29. Principes d’acceptation de l’émondage et du traitement

(1) Accepter d’être émondé et traité, c’est vous soumettre au jugement et au châtiment de Dieu, c’est-à-dire à la vérité. Si vous pouvez accepter l’émondage et le traitement, vous êtes capable d’un véritable repentir.

(2) Vous devez prier Dieu quand vous avez été émondé et traité et devriez accepter ce processus et vous y soumettre, peu importe son degré de conformité aux faits. C’est la meilleure occasion de vous connaître vous-même.

(3) Tous les émondages et traitements sont des jugements et des châtiments par l’avènement des faits ; c’est là l’amour particulier de Dieu. Vous devez les accepter et vous y soumettre, et vous en bénéficierez certainement.

(4) Être émondé et traité est la plus grande leçon de l’entrée dans la vie. Vous devez vous livrer à une introspection et parvenir à renoncer à vous-même, en pratiquant la vérité et en vous soumettant à Dieu.

Paroles de Dieu concernées :

Christ des derniers jours utilise une variété de vérités pour enseigner à l’homme, exposer l’essence de l’homme et disséquer les mots et les actes de l’homme. Ces paroles comprennent diverses vérités, telles que le devoir de l’homme, comment l’homme doit obéir à Dieu, comment l’homme doit être fidèle à Dieu, comment l’homme doit vivre une humanité normale, ainsi que la sagesse et le tempérament de Dieu, et ainsi de suite. Ces paroles sont toutes axées sur l’essence de l’homme et son tempérament corrompu. En particulier, les paroles qui exposent comment l’homme rejette Dieu sont prononcées au sujet de la manière dont l’homme est une incarnation de Satan et une force ennemie contre Dieu. En entreprenant Son œuvre de jugement, Dieu ne fait pas que préciser ce qu’est la nature de l’homme par quelques mots ; Il l’expose, le traite et l’émonde à long terme. Toutes ces différentes méthodes d’exposition, de traitement et d’émondage ne peuvent pas être remplacées par des mots ordinaires, mais par la vérité dont l’homme est totalement dépourvu. Seules des méthodes comme celles-ci peuvent être qualifiées de jugement ; c’est seulement par un jugement de ce genre que l’homme peut être maîtrisé et entièrement convaincu au sujet de Dieu, et acquérir de surcroît une vraie connaissance de Dieu. Ce que l’œuvre du jugement apporte, c’est la compréhension par l’homme du vrai visage de Dieu et la vérité sur sa propre rébellion. L’œuvre du jugement permet à l’homme de mieux comprendre la volonté de Dieu, le but de l’œuvre de Dieu et les mystères qui lui sont incompréhensibles. Cela permet également à l’homme de reconnaître et de connaître son essence corrompue et les racines de sa corruption, ainsi que de découvrir la laideur de l’homme. Ces effets sont tous causés par l’œuvre du jugement, car l’essence de cette œuvre est en fait l’œuvre d’ouverture de la vérité, du chemin et de la vie de Dieu à tous ceux qui ont foi en Lui. Ce travail est l’œuvre du jugement faite par Dieu. Si tu ne considères pas ces vérités comme importantes, si tu ne penses qu’à les éviter ou à la manière de trouver une nouvelle voie de sortie qui ne les concerne pas, alors Je dis que tu commets de graves péchés. Si tu as foi en Dieu, mais ne cherches pas la vérité ou la volonté de Dieu et si tu n’aimes pas non plus le chemin qui te rapproche de Dieu, alors Je dis que tu es quelqu’un qui essaie d’échapper au jugement et que tu es une marionnette et un traître qui fuient le grand trône blanc. Dieu n’épargnera aucun des rebelles qui échappent à Sa vue. De tels hommes recevront une punition encore plus sévère. Ceux qui viennent devant Dieu pour être jugés et, en plus, ont été purifiés vivront pour toujours dans le royaume de Dieu. Bien sûr, c’est quelque chose qui appartient à l’avenir.

Extrait de « Le Christ réalise l’œuvre du jugement avec la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair

Si tu crois en Dieu, tu dois alors obéir à Dieu, mettre la vérité en pratique et accomplir tous tes devoirs. De plus, tu dois comprendre les choses dont tu devrais faire l’expérience. Si tu ne fais que l’expérience d’être traité, d’être discipliné et d’être jugé, si tu es seulement capable de profiter de Dieu, mais que tu es incapable de sentir quand Dieu te discipline ou te traite, cela est inacceptable. Peut-être que dans ce cas d’épurement, tu es capable de tenir ferme, mais cela n’est pas encore suffisant ; tu dois continuer de progresser. La leçon sur le fait d’aimer Dieu ne s’arrête jamais et n’a jamais de fin. Les gens pensent que la foi en Dieu est extrêmement simple, mais, une fois qu’ils acquièrent une expérience pratique, ils se rendent alors compte que la foi en Dieu n’est pas aussi simple que les gens l’imaginent. Quand Dieu œuvre pour épurer l’homme, l’homme souffre. Plus son épurement est grand, plus son amour pour Dieu sera grand et plus la puissance de Dieu sera révélée en lui. Inversement, si l’épurement de l’homme est moindre, son amour pour Dieu grandira moins et la puissance de Dieu sera moins révélée en lui. Plus son épurement, sa douleur et son tourment sont intenses, plus son amour grandira, plus sa foi en Dieu sera authentique, et plus sa connaissance de Dieu sera profonde. Dans tes expériences, tu verras que ceux qui souffrent grandement lorsqu’ils sont épurés, et sont beaucoup traités et disciplinés, ont un amour de Dieu profond et une connaissance de Dieu plus approfondie et pénétrante. Ceux qui n’ont pas fait l’expérience d’avoir été traités n’ont qu’une connaissance superficielle, et peuvent seulement dire : « Dieu est si bon, Il accorde des grâces aux gens afin qu’ils puissent profiter de Lui. » Si les gens ont expérimenté le fait d’être traités et disciplinés, alors ils sont en mesure de parler de la vraie connaissance de Dieu. Donc, plus l’œuvre de Dieu en l’homme est merveilleuse, plus elle a de valeur et plus elle est signifiante. Plus l’œuvre de Dieu est impénétrable pour toi et plus elle est incompatible avec tes notions, plus elle est capable de te conquérir, de te gagner et de te perfectionner. La signification de l’œuvre de Dieu est si grande ! Si Dieu n’épurait pas l’homme de cette façon, s’Il n’œuvrait pas selon cette méthode, alors Son œuvre serait inefficace et n’aurait pas de signification. Il a été dit auparavant que Dieu sélectionnerait et gagnerait ce groupe, et le rendrait complet dans les derniers jours : il y a là une signification extraordinaire. Plus Il œuvre en vous, plus votre amour pour Dieu est profond et pur. Plus l’œuvre de Dieu est grande, plus l’homme est en mesure de goûter Sa sagesse et plus l’homme connaît Dieu profondément.

Extrait de « Ceux qui doivent être rendus parfaits doivent subir l’épurement », dans La Parole apparaît dans la chair

Les hommes ne peuvent pas changer leur propre tempérament ; ils doivent subir le jugement, le châtiment, la souffrance et l’épurement des paroles de Dieu, ou être traités, disciplinés et émondés par Ses paroles. C’est alors seulement qu’ils peuvent atteindre l’obéissance et la fidélité à Dieu, et ne plus être négligents à Son égard. C’est sous l’épurement des paroles de Dieu que le tempérament des gens change. C’est seulement par l’exposition, le jugement, la discipline et le traitement de Ses paroles qu’ils n’oseront plus agir imprudemment, mais à la place deviendront calmes et posés. Le point le plus important, c’est qu’ils sont capables de se soumettre aux paroles actuelles de Dieu et à Son œuvre et, même si ce n’est pas conforme aux notions humaines, ils peuvent mettre ces dernières de côté et se soumettre délibérément.

Extrait de « Les gens dont les tempéraments ont changé sont ceux qui sont entrés dans la réalité des paroles de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu a de nombreux moyens de perfectionner l’homme. Il se sert de toutes sortes d’environnements pour traiter le tempérament corrompu de l’homme, et Il utilise diverses choses pour mettre l’homme à nu ; d’un côté, Il traite l’homme, d’un autre côté, Il met l’homme à nu, et d’un autre côté, Il révèle l’homme, creusant et révélant les « mystères » des profondeurs du cœur de l’homme, et montrant à l’homme sa propre nature en dévoilant plusieurs de ses états. Dieu perfectionne l’homme par des méthodes diverses, par la révélation, le traitement, l’épurement et le châtiment, afin que l’homme sache que Dieu est concret.

Extrait de « Seuls ceux qui se concentrent sur la pratique peuvent être perfectionnés », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu œuvre en chaque personne et peu importe Sa méthode, le genre de personnes, d’affaires et de choses qu’Il utilise pour exécuter du service, ou le genre de ton qu’ont Ses paroles, Il n’a qu’une seule finalité : te sauver. Avant de te sauver, Il doit te transformer, alors, comment cela serait-il possible sans que tu souffres un peu ? Tu vas devoir souffrir. Cette souffrance peut concerner beaucoup de choses. Parfois, Dieu élève les gens, les affaires et les choses autour de toi, de sorte que tu puisses arriver à te connaître, ou bien tu peux être directement traité, émondé et exposé. Comme un patient sur une table d’opération, tu dois endurer une certaine douleur pour obtenir un bon résultat. Si, chaque fois que tu es émondé et traité et si, chaque fois qu’Il élève les gens, les affaires et les choses, cela suscite en toi des sentiments et t’encourage, alors, c’est correct, et tu auras de la stature et entreras dans la réalité-vérité. Si chaque fois que tu es émondé et traité et chaque fois que Dieu élève ton environnement, tu ne ressens de douleur ou d’inconfort d’aucune sorte et ne ressens rien du tout, et si tu ne viens pas devant Dieu pour chercher Sa volonté, ne priant pas et ne cherchant pas non plus la vérité, alors, vraiment, tu es très insensible ! Si une personne est trop insensible et n’est jamais spirituellement consciente, alors Dieu n’aura aucun moyen d’œuvrer sur elle. Il dira : « Cette personne est excessivement insensible et a été corrompue trop profondément. Regarde tout ce que J’ai fait et tous les efforts que J’ai produits ; J’ai fait tellement de choses sur elle, mais je ne peux toujours pas émouvoir son cœur ou éveiller son esprit. Cette personne aura des ennuis ; elle n’est pas facile à sauver. » Si Dieu arrange certains environnements, certaines personnes, certaines affaires et certaines choses pour toi, s’Il t’émonde et te traite et si tu en tires des leçons, si tu as appris à venir devant Dieu, à chercher la vérité et, sans le savoir, es éclairé et illuminé et atteins la vérité, si tu as fait l’expérience d’un changement dans ces environnements, récolté des récompenses et fait des progrès, si tu commences à comprendre un peu la volonté de Dieu et cesses de te plaindre, alors tout cela voudra dire que tu as tenu ferme au milieu des épreuves de ces environnements et résisté au test. De ce fait, tu seras venu à bout de cette épreuve. Comment Dieu considérera-t-Il ceux qui supportent l’épreuve ? Il dira qu’ils ont un cœur sincère, qu’ils peuvent endurer ces souffrances et qu’au fond d’eux-mêmes, ils aiment et veulent la vérité. Si Dieu t’évalue de la sorte, n’est-ce pas que tu as une stature ? N’est-ce pas que tu as de la vie ? Et d’où vient cette vie ? N’est-elle pas un don de Dieu ? C’est Dieu Lui-même qui t’apporte un bol de nourriture et te le tient juste devant ta bouche pour te nourrir, et une fois que tu as mangé, tu es rassasié et tu peux rester fort. C’est ainsi que tu dois voir et comprendre ces choses-là : c’est ainsi que l’on se soumet à tout ce qui vient de Dieu. C’est le genre de mentalité et d’attitude que tu dois avoir, et tu dois apprendre à rechercher la vérité. Tu ne dois pas chercher constamment des causes extérieures, ni blâmer les autres pour tes problèmes, ni trouver des défauts chez les autres. Il faut que tu comprennes clairement la volonté de Dieu. À première vue, il peut sembler que certaines personnes se font des idées sur toi ou ont des préjugés à ton égard, mais tu ne dois pas voir les choses de cette manière. Si tu vois les choses selon un point de vue erroné, tu ne feras rien d’autre que trouver des excuses et tu n’obtiendras rien. Tu dois considérer les choses de façon objective et juste : ainsi, tu chercheras la vérité et tu comprendras l’intention de Dieu. Une fois que tu auras corrigé ta façon de voir les choses et ton état d’esprit, tu pourras accéder à la vérité. Alors, pourquoi ne le fais-tu pas ? Pourquoi résistes-tu ? Si tu cessais de résister, tu obtiendrais la vérité. Si tu résistes, tu n’obtiendras rien, mais en plus, tu porteras atteinte aux sentiments de Dieu et tu Le décevras. En quoi Dieu sera-t-Il déçu ? Cela signifiera que tu repousses le bol de nourriture que Dieu Lui-même t’a apporté pour te nourrir en personne. Tu dis que tu n’as pas faim et que tu n’en as pas besoin ; Dieu t’encourage encore et encore à te nourrir, mais tu n’en veux toujours pas. Tu préfères avoir faim. Tu penses que tu es rassasié alors qu’en réalité, tu n’as absolument rien. Les personnes qui ont cette attitude sont très suffisantes, et elles sont les plus pauvres et les plus pitoyables.

Extrait de « Pour obtenir la vérité, tu dois apprendre des gens, des situations et des choses autour de toi », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

En matière d’émondage et de traitement, quelle est la chose la plus fondamentale que les gens devraient comprendre ? L’émondage et le traitement sont des choses auxquelles il faut faire face pour accomplir ses devoirs de façon acceptable, et c’est une partie nécessaire du processus qui consiste à recevoir le salut. Tout le monde doit y faire face. Est-ce qu’émonder et traiter quelqu’un est quelque chose qui met en jeu son avenir et son destin ? (Non.) Alors, émonder et traiter quelqu’un, est-ce le condamner, ou est-ce autre chose ? (Cela permet aux gens d’entrer dans les principes.) C’est juste. C’est la compréhension la plus correcte. Émonder et traiter quelqu’un est une sorte de discipline, une sorte de châtiment, mais c’est aussi une façon d’aider les gens. L’émondage et le traitement te permettent de modifier à temps ta poursuite incorrecte. Cela te permet de reconnaître à temps tes propres problèmes et les tempéraments corrompus que tu exposes. Quoi qu’il en soit, l’émondage et le traitement t’aident à mieux accomplir tes devoirs, ils te permettent de les accomplir conformément à des principes, ils te permettent d’obtenir le salut à temps, ils t’évitent à temps de t’égarer et ils t’empêchent également de provoquer des catastrophes.

Extrait de « Ils ne font leur devoir que pour se distinguer et nourrir leurs propres intérêts et ambitions ; ils ne tiennent jamais compte des intérêts de la maison de Dieu, et vendent même ces intérêts en échange de la gloire personnelle (Partie VIII) », dans Exposer les antéchrists

Certains, après avoir été émondés et traités, se disent : « Ce qui est arrivé n’est pas simplement ma faute, alors comment se fait-il qu’on en rejette sur moi toute la responsabilité ? Pourquoi personne ici ne prend ma défense ? Ils me laissent en assumer toute la responsabilité. On voit bien ici que tout le monde en profite mais que personne ne veut porter le chapeau. Quelle malchance ! Pourquoi tous ces ennuis m’arrivent-ils, et jamais les bonnes choses ? » Quelle sorte d’émotion est-ce là ? C’est de la résistance. Même si, en apparence, certains ont hoché la tête, admis leur erreur et reconnu leur responsabilité, au fond d’eux-mêmes ils continuent de se plaindre : « Ils peuvent s’occuper de moi s’ils y sont obligés, mais ce qu’ils ont dit était si dur, ils m’ont critiqué devant tous ces gens. Je suis mortifié. Ils ne m’ont même pas traité comme un être humain ! J’ai juste fait une petite erreur, c’est tout. Pourquoi en font-ils tout un plat ? » De telles personnes résistent, rejettent, provoquent obstinément des confrontations, elles sont déraisonnables et cherchent des excuses. Avec de telles émotions et de telles pensées, on ne peut pas avoir une attitude véritablement soumise.

La soumission est la leçon la plus difficile à apprendre. Quand quelque chose est conforme à tes notions, tu l’acceptes et tu t’y soumets ; tu es à l’aise, quand c’est à ton avantage, tu te dis que cela correspond très bien à tes goûts. Une fois que tu te soumets, tout se passe en douceur pour toi. Au fond de toi, tu es inébranlable, en paix, sans reproches, content et joyeux. Cependant, être soumis quand les choses ne sont pas conformes à tes notions est aussi dur à avaler pour toi qu’engloutir du sable. C’est déstabilisant, stressant et pénible. Tu as tes raisons, mais tu ne peux pas les exprimer et tu es obligé de taire tes émotions. Tu te sens complètement lésé, mais tu n’as personne à qui en parler. « Ce qu’Il a dit est juste. Sa position est plus élevée que la mienne. Comment pourrais-je ne pas L’écouter ? J’aurais tout aussi bien pu l’accepter. Il faut que je sois plus prudent la prochaine fois et que je m’abstienne. Rien de bien n’arrive quand on prend des risques. Quiconque fait un pas en avant doit en assumer les conséquences. Je ne le ferai plus. Je laisserai juste les choses se faire naturellement et je ferai profil bas autant que possible. Se soumettre n’est pas facile. C’est si dur ! La flamme de mon enthousiasme a été douchée avec un seau d’eau froide. On ne peut pas me le reprocher. Au début, j’étais tout innocent et ouvert, et on a continué de me traiter. Je ne veux plus être cette sorte de personne : me conduire ainsi est épuisant. Dorénavant, je resterai sur ma réserve, je ne révélerai plus à personne ce que je ressens et je ne le dirai pas si on me le demande. Je ne laisserai rien paraître. » Quelle attitude est-ce là ? C’est tout simplement passer d’un extrême à l’autre. Quel est le but ultime quand une personne apprend à être soumise ? Peu importent les injustices que tu as subies, la sueur et les efforts que tu as fournis, ou combien ta réputation, ta vanité et ton honneur ont souffert, ces choses sont en réalité secondaires. Le plus important, c’est de changer d’état d’esprit. De quoi s’agit-il ? Que les gens soient dans une situation dans laquelle ils font des erreurs ou dans laquelle ils n’en font pas, il y a généralement au fond d’eux de la rigidité et de la rébellion. En outre, il y a en eux une sorte de pensée humaine logique qui fait qu’ils se disent : « Tant que mes actions et mes intentions sont bonnes, Tu ne dois pas te confronter à moi, et je peux très bien ne pas me soumettre. » Ils ne disent pas si ce qu’ils ont fait est conforme à la vérité ni quelles en sont les conséquences. Ils pensent : « Tant que j’ai bon cœur et que je n’ai pas d’intentions malveillantes, Tu dois m’accepter. » C’est un raisonnement humain, n’est-ce pas ? C’est un raisonnement humain, et il n’y a pas de soumission. Tu considères ton propre raisonnement comme la vérité et tu traites la vérité comme superflue. Tu penses que seul ce qui s’accorde avec ton raisonnement est la vérité et que tout ce qui ne correspond pas à ton raisonnement n’est pas la vérité. Quiconque pense ainsi est tout ce qu’il y a de plus insensé, arrogant et suffisant. Quel genre de situations, des leçons de soumission peuvent-elles aider les gens à résoudre ? Pour parvenir à la soumission, ont-ils besoin d’un certain niveau de rationalité ? Indépendamment du fait que nous ayons bien ou mal fait les choses dans un certain domaine, dans la mesure où Dieu n’est pas satisfait, nous devons L’écouter et nous référer à Ses paroles. Ce serait rationnel, non ? Voilà le sens que les êtres humains devraient posséder : c’est la première chose dont ils devraient s’équiper. Nous ne devrions pas tenir compte de ce que nous avons pu subir, de ce qu’étaient nos buts et nos intentions, ni de ce qu’étaient alors nos raisons. Puisque Dieu n’est pas content et que nous n’avons pas satisfait à Ses exigences, et sachant que Dieu est la vérité, nous devons écouter Dieu sans essayer de raisonner ni d’argumenter avec Lui. Si tu possèdes cette rationalité, tu seras capable de te soumettre : autrement dit, quelles que soient les circonstances, tu ne te rebelles jamais contre Dieu et tu ne rejettes jamais Ses exigences vis-à-vis de toi, et si tu ne cherches pas à savoir si Ses exigences sont justes ou non, alors la situation humaine de dureté et de rébellion dans laquelle tu étais et ta propension à te justifier seront un problème résolu. Ces situations ne s’observent-elles pas chez tout le monde ? Ces situations s’observent souvent chez les gens, et ils se disent : « Tant que ma façon de faire est en accord avec une pensée logique, la Tienne ne doit pas être bonne et il est donc raisonnable et juste de ma part de ne pas T’obéir. » C’est une situation courante, mais si tu es équipé de ce genre de rationalité, tu pourras véritablement résoudre ce genre de situation au moins en partie.

Extrait de « Les cinq conditions permettant à l’homme d’entrer dans le droit chemin de la foi en Dieu », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Quand vient le moment du traitement et de l’émondage, la première réaction des gens n’est pas d’écouter, du point de vue d’un être créé, ce que dit Dieu, ni de se demander quelles sont Ses exigences, ni de savoir quels problèmes, états ou tempéraments humains Dieu révèle, ni de comprendre comment l’homme devrait accepter, envisager ces choses ou s’y soumettre. Les gens n’ont pas de telles considérations à l’esprit. Peu importe la façon dont Dieu parle aux gens ou dont Il les guide, si Son ton ou Sa façon de parler ne correspondent pas à leurs attentes, si leurs sentiments, leur amour-propre et leurs faiblesses humaines ne sont pas pris en compte, alors ces gens se mettent à avoir des notions, et ils refusent de traiter Dieu en tant que Dieu, ou de se traiter eux-mêmes comme des êtres créés. Le problème majeur dans ce contexte est que lorsque Dieu fournit périodes fastes et absence de difficultés, les gens sont disposés à agir comme des êtres créés, mais quand Dieu leur présente des épreuves afin de les discipliner et de les révéler, pour qu’ils en tirent des leçons, et qu’ils comprennent la vérité et connaissent Sa volonté, dans ces moments-là, les gens Lui tournent tout de suite le dos et ne veulent plus être des êtres créés. Quand une personne ne veut pas être un être créé, alors, avec ce genre de point de vue et d’opinion, sera-t-elle capable de se soumettre à Dieu ? Sera-t-elle capable d’accepter l’identité et l’essence de Dieu ? Certainement pas. Quand les moments de bonne humeur, de bon état et d’enthousiasme – ces moments où les gens veulent être les confidents de Dieu – cèdent la place à des moments où les gens veulent L’abandonner face au traitement et à l’émondage, aux environnements arrangés par Dieu, les changements sont spectaculaires. Quelle est exactement la vérité dans ce domaine ? Qu’est-ce que les gens devraient savoir ? Une personne, en tant qu’être créé, ne devrait-elle pas savoir quel genre d’attitude elle devrait adopter envers Dieu ? Quels sont les principes qui doivent être suivis ? En tant que personne – en tant qu’être humain corrompu – quel point de vue et quelle opinion devrait-on adopter à l’égard de tout ce que Dieu donne à l’homme et des environnements qu’Il arrange ? Comment les gens devraient-ils considérer leur traitement et leur émondage par Dieu ? Les gens ne devraient-ils pas réfléchir à de telles questions ? (Si.) Les gens devraient réfléchir à des choses comme celles-là. Peu importe le moment, et peu importe la façon dont une personne traite Dieu, l’identité de l’homme, en réalité, ne change pas ; les gens sont toujours des êtres créés. Si tu n’es pas réconcilié avec ton statut en tant qu’être créé, cela signifie que tu es rebelle et loin de changer ton tempérament, loin de craindre Dieu et de t’éloigner du mal. Si tu es réconcilié avec ta place en tant qu’être créé, alors quel genre d’attitude devrais-tu adopter envers Dieu ? Au grand minimum, tu dois être en possession d’une chose : la soumission inconditionnelle. Cela signifie savoir, à tout moment, que ce que Dieu fait n’est jamais erroné, et que si des erreurs surviennent, ce sont les gens qui se sont trompés. Indépendamment des environnements qui apparaissent – en particulier face à l’adversité et en particulier quand Dieu révèle ou expose les gens – la première chose que nous devrions faire est de venir devant Dieu pour réfléchir, en examinant nos propres paroles et actes et notre essence corrompue, au lieu d’examiner et de juger Dieu pour décider si ce qu’Il dit et fait est bien ou mal. Si tu restes dans une position appropriée, tu devrais savoir exactement ce que tu es censé faire. Les gens ont un tempérament corrompu et ne comprennent pas la vérité. Ce n’est pas un problème insurmontable. Mais quand les gens ont un tempérament corrompu, qu’ils ne comprennent pas la vérité, et qu’en plus ils ne cherchent pas la vérité, alors ils sont face à un vrai problème. Tu as un tempérament corrompu, tu ne comprends pas la vérité, et tu voudrais juger Dieu de façon arbitraire, en Le considérant ou en interagissant avec Lui selon ce que ton humeur ou tes émotions te dictent. Mais si tu ne cherches pas la vérité et que tu ne la pratiques pas, cela ne va pas être aussi simple. Non seulement tu ne seras pas capable de te soumettre à Dieu, mais tu pourrais te retrouver en conflit avec Lui, tu pourrais mal Le comprendre et te plaindre de Lui, Le juger, et même L’insulter et Le rejeter dans ton cœur, en disant qu’Il n’est pas juste, que tout ce qu’Il fait n’est pas nécessairement légitime. N’est-il pas dangereux que tu puisses encore engendrer de telles choses ? (Si.) C’est très dangereux. Ne pas chercher la vérité peut coûter la vie à quelqu’un, à tout moment et en tous lieux. Quelle que soit actuellement l’exubérance de tes émotions, de tes aspirations, de tes désirs ou de tes idéaux, et quelle que soit en ce moment l’étendue de ton amour pour Dieu dans ton cœur, tout cela est temporaire.

Extrait de « Ils méprisent la vérité, bafouent publiquement les principes et ignorent les arrangements de la maison de Dieu (Partie III) », dans Exposer les antéchrists

Tous les individus, quand ils arrivent pour la première fois à l’Église afin de prendre leurs fonctions, avant d’avoir été traités et émondés, se montrent très susceptibles et veulent avoir le dernier mot sur tout. Ils se disent : « Maintenant que je crois en Dieu, j’ai des droits et une liberté au sein de l’Église, donc je vais agir comme bon me semble. » Finalement, quand ils sont passés par un cycle de traitement et d’émondage, qu’ils ont été disciplinés, une fois que la vérité leur a été communiquée et qu’ils ont écouté des sermons, ils n’osent plus se comporter de la sorte. En fait, ils n’ont pas été complètement instruits ; ils n’en savent que peu sur le fonctionnement des choses et n’ont que des bribes de jugement. Quand les autres disent des choses qui sont justifiées, ils sont capables de reconnaître la justesse de leurs propos, et même s’ils ne comprennent pas bien ces choses, ils peuvent les accepter. Ne sont-ils pas alors bien plus avertis qu’ils ne l’étaient ? Qu’ils soient capables d’accepter ces choses démontre que leur comportement a subi des transformations. Comment ces changements se sont-ils produits ? Ils résultent de l’exhortation, des encouragements et aussi du réconfort offerts par les paroles de Dieu. Parfois, de tels individus ont besoin de discipline, ils ont besoin d’être traités et émondés, ils ont aussi besoin d’échanges sur les principes et qu’on leur dise qu’une tâche doit être faite d’une certaine façon et pas d’une autre. Ils se demandent : « La vérité doit être acceptée. Elle est là, bien en évidence. Qui oserait s’y opposer ? » Dans la maison de Dieu, Dieu est grand, la vérité est grande et la vérité règne ; ce fondement théorique en a réveillé certains et leur a permis de comprendre ce que veut dire avoir foi en Dieu. Prenez quelqu’un qui, au départ, était barbare et dissolu, sans aucune retenue, et ignorant quant aux règles, à la croyance en Dieu, à la maison de Dieu et aux principes concernant l’accomplissement de son devoir dans la maison de Dieu : quand un tel individu, qui ne sait rien, arrive à la maison de Dieu plein de bonnes intentions, débordant de grandes aspirations et d’espoirs, et qu’il y est encouragé et exhorté, abreuvé et nourri, traité et émondé par les paroles de Dieu, et qu’il est châtié, discipliné, mis à l’épreuve et épuré, encore et encore, alors peu à peu, des changements apparaissent dans l’humanité de cet individu. Quels sont ces changements ? Cet individu en vient à comprendre en partie les principes du comportement humain, il en vient à comprendre que, dans le passé, il était plutôt éloigné d’une forme humaine ; il était barbare, arrogant et prétentieux ; il parlait et agissait sans principes, et ne savait pas chercher la vérité ; il pensait qu’avoir foi en Dieu revenait simplement à faire tout ce que Dieu demande et à aller partout où Il le dit, avec une vigueur barbare ; en outre, un tel individu croyait que c’était là faire preuve de loyauté et d’amour envers Dieu. Désormais, cet individu refuse toutes ces choses et sait qu’elles constituent des comportements sataniques, et que ceux qui croient en Dieu devraient tenir compte de Ses paroles et honorer la grandeur de la vérité, en se soumettant à Sa souveraineté sur toutes choses. Pour résumer, en théorie comme au plus profond de leur cœur, toutes les personnes ont compris, reconnu et accepté que ces paroles sont exactes — qu’elles sont la vérité, la réalité des choses positives – quelle que soit la profondeur de l’enracinement de ces paroles dans leur cœur et quelle que soit l’importance du rôle que ces paroles ont joué. Ensuite, après avoir subi un certain degré de châtiment et de discipline intangibles, une part de foi véritable émerge dans leur conscience. Ils passent de vagues fantasmes initiaux sur Dieu à un nouveau sentiment : celui qu’un Dieu existe et qu’il semble assez réel. Une fois que les gens ont ressenti ces sentiments au sujet de leur foi en Dieu, alors leurs opinions et leurs points de vue, leur manière de voir les choses et leurs critère moraux ainsi que leurs modes de pensée commenceront peu à peu à changer.

Extrait de « La foi en Dieu n’est possible que si l’on se débarrasse de ses notions pour suivre le bon chemin (3) », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Peux-tu simplement commencer à pratiquer immédiatement après que tu as acquis une certaine compréhension de la question ? Tu ne peux pas commencer à pratiquer immédiatement. Pendant que tu as la compréhension, d’autres t’émondent et te traitent, et puis ton environnement te contraint et te force à agir conformément au principe-vérité. Parfois, les gens ne veulent pas subir cela et disent : « Pourquoi ne puis-je pas le faire comme ceci ? Suis-je obligé de le faire comme cela ? » D’autres disent : « Si tu crois en Dieu, alors tu devrais le faire comme ceci. Le faire comme ceci est conforme à la vérité. » Quand les gens auront atteint un certain point où ils auront fait l’expérience de quelques épreuves et fini par comprendre la volonté de Dieu et quelques vérités, alors ils seront en quelque sorte heureux et prêts à agir conformément au principe-vérité. Au départ, les gens sont réticents à pratiquer la vérité. Prends comme exemple le fait d’accomplir ses devoirs avec dévotion : tu as une certaine compréhension du fait d’accomplir tes devoirs et d’être dévoué à Dieu, et tu comprends aussi les vérités liées à cela, mais quand seras-tu capable de te dévouer complètement à Dieu ? Quand seras-tu complètement honnête dans l’accomplissement de tes devoirs ? Cela requerra un processus. Au cours de ce processus, il se peut que tu endures de nombreuses épreuves. Peut-être que certaines gens te traiteront et que d’autres te critiqueront. Les yeux de tous seront fixés sur toi et c’est alors seulement que tu commenceras à comprendre que tu n’as pas raison et que tu es en fait celui qui n’a pas bien réussi, qu’accomplir ton devoir tout en manquant de dévotion est inacceptable et que tu ne dois pas être étourdi ou négligent. Le Saint-Esprit t’éclairera de l’intérieur et te le reprochera quand tu feras une erreur. Au cours de ce processus, tu comprendras des choses au sujet de toi-même et sauras que tu es trop impur, que tu entretiens trop de motivations personnelles et que tu as de trop nombreux désirs immodérés quand tu accomplis tes devoirs. Une fois que tu as compris l’essence de ces choses, tu peux te présenter devant Dieu dans la prière et de te repentir vraiment ; de cette façon, tu peux être purifié de ces choses impures. Si, de cette manière, tu cherches fréquemment la vérité pour résoudre tes propres problèmes pratiques, tu emprunteras graduellement le bon sentier de la foi. Plus le tempérament corrompu d’un homme est purifié, plus son tempérament de vie se transformera.

Extrait de « Ce que vous devriez savoir sur la transformation de votre tempérament », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Certaines personnes deviennent passives après avoir été émondées et traitées. Elles manque totalement d’énergie pour accomplir leurs devoirs et finissent même par manquer de loyauté. Pourquoi ? L’une des raisons est qu’elles n’ont pas conscience de l’essence de leurs actions, ce qui les conduit à ne pas être aptes à se soumettre à un émondage et à un traitement. Cela est déterminé par leur nature qui est arrogante et vaniteuse, et qui n’aime pas la vérité. L’autre raison est qu’elles ne comprennent pas la signification de ces actes. Les gens croient tous que quand ils sont émondés et traités, cela signifie que leur sort a été fixé. En conséquence, ils pensent à tort que s’ils ont quelque loyauté envers Dieu, ils ne devraient pas être émondés et traités, et que si cela arrive, ce n’est pas révélateur de l’amour et de la justice de Dieu. De telles incompréhensions poussent de nombreuses personnes à ne pas oser montrer leur « loyauté » envers Dieu. En définitive, la véritable explication à ce comportement est leur malhonnêteté exacerbée. Elles ne veulent pas subir d’épreuves. Tout ce qu’elles souhaitent, c’est obtenir des bénédictions facilement. Elles n’ont pas conscience de la justice de Dieu. Ce n’est pas qu’Il n’a rien fait ou ne fait rien de juste, c’est simplement que les gens ne croient jamais que ce qu’Il fait est juste. Aux yeux des hommes, si l’œuvre de Dieu ne se conforme pas à leurs désirs ou ne correspond pas à leurs attentes, alors Il ne peut pas être juste. Pourtant, ces gens n’ont jamais conscience que leurs actions sont inappropriées et qu’elles ne se conforment pas à la vérité, tout comme ils ne se rendent pas compte que leurs actions résistent à Dieu. Si Dieu ne traitait et n’émondait jamais les gens pour leurs transgressions, ne leur reprochait jamais leurs erreurs mais se montrait au contraire calme et doux avec eux, sans jamais les offenser ni révéler leurs cicatrices, s’Il leur permettait de dîner avec Lui, de profiter de leur temps avec Lui, alors les gens ne se plaindraient jamais de Dieu et ne Le jugeraient pas injuste. À l’inverse, ils affirmeraient de façon hypocrite qu’Il est extrêmement juste. De telles personnes connaissent-elles Dieu ? Leurs pensées peuvent-elles être à l’unisson avec les Siennes ? Comment pourrait-Il ne pas s’inquiéter pour de tels individus ? Les gens ignorent que lorsque Dieu juge, émonde et traite les hommes, Il le fait dans une tentative de purifier et de transformer leurs tempéraments de vie de façon à ce qu’ils parviennent à se soumettre à Lui et à L’aimer. Ils ne croient tout bonnement pas que Dieu soit juste. Dès qu’Il se montre un peu réprobateur ou traite un peu les gens, ceux-ci deviennent négatifs et faibles, et commencent à se plaindre de Lui. Ils refusent de croire que Dieu observe la façon dont les hommes s’expriment après s’être transformés. Ils n’ont aucune envie de changer. Si vous continuez ainsi, vous serez trompés par vos notions et serez incapables d’être purifiés et rendus parfaits.

Extrait de « Les implications de la détermination par Dieu du sort des hommes selon leur performance », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Certains croient qu’après avoir fait l’expérience du jugement et du châtiment de Dieu et avoir été traités et émondés par Lui, ou bien une fois que leur vrai visage a été révélé, cela signifie que leur fin est fixée définitivement. La plupart des gens ne peuvent pas voir au-delà de cela ; ils restent bloqués là-dessus et ne savent pas comment avancer. D’ordinaire, quand ils n’ont pas encore été traités et émondés et n’ont subi aucun revers, ils ont l’impression de devoir poursuivre la vérité et satisfaire à la volonté de Dieu dans leur foi. Cependant, dès qu’ils connaissent un petit malheur ou que des difficultés apparaissent, leur nature traitresse émerge. C’est écœurant à voir. Après coup, eux aussi trouvent cela écœurant et finissent par délimiter leur propre fin en disant : « C’en est fait de moi ! Si je suis capable de faire de telles choses, cela ne veut-il pas dire que je suis fichu ? Dieu ne me sauvera jamais. » Beaucoup sont dans cet état d’esprit. On pourrait même dire que tout le monde est comme ça. Pourquoi les gens se délimitent-ils de la sorte ? Cela prouve qu’ils ne comprennent toujours pas l’intention de Dieu qui est de sauver l’humanité. Être traité une seule fois te conduit à faire une longue interruption dans ta poursuite de la vérité ; faire une seule petite erreur te fait cesser de remplir ton devoir ; même une histoire insignifiante peut te conduire à rester bloqué. On dirait que les gens ne sont enthousiastes que lorsqu’ils se sentent parfaits et sans défauts, pourtant, quand ils s’aperçoivent qu’ils sont excessivement corrompus, ils n’ont pas le cœur de continuer à poursuivre la vérité. Beaucoup de gens ont prononcé des paroles de frustration et de pessimisme telles que : « C’en est décidément fini de moi. Il n’y a aucun moyen que je sois sauvé. Même si Dieu me pardonne, je ne peux pas me pardonner. Je ne pourrai jamais changer. » Les gens ne comprennent pas la volonté de Dieu, ce qui montre qu’ils ne connaissent toujours pas Son œuvre. En fait, au cours de leur entrée normale, il arrive bel et bien que les humains manifestent des tempéraments corrompus, leurs actes sont impurs, ils n’endossent aucune responsabilité, ils n’ont aucune loyauté et ils sont distraits et négligents, et tout cela est très naturel ; cela fait partie d’un schéma inévitable. Si ces choses-là ne se manifestaient pas, comment pourraient-ils être qualifiés d’humains corrompus ? Or, si l’humanité n’était pas corrompue, l’œuvre du salut réalisée par Dieu n’aurait aucun sens. Actuellement, le fait est qu’il manque aux gens la vérité ; ils ne se connaissent pas véritablement eux-mêmes et leurs états ne sont pas clairs pour eux, donc ils ont besoin d’être exposés et placés sous le feu des projecteurs. L’éclairage ne viendra que lorsque les gens seront exposés, car ils sont tous engourdis et sots et, à moins que ce genre de travail ne soit fait, ils ne changeront pas.

Extrait de « Il faut comprendre qu’il existe des ressemblances et des différences entre les natures des gens », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Échouer et tomber de nombreuses fois n’est pas une mauvaise chose, être exposé non plus. Que tu aies été traité, émondé ou exposé, tu dois te souvenir de ceci à tout moment : être exposé ne signifie pas que tu es condamné. Être exposé est une bonne chose ; c’est ta meilleure chance de te connaître toi-même. Ton expérience de vie peut en acquérir un changement de vitesse. Autrement, tu n’auras ni l’occasion, ni la condition, ni le contexte pour comprendre la vérité de ta corruption. Si tu parviens à connaître tout ce qu’il y a en toi, tous les aspects de ce qui est difficile à reconnaître et à dénicher au plus profond de toi, c’est une bonne chose. Devenir capable de vraiment te connaître toi-même est ta meilleure chance de corriger ton attitude et de devenir une nouvelle personne ; c’est la meilleure occasion pour toi d’obtenir une nouvelle vie. Une fois que tu te connaîtras vraiment, tu pourras voir que c’est une chose précieuse que la vérité devienne ta vie, et tu auras soif de la vérité et entreras dans la réalité. C’est si extraordinaire ! Si tu peux saisir cette occasion, réfléchir sérieusement sur toi-même et acquérir une véritable connaissance de toi-même chaque fois que tu échoues ou tombes, alors, au milieu de la négativité et de la faiblesse, tu pourras te relever. Une fois ce seuil franchi, tu pourras faire un grand pas en avant et entrer dans la réalité-vérité.

Extrait de « Pour obtenir la vérité, tu dois apprendre des gens, des situations et des choses autour de toi », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Précédent: 28. Principes d’acceptation du jugement et du châtiment des paroles de Dieu

Suivant: 30. Principes d’expérience des épreuves et de l’épurement

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

101 Si Dieu ne m’avait sauvé

ⅠSi Dieu ne m’avait sauvé,je serais encore errant dans le monde,luttant et souffrant dans le péché,vivant sans aucun espoir.Si Dieu ne...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp