14. Principes d’acceptation de l’examen de Dieu

(1) Dans vos prières à Dieu, acceptez d’être examiné par Lui. Ne parlez pas faussement et n’essayez pas de Le tromper ; ne dites que ce qui est dans votre cœur, cherchez la vérité et attachez-vous à saisir Sa volonté ;

(2) Quand vous accomplissez votre devoir, il est nécessaire d’accepter d’être examiné par Dieu. Soyez responsable, devant Dieu, de l’accomplissement de votre devoir, corrigez vos intentions et arrêtez de travailler de façon bâclée, superficielle et en rusant ;

(3) Acceptez d’être examiné par Dieu dans toutes vos affaires personnelles. Corrigez toutes celles qui sont contraires à la vérité, au principe, et repentez-vous devant Dieu ;

(4) Que ce soit en public ou en privé, soyez capable de présenter à Dieu tout ce que vous faites pour le soumettre à Son examen. Parlez-Lui par la prière des sujets qui vous paraissent obscurs et cherchez la vérité.

Paroles de Dieu concernées :

Je suis juste, Je suis digne de confiance et Je suis le Dieu qui examine les profondeurs du cœur de l’homme ! Je révélerai immédiatement qui est vrai et qui est faux. Ne vous alarmez pas ; tout fonctionne selon Mon temps. Qui Me veut sincèrement, qui ne veut pas, Je vous le dirai, un à la fois. Souciez-vous simplement de manger, de boire, approchez-vous de Moi lorsque vous vous présentez en Ma présence et Je ferai Mon œuvre Moi-même. Ne soyez pas trop anxieux d’obtenir des résultats rapides ; Mon œuvre ne peut pas être achevée d’un seul coup. En elle, il y a Mes étapes et Ma sagesse, et c’est pourquoi Ma sagesse peut être révélée. Je vous laisserai voir ce que Mes mains accomplissent : punir le mal et récompenser le bien. Je ne favorise absolument personne. Toi qui M’aimes sincèrement, Je t’aimerai sincèrement, et Ma colère sera toujours sur ceux qui ne M’aiment pas sincèrement, afin qu’ils se souviennent éternellement que Je suis le vrai Dieu, le Dieu qui examine les profondeurs du cœur de l’homme. N’agis pas d’une façon devant les autres, mais d’une autre façon derrière leur dos ; Je vois clairement tout ce que tu fais et, même si tu peux tromper les autres, tu ne peux pas Me tromper. Je vois tout clairement. Il ne t’est pas possible de cacher quoi que ce soit ; tout repose entre Mes mains. Ne te crois pas si intelligent parce que tu fais en sorte que tes petits calculs mesquins te soient avantageux. Je te le dis : quel que soit le nombre de plans que l’homme conçoive, des milliers ou des dizaines de milliers, à la fin, il ne peut échapper à la paume de Ma main. Toutes choses et tous les événements sont contrôlés par Mes mains, à plus forte raison une seule personne ! N’essaie pas de M’éviter ou de te cacher, n’essaie pas d’enjôler ou de dissimuler. Se peut-il que tu ne voies toujours pas que Mon visage glorieux, Ma colère et Mon jugement ont été révélés publiquement ? Je jugerai immédiatement et sans miséricorde tous ceux qui ne Me veulent pas sincèrement. Ma pitié est arrivée à sa fin ; il n’en reste plus. Ne soyez plus des hypocrites et mettez fin à vos manières déchaînées et imprudentes.

Extrait du Chapitre 44 des « Déclarations de Christ au commencement », dans La Parole apparaît dans la chair

Être croyant en Dieu signifie que tout ce que tu fais doit être apporté devant Dieu et être soumis à Son observation. Si ce que tu fais peut être apporté devant l’Esprit de Dieu, mais non devant la chair de Dieu, cela démontre que tu ne t’es pas soumis à l’observation de l’Esprit de Dieu. Qui est l’Esprit de Dieu ? Qui est la personne de laquelle Dieu témoigne ? Ne sont-Ils pas un et le même ? La plupart Les voient comme deux êtres séparés, croyant que l’Esprit de Dieu est l’Esprit de Dieu et que la personne de laquelle Dieu témoigne est simplement un homme. Mais ne te trompes-tu pas ? Au nom de qui cette personne travaille-t-elle ? Ceux qui ne connaissent pas le Dieu incarné n’ont pas la compréhension spirituelle. L’Esprit de Dieu et Sa chair incarnée sont un, parce que l’Esprit de Dieu est matérialisé dans la chair. Si cette personne n’est pas aimable envers toi, l’Esprit de Dieu sera-t-Il aimable ? N’es-tu pas troublé ? Aujourd’hui, tous ceux qui ne peuvent pas accepter l’observation de Dieu ne peuvent pas recevoir Son approbation, et ceux qui ne connaissent pas le Dieu incarné ne peuvent pas être rendus parfaits. Regarde tout ce que tu fais et vois si cela peut être apporté devant Dieu. Si tu ne peux pas apporter devant Dieu tout ce que tu fais, cela montre que tu es un malfaiteur. Les malfaiteurs peuvent-ils être rendus parfaits ? Tout ce que tu fais, chaque action, chaque intention et chaque réaction, doit être apporté devant Dieu. Même ta vie spirituelle quotidienne – tes prières, ton intimité avec Dieu, la manière dont tu manges et bois les paroles de Dieu, ton échange avec tes frères et sœurs et ta vie dans l’église, et ton service en partenariat – peut être apportée devant Dieu pour être observée par Lui. C’est une telle pratique qui t’aidera à mûrir dans la vie. Le processus d’acceptation de l’observation de Dieu est le processus de purification. Plus tu acceptes l’observation de Dieu, plus tu es purifié et plus tu es en accord avec la volonté de Dieu, de sorte que tu ne seras pas entraîné dans la débauche et que ton cœur vivra en présence de Dieu. Plus tu acceptes l’observation de Dieu, plus tu fais honte à Satan et es capable d’abandonner la chair. Alors, l’acceptation de l’observation de Dieu est un chemin de pratique que les gens doivent suivre. Peu importe ce que tu fais, même quand tu communies avec tes frères et sœurs, tu peux apporter tes actions devant Dieu, chercher Son observation et viser l’obéissance à Dieu Lui-même ; cela rendra ce que tu pratiques bien plus correct. Tu peux être quelqu’un qui vit en présence de Dieu seulement si tu apportes tout ce que tu fais devant Dieu et acceptes l’observation de Dieu.

Extrait de « Dieu rend parfaits ceux qui sont selon Son propre cœur », dans La Parole apparaît dans la chair

Si tu veux être selon le propre cœur de Dieu, ton cœur doit obéir à Son œuvre, tu dois t’efforcer de poursuivre la vérité et tu dois accepter l’observation de Dieu en toutes choses. Tout ce que tu fais a-t-il été observé par Dieu ? Ton intention est-elle correcte ? Si ton intention est correcte, Dieu t’approuvera ; si ton intention est mauvaise, cela montre que ce que ton cœur aime n’est pas Dieu, mais la chair et Satan. Par conséquent, tu dois utiliser la prière comme un moyen d’accepter l’observation de Dieu en toutes choses. Quand tu pries, bien que Je ne sois pas présent devant toi en personne, le Saint-Esprit est avec toi, c’est à la fois Moi-même et l’Esprit de Dieu que tu pries. Pourquoi crois-tu en cette chair ? Tu y crois parce qu’Il a l’Esprit de Dieu. Croirais-tu en cette personne s’Il était sans l’Esprit de Dieu ? Lorsque tu crois en cette personne, tu crois en l’Esprit de Dieu. Lorsque tu crains cette personne, tu crains l’Esprit de Dieu. La foi en l’Esprit de Dieu est la foi en cette personne et la foi en cette personne est aussi la foi en l’Esprit de Dieu. Quand tu pries, tu sens que l’Esprit de Dieu est avec toi et que Dieu est devant toi, et tu pries donc Son Esprit. Aujourd’hui, la plupart des gens ont trop peur de présenter leurs actions à Dieu ; alors que tu peux tromper Sa chair, tu ne peux pas tromper Son Esprit. Tout ce qui ne tient pas devant l’observation de Dieu n’est pas en accord avec la vérité et devrait être rejeté ; agir autrement, c’est commettre un péché contre Dieu. Donc, tu dois placer ton cœur devant Dieu à tout moment, lorsque tu pries, lorsque tu parles et échanges avec tes frères et sœurs et lorsque tu accomplis ton devoir et fais tes affaires. Lorsque tu remplis ta fonction, Dieu est avec toi et tant que ton intention est correcte et qu’elle vise l’œuvre de la maison de Dieu, Dieu acceptera tout ce que tu fais ; tu devrais sincèrement te dévouer à remplir ta fonction. Quand tu pries, si tu as l’amour de Dieu dans ton cœur et cherches l’attention, la protection et l’observation de Dieu, si telle est ton intention, tes prières seront efficaces. Par exemple, quand tu pries dans les assemblées, si tu ouvres ton cœur, pries Dieu et dis à Dieu ce qui est dans ton cœur sans dire de mensonges, alors à coup sûr, tes prières seront efficaces.

Extrait de « Dieu rend parfaits ceux qui sont selon Son propre cœur », dans La Parole apparaît dans la chair

Avoir une relation normale avec Dieu signifie être capable de ne douter d’aucune œuvre de Dieu et de ne pas la nier et être capable de te soumettre à Son œuvre. Cela signifie avoir des intentions justes dans la présence de Dieu, ne pas faire des plans pour toi-même et considérer les intérêts de la maison de Dieu avant toutes choses ; cela signifie accepter le regard de Dieu et obéir aux arrangements de Dieu. Tu dois être capable d’apaiser ton cœur en présence de Dieu dans tout ce que tu fais. Même si tu ne comprends pas la volonté de Dieu, tu dois quand même accomplir tes devoirs et tes responsabilités le mieux possible. Une fois que la volonté de Dieu t’a été révélée, agis selon elle, et ce ne sera pas trop tard. Lorsque ta relation avec Dieu sera devenue normale, alors tu auras aussi une relation normale avec les gens. Tout est établi sur la fondation des paroles de Dieu. Mange et bois les paroles de Dieu, puis mets en pratique les exigences de Dieu, rectifie tes points de vue et évite de faire tout ce qui résiste à Dieu ou dérange l’Église. Ne fais rien qui ne soit pas bénéfique aux vies des frères et sœurs, ne dis rien qui ne contribue pas à aider aux autres et ne fais rien de honteux. Sois juste et honorable en tout ce que tu fais et assure-toi que chacune de tes actions soit présentable devant Dieu. Bien que la chair puisse être faible quelquefois, tu dois être capable de placer les intérêts de la maison de Dieu en premier, sans convoiter de bénéfices personnels, et tu dois être capable d’agir avec justice. Si tu peux pratiquer de cette manière, alors ta relation avec Dieu sera normale.

En tout ce que tu fais, tu dois chercher à savoir si tes intentions sont correctes. Si tu es capable d’agir selon les exigences de Dieu, alors ta relation avec Dieu est normale. C’est le critère minimum. Examine tes intentions et, si tu découvres que des intentions incorrectes sont apparues, sois capable de t’en détourner et d’agir selon les paroles de Dieu ; alors tu deviendras quelqu’un qui est droit devant Dieu, ce qui est la preuve que ta relation avec Dieu est normale, et que tout ce que tu fais est pour Dieu, et non pour toi-même. Dans tout ce que tu fais et tout ce que tu dis, sois capable de rectifier ton cœur et d’être juste dans tes actions, et ne sois pas guidé par tes émotions et n’agis pas non plus selon ta propre volonté. Ce sont des principes selon lesquels les croyants en Dieu doivent se comporter.

Extrait de « Quelle est ta relation avec Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Ceux qui sont capables de mettre la vérité en pratique sont en mesure d’accepter l’examen de Dieu dans leurs actions. Quand tu acceptes l’examen de Dieu, ton cœur est sur la bonne voie. Si tu ne fais des choses que pour que les autres les voient et que tu n’acceptes pas l’examen de Dieu, as-tu Dieu dans ton cœur ? Les gens de ce type n’ont pas un cœur qui craint Dieu. Ne faites pas toujours les choses pour vous-mêmes, ne considérez pas toujours vos propres intérêts, et ne considérez pas votre propre statut, apparence ou réputation. Ne prête aucune considération aux intérêts des gens. Tu dois d’abord considérer les intérêts de la maison de Dieu et en faire ta première priorité. Tu dois être attentif à la volonté de Dieu. Commence par réfléchir si, oui ou non, tu as été impur dans l’accomplissement de ton devoir, si tu as fait ton maximum pour être loyal, assumer tes responsabilités et fait tout ton possible et si, oui ou non, tu as songé à ton devoir et au travail de la maison de Dieu. Tu dois penser à ces choses-là. Médite ces choses-là fréquemment et il sera facile pour toi de bien accomplir ton devoir. Ce n’est que lorsque ton calibre est faible, que ton expérience est limitée, ou que tu ne maîtrises pas bien tes tâches, alors il se peut qu’il y ait des erreurs ou des insuffisances dans ton travail, et il se peut que les résultats ne soient pas très bons, mais tu y as employé toutes tes forces. Quand tu ne considères pas tes propres intérêts dans les choses que tu fais, mais au contraire, considères à tout moment l’œuvre de la maison de Dieu, pensant aux intérêts de la maison de Dieu et accomplissant bien ton devoir, alors tu accumuleras de bonnes actions devant Dieu. Ceux qui ont ces bonnes actions sont ceux qui possèdent la réalité de la vérité, et ils ont ainsi un témoignage.

Extrait de « Offre à Dieu un cœur vrai, et tu pourras obtenir la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Quelle que soit la profondeur de la compréhension que les gens peuvent avoir de la vérité, ils ne doivent, en aucune circonstance, faire de mauvaises choses ni espérer pouvoir tout se permettre, car Dieu veille sur la terre entière. Qu’entend-on par « la terre entière » ? On entend par là le matériel et l’immatériel. Ne te sers pas de ton esprit pour mesurer Dieu, pour mesurer Son autorité et Son omnipotence. Ne fais rien par ignorance ni par malfaisance : tôt ou tard, les mauvaises actions seront punies, jusqu’à ce que vienne le jour où Dieu t’exposera et où tu devras en accepter les conséquences. Et donc, dans certains domaines, il serait préférable pour toi que tu t’obliges à suivre les paroles de Dieu et que tu tâches de résoudre ces problèmes et d’y réfléchir par toi-même, avant que Dieu ne t’expose. Essaie d’abord de les résoudre de toi-même, n’attends pas que Dieu t’expose. Et quand Il le fait, deviens-tu passif ? As-tu encore de la valeur ? Entre le moment où Dieu commence à te sonder et le moment où Il t’expose, y a-t-il un quelconque changement dans ta valeur, dans la manière dont tu apparais à Ses yeux ? Quelle est l’ampleur de ce changement ? Au cours de la période pendant laquelle Dieu te sonde, Il t’offre des possibilités, Il place en toi de grands espoirs, jusqu’au jour où Il t’expose : à ce moment-là, Ses espoirs pour toi et les possibilités qu’Il t’offre sont extrêmement différents. Qu’est-ce que cette différence t’apportera ? Dans des circonstances moins graves, tu pourrais devenir l’un de ceux que Dieu méprise dans Son cœur et qui sont sur le point d’être mis de côté. Que signifie « être mis de côté » ? Cela signifie être tenu à distance et observé. Et qu’en est-il des graves circonstances ? Dans Son cœur, Dieu dit : « Cette personne est une calamité, elle n’est même pas apte à exécuter du service. Je ne sauverai jamais cette personne ! » Une fois que telle est l’intention de Dieu, quelle est la fin de cette personne ? Il est alors vain de faire des courbettes : Dieu t’a déjà offert suffisamment d’opportunités. Tu es allé trop loin. Et donc, lorsque des problèmes se présentent à certains d’entre vous, que tu sois en train d’écouter un sermon, de lire les paroles de Dieu ou de te réunir avec des frères et sœurs pour avoir un retour, ou que tu aies pu avoir une certaine prise de conscience, accepter le regard de Dieu, te présenter devant Lui pour Lui demander Son éclairage et Son illumination, quelle que soit la manière dont tu le fais, il est préférable que tu identifies tes problèmes à l’avance et que tu puisses te repentir. Quoi que tu fasses, n’attends pas simplement que Dieu t’expose.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (5) », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 13. Principes concernant le fait d’obtenir l’œuvre du Saint-Esprit

Suivant: 15. Principes des serments prêtés à Dieu

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre