65. Principes pour assumer ses responsabilités et démissionner

(1) Tout faux dirigeant ou collaborateur qui n’accepte pas la vérité, n’est pas capable d’accomplir un travail concret et est dépourvu depuis un certain temps de l’œuvre du Saint-Esprit doit assumer ses responsabilités et démissionner.

(2) Quiconque refuse de mettre en application les modalités de travail, les sermons ou les échanges et fait obstacle à la direction et à la conduite des élus de Dieu par la hiérarchie doit assumer ses responsabilités et démissionner.

(3) Quiconque enfreint les modalités de travail et suit une mauvaise pente, causant une grande perte et une catastrophe pour la maison de Dieu et Ses élus, doit assumer ses responsabilités et démissionner.

(4) Si un dirigeant ou un collaborateur, ayant commis une transgression ou un méfait, est émondé et traité et se montre capable de se repentir sincèrement et d’accomplir un bon travail à l’avenir, il peut conserver son poste pour le moment.

Paroles de Dieu concernées :

La maison de Dieu utilise les gens de façon optimale, en fonction de leurs capacités réelles, de la manière la plus adaptée. Si tu es d’une bonne humanité mais d’un faible calibre, accomplis ton devoir de tout ton cœur et de toutes tes forces. Tu n’as pas besoin d’être un dirigeant ou un collaborateur pour gagner l’approbation de Dieu. Si tu étais disposé à t’inquiéter de ce dont un dirigeant a besoin de se soucier, mais sans en être capable, si tu ne possèdes pas les qualités requises pour être un dirigeant et que tu n’es pas à la hauteur de la tâche, que dois-tu faire ? Dans ce cas, n’insiste pas et ne te complique pas la vie. Si tu peux porter cinquante livres, porte cinquante livres sans t’en vanter, ne dis pas : « Cinquante livres, ce n’est pas assez, je veux porter un plus grand fardeau ! Je veux porter cent livres ! Je suis prêt à mourir d’épuisement ! » Tu ne peux pas être un dirigeant ni un collaborateur et tu ne mourras pas d’épuisement, mais retarder le travail de la maison de Dieu et compromettre son rythme de progression et son efficience, en retardant aussi le progrès d’un certain nombre de gens dans leur vie, c’est là une responsabilité que tu ne peux pas assumer parce que tu n’es pas d’un calibre suffisant. Par conséquent, si tu te connais toi-même, tu dois prendre l’initiative de te retirer et de recommander, comme dirigeant ou comme collaborateur, quelqu’un qui soit d’un bon calibre, qualifié comme il se doit et meilleur que toi. Voilà ce qui est sage, et c’est seulement ainsi qu’agit une personne dotée d’une vraie humanité et qui est vraiment sensée, qui comprend vraiment la vérité et la pratique réellement. Tu te dis toujours : « Bien que je sois de faible calibre, je suis d’une bonne humanité. Je suis prêt à assumer des responsabilités, à souffrir et à en payer le prix. Je suis résolu, et j’ai plus de persévérance que toi dans ce que je fais. Je suis tolérant et je ne crains pas d’être traité ou émondé, ou d’être mis à l’épreuve. Si je ne suis pas d’un très bon calibre, qu’est-ce que cela peut faire ? » Il ne s’agit pas de te condamner mais de te catégoriser, de te faire voir clairement de quoi tu es capable, ce à quoi tu es apte et quel devoir te convient. D’un autre côté, un des problèmes les plus concrets auxquels tu es maintenant confronté est que ton calibre est trop faible. Tu ne peux pas accomplir le devoir d’un dirigeant. Tu n’es pas apte, et si tu essayes de diriger, tu retarderas le travail de la maison de Dieu. Si tu aimes être occupé et être d’une bonne humanité et que tu es prêt à assumer des responsabilités et à en payer le prix, alors il y a un travail qui te convient, un devoir que tu dois accomplir, et la maison de Dieu arrangera cela de manière appropriée. Ne pas te permettre d’être un dirigeant est conforme aux règles et aux principes de la maison de Dieu. À coup sûr, la maison de Dieu ne te privera jamais de ton droit d’accomplir ton devoir ni de ton droit de croire en Dieu et de Le suivre à cause de ton calibre. Est-ce pertinent ? Un échange plus détaillé est-il encore nécessaire sur cette question ? Certaines personnes de plus faible calibre, en entendant cela, se disent : « Assez échangé. Il n’y a pas lieu de montrer cet aspect de moi-même. Je sais que je suis de faible calibre et que je ne serai donc pas un dirigeant ni un collaborateur. Être chef d’équipe ou superviseur ferait l’affaire, ou peut-être que je ferai des petits travaux, la cuisine, le nettoyage… tout me conviendra. Je vais juste faire ce qu’il faut que je fasse, peu importe ce que les autres diront, et je vais me soumettre aux arrangements de la maison de Dieu et aux desseins de Dieu. Être d’un faible calibre, c’est aussi la grâce de Dieu. Il y a là Ses bonnes intentions, et Dieu n’œuvre pas indûment. » Si tu peux voir les choses de cette manière, ça ira et il n’est pas nécessaire d’échanger davantage sur le problème. En bref, nous analysons uniquement les problèmes des personnes de calibre inférieur, en révélant la vérité telle qu’elle est afin que davantage de gens aient une attitude et une vision correctes envers ces personnes, et que ces personnes puissent avoir une attitude et une vision correctes vis-à-vis de leur faible calibre. Elles peuvent alors se situer de manière appropriée et trouver le poste et le devoir qui leur conviennent, de telle sorte que le prix qu’elles paient et leur résolution d’endurer des difficultés puissent servir et agir de façon raisonnable. Cela n’a pas d’incidence sur ta compréhension et ta pratique de la vérité. Enfin, cela n’a pas d’incidence sur ton image dans la maison de Dieu ni devant Dieu.

Extrait de « Identifier les faux dirigeants (8) », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Désirez-vous être un faux dirigeant, ou un disciple ordinaire ? (Un disciple ordinaire.) Si les frères et sœurs t’élisent, fais un essai : peut-être voient-ils les choses plus clairement que toi. Si les frères et sœurs pensent que tu peux le faire, tu dois faire de ton mieux. Si tu essaies vraiment, mais que tu n’arrives tout de même pas à bien faire le travail, que tu es consumé d’anxiété, que tu ne peux pas dormir et que tu ne sais tout simplement pas comment bien faire le travail, alors arrête : c’est trop dur pour toi. Si tu continues, tu risques de devenir un faux dirigeant, auquel cas tu dois écrire une lettre de démission dans laquelle tu déclareras : « À effet immédiat, je désire démissionner parce que je suis d’un mauvais calibre et je risque de devenir un faux dirigeant. Veuillez choisir quelqu’un d’autre. » C’est la décision la plus sage. C’est le plus approprié : c’est raisonnable, et c’est mieux que d’occuper le poste et être un faux dirigeant. Si tu sais parfaitement que ton calibre est faible et que tu es incapable de diriger, mais que tu ne supportes pas d’abandonner ce rôle et que tu te dis : « Pourquoi ne puis-je pas le faire ? Qui peut me donner un coup de main ? Comme ce serait bien, si j’occupais ce rôle et que c’était quelqu’un d’autre qui établissait les plans ! Mais personne ne fait l’affaire, alors je vais me débrouiller, essayer de m’en sortir jour après jour. Même si je ne peux pas faire le travail, je suis toujours le dirigeant, et en étant dirigeant je suis mieux loti que les frères et sœurs. Si la maison de Dieu ne me remplace pas et que les frères et sœurs ne me révoquent pas, alors, je ne démissionnerai pas », est-ce raisonnable ? (Non.) Agir ainsi retarde le travail de la maison de Dieu, cela nuit aux autres, et cela te nuit à toi-même. Sais-tu ce que signifie être un dirigeant ? Cela signifie que tu as une relation directe avec l’entrée dans la vie de bon nombre de gens et que tu as une relation directe avec la manière dont ils suivent le chemin qui les attend. Si tu diriges bien, ils suivront bien ce chemin ; si tu les conduis sur le bon chemin, ils emprunteront le bon chemin. Si tu diriges mal et que tu les emmènes dans le fossé, et qu’ils deviennent des pharisiens comme toi, alors ton péché est grave. Et un péché grave, n’est-ce pas la fin ? Dieu en prendra note. Tu sais parfaitement que ton calibre est faible, que tu es un faux dirigeant et que tu es incapable d’effectuer un travail réel, mais tu ne te retires pas, tu t’accroches effrontément à ton poste et tu ne laisses personne y accéder. C’est un péché, et Dieu en tiendra compte. Et le fait qu’Il en tienne compte, est-ce que ce sera bon ou mauvais pour toi à l’avenir ? Te voilà en difficulté ! Je vais te dire la pure vérité : Dieu tient compte de ce genre de chose pour chaque personne, et chaque élément est clairement écrit. Si quelque chose d’aussi majeur devait se produire sur ton chemin vers le salut, alors les répercussions sur toi seraient considérables. Quoi que tu fasses, ne suis pas ce chemin et ne sois pas ce genre de personne.

Extrait de « Identifier les faux dirigeants (5) », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Certains disent : « Avant, je n’étais pas très au clair sur les responsabilités des dirigeants et des ouvriers, et j’étais déconcerté par un tel poste, pensant que si j’avais de la passion et que j’étais prêt à souffrir, j’étais apte pour le travail. Mais quand tu as échangé là-dessus, j’ai été abasourdi : il s’avère que je suis un faux dirigeant, que je n’ai pas ce qu’il faut, que je ne peux même pas mettre en œuvre une modalité de travail particulière de la maison de Dieu. J’avais l’habitude de penser qu’il me suffisait de lire les arrangements de travail plusieurs fois, de m’assurer que tout le monde en avait une copie, puis de voir que tout le monde au-dessous de moi s’y mettait : il me suffisait de superviser et de rester vigilant, c’est tout. Après un certain temps, j’ai découvert que le travail n’était pas fait correctement et que de nombreuses pratiques spécifiques étaient ignorées. Ce n’est qu’alors que j’ai pris conscience de ce que j’étais, que mon calibre était extrêmement médiocre. » Alors que faire ? Est-il acceptable de « laisser tomber la charge » ? Y a-t-il un moyen de résoudre cela ? Est-il vrai qu’il n’y a pas de solution à ce problème ? (Non. Sur la base de ce que Dieu demande, ils doivent essayer de faire mieux.) C’est une perspective très positive – c’est une excellente façon de voir les choses : sur la base de ce que Dieu demande, essayer de faire mieux, ne pas croire que vous ne pouvez pas le faire, ne pas être négatif, ne pas abandonner. C’est une réponse, et elle est bonne. Est-ce la seule réponse ? (Non. Si leur calibre est trop faible et qu’ils ne peuvent vraiment pas faire le travail, ils peuvent également démissionner.) C’est la deuxième réponse. Si vous avez déjà essayé et que vous pensez que vous ne pouvez pas le faire, si c’est un vrai combat pour vous, que c’est très dur, que c’est une source de grande anxiété et que cela vous fait perdre le sommeil, si vous avez l’impression d’être tous les jours écrasés par un poids énorme – si vous ne pouvez pas lever la tête ni reprendre votre souffle, si vos pieds vous semblent lourds lorsque vous marchez – et si, après avoir entendu ces exigences spécifiques, vous avez encore plus le sentiment que votre calibre est médiocre et que ne vous pouvez pas le faire, alors que devez-vous faire ? Il y a une solution : allez-y, démissionnez. Si vous ne pouvez pas le faire, vous devez l’admettre. Que signifie l’admettre ? Vous devez avoir une compréhension et une perception précises de vous-mêmes, une conscience claire de vos propres capacités et de votre calibre. Si vous ne pouvez pas le faire, vous ne pouvez pas le faire. Alors, comment parvient-on à une telle prise de conscience ? Non pas par l’imagination, mais parce que cela a déjà été testé : vous ne possédez pas ce calibre ni cette capacité. Par rapport au calibre de ce genre de personnes, de telles questions sont trop compliquées, la difficulté est trop grande : elles sont vraiment incapables de le faire, ce n’est pas simplement qu’elles abandonnent. Y a-t-il donc de la place pour la croissance si elles essaient de s’améliorer ? Peuvent-elles améliorer leur calibre ? Si elles ont déjà essayé et qu’elles ont vu que c’est vraiment leur calibre, alors il ne sert à rien d’essayer à nouveau, il ne sert à rien d’en apporter à nouveau la preuve. Elles doivent aller de l’avant et démissionner. Ne continuez pas dans ce rôle ; si vous ne pouvez pas faire un travail spécifique, vous aurez un impact sur les autres et les retarderez. Est-ce un chemin ? L’un ou l’autre de ces deux chemins n’est pas le seul : tu peux choisir, tu peux porter un jugement réel et précis en fonction de ta compréhension de toi-même et des frères et sœurs autour de toi qui te connaissent, puis tu peux faire le bon choix, pour lequel la maison de Dieu ne sera pas dure avec toi. Certains disent : « Je veux quand même essayer, m’améliorer. Je ne pense pas être si mauvais que ça. C’est juste qu’au cours de ces années, je n’ai pas prêté beaucoup d’attention à la poursuite de la vérité, j’étais perplexe à l’idée d’être un dirigeant et je ne savais pas quoi faire. Au début, je pensais que le travail de la maison de Dieu était simple : c’était juste échanger sur la vérité, et tant que je consacrerais plus d’efforts aux paroles de Dieu, je serais capable de bien faire le travail. Mais dès que j’ai été confronté au vrai travail, j’ai compris que le travail de la maison de Dieu n’est pas si simple. » Maintenant, ils savent que faire n’importe quel travail spécifique de la maison de Dieu n’est pas si simple. En partie, les gens doivent avoir du calibre ; en partie, ils doivent avoir un fardeau ; et en partie, ils doivent comprendre la vérité. Tous ces éléments sont indispensables. Ne pas poursuivre la vérité est inacceptable ; un mauvais calibre est inacceptable ; être d’une mauvaise humanité et ne porter aucun fardeau est inacceptable ; et les travaux spécifiques doivent être abordés spécifiquement. Ce n’est pas si simple. Certaines personnes ne sont pas convaincues, et veulent quand même réessayer, avoir une autre chance. Faut-il la leur accorder ? Si elles sont capables d’effectuer certains travaux spécifiques et ont simplement une capacité moyenne et un calibre moyen, mais ne sont pas négligentes ni imprudentes lorsqu’elles travaillent et sont capables d’écouter et d’obéir, étant fondamentalement capables d’effectuer le travail conformément aux arrangements de travail, aux exigences et aux principes de la maison de Dieu, alors, même si auparavant, ces personnes n’ont pas réussi à faire le travail correctement parce qu’elles étaient naïves, jeunes et avaient des bases superficielles et parce qu’elles avaient des idées fausses sur beaucoup de choses, elles sont tout de même les bonnes personnes et il faut leur laisser une chance : ne les remplacez pas aveuglément et ne leur demandez pas aveuglément de démissionner. Être un dirigeant ou un ouvrier n’est pas si facile, et choisir un dirigeant ou un ouvrier n’est pas si facile non plus. Les gens comprennent maintenant quelque chose des responsabilités des dirigeants et des ouvriers, et la prochaine fois qu’ils travailleront, ils le feront mieux qu’avant, quand ils ne comprenaient pas de telles choses. C’est un fait.

Extrait de « Identifier les faux dirigeants (9) », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Afin d’en finir avec tous les faux dirigeants, faux collaborateurs et antéchrists et de les éliminer, le supérieur émet l’avis suivant :

Quiconque a commis l’une quelconque des sept mauvaises actions suivantes doit assumer ses responsabilités, démissionner, avouer ses péchés envers les élus de Dieu, rassurer les gens et faire que Dieu soit à l’aise.

1. Quiconque n’a pas l’œuvre du Saint-Esprit, communique sans réalité-vérité, ne peut pas résoudre les problèmes pratiques de l’entrée des élus de Dieu dans la vie et ne peut pas accomplir un travail réel, doit assumer ses responsabilités et démissionner.

2. Quiconque a condamné les modalités de travail du supérieur, a retenu ou refusé de distribuer des modalités de travail, des sermons et des communications, a restreint la possibilité pour les élus de Dieu de recevoir les modalités de travail, les sermons et la communication distribués par d’autres ou a fermé l’Église, doit assumer ses responsabilités et démissionner.

3. Quiconque refuse de mettre en œuvre des modalités de travail et restreint les élections des dirigeants et des diacres de l’Église, y compris les élections nominalement autorisées, mais essaie aussi de nommer des candidats de manière forcée ou déguisée, doit en assumer la responsabilité et démissionner.

4. Quiconque a expulsé ou isolé par erreur un certain nombre d’élus de Dieu sans avoir consulté l’Église, a refusé de les rétablir dans la vie de l’Église, n’a pas le moindre amour pour les élus de Dieu ou ne s’enquiert ou ne soucie pas des problèmes des élus de Dieu doit assumer ses responsabilités et démissionner.

5. Quiconque a restreint la capacité des élus de Dieu d’échanger sur les modalités de travail et de discerner les faux dirigeants et les antéchrists, a empêché les élus de Dieu d’accomplir leurs devoirs et de pratiquer la vérité selon les modalités de travail ou a répandu des théories absurdes pour amener les gens à obéir à l’Église et aux dirigeants doit en assumer la responsabilité et démissionner.

6. Quiconque détourne les offrandes à Dieu, se les approprie ou les utilise en violation des dispositions des modalités de travail, doit en assumer la responsabilité et démissionner, et doit aussi avouer entièrement les faits concernant ses délits et rembourser en totalité l’argent qu’il a pris.

7. Quiconque a condamné ceux des élus de Dieu qui ont osé dénoncer les faux dirigeants et les antéchrists et défendre ce qui est juste ou s’est vengé d’eux, ou les a réprimés ou leur a causé un préjudice, est en réalité un démon extrêmement malfaisant et doit en assumer la responsabilité et démissionner.

La maison de Dieu n’autorisera plus les personnes malfaisantes ayant commis une quelconque des sept mauvaises actions ci-dessus à continuer d’assumer des tâches de direction à quelque niveau que ce soit, car ces personnes ont sérieusement interrompu et dérangé l’œuvre de Dieu, n’ont aucun amour pour les élus de Dieu, leur ont nui perfidement, ont essayé de les empêcher de comprendre la vérité et d’obéir à l’œuvre de Dieu, et ont même condamné et manigancé contre ceux des élus de Dieu qui suivent les modalités de travail et soutiennent la justice. C’est de la malfaisance au-delà de toute mesure, un péché incomparable. Les élus de Dieu ne peuvent plus tolérer que de telles personnes perverses continuent d’occuper des postes de dirigeants et de collaborateurs et implorer Dieu de leur accorder le salut. Il est visible que ces faux dirigeants, ces faux collaborateurs et ces antéchrists ont suscité la colère des gens et offensé le tempérament de Dieu, ils doivent donc assumer leurs responsabilités et démissionner. C’est tout à fait conforme à la volonté de Dieu et aux désirs des gens. Si aujourd’hui ils assument leurs responsabilités et démissionnent, et qu’ils montrent qu’ils sont capables de se repentir, la maison de Dieu leur accordera une nouvelle chance : ils seront autorisés à poursuivre leur vie d’Église et se verront attribuer des devoirs appropriés. Et s’ils peuvent poursuivre la vérité et se repentir sincèrement, ils auront encore une chance d’être sauvés. Cependant, s’ils n’assument pas leurs responsabilités et ne démissionnent pas, mais continuent de résister à la maison de Dieu, ils peuvent être considérés comme des antéchrists et doivent être expulsés et rejetés à jamais par les élus de Dieu.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Précédent: 64. Principes concernant la destitution de dirigeants et de collaborateurs

Suivant: 66. Principes concernant la réaffectation de dirigeants ou de collaborateurs

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

187 Je veux rendre à Dieu Son amour

ⅠPendant des années, j’ai dérivé à travers le monde, ma corruption s’aggravant. Grâce aux vérités prononcées par Dieu qui m’ont sauvé, je...

101 Si Dieu ne m’avait sauvé

ⅠSi Dieu ne m’avait sauvé,je serais encore errant dans le monde,luttant et souffrant dans le péché,vivant sans aucun espoir.Si Dieu ne...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp