Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Témoignages de l'expérience du jugement de Christ

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

78 Seul l’amour de Dieu est réel

Xiaodong, province du Sichuan

Dieu a dit : « La nation chinoise qui a été corrompue pendant des milliers d’années a continué jusqu’à aujourd’hui. Toutes sortes de virus continuent de se répandre et se propagent partout comme la peste ; il suffit de regarder les relations entre les gens pour voir combien de virus se trouvent chez les gens. Il est extrêmement difficile pour Dieu de développer Son œuvre dans une telle zone étroitement fermée et infectée par un virus. Les personnalités des hommes, leurs habitudes, la façon dont ils font les choses, tout ce qu’ils expriment dans leur vie et leurs relations interpersonnelles, tout est rompu au-delà de ce qui est imaginable […] » (« Le chemin… (6) », La Parole apparaît dans la chair). La révélation dans les paroles de Dieu m’a fait voir comment la corruption de Satan rend anormales toutes les relations entre les hommes, parce que toutes sont basées sur la philosophie de vie de Satan sans contenir un brin de vérité. Sans le salut de Dieu, mes yeux seraient encore couverts et mes émotions piégées, mais l’expérience de l’œuvre de Dieu m’a fait comprendre l’essence de ce que signifie « s’entraider » et m’a montré la vérité de l’amitié, de l’amour et de l’affection familiale. J’ai vu que seules les paroles de Dieu sont la vérité, que ce n’est qu’en vivant selon les paroles de Dieu que nous pourrions échapper à l’influence de Satan, et que ce n’est qu’en nous comportant selon la vérité que nous pourrions mener une vie pleine de sens.

Mes parents étaient tous les deux chrétiens, et à l’époque notre foi en Jésus nous apportait beaucoup de grâce. Dieu nous a bénis avec beaucoup de confort matériel, surtout dans les affaires. La plupart de mes proches n’étaient pas aussi bien lotis que notre famille, et mes parents s’occupaient d’eux financièrement et matériellement. Ces proches avaient beaucoup de respect pour mes parents, et naturellement ils me regardaient du même œil. Voilà le genre d’environnement avantageux dans lequel j’ai grandi. Je trouvais mes amis et mes proches merveilleux, et peu importe les besoins de notre famille, ils étaient prêts à nous aider.

En 1998, toute ma famille a accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant, et à cause de notre désir d’obtenir des bénédictions et parce que c’était un domaine difficile, nous avons arrêté notre entreprise familiale. Certains de nos amis et proches ont essayé de nous convaincre du contraire, en disant : « C’est dommage d’arrêter une entreprise que vous avez passé tant d’années à bâtir. » Il y en avait d’autres qui se moquaient de nous dans notre dos, disant que nous avions gagné assez pour ne pas avoir besoin de plus. Entendre ces choses nous rendait tristes, mais nous avons quand même décidé d’arrêter l’entreprise. Même si j’avais accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant, je ne comprenais toujours rien de la corruption dans l’humanité, donc mon cœur désirait toujours ardemment ce monde. Je passais mes journées à manger, à boire et à bringuer avec mes proches et, parce que je dépensais sans compter, j’avais de plus en plus d’amis, et il y avait de plus en plus de réunions de camarades de classe, de fêtes, d’anniversaires et de mariages entre camarades de classe et amis, ainsi que d’autres occasions qui ne pouvaient avoir lieu sans ma présence, parce que j’étais trop « important ». Qui plus est, tous les dimanches, je devais aller chercher et après ramener ma petite amie, et nous sortions souvent ensemble. À l’époque, même si je n’ai jamais manqué une de mes trois réunions hebdomadaires à l’église, je n’avais toujours aucune compréhension des paroles de Dieu, mon cœur errait encore dans le monde extérieur et ma croyance en Dieu ressemblait à un joug de règles. Mais Dieu a utilisé les environnements pour me faire comprendre la vérité. Il m’a montré que les relations entre les hommes ne sont fondées que sur l’intérêt mutuel, et qu’il n’y a pas de véritable sentiment ou d’amour en eux.

Après la fermeture de l’entreprise, mes parents ont réparé notre maison et ont dû payer des frais de scolarité pour ma sœur et moi. Par conséquent, les épargnes de la famille se sont presque évaporées après quelques années et, étant donné que mon revenu en dépendait, j’ai dû réduire mes propres dépenses. Autant que possible, j’évitais les mariages et les réunions, grandes ou petites, alors mon cercle d’amis a commencé à se rétrécir, et mon statut aux yeux de mes amis est devenu de plus en plus bas. Au fur et à mesure que la fortune de mes amis et mes proches plus pauvres s’améliorait, ils nous fréquentaient moins aussi. Cette période a été une épuration pour moi, parce que je sentais que je n’avais pas de statut dans le cœur des autres. Surtout ma petite amie, qui est devenue plus distante parce que je ne dépensais plus d’argent aussi généreusement que par le passé, et qui m’a finalement quitté pour quelqu’un d’autre en 2001. Quand je l’ai appris, je n’arrivais pas y croire. Je ne le montrais pas à l’extérieur, mais cette nouvelle était comme un couteau dans mon cœur. Je lui étais fidèle, mes efforts pour elle étaient sincères, alors pourquoi avais-je obtenu sa trahison en retour ? C’est ainsi que notre relation de cinq ans a pris fin. Je ne savais pas comment l’oublier, alors tout ce que je pouvais faire, c’était d’enterrer la douleur au plus profond de mon cœur. Après cela, je détestais quand les autres parlaient de cet incident. Je ne comprenais pas comment une telle chose pouvait m’arriver. Puis un jour, j’ai lu ce passage de la parole de Dieu : « La plupart des gens vivent dans la demeure fétide de Satan et souffrent de sa dérision ; il les embête de toutes les manières possibles jusqu’à ce qu’ils soient à moitié morts, endurant toutes les vicissitudes et toutes les difficultés du monde. Après avoir joué avec eux, Satan met fin à leur destin. Et donc les gens vivent hébétés et confus toute leur vie, ne jouissant jamais des bonnes choses que Dieu a préparées pour eux, mais au contraire sont maltraités par Satan et laissés en lambeaux. Aujourd’hui, ils sont devenus tellement affaiblis et apathiques qu’ils n’ont tout simplement pas envie de prêter attention à l’œuvre de Dieu » (« L’œuvre et l’entrée (1) », La Parole apparaît dans la chair). La révélation dans les paroles de Dieu est une véritable représentation de la vie humaine. Je repense à la façon dont j’ai passé mes journées à me noyer dans le mal d’amour, à vivre dans un monde imaginaire d’« amour romantique ». J’étais inextricablement piégé, et je n’avais aucune idée du tout que ces choses étaient des ruses de Satan pour tromper les hommes, des ruses conçues pour piéger les hommes et les faire vivre sans but et sans inclination à prendre conscience de l’œuvre de Dieu. Bien que je me disais croyant en Dieu, je passais mes journées à m’inquiéter et à me tourmenter à cause de l’amitié et l’amour, et si les circonstances n’avaient pas changé pour moi, je croirais toujours à ces « promesses d’amour éternel » et à ces « amis fidèles », et je n’y aurais jamais échappé. En raison de la rupture avec ma petite amie, j’ai coupé toutes mes relations avec mes camarades de classe ; sans un tel environnement bruyant, je pouvais calmer mon cœur et me consacrer à ma foi en Dieu. Lors des réunions, j’échangeais avec mes frères et sœurs et, petit à petit, mon cœur blessé a commencé à guérir. J’ai senti la joie longtemps oubliée, je ne me sentais plus perdu ou affligé. Puisqu’il n’y avait pas d’interférences du monde extérieur, j’ai pu calmer mon esprit et me concentrer sur les réunions. Je m’intéressais de plus en plus à la foi en Dieu, et à partir de ce moment-là j’ai commencé à accomplir mes devoirs.

Quand mes proches ont appris que je croyais en Dieu, ils étaient très troublés. Ils pensaient que je n’avais pas à croire en Dieu à un si jeune âge. Ma tante maternelle me demandait souvent des faveurs, ma tante paternelle me demandait de faire des affaires avec elle, même ma mère nourricière me poussait à me marier en disant qu’elle prendrait soin de mon enfant après sa naissance (parce qu’elle n’avait pas elle-même un fils), et ma grand-mère pleurait, disant : « Je n’ai absolument aucune objection à ce que tes parents croient en Dieu, parce qu’ils ont travaillé la moitié de leur vie et qu’ils ont donné tout ce qu’ils avaient pour vous ouvrir la voie, donc il est temps de les laisser se reposer. Tu devrais te concentrer à commencer une famille et une carrière. » Elle a ensuite raconté comment mon père a grandi dans la pauvreté, comment il est parti de rien, combien il a souffert, à quel point il a travaillé dur, et a dit que j’étais dans un si bon environnement, et que je n’avais pas d’idéaux. Leur soudaine « préoccupation » pour moi était très flatteuse. J’étais perplexe, car il semblait que ce que chacun d’entre eux disait était juste, ils voulaient tous le meilleur pour moi, et comme ils étaient mes parents les plus proches, bien sûr qu’ils ne me feraient pas de mal. Si je ne faisais pas quelque chose quand j’étais jeune, qu’est-ce qui m’arriverait quand je serais plus vieux ? Je vivais dans le raffinement, et même si je savais que c’était une bataille spirituelle, je n’avais plus la force de me battre. Lors d’une réunion, un dirigeant m’a montré ce passage de la parole de Dieu : « Pendant des milliers d’années, les Chinois ont mené une vie d’esclaves, et cela a tellement limité leurs pensées, leurs concepts, leur vie, leur langue, leur comportement et leurs actions, qu’ils ont été laissés sans la moindre liberté. Plusieurs milliers d’années d’histoire ont fait en sorte que des hommes actifs ayant un esprit soient rongés au point de devenir quelque chose qui ressemble à des cadavres dépourvus d’esprit. Plusieurs vivent sous le couteau de boucher de Satan […] De l’extérieur, les êtres humains semblent être des “animaux” supérieurs ; en fait, ils vivent et résident avec des démons souillés. Sans personne pour prendre soin d’eux, les hommes vivent sous l’embuscade de Satan, pris dans ses corvées sans aucun moyen d’échapper. Plutôt que de dire qu’ils se rassemblent avec leurs êtres chers dans des maisons confortables, en vivant des vies heureuses et satisfaisantes, on devrait dire que les êtres humains vivent dans le séjour des morts, entrant en contact avec des démons et s’associant avec des diables » (« L’œuvre et l’entrée (5) , La Parole apparaît dans la chair). Par la révélation dans la parole de Dieu et les échanges avec mes frères et sœurs, je me suis rendu compte que bien qu’il semble de l’extérieur qu’ils soient mes proches, et leurs paroles sont en accord avec les besoins de ma chair, leurs pensées, leurs concepts, leur vie, leur langage, leur comportement et leurs actions sont limités à cause de la corruption de Satan. Ils sont tous des incroyants, tous leurs points de vue et toutes leurs discussions viennent de Satan, et ils poursuivent tous les mauvais désirs de la chair dont aucun n’est en accord avec la vérité, et parce que je n’ai aucune vérité et aucun discernement, un contact plus poussé avec eux ne ferait que me rendre plus dégénéré. Je n’y gagnerais rien, ils ne pourraient que me conduire à la ruine. À cette époque, j’avais une compréhension partielle du dicton : « Tous les incroyants sont le diable », à propos duquel mes frères et sœurs échangeaient souvent, mais je ne le comprenais toujours pas complètement. Plus tard, Dieu a arrangé les circonstances qui m’ont montré la véritable essence des liens familiaux.

Notre famille a toujours été une famille d’accueil et, un jour de 2005, à la suite d’une dénonciation par un méchant, mes parents et plusieurs frères et sœurs ont été arrêtés par le grand dragon rouge. Ma sœur biologique a heureusement survécu à une quasi-noyade alors qu’elle fuyait, n’ayant la vie sauve que grâce à la protection de Dieu. Mes parents et les frères et sœurs qui étaient dans notre maison familiale ont été arrêtés et condamnés à payer une amende, et tous ont été torturés, tous ont été blessés. Quand j’ai appris la nouvelle, je ne pouvais pas contrôler mes émotions. Je n’avais pas le cœur d’accomplir mes devoirs. Je me suis dit : « Dans un moment comme celui-ci, je devrais rentrer chez moi quoiqu’il arrive. Mes parents m’ont élevé, et maintenant qu’ils ont des ennuis, même si je ne peux rien faire, je devrais au moins être là pour veiller sur eux et les réconforter. » Alors, j’ai pris le train pour rentrer chez moi et je suis allé directement chez ma tante paternelle (qui croit aussi en Dieu) voir mes parents. Une fois chez ma tante, j’ai vu que leurs blessures n’avaient pas guéri, je me suis senti horriblement mal au fond de moi, et j’ai fondu en larmes. J’avais l’impression que mes parents avaient été humiliés. C’est alors que mes parents m’ont dit que pendant l’évasion des mailles du grand dragon rouge, ma sœur biologique avait plongé dans la rivière (cela s’est passé en décembre, après la tombée de la nuit). L’eau lui arrivait au cou, et les courants de la rivière étaient forts, des plantes sauvages ont été trouvées prises sur une jambe de son pantalon, ses chaussures étaient coincées dans la boue, et elle ne savait pas nager, donc c’est un mystère total qu’elle a pu atteindre l’autre rive. Dieu a dû la protéger miraculeusement, sinon les résultats auraient été trop terribles pour être contemplés (les eaux profondes et les forts courants avaient pris la vie d’un quadragénaire). Plus tard, ma sœur biologique s’est cachée chez une sœur aînée qui lui a donné des vêtements de rechange en pleurant alors qu’elle séchait ses vêtements mouillés au-dessus du feu. Elle s’est très bien occupée de ma sœur. Quelques jours plus tard, elle a appris que la maison de cette sœur aînée n’était plus un abri sûr, et ma sœur biologique est allée se cacher chez ma tante maternelle. Elle est sortie pendant la journée pour apporter une lettre à notre église pour informer notre dirigeant de la situation de ma famille, mais quand elle est revenue, la fille cadette de ma tante maternelle lui a demandé : « Hé cousine, pourquoi es-tu revenue ? Je croyais que tu étais partie. On a déjà plié le lit. » Ma sœur s’est rendu compte que ma tante maternelle avait peur de s’impliquer et qu’elle ne voulait pas la laisser rester chez elle, alors ma sœur a quitté leur maison en pleurs et, prenant le risque de se faire arrêter, elle est revenue à la maison parce qu’elle n’avait nulle part où aller. Après la libération de mes parents, lorsqu’ils ont appris que ma sœur avait été sur le point de se noyer et qu’elle avait été expulsée par ma tante maternelle, ils étaient très en colère, mais ma tante maternelle, convaincue qu’elle avait raison, a répondu : « C’est vrai, nous avons peur de nous impliquer. Vous avez vous-mêmes cherché ces arrestations. Vous aviez une si belle vie, mais vous avez tout foutu en l’air, et maintenant vous avez failli causer la mort de quelqu’un ! » Je n’aurais jamais imaginé que mes parents les plus proches, les personnes qui m’étaient les plus proches dans le passé, à un moment où le grand dragon rouge arrêtait ma famille et mettait leur vie en danger, à un moment où le réconfort était la chose dont ma famille avait le plus besoin, prononceraient en fait des mots aussi inhumains ou feraient des choses aussi cruelles. Savoir qu’ils en étaient capables m’a rendu très triste. Aucune des personnes que nous avions aidées dans le passé n’est venue nous voir ou nous réconforter. Non seulement ceux qui avaient les meilleures relations avec nous ne parlaient pas à mes parents quand ils se rencontraient dans la rue, mais ils s’écartaient du chemin de mes parents. Certains, qui nous saluaient et nous disaient bonjour, nous tournaient maintenant le dos et comméraient. Seuls nos frères et sœurs venaient nous rendre visite et échangeaient avec nous le soir. Je n’ai jamais cru que notre famille pouvait en arriver à un état aussi abject. J’étais de nouveau pris au piège de l’épuration avec des pensées de trahison de Dieu qui se formaient dans mon cœur. Plus tard, après avoir reçu une révélation de Dieu, j’ai fait l’expérience de ce sur quoi mes frères et sœurs avaient échangé : « Les relations entre les hommes ne sont fondées que sur l’intérêt mutuel, la famille et les amis s’entraident simplement, ces relations étant construites sur la base d’une utilisation mutuelle ». J’ai aussi pensé au récit de mes parents sur ce qu’ils ont tiré de l’expérience de leur arrestation par le grand dragon rouge, par exemple : lorsque le grand dragon rouge a utilisé un fouet en cuir pour battre mon père, il a dit qu’il n’a pas ressenti trop de douleur et que la ceinture s’est brisée en morceaux quand ils le frappaient. Ma sœur a dit qu’elle n’avait pas eu peur du tout pendant son expérience, et même si c’était en décembre, elle a dit qu’elle n’avait pas eu froid en sortant de l’eau. Dieu lui a donné une force et une confiance supplémentaires. Leur arrestation par le grand dragon rouge avait en réalité rendu leur foi plus ferme. Cela les avait rendus plus forts. Mon père a dit qu’il n’avait pas cru aux paroles de Dieu dans le passé et qu’il était un admirateur du grand dragon rouge, mais cet incident lui avait montré que le grand dragon rouge n’était qu’un gang de voyous, des bandits qui auraient enlevé tout ce qui valait de l’argent dans notre maison et préféraient arrêter les croyants en Dieu, qui respectent les lois, plutôt que les meurtriers et les incendiaires. J’ai eu honte quand j’ai compris que nous vivons tous sous la direction de Dieu, que tout ce que nous expérimentons fait partie de la souveraineté et de l’arrangement de Dieu, que personne n’a le pouvoir d’aider les autres, que l’affection familiale ne peut que nous éloigner de Dieu, et que les choses avec lesquelles les hommes peuvent s’aider les uns les autres s’accordent seulement avec la chair, pas avec la vérité. Des pensées comme : « je ne veux pas que la chair de mes parents souffre », non seulement n’apportent aucun bénéfice à leur vie, mais elles n’apportent aucun bénéfice à leur salut. Dieu seul sait ce dont l’homme a besoin, et Dieu aime le plus l’homme. J’ai vu un passage de la parole de Dieu qui disait : « Depuis qu’Il a créé le monde, Dieu a fait beaucoup de travail impliquant la vitalité de la vie, Il a fait beaucoup de travail qui apporte la vie à l’homme, et a payé le prix fort pour que l’homme ait la vie, car Dieu Lui-même est la vie éternelle, et Dieu Lui-même est le chemin par lequel l’homme est ressuscité. Dieu n’est jamais absent dans le cœur de l’homme, Il vit parmi les hommes en tout temps. Il est resté la force motrice dans la vie de l’homme, le fondement de l’existence de l’homme, et un gisement riche pour l’existence de l’homme après sa naissance. Il fait renaître l’homme, et Lui permet de vivre obstinément dans chacun de ses rôles. Grâce à Sa puissance et à Son vitalisme inextinguible, l’homme a vécu de génération en génération, au cours desquelles la puissance de la vie de Dieu a été le pilier de l’existence de l’homme, et pour lesquelles Dieu a payé un prix qu’aucun homme ordinaire n’a jamais payé. Le vitalisme de Dieu peut prévaloir sur toute puissance ; en outre, il dépasse tout pouvoir. Sa vie est éternelle, Sa puissance extraordinaire, et Son vitalisme n’est pas facilement englouti par aucune créature ou aucune force ennemie. Le vitalisme de Dieu existe, et brille de Son grand éclat, quel que soit le temps ou le lieu. La vie de Dieu demeure éternellement inchangée en dépit des bouleversements du ciel et de la terre. Toutes les choses passent, mais la vie de Dieu ne passe pas, car Dieu est la source de l’existence de toutes choses, et la racine de leur existence. La vie de l’homme provient de Dieu, le ciel existe grâce à Dieu, et l’existence de la terre provient de la puissance de la vie de Dieu. Aucun objet qui possède la vitalité ne peut transcender la souveraineté de Dieu, et aucune chose, aussi vigoureuse qu’elle soit, ne peut sortir de la portée de l’autorité de Dieu. De cette façon, qui qu’ils soient, tout le monde doit se soumettre à la domination de Dieu, tout le monde doit vivre sous le commandement de Dieu, et personne ne peut échapper à Son contrôle » (« Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », La Parole apparaît dans la chair). Par les paroles et la réalité de Dieu, j’ai expérimenté l’extraordinaire et la grandeur de la force vitale de Dieu, qu’Il vit parmi les hommes en tout temps, qu’Il guide l’humanité et manifeste Sa puissance à tout moment et que tous les hommes vivent dans des arrangements conçus par Dieu. Face à la parole de Dieu, j’ai vu combien j’étais minuscule et combien les liens émotionnels sont insignifiants. Qu’aurais-je pu faire contre les difficultés auxquelles ma famille a été confrontée ? Dieu n’est-Il pas Celui qui les protégeait, ne s’occupait-Il pas d’eux, ne les guidait-Il pas pendant la crise ? L’amour de l’homme pour un autre homme peut-il être plus grand que l’amour de Dieu pour l’homme ? En même temps, les paroles de Dieu me jugeaient : « Qui d’entre vous peut vraiment se dépenser pour Moi et offrir tout ce qu’ils sont pour Moi ? Vous manquez tous d’enthousiasme, vos pensées n’aboutissent à rien, pensant à votre foyer, au monde extérieur, à la nourriture et aux vêtements. Malgré le fait que tu es devant Moi faisant des choses pour Moi, dans ton cœur, tu penses toujours à ta femme, à tes enfants et à tes parents à la maison ; sont-ils tous ta propriété ? Pourquoi ne Me les confies-tu pas ? Ne crois-tu pas suffisamment en Moi ? Ou as-tu peur que Je fasse des arrangements inappropriés pour toi ? Pourquoi ton foyer te manque-t-il toujours ? Et les autres personnes ! Est-ce que J’occupe une certaine place dans ton cœur ? Et tu parles encore de Me laisser dominer en toi et occuper tout ton être ; tout cela n’est qu’un mensonge perfide ! Combien d’entre vous sont dévoués à l’Église de tout leur cœur ? Et qui parmi vous ne pense pas à eux-mêmes, mais soutiennent le royaume de ce jour ? Pensez-y très attentivement » (Déclarations et témoignages du Christ au commencement). J’ai vu que ce qui me tenait à cœur était toujours ma famille ; parce que je n’avais pas la vraie foi en Dieu, je ne pouvais toujours pas les confier complètement aux mains de Dieu ; j’ai que je ne vivais pas dans la vérité, et même si j’accomplissais mes devoirs dans la maison de Dieu, je m’inquiétais souvent pour ma famille et je ne laissais pas Dieu occuper mon cœur. Je ne pouvais pas respecter Dieu au-dessus de tous les autres et accomplir fidèlement mes devoirs. J’avais été dupé et affligé par Satan. Si ce n’étaient ces évènements « malheureux » qui m’arrivaient, je n’aurais jamais vu les choses clairement. C’est exactement comme cette hymne de la parole de Dieu le dit : « Quand il s’agit de l’état de la vie de l’homme, l’homme n’a pas encore trouvé la vraie vie, il se laisse toujours duper par l’injustice, la désolation et les conditions misérables du monde, et donc, si ce n’était de l’arrivée du désastre, la plupart des gens embrasseraient encore Mère Nature et s’engouffreraient encore dans la saveur de la “vie”. N’est-ce pas la réalité du monde ? N’est-ce pas la voix du salut que Dieu exprime à l’homme ? Pourquoi, parmi les hommes, personne n’a jamais vraiment aimé Dieu ? Pourquoi l’homme L’aime-t-il seulement au milieu du châtiment et des épreuves, alors que personne n’aime Dieu sous Sa protection ? » (« L’humanité ne connaît pas le salut de Dieu », Suivre l’Agneau et chanter de nouvelles chansons). Si ce n’était ce que ces circonstances m’avaient révélé, je n’aurais jamais vraiment compris les relations entre les hommes, et je serais encore contrôlé par les liens familiaux, l’amour et l’amitié, inextricablement pris au piège de la poursuite de ces choses, trompé et peiné par elles, heureux dans mon ignorance ; si ce n’était le « désastre » qui m’est arrivé, je poursuivrais toujours les mauvaises tendances mondaines, incapable de voir ma propre petitesse ; si ce n’était le châtiment et le jugement, je n’aurais jamais reçu la vérité, je n’aurais jamais pris le bon chemin de la vie, et c’est le salut de Dieu qui m’a permis de ne plus jamais goûter la saveur de la « vie ». Quand j’ai compris tout cela, j’ai décidé que je croirais en Dieu de tout mon cœur et que je poursuivrais la vérité pour rendre à Dieu Son amour pour moi.

En 2007, quand je suis retourné dans ma ville natale pour accomplir mes devoirs, j’ai appris qu’un frère qui s’était joint à la foi avec moi, parce qu’il ne pouvait pas discerner les ténèbres et le mal dans la société, s’était abandonné aux tentations du monde, avait trahi Dieu et avait quitté la famille de Dieu. Ses parents et les frères et sœurs échangeaient avec lui à plusieurs reprises pour le convaincre de rester, mais il tournait la tête obstinément et refusait de reconsidérer, choisissant plutôt de retourner au monde. Peu de temps après, son enfermement dans ces tendances mondaines est devenu plus profond. Il était un bel homme et avait fait beaucoup d’argent, alors il a commencé à sortir avec de nombreuses femmes. Il a fini par être assassiné et on nous a dit que ses organes avaient été vendus. Ses parents n’ont jamais vu son corps. J’ai eu pitié de lui quand j’ai entendu l’histoire, mais j’ai aussi vu le résultat tragique de la poursuite des tendances mondaines, et plus encore j’ai vu comment Dieu a utilisé l’exhortation de mes parents pour arrêter mon retour au monde, ce qui m’a fait vivre l’expérience du soin et de la protection de Dieu pour moi, et m’a fait comprendre que l’argent dans ce monde est une descente qui finit par la ruine de soi. Dieu a dit : « Pauvres hommes ! Comment pourraient-ils savoir que le pays dans lequel ils ont été élevés est la terre du démon, que celui qui les a élevés est en fait un ennemi qui les blesse ? Et pourtant, l’homme ne se réveille pas. Après avoir assouvi sa faim et sa soif, il se prépare à remettre à ses parents la “bonté” qu’ils ont démontrée en l’éduquant. Tel est bien l’homme. Aujourd’hui, il ne sait pas encore que le “roi” qui l’a éduqué est son ennemi. Les os des morts jonchent la terre, le diable devient un maniaque excité et continue à dévorer la chair de l’homme dans “l’enfer” partageant une tombe avec des squelettes humains et essayant en vain de consommer les derniers vestiges des lambeaux du corps de l’homme. Mais l’homme est toujours ignorant et n’a jamais traité le diable comme son ennemi, au contraire il le sert de tout son cœur » (« L’œuvre et l’entrée (9) », La Parole apparaît dans la chair). Par les paroles de Dieu, j’ai vu la vérité que c’est ainsi que Satan corrompt l’humanité ; j’ai vu que son essence malveillante finira par avaler les hommes, et que sans le salut opportun de Dieu, moi aussi j’aurais été englouti par cette mauvaise tendance mondaine et enterré avec elle. En comprenant cela, j’ai offert mes plus sincères remerciements et louanges à Dieu ! C’est la miséricorde, la grâce et la protection de Dieu qui m’ont porté jusqu’à ce jour.

Cela fait maintenant plusieurs années que j’accomplis mes devoirs dans la famille de Dieu, et j’ai fait l’expérience de l’amour de Dieu dans la famille de Dieu. Peu importe où j’accomplis mes devoirs, Dieu est toujours là pour prendre soin de moi. Je m’entends bien avec mes frères et sœurs comme s’ils étaient ma famille, nous ne nous servons pas les uns des autres, et il n’y a pas d’échange d’avantages. Mes frères et sœurs sont tellement sincères que même si notre corruption se manifeste parfois les uns aux autres, en ouvrant nos cœurs et en communiquant sur notre compréhension de nous-mêmes, il n’y a pas de rancune ni de méfiance. Nous nous aidons les uns les autres et nous nous aimons réciproquement, tout le monde est vu de la même façon, et personne n’est traité différemment parce qu’il est pauvre ou riche. J’ai des problèmes de santé, donc je tombe souvent malade, mais mes frères et sœurs sont très attentionnés et prennent bien soin de moi, ce qui m’a fait découvrir que même sans liens de sang entre mes frères et sœurs, ils peuvent être encore plus proches que les parents. Je m’entends bien avec mes frères et sœurs et, avec la direction de Dieu, nous poursuivons tous la vérité et nous nous efforçons d’accomplir nos devoirs.

Mes expériences au fil de ces années m’ont également aidé à comprendre progressivement la volonté de Dieu, ainsi qu’à voir que l’œuvre que Dieu a accomplie en moi est l’œuvre du salut et de l’amour, que les paroles exprimées par Dieu sont la vérité, mais, plus encore, qu’elles sont les paroles qui sauvent notre vie. Ces vérités sont devenues les meilleurs soins et la meilleure protection de Dieu pour moi. Si je m’éloignais de ces paroles ou si je ne voyais pas les choses à partir de la base que ces paroles fournissent, je me ruinerais. J’ai été profondément corrompu par Satan et incapable de saisir directement le sens des paroles de Dieu, c’est pourquoi Dieu a arrangé beaucoup de circonstances, de personnes, d’affaires et de choses différentes, conçues pour mes besoins, pour me servir et me rendre parfait, pour m’aider à comprendre Ses paroles. Au milieu de mes difficultés et de mes épreuves, j’ai involontairement constaté que ces paroles exprimées par Dieu sont toutes la vérité, que ce sont des choses dont l’humanité a besoin. Non seulement elles donnent la vie à l’humanité et lui permettent de vivre la vie d’un homme normal, mais elles indiquent aussi le bon chemin de la vie, parce que Dieu est la vérité, le chemin et la vie. Comme le dit la parole de Dieu : « Je n’ai pas besoin que l’homme fasse autre chose que d’accepter la réalité de Mes paroles et le sens originel de Mes paroles. Bien que Mes paroles soient simples, en substance elles sont complexes, car vous êtes trop petits et êtes devenus trop engourdis. Lorsque Je révèle Mes mystères directement et que J’éclaircis Ma volonté dans la chair, vous ne prenez pas garde ; vous écoutez le son, mais ne comprenez pas le sens. Je suis accablé de tristesse. Bien que Je sois dans la chair, Je suis incapable de faire l’œuvre du ministère de la chair » (« Les déclarations de Dieu à l’Univers entier La neuvième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). Dans la parole de Dieu, j’ai vu l’urgence et la tristesse dans le cœur de Dieu. Toutes les paroles que Dieu exprime sont la vérité, mais l’humanité est trop petite en sature et trop engourdie, et ne fait pas attention à la volonté de Dieu, ce qui remplit Dieu de mélancolie. Je veux réconforter Dieu et coopérer avec Lui, et même s’il y a une grande partie de la vérité que je ne comprends pas, à travers ma poursuite continue de la vérité et l’accomplissement de mes devoirs, Dieu me fournira l’éclairage et l’illumination pour que je puisse comprendre Ses paroles. Il y a encore beaucoup de corruption en moi qui doit être purifiée, et j’ai besoin d’expérimenter beaucoup plus l’œuvre de Dieu ainsi que le jugement et le châtiment de Dieu avec les épreuves et l’épuration qui les accompagnent, mais les exigences de Dieu envers l’homme ne sont pas élevées. Il me demande seulement d’accepter la réalité de Ses paroles.

Dans le passé, quand j’avais à peine commencé à croire en Dieu, je n’aimais pas et ne chérissais pas ces paroles de Dieu, mais les circonstances que Dieu a arrangées pour moi et les années de purification m’ont fait voir ces paroles de Dieu comme des richesses, mais sans ces circonstances je n’aurais jamais acquis une véritable compréhension des paroles de Dieu. J’offre ma louange et mes remerciements à Dieu ! C’est Dieu qui m’a sauvé, et ce sont les paroles de la vie de Dieu qui m’ont réveillé et m’ont sauvé d’une vie dans laquelle j’aurais été sous l’influence de Satan et trompé par lui. Dans les paroles de Dieu, je suis arrivé à connaître le vrai sens de la vie, etc. Je suis arrivé à savoir que Dieu a toujours pris soin de l’humanité et a toujours veillé et protégé l’humanité, à comprendre que l’humanité ne peut pas abandonner le ravitaillement, la nourriture, l’abreuvement et le soutien des paroles de Dieu, que seul Dieu est la vérité, le chemin et la vie, et à savoir qu’il n’y a de salut que par Lui. Les paroles de Dieu m’ont porté jusqu’à aujourd’hui, et je veux faire des paroles de Dieu ma devise, mon repère sur le chemin à suivre, et un guide pour ma conduite. Ô mon Dieu ! Tu m’as sauvé, Tes paroles m’ont réveillé, m’empêchant de m’égarer. Je veux Te suivre sur ce chemin toute ma vie et ne jamais T’abandonner et, quelles que soient les difficultés ou les peines que ma décision peut m’amener, en toute situation, je veux suivre Tes pas pour T’accompagner et Te réconforter, et je Te suivrai jusqu’au bout du chemin, toujours et éternellement !

Précédent:J’appréciais un riche banquet

Suivant:Corrige-toi toi-même avant de corriger les autres

Vous aimerez peut-être également