56. Principes de résolution des notions et fantasmes

(1) Il est nécessaire d’établir que seul Dieu est la vérité, que la vérité émane de Ses paroles et que peu importe la qualité des notions et fantasmes humains, ils ne sont rien d’autre qu’une doctrine creuse ;

(2) Les notions et fantasmes humains ne sont pas du tout en accord avec les paroles de Dieu et sont incompatibles avec l’essence de la vérité. Celui qui en fait sa philosophie de vie ne peut être sauvé ;

(3) La vérité est l’unique ennemi juré des notions. Vous devez lire davantage de paroles de Dieu et chercher la vérité ; il n’y a qu’ainsi que vous pouvez être complètement débarrassé des notions et fantasmes humains ;

(4) Il est nécessaire de pratiquer et de vivre les paroles de Dieu et de parvenir à une compréhension de la vérité et à une véritable connaissance de Dieu. C’est seulement ainsi que vous pouvez vous débarrasser complètement des concepts et fantasmes humains.

Paroles de Dieu concernées :

Dieu Lui-même est la vie et la vérité, et Sa vie et la vérité coexistent. Ceux qui sont incapables d’obtenir la vérité ne gagneront jamais la vie. Sans la direction, le soutien et l’approvisionnement de la vérité, tu n’auras que la lettre, les doctrines et, surtout, la mort. La vie de Dieu est toujours présente et Sa vérité et Sa vie coexistent. Si tu ne peux pas trouver la source de la vérité, alors tu n’acquerras pas la nourriture de la vie ; si tu ne peux pas obtenir l’approvisionnement de la vie, alors tu n’auras sûrement pas la vérité, et donc en dehors des imaginations et des notions, tout ton corps ne sera rien d’autre que ta chair, ta chair rongée de puanteur. Sache que les écrits des livres ne comptent pas comme étant la vie, les archives de l’histoire ne peuvent pas être honorées comme la vérité et les règlements du passé ne peuvent pas servir de récits des paroles actuellement prononcées par Dieu. Seul ce qui est exprimé par Dieu quand Il vient sur terre et vit parmi les hommes est la vérité, la vie, la volonté de Dieu et Sa manière actuelle d’œuvrer.

Extrait de « Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair

Les idées toutes faites doivent être dissipées grâce à la vérité ; il ne suffit pas de vouloir s’en défaire par une solution humaine. Et cela n’est pas si facile. Les gens ne s’engagent pas pour défendre ce qui est juste, mais ils sont susceptibles de s’accrocher à leurs notions ou à des hérésies et des absurdités, auxquelles ils ont du mal à renoncer. Quelle en est la raison ? C’est parce qu’ils ont le tempérament corrompu de Satan. Quand on a des notions, qu’elles soient étendues ou pas, graves ou non, elles sont faciles à dissiper tant que l’on n’a pas de tempérament corrompu. En fin de compte, les notions toutes faites sont juste un mode de pensée. Mais à cause des tempéraments corrompus que possèdent les gens, tels que la dureté, la méchanceté et l’arrogance, les notions deviennent un fusible qui les pousse à résister à Dieu, à L’interpréter de travers, voire à Le juger. Ils ne le disent peut-être pas, mais leur comportement montre qu’ils résistent et qu’ils n’acceptent pas le point de vue de Dieu. Dominés par leur tempérament corrompu, ils s’accrochent à leurs notions, à cause de leur tempérament. Quand les notions sont dissipées, il en va de même pour les tempéraments corrompus. Si les tempéraments corrompus sont dissipés, de nombreuses pensées immatures et puériles (même celles qui ont déjà pris forme) ne sont plus un problème ; ce ne sont que des pensées, sans incidence sur l’accomplissement de ton devoir ni sur ton obéissance à Dieu. Il existe un lien entre les notions et les tempéraments corrompus. Parfois, tu as une notion au fond de toi, mais si elle est sans effet sur tes intérêts immédiat, tu l’ignores. Or, l’ignorer ne signifie pas qu’il n’y a pas de tempérament corrompu derrière ta notion et que quand quelque chose vient s’opposer à tes notions, tu t’y accroches avec une certaine attitude, dominée par ton tempérament. Ce pourrait être la dureté, ce pourrait être l’arrogance, et ce pourrait être la méchanceté. Tu tires sur Dieu à boulets rouges en disant : « Mon point de vue a été entériné plusieurs fois par les scientifiques. Cela fait des milliers d’années que l’on pense comme cela, alors pourquoi pas moi ? Si Tu n’es pas dans le vrai, comment peux-Tu continuer à dire que c’est la vérité et qu’elle surpasse toutes les autres ? Ma perspective est la plus élevée de toute l’humanité ! » Une seule notion t’amène à te conduire ainsi, avec arrogance et insolence. Quelle en est donc la cause ? Ce sont les tempéraments corrompus. Il y a en effet un lien étroit entre les tempéraments corrompus et les notions, qui doivent être dissipées. Une fois que les notions des gens sur la foi en Dieu ont été révisées, il leur est alors facile de se soumettre aux arrangements de travail prévus par la maison de Dieu et d’accomplir leur devoir sans récriminer, sans faire fausse route, sans se mêler de rien, sans interrompre et sans rien faire qui déshonore Dieu.

Extrait de « La foi en Dieu n’est possible que si l’on se débarrasse de ses notions pour suivre le bon chemin (1) », dans Récits des entretiens de Christ

Cela fait des années que vous croyez en Dieu et vous avez beau comprendre certaines vérités, chacun de vous nourrit ses propres interprétations, croyances et fantasmagories. Et toutes vont à l’encontre des intentions de Dieu et de la vérité et les contredisent. Ce sont des notions humaines. Tout ce qui va à l’encontre de la vérité relève des idées et des fantaisies humaines. Alors, d’où viennent ces idées humaines ? Elles s’expliquent de plusieurs façons. En partie, elles viennent de la façon dont la connaissance est diffusée et inculquée ; l’influence insidieuse de la tradition joue également un rôle, ainsi que le poids des tendances sociales et de certains enseignements familiaux. D’une façon générale, l’homme a été endoctriné par la société pervertie de Satan ; c’est essentiellement pour cela qu’il se fait des idées.

Extrait de « La foi en Dieu n’est possible que si l’on se débarrasse de ses notions pour suivre le bon chemin (1) », dans Récits des entretiens de Christ

Parce que l’œuvre de Dieu est en perpétuelle progression, il y a une œuvre qui devient vieille et dépassée à mesure qu’une nouvelle une œuvre apparaît. Ces différents types d’œuvres, l’ancienne et la nouvelle, ne sont pas contradictoires, mais complémentaires ; chaque étape fait suite à la précédente. Parce qu’il y a une œuvre qui est nouvelle, les vieilles choses doivent, bien sûr, être éliminées. Par exemple, certaines des pratiques établies de longue date et des paroles habituelles de l’homme, ainsi que les nombreuses années d’expérience et d’enseignements de l’homme, ont modelé toutes sortes de notions dans l’esprit de l’homme. Que Dieu n’ait pas encore révélé pleinement à l’homme Son vrai visage et Son tempérament inhérent, et que des théories traditionnelles des temps anciens aient été propagées pendant de nombreuses années facilitent encore la formation de ces notions par l’homme. Il est probable que, dans la foi de l’homme en Dieu, l’influence de diverses notions a conduit à la formation et à l’évolution continues de toutes sortes d’interprétations théoriques de Dieu chez les gens, si bien que beaucoup de religieux qui servent Dieu sont devenus Ses ennemis. Ainsi, plus les notions religieuses des gens sont fortes, plus ces gens s’opposent à Dieu et plus ils sont les ennemis de Dieu. L’œuvre de Dieu est toujours nouvelle, jamais ancienne, et elle ne forme jamais de doctrine. Au contraire, Son œuvre change et est continuellemi paraissent inconstants, mais qui sont en fait cycliques. En revanche, la façon dont l’homme a foi en Dieu est très différente. Il s’attache aux doctrines et aux systèmes anciens et familiers et, plus ils sont anciens, plus ils lui sont acceptables. Comment l’esprit stupide de l’homme,ent renouvelée, parfois beaucoup, parfois peu. Le fait d’œuvrer ainsi est une expression du tempérament inhérent de Dieu Lui-même. C’est également le principe inhérent de l’œuvre de Dieu et l’un des moyens par lesquels Il accomplit Sa gestion. Si Dieu n’œuvrait pas de cette façon, l’homme ne changerait pas ou ne pourrait pas Le connaître et Satan ne serait pas vaincu. Ainsi, dans Son œuvre, se produisent toujours des changements qu’un esprit aussi dur que la pierre, pourrait-il accepter tant de nouvelles œuvres et paroles insondables de Dieu ? L’homme abhorre le Dieu qui est toujours nouveau et jamais ancien ; il n’aime que le vieux Dieu aux cheveux blancs qui reste figé dans son temps. Ainsi, parce que Dieu et l’homme ont chacun leurs préférences, l’homme est devenu l’ennemi de Dieu. Beaucoup de ces contradictions subsistent encore, même aujourd’hui en un temps où Dieu travaille à une nouvelle œuvre depuis près de six mille ans. Elles sont donc irrémédiables. Peut-être est-ce à cause de l’entêtement de l’homme ou parce qu’il lui est impossible de violer les décrets administratifs de Dieu, mais toujours est-il que ces membres du clergé et ces femmes s’accrochent encore à de vieux livres et à des papiers moisis, tandis que Dieu poursuit Son œuvre de gestion inachevée comme s’Il n’avait personne à Ses côtés. Bien que ces contradictions fassent de Dieu et de l’homme des ennemis et qu’elles soient même insolubles, Dieu ne leur prête aucune attention, comme si elles étaient à la fois présentes et absentes. L’homme, cependant, en reste à ses croyances et conceptions et ne les abandonne jamais. Une chose est pourtant évidente : même si l’homme ne dévie pas de sa position, les pieds de Dieu sont toujours en mouvement et Il est toujours en train de changer de position en fonction de l’environnement. À la fin, l’homme sera vaincu sans coup férir. Dieu, pendant ce temps, est le plus grand ennemi de tous Ses adversaires vaincus et Il est également le champion de tous les humains, vaincus et invaincus. Qui peut entrer en compétition avec Dieu et en sortir victorieux ? Les notions de l’homme semblent venir de Dieu parce que plusieurs d’entre elles ont été formées dans le sillage de Son œuvre. Cependant, Dieu ne pardonne pas à l’homme pour autant ni, d’ailleurs, ne verse d’éloges sur l’homme qui invente encore et encore des produits « pour Dieu », dans le sillage de Son œuvre mais en dehors de Son œuvre. Au contraire, Il est profondément écœuré par les notions de l’homme et ses vieilles croyances pieuses. Il n’a même aucune intention de reconnaître la date d’émergence de ces notions. Il n’accepte pas du tout que ces conceptions soient causées par Son œuvre, car les notions de l’homme sont propagées par l’homme ; leur source se trouve dans les pensées et l’esprit de l’homme ; non en Dieu, mais en Satan. L’intention de Dieu a toujours été que Son œuvre soit nouvelle et vivante, pas vieille et morte, et ce à quoi Il veut que l’homme adhère fermement varie avec l’ère et la période et n’est ni éternel ni immuable. La raison en est qu’Il est un Dieu qui fait vivre l’homme et le renouvelle, et non un diable qui fait vieillir et mourir l’homme. Ne comprenez-vous toujours pas cela ? Tu as des notions au sujet de Dieu et tu es incapable de les abandonner parce que tu as l’esprit fermé. Ce n’est pas qu’il y ait trop peu de sens à l’œuvre de Dieu ou que l’œuvre de Dieu ne soit pas en accord avec les souhaits humains, non plus que Dieu soit toujours négligent dans Ses fonctions. Si tu ne peux pas abandonner tes notions, c’est parce que tu es trop peu obéissant et que tu ne ressembles en rien à un être créé, et non parce que Dieu te rend les choses difficiles. Tu es la cause de tout cela, et cela n’a aucun rapport avec Dieu ; toutes les souffrances et le malheur sont créés par l’homme. Les pensées de Dieu sont toujours bonnes : Il ne veut pas être la cause de tes notions, mais Il veut que tu changes et sois renouvelé à travers les âges. Pourtant, tu ne sais pas ce qui est bon pour toi, et tu es toujours en train d’examiner minutieusement ou d’analyser. Dieu ne te rend pas les choses difficiles, mais tu n’as aucune révérence pour Lui et ta désobéissance est trop grande. Un tout petit être créé ose prendre une partie insignifiante de ce qui a déjà été donné par Dieu, puis se tourne contre Lui et L’attaque avec cette arme. N’est-ce pas là la désobéissance de l’homme ? Il est juste de dire que les humains ne sont pas du tout qualifiés pour exprimer leurs points de vue devant Dieu, et encore moins pour exhiber à leur guise leur langage fleuri sans valeur, puant et putride, sans mentionner ces notions moisies. Ne perdent-ils pas d’autant plus de leur valeur ?

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent l’œuvre de Dieu aujourd’hui peuvent servir Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Sachez que vous vous opposez à l’œuvre de Dieu ou utilisez vos propres notions pour évaluer l’œuvre d’aujourd’hui, parce que vous ne connaissez pas les principes de l’œuvre de Dieu et parce que vous ne prenez pas l’œuvre du Saint-Esprit suffisamment au sérieux. Votre opposition à Dieu et votre obstruction à l’œuvre du Saint-Esprit sont causées par vos notions et votre arrogance inhérente. L’œuvre de Dieu n’est pas erronée, mais vous êtes naturellement trop désobéissants. Après avoir découvert leur foi en Dieu, certaines gens ne peuvent même pas dire avec certitude d’où vient l’homme, et pourtant ils osent faire des discours publics évaluant les droits et les torts de l’œuvre du Saint-Esprit. Ils sermonnent même les apôtres qui ont la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, les critiquant et les interrompant ; leur humanité est trop vile et ils n’ont aucun sens. Le jour ne viendra-t-il pas où de telles gens seront rejetés par l’œuvre du Saint-Esprit et brûleront dans les feux de l’enfer ? Ils ne connaissent pas l’œuvre de Dieu, mais critiquent plutôt Son œuvre et essaient aussi d’enseigner à Dieu comment œuvrer. Comment de telles gens déraisonnables peuvent-ils connaître Dieu ? L’homme apprend à connaître Dieu durant le processus de la recherche et de l’expérience ; ce n’est pas en Le critiquant à volonté que l’homme en arrivera à connaître Dieu par l’éclairage du Saint-Esprit. Plus les gens connaissent Dieu, moins ils s’opposent à Lui. Par contre, moins les gens connaissent Dieu, plus ils sont susceptibles de s’opposer à Lui. Tes notions, ta vieille nature, ton humanité, ton caractère et tes perspectives morales sont le « capital » par lequel tu résistes à Dieu, et plus tu deviens corrompu, dégénéré et vil, plus tu es l’ennemi de Dieu. Ceux qui ont des notions bien ancrées et ont un tempérament suffisant sont encore plus hostiles au Dieu incarné, et ces gens sont les antéchrists. Si tes notions ne sont pas rectifiées, alors elles seront toujours contre Dieu ; tu ne seras jamais compatible avec Dieu et tu seras toujours séparé de Lui.

Ce n’est qu’en mettant de côté tes vieilles notions que tu peux acquérir de nouvelles connaissances, mais les vieilles connaissances n’équivalent pas nécessairement à de vieilles notions. Les « notions » font référence à des choses imaginées par l’homme qui sont en contradiction avec la réalité. Si la vieille connaissance était déjà dépassée dans l’ère ancienne et qu’elle empêchait l’homme d’entrer dans la nouvelle œuvre, alors une telle connaissance est aussi une notion. Si l’homme peut adopter la bonne approche par rapport à ces connaissances et peut apprendre à connaître Dieu à partir de plusieurs aspects différents, combinant l’ancien et le nouveau, l’ancienne connaissance devient une aide pour l’homme, la base sur laquelle l’homme se fonde pour entrer dans la nouvelle ère. […] L’homme pense que ses notions sont bonnes, sans erreur et qu’elles viennent de Dieu. Aujourd’hui, lorsque l’homme est témoin de l’œuvre de Dieu, il laisse libre cours à des notions qui se sont accumulées pendant de nombreuses années. Les imaginations et les idées du passé sont devenues un obstacle à l’œuvre de cette étape et il est devenu difficile pour l’homme d’abandonner de telles notions et de réfuter de telles idées. Les notions de beaucoup de gens au sujet de cette œuvre accomplie pas à pas, ces gens qui ont suivi Dieu jusqu’à aujourd’hui, sont devenues de plus en plus graves et l’hostilité de ces gens à l’égard de Dieu incarné est devenue tenace. Les notions et les imaginations de l’homme sont la source de cette hostilité. Les notions et les imaginations de l’homme sont devenues les ennemies de l’œuvre d’aujourd’hui, une œuvre qui est en contradiction avec les conceptions de l’homme. C’est arrivé précisément parce que les faits ne permettent pas à l’homme de donner libre cours à son imagination et, en plus, ne peuvent pas être facilement réfutés par l’homme, et les notions et les imaginations de l’homme ne tolèrent pas l’existence de faits et, en outre, parce que l’homme ne réfléchit pas à l’exactitude et à la véracité des faits, mais résolument et simplement donne libre cours à ses notions et utilise sa propre imagination. La faute ne peut être imputée qu’aux notions de l’homme et non à l’œuvre de Dieu. L’homme peut imaginer tout ce qu’il veut, mais il ne peut pas contester librement quelconque étape de l’œuvre de Dieu ou l’une de ses composantes ; le fait de l’œuvre de Dieu est inviolable par l’homme.

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand Dieu se fait chair et vient œuvrer chez les hommes, tous Le voient et entendent Ses paroles, et tous voient les actes que Dieu accomplit depuis Son corps de chair. À ce moment-là, toutes les notions de l’homme deviennent de l’écume. Quant à ceux qui ont vu Dieu qui est apparu dans la chair, ils ne seront pas condamnés s’ils Lui obéissent volontiers, alors que ceux qui s’opposent délibérément à Lui seront considérés comme des adversaires de Dieu. De telles gens sont des antéchrists, des ennemis qui s’opposent volontairement à Dieu. Ceux qui entretiennent des notions sur Dieu, mais qui sont quand même prêts à Lui obéir volontiers, ne seront pas condamnés. Dieu condamne l’homme sur la base de ses intentions et de ses actions, jamais sur la base de ses pensées et de ses idées. S’Il condamnait l’homme sur la base de ses pensées et de ses idées, alors pas un seul ne pourrait échapper au courroux de Dieu. Ceux qui s’opposent volontairement au Dieu incarné seront punis pour leur désobéissance. En ce qui concerne ces gens qui s’opposent volontiers à Dieu, leur opposition vient des notions qu’ils entretiennent sur Dieu, ce qui les conduit en conséquence à des actions qui perturbent l’œuvre de Dieu. Ces hommes résistent délibérément et détruisent l’œuvre de Dieu. Ils n’ont pas simplement des notions sur Dieu, mais ils s’adonnent aussi à des activités qui perturbent Son œuvre, et pour cette raison des gens de ce genre seront condamnés. Ceux qui ne perturbent pas l’œuvre de Dieu volontairement ne seront pas condamnés comme pécheurs, car ils sont capables d’obéir volontairement et de ne pas s’adonner à des activités qui causent des perturbations et du désordre. De tels hommes ne seront pas condamnés. Cependant, quand les gens ont de nombreuses années d’expérience de l’œuvre de Dieu, s’ils continuent à entretenir des notions sur Dieu et restent incapables de connaître l’œuvre du Dieu incarné, et malgré leurs nombreuses années d’expérience de Son œuvre, s’ils continuent à avoir de nombreuses notions sur Dieu et sont toujours incapables de Le connaître, alors, même s’ils ne s’adonnent pas à des activités qui perturbent, leur cœur est quand même rempli de nombreuses notions sur Dieu, et même si ces notions ne paraissent pas, de telles gens ne sont absolument d’aucune utilité à l’œuvre de Dieu. Ils sont incapables de répandre l’Évangile pour Dieu ou de témoigner pour Lui. De telles gens sont des bons à rien et des imbéciles. Parce qu’ils ne connaissent pas Dieu et sont en outre incapables de se défaire de leurs notions à Son sujet, ils sont donc condamnés. On peut le dire ainsi : il est normal que des novices dans la foi entretiennent des notions sur Dieu ou ne connaissent rien de Lui, mais il ne serait pas normal que ceux qui ont cru en Dieu pendant de nombreuses années et expérimenté une grande partie de Son œuvre continuent à avoir de telles notions, et encore moins normal que de telles gens n’aient aucune connaissance de Dieu. C’est à cause d’un tel état anormal qu’ils sont condamnés. Tous ces gens anormaux sont des ordures ; ce sont ceux qui s’opposent le plus à Dieu et qui ont bénéficié de la grâce de Dieu en vain. Tous les gens de ce genre seront éliminés à la fin !

Extrait de « Tous les gens qui ne connaissent pas Dieu sont des gens qui s’opposent à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Je te dis ces paroles aujourd’hui afin que tu le saches, afin que cette connaissance te conduise à une connaissance plus nouvelle et exacte. Je dis ces paroles aussi pour arracher ces vieilles notions et cette vieille manière de connaître qui sont en toi afin que tu puisses posséder une nouvelle connaissance. Si tu manges vraiment et bois vraiment Mes paroles, alors ta connaissance changera considérablement. Tant que tu gardes un cœur obéissant quand tu manges et bois les paroles de Dieu, ton point de vue se convertira. Tant que tu peux accepter les châtiments répétés, ta vieille mentalité changera progressivement. Tant que ta vieille mentalité est complètement remplacée par ce qui est nouveau, ta pratique sera également modifiée en conséquence. De cette façon, ton service se rapprochera de plus en plus de la cible et accomplira la volonté de Dieu de mieux en mieux. Si tu peux changer ta vie, ta connaissance de la vie humaine et tes nombreuses notions de Dieu, ton être naturel diminuera graduellement. Cela, et rien de moins, est l’effet produit lorsque Dieu conquiert des gens ; c’est le changement qui s’opère chez les gens.

Extrait de « La vérité intérieure de l’œuvre de la conquête (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Si elles sont probablement sans effet sur l’alimentation ou le sommeil et inaptes à modifier la vie courante, les notions humaines sont présentes dans les esprits et les pensées, elles collent à la peau comme une ombre et suivent les gens en permanence. Il faut sans cesse s’en défaire, sinon elles prennent constamment le contrôle du comportement et de la pensée et se font maîtres du jugement, de la connaissance de Dieu et de la relation avec Lui. Quand on se fait des idées sur Dieu, c’est comme si un mur se dressait entre soi et Lui, un mur qui empêche de voir Son vrai visage, Son véritable tempérament, Sa véritable essence. Car les gens vivent au milieu des idées qu’ils se font, au milieu de ses fantasmagories, dont ils se servent pour déterminer si Dieu a raison ou tort et pour examiner, condamner et juger tout ce qu’Il fait. Lorsqu’ils agissent de la sorte, ils sont plongés dans un certain état. De quel état s’agit-il ? Peuvent-ils vraiment se soumettre à Dieu quand ils vivent parmi leurs propres idées ? Peuvent-ils avoir véritablement foi en Lui ? Même quand ils se soumettent un petit peu, c’est en fonction des idées qu’ils se font, de ce qu’ils s’imaginent. Or, dès lors qu’elle est basée sur des idées et fantasmagories, cette soumission est entachée de choses personnelles, qui sont de Satan et du monde et qui ne sont pas conformes à la vérité. Les idées que se font les gens sur Dieu sont un grave problème : c’est un gros obstacle entre l’homme et Dieu, auquel il faut remédier de toute urgence. Quiconque se présente devant Dieu apporte avec lui des notions et toutes sortes de doutes vis-à-vis de Dieu. On peut également dire qu’il apporte une foule de méprises sur Dieu, concernant tout ce qu’Il lui donne à vivre, aux dispositions qu’Il prend et aux mesures qu’Il met en œuvre. Au bout du compte, à quoi ressemble sa relation avec Dieu ? Les gens ne cessent de se méprendre à Son propos, de nourrir des doutes sur Lui, et ils s’appuient en permanence sur leurs critères personnels pour décider s’Il a tort ou raison, pour examiner chacune de Ses paroles et de Ses œuvres. Qu’est-ce que ce comportement ? Les gens se rebellent contre Dieu, s’opposent à Lui, Le condamnent, Le blasphèment, Le jugent, rivalisent avec Lui et, dans les cas les plus graves, Le convoquent en « duel ». Au pire, leurs idées les rendent incapables d’accepter le vrai Dieu Lui-même, d’accepter la vérité et d’obéir, de sorte qu’ils en viennent à nier Son existence et à abandonner le Dieu qu’ils suivent. C’est un problème redoutable.

Extrait de « La foi en Dieu n’est possible que si l’on se débarrasse de ses notions pour suivre le bon chemin (1) », dans Récits des entretiens de Christ

Le salut de l’homme par Dieu n’est pas une parole en l’air. Dieu exprime toutes ces vérités afin de répondre à tout ce qui, chez l’homme corrompu, va à l’encontre de la vérité (ses notions ou ses idées fantaisistes, sa connaissance, ses philosophies, sa tradition, etc.) et de lui faire saisir, en les examinant, ce qui est positif, ce qui est négatif ce qui vient de Dieu, ce qui vient de Satan, ce qu’est la vérité et ce que sont les philosophies et la logique sataniques. Lorsque l’on voit les choses telles qu’elles sont, on est tout naturellement amené à choisir le bon chemin, on est capable de pratiquer la vérité, de faire ce que Dieu demande et de discerner ce qui est négatif. Voilà ce que Dieu exige de l’homme. C’est également le critère qu’Il suit habituellement pour amener les hommes à la perfection et les sauver. Certains s’insurgent : « Examiner nos notions ? Je n’ai pas de notions, moi ! Ceux qui ont des notions sont généralement de vieux renards, ou sinon des théologiens et des pharisiens hypocrites. Rien à voir avec moi. » N’y a-t-il pas un problème ici ? Ces gens ne se connaissent pas. Quoi qu’on leur communique, ils sont incapables de se l’appliquer à eux-mêmes. C’est de l’ignorance, et ils n’ont aucune compréhension de ce qui est d’ordre spirituel. Êtes-vous capables d’avoir ce genre de réflexion ? Ce n’est pas un mode de pensée répandu, de nos jours. Les gens ont entendu quantité de sermons, ils se disent que tout le monde véhicule passivement des notions corrompues et négatives et qu’il n’y a pas de honte à les examiner. Qui plus est, ils croient qu’une analyse approfondie permettra à autrui d’acquérir du discernement et qu’eux-mêmes vont évoluer et être capables de comprendre la vérité plus vite. C’est la raison pour laquelle ils sont tous capables de s’examiner ouvertement. Eh bien dans ce cas, à quoi cela sert-il de passer ses notions au crible ? À s’en défaire, à dissiper les malentendus entre les hommes et Dieu puis à leur permettre de ne plus se préoccuper que de Ses exigences, à savoir comment se mettre sur la voie du salut et ce qu’il faut faire pour pratiquer la vérité. En orientant ainsi constamment sa pratique, on parvient à l’effet souhaité : d’une part, on en arrive à comprendre la volonté de Dieu et à savoir se soumettre à Lui et, d’autre part, on acquiert une immunité qui permet de rejeter nombre de choses négatives, telles que les notions et fantaisies perverties, et ce qui vient de la connaissance. Lorsque tu as en face de toi un intellectuel religieux, un théologien, un pasteur ou un ancien, si tu es capable de le percer à jour dès que tu commences à parler avec lui et que tu arrives à utiliser la vérité pour réfuter ses multiples notions, fantaisies, hérésies et sophismes, cela montre que tu es capable de repérer ce qui est indésirable, que tu as compris certaines vérités, que tu as une certaine stature et, par conséquent, que tu n’es pas intimidé par ces figures et chefs de file religieux. Les connaissances, les études et les philosophies dont ils parlent (y compris leurs propres idéologies et théories) sont indéfendables, car tu as pénétré la lettre, la doctrine, les notions et fantaisies sorties de l’imagination de la religion et tu ne peux plus être trompé par les choses de la religion. Mais vous n’êtes pas encore parvenus à ce stade. Quand vous êtes confrontés à ces maîtres en supercheries religieuses et à ces pharisiens, ou à toute personne quelque peu influente, vous êtes intimidés. Vous avez beau savoir que ce qu’ils disent est faux, que c’est un ramassis de notions et de fantaisies engendrées par la connaissance, vous ne savez pas comment les réfuter, par où commencer pour les disséquer ni à quelles paroles exposer leurs auteurs. Cela ne montre-t-il pas que vous n’avez toujours pas compris la vérité ? C’est pourquoi vous devez vous armer de la vérité et apprendre à vous examiner attentivement vous-mêmes. Et toi, une fois que tu auras compris la vérité, tu arriveras à percer les autres à jour. Mais si tu ne la comprends pas, tu ne les décrypteras jamais clairement. Pour percer les autres à jour, il faut comprendre la vérité ; si la vérité n’est pas ton fondement, ta vie, tu ne pourras pas aller au fond des choses.

Lorsque l’on a dissipé diverses notions et fantaisies, on a la connaissance et l’expérience des paroles de Dieu. Et en même temps, on entre dans la réalité de Ses paroles. Lorsque les gens sont en train d’entrer dans la réalité de Ses paroles, les diverses notions et fantaisies qui surviennent se dissipent une à une et un changement survient dans leur connaissance de l’œuvre de Dieu, de Son essence et de Ses diverses attitudes envers les hommes. Comment ce changement se produit-il ? Il se produit quand on laisse ses notions et conceptions imaginaires, quand on laisse les idées et points de vue engendrés par la connaissance, la philosophie, la tradition ou le monde extérieur et qu’à la place, on accepte les points de vue qui viennent de Dieu et sont reliés à la vérité. Aussi, lorsque l’on accepte les paroles de Dieu et qu’on en fait sa vie, on entre par la même occasion dans la réalité de Ses paroles, on arrive à considérer des questions ou à y réfléchir au moyen de la vérité et on résout des problèmes grâce à celle-ci. Voilà les changements qui s’opèrent dans la vie et dans l’existence quand on a dissipé les idées que l’on se faisait. Lorsque l’on parvient à de tels changements, la relation avec Dieu prend la forme d’un lien entre la créature et Créateur. À ce niveau de la relation, il n’y a pas de rivalité, pas de tentation et très peu de rébellion ; les gens sont bien plus obéissants, compréhensifs, pleins de vénération, fidèles et honnêtes envers Dieu et Le craignent véritablement. Mais venir à bout de ses propres notions est très douloureux. Il faut se sacrifier, renoncer à ses notions, aux choses que l’on croit être justes, aux choses auxquelles on tient, à ce que l’on croyait être vrai et que l’on a recherché et désiré toute sa vie durant. Autrement dit, il faut se renoncer, se défaire de la connaissance, des philosophies – et même du mode de vie – hérités du monde de Satan, pour les remplacer par une autre manière de vivre, dont le fondement et l’origine de l’existence procèdent de la vérité. À cet effet, il faut endurer de grandes souffrances. Cette souffrance ne prendra peut-être pas la forme de la maladie physique ou des difficultés du quotidien, mais celle des souffrances occasionnées par le changement fondamental de toutes sortes de points de vue sur diverses choses et sur l’humanité ou alors celle d’un changement des divers aspects de ta connaissance de Dieu, où tout ce que tu croyais savoir du monde, de l’existence humaine, de l’humanité et même de Dieu se trouve bouleversé.

Extrait de « La foi en Dieu n’est possible que si l’on se débarrasse de ses notions pour suivre le bon chemin (1) », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 55. Principes de prévention des aberrations

Suivant: 156. Principes pour obéir à Dieu

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre