1. Que sont les bonnes actions ? Comment les bonnes actions sont-elles rendues manifestes ?

Paroles de Dieu concernées :

Si tu détiens la vérité, tu peux suivre Dieu. Si tu détiens la vie, tu peux être une manifestation de la parole de Dieu. Si tu as la vie, tu peux jouir de la bénédiction de Dieu. Ceux qui détiennent la vérité peuvent jouir de la bénédiction de Dieu. Dieu assure la réparation pour ceux qui L’aiment sans réserve et endurent des difficultés et des souffrances, mais pas pour ceux qui ne font que s’aimer eux-mêmes et qui sont devenus les proies des tromperies de Satan. Comment peut-il y avoir de la bonté en ceux qui n’aiment pas la vérité ? Comment peut-il y avoir de la justice en ceux qui n’aiment que la chair ? Justice et bonté ne se réfèrent-elles pas toutes deux à la vérité ? Ne sont-elles pas réservées à ceux qui aiment Dieu sans réserve ?

Extrait de « Seuls ceux qui sont perfectionnés peuvent mener une vie riche de sens », dans La Parole apparaît dans la chair

Dans l’Église, vous resterez fermes dans votre témoignage pour Moi, soutiendrez la vérité ; le bien est bien, et le mal est mal. Ne confondez pas le noir et le blanc. Vous serez en guerre avec Satan et devrez le vaincre complètement pour qu’il ne se lève jamais plus. Vous devez donner tout ce que vous avez pour protéger Mon témoignage. Ce sera le but de vos actions, ne l’oubliez pas. Mais maintenant, vous manquez de foi et de la capacité de différencier les choses, et vous êtes toujours incapables de comprendre Mes paroles et Mes intentions. Néanmoins, ne soyez pas anxieux ; tout se passe selon Mes étapes, et l’angoisse n’engendre que des ennuis. Passez plus de temps devant Moi et n’attachez pas d’importance à la nourriture et aux vêtements, qui sont pour le corps physique. Cherche souvent Mes intentions et Je te montrerai clairement ce qu’elles sont. Peu à peu, tu trouveras Mes intentions en tout, de sorte que pour tout être humain, J’aurai une voie d’entrée sans obstruction. Cela satisfera Mon cœur, et vous recevrez des bénédictions avec Moi pour toujours et à jamais !

Extrait du Chapitre 41 des « Déclarations de Christ au commencement », dans La Parole apparaît dans la chair

Vous devriez tous faire votre devoir au meilleur de votre capacité, avec des cœurs ouverts et honnêtes, et être disposés à payer le prix nécessaire, quel qu’il soit. Comme vous l’avez dit, quand le jour viendra, Dieu ne sera pas négligent envers quiconque aura souffert ou payé un prix pour Lui. Ce genre de conviction mérite d’être gardé et il est vrai que vous ne devriez jamais l’oublier. C’est seulement de cette manière que Je peux apaiser Mon esprit à votre sujet. Autrement, vous serez à jamais des hommes à propos desquels Je ne peux pas apaiser Mon esprit et vous serez à jamais les objets de Mon dégoût. Si vous pouvez tous suivre votre conscience et donner tout votre être pour Moi, en ne ménageant aucun effort pour Mon œuvre et en consacrant l’énergie de toute une vie pour Mon œuvre d’Évangile, alors Mon cœur ne tressaillira-t-il pas souvent de joie pour vous ? De cette façon, Je serai entièrement capable d’apaiser Mon cœur à votre sujet.

Extrait de « De la destination », dans La Parole apparaît dans la chair

Si tu peux consacrer ton cœur, ton corps et tout ton amour authentique à Dieu, les présenter à Dieu, Lui être totalement obéissant, être absolument attentif à Sa volonté, pas pour la chair, pas pour la famille et pas pour tes désirs personnels, mais pour les intérêts de la maison de Dieu, prenant la parole de Dieu comme le principe et le fondement de tout, alors, ce faisant, tes intentions et tes perspectives seront toutes à la bonne place, et tu seras alors quelqu’un devant Dieu qui reçoit Sa louange.

Extrait de « Ceux qui aiment vraiment Dieu sont ceux qui peuvent se soumettre absolument à Sa réalité », dans La Parole apparaît dans la chair

En tant que dirigeants d’église, vous devez savoir découvrir et cultiver le talent et ne pas être jaloux des gens talentueux. Ainsi, votre devoir sera accompli de façon satisfaisante et vous aurez assumé votre responsabilité ; vous aurez aussi fait de votre mieux pour être dévoués. Il y a toujours des gens qui ont peur que les autres ne leur volent la vedette et les surpassent, qu’ils soient reconnus alors qu’eux-mêmes sont laissés dans l’ombre. Cela les conduit à s’en prendre aux autres et à les exclure. N’est-ce pas là de la jalousie envers les autres, plus compétents ? Un tel comportement n’est-il pas égoïste et méprisable ? De quelle sorte de tempérament s’agit-il ? De la malice ! Les gens qui ne pensent qu’à eux-mêmes, ne satisfont que leurs propres désirs, n’ont aucune considération pour les devoirs des autres et ne pensent qu’à leurs propres intérêts et non à ceux de la maison de Dieu ont un tempérament mauvais, et Dieu ne les aime pas. Si tu es vraiment capable d’être attentif à la volonté de Dieu, tu seras capable d’être juste envers autrui. Si tu donnes à quelqu’un les moyens de cultiver ses dons grâce à une recommandation et de devenir une personne de talent, ajoutant ainsi une autre personne talentueuse dans la maison de Dieu, n’auras-tu pas alors bien travaillé ? N’auras-tu pas été loyal en accomplissant ton devoir ? C’est une bonne action devant Dieu, et c’est le genre de conscience et de raison que les êtres humains devraient posséder. Ceux qui sont capables de mettre la vérité en pratique sont en mesure d’accepter l’examen de Dieu quand ils font des choses. Quand tu acceptes l’examen de Dieu, ton cœur est sur le droit chemin. Si tu ne fais des choses que pour que les autres les voient et que tu n’acceptes pas l’examen de Dieu, alors Dieu est-Il toujours dans ton cœur ? Les gens de ce type n’ont aucune révérence pour Dieu. Ne faites pas toujours les choses pour vous-mêmes, ne considérez pas constamment vos propres intérêts ; ne pensez pas à votre propre statut, à votre prestige ou à votre réputation. Ne prête aucune considération non plus aux intérêts de l’homme. Tu dois d’abord penser aux intérêts de la maison de Dieu et en faire ta première priorité. Tu dois être attentif à la volonté de Dieu et commencer par réfléchir si, oui ou non, tu as été impur dans l’accomplissement de ton devoir, si tu as fait ton maximum pour être loyal, si tu as fait de ton mieux pour assumer tes responsabilités et fait tout ton possible et si, oui ou non, tu as songé à ton devoir et au travail de la maison de Dieu. Tu dois prendre en considération ces choses-là. Penses-y fréquemment et il sera plus facile pour toi de bien accomplir ton devoir. Si tu es de faible calibre, que ton expérience est limitée, ou que tu n’es pas compétent dans ton travail professionnel, alors il se peut qu’il y ait des erreurs ou des insuffisances dans ton travail, et il se peut que les résultats ne soient pas très bons, mais tu y auras consacré tous tes efforts. Quand tu ne penses pas à tes propres désirs égoïstes ou ne considères pas tes propres intérêts dans les choses que tu fais, et qu’au contraire, tu prends constamment en considération l’œuvre de la maison de Dieu, gardant en tête ses intérêts et accomplissant bien ton devoir, alors tu accumuleras de bonnes actions devant Dieu. Ceux qui réalisent ces bonnes actions sont ceux qui possèdent la réalité-vérité ; en cela, ils ont porté témoignage.

Extrait de « Offre à Dieu un cœur vrai, et tu pourras obtenir la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

La plupart des gens qui croient en Dieu sont heureux de se dépenser pour Lui et de se consacrer à Lui. Cependant, seuls ceux qui sont capables d’une dévotion et d’un sacrifice sincères possèdent la véritable réalité. La plupart des gens poursuivent la vérité avec joie, mais relativement peu sont capables de la mettre en pratique ou de payer un prix pour l’obtenir. Quand vient le moment crucial et que l’on te demande un sacrifice et un renoncement, tu ne le supportes pas ; c’est inacceptable et cela montre que tu n’es pas sincère envers Dieu. Si, plus un moment est crucial, plus les gens sont capables de se soumettre, de renoncer à leurs intérêts personnels, à leur vanité et à leur fierté, et d’accomplir correctement leurs devoirs, c’est alors, seulement, que Dieu Se souviendra d’eux. Ce sont là toutes les bonnes actions ! Indépendamment de ce que les gens font, qu’est-ce qui est le plus important, leur vanité et leur fierté, ou la gloire de Dieu ? (La gloire de Dieu.) Qu’est-ce qui est le plus important, vos responsabilités, ou vos propres intérêts ? Vous acquitter de vos responsabilités est le plus important, et vous en avez le devoir. Il ne s’agit pas d’un quelconque slogan ; si, au fond, c’est ce que tu penses et que tu t’efforces de pratiquer de cette façon, alors ne seras-tu pas un peu entré dans la réalité ? À tout le moins, cela veut dire que tu possèdes cet aspect-là de la réalité. Confrontés à certaines choses, tes propres désirs subjectifs éphémères, ta vanité et ton orgueil cesseront de te faire obstacle, et tu donneras la toute première priorité à ton propre devoir, à la volonté de Dieu, au témoignage à Lui rendre et à tes propres responsabilités. C’est là un moyen si formidable de porter témoignage, et cela fait honte à Satan ! Que pense Satan après avoir vu tout cela ? Si tu le fais vraiment, à l’aide d’actions réelles pour porter véritablement témoignage à Dieu et tourner le dos à Satan et si tu fais davantage que simplement entonner des slogans, alors il n’y a pas de meilleure façon d’humilier Satan et de témoigner de Dieu. Comme il est merveilleux d’employer diverses méthodes pour porter témoignage à Dieu et montrer à Satan ta détermination à renoncer à lui et à le rejeter !

Extrait de « Gagner Dieu et la vérité est la plus heureuse des choses », dans Récits des entretiens de Christ

Que tu sois en train de remplir ton devoir ou d’acquérir un savoir professionnel, tu dois adhérer aux principes dans tout ce que tu fais. Tu dois traiter tout ce que tu fais conformément à la vérité et pratiquer conformément à la vérité. Tu dois te servir de la vérité pour résoudre les problèmes, pour résoudre les tempéraments corrompus qui se sont révélés en toi et pour résoudre tes façons de faire et tes pensées erronées. Tu dois continuellement surmonter ces choses-là. D’abord, tu dois t’examiner. Une fois que tu l’as fait, si tu découvres un tempérament corrompu, tu dois le résoudre, le maîtriser et y renoncer. Une fois que tu auras résolu ces problèmes, quand tu ne feras plus les choses selon tes tempéraments corrompus et quand tu pourras te détourner de tes motivations et de tes intérêts pour pratiquer en fonction des principes de la vérité, alors seulement, tu feras ce qu’une personne qui suit vraiment Dieu est censée faire. Dieu trouve-t-Il acceptables ce comportement particulier, cette façon de faire et cette conduite particulières ? Il trouve cela acceptable ; c’est une bonne action ! Pourquoi ta façon de faire est considérée comme une bonne action ? Tu fais cela pour que ça profite aux autres, pour le bien du travail de la maison de Dieu ou pour les intérêts de la maison de Dieu et, en même temps, tu pratiques la vérité, donc Dieu apprécie cela et c’est une bonne action. Si c’est ce que tu as vécu, cela veut dire que tu portes témoignage à Dieu.

Extrait de « En toute chose, cherchez la vérité afin d’entrer dans sa réalité », dans Récits des entretiens de Christ

Parfois, après avoir fini un travail, tu es un peu mal à l’aise au fond de toi. En y regardant de plus près, tu te rends compte qu’il y a vraiment un problème. Il faut qu’il soit modifié, après quoi tu te sentiras à l’aise. Ta gêne prouve qu’il y a un problème sur lequel tu dois passer encore du temps et auquel tu dois porter davantage d’attention. C’est là une attitude sérieuse et responsable vis-à-vis de l’accomplissement de son devoir. Quand on est sérieux, responsable, dévoué et travailleur, le travail est bien fait. Parfois, tu n’as pas un tel cœur et tu ne peux pas trouver ni découvrir une erreur qui est claire comme de l’eau de roche. Celui qui aurait un tel cœur serait alors capable, encouragé et guidé par le Saint-Esprit, de cerner le problème. Mais si le Saint-Esprit te guidait et te donnait cette conscience, te permettant de sentir que quelque chose ne va pas, et que tu n’aies cependant pas un tel cœur, tu serais toujours incapable de cerner le problème. Alors, qu’est-ce que cela montre ? La coopération des personnes est très importante, leur cœur est très important, et ce à quoi elles consacrent leurs pensées et leurs idées est très important. Dieu examine et observe leurs intentions et combien d’efforts elles déploient dans l’accomplissement de leur devoir. Il est crucial que les gens mettent tout leur cœur et consacrent toute leur force à ce qu’ils font. Leur coopération est également cruciale. Par « y mettre tout son cœur et y consacrer toute sa force », on entend s’efforcer de ne rien regretter de ses devoirs accomplis ni de ses actes passés, et en arriver au point où l’on ne doit rien à Dieu. Si, aujourd’hui, tu n’y mets pas tout ton cœur et n’y consacres pas toute ta force, alors plus tard, lorsque quelque chose tournera mal et qu’il y aura des conséquences, ne sera-t-il pas trop tard pour les regrets ? Tu seras à jamais redevable et entaché ! Être entaché devient une transgression lorsque les gens accomplissent leurs devoirs. Efforce-toi de consacrer tout ton cœur et toute ta force à ce qui doit être fait et a besoin d’être fait lorsque tu accomplis tes devoirs. Si tu ne les fais pas simplement pour la forme et que tu n’as pas de regrets, on se souviendra des devoirs que tu as accomplis pendant ce temps. On se souvient des bonnes actions devant Dieu. Et quelles sont les choses dont on ne se souvient pas ? (Les transgressions et les mauvaises actions.) Elles sont des transgressions. Les gens n’accepteraient peut-être pas qu’elles soient de mauvaises actions si on les décrivait de cette manière aujourd’hui, mais si un jour cette affaire a des conséquences graves, tu sentiras quand elle aura un effet négatif que ce n’est pas simplement une transgression du comportement, mais une mauvaise action. Et lorsque tu t’en rendras compte, tu te diras : « Ce ne serait pas arrivé si je l’avais compris plus tôt ! Si j’y avais réfléchi un peu plus, si j’avais fait un peu plus d’effort, ce ne serait pas arrivé. » Rien n’effacera cette tache éternelle de ton cœur. Si cela donne lieu à une dette éternelle, tu auras des problèmes. Alors aujourd’hui, chaque fois que vous accomplissez votre devoir ou acceptez une commission, vous devez vous efforcer de l’accomplir de toutes vos forces et de tout votre cœur. Vous devez le faire de manière à être sans culpabilité et sans regret, à ce que Dieu S’en souvienne et à ce que ce soit une bonne action. N’agissez pas de façon négligente et superficielle, un œil ouvert et l’autre fermé : vous le regretteriez et vous ne pourriez pas réparer cela. Ce serait une transgression et finalement, au fond de vous, il y aurait toujours une culpabilité, une dette et un reproche. Lequel de ces deux chemins est le meilleur ? Lequel est le droit chemin ? Bien accomplir votre devoir, de tout votre cœur et de toutes vos forces, et préparer et accumuler de bonnes actions, sans aucun regret. Ne laissez pas vos transgressions s’accumuler pour les regretter et être redevables. Que se passe-t-il quand une personne a commis trop de transgressions ? Elle attire à elle la colère de Dieu en Sa présence ! Si tu transgresses toujours plus et que la colère de Dieu envers toi grandit encore, alors tu seras finalement puni.

Extrait de « Comment résoudre le problème de l’insouciance et de la négligence dans l’accomplissement de son devoir », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 3. Qu’est-ce qu’un vainqueur ? Comment devient-on un vainqueur avant le désastre ?

Suivant: 2. Que sont les mauvaises actions ? Comment sont-elles rendues manifestes ?

Contenu connexe

2. Pourquoi on dit que les anciens et les pasteurs religieux empruntent tous le chemin des pharisiens et ce qu’est leur essence

« Jésus se mit ensuite à leur parler en paraboles. Un homme planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, creusa un pressoir, et bâtit une tour ; puis il l’afferma à des vignerons, et quitta le pays. Au temps de la récolte, il envoya un serviteur vers les vignerons, pour recevoir d’eux une part du produit de la vigne. S’étant saisis de lui, ils le battirent, et le renvoyèrent à vide. Il envoya de nouveau vers eux un autre serviteur ; ils le frappèrent à la tête, et l’outragèrent. Il en envoya un troisième, qu’ils tuèrent ; puis plusieurs autres, qu’ils battirent ou tuèrent. Il avait encore un fils bien-aimé ; il l’envoya vers eux le dernier, en disant : Ils auront du respect pour mon fils. Mais ces vignerons dirent entre eux : Voici l’héritier ; venez, tuons-le, et l’héritage sera à nous. Et ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne. Maintenant, que fera le maître de la vigne ? Il viendra, fera périr les vignerons, et il donnera la vigne à d’autres » (Marc 12:1-9).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre