer Dieu ? Les hommes ne connaissent pas l’essence du Christ et ne comprennent pas non plus le tempérament de Dieu, encore moins sont-ils capables de vraiment adorer Dieu. S’ils ne voient que l’apparence ordinaire et normale du Christ, mais ne connaissent pas Son essence, alors ils traiteront facilement le Christ simplement comme un homme ordinaire. Il se peut qu’ils adoptent une attitude irrévérencieuse à Son égard et qu’ils Le trompent, qu’ils Lui résistent, qu’ils Lui désobéissent et Le jugent. Il se peut qu’ils estiment avoir raison et ne prennent pas Ses paroles au sérieux ; ils peuvent même nourrir des notions, des condamnations et des blasphèmes à l’encontre de Dieu. Pour résoudre ces questions, on doit connaître l’essence et la divinité du Christ. C’est le principal aspect de la connaissance de Dieu ; c’est ce en quoi tous ceux qui croient au Dieu concret doivent entrer et ce à quoi ils doivent parvenir.

Extrait de « Comment connaître Dieu incarné », dans Récits des entretiens de Christ

Que devrais-tu connaître du Dieu concret ? L’Esprit, la Personne et la Parole constituent le Dieu concret Lui-même et c’est le vrai sens du Dieu concret Lui-même. Si tu ne connais que la Personne, si tu connais Ses habitudes et Sa personnalité, mais ne connais pas l’œuvre de l’Esprit ou ce que l’Esprit fait dans la chair, et si tu ne prêtes attention qu’à l’Esprit et à la Parole, et si tu pries seulement l’Esprit, mais ne connais pas l’œuvre de l’Esprit de Dieu dans le Dieu concret, alors cela prouve encore une fois que tu ne connais pas le Dieu concret. La connaissance du Dieu concret comprend la connaissance et l’expérience de Ses paroles et la compréhension des règles et des principes de l’œuvre du Saint-Esprit, ainsi que la manière dont l’Esprit de Dieu œuvre dans la chair. Elle comprend aussi la connaissance que toute action de Dieu dans la chair est gouvernée par l’Esprit et que les paroles qu’Il prononce sont l’expression directe de l’Esprit. Ainsi, pour connaître le Dieu concret, il est très important de savoir comment Dieu œuvre en humanité et en divinité ; ensuite, cela concerne les expressions de l’Esprit envers lequel tous les gens sont engagés.

Extrait de « Tu devrais savoir que le Dieu concret est Dieu Lui-même », dans La Parole apparaît dans la chair

Le processus consistant à connaître la parole de Dieu est le processus de l’acquisition de la connaissance de Dieu et de l’œuvre de Dieu. De ce fait, la connaissance des visions ne fait pas seulement référence à la connaissance de l’humanité de Dieu incarné, mais comprend également la connaissance de la parole et de l’œuvre de Dieu. À partir de la parole de Dieu, les gens en arrivent à comprendre la volonté de Dieu, et à partir de l’œuvre de Dieu, ils en arrivent à connaître le tempérament de Dieu et à savoir ce qu’est Dieu. La foi en Dieu est le premier pas de la connaissance de Dieu. Le processus de la croissance de la foi initiale en Dieu à la foi plus profonde en Dieu est le processus de la connaissance de Dieu et de l’expérience de l’œuvre de Dieu. Si tu crois en Dieu seulement pour croire en Dieu, et non pour arriver à Le connaître, alors ta foi n’a aucune réalité et elle ne peut pas devenir pure, cela ne fait aucun doute. Si, au cours du processus par lequel l’homme fait l’expérience de Dieu, il en arrive progressivement à connaître Dieu, alors son tempérament changera progressivement et sa foi deviendra de plus en plus vraie. De cette façon, lorsque l’homme vivra bien sa foi en Dieu, il aura complètement gagné Dieu. Dieu a fait de très grands efforts pour devenir chair une deuxième fois et pour faire Son œuvre personnellement afin que l’homme puisse Le connaître et Le voir. Connaître Dieu[a] est le but ultime à atteindre au terme de l’œuvre de Dieu ; c’est l’exigence finale de Dieu envers l’humanité. Il accomplit cela en vue de Son témoignage final. Il réalise cette œuvre afin que l’homme puisse enfin et complètement se tourner vers Lui. L’homme ne peut aimer Dieu qu’en connaissant Dieu, et pour aimer Dieu, il doit connaître Dieu. Peu importe la façon dont il cherche, ou ce qu’il cherche à gagner, il doit pouvoir acquérir la connaissance de Dieu. C’est la seule manière par laquelle l’homme peut satisfaire le cœur de Dieu. Ce n’est qu’en connaissant Dieu que l’homme peut vraiment croire en Dieu, et ce n’est qu’en connaissant Dieu qu’il peut vraiment vénérer Dieu et Lui obéir. Ceux qui ne connaissent pas Dieu n’arriveront jamais vraiment à obéir à Dieu ni à vénérer Dieu. Connaître Dieu comprend la connaissance du tempérament de Dieu, la compréhension de Sa volonté et la connaissance de ce qu’Il est. Cependant, tous les aspects de la connaissance de Dieu requièrent que l’homme paie un prix et requièrent la volonté d’obéir, sans quoi personne ne pourrait suivre jusqu’au bout.

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu peuvent rendre témoignage à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Les trois étapes de l’œuvre sont au cœur de toute la gestion de Dieu et elles expriment le tempérament de Dieu et ce qu’Il est. Ceux qui ne connaissent pas les trois étapes de l’œuvre de Dieu ne peuvent pas savoir comment Dieu exprime Son tempérament. Ils ne connaissent pas non plus la sagesse de l’œuvre de Dieu, ne connaissent pas les nombreuses façons par lesquelles Il sauve l’humanité ni Sa volonté pour l’ensemble de l’humanité. Les trois étapes de l’œuvre sont l’expression complète de l’œuvre du salut de l’humanité. Ceux qui ne connaissent pas les trois étapes de l’œuvre ne connaîtront pas les diverses méthodes et les principes de l’œuvre du Saint-Esprit ; ceux qui s’attachent seulement de façon rigide à la doctrine laissée par une certaine étape de l’œuvre sont des gens qui limitent Dieu à la doctrine et dont la croyance en Dieu est vague et incertaine. De telles gens ne recevront jamais le salut de Dieu. Seules les trois étapes de l’œuvre de Dieu peuvent exprimer pleinement tout le tempérament de Dieu et complètement le dessein de Dieu de sauver l’humanité tout entière, ainsi que tout le processus du salut de l’humanité. C’est la preuve qu’Il a vaincu Satan et a gagné l’humanité ; c’est la preuve de la victoire de Dieu et c’est l’expression du tempérament entier de Dieu. Ceux qui ne comprennent que l’une des trois étapes de l’œuvre de Dieu ne connaissent qu’une partie du tempérament de Dieu. Dans les notions de l’homme, cette seule étape peut facilement devenir une doctrine. Il devient probable que l’homme établisse des règles fixes au sujet de Dieu et utilise cette unique partie du tempérament de Dieu comme une représentation de tout le tempérament de Dieu. En outre, une grande partie de l’imagination de l’homme est mélangée à tout cela, de sorte que l’homme utilise des paramètres très stricts pour limiter le tempérament, l’être et la sagesse de Dieu, ainsi que les principes de l’œuvre de Dieu, croyant que si Dieu a été déjà été comme cela, Il restera le même éternellement et ne changera jamais. Seuls ceux qui connaissent et apprécient les trois étapes de l’œuvre peuvent connaître Dieu complètement et correctement. À tout le moins, ils ne définiront pas Dieu comme le Dieu des Israélites ou des Juifs et ne Le verront pas comme un Dieu qui restera éternellement cloué sur la croix au bénéfice de l’homme. Si quelqu’un en vient à connaître Dieu seulement à partir d’une étape de Son œuvre, alors sa connaissance est beaucoup trop petite et ne rime à rien de plus qu’une goutte dans l’océan. Sinon, pourquoi est-ce qu’un grand nombre de la vieille garde religieuse crucifierait Dieu vivant sur la croix ? N’est-ce pas parce que l’homme confine Dieu à certains paramètres ? Beaucoup de gens ne s’opposent-ils pas à Dieu et n’entravent-ils pas l’œuvre du Saint-Esprit parce qu’ils ne connaissent pas l’œuvre variée et diversifiée de Dieu et, en outre, parce qu’ils possèdent seulement un tout petit peu de connaissance et de doctrine pour évaluer l’œuvre du Saint-Esprit ? Bien que leurs expériences soient superficielles, de telles gens sont arrogants et indulgents de nature, et ils considèrent l’œuvre du Saint-Esprit avec mépris, ils ignorent les disciplines du Saint-Esprit et, de plus, utilisent leurs vieux arguments triviaux pour « confirmer » l’œuvre du Saint-Esprit. Ils se donnent des airs aussi et sont tout à fait convaincus d’être des gens instruits et érudits qui peuvent voyager à travers le monde. Ces gens ne sont-ils pas méprisés et rejetés par le Saint-Esprit et ne seront-ils pas éliminés par la nouvelle ère ? Ceux qui se présentent devant Dieu et s’opposent ouvertement à Lui ne sont-ils pas de petites gens ignorants et mal informés qui essaient simplement de montrer comme ils sont brillants ? Avec une maigre connaissance de la Bible, ils essaient de grimper les murs du « haut savoir » ; avec seulement une doctrine superficielle à enseigner aux gens, ils essaient d’inverser l’œuvre du Saint-Esprit et de la limiter à leur propre processus de pensée. Myopes comme ils sont, ils essaient de saisir d’un seul coup d’œil six mille ans de l’œuvre de Dieu. Ces gens n’ont aucune raison qui vaille la peine d’être mentionnée ! En fait, mieux les gens connaissent Dieu, plus lents ils sont à juger Son œuvre. En outre, ils ne parlent qu’un peu de leur connaissance de l’œuvre de Dieu aujourd’hui et ils ne sont pas téméraires dans leurs jugements. Moins les gens connaissent Dieu, plus ils sont arrogants et présomptueux et plus ils proclament l’être de Dieu sans réfléchir, mais ils parlent seulement en théorie et n’offrent aucune preuve réelle. Ces personnes ne sont absolument d’aucune valeur. Ceux qui considèrent l’œuvre du Saint-Esprit comme un jeu sont frivoles. Ceux qui ne sont pas prudents quand ils découvrent la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, qui parlent sans réfléchir, sont prompts à juger, donnent libre cours à leur instinct naturel de nier la légitimité de l’œuvre du Saint-Esprit, et aussi l’insultent et la blasphèment, de telles gens irrespectueux ne sont-ils pas ignorants de l’œuvre du Saint-Esprit ? Ne sont-ils pas, en outre, des gens d’une grande arrogance, des gens intrinsèquement fiers et ingouvernables ? Même si un jour de telles gens acceptent la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, Dieu ne les tolérera pas pour autant. Non seulement ils méprisent ceux qui travaillent pour Dieu, mais ils blasphèment aussi contre Dieu Lui-même. Ces gens téméraires ne seront pas pardonnés, ni dans cette ère ni dans l’ère à venir, et ils périront à jamais en enfer ! Ces gens irrespectueux et indulgents prétendent croire en Dieu, et plus ils sont ainsi, plus ils sont susceptibles d’offenser les décrets administratifs de Dieu. Tous ces arrogants qui sont naturellement déchaînés et qui n’ont jamais obéi à quiconque n’empruntent-ils pas tous ce chemin ? Est-ce qu’ils ne s’opposent pas à Dieu jour après jour, Dieu qui est toujours nouveau et jamais vieux ?

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Quel que soit le degré de compréhension de Dieu dans le cœur des gens, il est égal à l’importance de la place qu’Il occupe dans leur cœur. Quelle que soit la valeur du degré de connaissance de Dieu dans leur cœur, elle est égale à l’importance de Dieu dans leur cœur. Si le Dieu que tu connais est vide et vague, le Dieu en qui tu crois est aussi vide et vague. Le Dieu que tu connais est limité à la perspective de ta propre vie personnelle et n’a rien à voir avec le vrai Dieu Lui-même. Ainsi, connaître les actions concrètes de Dieu, connaître la réalité de Dieu et Son omnipotence, connaître la véritable identité de Dieu Lui-même, connaître ce qu’Il a et est, connaître les actions qu’Il a manifestées parmi toutes les choses de Sa création, ces choses-là sont très importantes pour chaque personne qui cherche la connaissance de Dieu. Elles ont une incidence directe sur la capacité des hommes à entrer dans la réalité-vérité. Si tu limites ta compréhension de Dieu uniquement à des paroles, si tu la limites à tes propres petites expériences, aux idées que tu te fais de ce qu’est la grâce de Dieu ou à tes petits témoignages en faveur de Dieu, alors Je dis que le Dieu en qui tu crois n’est absolument pas le vrai Dieu Lui-même. Non seulement cela, mais on peut dire aussi que le Dieu en qui tu crois est un Dieu imaginaire, qu’Il n’est pas le vrai Dieu, car le vrai Dieu est Celui qui règne sur tout, qui marche au milieu de tout, qui dirige tout. Il est Celui qui détermine le sort de toute l’humanité et de tout ce qui est entre Ses mains. L’œuvre et les actions de Dieu dont Je parle ne se limitent pas seulement à une petite partie des gens. C’est-à-dire qu’elles ne se limitent pas seulement à ceux qui Le suivent actuellement. Ses actes sont manifestés parmi toutes choses, dans la survie de toutes choses et dans les lois du changement de toutes choses.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique IX », dans La Parole apparaît dans la chair

Tous ceux qui, dans le christianisme, étudient la théologie, les Écritures, voire l’histoire de l’œuvre de Dieu, sont-ils de vrais croyants ? Diffèrent-ils des croyants et adeptes de Dieu dont Il parle ? Croient-ils en Dieu à Ses yeux ? (Non.) Ils étudient la théologie, ils étudient Dieu. Y a-t-il une différence entre les gens qui étudient Dieu et ceux qui étudient autre chose ? Il n’y en a aucune. Rien ne les différencie des gens qui étudient l’histoire, la philosophie, le droit, la biologie ou l’astronomie. Ils n’aiment simplement pas les sciences, la biologie ou quelque autre discipline que ce soit. Ils n’aiment que la théologie. Ces gens étudient Dieu en cherchant des indices et des signes révélateurs dans Son œuvre. Et que résulte-t-il de ces recherches ? Sont-ils en mesure de déterminer si Dieu existe ? Jamais ils n’y parviendront. Sont-ils en mesure de connaître Sa volonté ? (Non.) Pourquoi ? Parce qu’ils vivent au milieu des mots, des formules, du savoir et de la philosophie. Ils vivent au milieu de l’esprit et des pensées d’êtres humains. Jamais ils ne pourront voir Dieu ni être éclairés par le Saint-Esprit. Comment Dieu les définit-Il ? Comme des non-croyants, des incroyants. Ces non-croyants et ces incroyants se mêlent à la soi-disant communauté chrétienne et font comme s’ils croyaient en Dieu, comme s’ils étaient chrétiens. Mais en réalité, adorent-ils vraiment Dieu ? Lui obéissent-ils vraiment ? Non. Pourquoi ? Une chose est certaine, dans leur cœur, ils ne croient pas que Dieu a créé le monde, qu’Il règne sur toutes choses et qu’Il peut devenir chair, et ils croient encore moins qu’Il existe. Que montre ce manque de foi ? Le doute, le déni et même l’espoir que les prophéties exprimées par Dieu (particulièrement celles qui évoquent les catastrophes) ne se réalisent pas, ne s’accomplissent pas. Voilà la façon dont ils considèrent la croyance en Dieu et c’est aussi la substance et le vrai visage de leur prétendue foi. Ces gens étudient Dieu parce qu’ils ont un intérêt particulier à acquérir une érudition et un savoir en théologie et parce qu’ils s’intéressent aux éléments historiques factuels de Son œuvre. Ce ne sont guère plus qu’un groupe d’intellectuels étudiant la théologie. Ces « intellectuels » ne croient pas en l’existence de Dieu, aussi que font-ils quand Il vient accomplir Son œuvre et que Ses paroles se réalisent ? Quelle est leur première réaction quand ils entendent qu’Il est devenu chair et qu’Il accomplit Sa nouvelle œuvre ? « C’est impossible ! » Ils condamnent quiconque prêche la nouvelle œuvre de Dieu et veulent même les tuer. Que cela montre-t-il ? Cela ne montre-t-il pas que ce sont d’authentiques antéchrists ? Ils sont hostiles à l’œuvre de Dieu et à la réalisation de Ses paroles, sans parler de Son incarnation : « Si Tu ne T’es pas incarné et que Tes paroles ne se sont pas réalisées, alors Tu es Dieu. Si Tes paroles se sont réalisées et que Tu T’es incarné, alors Tu n’es pas Dieu. » Que cela sous-entend-il ? Cela veut dire que tant qu’ils existeront, ils ne permettront pas l’incarnation de Dieu. Ne sont-ils pas d’authentiques antéchrists ? Oui. Ces affirmations existent-elles au sein de la communauté religieuse ? Elles sont proférées haut et fort : « Il est faux d’affirmer que Dieu S’est incarné. C’est impossible ! Toute incarnation est une imposture ! » Certains demandent : « Ces gens ont-ils été induits en erreur ? » Pas du tout. Ils n’ont simplement pas véritablement foi en Dieu. Ils ne croient pas en Son existence, en Son incarnation ni en Son œuvre de création du monde et encore moins en Son œuvre aboutissant à Sa crucifixion et au rachat de l’humanité. Pour eux, la théologie qu’ils étudient est une série d’évènements historiques. C’est une sorte de doctrine ou de théorie.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (7) », dans Récits des entretiens de Christ

Quelle était la principale manifestation de l’hypocrisie des pharisiens ? Ils se sont contentés d’étudier de près les Écritures et n’ont pas recherché la vérité. Quand ils lisaient les paroles de Dieu, ils ne priaient pas et ne cherchaient pas. Au lieu de cela, ils ont étudié ce qu’Il a dit et accompli, puis ont transformé Ses paroles en une sorte de théorie, une doctrine qu’ils ont enseignée aux autres. Voilà en quoi consiste l’étude détaillée des paroles de Dieu. Alors, pourquoi ont-ils fait cela ? Qu’ont-ils étudié de si près ? À leurs yeux, ce n’étaient pas les paroles de Dieu ni Ses expressions. C’était encore moins la vérité, mais plutôt une forme de savoir. À leurs yeux, un tel savoir devait être transmis, répandu, et c’est seulement ainsi qu’auraient dû se répandre la voie de Dieu et l’Évangile. C’est cela qu’ils appelaient « prêcher » et le sermon qu’ils prêchaient était de la théologie.

[…] Les pharisiens considéraient la théologie et la théorie qu’ils maîtrisaient comme une forme de savoir, un moyen leur permettant de condamner les gens et de déterminer s’ils avaient raison ou tort. Ils y ont même eu recours avec le Seigneur Jésus : c’est ainsi qu’Il a été condamné. Pour juger et traiter les gens, ils ne se fondaient pas sur leur substance ni sur le fait de savoir si ce qu’ils disaient était vrai ou faux, et encore moins sur la source ou l’origine de leurs paroles. Ils se contentaient de condamner les gens et de les évaluer en s’appuyant sur les paroles et les doctrines rigides qu’ils maîtrisaient. Ainsi, même si ces pharisiens savaient que ce que le Seigneur Jésus faisait n’était pas un péché et n’enfreignait pas la loi, ils L’ont malgré tout condamné parce que ce qu’Il disait leur semblait être en désaccord avec la connaissance et le savoir qu’ils maîtrisaient, ainsi que la théorie de la théologie dont ils faisaient l’exégèse. Et les pharisiens refusaient simplement de relâcher leur emprise sur ces paroles et ces formules. Ils s’accrochaient à ce savoir et refusaient de céder. Quelle était la seule issue possible en fin de compte ? Ils refusaient de reconnaître que le Seigneur Jésus était le Messie qui devait venir ou que Ses paroles étaient empreintes de vérité, et encore moins que les actions du Seigneur Jésus étaient en accord avec la vérité. Ils se sont appuyés sur des accusations non fondées pour Le condamner. Mais en réalité, au fond d’eux-mêmes, savaient-ils si les péchés pour lesquels ils Le condamnaient étaient licites ? Oui, ils le savaient. Alors pourquoi L’ont-ils malgré tout condamné ainsi ? (Ils ne voulaient pas croire que ce Dieu puissant et céleste qu’ils avaient à l’esprit puisse être le Seigneur Jésus dont l’apparence est celle d’un Fils de l’homme ordinaire.) Ils refusaient d’accepter cet état de fait. Et quelle était la nature de leur refus d’accepter cela ? N’était-ce pas une façon d’essayer de raisonner avec Dieu ? Ce qu’ils voulaient dire, c’était : « Dieu pourrait-Il faire cela ? S’Il devait S’incarner, Il serait sans doute issu d’une lignée illustre. En outre, Il devrait accepter la tutelle des scribes et des pharisiens, S’approprier ce savoir et beaucoup lire les Écritures. Ce n’est qu’une fois qu’Il détiendrait ce savoir qu’Il serait en mesure d’assumer le titre de “Dieu incarné”. » Ils se sont dit : « Tout d’abord, Tu n’as pas ces qualités, donc Tu n’es pas Dieu. Ensuite, sans ce savoir, Tu ne peux pas accomplir l’œuvre de Dieu et Tu peux encore moins être Lui. Enfin, Tu ne peux pas œuvrer hors du temple. En ce moment, Tu n’es pas dans le temple, Tu fais toujours partie des pécheurs, donc l’œuvre que Tu accomplis se trouve hors du champ de celle de Dieu. » D’où vient le fondement de leur condamnation ? Des Écritures, de l’esprit de l’homme et de l’enseignement théologique qu’ils ont reçu. Gonflés de notions, d’idées et de savoir, ils pensaient que ce savoir était juste, que c’était la vérité, la base, et qu’il était impossible que Dieu puisse aller à l’encontre de tout cela. Recherchaient-ils la vérité ? Pas du tout. Ils recherchaient leurs propres notions et idées, leurs propres expériences, et ils ont tenté de s’en servir pour définir Dieu et savoir s’Il avait raison ou tort. Qu’en a-t-il finalement résulté ? Ils ont condamné l’œuvre de Dieu et L’ont cloué sur la croix.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (7) », dans Récits des entretiens de Christ

L’homme a été corrompu et vit dans le piège de Satan. Tous les hommes vivent dans la chair, dans des désirs égoïstes. Pas un seul d’entre eux n’est compatible avec Moi. Il y en a qui disent être compatibles avec Moi, mais qui adorent tous de vagues idoles. Bien qu’ils reconnaissent Mon nom comme saint, ils empruntent un chemin opposé au Mien et leurs paroles sont pleines d’arrogance et d’assurance. Car, au fond, ils sont tous contre Moi et incompatibles avec Moi. Chaque jour, ils cherchent des traces de Moi dans la Bible et trouvent au hasard des passages « appropriés », qu’ils lisent sans cesse et récitent comme des Écritures. Ils ne savent pas comment être compatibles avec Moi, ni ce qu’être en inimitié envers Moi signifie. Ils se contentent de lire les Écritures aveuglément. Ils restreignent au sein de la Bible un Dieu vague qu’ils n’ont jamais vu et qu’ils sont incapables de voir. Ils la sortent pour la regarder pendant leur temps libre. Ils ne croient en Mon existence que dans le cadre de la Bible. Pour eux, Je suis identique à la Bible ; sans la Bible, Je n’existe pas et, sans Moi, la Bible n’existe pas. Ils ne prêtent aucune attention à Mon existence ni à Mes actions, mais accordent plutôt une attention soutenue et particulière à chacune des paroles des Écritures. Beaucoup d’entre eux pensent même que Je ne devrais pas faire ce que Je veux faire, à moins que ce ne soit prédit dans les Écritures. Ils accordent trop d’importance aux Écritures. On peut dire qu’ils donnent trop d’importance aux paroles et aux expressions, au point de mesurer chaque parole que Je prononce et de Me condamner en s’appuyant sur chaque verset de la Bible. Ils ne recherchent pas la voie de la compatibilité avec Moi, ni de la compatibilité avec la vérité, mais plutôt celle de la compatibilité avec les paroles de la Bible. Ils croient que tout ce qui ne se conforme pas à la Bible n’est pas Mon œuvre, sans exception. De tels hommes ne sont-ils pas les fidèles descendants des pharisiens ? Les pharisiens juifs ont utilisé la loi de Moïse pour condamner Jésus. Ils n’ont pas cherché la compatibilité avec le Jésus de l’époque, mais ont consciencieusement suivi la loi à la lettre, au point de finalement crucifier l’innocent Jésus, L’ayant accusé de ne pas suivre la loi de l’Ancien Testament et de ne pas être le Messie. Quelle était leur essence ? Ont-ils cherché la voie de la compatibilité avec la vérité ? Ils étaient obsédés par chacune des paroles des Écritures, ne prêtant aucune attention à Ma volonté ni aux étapes et méthodes de Mon œuvre. Ce n’étaient pas des gens qui cherchaient la vérité, mais des gens qui s’accrochaient aux mots avec rigidité. Ce n’étaient pas des gens qui croyaient en Dieu, mais des gens qui croyaient en la Bible. En somme, ils étaient les chiens de garde de la Bible. Afin de protéger les intérêts de la Bible, de défendre sa dignité et de protéger sa réputation, ils sont allés jusqu’à clouer le miséricordieux Jésus sur la croix. Ils l’ont fait simplement pour défendre la Bible et maintenir le statut de chacune de ses paroles dans le cœur des gens. Ils ont donc préféré renoncer à leur avenir et au sacrifice d’expiation pour condamner à mort Jésus, qui ne S’était pas conformé à la doctrine des Écritures. N’étaient-ils pas des laquais de chaque parole des Écritures ?

Et qu’en est-il des hommes d’aujourd’hui ? Le Christ est venu pour annoncer la vérité, mais ils ont préféré L’expulser de ce monde afin de gagner l’entrée au ciel et de recevoir la grâce. Ils ont préféré nier complètement l’avènement de la vérité pour défendre les intérêts de la Bible. Ils ont préféré crucifier de nouveau le Christ revenu pour garantir l’existence éternelle de la Bible. Comment l’homme peut-il recevoir Mon salut, quand son cœur est si mauvais et sa nature si hostile envers Moi ? Je vis parmi les hommes, pourtant il n’est pas au courant de Mon existence. Même quand Je fais briller Ma lumière sur l’homme, il reste ignorant de Mon existence. Quand Je libère Ma colère sur lui, il nie Mon existence avec encore plus de vigueur. L’homme cherche la compatibilité avec les mots, avec la Bible, pourtant pas une seule personne ne vient devant Moi pour chercher le chemin de la compatibilité avec la vérité. L’homme regarde vers Moi dans le ciel et accorde un intérêt particulier à Mon existence en ce lieu, pourtant personne ne se soucie de Moi dans la chair, car Moi, qui vis parmi les hommes, Je suis simplement trop insignifiant. Ceux qui cherchent seulement la compatibilité avec les paroles de la Bible et avec un Dieu vague constituent un spectacle désolant à Mes yeux. C’est parce qu’ils vénèrent des paroles vides de sens et un Dieu qui est capable de leur donner des trésors immenses. Ce qu’ils vénèrent, c’est un Dieu qui demeure Lui-même à la merci de l’homme, un Dieu qui n’existe pas. Que de telles personnes peuvent-elles alors gagner de Moi ? L’homme est tout simplement trop faible. Comment ceux qui sont contre Moi, qui M’adressent des demandes infinies, qui n’aiment pas la vérité et qui se rebellent contre Moi pourraient-ils être compatibles avec Moi ?

[…] Ceux qui ne se soucient que des paroles de la Bible et sont indifférents à la vérité ou à la recherche de Mes pas sont contre Moi, car ils Me limitent selon la Bible, M’y confinent et blasphèment donc à l’extrême envers Moi. Comment de telles personnes pourraient-elles venir devant Moi ? Elles ne prêtent aucune attention à Mes actes, à Ma volonté ni à la vérité, mais sont plutôt obsédées par des paroles, des paroles qui tuent. Comment de telles personnes pourraient-elles être compatibles avec Moi ?

Extrait de « Tu dois chercher le chemin de la compatibilité avec le Christ », dans La Parole apparaît dans la chair

Note de bas de page :

a. Le texte original dit : « Le travail de la connaissance de Dieu ».

Précédent: 3. La nature et les conséquences du problème qu’il y a à reconnaître Dieu seulement, sans reconnaître la vérité

Suivant: 2. Comment on connaît le tempérament et l’essence de Dieu

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

3. Le rapport entre les trois étapes de l’œuvre de Dieu

De l’œuvre de l’Éternel à celle de Jésus et de l’œuvre de Jésus à celle de l’étape actuelle, ces trois étapes couvrent toute la portée de la gestion de Dieu et tout cela est le travail d’un seul Esprit. Depuis qu’Il a créé le monde, Dieu a toujours géré l’humanité. Il est le Commencement et la Fin, Il est le Premier et le Dernier et Il est celui qui commence une ère et celui qui amène l’ère à sa fin. Les trois étapes de travail, à différentes ères et dans différents endroits, sont sûrement réalisées par un seul Esprit. Tous ceux qui séparent ces trois étapes s’opposent à Dieu.

3. Le nom de Dieu peut changer, mais Son essence ne change jamais

Certains disent que Dieu est immuable. C’est exact, mais cela fait référence à l’immuabilité du tempérament et de la substance de Dieu. Ses changements de nom et d’œuvre ne prouvent pas que Son essence a changé ; en d’autres termes, Dieu sera toujours Dieu, et cela ne changera jamais.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre