79. Principes pour se consacrer à Dieu

(1) Il est nécessaire de faire l’expérience du jugement et du châtiment par les paroles de Dieu, d’en venir à comprendre la vérité et à se connaître soi-même, et de se débarrasser de son tempérament corrompu. Ainsi seulement peut-on se consacrer à Christ.

(2) Il est nécessaire de savoir que les aspects adorables de Christ sont innombrables. Ainsi seulement peut-on chérir la vérité de la parole de Dieu dans son cœur et parvenir à vraiment L’aimer, L’exalter et Lui porter témoignage.

(3) Il est nécessaire de savoir que Christ est la vérité, le chemin et la vie et qu’il n’est de salut que par Lui. Ainsi seulement peut-on, de bonne grâce, se dépenser pour Christ et Lui être loyal.

(4) Il est nécessaire d’avoir pour Christ un amour véritable et pur et de faire en sorte de pouvoir se soumettre à Lui jusqu’à la mort. Ainsi seulement peut-on être fidèle à Dieu jusqu’au bout.

Paroles de Dieu concernées :

La croyance en Dieu exige qu’on Lui obéisse et que l’on fasse l’expérience de Son œuvre. Dieu a tellement œuvré : on pourrait dire que, pour les gens, tout concerne la perfection, l’épurement et, plus encore, le châtiment. Il n’y a pas eu une seule étape de l’œuvre de Dieu qui ait été conforme aux notions humaines ; les gens ont apprécié les paroles sévères de Dieu. Quand Dieu vient, les gens doivent apprécier Sa majesté et Sa colère. Cependant, peu importe la sévérité de Ses paroles, Il vient sauver et perfectionner l’humanité. En tant que créatures, les gens doivent remplir les devoirs qui leur incombent et témoigner de Dieu au milieu de l’épurement. Dans chaque épreuve, ils doivent rendre le témoignage qui convient et le faire d’une manière retentissante par égard pour Dieu. Quelqu’un qui le fait est un vainqueur. Peu importe comment Dieu t’épure, tu demeures plein de confiance et ne perds jamais confiance en Lui. Tu fais ce que l’homme est censé faire. C’est ce que Dieu exige de l’homme, et le cœur de l’homme doit être disposé à retourner entièrement à Lui et à se tourner vers Lui à chaque instant qui passe. C’est un vainqueur. Ceux à qui Dieu Se réfère en tant que « vainqueurs » sont ceux qui sont encore capables de témoigner, de maintenir leur confiance et leur dévouement envers Dieu lorsqu’ils subissent l’influence de Satan et lorsque Satan les assiège, c’est-à-dire lorsqu’ils se retrouvent au milieu des forces des ténèbres. Si tu es toujours en mesure de garder un cœur pur devant Dieu et de maintenir ton véritable amour pour Dieu, quoi qu’il en soit, tu es témoin devant Dieu, et c’est ce que Dieu appelle être un « vainqueur ». Si ta recherche est excellente lorsque Dieu te bénit, mais que tu te retires quand tu n’as pas Ses bénédictions, cela est-il la pureté ? Puisque tu es certain que cette voie est vraie, tu dois la suivre jusqu’à la fin ; tu devras maintenir ta dévotion à Dieu. Puisque tu as vu que Dieu Lui-même est venu sur la terre pour te rendre parfait, tu devrais Lui donner entièrement ton cœur. Maintenir ta pureté devant Dieu, c’est pouvoir Le suivre, peu importe ce qu’Il fait, même s’Il détermine pour toi un résultat défavorable à la fin. Offrir à Dieu un corps spirituel saint et une vierge pure signifie garder un cœur sincère devant Dieu. Pour l’humanité, la sincérité est la pureté, et la capacité d’être sincère envers Dieu, c’est maintenir la pureté. C’est ce que tu devrais mettre en pratique. Quand tu dois prier, tu pries ; quand tu dois te rassembler avec d’autres pour échanger, tu le fais ; quand tu dois chanter des hymnes, tu chantes des hymnes ; et quand tu dois renoncer à la chair, tu renonces à la chair. Lorsque tu accomplis ton devoir, tu ne le fais pas tant bien que mal ; lorsque tu es confronté à des épreuves, tu tiens bon. C’est la dévotion envers Dieu.

Extrait de « Tu devrais maintenir ta dévotion à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Ce que Je désire, c’est ta fidélité, ton obéissance, ton amour et ton témoignage maintenant. Même si tu ne sais pas, à l’heure actuelle, ce que sont le témoignage et l’amour, tu dois Me donner tout ton être et Me remettre les seuls trésors que tu possèdes : ta fidélité et ton obéissance. Tu dois savoir que le témoignage de Ma victoire sur Satan se trouve dans la loyauté et l’obéissance de l’homme, tout comme le témoignage de Ma conquête complète de l’homme. Le devoir de ta foi en Moi est de témoigner pour Moi, de M’être fidèle, à Moi et à personne d’autre, et d’être obéissant jusqu’à la fin. Avant que J’entame la prochaine étape de Mon œuvre, comment Me rendras-tu témoignage ? Comment Me seras-tu fidèle et obéissant ? Vas-tu consacrer toute ta fidélité à ta fonction ou simplement abandonner ? Souhaiterais-tu plutôt te soumettre à tous Mes arrangements (même la mort ou la destruction) ou fuir à mi-chemin pour éviter Mon châtiment ? Je te châtie afin que tu Me rendes témoignage et que tu Me sois fidèle et obéissant. En outre, le châtiment à l’heure actuelle sert à inaugurer la prochaine étape de Mon œuvre et à permettre à l’œuvre de progresser sans entrave. Par conséquent, Je t’exhorte à être sage et à ne pas traiter ta vie ni la signification de ton existence comme un terrain sablonneux sans valeur. Peux-tu savoir exactement ce que sera Ma prochaine œuvre ? Sais-tu comment Je travaillerai dans les jours à venir et comment se déroulera Mon œuvre ? Tu dois connaître la signification de l’expérience que tu as de Mon œuvre et, en outre, la signification de ta foi en Moi.

Extrait de « Que connais-tu de la foi ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Tout ce temps, J’ai gardé pour l’homme une norme stricte. Si votre loyauté est motivée par des intentions et des conditions, alors Je préférerais Me passer d’une telle loyauté, car Je déteste violemment ceux qui Me trompent par leurs intentions et M’extorquent par leurs conditions. Je souhaite seulement que l’homme Me soit absolument loyal, et qu’il fasse toute chose pour un seul mot et afin de prouver un seul mot : « foi ». Je méprise votre usage de flatteries pour tenter de Me réjouir, car Je vous ai toujours traités avec sincérité, aussi souhaiterais-Je que vous aussi, vous Me traitiez avec une vraie foi.

Extrait de « Es-tu quelqu’un qui croit véritablement en Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Si tu peux consacrer ton cœur, ton corps et tout ton amour authentique à Dieu, les présenter à Dieu, Lui être totalement obéissant, être absolument attentif à Sa volonté, pas pour la chair, pas pour la famille et pas pour tes désirs personnels, mais pour les intérêts de la maison de Dieu, prenant la parole de Dieu comme le principe et le fondement de tout, alors, ce faisant, tes intentions et tes perspectives seront toutes à la bonne place, et tu seras alors quelqu’un devant Dieu qui reçoit Sa louange. Les gens que Dieu aime sont ceux qui sont absolus envers Lui ; ils sont ceux qui peuvent être dévoués à Lui seul. Ceux qu’Il déteste sont ceux qui sont peu enthousiastes envers Lui et qui se rebellent contre Lui. Il déteste ceux qui croient en Lui et veulent toujours tirer profit de Lui, tout en étant pourtant incapables de se dépenser complètement pour Lui. Il déteste ceux qui disent qu’ils L’aiment, mais qui se rebellent contre Lui dans leurs cœurs ; Il déteste ceux qui utilisent un langage éloquent pour se livrer à la tromperie. Ceux qui ne se consacrent pas sincèrement à Dieu ou ne se sont pas véritablement soumis devant Lui sont traîtres et trop arrogants par nature. Ceux qui ne peuvent être véritablement soumis devant le Dieu normal et concret sont encore plus arrogants, et ils sont en particulier la progéniture docile de l’archange. Les gens qui se dépensent vraiment pour Dieu placent tout leur être devant Lui ; ils se soumettent sincèrement à toutes Ses déclarations et sont en mesure de mettre Ses paroles en pratique. Ils font des paroles de Dieu le fondement de leur existence et ils sont capables de sonder sérieusement les paroles de Dieu pour découvrir quelles parties pratiquer. Ainsi sont les gens qui vivent vraiment devant Dieu.

Extrait de « Ceux qui aiment vraiment Dieu sont ceux qui peuvent se soumettre absolument à Sa réalité », dans La Parole apparaît dans la chair

Ceux qui servent Dieu devraient être les intimes de Dieu, ils devraient être agréables à Dieu et capables de la plus grande loyauté envers Dieu. Peu importe que tu agisses en privé ou en public, tu es en mesure de gagner la joie de Dieu devant Dieu, tu es en mesure de tenir ferme devant Dieu, et quelle que soit la façon dont les autres te traitent, tu empruntes toujours le chemin que tu devrais emprunter et tu prêtes toute ton attention au fardeau de Dieu. Seules de telles gens sont des intimes de Dieu. Les intimes de Dieu sont capables de Le servir directement parce qu’ils ont reçu le grand mandat de Dieu et le fardeau de Dieu, qu’ils sont en mesure de considérer le cœur et le fardeau de Dieu comme le leur et parce qu’ils n’accordent aucune importance à leurs perspectives d’avenir : même quand ils n’ont aucune perspective et qu’ils n’en retireront aucun avantage, ils croient toujours en Dieu avec un cœur aimant. Et donc, ce genre de personne est un intime de Dieu. Les intimes de Dieu sont aussi Ses confidents ; seuls les confidents de Dieu pourraient partager Son inquiétude et Ses pensées, et, bien que leur chair soit endolorie et faible, ils sont capables d’endurer la douleur et d’abandonner ce qu’ils aiment pour satisfaire Dieu. Dieu confie plus de fardeaux à de telles personnes et ce que Dieu désire faire est corroboré dans le témoignage de telles personnes. Ainsi, ces gens sont agréables à Dieu, ils sont les serviteurs de Dieu, selon Son cœur et seuls des gens comme cela peuvent régner avec Dieu. Lorsque tu seras vraiment devenu un intime de Dieu, c’est précisément alors que tu régneras avec Dieu.

Extrait de « Comment servir en harmonie avec la volonté de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Vous M’avez suivi pendant toutes ces années, mais ne M’avez jamais fait montre de la moindre fidélité. À la place, vous avez tourné autour des personnes que vous aimez et des choses qui vous apportent de la satisfaction, si bien qu’à tout moment et où que vous allez, vous les gardez près du cœur et ne les avez jamais abandonnées. Chaque fois que vous devenez impatients ou passionnés à propos de quelque chose que vous aimez, cela vous arrive alors même que vous Me suivez, voire pendant que vous écoutez Mes paroles. C’est pourquoi Je dis que vous vous servez de la fidélité que J’exige de vous pour être fidèles, à la place, à vos « protégés » et les chérir. Vous avez beau sacrifier une chose ou deux pour Moi, cela ne représente pas tout votre être et ne montre pas que c’est à Moi que vous êtes véritablement fidèles. Vous vous impliquez dans des choses auxquelles vous tenez passionnément : certains sont fidèles à leurs fils et filles, d’autres à leur époux ou épouse, à la fortune, au travail, à leurs supérieurs, au prestige ou aux femmes. Les choses auxquelles vous êtes fidèles ne vous lassent jamais, ne vous importunent jamais ; au contraire, vous êtes toujours plus impatients de posséder ces choses en plus grande quantité et en qualité supérieure, et vous ne lâchez jamais prise. Mes paroles et Moi sommes toujours relégués derrière les choses qui vous tiennent à cœur. Et vous n’avez d’autre choix que de les placer en dernier. Il y a même ceux qui réservent cette dernière place aux choses auxquelles ils sont fidèles et qu’il leur reste à découvrir. Jamais il n’y a eu la moindre trace de Moi dans leur cœur. Vous pensez peut-être que Je vous en demande trop ou que Je vous accuse à tort, mais avez-vous déjà songé au fait que pendant que vous passez du bon temps en famille, pas une seule fois vous n’êtes fidèles à Moi ? Par les temps qui courent, cela ne vous attriste-t-il pas ? Lorsque votre cœur est empli de joie et que vous êtes récompensés pour votre labeur, n’êtes-vous pas démoralisés de ne pas vous être armés de suffisamment de vérité ? Quand avez-vous pleuré de ne pas avoir reçu Mon approbation ? Vous tourmentez votre esprit et endurez de grandes peines pour vos fils et vos filles, et pourtant, vous restez insatisfaits ; pourtant, vous pensez que vous n’avez pas été attentionnés à leur égard, que vous n’avez pas tout fait pour eux. À Mon égard, en revanche, vous avez toujours été négligents et insouciants ; Je ne suis que dans vos souvenirs, et Je ne perdure pas dans votre cœur. Vous êtes pour toujours insensibles à Ma dévotion et à Mes efforts, et vous n’en avez jamais eu la moindre reconnaissance. Vous vous contentez de réfléchir brièvement et croyez que cela suffira. Ce genre de « fidélité » n’est pas ce que Je désire depuis longtemps, mais ce que Je méprise depuis longtemps.

Extrait de « À qui es-tu fidèle ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Je continue de Me soucier de la manière dont chacun de vous agit et se comporte, en fonction de quoi Je déterminerai votre fin. Cependant, Je tiens à préciser que Je n’accorderai plus de miséricorde à ceux qui M’ont été complètement infidèles en périodes de tribulation, car Ma miséricorde a ses limites. En outre, Je n’ai pas d’affection pour quiconque M’a déjà trahi et souhaite encore moins M’associer avec ceux qui trahissent les intérêts de leurs amis. Voilà Mon tempérament, quelle que soit la personne. Je dois vous dire ceci : quiconque brise Mon cœur n’aura pas droit à Ma clémence une seconde fois et quiconque M’a été fidèle restera toujours dans Mon cœur.

Extrait de « Prépare suffisamment de bonnes actions pour ta destination », dans La Parole apparaît dans la chair

Aujourd’hui, vous n’avez pas à répondre à des exigences supplémentaires, mais vous devez accomplir le devoir de l’homme et ce qui devrait être fait par tous les gens. Si vous êtes incapables de faire même votre devoir, ou de le faire bien, alors ne vous attirez-vous pas des problèmes ? Ne courtisez-vous pas la mort ? Comment pourriez-vous encore espérer un avenir et une expectative ? L’œuvre de Dieu est faite dans l’intérêt de l’humanité et la coopération de l’homme est donnée dans l’intérêt de la gestion de Dieu. Après que Dieu a fait tout ce qu’Il est censé faire, l’homme est tenu d’être sans failles dans sa pratique et de coopérer avec Dieu. Dans l’œuvre de Dieu, l’homme ne devrait épargner aucun effort, devrait offrir sa loyauté, et ne devrait pas se livrer à de nombreuses notions ou s’asseoir passivement et attendre la mort. Dieu peut Se sacrifier pour l’homme, alors pourquoi l’homme ne peut-il pas offrir sa loyauté à Dieu ? Dieu Se donne de cœur et d’esprit à l’homme, alors pourquoi l’homme ne peut-il pas coopérer un peu ? Dieu œuvre pour l’humanité, alors pourquoi l’homme ne peut-il pas effectuer une partie de son devoir pour le bien de la gestion de Dieu ? L’œuvre de Dieu a progressé jusqu’à aujourd’hui, et encore vous voyez, mais n’agissez pas, vous entendez, mais ne bougez pas. De telles gens ne sont-ils pas l’objet de la perdition ? Dieu S’est déjà donné complètement à l’homme, alors pourquoi, aujourd’hui, l’homme est-il incapable d’accomplir sincèrement son devoir ? Pour Dieu, Son œuvre est Sa priorité et l’œuvre de Sa gestion est de la plus haute importance. Pour l’homme, la priorité est de mettre les paroles de Dieu en pratique et de satisfaire aux exigences de Dieu. Vous devriez tous comprendre cela.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et la pratique de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

En tant qu’être humain, pour accepter la commission de Dieu, il faut Lui être dévoué. Il faut être entièrement dévoué à Dieu, et ne pas être tiède, ni manquer d’assumer ses responsabilités ou agir en fonction de ses propres intérêts ou humeurs ; ce n’est pas cela, être dévoué. Que signifie être dévoué ? Cela signifie que lorsque vous accomplissez vos devoirs, vous n’êtes pas influencés ni limités par des humeurs, environnements, personnes, faits ou choses. « J’ai reçu cette commission de Dieu ; Il me l’a attribuée. C’est ce que je suis supposé faire. Je l’accomplirai donc en en faisant ma propre affaire, de la manière qui produira de bons résultats, quelle qu’elle soit, en accordant de l’importance à la satisfaction de Dieu. » Quand tu te trouves dans cet état, non seulement tu es dirigé par ta conscience, mais tu fais aussi preuve de dévotion. Si tu ne retires de satisfaction que dans l’achèvement de quelque chose, sans chercher à être efficace et à atteindre des résultats, et si tu estimes qu’il suffit simplement de faire quelques efforts, alors c’est uniquement le standard de la conscience et ne peut être considéré comme de la dévotion. Quand on est dévoué à Dieu, ce standard est un peu plus élevé que le standard de la conscience. Alors, il ne s’agit plus simplement de faire quelques efforts, mais d’y mettre aussi tout son cœur. On doit toujours considérer son devoir comme son propre travail, se donner du mal pour cette tâche, supporter des reproches si l’on commet la moindre erreur ou si l’on est un tant soit peu négligent, réaliser que l’on ne peut être ce genre de personne, car cela nous rend si indigne de Dieu. Les gens qui ont véritablement du bon sens accomplissent leurs devoirs comme s’il s’agissait de leur propre travail, sans se soucier de savoir si quelqu’un les supervise. Que Dieu soit satisfait d’eux ou non, et quelle que soit la manière dont Il les traite, ils accomplissent toujours leurs devoirs et exécutent toujours la commission que Dieu leur a confiée avec exigence vis-à-vis d’eux-mêmes. Cela s’appelle de la dévotion. Cela n’est-il pas un standard plus élevé que le standard de la conscience ? La plupart du temps, quand on agit selon sa conscience, on est influencé par des éléments extérieurs, ou bien on y met simplement toutes ses forces. Il n’y a pas là un si haut degré de pureté. Quand il s’agit de « dévotion » et d’être « capable de respecter fidèlement son devoir », il y a davantage de pureté. Faire des efforts ne suffit pas. Tu dois te consacrer à ton devoir de tout ton cœur, de tout ton esprit et de toute ton âme. Ton corps doit parfois en souffrir quelque peu : tu dois y consacrer tout ton esprit. Quand tu te retrouves confronté à un certain nombre d’événements, il ne faut pas que cela t’influence ou te contraigne et tu ne dois pas être lié par ces choses-là. Tu dois faire passer tes affaires personnelles au second plan. Tu dois payer un certain prix, renoncer à tes intérêts personnels, à ta fierté, à tes émotions, aux plaisirs physiques et au confort matériel, et tu dois même renoncer à ta jeunesse, au mariage et à tes perspectives d’avenir. C’est ainsi que tu parviendras à la dévotion.

Extrait de « On ne peut être vraiment heureux qu’en étant une personne honnête », dans Récits des entretiens de Christ

Au départ, les gens sont réticents à pratiquer la vérité. Prends comme exemple le fait d’accomplir ses devoirs avec dévotion : tu as une certaine compréhension du fait d’accomplir tes devoirs et d’être dévoué à Dieu, et tu comprends aussi les vérités liées à cela, mais quand seras-tu capable de te dévouer complètement à Dieu ? Quand seras-tu complètement honnête dans l’accomplissement de tes devoirs ? Cela requerra un processus. Au cours de ce processus, il se peut que tu endures de nombreuses épreuves. Peut-être que certaines gens te traiteront et que d’autres te critiqueront. Les yeux de tous seront fixés sur toi et c’est alors seulement que tu commenceras à comprendre que tu n’as pas raison et que tu es en fait celui qui n’a pas bien réussi, qu’accomplir ton devoir tout en manquant de dévotion est inacceptable et que tu ne dois pas être étourdi ou négligent. Le Saint-Esprit t’éclairera de l’intérieur et te le reprochera quand tu feras une erreur. Au cours de ce processus, tu comprendras des choses au sujet de toi-même et sauras que tu es trop impur, que tu entretiens trop de motivations personnelles et que tu as de trop nombreux désirs immodérés quand tu accomplis tes devoirs. Une fois que tu as compris l’essence de ces choses, tu peux te présenter devant Dieu dans la prière et de te repentir vraiment ; de cette façon, tu peux être purifié de ces choses impures. Si, de cette manière, tu cherches fréquemment la vérité pour résoudre tes propres problèmes pratiques, tu emprunteras graduellement le bon sentier de la foi. Plus le tempérament corrompu d’un homme est purifié, plus son tempérament de vie se transformera.

Extrait de « Ce que vous devriez savoir sur la transformation de votre tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Si tu souhaites être dévoué dans tout ce que tu fais pour satisfaire la volonté de Dieu, tu ne peux pas simplement accomplir un devoir ; tu dois accepter toute commission que Dieu te confère. Qu’elle corresponde à tes goûts et s’inscrive parmi tes intérêts ou non, ou qu’elle soit quelque chose que tu n’apprécies pas ou n’as jamais fait auparavant, ou bien quelque chose de difficile, tu devrais quand même l’accepter et t’y soumettre. Non seulement tu dois l’accepter, mais tu dois coopérer de manière proactive, te renseigner à son sujet et obtenir l’entrée. Même si tu souffres et n’as pas été en mesure de te démarquer et de briller, tu dois quand même engager ta dévotion. Tu dois la considérer comme ton devoir à accomplir, pas comme une affaire personnelle, mais comme ton devoir. Comment les gens devraient-ils comprendre leurs devoirs ? Le devoir d’une personne émerge quand le Créateur, Dieu, lui donne une tâche à faire. Les tâches que Dieu te confie, les commissions que Dieu te donne : voilà tes devoirs. Quand tu les poursuivras comme tes objectifs et que tu auras véritablement un cœur qui aime Dieu, pourras-tu encore refuser la commission de Dieu ? Tu ne dois pas refuser. Tu dois l’accepter, n’est-ce pas ? C’est le chemin de pratique. Qu’est-ce que le chemin de pratique ? (Être profondément dévoué en toute chose). Être dévoué en toute chose pour satisfaire la volonté de Dieu. Quel est le point central ici ? Il est « en toute chose ». « Toute chose » ne veut pas forcément dire des choses que tu aimes ou pour lesquelles tu es doué, encore moins des choses qui te sont familières. Parfois, tu auras besoin d’apprendre, parfois, tu rencontreras des difficultés et, parfois, tu devras souffrir. Cependant, peu importe la tâche, à partir du moment où elle est commissionnée par Dieu, tu dois l’accepter de Sa part, la considérer comme ton devoir, être dévoué à l’accomplir et satisfaire la volonté de Dieu : tel est le chemin de la pratique.

Extrait de « On ne peut être vraiment heureux qu’en étant une personne honnête », dans Récits des entretiens de Christ

Peu importe ce que Dieu te demande, il suffit que tu essaies de l’accomplir de toute ta force, et J’espère que tu seras capable de te présenter devant Dieu et Lui consacrer ton plus grand dévouement à la fin. Aussi longtemps que tu peux voir le sourire satisfait de Dieu alors qu’Il siège sur Son trône, même si c’est au moment convenu pour ta mort, tu devrais pouvoir rire et sourire quand tu fermeras les yeux. Pendant ton temps sur la terre, tu dois accomplir ton dernier devoir pour Dieu. Dans le passé, Pierre a été crucifié la tête en bas pour Dieu ; cependant, tu devrais satisfaire Dieu à la fin et épuiser toute ton énergie pour Lui. Que peut faire un être créé pour Dieu ? Tu devrais donc t’offrir en sacrifice pour Dieu le plus tôt possible, afin qu’Il S’occupe de toi comme bon Lui semble. Tant que Dieu est heureux et satisfait, alors laisse-Le faire ce qu’Il veut avec toi. Quel droit les hommes ont-ils de parler pour se plaindre ?

Extrait du Chapitre 41 des « Interprétations des mystères des paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Après que des années se sont écoulées, l’homme s’est endurci, ayant connu les souffrances de l’épurement et du châtiment. Bien que l’homme ait perdu la « gloire » et le « charme » des temps passés, il a inconsciemment réussi à comprendre les principes du comportement humain, et a réussi à apprécier les années que Dieu a consacrées à sauver l’humanité. L’homme commence petit à petit à haïr sa propre barbarie. Il commence à détester son degré de sauvagerie et tous ses malentendus envers Dieu, et les exigences déraisonnables qu’il Lui a formulées. On ne peut pas remonter le temps. Les événements passés deviennent de regrettables souvenirs pour l’homme, et les paroles et l’amour de Dieu deviennent la force motrice dans la nouvelle vie de l’homme. Les blessures de l’homme se cicatrisent de jour en jour, ses forces reviennent, et il se lève et regarde le visage du Tout-Puissant […] seulement pour découvrir qu’Il a toujours été à mes côtés, et que Son sourire et Sa belle expression sont encore si émouvants. Dans Son cœur, Il reste toujours soucieux de l’humanité qu’Il a créée, et Ses mains sont toujours aussi chaudes et puissantes qu’au commencement. C’est comme si l’homme était retourné au jardin d’Éden, pourtant, cette fois-ci, l’homme ne se soumet plus aux tentations du serpent et ne se détourne plus de la face de l’Éternel. L’homme s’agenouille devant Dieu, lève les yeux vers le visage souriant de Dieu et offre son sacrifice le plus précieux. Ô ! Mon Seigneur, mon Dieu !

Extrait de « L’homme ne peut être sauvé que dans le cadre de la gestion de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 78. Principes pour accomplir son devoir de manière adéquate

Suivant: 80. Principes pour évaluer les convertis potentiels

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre