Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

`

Principes pour établir une Église et diriger la vie d’Église

I. Principes pour établir une Église et accepter les nouveaux croyants

1. Principes pour établir une Église

Les principes pour établir une Église sont les suivants : une Église peut être établie quand un groupe de personnes (environ 20) a réellement accepté l’œuvre de Dieu, demande de se joindre à l’Église de façon officielle et est disposé à accomplir ses devoirs. S’il y a environ 10 nouveaux croyants qui demandent à tenir des rassemblements, un groupe pour un rassemblement peut d’abord être mis en place, mais une Église ne peut pas être établie. Si les nouveaux croyants n’ont pas formellement reconnu et accepté le vrai chemin au cours de leurs recherches, alors une Église ne doit pas être établie. L’établissement d’une Église doit être effectué par un dirigeant d’Église, un diacre de prédication ou un diacre pasteur. Avant d’établir une Église, il est essentiel avant tout de commencer par clairement communiquer sur le mode d’élection des dirigeants d’Église et des diacres. Une élection peut alors avoir lieu une fois que tous les nouveaux croyants ont compris les principes d’élection des dirigeants et des diacres. Lorsque le dirigeant d’Église et les diacres auront été élus, la personne chargée de l’établissement de l’Église présidera et organisera une réunion de prière au cours de laquelle l’établissement de l’Église et les noms des dirigeants d’Église et des diacres seront officiellement annoncés, puis commencera à prier. Tous prieront devant Dieu et déclareront qu’ils croient officiellement en Dieu Tout-Puissant et qu’ils se joignent à l’Église. Ils devront aussi déclarer qu’ils acceptent entièrement l’œuvre de Dieu et s’y soumettent entièrement, qu’ils rechercheront des vérités pour atteindre le salut de Dieu, qu’ils exalteront Dieu et rendront témoignage à Dieu en signe de reconnaissance de Son amour et qu’ils consacreront leur vie entière à Dieu. Ils pourront aussi confier à Dieu leurs souhaits, leurs aspirations et leurs pensées les plus intimes. Après que les élus de Dieu auront terminé leurs prières, l’Église aura alors été établie, et les dirigeants et les diacres pourront alors prendre officiellement la direction de la vie d’Église.

Les dirigeants et les diacres sont élus une fois par an. L’élection n’est valide que si le nombre de participants dans l’Église dépasse les 80 %. Si les dirigeants d’Église et les diacres ont accompli un travail fructueux, ils pourront être réélus indéfiniment.

Le nombre de personnes dans une Église peut aller d’un minimum de 20 à environ 50. Si les rassemblements deviennent problématiques parce que le nombre de personnes dépasse 50, une autre Église peut alors être établie.

Le nom de l’Église peut être déterminé en fonction du nom du lieu où elle se trouve : dans les villages, les Églises peuvent prendre le nom du village lui-même ou de la localité ; en ville, les Églises peuvent prendre le nom de la ville elle-même ou du district.

2. Principes pour diriger la vie d’Église

Afin de s’assurer que le travail de l’Église se déroule normalement et que la vie d’Église n’est pas affectée, toutes les conduites et tous les comportements qui perturbent la vie d’Église doivent être réglementés. Il existe principalement sept types de comportements qui perturbent la vie d’Église et qui sont décrits ci-dessous :

1) Organiser des cliques et lutter pour le pouvoir et le gain dans l’Église, être impliqué dans des intrigues et des conflits internes sont toutes des conduites qui perturbent la vie d’Église ;

2) Porter des jugements à son gré, attaquer les dirigeants d’Église et les diacres, provoquant ainsi le chaos dans l’Église, sont toutes des conduites qui perturbent la vie d’Église ;

3) Influencer le fait de manger et boire les paroles de Dieu et l’échange sur des vérités, empêchant ainsi d’obtenir de bons résultats lors des rassemblements, est une conduite qui perturbe la vie d’Église ;

4) Ne pas suivre les arrangements des dirigeants d’Église et agir à sa guise, causant ainsi des problèmes à l’Église, sont toutes des conduites qui perturbent la vie d’Église ;

5) Toute prédication de théories spirituelles dépassées, de théories religieuses ou d’idées philosophiques trompeuses qui perturbent le fait de manger et boire les paroles de Dieu ainsi que l’échange sur des vérités est une conduite qui perturbe la vie d’Église ;

6) Diffuser constamment des notions et des idées fausses pour tromper les gens, entraînant chez les élus de Dieu la confusion, une croyance vague en Dieu et la perte du chemin, est une conduite qui perturbe la vie d’Église ;

7) Violer les arrangements du supérieur et faire autre chose à la place, entraînant chez les élus de Dieu l’absence de but à atteindre dans leur poursuite des vérités et une incapacité à emprunter le droit chemin dans leur foi en Dieu, est une conduite qui perturbe la vie d’Église.

Il existe trois principales façons d’agir avec ceux qui perturbent la vie d’Église : 1. S’il s’agit de leur première offense, ils doivent être réprimandés par les dirigeants d’Église ; 2. S’ils refusent d’accepter conseils ou réprimandes, ils peuvent alors être réprimandés par toute l’assemblée lors des rassemblements ; 3. Si une telle aide ne produit toujours pas de changement, leur vie d’Église doit alors être interrompue. On leur demandera de pratiquer l’introspection et ne seront autorisés à se joindre aux rassemblements qu’après avoir fait leur introspection et écrit une lettre de repentance. Dans le cas contraire, ils seront traités conformément aux sept règles d’expulsion de l’Église.

3. Les principes d’accueil de l’Église

Les devoirs d’accueil de l’Église sont la responsabilité des familles d’accueil désignées. Lorsqu’elles accueillent ceux qui accomplissent du travail, de même que les frères et sœurs, les familles d’accueil doivent suivre les principes d’accueil afin d’être reconnues et bénies par Dieu. Les détails des principes d’accueil sont les suivants :

1) Lorsqu’elles accueillent, les familles d’accueil ne doivent jamais organiser de grands festins. La situation des familles d’accueil doit être prise en compte, les familles d’accueil ne doivent pas être dominées par la vanité de la chair et par leur propre orgueil. Elles doivent vivre selon leurs moyens et il n’est en aucun cas toléré qu’elles empruntent de l’argent lorsqu’elles accueillent ;

2) Quand une famille aisée accueille, quatre plats au maximum peuvent être préparés ; et quand une famille d’une région pauvre et reculée accueille, deux plats au maximum peuvent être préparés. Les plats doivent être principalement végétariens et peuvent inclure un peu de viande si leurs conditions de vie sont meilleures. Dans le cas d’un niveau de vie inférieur, les plats peuvent être entièrement végétariens (excepté pour les personnes atteintes de maladies) ;

3) Si la famille d’accueil est aisée, elle peut accueillir en utilisant son propre argent, mais elle doit éviter les grands festins et ne doit, en aucun cas, causer du tort à la maison de Dieu. Si la famille d’accueil est très pauvre, l’Église pourra rembourser ses dépenses. L’emprunt d’argent pour accueillir ne doit jamais être toléré ;

4) Si la famille d’accueil découvre que des ouvriers sont paresseux et difficiles, elle peut les signaler aux responsables de niveau supérieur. Si ces ouvriers demeurent impénitents, la famille d’accueil peut refuser de les accueillir et ne doit pas être contrainte par le poste de tels ouvriers, car tous les élus de Dieu sont égaux en présence de Dieu et de la vérité. Même si les devoirs que chacun doit accomplir sont différents, il n’existe aucune distinction de supériorité ou d’infériorité parmi nous.

Nous espérons que toutes les familles d’accueil sont en mesure de mettre en œuvre ces principes, car ce n’est qu’en accueillant de cette manière que nous pouvons satisfaire la volonté de Dieu et ne pas être préoccupés par la façon d’accueillir. Les familles d’accueil et les ouvriers peuvent se superviser mutuellement et s’encourager mutuellement, car une telle pratique est bénéfique pour chacun. Les ouvriers doivent se concentrer sur le travail de la maison de Dieu et en faire leur priorité absolue ; ceux qui se concentrent sur manger, boire et s’amuser doivent se repentir et se contenir. Tous les ouvriers qui sont constamment paresseux doivent être renvoyés chez eux.

4. Les principes de l’Église pour accepter les nouveaux croyants

Les principes pour accepter les nouveaux croyants dans l’Église sont les suivants : dans la mesure où ils croient sincèrement en Dieu, même s’ils n’ont qu’un espoir ou une chance infimes d’être sauvés, ils doivent quand même être acceptés dans l’Église et ne doivent jamais être tenus à l’écart. La norme pour accepter des gens dans l’Église ne doit pas être trop élevée, car l’humanité tout entière a déjà été trop profondément corrompue et seuls quelques-uns font preuve d’une humanité qui les qualifie. S’ils ne sont ni malveillants ni confus, et s’ils croient sincèrement que Dieu Tout-Puissant est Dieu incarné, alors ils doivent être acceptés dans l’Église. Nous devons tous les traiter de la même façon, en toute impartialité, qu’ils soient ouvriers, agriculteurs, enseignants, employés scientifiques et techniques ou gouvernementaux. Nous devons surtout avoir une très grande patience en guidant les cadres, les enseignants et les employés scientifiques et techniques à entrer dans les paroles de Dieu et à comprendre toutes les vérités. En effet, ces gens ayant plus de difficultés à entrer dans les paroles de Dieu, nous ne pouvons être trop exigeants ou trop stricts envers eux. Si nous les aimons réellement, nous devons alors garder contact avec eux et les assister régulièrement. Même si ces gens ont souvent besoin de plus de temps que les gens ordinaires pour entrer dans les vérités et jeter les fondements de leur foi en Dieu, dès lors qu’ils sont vraiment entrés dans les vérités, ils sont tous de précieux talents. Nous devons comprendre qu’il y a un prix à payer pour cultiver les talents.

Pour ceux qui sont acceptés par l’Église, l’accord des dirigeants d’Église et des diacres est en général suffisant. Dans certaines conditions, l’accord de l’ensemble de l’Église est nécessaire. Si quelques-uns ne sont pas d’accord avec l’admission d’un nouveau croyant, celui-ci doit alors être testé pendant une période donnée. Au cours de cette période de test, son parrain ou une personne qui lui a prêché l’Évangile doit garder contact avec lui constamment et l’observer attentivement. Si cette personne croit sincèrement en Dieu et a une chance d’être sauvée, alors elle pourra être acceptée dans l’Église. Le travail qui consiste à accepter les gens dans l’Église ne peut être trop extrême ; seules les personnes malveillantes et confuses doivent être écartées. Nous devons accepter la plupart des gens, et seuls des cas particuliers nécessitent plus de discussion et une approbation de la part de l’Église.

L’acceptation de personnes dans l’Église doit être effectuée avec prudence, principalement afin d’éviter que se joignent à l’Église des personnes malveillantes qui veulent profiter de l’Église, qui commettent souvent l’adultère ou qui sont extrêmement arrogantes. Nous devons aussi empêcher de se joindre à l’Église ceux qui viennent seulement pour socialiser ou faire des histoires. Car de telles personnes n’aiment pas les vérités. Par conséquent, même si elles se joignent à l’Église, elles ne resteront pas jusqu’à la fin ; dans l’Église, c’est ce genre de personne qui finira par abandonner. Par ailleurs, nous devons aussi empêcher que s’infiltrent dans notre Église ceux qui espionnent l’Église. L’Église doit principalement empêcher de se mêler à nos congrégations les trois types de personnes suivantes : un type regroupe ceux qui sont si malfaisants, dépravés et abjects que l’Église ne peut absolument pas les accepter ; un autre type est celui des espions qui veulent infiltrer l’Église et que l’Église ne peut absolument pas accepter non plus ; le troisième type correspond à ceux qui ne croient pas sincèrement en Dieu. Ils abandonneront tôt ou tard même s’ils sont acceptés dans l’Église, donc l’Église ne doit pas les accepter.

5. Les principes de l’Église concernant les offrandes

Tous ceux qui croient en Dieu savent très bien que l’œuvre de Dieu exige la coordination des personnes, et elle exige que les dirigeants et les ouvriers, à tous les niveaux de l’Église, alimentent, abreuvent et guident les élus de Dieu afin de préserver l’œuvre de Dieu. La diffusion de l’Évangile du royaume de Dieu exige que les élus de Dieu aillent de toutes parts et se dépensent sans compter ; en outre, il est nécessaire d’imprimer et de distribuer les différents ouvrages sur la parole de Dieu et la communication des vérités utilisés par les élus de Dieu. Par conséquent, l’œuvre du salut de Dieu paie un prix pour chacun des élus de Dieu qui reçoit l’œuvre de Dieu, et toutes les dépenses de ce genre sont supportées par les offrandes que les élus de Dieu font à Dieu. De ce fait, Dieu a des attentes vis-à-vis de tous les élus de Dieu, et faire des offrandes à Dieu est un devoir et une obligation pour les êtres créés, et se dépenser sans compter pour Dieu est une responsabilité qu’ils doivent assumer. Cela est justifié et obligatoire. Chacun devrait offrir sa part pour l’œuvre de Dieu, quelle qu’en soit sa compréhension. Certains insistent pour faire une offrande à hauteur de dix pour cent, tandis que d’autres contribuent de différentes manières. Tant que l’offrande est faite de bonne grâce, Dieu l’accepte volontiers. La maison de Dieu précise seulement que ceux qui croient en Dieu depuis moins d’un an sont provisoirement dispensés de faire des offrandes, tandis que les personnes pauvres n’ont pas à faire d’offrandes, mais peuvent faire des offrandes en fonction de leur foi. L’Église n’accepte pas d’offrandes qui pourraient conduire à des conflits familiaux. Ceux qui font des offrandes d’argent doivent prier plusieurs fois et, c’est seulement une fois qu’ils auront la certitude de le vouloir vraiment et de n’avoir aucun regret qu’ils seront autorisés à faire des offrandes. Pour ceux qui croient en Dieu depuis plus de deux ans, quelle que soit la façon selon laquelle ils font des offrandes, du moment qu’ils ont prié et qu’il s’agit d’un choix de leur part, personne n’a le droit d’interférer.

Les élus de Dieu ne doivent effectuer une offrande qu’après avoir compris les principes et la signification de faire une offrande, car ce n’est qu’à ce moment-là qu’ils seront reconnus et bénis par Dieu. Faire une offrande est la responsabilité et l’obligation des élus de Dieu ; c’est aussi une bonne action que tous les gens devraient faire. Si une personne qui croit en Dieu depuis plusieurs années n’a jamais effectué d’offrandes, cela montre qu’elle n’a pas de foi réelle en Dieu et qu’elle n’a toujours pas la compréhension des vérités. Cela suffit à montrer que la relation de cette personne avec Dieu n’est pas normale. Ceux qui croient en Dieu depuis de nombreuses années et n’ont jamais effectué d’offrandes sont, sans aucun doute, des incroyants. Ce sont certainement aussi ceux qui sont dépourvus de conscience ou de raison et ils ne méritent pas de vivre en présence de Dieu. Les principes pour effectuer des offrandes sont les suivants : vous devez connaître l’œuvre de Dieu, avoir conscience que vous êtes parvenus à une réelle compréhension des vérités par votre foi en Dieu, savoir comment vivre en être humain, cheminer vers le salut, sentir que vous êtes redevables à Dieu pour Son amour et que vous devez accomplir vos devoirs d’homme de sorte que votre conscience sera tranquille. Si vous effectuez des offrandes à ce moment-là, vous serez pleinement disposés et, en même temps, vous sentirez de la satisfaction et du bien-être, car vous le ferez en toute conscience et raison. Si une personne croit en Dieu depuis de nombreuses années et qu’elle estime pourtant ne pas chercher la vérité ni pouvoir atteindre le salut, alors elle n’a pas besoin d’effectuer d’offrandes, car elle ne sera pas pleinement disposée même si elle devait effectuer des offrandes. Une telle personne n’aime pas les vérités, elle est incroyante, et il est donc évident qu’une telle personne n’effectue pas d’offrandes. L’Église n’autorise personne à demander aux autres de faire des offrandes que ce soit par la prédication ou pour toute autre raison. Tous ceux qui aiment parler du don d’offrandes ont des arrière-pensées. En effet, le don d’offrandes dépend de la conscience et de la raison de chacun, ainsi que de sa compréhension des vérités.

Tous les élus de Dieu doivent comprendre que toutes les offrandes sont faites pour Dieu et non pour une Église ou une personne en particulier. Vous commettez certainement une erreur si vous faites une offrande à une Église ou une personne en particulier. Puisque les offrandes faites par les élus de Dieu sont destinées à Dieu, elles doivent être gérées et utilisées par la maison de Dieu comme bon lui semble. Elles n’appartiennent à aucune Église et elles sont ne sont conservées que temporairement par une Église. Mis à part les usages propres de l’Église, l’Église n’a pas autorité sur de telles offrandes, car elles sont destinées à Dieu. Par conséquent, il est donc logique qu’elles soient gérées et utilisées de façon uniforme par la maison de Dieu, et personne n’a le droit d’interférer. Si quelqu’un donne à des antéchrists et à des malfaiteurs les offrandes destinées à Dieu, alors cette personne vend les offrandes faites à Dieu. C’est un acte de trahison et de blasphème envers Dieu, et de telles personnes doivent obligatoirement être punies et maudites.

Lorsque les élus de Dieu font des offrandes, ils accomplissent leur devoir et leur obligation en tant qu’êtres créés, mais cela est entièrement déterminé par leur foi. Seuls ceux qui ont une foi réelle sont capables d’accomplir de bonnes actions formidables et de rendre témoignage et la foi ne peut être acquise qu’en cherchant des vérités. Certaines gens ont foi en Dieu, tandis que d’autres n’ont pas une telle foi. Certains ont foi en la justice de Dieu, tandis que d’autres ne parviennent pas à reconnaître que Dieu est juste. Tels sont les différents états de personnes différentes. Nous ne pouvons exiger que tous soient semblables, par conséquent, les offrandes faites à Dieu sont entièrement basées sur la volonté de chacun. Si un homme riche possède la foi de Job et offre à Dieu tout ce qu’il possède, alors c’est une bonne action. Certains n’arrivent pas à s’offrir entièrement à Dieu, même à la fin de leur vie, et c’est là le plus grand échec de leur foi en Dieu.

Consacrer son être entier à se dépenser pour Dieu devrait reposer sur un choix personnel. Certaines personnes se consacrent à propager l’Évangile, d’autres servent dans les églises. Certaines personnes consacrent leur être entier à se dépenser pour Dieu à temps plein. D’autres ne peuvent se dépenser pour Dieu qu’une partie du temps. Cela dépend des choix que les gens sont prêts à faire ; la famille de Dieu ne force pas les gens à faire des choses. Si vous êtes apte à faire un travail pour la maison de Dieu, alors la famille de Dieu vous appellera ; il ne tient qu’à vous de répondre à cet appel. Si quelqu’un est prêt à se dévouer, il doit tenir compte des dispositions de la famille de Dieu. La famille de Dieu peut aménager l’œuvre pour une personne en fonction de ses forces. Si cette personne fait un bon travail, alors elle sera peut-être gardée. Si une personne n’est pas à la hauteur de la tâche, alors la famille de Dieu peut lui donner un autre travail à faire. La famille de Dieu arrange le travail pour chaque personne en fonction de ses antécédents et de ses forces. La famille de Dieu n’affectera pas de tâches aux incompétents. Les gens doivent apprendre à obéir à l’orchestration de Dieu et à s’y soumettre. Quel que soit le travail réalisé, il y a des principes à suivre dans la maison de Dieu. Puisqu’il y a des principes pour les gens qui apportent leur contribution à Dieu et se dépensent pour Dieu, il y a donc également des principes pour faire des offrandes à Dieu. Pour ceux qui sont dans la maison de Dieu, quels que soient les devoirs accomplis, il y a des principes à suivre, et ils devraient tous les accomplir conformément aux principes. C’est quelque chose auquel doivent tenir les élus de Dieu.

6. Soudoyer des dirigeants ou des ouvriers avec des dons est strictement interdit

Nous pouvons pratiquer l’amour et la charité entre frères et sœurs, ce qui correspond entièrement aux paroles de Dieu. Pourtant, certains achètent des articles coûteux pour les ouvriers de l’Église, et faire de tels dons ne reflète pas en fait l’amour et la charité, mais résulte entièrement des arrière-pensées des individus concernés. En effet, certains ouvriers ou prédicateurs sont devenus avides et demandent de « l’aide » auprès de leurs frères et sœurs. Leurs yeux brillent quand ils voient les possessions des autres qui leur font envie et ils cherchent à les obtenir à tout prix, révélant ainsi complètement la laideur avide du grand dragon rouge. Nous espérons que nos frères et sœurs le prendront comme un avertissement et veilleront à ne pas suivre les voies maléfiques de ce monde. La foi en Dieu exige que vous poursuiviez des vérités ainsi que vous conduisiez toutes vos affaires suivant des vérités. Il peut y avoir charité et aide lorsque l’amour existe entre frères et sœurs, mais si l’accent est mis sur le don d’articles coûteux à ces ouvriers et dirigeants qui n’ont aucune difficulté financière, une telle « charité » ne sera pas reconnue par Dieu, car elle est entièrement un moyen pour servir ses propres intérêts. Si une famille d’accueil rencontre des difficultés et ne dispose pas de l’essentiel, elle représente alors une vraie cible de charité. L’amour et la charité véritables n’impliquent pas d’arrière-pensées chez un individu. Si les autres sont réconfortés par des actes de charité et d’aide, alors de tels actes correspondent aux intentions de Dieu. Mais si le but d’un individu est de satisfaire un dirigeant précis, en raison d’arrière-pensées, de tels actes de charité et de don ne correspondent alors absolument pas aux vérités. J’ai entendu parler d’une sœur aisée qui distribuait des articles relativement peu coûteux aux autres ouvriers. Cependant, elle se montrait charitable envers tous les ouvriers et pas seulement envers certains ouvriers ; une charité de cet ordre peut alors être qualifiée de véritable amour.

Les bonnes actions que Dieu attend de notre part sont les actes de charité envers les pauvres et les frères et sœurs qui rencontrent de réelles difficultés, qui contribuent sincèrement à l’œuvre de Dieu et qui se dépensent pour Dieu. Nous devons nous conduire de manière appropriée et agir correctement lorsque nous mettons en pratique l’amour et la charité, car ce n’est que de cette façon que somme en accord avec les intentions de Dieu. Ceux qui ont un rôle de dirigeants ou d’ouvriers doivent respecter l’œuvre de la maison de Dieu, accomplir correctement leurs devoirs et refuser les dons des frères et sœurs. Seules de telles gens sont des serviteurs loyaux de Christ, de bons dirigeants pour leurs frères et sœurs et de bons ouvriers de la maison de Dieu.

II. Principes de gestion administrative de l’Église

Au cours de l’expansion à grande échelle de l’œuvre de l’Évangile, il est inévitable que de nombreux malfaiteurs infiltrent l’Église, ce qui cause beaucoup de trouble à la vie d’Église et perturbe considérablement l’entrée des frères et sœurs dans la vie. La présence de ces gens dans la maison de Dieu est très néfaste à l’œuvre de la maison de Dieu. Leur impact est extrêmement négatif, car leur conduite humilie profondément le nom de Dieu et Dieu ne souhaite certainement pas sauver ces gens-là. Ils n’aiment pas la vérité, ils ne cherchent pas à connaître Dieu, et pourtant ils ont le profond désir d’être bénis, tout en ayant la mentalité d’opportunistes. Ils sont les serviteurs de Satan, ils sont des malfaiteurs qui perturbent l’œuvre de Dieu et ils sont les démons qui ont été maudits par Dieu pour finir par sombrer dans la perdition et périr. Afin de s’assurer que l’œuvre de Dieu est réalisée correctement et sans interférence – et pour maintenir une vie d’Église normale – la maison de Dieu se voit obligée d’éliminer de l’Église ces loups déguisés en agneaux ainsi que tous les autres malfaiteurs et incroyants. De telles actions apportent une grande satisfaction à tous nos frères et sœurs. Nous devons tous prendre conscience que l’œuvre de Dieu ne sauve que ceux qui croient véritablement en Dieu et cherchent la vérité, ceux qui peuvent tout abandonner pour accomplir leurs devoirs, et ceux qui parviennent à se soumettre aux arrangements de Dieu et ne sont pas paresseux. Tous ceux qui sont capables de se soumettre et de réaliser leurs devoirs quand ils entendent la voix de Dieu sont ceux qui se présentent véritablement devant Son trône. Tous ceux qui entendent la voix de Dieu et pourtant se rebellent, résistent et font le mal sont incorrigibles et doivent être écartés ; ils doivent être expulsés et éliminés de l’Église. Dans l’œuvre de Dieu, une personne peut être sauvée ou non suivant qu’elle recherche les vérités et suivant le chemin qu’elle emprunte. Enfin, il est évident que certains sont sauvés et rendus parfaits, tandis que d’autres sont écartés et maudits. Tous les élus de Dieu doivent réaliser cela, car Dieu est juste et Son tempérament ne doit être offensé par personne. Tous ceux qui commettent le mal sont destinés à sombrer dans la perdition et périr. De tels individus sont une plaie même s’ils restent dans la maison de Dieu, par conséquent on fait aussi bien de les expulser et de les éliminer de l’Église au plus vite. À présent, nous allons rendre public le règlement concernant l’expulsion et l’élimination des gens, un règlement que les élus de Dieu devraient tous apprendre.

1. Les principes de l’Église au sujet de l’élimination des gens

Puisque l’œuvre de Dieu dans les derniers jours est l’œuvre du jugement et du châtiment de la race humaine par l’expression de paroles de vérité, il est exigé des gens qui reçoivent Son œuvre qu’ils possèdent un raisonnement normal, du bon sens et qu’ils soient capables de comprendre la vérité. Il est clair que l’Église a été infiltrée par ceux qui sont possédés par le démon, ou qui sont soumis aux agissements des mauvais esprits, ainsi que par tout type de gens faibles et anormaux. Ces gens ne comprennent absolument pas la vérité et sont incapables d’accomplir les devoirs qu’ils doivent accomplir. S’ils demeurent dans l’Église, ils ne sont que des poids qui nous usent. C’est pourquoi ils doivent être éliminés. Il est bénéfique d’agir ainsi, pour l’Église ainsi que pour ses membres. De façon générale, il existe plusieurs types de personnes qui doivent être éliminés :

1) Ceux qui ne vivent pas entièrement la vie d’Église, bien que l’environnement familial autorise les rassemblements, sont, en réalité, des non-croyants et ils doivent être éliminés.

2) Ceux qui prétendent être chrétiens, mais sont en fait des non-croyants, doivent être éliminés.

3) Ceux qui ont été atteints de troubles mentaux ou possédés par des démons dans le passé et sont entièrement dépourvus de bon sens, ou sont fréquemment soumis aux agissements des mauvais esprits, ils ne remplissent pas les conditions requises pour accepter l’œuvre de Dieu et n’ont aucun moyen de comprendre la vérité. C’est pour cela qu’ils doivent être éliminés.

4) Ceux qui sont lourdement handicapés, y compris ceux qui souffrent de toutes sortes d’étranges maladies, ces gens âgés qui sont sourds, ont une vision floue ou sont d’insensibles crétins, s’ils sont incapables de comprendre la vérité, quelle que soit la façon dont vous communiquez avec eux, alors ils doivent être éliminés.

5) Ceux qui ont constamment des conceptions au sujet de Dieu, une attitude suspicieuse, ne recherchent absolument pas la vérité, ont un cœur mauvais et veulent poursuivre l’Église en justice ou poursuivre les dirigeants d’Église en justice en raison de leur insatisfaction à leur égard, ceux-là doivent être éliminés.

6) Ceux qui sont méprisés par la majorité des personnes de l’Église et que celles-ci sont indignées par eux à cause de leurs paroles et de leurs actions identiques à celles de non-croyants, ceux-là doivent être éliminés.

7) Ceux qui aiment particulièrement suivre et flatter les gens, sont enclins à suivre les agissements des mauvais esprits, se laissent abuser par les mensonges et sont trompés, ont toujours des conceptions sur Dieu, ont une attitude sceptique et n’acceptent pas la vérité, ceux-là sont considérés comme des gens insensés et malveillants et doivent être éliminés.

Les sept types de personnes mentionnés ci-dessus ne répondent pas aux exigences pour accepter l’œuvre de Dieu et n’ont aucun moyen de comprendre la vérité. Même si ces gens croient en Dieu, ils ne peuvent atteindre la vérité et ne peuvent être sauvés. C’est pourquoi tous ces gens doivent être éliminés. La raison principale pour laquelle ces gens doivent être éliminés est qu’ils ne répondent pas aux exigences et conditions de l’œuvre de Dieu. Ceux qui doivent être éliminés ne sont pas des malfaiteurs, c’est pourquoi ils ne sont qu’éliminés et non pas expulsés.

2. Les principes de l’Église au sujet de l’expulsion des gens

Au cours de l’expansion à grande échelle de l’Évangile, toutes sortes de malfaiteurs ont infiltré l’Église. Ces malfaiteurs sont arrogants et insensés. Ils sont pleins d’ambition et ne s’intéressent absolument pas à la recherche de la vérité. Ils font tout leur possible pour perturber, désorganiser et détruire l’œuvre de l’Église. Certains d’entre eux sont totalement incorrigibles et commettent toutes sortes d’actes malveillants. Ils deviennent des démons qui s’opposent à Dieu, par conséquent l’Église doit tous les expulser. L’expulsion de ces gens doit être conforme aux sept règles suivantes :

1) Les gens insensés et victimes de leurs propres illusions qui propagent constamment des conceptions sur Dieu et jugent l’œuvre de Dieu dans l’Église, qui sont toujours mécontents de l’œuvre de la maison de Dieu, qui confondent ce qui est bon et ce qui est mauvais, qui débitent des inepties, qui sont agressifs et déraisonnables, et n’acceptent aucunement les vérités doivent être expulsés ;

2) Ceux qui continuent à former des cliques, qui sèment la discorde, se livrent à des conspirations, perturbent la vie d’Église et ne se repentent pas doivent être expulsés ;

3) Ceux qui sont impliqués dans des malversations ou empruntent de l’argent de la maison de Dieu sans le rembourser doivent être expulsés ;

4) Ceux qui vivent une vie de débauche ou se livrent à des actes homosexuels et demeurent incorrigibles doivent être expulsés (à l’exception des contrevenants occasionnels) ;

5) Ceux qui, tout en accomplissant leurs devoirs, continuent simplement d’avancer à tâtons, d’agir de manière insouciante, exercent une mauvaise influence et ne s’apparentent nullement à des gens qui croient en Dieu doivent être expulsés ;

6) Ceux qui sont négligents et agissent de manière insouciante lorsqu’ils accomplissent leurs devoirs, causant de grandes pertes aux finances de l’Église ou provoquant du tort à l’œuvre de la maison de Dieu, doivent tous être expulsés sans exception ;

7) Ceux qui trahissent profondément l’Église ou leurs frères et sœurs doivent être expulsés. Révéler des choses peu importantes en raison d’un moment de faiblesse, mais dissimuler des choses essentielles n’est pas considéré comme une trahison envers l’Église ou leurs frères et sœurs dans la mesure où il s’agit là d’un comportement normal. Les cas sérieux sont ceux où des gens révèlent tout ce qu’ils savent, sans aucune réserve, et où des gens défendent et travaillent pour le grand dragon rouge en raison de leur lâcheté et sont entièrement devenus des instruments de Satan. De tels individus appartiennent à la catégorie de Judas, qui trahit son Seigneur et ses amis. Ceux-là doivent être expulsés.

Il s’agit là des sept normes et principes d’expulsion de tous les malfaiteurs. Quiconque correspond à l’une de ces sept normes doit être expulsé. Si un individu commet une transgression qui ne se conforme pas à l’une de ces sept normes, alors il ne doit pas être expulsé et doit avoir la possibilité de se repentir. Si un individu possède une chance infime de salut, il ne doit pas non plus être expulsé. Si un individu perturbe l’Église sérieusement, il doit être isolé, et c’est seulement si l’isolement n’a pas atteint les résultats escomptés qu’il doit être expulsé. L’expulsion de l’Église est une mesure qui concerne tous ces malfaiteurs et toutes ces personnes incorrigibles ; c’est une mesure administrative de l’Église. Par conséquent, aucun des dirigeants d’Église ou des ouvriers ne peut utiliser l’expulsion comme moyen pour soumettre les autres ou résoudre des problèmes personnels. Ceux qui sont expulsés par l’Église ne doivent être que des malfaiteurs, des antéchrists et ces personnes incorrigibles qui commettent toutes sortes de mauvaises actions. Par conséquent, les expulsions de l’Église ne doivent jamais violer les principes ci-dessus.

3. L’élimination et l’expulsion des gens de l’Église doivent être basées sur l’essence des gens

Tout travail effectué par la maison de Dieu est régi par des principes. Il y a des principes pour la promotion et l’emploi des personnes ; il y a aussi des principes pour expulser et éliminer des personnes. Afin d’effectuer un travail en accord avec nos principes, nous devons percevoir clairement l’essence de la question et nous ne devons jamais faire l’erreur de nous fier aux apparences. Ce n’est qu’en agissant de cette façon que nous pouvons être sûrs de répondre aux attentes de Dieu. Lorsque nous sommes incapables de percevoir clairement l’essence des gens, il devient facile pour nous de violer les principes et de suivre les règles de manière rigide. À l’heure actuelle, la plupart des dirigeants possèdent ce défaut, principalement à cause du fait qu’ils n’ont connaissance que de trop peu de vérités et qu’ils sont incapables de percevoir clairement l’essence de la plupart des gens. Par conséquent, lorsqu’ils s’occupent de problèmes, ils sont complètement perdus et tout ce qu’ils sont capables de faire, c’est de suivre les règles de manière rigide. Par conséquent, ils sont incapables de garantir qu’ils effectueront correctement leur travail sans faire d’erreurs. Avant l’expulsion ou l’élimination d’une personne en particulier, l’Église doit d’abord vraiment comprendre la nature profonde de cette personne. À tout le moins, elle doit vraiment comprendre que cette personne ne changera pas, quelle que soit la durée de sa croyance, que c’est indéniablement quelqu’un qui ne cherche pas la vérité, que, fondamentalement, cette personne ne possède pas la conscience et le sens d’une personne normale et le Saint-Esprit n’œuvre absolument pas en elle. Cette personne ne peut être éliminée ou expulsée que si tous reconnaissent qu’elle est comme cela. Ce n’est qu’en suivant ces procédures que l’on peut avoir la certitude qu’aucune erreur ne sera commise. Si nous sommes capables de comprendre complètement les intentions de Dieu au sujet des gens qui doivent être sauvés, abandonnés ou écartés, alors nous pourrons correctement éliminer et expulser ces gens que l’Église doit éliminer et expulser, sans léser des personnes innocentes et sans passer à côté de personnes mauvaises. Ce n’est qu’en éliminant ou en expulsant correctement les gens de cette façon que nous pouvons être pleinement en accord avec les intentions de Dieu. Pour procéder à l’élimination ou à l’expulsion de quelqu’un, l’Église doit se baser sur l’essence de cette personne. Ce n’est que de cette façon que l’on peut avoir la certitude que la décision est en accord avec les intentions de Dieu et qu’aucune erreur ne sera commise. Par exemple, l’expulsion des gens possédés par le démon, des antéchrists qui continuent à juger l’œuvre de Dieu ou l’homme utilisé par le Saint-Esprit, de ceux qui, régulièrement, mènent une vie de débauche ou se livrent à des actes homosexuels, et de ceux qui continuent de commettre le mal sous toutes ses formes et perturbent l’œuvre de la maison de Dieu, repose sur le fait que, par nature et par essence, ils appartiennent déjà à Satan et ne peuvent plus être sauvés. Comme cela est déterminé par leur essence, ces gens n’ont pas été prédestinés et sélectionnés par Dieu, mais ils sont des malfaiteurs et des opportunistes qui se sont infiltrés dans la maison de Dieu. Par conséquent, nous devons expulser un maximum de personnes de ce type. Une telle action ne peut jamais être mauvaise. En effet, ces procédures sont mises en œuvre en se basant sur l’essence de la personne et non sur ses transgressions momentanées. Si elles se basaient uniquement sur les transgressions momentanées d’une personne, alors, il est probable que ces personnes qui transgressent momentanément, mais qui sont capables de se repentir véritablement, seraient ruinées. La famille de Dieu n’a jamais autorisé l’expulsion de personnes qui ont transgressé gravement, mais qui sont capables de vraiment se repentir.

Afin de s’assurer que l’Église agit correctement concernant l’expulsion et l’élimination de personnes, la maison de Dieu a déjà décrété que le plein accord du dirigeant de l’Église et des diacres est nécessaire pour pouvoir expulser une personne. L’accord de l’Église est également nécessaire, et une personne peut être expulsée avec l’accord d’une large majorité des membres de l’Église (plus de 80 %). Ce règlement est toujours d’actualité. Nous pouvons désormais utiliser ce règlement pour réexaminer le cas de tous ceux qui ont été expulsés ou éliminés, et si certains d’entre eux ont une humanité plutôt bonne et ont été expulsés en raison d’une offense temporaire, ils peuvent être invités à rependre leur vie d’Église. Concernant ceux qui ont une humanité mauvaise ou malveillante, ils doivent être abandonnés à tout jamais. Quand vous êtes capables de percevoir clairement l’essence des gens, il est alors beaucoup plus facile pour vous de réaliser votre travail. Si vous êtes capables de percevoir clairement le genre de personnes qu’ils sont, alors vous percevez clairement l’essence de ces gens.

4. Les dirigeants d’Église, à tous les niveaux, ne sont jamais autorisés à procéder à une expulsion de leur propre initiative

Dans le passé, certains dirigeants d’Église procédaient à des expulsions pour diverses raisons. Certains ont expulsé des gens parce qu’ils avaient quitté leur foyer pour aller travailler ailleurs, qu’ils n’allaient pas souvent à des rassemblements, qu’ils ne cherchaient pas la vérité, qu’ils étaient constamment négatifs, qu’ils étaient trop vieux, et même parce qu’ils ne pouvaient se passer du monde matériel et étaient englués dans les préoccupations du monde. Toutes ces erreurs sont graves. De telles actions violent les arrangements de la maison de Dieu. La maison de Dieu n’autorise en aucun cas l’expulsion des autres pour des raisons arbitraires, ou l’expulsion de toute autre personne directement par un quelconque dirigeant ou ouvrier. Toute expulsion par l’Église doit être réalisée suivant le strict respect du règlement de la maison de Dieu et doit être décidée après l’approbation de la majorité des membres de l’Église. Seule l’Église possède l’autorité pour procéder à une expulsion et personne d’autre n’a l’autorité pour expulser les autres. L’expulsion de l’Église est une question des plus solennelles ; c’est un enjeu qui détermine le destin d’une personne. Une telle question doit être décidée avec l’approbation de la majorité des membres de l’Église, car il est parfaitement juste de traiter les gens de cette façon. Afin de s’assurer que l’Église est juste, impartiale et raisonnable lors des expulsions, la maison de Dieu a émis un règlement précis selon lequel seuls les individus suivants peuvent être expulsés :

1) Ceux qui sont véritablement possédés par le démon et constamment soumis aux agissements des esprits mauvais peuvent être expulsés ;

2) Ceux qui appartiennent véritablement à la catégorie des antéchrists peuvent être expulsés ;

3) Ces malfaiteurs qui sont connus pour perturber sans cesse l’Église, qui commettent toutes sortes de mauvaises actions et qui sont incorrigibles peuvent être expulsés ;

4) Ces malfaiteurs qui appartiennent véritablement à la catégorie de Judas, qui sont capables de trahir l’Église et les élus de Dieu, et qui sont capables de trahir profondément Dieu peuvent être expulsés ;

5) Ceux qui volent les offrandes, qui sont impliqués dans des détournements ou des escroqueries d’argent de la maison de Dieu – et qui refusent de le restituer – peuvent être expulsés.

Seuls ceux qui appartiennent à l’une de ces cinq catégories peuvent être expulsés de l’Église, mais leur expulsion doit être approuvée par la majorité des membres de l’Église. Les documents d’expulsion doivent être signés par les dirigeants et les ouvriers concernés, à tous les niveaux de l’Église, et doivent être complétés pour éviter toute erreur. C’est une procédure raisonnable qui permet de déterminer les responsabilités en cas d’erreurs. Cette procédure doit être suivie lors de l’expulsion ou de l’élimination des autres. Concernant ceux qui auraient dû être éliminés au regard des règlements précédents, tels que ceux qui sont d’une qualité trop médiocre et sont incapables de comprendre réellement des vérités – de même que ceux qui ne cherchent pas les vérités et ne vont pas souvent aux rassemblements – tant qu’ils ne perturbent pas l’Église, ils peuvent rester dans l’Église pour être observés pendant une autre année ou deux. Si pendant plusieurs années encore, ils ne poursuivent toujours pas la vérité ni ne participent régulièrement aux rassemblements, ils peuvent alors être éliminés de l’Église. Dieu est juste avec tout le monde et la maison de Dieu doit être responsable de tous ceux qui croient en Dieu. Principalement lorsqu’il s’agit de questions qui impliquent la fin des gens, nous devons particulièrement veiller à être justes et raisonnables, et nous ne devons jamais traiter de telles questions à la légère. Ceux qui sont irresponsables avec la vie des gens et leur fin manquent d’humanité. Ils sont cruels et ne méritent pas de servir Dieu. Les expulsions, sans bonne raison, par les dirigeants à tous les niveaux de l’Église sont des actes qui s’opposent à Dieu et provoquent chez Dieu une grande tristesse. Elles représentent un grand mal et une grande injustice qui offensent Dieu et la raison. Il convient d’isoler ces dirigeants qui expulsent les élus de Dieu de leur propre initiative et de leur demander de réfléchir sur eux-mêmes. S’ils n’admettent pas leurs méfaits et ne se repentent pas, ils doivent être remplacés.

Le 2 août 2003

Suivant:Principes de pratique de la vie d’Église

Vous aimerez peut-être également