60. Principes concernant les échanges sur la vérité de la parole de Dieu

(1) Il est nécessaire d’accepter le jugement et le châtiment des paroles de Dieu, ainsi que d’accepter d’être émondé et traité par elles, et il faut accepter et pratiquer la vérité. Une fois cela fait, on échange sur la vérité de façon concrète.

(2) Il est nécessaire d’échanger sur chaque aspect de la vérité à la lumière des paroles de Dieu. Ne soyez pas entachés par des notions, des préjugés ou des imaginations, mais parlez de ce que vous savez par expérience.

(3) Il est nécessaire de s’attaquer avec détermination aux problèmes réels que rencontrent les élus de Dieu. Ciblez-les directement et résolvez-les avec la vérité, et évitez les discours creux de doctrine.

(4) En échangeant sur la vérité, il est nécessaire de suivre l’éclairage et l’illumination du Saint-Esprit. N’échangez pas de façon mécanique en fonction d’un ensemble de règles : faites en sorte que les autres comprennent la vérité et aient un chemin sur lequel pratiquer.

Paroles de Dieu concernées :

Désormais, parler des paroles de Dieu devrait être le principe qui fonde ton discours. Généralement, lorsque vous vous réunissez, vous devriez pouvoir échanger sur les paroles de Dieu, en faire votre sujet d’échange, parler de ce que vous connaissez de ces paroles, de votre manière de les mettre en pratique et de la manière dont le Saint-Esprit œuvre. Tu n’as qu’à échanger sur les paroles de Dieu et le Saint-Esprit t’illuminera. Atteindre le monde des paroles de Dieu requiert la coopération de l’homme. Si tu n’y entres pas, Dieu ne pourra pas faire Son œuvre. Si tu gardes la bouche fermée et ne parles pas de Ses paroles, Il ne pourra pas t’illuminer. Chaque fois que tu n’es pas occupé à autre chose, parle des paroles de Dieu et ne te livre pas à un bavardage oisif ! Que ta vie soit remplie des paroles de Dieu ; alors seulement, tu seras un croyant fervent. Il n’est pas important que ton échange soit superficiel. Sans la superficialité, il ne peut y avoir de profondeur. Il doit y avoir un processus. Par ton exercice, tu saisiras l’illumination du Saint-Esprit en toi et la manière de manger et boire les paroles de Dieu efficacement. Après une période d’exploration, tu entreras dans la réalité des paroles de Dieu. Tu recevras l’œuvre du Saint-Esprit seulement si tu es résolu à coopérer.

Extrait de « L’ère du Règne est l’ère de la Parole », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand vous rendez témoignage à Dieu, vous devriez principalement parler davantage de la manière dont Dieu juge et châtie les gens, des épreuves qu’Il utilise pour épurer les gens et changer leurs tempéraments. Vous devriez aussi parler de toute la corruption qui a été révélée dans votre expérience, de tout ce que vous avez enduré et de la manière dont vous avez été finalement conquis par Dieu ; parler de toute la connaissance réelle que vous avez de l’œuvre de Dieu et de la manière dont vous devriez rendre témoignage à Dieu et Lui rendre la pareille pour Son amour. Vous devriez mettre du contenu dans ce genre de langage tout en le formulant de manière simple. Ne parlez pas de théories creuses. Parlez de façon plus terre-à-terre ; parlez avec votre cœur. C’est ainsi que vous devez vivre. Ne vous munissez pas de théories creuses qui paraissent profondes dans l’effort de vous mettre en valeur ; ce faisant, vous avez l’air très arrogant et absurde. Vous devez parler davantage de choses réelles tirées de votre expérience réelle qui sont authentiques, et avec votre cœur ; c’est des plus profitable pour les autres et des plus convenable de voir.

Extrait de « Seulement en cherchant la vérité peux-tu obtenir des changements dans ton tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

L’homme peut échanger sur ce qu’il expérimente et ce qu’il voit. Personne ne peut échanger sur ce qu’il n’a pas expérimenté, n’a pas vu ou sur ce qui est inaccessible à son esprit, ces choses n’étant pas à l’intérieur de lui. Si ce que l’homme exprime ne vient pas de son expérience, c’est alors son imagination ou de la doctrine. En termes simples, il n’y a aucune réalité dans ses paroles. Si tu n’entrais jamais en contact avec les choses de la société, tu ne seras pas en mesure de bien échanger sur les relations complexes dans la société. Si tu n’avais pas de famille et que d’autres personnes parlaient de problèmes familiaux, tu ne comprendrais pas la majorité de ce qu’ils disent. Alors, ce sur quoi l’homme échange et le travail qu’il fait représentent son être intérieur. Si quelqu’un échangeait sur sa compréhension du châtiment et du jugement, mais que tu n’en avais aucune expérience, tu n’oserais pas nier sa connaissance, encore moins oserais-tu y accorder ta confiance à cent pour cent. Cela s’explique par le fait que tu n’as jamais expérimenté, n’as jamais connu et ne peux pas imaginer le sujet de son échange. De sa connaissance, tu ne peux que retenir pour l’avenir une manière de subir le châtiment et le jugement. Mais cela ne peut être qu’une compréhension doctrinale et ne peut pas remplacer ta propre compréhension, encore moins ton expérience. Peut-être penses-tu que ce qu’il dit est tout à fait correct, mais selon ta propre expérience, tu découvres que c’est impraticable de nombreuses façons. Peut-être sens-tu que quelque chose de ce que tu entends est complètement impraticable ; tu en tires des notions au moment de l’écoute, et même si tu les acceptes, tu le fais seulement avec réticence. Mais dans ta propre expérience, la connaissance de laquelle tu as tiré des notions devient ton mode de pratique et plus tu pratiques, plus tu comprends la valeur réelle et le sens réel des paroles que tu as entendues. Après avoir vécu ta propre expérience, tu peux alors parler de la connaissance que tu devrais avoir sur les choses que tu as expérimentées. En outre, tu peux également faire la distinction entre ceux dont la connaissance est réelle et pratique et ceux dont la connaissance est basée sur la doctrine et sans valeur. Donc, que les connaissances que tu professes s’accordent avec la vérité ou non dépend en grande partie de l’expérience pratique que tu en as. Lorsqu’il y a de la vérité dans ton expérience, ta connaissance sera pratique et précieuse. Par ton expérience, tu peux aussi acquérir un discernement et une perspicacité, approfondir tes connaissances, et augmenter ta sagesse et ton bon sens au sujet de la manière dont tu devrais te comporter. La connaissance exprimée par des gens qui ne possèdent pas la vérité est de la doctrine, aussi élevée soit-elle. Des gens de ce genre peuvent être très intelligents quand il est question de la chair, mais sont incapables de distinction quand il est question de sujets spirituels. Ces gens en effet n’ont aucune expérience des sujets spirituels. Ces gens ne sont pas éclairés en ce qui concerne les sujets spirituels et ne comprennent pas les sujets spirituels. Peu importe le genre de connaissance que tu exprimes, aussi longtemps qu’il s’agisse de ton être, alors c’est de ton expérience personnelle et de ta connaissance réelle qu’il s’agit. Quant aux gens qui ne parlent que de la doctrine, c’est-à-dire ceux qui ne possèdent ni la vérité ni la réalité, on peut dire que ce dont ils discutent peut aussi être appelé leur être, car leur doctrine est le fruit de leur contemplation profonde et est le résultat de leur profonde rumination. Mais ce n’est que de la doctrine, rien de plus que l’imagination ! Les expériences de tous les types de gens représentent les choses en eux. Quiconque n’a aucune expérience spirituelle ne peut parler de la connaissance de la vérité ni de la connaissance sur diverses choses spirituelles. Ce que l’homme exprime est son être intérieur, c’est certain. Si quelqu’un désire avoir une connaissance des choses spirituelles et une connaissance de la vérité, il doit avoir une expérience réelle.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Comment se fait-il que la plupart des gens aient consacré beaucoup d’efforts à lire les paroles de Dieu, mais aient seulement des connaissances et ne puissent rien dire au sujet d’une voie réelle par la suite ? Penses-tu que posséder des connaissances équivaut à posséder la vérité ? N’est-ce pas un point de vue confus ? Tu es capable d’exprimer autant de connaissances qu’il y a de sable sur une plage, mais aucune d’elles ne contient un chemin réel. N’essaies-tu pas de tromper les gens ? Ne te mets-tu pas vainement en avant sans substance sur laquelle t’appuyer ? Agir de cette façon porte préjudice aux gens ! Plus la théorie est élevée, plus elle est dépourvue de réalité, et plus elle est incapable de conduire les gens dans la réalité ; plus la théorie est élevée, plus elle t’amène à défier Dieu et à t’opposer à Lui. Ne considère pas les théories les plus élevées comme un précieux trésor ; elles sont pernicieuses et ne servent à rien ! Peut-être que certaines personnes sont capables de parler des théories les plus élevées –, mais ces théories ne contiennent rien de la réalité, car ces personnes ne les ont pas personnellement expérimentées et, par conséquent, elles n’ont aucun moyen de les mettre en pratique. Ces personnes sont incapables de mettre les autres sur la bonne voie et ne feront que les égarer. N’est-ce pas préjudiciable pour les gens ? Tout au moins, tu devrais être capable de résoudre leurs problèmes actuels et de permettre aux gens de réussir l’entrée ; il n’y a que cela qui compte comme dévouement et, seulement alors, tu seras qualifié pour travailler pour Dieu. Ne prononce pas toujours des paroles grandioses et fantaisistes, et n’utilise pas un tas de pratiques inappropriées pour forcer les gens à t’obéir. Cela n’aura aucun effet et ne peut qu’accroître leur confusion. Continuer de la sorte produira beaucoup de doctrines, ce qui fera que les gens te détestent. C’est le défaut de l’homme, et c’est vraiment insupportable. Donc, parle davantage des problèmes qui existent vraiment. Ne traite pas les expériences des autres comme ta propriété privée en les mentionnant pour que les autres les admirent. Tu dois chercher individuellement ta propre issue. Voilà ce que chaque personne devrait mettre en pratique.

Si ce que tu échanges peut donner aux gens une voie à emprunter, alors cela équivaut à ce que tu possèdes la réalité. Peu importe ce que tu dis, tu dois amener les gens à pratiquer et leur donner à tous une voie qu’ils peuvent suivre. Ne leur permets pas seulement de posséder la connaissance ; plus important encore, il s’agit d’avoir un chemin à emprunter. Pour que les gens croient en Dieu, ils doivent suivre la voie dans laquelle l’œuvre de Dieu les conduit. C’est-à-dire que le procédé consistant à croire en Dieu est le procédé consistant à marcher sur la voie où le Saint-Esprit te conduit. Par conséquent, tu dois avoir un chemin sur lequel tu peux marcher quoi qu’il en soit, et tu dois marcher sur le chemin qui conduit à être amené à la perfection par Dieu. Ne prends pas trop de retard et ne te soucie pas de trop de choses. C’est seulement si tu suis le chemin sur lequel Dieu te conduit sans causer d’interruptions que tu peux recevoir l’œuvre du Saint-Esprit et posséder la voie d’entrée. C’est seulement cela qui compte comme étant conforme aux intentions de Dieu et comme l’accomplissement du devoir de l’humanité. En tant qu’individu dans ce courant, chaque personne devrait accomplir son devoir correctement, faire plus que ce que les gens devraient faire et ne pas agir délibérément. Les gens qui effectuent un travail doivent parler clairement, les gens qui suivent doivent se concentrer davantage sur la persévérance dans les difficultés et sur l’obéissance, et chaque personne doit garder sa place et ne doit pas sortir du rang. La manière de pratiquer et la fonction à remplir devraient être évidentes dans le cœur de chaque personne. Prends le chemin où le Saint-Esprit conduit ; ne dévie pas ou ne te trompe pas.

Extrait de « Concentre-toi plus sur la réalité », dans La Parole apparaît dans la chair

Certains hommes travaillent et prêchent et, bien qu’ils semblent superficiellement échanger sur les déclarations de Dieu, ils ne font que discuter sur le sens littéral de Ses paroles, et ils ne mentionnent rien de substantiel. Leurs sermons sont comme des enseignements tirés d’un manuel scolaire de langue, organisés point par point, aspect par aspect et, quand cela est fait, tous chantent leurs louanges et disent : « Cette personne possède la réalité. Elle prêche si bien et avec une telle précision. » Après que de telles gens ont fini de prêcher, ils demandent aux autres de compiler leurs sermons et de les diffuser à tout le monde. En faisant cela, ils sont arrivés au point où ils trompent les autres et tout ce qu’ils prêchent sont des idées fausses. En apparence, on dirait qu’ils ne font que prêcher les paroles de Dieu et que leurs sermons sont conformes à la vérité. Cependant, grâce à un discernement plus minutieux, vous verrez qu’ils ne sont rien de plus que des lettres et des doctrines, de faux raisonnements liés à l’imagination et aux notions humaines, ainsi que des choses qui limitent Dieu. Ce type de prêche n’est-il pas comme une interruption de l’œuvre de Dieu ? C’est un service qui résiste à Dieu.

Extrait de « Seulement en cherchant la vérité peux-tu obtenir des changements dans ton tempérament », dans Récits des entretiens de Christ

Certains dirigeants et ouvriers ne peuvent pas voir les vrais problèmes qui existent au sein de l’Église. En réunion, ils ont l’impression de n’avoir rien d’intéressant à dire, alors ils se contentent de serrer les dents et d’exprimer quelques lettres et doctrines. Ils savent parfaitement que ce qu’ils disent n’est que simple doctrine, pourtant, ils le disent quand même. En fin de compte, même eux ont le sentiment que leurs paroles sont insipides et, en les écoutant, leurs frères et sœurs ont eux aussi le sentiment que ces gens sont ennuyeux. C’est comme ça que ça se passe, n’est-ce pas ? S’ils doivent se forcer à dire ces paroles, alors, d’une part, le Saint-Esprit n’agit pas en eux et, d’autre part, leurs paroles n’apportent aucun avantage aux autres. Si tu n’as pas fait l’expérience de la vérité, mais que tu veux alors toujours la prêcher, peu importe ce que tu diras, tu ne prêcheras pas clairement, tu ne prêcheras que des choses superficielles. Tu penseras peut-être que les paroles que tu prononces sont éclairées, mais elles ne sont que des doctrines, elles ne sont pas la réalité, et les gens qui écoutent ne seront pas en mesure d’appréhender les choses réelles ; ils estimeront peut-être que ce que tu dis est juste en l’écoutant, mais ensuite, ils l’oublieront complètement. Si ta prédication à son sujet n’est pas la vraie condition, tu ne pourras pas toucher le cœur des gens ; ils l’oublieront même s’ils veulent s’en souvenir, et tu ne pourras pas les aider. Si tu rencontres ce genre de situation où tu veux parler, mais où tu as le sentiment de ne pas pouvoir parler des choses d’une manière qui permette de pénétrer la vérité, et que tu n’as qu’un peu de connaissances doctrinales tout en ne sachant rien des choses essentielles, et si d’autres soulèvent des questions de nature essentielle auxquelles tu es incapable de répondre, alors il vaut mieux que tu ne dises rien du tout. Il arrive aussi que tu discutes d’un sujet lors d’une réunion et que tu te sentes assez bien informé à ce sujet et capable d’échanger à propos de certaines choses concrètes. Cependant, tout le monde comprendra ce dont tu parles si tu en discutes de manière plutôt superficielle, mais que tu n’as rien à dire à un niveau plus profond, car d’autres n’ont peut-être pas fait l’expérience de certaines choses, et peut-être que toi non plus. Dans un tel cas, tu ne devrais pas te forcer à continuer à parler ; tu peux plutôt amener tout le monde à échanger sur ce sujet. Si tu penses qu’il s’agit de doctrine, il est alors inutile d’en parler et les gens ne pourront pas s’en édifier ; dans cette situation, quoi que tu dises, le Saint-Esprit n’accomplira pas Son œuvre, et si tu essaies de t’entêter quand même, tu risques de dire des choses absurdes et déviantes et d’égarer les gens. Les gens ne peuvent pas absorber complètement des idées relativement détaillées en peu de temps ; la plupart des gens ont de très mauvaises bases, sont de faible calibre et ne peuvent pas facilement se souvenir de ce qu’ils entendent. Cependant, ils sont encore assez prompts à accepter ces idées absurdes, réglementaires et doctrinales. Comme c’est vraiment étrange ! Ainsi, à cet égard, tu dois être particulièrement attentif. Les gens sont vaniteux, et parfois dominés par leur vanité ; ils savent parfaitement que ce qu’ils disent relève de la doctrine, pourtant, ils continuent à le dire quand même, croyant que leurs frères et sœurs pourraient ne pas le remarquer. Dans un effort pour sauver la face, ils pourraient ignorer ces choses-là et, au lieu de cela, seulement se soucier de traiter la situation en cours. Cela ne revient-il pas seulement à tromper les gens ? Cela revient à être déloyal envers Dieu ! Si tu es une personne qui comprend la vérité, alors tu sentiras dans ton for intérieur que tu n’es pas irréprochable, que tu ne peux plus parler de cette façon et que tu devrais changer de sujet. Tu peux échanger sur quelque chose dont tu as l’expérience, ou tu peux parler de certaines connaissances que tu as sur la vérité. Si tu ne peux pas parler clairement de quelque chose, alors vous pouvez tous échanger sur ce sujet ! Il n’est jamais bon qu’une seule personne prenne tout le temps de parole. Parce que tu manques d’expérience, même si tu es capable d’imaginer et de concevoir quelque chose, ce que tu dis ne sera finalement que doctrine et notions humaines. Ces choses que l’on peut classer comme étant la vérité doivent faire l’objet d’une expérience ; sans expérience, personne ne peut comprendre complètement l’essence de la vérité, et encore moins expliquer clairement dans quelles conditions on fait l’expérience d’une vérité. Il faut avoir l’expérience de la vérité avant de pouvoir parler de quelque chose de réel, et ne pas avoir d’expérience n’est pas acceptable ; même si tu as de l’expérience, elle sera limitée dans sa portée, et tu ne pourras parler que de certains états limités, rien de plus. Si une réunion tourne toujours autour d’un ou deux sujets, alors après avoir échangé de cette façon pendant un certain temps, certaines personnes en viendront à comprendre un peu. Une autre possibilité est qu’immédiatement après avoir commencé à parler, tu pourrais penser que tu communiques de manière très pratique, mais tes frères et sœurs ne comprennent toujours pas vraiment. C’est parce que ta condition, c’est ta condition, et que la condition de tes frères et sœurs n’est pas nécessairement exactement la même que la tienne. En plus, tu as une certaine expérience en la matière, mais tes frères et sœurs n’en ont peut-être pas, donc ils ont le sentiment que ce dont tu parles ne s’applique pas à eux. Que devrais-tu faire quand tu rencontres ce genre de situation ? Tu devrais leur poser quelques questions pour te faire une idée des circonstances qui sont les leurs. Demande-leur ce qu’ils pensent que l’on devrait faire lorsque ce sujet est abordé et comment on devrait pratiquer conformément à la vérité. En échangeant de cette manière pendant un certain temps, une voie s’ouvrira. Ainsi, tu pourras amener les gens à aller droit au but et, si tu échanges de façon plus poussée, tu obtiendras des résultats.

Extrait de « Sais-tu ce qu’est réellement la vérité ? », dans Récits des entretiens de Christ

Souviens-toi de cela à l’avenir ! Ne parle pas d’une connaissance vide ; parle seulement du chemin de la pratique et de la réalité. Passe de la connaissance réelle à la pratique véritable, et ensuite, passe de la pratique à la réalisation de la vie. Ne fais pas la leçon aux autres et ne parle pas d’une connaissance réelle. Si ta compréhension est un chemin, alors laisse tes paroles aller librement sur ce chemin ; si ce n’est pas le cas, alors s’il te plaît, tais-toi et arrête de parler ! Ce que tu dis est inutile. Tu parles de compréhension pour tromper Dieu et faire en sorte que les autres t’envient. N’est-ce pas là ton ambition ? Ne joues-tu pas délibérément avec les autres ? Y a-t-il une valeur en cela ? Si tu parles de compréhension après l’avoir expérimentée, on ne considérera pas que tu te vantes. Sinon, tu es quelqu’un qui déverse un flot de paroles arrogantes. Il y a beaucoup de choses, dans ton expérience actuelle, que tu ne peux pas vaincre, et tu ne peux pas te rebeller contre ta propre chair ; tu fais toujours ce que tu veux, ne satisfaisant jamais la volonté de Dieu, cependant tu as encore le toupet de parler de compréhensions théoriques. Tu es sans vergogne ! Tu as toujours l’audace de parler de ta compréhension des paroles de Dieu. Comme tu es effronté ! Pontifier et te vanter sont devenus ta nature même et tu t’es habitué à faire cela. Chaque fois que tu veux parler, tu le fais avec facilité, mais quand il s’agit de la pratique, tu as recours à des fioritures. N’est-ce pas un moyen de tromper les autres ? Tu es peut-être capable de tromper les hommes, mais l’on ne peut tromper Dieu. Les hommes ne savent pas et n’ont pas de discernement, mais Dieu est sérieux au sujet de telles questions et Il ne t’épargnera pas. Tes frères et sœurs pourraient te défendre, louant ta compréhension et t’admirant, mais si tu ne possèdes pas de réalité, le Saint-Esprit ne t’épargnera pas. Le Dieu concret ne cherchera peut-être pas tes fautes, mais l’Esprit de Dieu t’ignorera et ce sera suffisamment difficile à endurer pour toi. Crois-tu cela ? Parle plus de la réalité de la pratique ; as-tu déjà oublié ? Parle plus des chemins pratiques ; as-tu déjà oublié ? « Propose moins de théories prétentieuses et de paroles pompeuses sans valeur ; et il est préférable de commencer la pratique dès à présent. » As-tu oublié ces paroles ? Ne comprends-tu rien du tout ? N’as-tu aucune compréhension de la volonté de Dieu ?

Extrait de « Seule la mise en pratique de la vérité constitue la possession de la réalité », dans La Parole apparaît dans la chair

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Lorsqu’on communique sur les paroles de Dieu, témoigner de Dieu est de la plus haute importance. Pourquoi Dieu dit-Il cela, quel effet désire-t-Il obtenir en disant cela, quelle est Sa volonté, quel est Son tempérament ? Tout cela doit être communiqué clairement. Communiquer de cette manière sur les paroles de Dieu produira un effet. La communication sur les paroles de Dieu consiste essentiellement à témoigner de Christ et à L’exalter de manière à ce que les gens sachent ce que Christ a et est. Cela seul est un vrai témoignage de Dieu et une vraie communication de Ses paroles. En communiquant sur les paroles de Dieu, si l’on ne dit que quelques lettres et doctrines, il n’y a aucun témoignage de ce que Christ a et est, et le contenu de la communication n’a rien à voir avec la volonté de Dieu, avec Ses exigences vis-à-vis de l’homme ni avec ce qu’Il a et est, Son tempérament ou Dieu lui-même. Une telle communication n’a aucun sens et est inefficace : ce n’est qu’un discours vide sur les paroles de Dieu. Quand vous communiquez sur les paroles de Dieu, si vous ne parlez pas de Sa volonté, de Son tempérament et de ce qu’Il exige de l’homme, alors vos paroles ne sont que tromperie : vous donnez à penser que vous comprenez très bien les paroles de Dieu et que vous savez très bien communiquer sur Ses paroles mais ce que vous faites en réalité, c’est vous mettre en valeur et vous exalter vous-même. Ceux qui communiquent sur les paroles de Dieu de cette manière sont tous de faux leaders et des antéchrists. Lorsque vous communiquez sur les paroles de Dieu, témoignez de ce que Christ a et est, attestez que Christ est Dieu, faites que les gens comprennent les paroles de Dieu et qu’ils obéissent vraiment à Christ, qu’ils Le craignent et Le vénèrent. De cette façon, plus vous communiquerez sur les paroles de Dieu, mieux les gens Le connaîtront et plus grande sera leur obéissance au Christ. Seule une telle communication sur les paroles de Dieu est un vrai témoignage de Christ et une exaltation de Christ ; cela seul est un vrai travail pour servir Dieu.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Précédent: 59. Principes pour se réunir afin d’échanger sur les paroles de Dieu

Suivant: 61. Les principes d’établissement d’une Église

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre