5. Comment Dieu a conduit et soutenu l’humanité jusqu’à aujourd’hui

Paroles de Dieu concernées :

Le chemin de la vie n’est pas quelque chose que n’importe qui peut posséder, il n’est pas non plus quelque chose que n’importe qui peut atteindre facilement. C’est parce que la vie ne peut venir que de Dieu ; en d’autres termes, seul Dieu Lui-même possède l’essence de la vie, et seul Dieu Lui-même a le chemin de vie. Et ainsi, seul Dieu est la source de la vie et la source intarissable de l’eau vive de vie. Depuis qu’Il a créé le monde, Dieu a fait beaucoup de travail impliquant la vitalité de la vie, a fait beaucoup de travail qui apporte la vie à l’homme et a payé le prix fort pour que l’homme acquière la vie. C’est parce que Dieu Lui-même est la vie éternelle, et Dieu Lui-même est le chemin par lequel l’homme est ressuscité. Dieu n’est jamais absent du cœur de l’homme et Il vit parmi les hommes en tout temps. Il est resté la force motrice de la vie de l’homme, l’origine de l’existence de l’homme et un gisement riche pour l’existence de l’homme après sa naissance. Il fait renaître l’homme et Lui permet de vivre obstinément chacun de ses rôles. Grâce à Sa puissance et à Sa force vitale inextinguible, l’homme a vécu de génération en génération, au cours desquelles la puissance de la vie de Dieu a été le pilier de l’existence de l’homme, et pour laquelle Dieu a payé un prix qu’aucun homme ordinaire n’a jamais payé. La force vitale de Dieu peut prévaloir sur toute puissance ; en outre, elle dépasse tout pouvoir. Sa vie est éternelle, Sa puissance extraordinaire, et Sa force vitale ne peut pas être engloutie par une créature ou une force ennemie, quelles qu’elles soient. La force vitale de Dieu existe et brille de Son grand éclat, quel que soit le temps ou le lieu. Le ciel et la terre ont beau subir de grands changements, la vie de Dieu est à jamais la même. Toutes les choses passeront peut-être, mais la vie de Dieu demeurera encore, car Dieu est la source de l’existence de toutes choses et la racine de leur existence. La vie de l’homme provient de Dieu, le ciel existe grâce à Dieu et l’existence de la terre provient de la puissance de la vie de Dieu. Aucun objet qui possède la vitalité ne peut transcender la souveraineté de Dieu, et aucune chose, aussi vigoureuse qu’elle soit, ne peut éviter le domaine de l’autorité de Dieu. De cette façon, qui que l’on soit, chacun doit se soumettre à la domination de Dieu, tout le monde doit vivre sous le commandement de Dieu, et personne ne peut échapper à Ses mains.

Extrait de « Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair

Depuis que Dieu a créé toutes choses, elles ont fonctionné et continué à progresser de manière ordonnée et conformément aux lois qu’Il a prescrites. Sous Son regard, sous Son règne, l’humanité a survécu et, pendant tout ce temps, toutes choses ont évolué de manière ordonnée. Rien ne peut changer ni détruire ces lois. C’est à cause du règne de Dieu que tous les êtres peuvent se multiplier et c’est à cause de Son règne et de Sa gestion que tous les êtres peuvent survivre. Autrement dit, sous le règne de Dieu, tous les êtres naissent, prospèrent, disparaissent et se réincarnent de façon ordonnée. À l’arrivée du printemps, une pluie fine fait sentir que la nouvelle saison est dans l’air et humidifie la terre. Le sol commence à dégeler et l’herbe perce le sol et se met à pousser, tandis que les arbres reverdissent. Tous ces êtres vivants donnent à la terre une nouvelle vitalité. C’est ce que donnent à voir tous les êtres qui naissent et prospèrent. Toutes sortes d’animaux sortent de leurs antres pour sentir la chaleur du printemps et commencer une nouvelle année. Tous les êtres se prélassent dans la chaleur de l’été et jouissent de la douce température de la saison. Ils croissent rapidement. Les arbres, l’herbe et toutes les sortes de plantes poussent très rapidement, jusqu’à finalement fleurir et donner des fruits. Tous les êtres sont occupés pendant l’été, y compris les humains. Les pluies automnales apportent la fraîcheur de la nouvelle saison et tous les genres d’êtres vivants commencent à percevoir l’arrivée de la période des récoltes. Tous les êtres portent leurs fruits et les humains commencent à récolter ces diverses sortes de fruits pour avoir de la nourriture prête pour l’hiver. En hiver, tous les êtres commencent lentement à retrouver la tranquillité et à se reposer tandis que le froid arrive et les hommes prennent également une pause au cours de cette saison. D’une saison à l’autre, ces transitions du printemps à l’hiver, en passant par l’été et l’automne, ces changements se produisent tous au rythme des lois établies par Dieu. Par ces lois, Il conduit toutes choses et toute l’humanité et Il a établi pour l’humanité une manière de vivre riche et colorée, préparant un environnement de survie qui a des températures et des saisons variées. C’est pourquoi, dans ce genre d’environnement de survie ordonné, les humains peuvent survivre et se multiplier de manière ordonnée. Les humains ne peuvent pas modifier ces lois et aucune personne ni aucun être ne peut les briser. Bien que d’innombrables changements se soient produits – des mers sont devenues des champs, tandis que des champs sont devenus des mers – ces lois continuent d’exister. Elles existent parce que Dieu existe et à cause de Son règne et de Sa gestion. Avec ce type d’environnement ordonné et à grande échelle, la vie des hommes prospère au milieu de ces lois et de ces règlements. En vertu de ces lois, les hommes ont prospéré de génération en génération et les hommes ont survécu de génération en génération en vertu de ces lois. Les hommes ont profité de cet environnement de survie ordonné, ainsi que de toutes les nombreuses choses créées par Dieu pendant des générations et des générations. Même si les gens ont l’impression que ces types de lois sont innés, et les considèrent dédaigneusement pour acquis et même s’ils ne peuvent pas sentir que Dieu orchestre ces lois, que Dieu règne sur ces lois, quoi qu’il en soit, Dieu est toujours engagé dans cette œuvre inchangeable. Son but dans cette œuvre inchangeable est la survie de l’humanité et la perpétuation de l’humanité.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique IX », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu est le maître des règles qui régissent le fonctionnement de toutes choses, la survie de toutes choses. Il dirige également toutes choses, de telle façon qu’elles peuvent vivre ensemble. Il fait en sorte qu’elles se renforcent mutuellement et dépendent l’une de l’autre, afin qu’elles ne soient pas anéanties ni ne disparaissent. Ainsi, l’humanité peut continuer à exister, à vivre dans un tel environnement sous la direction de Dieu. Ces règles qui régissent toutes choses sont sous la domination de Dieu. Nul ne peut intervenir ni les changer. Seul Dieu Lui-même connaît ces règles et Lui seul les gère. Quand les arbres pousseront, quand la pluie tombera, la quantité d’eau et de nutriments que la terre fournira aux plantes, en quelle saison les feuilles tomberont, en quelle saison les arbres produiront des fruits, la quantité de nutriments que le soleil donnera aux arbres, ce que les arbres dégageront grâce à l’énergie reçue du soleil… tout cela, Dieu l’avait déjà arrangé quand Il a créé l’univers, et ce sont des règles que nul ne peut enfreindre. Les choses créées par Dieu, qu’elles soient vivantes ou non, du moins aux yeux des gens, sont toutes entre Ses mains et sous Sa domination. Aucun homme ne peut changer ou enfreindre cette règle. En d’autres termes, quand Dieu a créé toutes choses, Il a établi comment elles devraient être. L’arbre ne pouvait prendre racine ni pousser sans la terre. Sans arbres, la terre se dessécherait. En outre, l’arbre constituerait un refuge pour les oiseaux, qui les protégerait du vent. L’arbre survivrait-il sans soleil ? (Non.) Il ne survivrait pas non plus s’il n’avait que la terre. Tout cela est destiné à l’humanité et à sa survie. L’homme reçoit l’air frais de l’arbre et vit sur la terre que celui-ci protège. L’homme ne peut vivre sans soleil ni sans divers êtres vivants. Même si les relations entre ces choses sont complexes, tu dois te rappeler que Dieu a créé les règles qui régissent toutes choses afin qu’elles puissent se renforcer mutuellement, dépendre les unes des autres et exister en cohabitation. Chaque chose qu’Il a créée possède de la valeur et de l’importance. Si Dieu créait une chose sans importance, Il la laisserait disparaître. C’est l’une des méthodes qu’Il utilise pour subvenir aux besoins de toutes choses.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique VII », dans La Parole apparaît dans la chair

Son sens et son application sont très larges. Dieu ne subvient pas seulement aux besoins quotidiens en nourriture et en boisson des gens, mais à tous leurs besoins, tout ce que les gens voient et même toutes les choses qui ne peuvent être vues. Dieu entretient, gère et régit le milieu de vie dont l’humanité a besoin. Quel que soit l’environnement qu’il lui faut à chaque saison, Dieu l’a préparé. L’atmosphère et la température propices à l’existence humaine sont également gérées par Dieu. Aucune de ces règles ne survient toute seule ni au hasard. Elles sont le résultat de la souveraineté de Dieu et de Ses actes. Dieu Lui-même est la source de toutes ces règles et de la vie pour toutes choses. C’est un fait établi et irréfutable, que tu le croies ou non, que tu le voies ou non, que tu le comprennes ou non.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique VII », dans La Parole apparaît dans la chair

Quelles sont les conditions de base qui étayent ces différents styles de vie humains ? N’est-il pas absolument nécessaire que les environnements où sont capables de survivre les hommes soient préservés à un niveau élémentaire ? Autrement dit, si ceux qui vivent de la chasse perdaient les forêts des montagnes ou les oiseaux et les animaux, la source de leur subsistance disparaîtrait. Pour cette ethnie et cette sorte de gens, la direction à prendre deviendrait incertaine et ils pourraient même être amenés à disparaître. Et qu’en est-il de ceux qui élèvent des animaux ? De quoi dépendent-ils ? Ce dont ils sont vraiment dépendants n’est pas leur bétail, mais l’environnement dans lequel leur bétail est capable de survivre : les prairies. S’il n’y avait pas de prairies, où les éleveurs feraient-ils paître leur bétail ? Que mangeraient les bovins et les moutons ? Sans le bétail, ces peuples nomades n’auraient aucun moyen de subsistance. Sans une source de subsistance, où ces gens-là iraient-ils ? Il leur deviendrait très difficile de continuer à survivre ; ils n’auraient pas d’avenir. S’il n’y avait pas de sources d’eau et que les rivières et les lacs s’asséchaient complètement, tous ces poissons, qui dépendent de l’eau pour vivre, existeraient-ils encore ? Ils n’existeraient pas. Les gens qui dépendent de l’eau et des poissons pour leur subsistance continueraient-ils à survivre ? Quand ils n’ont plus de nourriture, quand ils n’ont plus leur source de subsistance, ces gens ne peuvent pas continuer à survivre. Autrement dit, si un peuple ethnique, quel qu’il soit, rencontre un problème avec ses moyens de subsistance ou sa survie, alors ce peuple ethnique ne se perpétue plus et peut disparaître et s’éteindre. Et si les cultivateurs perdent leur terre, s’ils ne peuvent pas cultiver toutes sortes de plantations et tirer de la nourriture de ces plantations, quel est alors le résultat ? Sans nourriture, les gens ne mourraient-ils pas de faim ? Si les gens meurent de faim, ce type d’être humain n’est-il pas effacé ? Tel est donc le dessein de Dieu dans le maintien d’environnements variés. Dieu n’a qu’un seul but en maintenant des environnements et des écosystèmes variés et tous les différents êtres vivants à l’intérieur : c’est de nourrir toutes sortes d’hommes, de nourrir les hommes qui vivent dans les différents environnements géographiques.

Si toutes les choses de la création perdaient leurs propres lois, elles n’existeraient plus ; si les lois de toutes choses étaient perdues, alors les êtres vivants parmi toutes choses ne seraient pas en mesure de se perpétuer. Les humains perdraient également les environnements desquels ils dépendent pour leur survie. Si les humains perdaient tout cela, ils ne pourraient pas continuer, comme ils l’ont fait, à prospérer et à se multiplier de génération en génération. Les êtres humains ont survécu jusqu’à présent parce que Dieu leur a fourni toutes les choses de la création pour les nourrir, pour nourrir l’humanité de différentes manières. C’est seulement parce que Dieu nourrit l’humanité de différentes manières qu’elle a survécu jusqu’à présent, jusqu’à nos jours. Avec un environnement de survie stable qui est favorable et dans lequel les lois naturelles sont en ordre, toutes les différentes sortes de gens sur la terre, toutes les différentes races peuvent survivre dans leurs propres régions. Personne ne peut aller au-delà de ces régions ni des frontières entre elles parce que c’est Dieu qui les a définies.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique IX », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu a créé ce monde et y a amené l’homme, un être humain à qui Il a donné la vie. Ensuite, l’homme a eu des parents et une famille, et n’a plus été seul. Depuis que l’homme a jeté son regard pour la première fois sur ce monde matériel, il a été destiné à exister dans l’ordination de Dieu. Le souffle de vie de Dieu soutient chaque être vivant tout au long de sa croissance et jusqu’à l’âge adulte. Pendant ce processus, personne ne réalise que l’homme grandit sous les soins de Dieu, mais au contraire, les gens croient que l’homme le fait sous les soins bienveillants de ses parents, et que c’est son propre instinct de vie qui régit sa croissance. C’est parce que l’homme ne sait pas qui lui a donné la vie ni d’où elle est venue, et encore moins comment l’instinct de la vie crée des miracles. Il sait seulement que la nourriture est la base sur laquelle sa vie continue, que la persévérance est la source de son existence et que les croyances de son esprit sont le capital dont dépend sa survie. L’homme est complètement inconscient de la grâce et de la provision qui viennent de Dieu, et c’est ainsi qu’il gaspille, en vain, la vie que Dieu lui a accordée… Pas un seul homme de cette humanité que Dieu entoure de soins jour et nuit ne prend l’initiative de L’adorer. Dieu continue seulement de travailler en l’homme – et duquel Il n’attend rien – etcomme Il l’a prévu. Il le fait dans l’espoir, qu’un jour, l’homme s’éveillera de son rêve et comprendra soudain la valeur et le sens de la vie, le prix que Dieu a payé pour tout ce qu’Il lui a donné et la prompte sollicitude avec laquelle Dieu attend que l’homme retourne à Lui. Personne ne s’est jamais penché sur les secrets régissant l’origine et la continuation de la vie de l’homme. Seul Dieu, qui comprend tout cela, endure en silence le mal et les coups qui Lui sont donnés par l’homme, lui qui a tout reçu de Dieu, mais n’est pas reconnaissant. L’homme considère comme acquis tout ce que la vie apporte et, de même, c’est « tout naturellement » que Dieu est trahi par l’homme, oublié par l’homme et escroqué par l’homme. Se pourrait-il que le plan de Dieu ait vraiment une telle importance ? Se pourrait-il que l’homme, cet être vivant qui est venu de la main de Dieu, ait vraiment une telle importance ? Assurément, le plan de Dieu est important ; cependant, cet être vivant créé par la main de Dieu existe pour le bien de Son plan. Par conséquent, Dieu ne peut pas gaspiller Son plan par haine pour cette espèce humaine. C’est pour le bien de Son plan et pour le souffle qu’Il a exhalé que Dieu endure tous les tourments, non pour la chair de l’homme, mais pour la vie de l’homme. Il agit ainsi afin de reprendre non pas la chair de l’homme, mais la vie qu’Il a insufflée en celui-ci. C’est Son plan.

Tous ceux qui viennent dans ce monde doivent connaître la vie et la mort, et la majorité d’entre eux a vécu le cycle de la mort et de la nouvelle naissance. Ceux qui sont vivants vont bientôt mourir et les morts reviendront bientôt. Tout cela est le cours de la vie arrangé par Dieu pour chaque être vivant. Cependant, ce cours et ce cycle sont précisément la vérité que Dieu désire que l’homme voie : que la vie accordée à l’homme par Dieu est sans limites et non entravée par la réalité physique, le temps ou l’espace. Tel est le mystère de la vie que Dieu a accordée à l’homme et la preuve que la vie est venue de Lui. Bien que nombreux soient ceux qui ne croient pas que la vie vienne de Dieu, l’homme jouit inévitablement de tout ce qui vient de Dieu, qu’il croit en Son existence ou la nie. Si Dieu, un jour, change soudain d’avis et veut réclamer tout ce qui existe dans le monde et reprendre la vie qu’Il a donnée, alors tout disparaîtra. Dieu utilise Sa vie afin de pourvoir aux besoins de toutes les choses, aussi bien vivantes qu’inanimées, amenant tout en bon ordre en vertu de Sa puissance et de Son autorité. C’est une vérité que personne ne peut concevoir ou comprendre, et ces vérités incompréhensibles sont la manifestation et le témoignage mêmes de la force vitale de Dieu. À présent, laisse-Moi te dire un secret : la grandeur de la vie de Dieu et la puissance de Sa vie ne peuvent être sondées par aucune créature. Il en est ainsi maintenant, comme il en était dans le passé, et il en sera ainsi dans les temps à venir. Le second secret que Je te révélerai est celui-ci : la source de la vie vient de Dieu, pour tous les êtres créés, quelle que soit leur différence de forme ou de structure. Quel que soit le type d’être vivant que tu sois, tu ne peux pas aller à l’encontre du chemin de vie que Dieu a établi. Quoi qu’il en soit, tout ce que Je souhaite, c’est que l’homme comprenne ceci : sans l’attention, la protection et la provision de Dieu, l’homme ne peut pas recevoir tout ce qu’il est censé recevoir, quelle que soit l’assiduité de ses efforts ou l’ardeur de sa lutte. Sans l’apport de la vie par Dieu, l’homme perd la signification de la valeur de la vie et la signification du sens de la vie. Comment Dieu pourrait-Il permettre à l’homme, qui gaspille de façon frivole la valeur de Sa vie, d’être si insouciant ? Comme Je l’ai dit précédemment : n’oublie pas que Dieu est la source de ta vie. Si l’homme ne parvient pas à chérir tout ce que Dieu a accordé, non seulement Dieu reprendra ce qu’Il a donné au commencement, mais Il exigera le double du prix de tout ce qu’Il a donné pour Se dédommager auprès de l’homme.

Extrait de « Dieu est la source de la vie de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

L’œuvre de gestion de Dieu a commencé à la création du monde et l’homme est au cœur de cette œuvre. On peut dire que Dieu a créé toutes choses pour le bien de l’homme. Parce que l’œuvre de Sa gestion s’étend sur des milliers d’années et ne s’est pas faite en l’espace de seulement quelques minutes ou quelques secondes, en un clin d’œil ou en l’espace d’un an ou deux, Il a dû créer d’autres choses nécessaires à la survie de l’homme, comme le soleil, la lune, toutes sortes de créatures vivantes, la nourriture et un environnement hospitalier pour l’humanité. C’était le début de la gestion de Dieu.

Après cela, Dieu a livré l’humanité à Satan, et l’homme a vécu sous le domaine de Satan, ce qui a graduellement conduit à l’œuvre de Dieu de la première ère : l’histoire de l’ère de la Loi… Pendant plusieurs milliers d’années de l’ère de la Loi, les hommes se sont habitués aux orientations de l’ère de la Loi et les ont considérées comme allant de soi. Graduellement, l’homme a abandonné la protection de Dieu. Et ainsi, tout en suivant la loi, ils ont aussi adoré des idoles et commis de mauvais actes. Ils n’étaient pas sous la protection de l’Éternel et vivaient simplement leur vie devant l’autel dans le temple. En fait, l’œuvre de Dieu les avait abandonnés depuis longtemps, et même si les Israélites étaient encore attachés à la loi et prononçaient le nom de l’Éternel, et même s’ils croyaient fièrement qu’ils étaient l’unique peuple de l’Éternel et étaient les élus de l’Éternel, la gloire de Dieu les avait abandonnés discrètement…

Quand Dieu fait Son œuvre, Il quitte toujours tranquillement un endroit et réalise en douceur la nouvelle œuvre qu’Il commence ailleurs. Cela semble incroyable pour les gens qui sont engourdis. Les gens ont toujours chéri ce qui est ancien et ont considéré les choses nouvelles, inhabituelles, avec hostilité ou comme des nuisances. Et ainsi, quelle que soit la nouvelle œuvre que Dieu réalise, du commencement à la fin, l’homme est le dernier parmi toutes choses à en prendre connaissance.

Comme cela a toujours été le cas, après l’œuvre de l’Éternel à l’ère de la Loi, Dieu a commencé Sa nouvelle œuvre de la deuxième étape : assumer la chair – être incarné en tant qu’homme pendant dix, vingt ans – et parler et réaliser Son œuvre parmi les croyants. Pourtant, sans exception, personne ne le savait, et seul un petit nombre de personnes a reconnu qu’Il était Dieu fait chair après que le Seigneur Jésus a été cloué sur la croix et est ressuscité. […] Dès que la seconde étape de l’œuvre de Dieu fut achevée – après la crucifixion –, l’œuvre de Dieu consistant à libérer l’homme du péché (c’est-à-dire, libérer l’homme des mains de Satan) a été accomplie. Ainsi, à partir de ce moment-là, l’humanité n’avait qu’à accepter le Seigneur Jésus comme étant le Sauveur et ses péchés étaient pardonnés. Concrètement, les péchés de l’homme n’étaient plus une barrière pour atteindre le salut et se présenter devant Dieu et n’étaient plus le levier utilisé par Satan pour accuser l’homme. C’est parce que Dieu Lui-même avait accompli une œuvre réelle, était devenu à la ressemblance et l’avant-goût de la chair pécheresse, et Dieu Lui-même était le sacrifice d’expiation. De cette manière, l’homme est descendu de la croix, a été racheté et sauvé par la chair de Dieu, la ressemblance de cette chair pécheresse. Et ainsi, après avoir été capturé par Satan, l’homme s’est rapproché d’un pas de l’acceptation de Son salut devant Dieu. Bien sûr, cette étape de l’œuvre était plus profonde et plus évoluée que la gestion de Dieu durant l’ère de la Loi.

Telle est la gestion de Dieu : livrer l’humanité à Satan – une humanité qui ne sait ce qu’est Dieu, ce qu’est le Créateur, comment adorer Dieu ou pourquoi il est nécessaire de se soumettre à Dieu – et permettre à Satan de le corrompre. Étape par étape, Dieu récupère alors l’homme des mains de Satan, jusqu’à ce que l’homme adore totalement Dieu et rejette Satan. C’est la gestion de Dieu. Cela peut ressembler à une histoire mythique et peut sembler troublant. Les gens pensent que c’est une histoire mythique parce qu’ils n’ont aucune idée de tout ce qui est arrivé à l’homme au cours des quelques derniers millénaires, encore moins savent-ils combien d’histoires se sont déroulées dans le cosmos et le firmament. En outre, c’est parce qu’ils ne peuvent pas apprécier le monde plus étonnant et plus effrayant qui existe au-delà du monde matériel, mais que leurs yeux mortels les empêchent de voir. Cela semble incompréhensible pour l’homme, et c’est parce que l’homme ne comprend pas la signification du salut de l’humanité par Dieu ou la signification de l’œuvre de Sa gestion, et ne comprend pas comment Dieu veut finalement que soit l’humanité. Est-ce une humanité totalement non corrompue par Satan, comme Adam et Ève ? Non ! Le but de la gestion de Dieu, c’est de gagner un groupe de personnes qui adorent Dieu et se soumettent à Lui. Bien que ces gens aient été corrompus par Satan, ils ne voient plus Satan comme leur père ; ils reconnaissent la face hideuse de Satan et la rejettent, et ils se présentent devant Dieu pour accepter Son jugement et Son châtiment. Ils savent ce qui est laid et comment cela contraste avec ce qui est saint, et ils reconnaissent la grandeur de Dieu et la malveillance de Satan. De telles gens ne seront plus au service de Satan, n’adoreront plus Satan, n’élèveront plus de sanctuaires à Satan. C’est parce qu’ils sont un groupe de gens qui ont vraiment été gagnés par Dieu. C’est la signification de l’œuvre de la gestion de l’humanité par Dieu. Pendant l’œuvre de gestion de Dieu à cette époque, l’humanité est à la fois l’objet de la corruption de Satan et l’objet du salut de Dieu, et l’homme est le produit pour lequel Dieu et Satan se livrent combat. En même temps qu’Il réalise Son œuvre, Dieu récupère progressivement l’homme des mains de Satan et, ainsi, l’homme se rapproche de plus en plus de Dieu…

Et ensuite est venue l’ère du Règne qui est une étape plus concrète de l’œuvre et, cependant, est aussi la plus difficile à accepter pour l’homme. C’est parce que plus l’homme se rapproche de Dieu, plus la verge de Dieu s’approche de l’homme et plus le visage de Dieu est nettement révélé à l’homme. Après la rédemption de l’humanité, l’homme réintègre officiellement la famille de Dieu. L’homme pensait que le moment des réjouissances était maintenant arrivé, pourtant il doit directement faire face à l’assaut de Dieu, un assaut tel que personne n’aurait jamais pu imaginer : il s’avère que c’est un baptême que le peuple de Dieu doit « apprécier ». Devant un tel traitement, les gens n’ont d’autre choix que de s’arrêter et de penser en eux-mêmes : « Je suis la brebis égarée depuis de nombreuses années pour laquelle Dieu a tant dépensé pour la racheter, alors pourquoi Dieu me traite-t-Il de la sorte ? Est-ce une façon pour Dieu de se moquer de moi et de m’exposer ? […] » Après que des années se sont écoulées, l’homme s’est endurci, ayant connu les souffrances de l’épurement et du châtiment. Bien que l’homme ait perdu la « gloire » et le « charme » des temps passés, il a inconsciemment réussi à comprendre les principes du comportement humain, et a réussi à apprécier les années que Dieu a consacrées à sauver l’humanité. L’homme commence petit à petit à haïr sa propre barbarie. Il commence à détester son degré de sauvagerie et tous ses malentendus envers Dieu, et les exigences déraisonnables qu’il Lui a formulées. On ne peut pas remonter le temps. Les événements passés deviennent de regrettables souvenirs pour l’homme, et les paroles et l’amour de Dieu deviennent la force motrice dans la nouvelle vie de l’homme. Les blessures de l’homme se cicatrisent de jour en jour, ses forces reviennent, et il se lève et regarde le visage du Tout-Puissant […] seulement pour découvrir qu’Il a toujours été à mes côtés, et que Son sourire et Sa belle expression sont encore si émouvants. Dans Son cœur, Il reste toujours soucieux de l’humanité qu’Il a créée, et Ses mains sont toujours aussi chaudes et puissantes qu’au commencement. C’est comme si l’homme était retourné au jardin d’Éden, pourtant, cette fois-ci, l’homme ne se soumet plus aux tentations du serpent et ne se détourne plus de la face de l’Éternel. L’homme s’agenouille devant Dieu, lève les yeux vers le visage souriant de Dieu et offre son sacrifice le plus précieux. Ô ! Mon Seigneur, mon Dieu !

Extrait de « L’homme ne peut être sauvé que dans le cadre de la gestion de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Depuis le début du plan de gestion de Dieu, Il S’est toujours entièrement consacré à la réalisation de Son œuvre. Bien qu’Il dissimule Sa personne aux hommes, Il a toujours été à leurs côtés, œuvrant en eux, exprimant Son tempérament et guidant toute l’humanité par Son essence. Il œuvre en chacun grâce à Sa puissance, à Sa sagesse et à Son autorité, déclenchant ainsi l’ère de la Loi, l’ère de la Grâce et, maintenant, l’ère du Règne. Bien que Dieu cache Sa personne à l’homme, Son tempérament, Son être, Ses possessions et Sa volonté envers l’humanité sont révélés à l’homme sans réserve afin qu’il les voie et en fasse l’expérience. En d’autres termes, bien que les êtres humains ne puissent pas Le voir ni Le toucher, le tempérament et l’essence de Dieu avec lesquels l’humanité a été en contact sont absolument des expressions de Dieu Lui-même. N’est-ce pas la vérité ? Peu importe la méthode ou l’angle d’approche que Dieu choisit pour faire Son œuvre, Il présente toujours Sa véritable identité aux gens, réalisant l’œuvre qui Lui incombe et disant ce qu’Il est censé dire. Quelle que soit la position depuis laquelle Dieu parle (Il pourrait être dans le troisième ciel, dans la chair ou même une personne ordinaire), Il S’adresse toujours à l’homme de tout Son cœur et avec tout Son esprit, sans aucune tromperie ni dissimulation. Quand Il réalise Son œuvre, Dieu exprime Sa parole, Son tempérament, ainsi que ce qu’Il a et est, sans la moindre réserve. Il guide l’humanité par Sa vie, Son être et Ses possessions.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I », dans La Parole apparaît dans la chair

Plusieurs milliers d’années ont passé et l’humanité jouit toujours de la lumière et de l’air accordés par Dieu, respire toujours le souffle expiré par Dieu Lui-même, jouit toujours des fleurs, des oiseaux, des poissons et des insectes créés par Dieu et jouit de toutes les choses fournies par Dieu ; le jour et la nuit se suivent continuellement ; les quatre saisons alternent comme d’habitude ; les oies qui volent dans le ciel partent l’hiver et reviennent encore au printemps suivant ; les poissons dans l’eau ne quittent jamais les rivières et les lacs, leur habitat ; les cigales sur la terre chantent à cœur joie pendant les jours d’été ; les grillons dans l’herbe fredonnent doucement au rythme du vent pendant l’automne ; les oies se rassemblent en volées, tandis que les aigles restent solitaires ; dans leur fierté, les lions se nourrissent de la chasse ; les élans ne s’éloignent pas de l’herbe et des fleurs… Chaque sorte de créature vivante parmi toutes choses part et revient et ensuite repart, un million de changements se produisant en un clin d’œil, mais ce qui ne change pas, ce sont leur instinct et les lois de la survie. Elles vivent de l’approvisionnement et de la nourriture de Dieu, et personne ne peut changer leur instinct, et personne ne peut perturber leurs règles de survie. Bien que l’homme qui vit parmi toutes choses ait été corrompu et trompé par Satan, il ne peut toujours pas renoncer à l’eau créée par Dieu, à l’air créé par Dieu et à toutes choses créées par Dieu, et l’homme vit et prospère toujours dans cet espace créé par Dieu. Les instincts de l’humanité n’ont pas changé. L’homme compte encore sur ses yeux pour voir, sur ses oreilles pour entendre, sur son cerveau pour penser, sur son cœur pour comprendre, sur ses jambes et ses pieds pour marcher, sur ses mains pour travailler, etc. ; tous les instincts que Dieu a accordés à l’homme pour qu’il puisse accepter le soutien de Dieu restent inchangés, les facultés par lesquelles l’homme coopère avec Dieu n’ont pas changé, la faculté de l’homme d’accomplir le devoir d’un être créé n’a pas changé, les besoins spirituels de l’humanité n’ont pas changé, le désir de l’humanité de trouver ses origines n’a pas changé, l’aspiration de l’humanité à être sauvée par le Créateur n’a pas changé. Telles sont les circonstances actuelles de l’humanité qui vit sous l’autorité de Dieu et qui a enduré la destruction sanglante suscitée par Satan. Bien que l’humanité ait été soumise à l’oppression de Satan et ne soit plus Adam et Ève du début de la création, mais soit plutôt remplie de choses qui sont antagonistes à Dieu, comme la connaissance, l’imagination, les notions, etc., soit remplie d’un tempérament satanique corrompu, aux yeux de Dieu, l’humanité est toujours la même humanité qu’Il a créée. L’humanité est toujours gouvernée et orchestrée par Dieu et vit toujours dans le cours établi par Dieu et ainsi, aux yeux de Dieu, l’humanité qui a été corrompue par Satan est simplement couverte de crasse, avec un ventre grondant, avec des réactions qui sont un peu lentes, une mémoire qui n’est pas aussi bonne qu’elle l’était et elle est légèrement plus âgée, mais toutes les fonctions et tous les instincts de l’homme sont complètement intacts. C’est l’humanité que Dieu a l’intention de sauver. Cette humanité n’a qu’à entendre l’appel du Créateur et entendre la voix du Créateur, et elle se lèvera et se précipitera pour localiser la source de cette voix. Cette humanité n’a qu’à voir la figure du Créateur, et elle deviendra insouciante de tout le reste et abandonnera tout pour se consacrer à Dieu, et même donner sa vie pour Lui. Quand le cœur de l’humanité comprendra les paroles sincères du Créateur, l’humanité rejettera Satan et se rangera du côté du Créateur ; quand l’humanité aura complètement lavé la saleté de son corps et aura de nouveau reçu le soutien et la nourriture du Créateur, alors la mémoire de l’humanité sera restaurée et, à ce moment-là, l’humanité sera vraiment retournée sous la domination du Créateur.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique I », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 4. Les façons dont la toute-puissance et la sagesse de Dieu se révèlent principalement

Suivant: 6. Comment Dieu règne et administre l’univers entier

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

1. Si le vrai Dieu qui a créé les cieux et la terre et toutes les choses est un ou trine

« Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres » (Jean 14:8-10).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre