75. Principes pour confirmer son poste

(1) Choisissez votre devoir selon vos points forts et vos talents. Dans la mesure où la majorité des gens considèrent votre choix comme approprié, vous devez confirmer le fait que ce devoir vous revient.

(2) Celui qui accomplit bien son devoir a trouvé son poste, et celui qui accomplit bien son devoir reste ferme dans sa position d’être créé.

(3) En accomplissant son devoir, on doit se soumettre aux arrangements de la maison de Dieu. Celui qui trouve son devoir inadéquat peut, en contact avec les dirigeants et les collaborateurs, choisir des devoirs adaptés.

(4) Indépendamment de son devoir particulier, on doit prier Dieu et se fier à Lui et, dans tous les domaines, chercher la vérité et agir selon les principes. Ce faisant, on devient capable d’accomplir son devoir de façon satisfaisante.

Paroles de Dieu concernées :

Dans le cadre de Son plan de gestion, Dieu a prévu depuis longtemps combien de fois tu viendrais dans le monde des hommes, dans quelle lignée et quelle famille tu naîtrais au cours des derniers jours, les spécificités de cette famille, si tu serais un homme ou une femme, quelles seraient tes forces, le niveau d'éducation que tu atteindrais, comment tu t’exprimerais, quel serait ton calibre, à quoi tu ressemblerais, à quel âge tu te présenterais dans la maison de Dieu et commencerais à accomplir ton devoir et quel devoir tu accomplirais à quel moment. Il a planifié depuis longtemps chaque étape te concernant. Avant ta naissance, quand tu étais venu parmi les hommes lors de tes dernières vies, Dieu avait déjà organisé la tâche que tu allais accomplir pendant cette étape finale de l’œuvre. Ce n'est pas une plaisanterie ! Le fait même que tu sois ici pour écouter ce sermon était destiné par Dieu, ce n'est pas rien ! De plus, ton état physique, l’expérience que tu as acquise à un âge donné, le type de devoirs que tu es capable d’accomplir, tes capacités et tes compétences t'ont été destinés par Dieu il y a longtemps. C'est-à-dire que Dieu souhaite Se servir de toi et t'avait déjà préparé à cette mission et à cette vocation, avant de te les confier. Alors, est-ce normal que tu t'enfuies ? Est-ce normal que tu hésites ? Tu déçois Dieu en faisant cela ! Il n'y a pas de pire acte de rébellion que de tourner le dos à son devoir : il s'agit d'un péché odieux. Les intentions de Dieu sont grandement réfléchies. Il y a d'innombrables générations de cela, Dieu avait déjà prédestiné ton arrivée aujourd'hui et t'avait assigné cette mission. N'es-tu pas alors responsable de cette mission ? Ne représente-t-elle pas la valeur même de ta vie ? Et si tu n'accomplis pas la mission qu’Il t'a confiée, ta vie est-elle utile ? Dieu t'a placé dans cette situation, t'a accordé ce calibre, t'a donné ces capacités et compétences, t'a procuré toutes les conditions te permettant de vivre jusqu'à cet âge et d’accomplir cette tâche, mais tu ne le fais pas et t'enfuis. Tu veux seulement mener une vie confortable, te faire une place dans le monde et utiliser ce que Dieu t'a donné pour servir Satan. Dieu pourrait-Il S'en réjouir ? Cela pourrait-il Le rendre heureux ? Tu n'accomplis pas ta mission, tu ne réalises pas la mission qu’Il t'a confiée et tu fuis Son siège de jugement. Que Dieu décide-t-Il pour de telles personnes ? Il les annihile ! Jamais plus tu ne naîtras et ne viendras en ce monde. Jamais plus Dieu ne te confiera quoi que ce soit. On te retire ta mission et il ne te reste donc plus aucune chance. Autrement dit, tu es dans le pétrin ! Ces personnes ont fui une fois le regard de Dieu, fui Mon siège de jugement, Ma présence. Elles n'ont pas accompli leur tâche ni terminé leur mission. C'est la fin, c'est terminé, leur vie s'arrête ici. Une limite a été définie. Ce n’est plus la peine d’en parler. Comme c'est tragique !

Aujourd'hui, le devoir que vous accomplissez, grand ou petit, dans la maison de Dieu n’est pas le fruit du hasard, qu’il implique un travail physique ou intellectuel et soit réalisé à l'extérieur ou à l'intérieur de l'église. Ce n'est pas toi qui le choisis, mais Dieu qui le commande. C'est uniquement grâce à la mission de Dieu que tu es touché, que tu reçois ce sens du devoir et des responsabilités et que tu es capable de faire ce devoir. Parmi les incroyants, nombreux sont ceux qui sont attirants, intelligents ou compétents. Mais Dieu les favorise-t-Il ? Non. Dieu ne favorise que votre groupe. Il vous fait assumer toutes sortes de rôles, de devoirs et de responsabilités dans Son œuvre de gestion. Quand, au bout du compte, Son plan de gestion prendra fin et sera achevé, quelle gloire et quel honneur ce sera ! Ainsi, lorsque, dans l'exercice de leur mission, les gens connaissent une petite difficulté, doivent abandonner certaines choses et se sacrifier, en paient le prix, perdent leur statut, leur renommée et leur fortune dans le monde, il semble que Dieu leur ait retiré ces choses. Or, ils ont gagné autre chose de plus grand et de meilleur. Qu'ont-ils gagné de Dieu ? Tu n'es une vraie personne qu’une fois que tu as correctement accompli ton devoir, que tu as rempli la mission que Dieu t'a confiée, que tu consacres ta vie entière à ta mission et à ta tâche et que tu vis une vie qui en vaut la peine ! Et pourquoi dis-Je que tu es une vraie personne ? Parce qu’Il t'a choisi. Il t'a permis d'accomplir le devoir d'une créature de Dieu sous Sa direction et ta vie ne peut avoir de plus grande valeur ou signification.

Extrait de « Les principes de la pratique pour la soumission à Dieu », dans Récits des entretiens de Christ

Puisque tu crois en Dieu et Le suis, tu devrais tout Lui offrir et ne devrais pas faire des demandes ou des choix personnels, et tu devrais arriver à satisfaire le désir de Dieu. Puisque tu as été créé, tu devrais obéir au Seigneur qui t’a créé, car tu ne peux pas intrinsèquement te dominer toi-même, et tu n’as aucune capacité à contrôler ton propre destin. Puisque tu es une personne qui croit en Dieu, tu devrais chercher la sainteté et le changement. Puisque tu es une créature de Dieu, tu devrais adhérer à ton devoir et garder ta place, et tu ne dois pas outrepasser ton devoir. Ce n’est pas pour te contraindre ou t’étouffer par la doctrine, mais c’est plutôt le chemin par lequel tu peux accomplir ton devoir, et il peut être emprunté – devrait être emprunté – par tous ceux qui pratiquent la justice.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Quels sont vos principes pour votre conduite ? Vous devez vous conduire selon votre rang, trouver le rang qui vous convient et tenir votre rang. À titre d’exemple, il y a des gens qui sont bons dans leur métier et capables d’en maîtriser les principes, et c’est à eux de procéder aux dernières vérifications. Il y a des gens qui sont capables de donner des idées et des conseils dont tous les autres peuvent tirer parti pour mieux accomplir leur devoir : ils doivent donc donner des idées. Si tu peux trouver le rang qui te convient et travailler en harmonie avec tes frères et sœurs, tu accompliras ton devoir et tu te conduiras selon ton rang. Si tu n’es capable d’exprimer qu’une petite partie de tes pensées mais que tu aimerais apporter d’autres choses, et si tu fais finalement de gros efforts pour cela, et que tu en es pourtant incapable, si bien que lorsque ce sont les autres qui les apportent, tu es mal à l’aise et tu ne veux pas écouter, ton cœur est peiné et contraint, tu dis que Dieu est injuste et tu Lui en fais le reproche, alors c’est de l’ambition. Quel est le tempérament qui engendre l’ambition chez quelqu’un ? C’est un tempérament arrogant qui engendre l’ambition. Ces états peuvent à coup sûr émerger en vous à tout moment, et si vous ne pouvez pas chercher la vérité pour y remédier, que vous n’avez pas d’entrée dans la vie et que vous ne pouvez pas changer dans ce domaine, alors vous accomplirez vos devoirs avec un faible degré de qualification et de pureté. Si vous échouez, vous pourrez très difficilement donner à Dieu la gloire qui Lui est due. Certains ont du talent dans deux ou trois domaines, certains dans un domaine, et d’autres n’ont aucun talent : si vous pouvez aborder ces sujets de façon convenable, alors vous aurez trouvé votre rang. Ceux qui ont trouvé leur rang peuvent se comporter en conséquence et accomplir convenablement leurs devoirs. Il y a des gens qui ne trouvent jamais leur rang, qui cherchent toujours à décrocher la marmite alors qu’il y a à manger dans leur écuelle, qui sautent sur tout ce qui leur est profitable, qui ont toujours leurs propres ambitions, mais qui croient qu’ils font preuve de considération pour les intentions de Dieu et qu’ils accomplissent leur devoir avec loyauté : c’est une croyance erronée, une interprétation erronée de ce qu’est la « loyauté ». Si tu veux être loyal et accomplir ton devoir de façon satisfaisante, si c’est ta quête et ton désir, tu dois d’abord trouver le bon rang pour toi, puis faire ton possible en y mettant tout ton cœur, tout ton esprit et toutes tes forces. Cela est satisfaisant et ainsi, tu rempliras ton devoir avec une relative pureté. Voilà ce que doit faire un véritable être créé. Tout d’abord, tu dois comprendre ce qu’est un véritable être créé : un véritable être créé n’est pas un surhomme, mais une personne qui vit honnêtement et humblement sur la terre et qui n’a rien d’extraordinaire. Que signifie ne rien avoir d’extraordinaire ? Cela signifie que tu auras beau garder la tête haute ou sauter le plus haut possible, ta taille réelle ne changera pas, et que tu n’as aucune aptitude extraordinaire. Si tu veux toujours surpasser les autres, être mieux classé qu’eux, alors c’est le résultat de ton tempérament arrogant et satanique, c’est ton fantasme. En réalité, tu ne peux pas réussir et cela t’est impossible. Dieu ne t’a pas donné ce talent ni cette aptitude, et Il ne t’a pas non plus donné une telle essence. N’oublie pas que tu es un membre normal et ordinaire de l’humanité, en rien différent des autres, même si ton apparence, ta famille ou la décennie de ta naissance peuvent être différentes, et même si tes talents et tes dons peuvent présenter des différences. Mais n’oublie pas ceci : peu importe que tu sois différent, ce ne sont que de petites différences et ton tempérament corrompu est le même que celui des autres. De même, les principes, les objectifs et les orientations auxquels tu dois adhérer dans l’accomplissement de ton devoir sont identiques à ceux des autres. Les gens ne diffèrent entre eux que par leurs forces et leurs dons.

Extrait de « Les principes que l’on doit suivre dans sa conduit », dans Récits des entretiens de Christ

Il est bénéfique, pour se connaître soi-même, de comprendre ce qu’est un bon ou un mauvais calibre et d’avoir bien conscience de son propre calibre, de sa nature et de sa substance. Quand les gens savent où ils en sont, ils font moins d’erreurs. Quand ils savent s’évaluer, ils cessent d’être arrogants et adoptent une conduite plus honnête et plus correcte. Ne pas se connaître soi-même peut entraîner beaucoup de problèmes. Certains sont d’un calibre ordinaire mais se croient d’un calibre élevé. Ils croient avoir un don pour diriger : à l’intérieur d’eux-mêmes, ils sont impatients de devenir des dirigeants, de prendre la tête de l’équipe, mais personne ne les choisit jamais. Est-ce que cela ne les ébranle pas ? Quand les gens sont ébranlés par ce genre de chose et sont troublés, ils n’accomplissent pas bien leur devoir et sont susceptibles de faire des sottises qui provoquent de l’embarras, des choses insensées que Dieu déteste. Ainsi, avant toute autre chose, ils doivent réagir à ces révélations fondamentales de leurs tempéraments corrompus en se connaissant eux-mêmes. Il s’agit de leur arrogance, de leur manque de bon sens, du fait qu’ils croient toujours qu’ils ont un bon calibre, qu’ils sont meilleurs que les autres, qu’ils devraient guider les autres, etc. Une fois que ces problèmes seront résolus, tu seras déterminé à bien accomplir ton devoir, ta conduite sera plus correcte, et tu ne te soucieras plus de pensées et comportements extérieurs comme l’agressivité, la vanité, la fierté et l’idée que tu es spécial, et tu seras devenu bien plus mature.

Extrait de « Comprendre la vérité est crucial pour accomplir convenablement son devoir », dans Récits des entretiens de Christ

Il y a souvent un conflit entre les rêves et la réalité. La plupart du temps, les gens pensent que leurs rêves sont légitimes. Ne savent-ils pas que leurs rêves et la réalité sont deux choses complètement différentes ? Les rêves ne sont que ce que vous désirez, ils ne sont que des préoccupations éphémères, souvent nées de l’entêtement ou du fantasme et en décalage avec la réalité. Quelles erreurs commettent souvent les gens qui ont trop de rêves ? Ils ignorent le travail qu’ils ont sous les yeux et qu’ils devraient accomplir dans l’instant. Ils ignorent la réalité et mettent de côté le devoir qu’ils devraient accomplir, le travail qu’ils devraient faire, leurs obligations et leurs responsabilités à ce moment précis. Ils les prennent à la légère et s’adonnent à leurs rêves, faisant tout ce qu’ils ont envie de faire, tout ce qu’ils veulent. Dans ce contexte, ces gens sont non seulement incapables d’accomplir vraiment leur devoir, mais ils retardent surtout l’œuvre de la maison de Dieu et la perturbent. Beaucoup de gens ne comprennent pas la vérité et ne la recherchent pas non plus. Comment considèrent-ils leur devoir ? Ils le considèrent comme du travail, comme un passe-temps ou comme un centre d’intérêt. Ils ne le considèrent pas comme une tâche ou une mission qui leur a été confiée par Dieu ni comme une responsabilité qu’ils doivent assumer et ils cherchent encore moins à comprendre la vérité et Sa volonté en accomplissant leur devoir. De ce fait, en faisant leur devoir, certains connaissent quelques difficultés, changent d’avis et cherchent à y échapper. Quand ils rencontrent une difficulté ou qu’ils essuient un revers, ils font marche arrière et sont susceptibles d’essayer de s’y soustraire. Au lieu de chercher la vérité, ils cherchent une issue. Ils ressemblent à des tortues : dès qu’il se passe quelque chose, ils rentrent dans leur carapace pour se cacher et n’en ressortent que lorsque tout est fini. Les gens comme cela sont nombreux. En particulier, il y en a qui, quand on leur demande d’accomplir un devoir, ne pensent pas à la façon de le faire loyalement, convenablement, ou d’achever correctement leur tâche. À la place, ils réfléchissent à la façon d’esquiver leur responsabilité, d’éviter d’être traités, de se décharger de leur responsabilité, de fuir complètement un problème ou un échec quand surviennent ces derniers. La première chose à laquelle ils pensent, c’est leur propre porte de sortie. Ils prennent en compte, avant tout, leurs propres préférences et prédilections, et non la façon dont ils peuvent accomplir leur devoir et le faire loyalement. De telles personnes peuvent-elles obtenir la vérité ? Elles ne font aucun effort vis-à-vis de la vérité. Pour elles, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin : un jour, elles veulent faire ceci ; le lendemain, elles veulent faire cela. Les devoirs des autres leur semblent plus intéressants et plus faciles que celui qu’elles accomplissent. Elles ne consacrent simplement aucun effort à la vérité. Elles ne réfléchissent pas au problème qui se pose quand elles ont de telles pensées et elles ne le résolvent pas non plus. Elles se concentrent toujours sur les pratiques extérieures uniquement, en regardant qui est sous le feu des projecteurs, qui a été reconnu par le supérieur, qui parvient à avoir des contacts avec lui, qui n’a pas besoin d’être traité en travaillant. Elles ne pensent qu’à cela. Diriez-vous que les gens qui ne pensent qu’à ces choses-là sont capables d’accomplir leur devoir fidèlement ? Ce n’est pas possible. Alors, quelle sorte de gens sont ceux qui accomplissent leur devoir de cette façon ? Recherchent-ils la vérité ? Tout d’abord, une chose est sûre : les gens comme cela ne cherchent pas la vérité. Ils ne cherchent qu’à s’attirer les faveurs de la maison de Dieu, à jouir de bénédictions, à se faire un nom, à être vus et remarqués, ce qui n’est pas différent de la vie en société. Quelle sorte de personnes sont-elles au regard de leur essence ? Ce sont des non-croyants.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (8) », dans Récits des entretiens de Christ

Si tu souhaites être dévoué dans tout ce que tu fais pour satisfaire la volonté de Dieu, tu ne peux pas simplement accomplir un devoir ; tu dois accepter toute commission que Dieu te confère. Qu’elle corresponde à tes goûts et s’inscrive parmi tes intérêts ou non, ou qu’elle soit quelque chose que tu n’apprécies pas ou n’as jamais fait auparavant, ou bien quelque chose de difficile, tu devrais quand même l’accepter et t’y soumettre. Non seulement tu dois l’accepter, mais tu dois coopérer de manière proactive, te renseigner à son sujet et obtenir l’entrée. Même si tu souffres et n’as pas été en mesure de te démarquer et de briller, tu dois quand même engager ta dévotion. Tu dois la considérer comme ton devoir à accomplir, pas comme une affaire personnelle, mais comme ton devoir. Comment les gens devraient-ils comprendre leurs devoirs ? Le devoir d’une personne émerge quand le Créateur, Dieu, lui donne une tâche à faire. Les tâches que Dieu te confie, les commissions que Dieu te donne : voilà tes devoirs. Quand tu les poursuivras comme tes objectifs et que tu auras véritablement un cœur qui aime Dieu, pourras-tu encore refuser la commission de Dieu ? Tu ne dois pas refuser. Tu dois l’accepter, n’est-ce pas ? C’est le chemin de pratique. Qu’est-ce que le chemin de pratique ? (Être profondément dévoué en toute chose). Être dévoué en toute chose pour satisfaire la volonté de Dieu. Quel est le point central ici ? Il est « en toute chose ». « Toute chose » ne veut pas forcément dire des choses que tu aimes ou pour lesquelles tu es doué, encore moins des choses qui te sont familières. Parfois, tu auras besoin d’apprendre, parfois, tu rencontreras des difficultés et, parfois, tu devras souffrir. Cependant, peu importe la tâche, à partir du moment où elle est commissionnée par Dieu, tu dois l’accepter de Sa part, la considérer comme ton devoir, être dévoué à l’accomplir et satisfaire la volonté de Dieu : tel est le chemin de la pratique.

Extrait de « On ne peut être vraiment heureux qu’en étant une personne honnête », dans Récits des entretiens de Christ

Les gens sont des êtres créés qui n’ont rien de digne au sujet duquel se vanter. Puisque vous êtes les créatures de Dieu, vous devez accomplir le devoir d’une créature. Il n’y a pas d’autres exigences pour vous. C’est ainsi que tu dois prier : « Oh Dieu ! Que j’aie un statut ou non, je me comprends maintenant. Si mon statut est élevé, c’est grâce à Ton exaltation, et s’il est bas, c’est à cause de Ton ordonnance. Tout est entre Tes mains. Je n’ai pas de choix ni de plaintes. Tu as ordonné que je naisse dans ce pays et parmi ce peuple et je devrais n’être que complètement obéissante sous Ta domination, car tout est selon ce que Tu as ordonné. Je ne pense pas au statut ; après tout, je ne suis qu’une créature. Si Tu me jettes dans le puits de l’abîme, dans l’étang ardent de feu et de soufre, je ne suis qu’une créature. Si Tu m’utilises, je suis une créature. Si Tu me perfectionnes, je suis encore une créature. Si Tu ne me perfectionnes pas, je T’aimerai quand même parce que je ne suis rien de plus qu’une créature. Je ne suis rien de plus qu’une créature minuscule créée par le Seigneur de la création, une seule parmi tous les humains créés. C’est Toi qui m’as créée, et maintenant, Tu m’as placée entre Tes mains encore une fois pour disposer de moi à Ta guise. Je suis prête à être Ton outil et Ton faire-valoir parce que tout est selon ce que Tu as ordonné. Personne ne peut le changer. Toutes les choses et tous les événements sont entre Tes mains. » Quand le temps viendra où tu ne penseras plus au statut, tu t’en libéreras. C’est alors seulement que tu pourras chercher avec confiance, hardiment, et c’est alors seulement que ton cœur pourra être exempt de toute contrainte. Une fois que les gens auront été sortis de cela, ils n’auront plus d’inquiétudes.

Extrait de « Pourquoi ne voulez-vous pas être un faire-valoir ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Comme l’une des créatures, l’homme doit garder sa propre place et se comporter consciencieusement. Garde avec dévouement ce qui t’est confié par le Créateur. N’agis pas de manière déplacée, ne fais rien qui dépasse tes capacités ou qui soit répugnant pour Dieu. N’essaie pas d’être grand, surhumain ou au-dessus des autres et ne cherche pas non plus à devenir Dieu. C’est comme cela que les gens ne devraient pas désirer être. Chercher à devenir grand ou surhumain est absurde. Chercher à devenir Dieu est encore plus disgracieux ; c’est dégoûtant et méprisable. Ce qui est louable et ce à quoi les créatures devraient tenir plus que toute autre chose, c’est de devenir une véritable créature ; c’est le seul objectif que tout le monde devrait poursuivre.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique I », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 74. Les principes pour l’approche de son devoir

Suivant: 76. Principes pour se dépenser pour Dieu

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre