90. Principes pour être un dirigeant de l’Église

(1) Il est nécessaire de guider les élus de Dieu à mesure qu’ils apprennent à manger et à boire Ses paroles, à échanger sur la vérité et à utiliser la vérité pour résoudre les problèmes en arrivant à agir en accord avec les principes ;

(2) Il est nécessaire de sauvegarder l’œuvre de Dieu. Protégez les élus de Dieu contre la tromperie et les perturbations des antéchrists, des personnes malfaisantes, des esprits malins et de toutes sortes de forces sataniques ;

(3) Il est nécessaire de se coordonner harmonieusement avec ses collègues. Soyez tout le temps fidèles à la commission de Dieu, soyez capables de laisser de côté les intérêts charnels et ne menez pas vos propres affaires ;

(4) Il est nécessaire de comprendre le travail essentiel de direction. On ne doit jamais faire des choses qui ne correspondent pas à la vérité, et encore moins interférer avec les affaires des élus de Dieu.

Paroles de Dieu concernées :

En tant que dirigeants et ouvriers dans l’Église, si vous voulez conduire les élus de Dieu dans la réalité de la vérité et servir en tant que témoins de Dieu, vous devez surtout avoir une compréhension plus approfondie de l’objectif de Dieu consistant à sauver les gens et du dessein de Son œuvre. Vous devez comprendre la volonté de Dieu et Ses exigences diverses envers les gens. Vous devez être pragmatiques dans vos efforts, pratiquer uniquement dans la mesure de ce que vous comprenez et communiquer seulement sur ce dont vous avez connaissance. Ne te vante pas, n’exagère pas, et ne fais pas de remarques irresponsables. Si tu exagères, les gens vont te haïr et après, tu te sentiras reproché ; ceci est bien trop inconvenant. Lorsque tu délivres la vérité aux autres, tu ne dois pas forcément les traiter et les réprimander pour qu’ils parviennent à la vérité. Si toi-même tu ne possèdes pas la vérité et ne fais que traiter les autres et les réprimander, ils te craindront, mais cela ne signifie pas qu’ils comprennent la vérité. Dans de certaines tâches administratives, il est bien que tu traites et que tu émondes les autres et les disciplines dans une certaine mesure. Mais si tu ne peux pas délivrer la vérité et si tu sais seulement être autoritaire et réprimander les autres, ta corruption et ta laideur seront révélées. Avec le temps, lorsque les gens ne pourront pas recevoir la provision de la vie ou des choses pratiques de toi, ils en viendront à te haïr et à se sentir dégoûtés de toi. Ceux qui manquent de discernement apprendront de toi des choses négatives ; ils apprendront à traiter les autres et à les émonder, à se fâcher et à perdre leur calme. Ceci n’équivaudrait-il pas à conduire les autres sur le chemin de Paul, sur un chemin qui mène à la perdition ? N’est-ce pas un acte malfaisant ? Ton travail devrait se concentrer sur la communication de la vérité et le don de la vie aux autres. Si tout ce que tu fais n’est que de traiter les autres et de leur faire la morale d’une manière aveugle, comment pourront-ils enfin comprendre la vérité ? Avec le temps, les gens te verront pour qui tu es réellement, et ils t’abandonneront. Comment peux-tu t’attendre à amener d’autres personnes devant Dieu de cette manière ? Comment est-ce que cela effectue le travail ? Tu perdras tout le monde si tu continues d’œuvrer ainsi. Quelle œuvre espères-tu accomplir de toute façon ? Certains dirigeants sont incapables de communiquer la vérité pour résoudre des problèmes. Au lieu de cela, ils traitent tout simplement les autres aveuglément et étalent leur pouvoir pour que les autres en viennent à avoir peur d’eux et à leur obéir : de tels hommes font partie des faux dirigeants et des antéchrists. Ceux dont le tempérament n’a pas changé sont incapables d’accomplir le travail de l’Église et sont incapables de servir Dieu.

Extrait de « Seuls ceux qui ont la réalité de la vérité peuvent diriger », dans Récits des entretiens de Christ

Dans leur travail, les dirigeants d’Église et les ouvriers doivent être attentifs à deux choses : l’une est de faire leur travail exactement selon les principes stipulés par les arrangements de travail, en n’enfreignant jamais ces principes et en ne basant pas leur travail sur quelque chose qu’ils pourraient imaginer ou sur leurs propres intentions. En tout ce qu’ils font, ils devraient se soucier de l’œuvre de la maison de Dieu et toujours placer ses intérêts en premier. Il y a l’autre chose qui est essentielle : c’est qu’en tout ce qu’ils font, ils doivent se concentrer sur la direction du Saint-Esprit et tout faire dans la stricte observance de la parole de Dieu. Si tu es encore capable d’aller à l’encontre de la direction du Saint-Esprit, ou si tu suis obstinément tes propres idées et fais les choses selon ta propre imagination, alors tes actions constitueront une résistance des plus sérieuses contre Dieu. Tourner le dos fréquemment à l’éclairage et à la direction du Saint-Esprit ne peut conduire qu’à une impasse. Si tu perds l’œuvre du Saint-Esprit, alors tu ne seras pas capable de travailler, et même si tu arrives effectivement à travailler, tu n’accompliras rien. Voici les deux principaux principes à observer en travaillant : l’un consiste à accomplir le travail dans une conformité exacte avec les arrangements du Supérieur, ainsi qu’à agir selon les principes qui ont été présentés par le Supérieur. L’autre point consiste à suivre la direction intérieure du Saint-Esprit. Une fois que ces deux points seront compris, tu ne commettras pas d’erreurs facilement. Pour vous dont l’expérience dans ce domaine est encore limitée, vos propres idées contaminent un peu plus votre travail. Parfois, vous ne comprenez peut-être pas l’éclairage ou la direction en vous qui viennent du Saint-Esprit ; d’autres fois, vous semblez le comprendre, mais il est probable que vous l’ignoriez. Tu imagines toujours ou tu déduis de manière humaine, agissant comme tu le penses approprié, sans aucune préoccupation pour les intentions du Saint-Esprit. Tu fais ton travail uniquement selon tes propres idées, mettant de côté tout éclairage du Saint-Esprit. De telles situations se produisent fréquemment. La direction intérieure du Saint-Esprit n’est pas du tout transcendantale ; en fait, c’est tout à fait normal. C’est-à-dire qu’au fond de ton cœur, tu sais que c’est la façon appropriée d’agir et que c’est la meilleure façon. Cette pensée est en fait très claire ; elle n’est pas venue de ta réflexion, mais a été une sorte d’impression que tu as déclenchée au fond de toi et, parfois, tu ne comprends pas complètement ce qui te fait agir de la sorte. Ce n’est souvent rien d’autre que l’éclairage du Saint-Esprit et c’est ainsi que cela se produit le plus souvent chez la majorité des gens. Les propres idées d’un homme viennent souvent de la réflexion et de la considération et sont toutes frelatées par sa volonté personnelle et l’idée qu’il se fait des domaines dans lesquels il peut trouver un profit personnel et l’idée qu’il se fait des avantages que quelque chose pourrait présenter pour lui ; toutes les décisions humaines contiennent ces choses-là. La direction du Saint-Esprit, cependant, n’inclut en aucun cas de tels frelatages. Il est nécessaire de prêter une attention minutieuse à la direction ou à l’éclairage du Saint-Esprit ; en particulier pour les questions clés, tu dois prêter attention afin de les saisir. Les hommes qui aiment se creuser les méninges et qui aiment agir selon leurs propres idées sont les plus susceptibles de rater cette direction ou cet éclairage. Les dirigeants et les ouvriers adéquats prêtent attention à l’œuvre du Saint-Esprit. Ceux qui obéissent au Saint-Esprit craignent Dieu et poursuivent la vérité sans relâche. Pour satisfaire Dieu et Lui porter témoignage correctement, l’homme devrait examiner si son travail contient des éléments frelatés et des intentions, et essayer ensuite de voir à quel point son travail est motivé par des idées humaines, à quel point il est produit par l’éclairage du Saint-Esprit et à quel point il est en accord avec les paroles de Dieu. Il faut constamment, et en toutes circonstances, examiner ses paroles et ses actes. Pratiquer fréquemment de cette manière conduira sur la bonne piste pour servir Dieu. Il faut avoir en sa possession beaucoup de vérités pour accomplir un service à Dieu d’une manière qui soit en accord avec Ses intentions. Les hommes ont la capacité de discerner seulement après avoir compris la vérité et ils sont capables de reconnaître ce qui ressort de leurs propres idées et les choses qui indiquent ce qui les motive. Ils sont capables de reconnaître les impuretés humaines, ainsi que ce que signifie agir selon la vérité. Alors seulement ils sauront comment se soumettre plus purement. Sans la vérité, il est impossible aux hommes de pratiquer le discernement. Un homme étourdi pourrait croire en Dieu sa vie entière sans savoir ce que veut dire avoir sa propre corruption révélée ou ce que veut dire résister à Dieu parce qu’il ne comprend pas la vérité : cette pensée n’existe même pas dans son esprit. La vérité est hors de portée pour les gens de calibre excessivement faible ; peu importe comment tu échanges sur ce sujet avec eux, ils ne comprennent toujours pas. Ces gens-là sont étourdis. Dans leur foi, les gens étourdis ne peuvent pas témoigner de Dieu ; ils peuvent simplement exécuter un peu de service. Pour accomplir l’œuvre que Dieu confie, il est nécessaire de comprendre ces deux principes. Il faut respecter strictement les modalités de travail venant du Supérieur et prêter attention à obéir à toute direction du Saint-Esprit. Le travail que l’on accomplit peut être efficace et la volonté de Dieu peut être respectée seulement lorsque ces deux principes sont compris.

Extrait de « Les principaux principes de travail des dirigeants et des ouvriers », dans Récits des entretiens de Christ

Quel est le plus grand tabou dans le service de l’homme à Dieu ? Le sais-tu ? Ceux qui servent de conducteurs veulent toujours avoir plus d’ingéniosité, être de loin supérieurs au reste, trouver de nouveaux trucs pour que Dieu puisse voir à quel point ils sont habiles. Cependant, ils ne se concentrent pas sur la compréhension de la vérité et l’entrée dans la réalité de la parole de Dieu. Ils veulent toujours frimer ; n’est-ce pas précisément la révélation d’une nature arrogante ? Certains même disent : « En faisant cela, je suis sûr que Dieu sera très heureux ; Il va vraiment aimer ça. Cette fois, Dieu verra bien, je Lui donnerai une bonne surprise. » En conséquence de cette surprise, ils perdent l’œuvre du Saint-Esprit et sont éliminés par Dieu. Ne fais pas simplement tout ce qui te vient à l’esprit, de façon imprudente. Comment peut-il être acceptable que tu ne tiennes pas compte des conséquences de tes actions ? Lorsque tu offenses le tempérament de Dieu et Ses décrets administratifs, et qu’ensuite tu es éliminé, il ne te reste plus rien à dire. Peu importe ton intention, que tu le fasses délibérément ou non, si tu ne comprends pas le tempérament de Dieu ni Sa volonté, tu offenseras facilement Dieu et Ses décrets administratifs ; tout le monde devrait prendre garde à ce sujet. Une fois que tu auras offensé sérieusement Ses décrets administratifs ou Son tempérament, Dieu ne prêtera pas attention à ce que tu l’aies fait intentionnellement ou non ; tu dois voir cela clairement. Si tu ne peux pas comprendre cette question, alors il est garanti que tu auras un problème. En servant Dieu, les gens veulent faire de grands pas, accomplir de grandes choses, livrer de grands discours, faire un travail excellent, imprimer de gros livres, tenir de très bonnes réunions et être de grands dirigeants. Si tu as toujours de grandes ambitions, tu offenseras les grands décrets administratifs de Dieu ; de telles personnes mourront rapidement. Si tu ne te comportes pas bien, n’es pas pieux ou prudent en servant Dieu, tôt ou tard tu offenseras les décrets administratifs de Dieu.

Extrait de « Sans la vérité, il est facile d’offenser Dieu », dans Récits des entretiens de Christ

Ceux qui peuvent diriger des Églises, qui peuvent donner la vie aux gens et être des apôtres pour les gens doivent avoir une expérience réelle ; ils doivent avoir une bonne compréhension des choses spirituelles, ainsi qu’une appréciation et une expérience justes de la vérité. Seuls de tels hommes sont qualifiés pour être des ouvriers ou des apôtres qui dirigent les Églises. Autrement, ils ne peuvent que suivre comme les plus petits et ne peuvent pas diriger, encore moins être des apôtres qui sont capables de donner la vie aux gens. En effet, la fonction d’apôtre n’est pas de courir à droite à gauche ou de se battre ; c’est de faire le travail de servir la vie et de diriger les autres vers la transformation de leurs tempéraments. Ceux qui exercent cette fonction sont chargés d’assumer une lourde responsabilité qui ne peut pas être assumée par n’importe qui. Ce genre de travail ne peut être entrepris que par ceux qui ont ce qu’est la vie, c’est-à-dire ceux qui ont une expérience de la vérité. Il ne peut pas être entrepris simplement par quiconque peut renoncer, peut courir à gauche à droite ou est prêt à se dépenser lui-même ; les gens qui n’ont aucune expérience de la vérité, qui n’ont pas été émondés ou jugés, sont incapables de faire ce type de travail. Les gens sans expérience, qui sont des gens sans la réalité, sont incapables de voir clairement la réalité parce qu’ils n’ont pas eux-mêmes ce genre d’être. Donc, les gens de ce genre non seulement sont incapables de faire le travail de direction, mais seront éliminés s’ils n’ont pas la vérité pendant une longue période.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Quelle est la cause de l’émergence d’une catégorie de gens constituée de dirigeants et de collaborateurs, et comment sont-ils apparus ? À grande échelle, ils sont nécessaires à l’œuvre de Dieu ; à petite échelle, ils sont nécessaires aux frères et sœurs, ils sont nécessaires aux élus de Dieu qui Le suivent. Indépendamment de leur statut et de leur identité et indépendamment du rôle qu’ils tiennent, quelle est l’unique chose que cette catégorie de gens partage avec tout le monde ? Devant Dieu, leur identité et leur statut sont les mêmes. Même si, parmi la population, ils portent les titres de « dirigeants » ou de « collaborateurs », et même si leur devoir est différent de celui d’autres frères et sœurs, ils sont de la même manière appelés des êtres créés devant Dieu, et cela ne changera jamais. La différence entre leur devoir et celui des autres tient à une caractéristique particulière chez eux. De quelle caractéristique particulière s’agit-il ? L’aspect le plus important est la « direction ». Supposons, par exemple, une équipe dirigée par une personne : si cette personne est appelée « dirigeant » ou « collaborateur », quelle est sa fonction au sein de l’équipe ? (La fonction de direction). Quelle incidence la direction de cette personne a-t-elle sur les gens qu’elle dirige et sur l’équipe dans son ensemble ? Elle a une incidence sur la direction de l’équipe et sur sa trajectoire. Cela implique que si cette personne en position de direction suit le mauvais chemin, alors, à tout le moins, cela fera que les gens placés au-dessous d’elle et l’équipe entière dévieront du bon chemin ; en outre, cela peut perturber ou anéantir la direction de l’équipe entière dans sa progression, ainsi que sa rapidité et son rythme. Par conséquent, concernant ce groupe de personnes, la direction de la trajectoire qu’elles choisissent, la mesure dans laquelle elles comprennent la vérité ainsi que leur croyance en Dieu ont une incidence non seulement sur elles-mêmes, mais sur tous les frères et sœurs qui dépendent de leur direction. Si un dirigeant est une personne juste, qui suit le bon chemin et poursuit et pratique la vérité, alors les personnes qu’il dirige mangeront, boiront et chercheront comme il convient, et dans le même temps, les progrès personnels du dirigeant seront constamment visibles pour les autres. Quel est donc le chemin correct que doit suivre un dirigeant ? Il s’agit d’être capable de guider les autres vers la compréhension de la vérité et l’entrée dans la vérité, et de les amener devant Dieu. Qu’est-ce qu’un chemin incorrect ? Cela consiste à s’élever soi-même fréquemment et à porter témoignage pour soi-même, à poursuivre le statut, la renommée et le profit et à ne jamais porter témoignage pour Dieu. Quelle incidence cela a-t-il sur les gens qui sont sous sa direction ? (Cela les amène devant lui.) Les gens vont beaucoup s’écarter de Dieu et se retrouver sous le contrôle de leur dirigeant. N’est-il pas évident que les gens qui sont amenés devant leur dirigeant seront contrôlés par lui ? Et naturellement, cela les éloigne considérablement de Dieu. Si tu guides les gens vers toi, alors tu les conduis à venir devant l’humanité corrompue et tu les conduis à venir devant Satan, et non devant Dieu. Ce n’est qu’en guidant les gens vers la vérité qu’on les amène à se présenter devant Dieu. Tels sont les effets que ces deux types de personnes, celles qui suivent le chemin correct et celles qui suivent le chemin incorrect, exercent sur ceux qui sont dirigés.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (1) », dans Récits des entretiens de Christ

Par exemple, quel que soit le devoir que tu acceptes, si tu as été choisi pour être dirigeant d’Église, alors diriger l’Église devient ton devoir. Si tu considères cela comme étant ton devoir, comment devrais-tu t’y prendre ? (Conformément aux exigences de Dieu.) Travailler conformément aux exigences de Dieu est une façon globale de dire les choses. Quels en sont les détails concrets ? Tu dois d’abord savoir qu’il s’agit d’un devoir, pas d’une position d’autorité. Cela créera des problèmes si tu penses que tu as endossé une position d’autorité. Néanmoins, si tu dis : « J’ai été choisi pour être dirigeant d’Église, je dois donc avoir un grade inférieur aux autres ; vous avez tous un rang plus élevé que le mien et vous êtes plus importants que moi, » alors cette attitude est tout aussi erronée ; si tu ne comprends pas la vérité, absolument aucun faux-semblant ne te fera le moindre bien. Tu dois plutôt avoir une juste compréhension de la situation. En premier lieu, tu dois savoir que ce devoir est très important. Une Église possède des dizaines de membres, tu dois réfléchir à la façon d’amener ces gens devant Dieu et de permettre à une majorité d’entre eux de comprendre la vérité et de pénétrer la réalité-vérité. En outre, tu dois faire tout ton possible pour que les gens faibles et passifs cessent de l’être, pour qu’ils puissent accomplir leur devoir activement. Et en ce qui concerne tous ceux qui sont capables d’accomplir leur devoir, tu devrais les amener à le faire en donnant le meilleur d’eux-mêmes. Fais-leur comprendre les vérités liées à l’accomplissement de leur devoir pour qu’ils ne le bâclent pas, pour qu’ils l’accomplissent correctement, et qu’ils puissent avoir une relation normale avec Dieu. Il y a également ceux qui provoquent des perturbations et des dérangements, ou ceux qui ont cru en Dieu pendant des années mais qui possèdent une humanité malfaisante ; parmi ces gens, vous devriez traiter ceux qui devraient être traités, et éliminer ceux qui devraient être éliminés, prenant des dispositions appropriées pour chaque individu, en fonction de sa catégorie. Il est également important d’entretenir de bonnes relations avec les quelques membres de l’Église dont l’humanité est relativement bonne, qui ont un peu de calibre, et qui peuvent assumer la responsabilité d’un aspect du travail. Ce sont là des choses qui doivent être faites pour accomplir le devoir de dirigeant, n’est-ce pas ? Une fois que tu as accepté ce devoir, peux-tu l’accomplir correctement sans avoir ces choses dans ton cœur ? (Non.) Une fois que tu as accepté ce devoir, tu dois régler ces problèmes, les uns après les autres : premièrement, en cultivant le talent ; deuxièmement, en faisant en sorte que l’entrée dans la vie de tous tes frères et sœurs parviennent à la normalité et, en t’appuyant sur ta compréhension de la vérité et des sermons que tu as écoutés, en leur permettant à tous de pénétrer ces réalités-vérités – voilà l’aspect de l’entrée dans la vie ; troisièmement, en amenant la plupart de ceux qui sont capables d’accomplir leur devoir à le faire effectivement, et en t’assurant que l’accomplissement de leur devoir n’est pas bâclé et qu’il produit des résultats ; quatrièmement, en gérant et en contrôlant de manière opportune ceux qui provoquent des perturbations et des dérangements ; et cinquièmement, en étant capable de cerner toutes sortes de personnalités, ce qui reste nécessaire. Par exemple, la négativité et la faiblesse de certaines personnes sont temporaires ; on ne peut pas généraliser, en traitant et en gérant leur cas comme s’il s’agissait de négativité et de faiblesse chroniques. Tu dois tirer le meilleur parti possible de tous les individus, en profitant pleinement de leurs capacités individuelles et en organisant pour eux des tâches adaptées, en fonction de ce qu’ils savent faire, de la qualité de leur calibre, de leur âge et de l’ancienneté de leur croyance en Dieu. Tu dois trouver un programme sur mesure pour chaque type de personne et moduler tes programmes d’une personne à l’autre, pour que ces personnes puissent accomplir leur devoir dans la maison de Dieu et exercer leurs fonctions dans la plus large mesure possible. Si tu as ces choses dans le cœur, c’est que ton fardeau a émergé, tu dois donc te montrer en permanence vigilant et attentif. Attentif à quoi ? Cela ne veut pas dire chercher qui est beau pour ensuite passer davantage de temps à interagir avec cette personne ; cela ne veut pas dire non plus chercher qui est laid pour ensuite rejeter cette personne ; et cela veut encore moins dire chercher qui te défie, pour ensuite punir cette personne. Au contraire, cela signifie examiner quelles sont les exigences de Dieu vis-à-vis de chaque catégorie de personnes, puis faire en sorte que chacune de ces personnes se trouve à sa juste place. En premier lieu, prends un moment pour classer mentalement ces gens au sein de l’Église ; range ceux qui ont un bon calibre dans une catégorie et ceux de faible calibre dans une autre. Établis des catégories distinctes pour ceux qui peuvent se consacrer à leur devoir à plein temps, à temps partiel, ou pas du tout. Classe dans une catégorie ceux qui se montrent sans cesse perturbateurs, en permanence négatifs et qui répandent constamment des rumeurs. Ensuite, tu dois méditer et prier fréquemment, puis interagir avec ces personnes. Au bout d’un moment, tu auras acquis une meilleure compréhension des divers états et degrés de stature de chaque type de personne. C’est ce qui résulte d’un fardeau, n’est-ce pas ? N’est-ce pas là la bonne attitude à adopter vis-à-vis de ton devoir ? Quand tu auras cette attitude appropriée et que ton fardeau aura émergé, tu seras capable de bien faire ton travail.

Extrait de « Comment accomplir son devoir de façon satisfaisante ? », dans Récits des entretiens de Christ

Les dirigeants de l’Église devraient pouvoir guider tous leurs frères et les sœurs pour qu’ils sachent comment manger et boire les paroles de Dieu. C’est la responsabilité de tous les dirigeants de l’Église. Qu’ils soient jeunes ou vieux, tous devraient accorder une grande importance à manger et à boire les paroles de Dieu et devraient garder Ses paroles dans leur cœur. Entrer dans cette réalité signifie entrer dans l’ère du Règne. De nos jours, presque tous les gens sentent qu’ils ne peuvent pas vivre sans manger et boire les paroles de Dieu et, quelle que soit l’heure, ils sentent que Sa parole est nouvelle. Cela signifie qu’ils commencent à emprunter la bonne voie. Dieu utilise des paroles pour œuvrer et subvenir aux besoins l’homme. Quand tous aspireront aux paroles de Dieu et en seront assoiffés, l’humanité entrera dans le monde de Ses paroles.

Dieu a beaucoup parlé. Combien de Ses paroles connais-tu ? En combien de Ses paroles es-tu entré ? Si les dirigeants de l’Église n’ont pas conduit leurs frères et sœurs dans la réalité des paroles de Dieu, ils ont été négligents dans leur devoir et ont failli à leurs responsabilités ! Que ta compréhension soit profonde ou superficielle, indépendamment de ton degré de compréhension, tu dois savoir comment manger et boire Ses paroles ; tu dois bien prêter attention à Ses paroles et comprendre l’importance et la nécessité de les manger et de les boire.

Extrait de « L’ère du Règne est l’ère de la Parole », dans La Parole apparaît dans la chair

Tu dois avoir une compréhension des nombreux états dans lesquels les hommes seront lorsque le Saint-Esprit œuvrera en eux. Ceux qui coordonnent le service de Dieu, en particulier, doivent avoir une compréhension encore meilleure des nombreuses conditions engendrées par l’œuvre que le Saint-Esprit réalise sur les hommes. Si tu parles uniquement des nombreuses expériences et des moyens d’entrer, cela montre que ton expérience est trop partiale. Sans connaître ton véritable état ni saisir le principe-vérité, il ne te sera pas possible d’atteindre un changement de tempérament. Sans connaître les principes de l’œuvre du Saint-Esprit ni comprendre les résultats qu’elle produit, il sera difficile de discerner l’œuvre d’esprits maléfiques. Tu dois exposer l’œuvre d’esprits maléfiques, de même que les notions des hommes, et aller directement au cœur de la question. Tu dois également souligner de nombreuses déviations dans la pratique des gens et dans les problèmes qu’ils rencontrent dans leur foi en Dieu, afin qu’ils puissent les reconnaître. Tout au moins, tu ne dois pas faire en sorte qu’ils se sentent négatifs ou passifs. Cependant, tu dois comprendre les difficultés qui existent de manière objective pour la plupart des gens. Tu ne dois pas être déraisonnable ni t’épuiser à la tâche en vain. Ce serait un comportement stupide. Pour résoudre les nombreuses difficultés des hommes, tu dois d’abord saisir la dynamique de l’œuvre du Saint-Esprit, comment Il accomplit Son œuvre en fonction des personnes ; tu dois comprendre les difficultés des hommes et leurs manquements ; tu dois trouver l’essence du problème et toucher sa source, sans commettre de déviation ni d’erreur. Seul ce type de personne est qualifié pour coordonner le service de Dieu.

Que tu puisses ou non saisir les problèmes clés et voir de nombreuses choses clairement, cela dépend de tes expériences individuelles. La manière dont tu expérimentes est aussi celle dont tu diriges les autres. Si tu comprends la lettre et les doctrines, alors tu conduiras les autres à les comprendre. La manière dont tu expérimentes la réalité des paroles de Dieu est celle dont tu conduis les autres à entrer dans la réalité des déclarations de Dieu. Si tu es en mesure de comprendre de nombreuses vérités et de voir clairement beaucoup de choses dans les paroles de Dieu, tu peux alors aussi conduire les autres à comprendre de nombreuses vérités et ceux que tu diriges auront une compréhension claire des visions. Si tu te concentres sur la compréhension des sentiments surnaturels, alors ceux que tu diriges en feront de même. Si tu négliges la pratique et mets plutôt l’accent sur la discussion, ceux que tu diriges se concentreront également sur la discussion, sans la moindre pratique ni transformation de leur tempérament, leur enthousiasme ne sera que superficiel et ils n’auront pratiqué aucune vérité. Tous les hommes donnent aux autres ce qu’ils possèdent eux-mêmes. Le type de personne que l’on est détermine le chemin sur lequel on dirige les autres, ainsi que le type de personnes que l’on conduit. Pour être vraiment apte à être utilisé par Dieu, vous devez non seulement avoir une aspiration, mais aussi beaucoup de Son éclairage et des orientations venant de Ses paroles, ainsi qu’avoir connu l’expérience de Son traitement et de l’épurement de Ses paroles. Sur cette base, en temps normal, vous devriez prêter attention à vos observations, réflexions, méditations et conclusions, et pratiquer l’assimilation ou l’élimination en conséquence. Ce sont tous des chemins pour votre entrée dans la réalité et tous sont indispensables. C’est ainsi qu’œuvre Dieu. Si tu entres dans cette méthode par laquelle Il réalise Son œuvre, alors tu auras tous les jours des occasions d’être amené à la perfection par Dieu. À tout moment, que tu sois dans un environnement hostile ou favorable, que tu sois éprouvé ou tenté, que tu travailles ou non, que tu mènes une vie solitaire ou vives en communauté, tu trouveras toujours des occasions d’être amené à la perfection par Dieu, sans jamais en manquer une seule. Tu seras en mesure de les découvrir toutes et, de cette façon, tu auras trouvé le secret pour expérimenter les paroles de Dieu.

Extrait de « Ce dont un berger compétent doit être équipé », dans La Parole apparaît dans la chair

L’exigence qui vous est imposée aujourd’hui de travailler ensemble en harmonie est semblable au service que l’Éternel requérait des Israélites : sinon, cessez tout simplement d’exécuter du service. Parce que vous êtes des gens qui servent Dieu directement, à tout le moins vous devez être capables de loyauté et de soumission dans votre service, et devez également être en mesure de tirer des leçons de manière pratique. En particulier, pour ceux d’entre vous qui travaillent dans l’Église, est-ce que l’un des frères et sœurs d’un rang inférieur au vôtre oserait avoir affaire à vous ? Quelqu’un oserait-il vous indiquer vos erreurs en face ? Vous vous imposez à tout le monde ; vous régnez réellement en rois ! Vous n’étudiez même pas ni n’entrez dans ce genre de leçons pratiques, pourtant vous parlez toujours de servir Dieu ! À l’heure actuelle, il t’est demandé de diriger un certain nombre d’Églises, mais non seulement tu ne renonces pas à toi-même, mais tu t’accroches même à tes propres notions et opinions, disant par exemple : « Je crois que cette chose devrait être faite de cette façon, comme Dieu a dit que nous ne devrions pas être retenus par les autres et que de nos jours nous ne devrions pas nous soumettre aveuglément. » Par conséquent, chacun de vous tient à sa propre opinion et personne n’obéit à l’autre. Bien que tu saches clairement que ton service est dans une impasse, tu dis quand même : « À mon avis, ma manière n’est pas loin du but. En tout cas, nous avons tous un point de vue : parle du tien et je parlerai du mien ; échange sur tes perspectives et je parlerai de mon entrée. » Tu n’assumes jamais la responsabilité des nombreuses choses qui doivent être traitées, ou tu te débrouilles tout simplement, chacun de vous présentant ses propres opinions et protégeant prudemment son propre statut, sa propre réputation et sa propre face. Aucun de vous n’est prêt à s’humilier, et aucun des partis ne prend l’initiative de renoncer à lui-même et de compenser les lacunes de l’autre afin que la vie puisse progresser plus rapidement. Lorsque vous vous concertez, vous devez apprendre à chercher la vérité. Vous pourriez dire : « Je n’ai pas une bonne compréhension de cet aspect de la vérité. Quelle expérience en as-tu ? » Ou vous pourriez dire : « Tu as plus d’expérience que moi en ce qui concerne cet aspect ; pourrais-tu s’il te plaît me donner une certaine direction ? » Ne serait-ce pas une bonne façon de procéder ? Vous avez écouté un grand nombre de sermons et avez de l’expérience dans l’exécution du service. Si vous n’apprenez pas les uns des autres, ne vous aidez pas entre vous, ni ne compensez vos lacunes mutuelles lorsque vous travaillez dans les Églises, comment pouvez-vous en tirer des leçons ? Chaque fois que vous faites face à quelque chose, vous devriez échanger entre vous afin que votre vie puisse en bénéficier. De plus, vous devriez attentivement échanger sur des sujets de toute sorte avant de prendre des décisions. Ce n’est qu’en agissant ainsi que vous assumez la responsabilité de l’Église plutôt que d’agir simplement de manière superficielle. Après avoir visité toutes les Églises, vous devriez vous rassembler et échanger sur toutes les questions que vous avez découvertes et tous les problèmes rencontrés dans votre travail, et ensuite vous devriez communiquer sur l’éclairage et l’illumination que vous avez reçus : c’est une pratique de service indispensable. Vous devez parvenir à une coopération harmonieuse pour les besoins de l’œuvre de Dieu, pour le profit de l’Église et afin de motiver vos frères et sœurs à progresser. Tu devrais collaborer avec les autres, chacun corrigeant l’autre et parvenant à un meilleur résultat de travail, de manière à te préoccuper de la volonté de Dieu. C’est cela la véritable coopération, et seuls ceux qui y participent gagneront une véritable entrée. En coopérant, certains des mots que vous prononcez peuvent ne pas être convenables, mais cela n’a pas d’importance. Échangez sur ce sujet plus tard et retirez-en une compréhension claire ; ne le négligez pas. Après ce genre d’échange, vous pouvez compenser les carences de vos frères ou de vos sœurs. Ce n’est qu’en approfondissant votre travail de cette manière que vous pourrez obtenir de meilleurs résultats. Chacun de vous, en tant que personne qui sert Dieu, doit être capable de défendre les intérêts de l’Église en tout ce qu’il fait au lieu de simplement considérer ses propres intérêts. Il est inacceptable d’agir seul, en se minant toujours les uns les autres. Les gens qui se comportent ainsi ne sont pas aptes à servir Dieu !

Extrait de « Servir comme les Israélites », dans La Parole apparaît dans la chair

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Les responsabilités de travail des deux dirigeants d’Église

1. Les dirigeants d’Église doivent aider les élus de Dieu à apprendre à manger et à boire les paroles de Dieu, à échanger sur la vérité, à se connaître eux-mêmes et à déceler leurs propres tempéraments corrompus, afin qu’ils parviennent à percer à jour le vrai visage de leur propre corruption et à atteindre la vraie repentance.

2. Tandis que les dirigeants d’Église conduisent la vie d’Église, ils doivent s’assurer que les gens soient capables de manger et de boire les paroles de Dieu et d’échanger normalement sur la vérité, et qu’ils ne soient pas dupés ou perturbés par les non-croyants ou les gens malfaisants, de sorte que les élus de Dieu puissent peu à peu comprendre la vérité et progresser dans leur vie.

3. Les dirigeants d’Église doivent se concentrer sur le choix, l’éducation et la formation de gens qui sont de bonne humanité et de bon calibre et qui aiment la vérité, de sorte qu’ils parviennent progressivement à comprendre la vérité, à être attentifs à la volonté de Dieu, à accomplir leurs devoirs et à entreprendre rapidement le mandat de Dieu.

4. Les dirigeants d’Église doivent être capables de discerner et d’identifier ceux qui, dans l’Église, aiment la vérité et sont capables d’accepter la vérité, ceux qui ne croient en Dieu que pour être bénis, qui ne s’intéressent qu’à la jouissance de la grâce de Dieu et qui, pourtant, haïssent la vérité et ne l’acceptent pas, et ceux qui ne recherchent que la gloire, le gain et le statut, qui convoitent les bénédictions du statut, mais ne sont pas attentifs à la volonté de Dieu, et qui n’obéissent pas véritablement à Dieu. Les dirigeants d’Église doivent être sages dans leur manière de traiter les différentes sortes de gens. Ils doivent se concentrer sur l’abreuvage de ceux qui aiment la vérité et sont capables de l’accepter. Ils doivent aussi apprendre à assigner les devoirs appropriés au calibre et aux points forts des gens, afin de tirer le meilleur parti des talents et des points forts de chacun, afin qu’il fasse de son mieux pour accomplir son devoir et qu’il soit efficace.

5. Les dirigeants d’Église doivent respecter l’œuvre de Dieu et empêcher qu’elle ne soit perturbée ou interrompue. Si l’on découvre, dans l’Église, que des gens malfaisants ou des non-croyants constituent des clans et répandent des notions ou de la négativité, amenant les élus de Dieu à être dupés et contrôlés, le dirigeant d’Église a alors la responsabilité de faire en sorte que les élus de Dieu échangent sur la vérité et pratiquent le discernement sur les actions et les comportements de ces gens diaboliques. Si, au lieu de commettre des transgressions ponctuelles, une personne possède une essence diabolique et commet toutes sortes d’actes mauvais dont les preuves sont manifestes, alors les élus de Dieu doivent voter à main levée ; si plus de la moitié est favorable, alors cette personne doit être éliminée ou exclue.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Précédent: 89. Principes pour la coordination dans le service

Suivant: 91. Principes pour être diacre dans l’Église

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre