2. Qu’est-ce que la vraie connaissance de soi ? Que comprend-elle ?

Paroles de Dieu concernées :

Pour te connaître toi-même, tu dois connaître tes propres expressions de corruption, tes propres faiblesses fondamentales, ton tempérament et ton essence naturelle. Tu dois aussi connaître jusque dans leurs moindres détails ces choses qui se révèlent dans ta vie quotidienne : tes motivations, tes perspectives et ton attitude à l’égard de chaque chose, que tu sois à la maison ou à l’extérieur, quand tu es à une réunion ou que tu manges et bois les paroles de Dieu, ou à chaque problème que tu rencontres. Tu dois arriver à te connaître à partir de ces choses. Pour te connaître de manière plus approfondie, tu dois intégrer les paroles de Dieu ; ce n’est qu’en te connaissant à partir de Ses paroles que tu peux atteindre des résultats.

Extrait de « L’importance et le chemin de la poursuite de la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

La clé pour parvenir à un changement de tempérament est de connaître sa propre nature, et cela doit se faire en accord avec les révélations de Dieu. Ce n’est que dans la parole de Dieu que l’on peut connaître sa propre nature hideuse, reconnaître en elle les divers poisons de Satan, se rendre compte que l’on est insensé et ignorant et reconnaître les éléments faibles et négatifs de sa nature. Une fois que ces derniers seront pleinement connus et que tu seras réellement capable de te haïr, de renoncer à la chair, d’accomplir constamment la parole de Dieu et d’avoir la volonté de te soumettre absolument au Saint-Esprit et à la parole de Dieu, alors tu te seras engagé sur le chemin de Pierre.

Extrait de « Se connaître soi-même, c’est avant tout connaître la nature humaine », dans Récits des entretiens de Christ

Si les gens se connaissent trop superficiellement, il leur sera impossible de résoudre les problèmes et leurs tempéraments de vie ne changeront tout simplement pas. Il est nécessaire de se connaître profondément, c’est-à-dire de connaître sa propre nature : quels éléments comprend cette nature, comment ces choses sont nées et d’où elles sont venues. De plus, es-tu réellement capable de détester ces éléments ? As-tu vu ta propre âme abjecte et ta nature perverse ? Si tu es vraiment capable de voir la vérité à ton sujet, alors tu commenceras à te mépriser. Lorsque tu te mépriseras et ensuite mettras la parole de Dieu en pratique, tu pourras renoncer à la chair et auras la force de réaliser la vérité sans difficulté. Pourquoi beaucoup de gens se livrent-ils à leurs préférences charnelles ? Parce qu’ils considèrent qu’ils sont très bons, ils ont l’impression que leurs actions sont justes et justifiées, ils croient être sans défaut et même avoir tout à fait raison, ils sont donc capables d’agir en présumant que la justice est de leur côté. Quand quelqu’un reconnaît sa vraie nature, voit qu’elle est si laide, méprisable et pitoyable, alors il n’est pas excessivement fier de lui-même, pas aussi arrogant et pas aussi satisfait de lui-même qu’auparavant. Quelqu’un comme cela se dit : « Je dois être honnête et terre-à-terre et mettre en pratique certaines paroles de Dieu. Sinon, je ne serai alors pas à la hauteur d’être un humain et j’aurai honte de vivre en présence de Dieu. » Il se voit alors vraiment comme insuffisant, comme vraiment insignifiant. À ce moment-là, il devient facile pour lui de réaliser la vérité et il semblera être à peu près comme un humain devrait être. Ce n’est que lorsque les gens se haïssent vraiment qu’ils sont capables de renoncer à la chair. S’ils ne se haïssent pas, ils ne pourront pas renoncer à la chair. Se détester vraiment comprend certains éléments : premièrement, connaître sa propre nature ; deuxièmement, se considérer comme nécessiteux et pitoyable, extrêmement petit et insignifiant, et voir sa propre âme pitoyable et souillée. Quand quelqu’un réussit à voir parfaitement ce qu’il est vraiment, alors il acquiert vraiment une connaissance de soi, et l’on peut dire qu’il en est venu à se connaître parfaitement. C’est alors seulement qu’il peut vraiment se détester, allant jusqu’à se maudire et vraiment sentir qu’il a été profondément corrompu par Satan, à tel point qu’il ne ressemble même pas à un être humain. Puis, un jour, lorsque la menace de mort apparaît, un tel individu se dira : « C’est la juste punition de Dieu. Dieu est vraiment juste ; je devrais réellement mourir ! » À ce stade, il ne se plaindra pas, et blâmera encore moins Dieu, ressentant simplement qu’il est si démuni et pitoyable, si souillé et corrompu qu’il devrait être anéanti par Dieu, et une âme comme la sienne n’est pas digne de vivre sur la terre. À ce stade, cet individu ne résistera pas à Dieu, encore moins trahira-t-il Dieu.

Extrait de « Se connaître soi-même, c’est avant tout connaître la nature humaine », dans Récits des entretiens de Christ

Te connaître toi-même, c’est connaître chacune de tes paroles et chacun de tes actes, chacun de tes faits et gestes ; c’est connaître ta mentalité et tes pensées, tes motivations, tes notions et tes imaginations ; c’est même connaître tes philosophies de vie qui sont du monde et les divers poisons de Satan à l’intérieur de toi, ainsi que le savoir et l’éducation que tu as acquis à l’école. Toutes ces choses doivent être décortiquées. Une personne a beau avoir accompli un grand nombre de bonnes œuvres depuis qu’elle a la foi en Dieu, beaucoup de sujets restent peut-être opaques à ses yeux et elle en est sans doute d’autant moins arrivée à une compréhension de la vérité. Pourtant, de par ses nombreuses bonnes œuvres, elle a l’impression d’être déjà parvenue à vivre dans les paroles de Dieu, à s’être soumise à Lui et à avoir plutôt satisfait à Sa volonté. C’est parce que tant qu’aucune circonstance défavorable ne se présente, tu fais tout ce qu’on te dit ; tu n’as aucun scrupule à accomplir un devoir, quel qu’il soit, et tu ne résistes pas. Quand on te dit de répandre l’évangile, c’est une épreuve que tu peux supporter et tu ne te plains pas, et quand on te demande de courir ici ou là ou de réaliser un travail manuel, tu le fais. Ces actions te donnent l’impression de te soumettre à Dieu et de vraiment poursuivre la vérité. Or, si quelqu’un venait à te remettre en question plus en profondeur et à te demander : « Es-tu une personne honnête ? Es-tu une personne qui se soumet à Dieu sincèrement ? Une personne au tempérament transformé ? », alors, ainsi interrogé, ainsi mis à l’épreuve de la vérité pour être examiné, tu serais pris en défaut – toi et, pourrait-on dire, n’importe qui d’autre –, et personne n’est capable non plus de vraiment pratiquer conformément à la vérité. Par conséquent, quand l’origine de tous les actes et de tous les faits de l’homme, ainsi que l’essence et la nature de ses actions sont mises à l’épreuve de la vérité, toutes sont condamnées. Quelle est la raison à cela ? C’est que l’homme ne se connaît pas lui-même ; il croit toujours en Dieu à sa façon, accomplit son devoir à sa façon et sert Dieu à sa façon. En plus de cela, il a l’impression d’être rempli de foi et de raison et, au bout du compte, il estime avoir gagné beaucoup. Sans s’en apercevoir, il en arrive à penser qu’il agit déjà conformément à la volonté de Dieu, y a répondu complètement, a déjà satisfait aux exigences de Dieu et suit Sa volonté. Si c’est ce que tu penses ou si, pendant les quelques années où tu as cru en Dieu, tu as l’impression d’en avoir tiré des bénéfices, alors tu devrais d’autant plus revenir devant Dieu pour réfléchir sur toi-même. Tu devrais passer en revue le chemin que tu as parcouru au cours de tes années de foi et voir si toutes tes actions et ton comportement devant Dieu ont été entièrement selon Son cœur. Tu devrais déterminer ce qui, dans tes actions, résiste ou est à même de plaire à Dieu, et voir si ce que tu fais répond aux exigences de Dieu et peut être entièrement en accord avec Sa volonté : tu devrais être au clair sur toutes ces choses.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même », dans Récits des entretiens de Christ

Se connaître soi-même, c’est connaître les choses dans ses pensées et points de vue qui s’opposent à Dieu et ne sont absolument pas compatibles avec la vérité et ne possèdent pas la vérité. Par exemple, apprendre à connaître l’arrogance, la suffisance, les mensonges et la tromperie de l’homme : il s’agit là de tempéraments corrompus faciles à reconnaître. De plus, chacun possède arrogance et malhonnêteté, toutefois à des degrés divers. Cependant, les pensées et points de vue des gens sont difficiles à connaître. Ils sont plus difficiles à connaître que les tempéraments des gens. Ils sont des choses qui sont enracinées profondément. Par conséquent, quand tu parviens à un petit changement dans ton comportement et ta conduite extérieure, il existe toujours de nombreux aspects de ta pensée, de tes conceptions, de tes points de vue et de l’éducation de la culture traditionnelle que tu as reçue qui vont à l’encontre de Dieu et que tu n’as pas encore découverts. De telles choses sont à l’origine de ton opposition à Dieu. Par conséquent, lorsque Dieu fera quelque chose qui n’est pas conforme à tes notions, ou quelque chose qui diffère de ce que tu L’imagines faire, tu y résisteras et t’y opposeras. Tu ne comprendras pas pourquoi Dieu a agi ainsi et, même si tu sais qu’il y a la vérité en tout ce que Dieu fait et que tu souhaites peut-être te soumettre, tu te retrouveras dans l’incapacité de le faire. Pourquoi ne peux-tu pas te soumettre ? Pourquoi une telle résistance et une telle opposition ? La raison en est qu’il y a certaines choses dans les pensées et les opinions de l’homme qui sont hostiles à Dieu et qui sont hostiles aux principes selon lesquels Il agit et à Son essence. Ces pensées et ces opinions sont difficiles à connaître pour l’homme.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 1. Alors que Dieu réalise l’œuvre de jugement dans les derniers jours, pourquoi exige-t-Il que l’homme se connaisse lui-même ?

Suivant: 3. Que peut accomplir une vraie connaissance de soi ?

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre