87. Principes de coopération avec le travail des dirigeants

(1) Tant qu’ils peuvent travailler conformément aux modalités de travail établies par le supérieur et utiliser la vérité pour résoudre des problèmes, les dirigeants et les collaborateurs doivent être acceptés et obéis ;

(2) Quand des dirigeants ou des collaborateurs rencontrent des difficultés au cours de leur travail, les élus de Dieu doivent leur apporter leur aide et leur soutien et sauvegarder le travail de la maison de Dieu dans un même état d’esprit ;

(3) Quand un dirigeant ou un collaborateur ne respecte pas les modalités de travail et n’en fait qu’à sa tête, il faut être capable de s’en rendre compte. Ne lui obéissez pas aveuglément, mais réorientez-le par un échange bienveillant ;

(4) Si un dirigeant ou un collaborateur est faussement accusé et attaqué par des personnes malfaisantes, il convient d’intervenir et d’exposer ces personnes, de sauvegarder le travail de la maison de Dieu et de protéger le dirigeant ou le collaborateur en question.

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Tous les dirigeants et collaborateurs dans la maison de Dieu ont été choisis au sein de l’Église. Ils ont assumé la charge de diriger et abreuver l’Église, ainsi que le travail consistant à diffuser l’Évangile. Le devoir dont ils s’acquittent dans la maison de Dieu consiste aussi à accomplir ce que Dieu leur a confié afin que Sa volonté puisse être faite. Tout le monde doit les soutenir et coopérer avec eux dans leur travail. S’il s’avère qu’ils présentent des lacunes ou ont commis des écarts dans leur travail, il est possible d’échanger avec eux et de les aider, ou sinon, de les émonder et de les traiter, mais on ne doit absolument pas adopter une attitude hostile à leur égard. Cependant, certains ne peuvent pas traiter correctement les dirigeants et collaborateurs. Ils les critiquent et même, les rabaissent, leur parlent de façon blessante, les rejettent et les attaquent. Ils révèlent ainsi leur tempérament arrogant. Certains adoptent même une approche de rejet et d’hostilité envers les dirigeants et collaborateurs. De telles façons d’agir perturbent l’œuvre de Dieu, et de tels comportements reviennent à résister à Dieu et à Le trahir. C’est là faire le mal, purement et simplement. Il faut que les élus de Dieu fassent preuve de discernement vis-à-vis du comportement de ces personnes, qui sont terriblement arrogantes. Dans l’accomplissement de leur devoir, il est inévitable que des dirigeants et collaborateurs révèlent quelque dénaturation ou quelque signe d’un tempérament corrompu. C’est une chose tout à fait normale. Tant que leur travail est bénéfique au travail de l’Église, tant qu’il est bénéfique et édifiant pour les frères et sœurs, quiconque est doué de conscience et de raison doit les soutenir et coopérer avec eux. Si des dirigeants ou des collaborateurs font des choses qui ne sont pas propices à l’œuvre de la maison de Dieu ou qui ne sont pas conformes à la vérité, nous devons échanger avec eux sur la vérité afin qu’ils renoncent à cette pratique. C’est ainsi que l’on soutient l’œuvre de Dieu, et c’est à la fois affectueux et utile pour eux. C’est l’attitude que l’on doit avoir envers les dirigeants et collaborateurs. D’une part, nous leur apportons notre soutien et notre coopération et d’autre part, nous pouvons résoudre les problèmes en échangeant sur la vérité. C’est globalement bénéfique, et seule une telle pratique est conforme à la volonté de Dieu. Tout le monde doit avoir une attitude correcte vis-à-vis des dirigeants et collaborateurs et se soucier d’être attentif à la volonté de Dieu et de soutenir Son œuvre. Les attitudes et opinions incorrectes du passé doivent être immédiatement corrigées et rectifiées. Il importe de ne pas perturber l’œuvre de Dieu et de ne pas blesser Ses sentiments. C’est un principe que tous les élus de Dieu doivent mettre en pratique.

Extrait de l’échange du supérieur

Comment les élus de Dieu doivent-il distinguer et traiter les dirigeants et collaborateurs à tous les niveaux ? En fait, cette question est très facile à comprendre. Ceux qui peuvent vraiment subvenir aux besoins des élus de Dieu, utiliser la vérité pour résoudre les problèmes concrets de leur entrée dans la vie et les amener à emprunter la bonne voie de la croyance en Dieu, de tels dirigeants et collaborateurs sont reconnus et approuvés par Dieu comme étant des gens qui Le servent réellement. De tels dirigeants et collaborateurs ont en eux, à coup sûr, l’œuvre du Saint-Esprit et les élus de Dieu doivent les soutenir, les aider et coopérer avec eux. Tous ceux qui ne nourrissent pas la vie des élus de Dieu, ne peuvent pas les amener à comprendre la vérité ni à entrer dans la réalité, continuent de les perturber dans leur poursuite de la vérité et de les induire en erreur pour qu’ils les suivent et leur obéissent, continuent de les réprimer et de leur causer du tort et ne se soucient pas de savoir s’ils vont vivre ou mourir, sont tous de faux dirigeants, de faux collaborateurs ou des antéchrists dépourvus de l’œuvre du Saint-Esprit. Cela confirme pleinement que Dieu ne reconnaît pas ces personnes comme étant des gens qui Le servent. Il ne reconnaît pas ces malfaiteurs, donc Ses élus doivent les haïr, les exposer, les démettre de leurs fonctions et les rejeter. Agir ainsi est totalement conforme à la volonté de Dieu. Discerner et traiter les faux dirigeants, les faux collaborateurs et les antéchrists de cette manière est totalement conforme à la vérité, et c’est tout à fait correct.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Dans l’Église, les dirigeants et collaborateurs à tous les niveaux ont la responsabilité d’abreuver les élus de Dieu, de subvenir à leurs besoins et de les amener dans la réalité-vérité. Si ce que font les dirigeants et collaborateurs est en accord avec les principes-vérité et est bénéfiques pour le travail de la maison de Dieu, alors les élus de Dieu doivent les soutenir, les aider et coopérer avec eux : cela seul est en accord avec la volonté de Dieu. Si quelqu’un, parce qu’il a subi un préjudice personnel, qualifie obstinément quelqu’un d’autre de faux dirigeant ou de faux collaborateur sur la base d’une seule transgression ou d’une seule révélation de corruption, ou si ce qu’il dit ne correspond pas à la réalité, s’il profère des accusations infondées, essaie de piéger quelqu’un ou le fait souffrir de manière arbitraire, n’est-il pas une personne méchante appartenant à Satan et aux démons ? Ceux qui comprennent la vérité doivent parler de manière conforme aux faits et, plus important encore, fonder leur vision des choses sur la vérité et les paroles de Dieu. Si quelqu’un, parce qu’il a subi un préjudice personnel, attaque un dirigeant ou un collaborateur qui affirme agir conformément au principe-vérité et a le sens de la justice, alors une telle personne est une personne méchante qui perturbe le travail de la maison de Dieu, et les élus de Dieu doivent immédiatement agir pour l’arrêter et protéger le dirigeant ou le collaborateur incriminé. Ainsi seulement, on se tient du côté de Dieu et l’on soutient Son œuvre. Bannir les faux dirigeants et les faux collaborateurs est tout à fait conforme à la volonté de Dieu ; bien protéger les dirigeants et collaborateurs qui se conforment à la volonté de Dieu et empêcher qu’ils soient victimes de pièges de la part de forces sataniques est encore plus conforme à la volonté de Dieu. En bannissant les faux dirigeants et les faux collaborateurs, on ne doit pas causer de tort à une bonne personne, ni laisser faire une personne malfaisante. C’est ainsi que l’on agit selon le principe-vérité. Ainsi seulement, on soutient vraiment l’œuvre de Dieu, et une telle pratique est bénéfique à Ses élus. Un bon dirigeant, un bon collaborateur aimera et protégera les élus de Dieu. Les élus de Dieu doivent donc, eux aussi, aimer et protéger les bons dirigeants et les bons collaborateurs. C’est là le devoir obligé des élus de Dieu.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Les frères et sœurs qui poursuivent la vérité devraient s’unir avec les dirigeants et collaborateurs pour diffuser l’Évangile du royaume de Dieu, afin que davantage de gens qui croient sincèrement en Dieu puissent se présenter devant Lui et accepter Son œuvre. Si quelqu’un n’est pas en mesure de le faire, cela signifie que sa stature est trop petite et qu’il est incapable d’effectuer un travail. Peu importe qu’une personne soit ou ne soit pas parfaite, peu importent ses points faibles et la corruption qu’elle révèle. Tant qu’elle poursuit la vérité et défend l’œuvre de Dieu, elle est de Son côté et Le sert avec dévotion. Vous devez être en accord avec une telle personne et travailler et servir de concert avec elle. Les gens doivent compenser les lacunes les uns des autres et, en échangeant sur la vérité, s’aider mutuellement à entrer dans la réalité et à se débarrasser progressivement de leurs tempéraments corrompus. Être d’accord est essentiel ! Quand tous partagent le même but et la même orientation et parviennent à s’accorder pour mener à bien la commission de Dieu, le témoignage de l’Église devient marquant. Quand les forces ennemies sataniques, quelles qu’elles soient, verront une poignée de personnes dans l’Église s’accorder de cette manière, se consacrer à Dieu et porter témoignage, elles seront profondément humiliées. Si quelqu’un, voyant dans l’Église des gens qui sont sur la même longueur d’onde, veut les perturber et les séparer et devenir lui-même l’acteur principal, quel genre de personne est-il ? Un valet de Satan, un sbire du grand dragon rouge, le complice de Satan. Une personne vraiment sensée se tiendra aux côtés de ceux qui poursuivent la vérité et s’unira avec eux dans l’effort. Peu importe de quelle manière une telle personne sensée a été traitée dans le passé et quels griefs personnels elle peut avoir, elle mettra de côté ses préjugés pour que la commission de Dieu soit menée à bien d’un seul cœur et d’un seul esprit, dans une totale dévotion envers Lui. Une telle personne est attentive à Sa volonté et obéit à Son œuvre. Si une personne est résolue de la sorte et capable de pratiquer de cette manière, cela montre qu’elle est douée de conscience, de raison et d’humanité. Par conséquent, s’il y a dans une Église des frères et des sœurs et des dirigeants et collaborateurs qui sont d’un même cœur et d’un même esprit et qui sont unis comme les doigts de la main, cela montre que ces frères et sœurs possèdent la vérité, qu’ils ont une stature et qu’ils ont commencé à entrer dans la réalité. Et si quelqu’un commence à provoquer des dérangements, que doit-on faire ? Premièrement, il faut percer à jour les manigances sournoises de Satan, puis émonder et traiter la personne méchante, l’exposer et la réprimander, et voir si elle a ou non le désir de se repentir. Si elle ne se repent pas et ne montre aucun signe d’obéissance, quelle que soit la manière dont on échange avec elle sur la vérité, alors elle doit être éliminée et rejetée.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Précédent: 86. Principes pour le traitement des dons à Dieu

Suivant: 88. Principes pour servir Dieu

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre