1. Alors que Dieu réalise l’œuvre de jugement dans les derniers jours, pourquoi exige-t-Il que l’homme se connaisse lui-même ?

Paroles de Dieu concernées :

Après plusieurs milliers d’années de corruption, l’homme est devenu insensible et lent d’esprit, un démon qui s’oppose à Dieu, au point que sa rébellion de l’homme envers Lui a été documentée dans les livres d’histoire et qu’il est même incapable de décrire complètement son propre comportement rebelle. Car l’homme a été profondément corrompu par Satan et si égaré par Satan qu’il ne sait pas vers où se tourner. Même aujourd’hui, l’homme trahit encore Dieu : quand il Le voit, il Le trahit et quand il ne peut pas Le voir, il Le trahit aussi. Il y a même ceux qui, ayant été témoins de Ses malédictions et de Sa colère, Le trahissent malgré tout. Et ainsi Je dis que la raison et la conscience de l’homme ont perdu leur fonction originelle respective. L’homme que Je considère est une bête en tenue humaine, il est un serpent venimeux. Qu’importe à quel point il essaie de paraître pitoyable à Mes yeux, Je ne serai jamais miséricordieux envers lui, car l’homme ne comprend pas la différence entre le noir et le blanc, la vérité et la non-vérité. La raison de l’homme est très engourdie, mais il désire quand même gagner des bénédictions. Son humanité est particulièrement ignoble, mais il désire quand même posséder la souveraineté d’un roi. De qui pourrait-il être le roi, avec une telle raison ? Comment pourrait-il s’asseoir sur un trône, avec une telle humanité ? L’homme n’a vraiment aucune honte ! Il est un misérable vaniteux ! Pour ceux d’entre vous qui souhaitent gagner des bénédictions, Je vous suggère de chercher d’abord un miroir et de regarder votre propre reflet hideux : as-tu ce qu’il faut pour être roi ? As-tu le visage de quelqu’un qui pourrait gagner des bénédictions ? Il n’y a pas eu le moindre changement dans ton tempérament et tu n’as mis en pratique aucune vérité, mais tu souhaites quand même un merveilleux lendemain. Tu te fais des illusions ! Né dans une terre si souillée, l’homme a été gravement empoisonné par la société. Il a été influencé par l’éthique féodale et formé dans des « instituts d’enseignement supérieur ». La pensée arriérée, la moralité corrompue, le point de vue mauvais sur la vie, la philosophie infâme, l’existence absolument sans valeur, le mode de vie et les coutumes dépravés ont tous gravement envahi le cœur de l’homme, ainsi que sérieusement miné et attaqué sa conscience. En conséquence, l’homme s’éloigne de plus en plus de Dieu et s’oppose de plus en plus à Lui. Le tempérament de l’homme devient plus vicieux chaque jour et il n’y a pas une seule personne qui soit disposée à renoncer de bon gré à quoi que ce soit pour Dieu, pas une seule qui Lui obéisse de bon gré, ni, par ailleurs, une seule qui cherche de bon gré Son apparition. Au contraire, sous le domaine de Satan, l’homme ne fait que chercher le plaisir, se livrant à la corruption de la chair en terrain boueux. Même quand ils entendent la vérité, ceux qui vivent dans les ténèbres ne pensent pas à la mettre en pratique et ne sont pas enclins non plus à chercher Dieu, même s’ils ont vu Son apparition. Comment une humanité aussi dépravée aurait-elle la moindre chance de salut ? Comment une humanité aussi décadente pourrait-elle vivre dans la lumière ?

La modification du tempérament de l’homme commence avec la connaissance de son essence et se fait à travers des changements dans sa pensée, sa nature et sa mentalité, c’est-à-dire à travers des changements fondamentaux. Ce n’est que de cette manière que se réaliseront de vrais changements dans son tempérament. Le tempérament corrompu de l’homme résulte de son empoisonnement et de son piétinement par Satan, du préjudice monstrueux que Satan a infligé à sa pensée, à sa moralité, à sa perspicacité et à sa raison. C’est précisément parce que les choses fondamentales de l’homme ont été corrompues par Satan et sont complètement différentes de la façon dont Dieu les a créées à l’origine qu’il s’oppose à Lui et ne comprend pas la vérité. Ainsi, les changements dans le tempérament de l’homme devraient commencer par des changements dans sa pensée, sa perspicacité et sa raison, qui feront évoluer sa connaissance de Dieu et de la vérité. Ceux qui sont nés dans le pays le plus profondément corrompu de tous ignorent encore plus ce que Dieu est ou ce que signifie croire en Lui. Plus les gens sont corrompus, moins ils connaissent Son existence et plus leur raison et leurs perceptions sont médiocres. La corruption de l’homme par Satan est la source de son opposition à Dieu et de sa rébellion contre Lui. Du fait de cette corruption, la conscience de l’homme s’est engourdie, il est immoral, ses pensées sont dégénérées et il a une mentalité arriérée. Avant d’être corrompu par Satan, l’homme suivait naturellement Dieu et obéissait à Ses paroles après les avoir entendues. Sa raison et sa conscience étaient naturellement saines et son humanité, normale. Après que l’homme a été corrompu par Satan, sa raison, sa conscience et son humanité originelles sont devenues obtuses et ont été affaiblies par Satan. Ainsi, l’homme a perdu son obéissance et son amour envers Dieu. La raison de l’homme est devenue aberrante et son tempérament, celui d’un animal, tandis que sa rébellion envers Dieu est de plus en plus fréquente et grave. Pourtant, l’homme ne le sait toujours pas ni ne le reconnaît et, tout simplement, s’oppose et se rebelle aveuglément. La révélation de son tempérament est l’expression de sa raison, de sa perspicacité et de sa conscience. Or, sa raison et sa perspicacité étant malsaines et sa conscience étant devenue extrêmement obtuse, son tempérament est rebelle contre Dieu. Si la raison et la perspicacité de l’homme ne peuvent pas changer, alors des changements dans son tempérament sont inenvisageables, de même que se conformer à Sa volonté. Si la raison de l’homme n’est pas saine, alors il ne peut pas servir Dieu et est inapte à être utilisé par Lui. La « raison normale » renvoie à l’obéissance et à la fidélité envers Dieu, au désir ardent pour Lui, au fait d’être absolu envers Lui et au fait d’avoir une conscience envers Dieu. L’expression désigne le fait d’être en unité de cœur et d’esprit avec Lui et de ne pas s’opposer délibérément à Lui. Ceux qui ont une raison anormale ne sont pas ainsi. Depuis que l’homme a été corrompu par Satan, il a inventé des notions sur Dieu et n’a eu ni loyauté ni désir ardent pour Lui, sans parler d’une conscience envers Lui. L’homme s’oppose délibérément à Dieu, Le juge et, en outre, Lui lance des invectives derrière Son dos. L’homme sait clairement qu’Il est Dieu, mais il continue néanmoins de Le juger derrière Son dos, n’a aucune intention de Lui obéir et ne Lui formule que des revendications et des demandes aveugles. De telles personnes, qui ont une raison anormale, sont incapables de connaître leur comportement infâme ou de regretter leur rébellion. Si les gens sont capables de se connaître eux-mêmes, alors ils auront recouvré un peu de leur raison. Plus ils sont rebelles contre Dieu sans même se connaître eux-mêmes, plus leur raison est malsaine.

Extrait de « Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Avant que les hommes aient été rachetés, Satan les avait déjà remplis de ses poisons et, après des milliers d’années de corruption par Satan, les hommes ont en eux une nature établie qui s’oppose à Dieu. Par conséquent, lorsque les hommes ont été rachetés, ce ne fut rien de plus qu’un cas de rédemption payant un prix élevé pour racheter l’homme alors que sa nature empoisonnée à l’intérieur n’était pas éliminée. L’homme qui est tellement souillé doit subir une transformation avant d’être digne de servir Dieu. Grâce à cette œuvre de jugement et de châtiment, les hommes prendront pleinement conscience de l’essence souillée et corrompue en eux-mêmes et ils pourront changer complètement et être purifiés. L’homme peut être digne de retourner devant le trône de Dieu seulement de cette manière. Toute l’œuvre effectuée aujourd’hui vise la purification et la transformation des hommes ; grâce au jugement et au châtiment par la parole, ainsi que grâce à l’épurement, l’homme peut rejeter sa corruption et être purifié. Plutôt que de considérer cette étape de l’œuvre comme celle du salut, il serait plus approprié de dire que c’est l’œuvre de la purification. En vérité, cette étape est celle de la conquête, ainsi que la deuxième étape dans l’œuvre du salut. L’homme est gagné par Dieu grâce au jugement et au châtiment par la parole. Par l’utilisation de la parole pour épurer, juger et dévoiler, toutes les impuretés, les notions, les motifs, et les espoirs individuels dans le cœur de l’homme sont complètement révélés. Même si l’homme a été racheté et si ses péchés ont été pardonnés, c’est seulement considéré comme si Dieu avait oublié les transgressions de l’homme et n’avait pas traité l’homme en conformité avec ses transgressions. Toutefois, lorsque l’homme vit dans un corps charnel et qu’il n’a pas été libéré du péché, il ne peut que continuer à pécher, révélant sans cesse son tempérament satanique corrompu. C’est la vie que l’homme mène, un cycle sans fin de péché et de pardon accordé. La majorité de l’humanité pèche dans la journée pour simplement se confesser dans la soirée. Ainsi, même si le sacrifice d’expiation est toujours efficace pour l’homme, il ne peut pas sauver l’homme du péché. Seulement la moitié de l’œuvre du salut a été achevée, car l’homme a encore un tempérament corrompu. Par exemple, quand les gens ont su qu’ils descendaient de Moab, ils ont proféré des paroles de plainte, n’ont plus cherché la vie et sont devenus complètement négatifs. Cela ne montre-t-il pas que l’humanité est encore incapable de se soumettre entièrement à la domination de Dieu ? N’est-ce pas là précisément son tempérament satanique corrompu ? Lorsque tu n’étais pas soumis au châtiment, tes mains étaient élevées au-dessus de toutes les autres, même de celles de Jésus. Et tu as crié d’une voix forte : « Sois un fils bien-aimé de Dieu ! Sois un ami intime de Dieu ! Nous préférerions mourir plutôt que de nous prosterner devant Satan ! Révolte-toi contre l’ancien Satan ! Révolte-toi contre le grand dragon rouge ! Que le grand dragon rouge perde misérablement le pouvoir ! Que Dieu nous rende complets ! » Tes cris étaient plus forts que tous les autres. Mais vint ensuite le temps du châtiment et, encore une fois, a été révélé le tempérament corrompu des gens. Puis, leurs cris ont cessé, et ils n’avaient plus aucune résolution. C’est la corruption de l’homme ; plus profonde que le péché, elle est plantée par Satan et profondément enracinée dans l’homme. Il est difficile à l’homme de prendre conscience de ses péchés ; il est incapable de reconnaître sa propre nature profondément enracinée et il doit compter sur le jugement par la parole pour obtenir ce résultat. L’homme peut dorénavant être progressivement transformé seulement de cette manière.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Le tempérament de Dieu se reflète à travers toutes les déclarations de Dieu, mais le fil conducteur de Ses paroles révèle la rébellion de toute l’humanité et expose des choses telles que leur désobéissance, insubordination, manque de droiture, injustice et incapacité d’aimer vraiment Dieu, à un degré tel que les paroles de Dieu ont atteint le point où Il dit que chaque pore dans le corps des hommes contient l’opposition à Dieu, que même leurs capillaires contiennent le défi à Dieu. Si les hommes ne cherchent pas à examiner ces choses, ils seront toujours incapables de les connaître et ne seront jamais en mesure de s’en débarrasser. Cela veut dire que le virus de l’opposition à Dieu se répandra en eux et, en fin de compte, ce sera comme si leurs globules blancs avaient dévoré leurs globules rouges, laissant leur corps entier dépourvu de globules rouges ; à la fin, ils mourront de leucémie. C’est l’état réel de l’homme et personne ne peut le nier. Étant née dans le pays où le grand dragon rouge se tapit, chaque personne possède en elle au moins une chose qui représente et illustre le venin du grand dragon rouge. Ainsi, à cette étape de l’œuvre, le fil conducteur tout au long des paroles de Dieu a été de se connaître, de se renier, de renoncer à soi-même et de s’immoler. On peut dire que c’est la principale œuvre de Dieu au cours des derniers jours, et que ce cycle de l’œuvre est le plus complet et le plus profond de tous ; cela montre que Dieu envisage de mettre fin à l’ère. Personne ne s’y attendait, mais en même temps, c’est quelque chose qu’ils prévoyaient au niveau de leurs sentiments.

Extrait du Chapitre 31 des « Interprétations des mystères des paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Tout ce qui existe dans notre cœur est en opposition avec Dieu. Cela inclut ce que nous considérons comme bon et même ce que nous croyons être déjà positif. Nous avons répertorié ces choses comme des vérités, comme faisant partie de l’humanité normale et comme des choses positives ; cependant, de Son point de vue, Dieu exècre ces choses. Le gouffre qui s’étend entre ce que nous pensons et la vérité dont parle Dieu est incommensurable. Par conséquent, nous devons nous connaître nous-mêmes. Depuis nos idées, nos points de vue et nos actions jusqu’à l’éducation culturelle que nous avons reçue, tout vaut la peine d’être approfondi et examiné sérieusement. Certaines de ces choses viennent de milieux sociaux, d’autres de la famille, de l’éducation scolaire et de livres. Certaines proviennent également de nos imaginations et notions. Les choses de ce genre sont les plus effrayantes, car elles lient et contrôlent nos paroles et nos actions, dominent notre esprit et guident les motivations, les intentions et les objectifs de nos actions. Si nous ne déterrons pas ces choses, nous n’accepterons jamais pleinement les paroles de Dieu en nous et nous n’accepterons jamais les exigences de Dieu sans réserve pour les mettre en pratique. Tant que tu conserves tes propres idées, tes propres points de vue et tes convictions sur ce que tu crois être bien, tu n’accepteras jamais les paroles de Dieu totalement ou sans condition ni ne les mettras en pratique selon leur forme originale. Tu ne les mettras sûrement en pratique qu’après les avoir d’abord traitées dans ton esprit. Ce sera ta façon de faire les choses et aussi ta manière d’aider les autres : même si tu pourrais aussi échanger sur les paroles de Dieu, tu auras toujours, mêlées à cela, tes propres impuretés, et tu croiras que c’est ce que veut dire pratiquer la vérité, que tu as compris la vérité et que tu as tout. L’état de l’humanité n’est-il pas pitoyable ? N’est-il pas troublant ?

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même  », dans Récits des entretiens de Christ

Peu importe l’aspect de la vérité que l’on poursuit, qu’il s’agisse d’aspirer à être honnête, de s’entraîner à se soumettre à Dieu, de collaborer amicalement avec ses frères et sœurs ou de vivre une humanité normale, on peut en adopter la pratique chaque jour de sa vie, avec chacune des vérités qui abordent la question de la connaissance de soi. Aspirer à être honnête n’a-t-il pas un rapport avec le fait de se connaître soi-même ? Tu n’aspireras pas à être honnête tant que tu n’auras pas appris à connaître ta propre imposture et ta propre malhonnêteté. Quand tu auras pris conscience que tu n’as pas réussi à obéir à Dieu, tu pratiqueras alors l’obéissance à Son égard ou chercheras ce qu’il faut faire pour Lui obéir. Si tu ne te connais pas toi-même, tout ce que tu dis sur ton aspiration à devenir honnête ou sur ta soumission à Dieu sonne creux, car le tempérament de l’homme est corrompu et aucun aspect de la vérité n’est facile à pratiquer, et chaque aspect est pratiqué au sein du tempérament corrompu de l’homme. Dans ta pratique de tout aspect de la vérité, ton tempérament corrompu ressurgira à coup sûr, contrariant ton aspiration à être honnête, faisant obstacle à ta soumission à Dieu et réfrénant ta patience et ta tolérance pour tes frères et sœurs. Si tu ne le reconnais pas, ne l’analyses pas et ne le perces pas à jour, mais comptes sur tes imaginations pour pratiquer la vérité, alors ta pratique ne sera pas authentique. Par conséquent, peu importe l’aspect de la vérité que l’on pratique ou ce que l’on fait, il faut d’abord se connaître soi-même.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même  », dans Récits des entretiens de Christ

Il y a certains états, à l’intérieur des gens, pour lesquels si les gens ne les comprennent pas et n’ont pas l’impression d’avoir tort, alors, peu importe qu’ils poursuivent sérieusement ou à quel point ils sont enthousiastes, il se peut qu’ils tombent un jour. Seule une minorité des gens peut obtenir la vérité, après tout. Comprendre la vérité n’est pas simple. Il faut beaucoup de temps, même pour en comprendre une petite partie, beaucoup de temps pour gagner un peu de connaissances empiriques, pour atteindre un morceau de compréhension pure ou pour gagner un peu de lumière. Si tu ne corriges pas toutes les impuretés qui sont en toi, cette petite parcelle de lumière peut alors être noyée à n’importe quelle heure et à n’importe quel endroit. La principale difficulté de l’homme, maintenant, c’est que chaque personne a en elle des imaginations, des notions, des désirs et des idéaux vains qu’elle est elle-même incapable de découvrir. Ces choses-là accompagnent constamment les gens sous forme d’éléments frelatés à l’intérieur d’eux. C’est effectivement très dangereux, et les gens sont susceptibles d’exprimer des doléances à tout moment. Il y a tellement d’éléments frelatés à l’intérieur de l’homme. Même si les gens ont peut-être de bonnes aspirations, souhaitant poursuivre la vérité et croire en Dieu pour de bon, ils sont encore incapables d’atteindre cela. Ce genre de chose arrive souvent dans l’expérience de chaque personne : elle rencontre un petit problème et les autres pensent qu’elle devrait être facilement en mesure d’y renoncer. Comment se fait-il qu’elle ne le puisse pas ? Pourquoi ceux qui, la plupart du temps, sont relativement expérimentés, qui paraissent relativement forts aux yeux des autres et qui ont les idées claires tombent-ils quand ils rencontrent un petit problème et tombent-ils si vite ? L’homme est vraiment soumis à l’inconstance de la fortune ; comment pourrait-il donc la prédire ? À l’intérieur de chaque personne, il y a des choses qu’elle est prête à poursuivre et à obtenir, et chacun a ses propres préférences. La plupart du temps, les gens n’arrivent pas à percevoir cela eux-mêmes, ou croient que ces choses sont bonnes, qu’elles ne posent pas de problèmes. Puis, un jour, quelque chose comme ça se produit et les voilà qui trébuchent ; ils deviennent pessimistes et faibles et ils n’arrivent pas à se relever. Il se peut qu’ils ne sachent pas eux-mêmes quel est le problème, ayant le sentiment qu’ils sont justifiés et que c’est Dieu qui leur a causé du tort. Si les gens ne se comprennent pas eux-mêmes, ils ne seront jamais capables de savoir où résident leurs propres difficultés ni dans quels domaines ils sont susceptibles d’échouer et de chuter. Ils sont lamentables. Par conséquent, les gens qui ne se comprennent pas eux-mêmes peuvent chuter, échouer et s’anéantir à tout moment.

Extrait de « Ce n’est qu’en comprenant ton propre état que tu peux t’engager sur la bonne voie », dans Récits des entretiens de Christ

À l’époque, Paul ne pensait pas que c’était mal d’emprunter ce chemin ; il croyait pleinement que c’était correct. Il ne possédait pas la vérité et, surtout, il n’avait pas connu de changement de tempérament. Il croyait trop en lui-même et avait l’impression qu’aller dans cette direction ne posait pas le moindre problème. Il a continué à avancer, rempli d’assurance et avec une confiance en soi absolue. À la fin, il n’est jamais revenu à la raison ; il pensait toujours que pour lui vivre, c’était le Christ. À ce titre, Paul a continué sur ce chemin jusqu’au bout et, au moment où il a fini par être puni, c’en était fait de lui. Le chemin de Paul ne comprenait pas la connaissance de soi, encore moins la recherche d’un changement de tempérament. Paul n’a jamais analysé sa propre nature et n’a pas non plus acquis la moindre connaissance de ce qu’il était ; il savait simplement qu’il était le principal coupable de la persécution de Jésus. Il n’avait pas la moindre compréhension de sa propre nature et, après avoir terminé son travail, Paul estimait en fait qu’il était le Christ et qu’il devait être récompensé. Le travail réalisé par Paul n’était que service rendu à Dieu. Pour ce qui est de Paul en personne, bien qu’il ait reçu quelques révélations de la part du Saint-Esprit, il n’avait pas du tout la vérité ni la vie. Il n’a pas été sauvé par Dieu ; il a été puni par Dieu. Pourquoi dit-on que le chemin de Pierre est le chemin de la perfection ? C’est parce que, dans sa pratique, Pierre a particulièrement mis l’accent sur la vie, sur la quête de la connaissance de Dieu et sur la connaissance de soi. Par son expérience de l’œuvre de Dieu, il a appris à se connaître lui-même, a gagné une compréhension des états corrompus de l’homme, a tiré des leçons de ses propres défauts et a découvert la chose la plus précieuse que les gens devraient poursuivre. Il était capable d’aimer Dieu sincèrement, il a appris à se racheter auprès de Dieu, il a gagné une certaine vérité et il possédait la réalité que Dieu requiert. À partir de toutes les choses que Pierre a dites au cours des épreuves qu’il a traversées, on peut voir qu’il était effectivement celui qui comprenait Dieu le mieux. Parce qu’à partir des paroles de Dieu, il en est venu à comprendre une si grande partie de la vérité, son chemin s’est de plus en plus éclairé et s’est de plus en plus aligné sur la volonté de Dieu. Si Pierre n’avait pas possédé cette vérité, le chemin qu’il a pris n’aurait alors pas pu être aussi correct.

Extrait de « Comment suivre la voie de Pierre », dans Récits des entretiens de Christ

Lorsque des gens découvrent à quel point leurs problèmes sont graves, est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? C’est une bonne chose. Plus tu es capable de découvrir ta propre corruption, plus cette découverte est précise, et plus tu réussis à connaître ta propre substance, alors, plus il est probable que tu sois sauvé et plus tu te rapprocheras du salut. Plus tu es incapable de découvrir tes problèmes, plus tu penses que tu es une bonne personne, une personne presque parfaite, plus tu es éloigné du chemin du salut, et tu es encore en grand péril. Celui qui passe ses journées à se pavaner – à se vanter de ses accomplissements, à dire qu’il a de belles paroles à partager, qu’il est raisonnable, qu’il comprend la vérité et est capable de faire des sacrifices lorsqu’il pratique la vérité – est particulièrement de petite stature. Quel genre de personne a plus d’espoir d’atteindre le salut, et est capable de marcher sur le chemin du salut ? Ceux qui connaissent réellement leur disposition corrompue. Plus leur connaissance de cela est profonde, plus ils s‘approchent du salut. Connaître ta disposition corrompue, savoir que tu n’es rien, que tu es inutile, que tu es un Satan vivant – lorsque tu connais ta véritable substance, ce n’est plus un grave problème. C’est une bonne chose, pas une mauvaise chose. Y-a-t-il quelqu’un qui se sent de plus en plus abattu à mesure qu’il se connaît de mieux en mieux, et pense : « Tout est fini, le jugement et le châtiment de Dieu se sont abattus sur moi, c’est ma punition et ma peine, Dieu ne veut pas de moi et je n’ai aucun espoir de salut » ? Est-ce que ces gens auront de telles illusions ? En réalité, plus ils reconnaissent qu’ils sont sans espoir de salut, plus il y a de l’espoir pour eux ; ils ne devraient pas être négatifs et ils ne devraient pas abandonner. Se connaître est une bonne chose – c’est le chemin que l’on doit prendre vers le salut. Si tu ignores tout de ta disposition corrompue et de ta substance, qui prend diverses formes dans son opposition à Dieu, et si tu n’as encore aucun projet pour changer, alors tu es en danger. De telles personnes sont déjà insensibles, elles sont mortes. Les morts peuvent-ils être ramenés à la vie ? Ils sont déjà morts – c’est impossible.

Extrait de « Tu ne peux chercher la vérité que lorsque tu te connais », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 5. Comment peut-on établir une relation normale avec Dieu ?

Suivant: 2. Qu’est-ce que la vraie connaissance de soi ? Que comprend-elle ?

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

3. Le nom de Dieu peut changer, mais Son essence ne change jamais

Certains disent que Dieu est immuable. C’est exact, mais cela fait référence à l’immuabilité du tempérament et de la substance de Dieu. Ses changements de nom et d’œuvre ne prouvent pas que Son essence a changé ; en d’autres termes, Dieu sera toujours Dieu, et cela ne changera jamais.

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre