118. Principes pour identifier les démons antéchrists

(1) Tous les démons antéchrists sont arrogants et vaniteux et ne se soumettent à personne. Ils n’exaltent jamais Dieu et ne Lui portent jamais témoignage, mais ils sont très doués pour prêcher des lettres et des doctrines qui séduisent les autres ;

(2) Tous les démons antéchrists haïssent la vérité et lui résistent. Ils ne se connaissent pas du tout eux-mêmes, ils n’ont aucune perception d’eux-mêmes et sont particulièrement arrogants et suffisants ;

(3) Tout ce qui intéresse les démons antéchrists, c’est se battre pour le pouvoir et le profit. Ils cherchent toujours à séduire, à piéger et à contrôler les autres, à établir leurs propres royaumes, à faire en sorte que les autres se soumettent à eux ;

(4) Tous ceux qui font partie des démons antéchrists éprouvent une haine profonde pour l’homme utilisé par le Saint-Esprit et recourent à mille méthodes pour le discréditer, le diffamer et l’attaquer dans l’espoir de prendre sa place.

Paroles de Dieu concernées :

Quelle est, pour Dieu, la définition d’un antéchrist ? Quelqu’un qui Lui est hostile, qui est hostile à la vérité, qui déteste la vérité, qui déteste Dieu et qui déteste absolument tout ce qui est positif. Il ne s’agit pas de la personne ordinaire qui serait momentanément faible, stupide, et dont les pensées et les points de vue seraient légèrement erronés, ni d’une personne dont la vision légèrement absurde ne serait pas en accord avec la vérité : il s’agit de l’antéchrist, l’ennemi de Dieu ! Son rôle est celui de quelqu’un qui déteste absolument tout ce qui est positif, qui déteste la vérité et qui déteste entièrement le tempérament et l’essence de Dieu. Comment Dieu traite-t-Il quelqu’un qui est dans ce rôle ? Il ne le sauvera pas ! Une telle personne méprise et déteste la vérité, de par son essence. Ce qui est exposé ici, ce n’est pas le tempérament corrompu habituel des masses, des choses comme l’arrogance, une touche de rigidité ou une petite tromperie. Ce qui est exposé ici, c’est le mal, la férocité et la haine de la vérité : ce sont là les plus graves manifestations et tempéraments parmi les tempéraments corrompus, et ce sont les choses les plus typiques de Satan et qui lui sont les plus essentielles. Ce n’est pas une révélation mineure du tempérament corrompu que présentent les gens corrompus ordinaires et qui ne peut ni constituer une réelle menace à la vérité, ni donner lieu à la formation d’une force unie substantielle : c’est une force qui est hostile à Dieu. Ces gens-là peuvent perturber une Église et en prendre le contrôle, et ils peuvent détruire et interrompre l’œuvre de gestion de Dieu. Est-ce quelque chose que font les gens corrompus ordinaires ? Absolument pas, et tu ne dois donc pas sous-estimer cela. Il y a des gens qui ont aussi un tempérament mauvais, mais ce tempérament mauvais comporte un brin d’égoïsme qui est à leur propre avantage, tandis que d’autres ont aussi un tempérament féroce – quand ils s’opposent à ce que l’on profite d’eux, par exemple – mais cela ne se manifeste qu’occasionnellement. En quoi les antéchrists sont-ils différents ? Leur principal tempérament n’est pas l’arrogance, mais le mal véritable. Et comment ce mal se manifeste-t-il principalement ? On peut le voir dans leur manière étrange de faire les choses, que les gens ordinaires qui ont des yeux et des oreilles et sont dotés d’une certaine culture et d’une certaine expérience sociale trouvent difficile à détecter. C’est plus que la tromperie, c’est le mal. Ils peuvent jouer de sombres tours et les jouer « mieux » que la plupart des gens : la plupart des gens ordinaires ne peuvent pas rivaliser avec eux ni traiter avec eux. Tel est l’antéchrist. Pourquoi dit-on que les gens ordinaires ne peuvent pas traiter avec eux ? C’est parce que le mal chez eux est si extrême qu’ils possèdent un pouvoir considérable pour tromper les gens. Pourquoi échangeons-nous sur les manifestations des antéchrists ? Parce que les antéchrists sont bien trop capables de tromper les gens. Ils trompent simultanément des pans entiers de la société, comme une épidémie mortelle pouvant, par contagion, atteindre et tuer beaucoup de monde au cours d’un seul épisode : c’est très contagieux et très étendu, et les taux d’infection et de mortalité sont plus élevés que ceux des maladies courantes. Ne s’agit-il pas de conséquences graves ?

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (4) », dans Récits des entretiens de Christ

L’une des caractéristiques les plus évidentes de l’essence des antéchrists est qu’ils sont comme des despotes à la tête de leur propre dictature. Ils n’écoutent personne et prennent de haut tout le monde, ainsi que les faits et dires de tous, leurs idées, leurs points de vue ry leurs qualités : à leurs yeux, ils sont tous inférieurs à eux. Ils pensent que ces gens-là ne sont pas dignes de participer à leurs projets ni qualifiés pour être consultés ou pour faire des suggestions, voilà leur genre de tempérament. N’est-ce pas là une facette des caractéristiques des antéchrists ? Certains demandent s’il s’agit là d’une faiblesse de caractère. Ce serait trop superficiel d’établir un lien avec le caractère : cela n’a rien à voir avec la faiblesse de caractère. Il s’agit de leur tempérament et de leur nature, qui est d’une extrême férocité. Pourquoi dis-je que leur nature est d’une extrême férocité ? Ils considèrent l’œuvre de la maison de Dieu et les intérêts de l’Église comme leur propriété personnelle, donc ils ne pensent qu’à leur propre intérêt, leur propre statut et leur prestige quand ils accomplissent l’œuvre de Sa maison. Ils rejettent tous ceux qui, à leurs yeux, menacent leur statut et leur réputation. Ils les répriment et les ostracisent. Ils excluent et répriment même ceux qui sont utiles à l’Église et qui peuvent accomplir certaines tâches spécifiques. Ils ne tiennent pas le moindre compte de l’œuvre de la maison de Dieu, ni des intérêts de Sa maison. Si vous menacez leur statut, si vous ne vous soumettez pas à eux, si vous ne les admirez pas, alors ils vous excluent, vous maintiennent à distance, ne vous permettent pas de coopérer avec eux et ne vous laissent jouer aucun rôle important ni avoir la moindre utilité significative dans le cadre du travail dont ils sont responsables. Voilà qui ils excluent. Si l’un d’entre eux fait quelque chose de bien, qui bénéficie à la maison de Dieu, les antéchrists ne le montrent pas aux frères et sœurs, ils ne le disent à personne. Quel que soit le mérite des actions de cette personne ou l’importance de ce qu’elle a fait pour la maison de Dieu, les antéchrists le cachent, le minimisent et n’en disent rien aux frères et sœurs. En outre, les antéchrists évoquent souvent les échecs de ces personnes et leurs corruptions devant les frères et sœurs : ils disent que ces gens sont arrogants, qu’ils coupent les cheveux en quatre, qu’ils font toute une histoire au sujet des personnes et des problèmes, qu’ils sont susceptibles de trahir les intérêts de la maison de Dieu, qu’ils ont tendance à aider les étrangers au lieu de la maison de Dieu, qu’ils sont ignorants, etc. Ils trouvent tous les défauts possibles pour exclure et réprimer ces gens. En réalité, parmi les nombreux membres de la maison de Dieu, certains ont des compétences particulières et d’autres ont de légers défauts, tout en restant capables d’accomplir certaines tâches. Ils sont à même d’accomplir un devoir et sont en accord avec les principes qui s’appliquent à ceux qui accomplissent un devoir, mais qu’en est-il aux yeux des antéchrists ? Que croient-ils ? Ils pensent : « Est-ce que je me tirerais une balle dans le pied ? Tu veux jouer un rôle dans mon groupe pour rivaliser avec moi ? C’est impossible, n’y pense même pas. Tu es plus compétent que moi, tu t’exprimes mieux que moi, tu es plus instruit et plus populaire que moi. Que ferais-je si tu me volais la vedette ? Tu veux que je travaille à tes côtés ? N’y pense même pas ! » Tiennent-ils compte des intérêts de la maison de Dieu ? Non. Ils veulent seulement savoir si leur propre statut peut être préservé, de sorte qu’ils préfèrent nuire aux intérêts de la maison de Dieu plutôt qu’utiliser ces gens. C’est de l’exclusion. De plus, ils entretiennent de bonnes relations avec des idiots dépourvus de la moindre aptitude, des gens incompétents, faciles à mener à la baguette, malléables et ignorants, des gens qui manquent de discernement, qui ne pensent pas par eux-mêmes, qui ne comprennent pas la vérité : voilà les seules personnes avec lesquelles ils entretiennent de bonnes relations. […] Diriez-vous que cela bénéficie à l’œuvre de la maison de Dieu ? Non. Et y réfléchissent-ils ? À quoi pensent-ils ? Ils se disent : « Je cherche des gens, quels qu’ils soient, avec lesquels je peux travailler et m’entendre, qui me donnent l’impression d’être important et qui peuvent souligner ma valeur. » Leurs comparses sont une bande d’idiots qui ne comprennent pas les questions spirituelles. Aucun d’entre eux ne cherche la vérité face à une difficulté, aucun d’entre eux ne comprend la vérité, aucun d’entre eux ne traite les choses selon les principes de la vérité. Cependant, il y a une chose que les antéchrists aiment vraiment chez eux : quand de telles personnes rencontrent un problème, elles vont les chercher et font ce qu’ils leur disent de faire. C’est en suivant ce principe que les antéchrists trouvent des gens avec lesquels travailler. Ils trouvent une bande d’idiots, un tas de déchets, qu’ils font travailler et qui leur lèchent les bottes, et en fin de compte, une partie de l’œuvre de la maison de Dieu s’en trouve retardée. Les intérêts de l’Église et la vitesse d’exécution du travail sont affectés, mais ces gens ne s’en rendent pas compte du tout et disent même : « Je ne suis pas le seul responsable. » Si tous disent qu’ils ne sont pas responsables, alors qui l’est, au juste ? Si personne n’assume ses responsabilités quand un problème survient, à quoi cela a-t-il servi d’écouter des sermons pendant toutes ces années ? Ils ont les faits sous les yeux, pourtant ils ne les reconnaissent toujours pas. Mais de quelle sorte de gens s’agit-il ! Cet état de fait démontre que les gens choisis par les antéchrists ne valent rien ; ils n’acceptent pas la vérité. Les antéchrists font délibérément équipe avec des idiots, des pauvres malheureux méprisables et des bons à rien, qui n’acceptent ni aiment la vérité. Ils les embrigadent, s’immiscent dans leurs affaires jusqu’à ce qu’ils sympathisent, deviennent intimes avec eux et finissent par bien s’entendre avec eux. De quoi s’agit-il ? N’est-ce pas là une bande d’antéchrists ? Quand vous remplacez leurs « ancêtres », leur fidèle descendance s’y oppose : elle porte un jugement, dit que le supérieur se montre injuste et s’unit pour prendre leur défense. Les antéchrists ne sont-ils simplement que des personnes malfaisantes ? Certains antéchrists sont des fainéants sans aucun talent significatif, mais ils ont une caractéristique : leur statut leur tient particulièrement à cœur. Ne croyez pas qu’ils ne vont pas aimer le prestige parce qu’ils sont dépourvus de talent et d’instruction. C’est faux et cela montre que vous n’avez pas totalement compris l’essence des antéchrists. Tous ceux qui sont des antéchrists aiment le prestige. Comme les antéchrists sont incapables de travailler en équipe, comment sont-ils capables d’entretenir de bonnes relations avec des brebis galeuses et des lèche-bottes ? Veulent-ils vraiment travailler avec de telles personnes ? S’ils étaient réellement capables de travailler avec ces gens, alors ces mots ne seraient pas justifiés. Ils sont incapables de travailler avec quiconque, y compris aux côtés de ceux avec lesquels ils entretiennent de bonnes relations. Alors, à quoi bon entretenir de bonnes relations avec eux ? Ils entretiennent de bonnes relations avec un groupe de personnes qui sont faciles à mener à la baguette et à manipuler, qui ne savent pas penser par elles-mêmes, qui font tout ce qu'on leur dit de faire et qui travaillent avec eux pour protéger leur statut. Protéger leur statut sans l’aide de personne serait un peu difficile, un peu laborieux, alors ils entretiennent de bonnes relations avec un tel groupe de gens, avec des gens qui sont, à leurs yeux, prétendument « spirituels », qui endurent volontiers les épreuves et sont capables de protéger les « intérêts de la maison de Dieu ». Chacun d’entre eux réalise de nombreuses tâches différentes et ils vont voir les antéchrists pour leur poser des questions ou les consulter chaque fois qu’ils rencontrent un problème. Voilà le genre de personnes avec lesquelles ils entretiennent de bonnes relations et ils pensent que c’est cela, travailler avec les autres. Mais est-ce bien le cas ? Ils trouvent des tas de gens auxquels ils peuvent donner des ordres, pour qu’ils fassent leur travail, pour asseoir leur prestige. Il ne s’agit pas de coopération, mais de diriger leur opération personnelle.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (8) », dans Récits des entretiens de Christ

Quelle différence y a-t-il entre un antéchrist qui fait son propre éloge et témoigne pour lui-même, et une personne ordinaire qui fait la même chose ? Les personnes ordinaires, souvent, se vantent et se mettent en valeur pour se faire admirer : elles aussi possèdent de tels tempéraments et manifestent de tels états. Où réside la différence ? Si tu peux l’exprimer, alors tu es capable de voir ce qu’est la substance des antéchrists. Si tu ne le conçois pas et que tu attribues toutes les manifestations occasionnelles d’éloge de soi-même et de frime au domaine des antéchrists, n’est-ce pas une erreur conceptuelle ? Comment fais-tu alors la distinction ? Quelle est la différence essentielle entre les gens qui, délibérément, font leur propre éloge et témoignent pour eux-mêmes, et ceux qui le font inconsciemment ? (Leurs motivations sont différentes.) Voilà la différence. Les gens ordinaires ont des tempéraments corrompus. Quand ils font leur propre éloge et se vantent, ils essaient de se mettre en valeur et cela ne va pas plus loin. Les autres peuvent les admirer ou les mépriser, ils s’en moquent : leurs intentions ne sont pas claires, leur conduite est gouvernée par une unique sorte de tempérament et c’est un trop-plein de ce genre de tempérament, rien de plus. S’ils poursuivent la vérité et acceptent d’être traités, émondés, jugés et châtiés, ce genre de tempérament peut être progressivement atténué et, peu à peu, ils en viendront à acquérir un sentiment d’intégrité et de honte, et deviendront plus rationnels. Une telle conduite deviendra plus rare et ils la condamneront, ils se contiendront et se retiendront. Voilà ce qu’il en est quand les gens font leur propre éloge et témoignent pour eux-mêmes inconsciemment. Le tempérament inhérent des gens qui font leur propre éloge et témoignent pour eux-mêmes délibérément est le même que celui de ceux qui le font inconsciemment, mais leur nature n’est pas la même. Quand on fait son propre éloge et que l’on témoigne pour soi-même délibérément, c’est avec une intention cachée. Celui qui fait cela ne parle pas ainsi sur un coup de tête : chaque fois qu’il fait son propre éloge et témoigne pour lui-même, il le fait avec une certaine motivation et dans un but secret, et ses actes présentent les caractéristiques des ambitions et des désirs de Satan. Extérieurement, la conduite semble être la même. Dans les deux cas, les gens font leur propre éloge et témoignent pour eux-mêmes, mais quand ils le font inconsciemment, Dieu définit cela comme le débordement d’un tempérament corrompu. Quand ils le font délibérément, Dieu définit cela comme des gens qui leurrent les autres afin que ces derniers les apprécient, les vénèrent, les admirent, puis les suivent. La nature de leur conduite, c’est la tromperie. Donc, quand leur intention est de tromper les gens, de les posséder et de faire qu’ils les suivent, ils emploient certaines méthodes et techniques dans leurs paroles et leurs actes. Les gens qui ne comprennent pas la vérité et qui sont de petite stature, ou qui ont des bases relativement superficielles, se laissent facilement berner et égarer, et ne peuvent pas discerner ce qui se produit. Non seulement ils y sont aveugles, mais ils sont aussi susceptibles d’admirer ces personnes et d’avoir d’elles une haute opinion. Avec le temps, ils les vénéreront aussi, et même, ils les suivront. Un des phénomènes les plus couramment observés au quotidien est la situation dans laquelle les gens semblent avoir une bonne compréhension d’un sermon qu’ils viennent d’entendre, mais ne peuvent pas résoudre des problèmes qu’ils rencontrent par la suite. Même devant Dieu, leur recherche est vaine et ils sont finalement obligés de chercher un chef, qui devient celui auquel ils pensent chaque fois qu’ils rencontrent un problème. C’est comme l’habitude de fumer de l’opium : ils sont dépendants. Les antéchrists qui font leur propre éloge et témoignent pour eux-mêmes deviennent donc une drogue virtuelle pour ces gens ignares et de petite stature qui ne peuvent pas discerner ce qui arrive. Dès qu’ils ont un problème, ils se mettent en quête de l’antéchrist. Même après avoir discuté d’un problème avec le groupe et compris clairement les principes de la vérité, ils n’osent pas appeler les choses par leur nom, et ils n’osent pas non plus participer. Au lieu de cela, ils attendent que le « maître » qu’ils admirent ait le dernier mot pour définir le problème et prendre une décision ; et si leur « maître » ne dit rien, personne n’a assez d’assurance pour régler l’affaire en question. N’ont-ils pas été intoxiqués ? Quelle quantité de travail – de poison – faut-il aux antéchrists pour intoxiquer si gravement ces gens-là ? S’ils devaient souvent s’analyser et se connaître eux-mêmes, s’ils devaient souvent dévoiler à tout le monde leurs faiblesses, leurs erreurs et leurs péchés, est-ce que tout le monde les vénérerait ainsi ? Absolument pas. On dirait qu’ils consacrent des efforts considérables à obtenir ce « succès » qui est précisément le résultat qu’ils désirent. Les gens ne savent pas quoi faire quand ils sont séparés d’eux ; quand ils rencontrent un problème, ils n’ont aucun principe et sont perdus. À l’évidence, les antéchrists leur ont administré de fortes doses de poison en les contrôlant. Ils ont vraiment œuvré à acquérir de l’ascendant sur eux ! S’ils avaient seulement prononcé quelques mots, ces gens seraient-ils passés sous leur contrôle ? Absolument pas.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (2) », dans Récits des entretiens de Christ

Il y en a qui sont vraiment trop insouciants dans leur attitude à l’égard des modalités de travail issues du Supérieur. « Le Supérieur conçoit les modalités de travail, se disent-ils, et nous, nous sommes en bas, à faire le travail. Une partie de ce qui est dit et une partie des tâches peuvent être effectuées avec souplesse : elles peuvent être modifiées quand elles nous parviennent. Le Supérieur ne fait que parler, après tout, et nous sommes ceux qui font le travail concret. Nous, nous comprenons quelle est la situation dans l’Église, mais ce n’est pas le cas du Supérieur, donc c’est à nous de nous occuper comme bon nous semble des personnes et du travail de l’Église qui nous sont confiés. Nous pouvons faire comme nous voulons et personne n’a le droit d’intervenir. » Pour des gens comme ça, le principe consistant à servir Dieu est le suivant : « Si j’estime que quelque chose est juste, j’en prendrai note. Si j’estime que quelque chose n’est pas faisable, je l’ignorerai. Je peux te résister si ça me plaît, ou aller à ton encontre, et je n’ai pas à effectuer ou à mener à bien quoi que ce soit si je n’en ai pas envie. Si quelque chose dans tes paroles me paraît inapproprié, je le corrigerai pour toi et, une fois que je l’aurai filtré, je le transmettrai. Rien de ce que je n’ai approuvé ne peut être publié. » Partout ailleurs, les modalités venant du Supérieur sont diffusées dans leur forme originale, mais cette personne envoie sa version corrigée des modalités de travail à ceux du domaine qu’elle dirige. Une telle personne cherche toujours à écarter Dieu et veut désespérément que tout le monde la suive et croie en elle. Selon elle, Dieu ne l’égale pas dans certains domaines : elle devrait être Dieu, elle aussi, et tout le monde devrait croire en elle. Voilà la nature de ce qu’elle fait. Si vous compreniez cela, pleureriez-vous encore quand une telle personne est retirée et remplacée ? Éprouveriez-vous encore de la compassion pour elle ? Penseriez-vous encore : « Ce que fait le Supérieur est illégitime et injuste : comment pourrait-Il renvoyer une personne qui a autant souffert ? » Au nom de quoi a-t-elle souffert ? Elle a souffert au nom de son propre statut. Sert-elle Dieu ? Accomplit-elle son devoir ? Est-elle loyale et soumise à Dieu ? Ce n’est autre qu’un laquais de Satan et son travail est la domination du diable ; il détruit le plan de gestion de Dieu et perturbe Son œuvre. De quel genre de foi s’agit-il ? Cette personne n’est autre qu’un diable, un antéchrist !

Extrait de « Qu’est-ce qu’offenser Dieu ? », dans Récits des entretiens de Christ

Avant que Dieu ne devienne chair, que l’homme s’oppose à Dieu ou non se mesurait par le fait qu’il adore et admire ou non le Dieu invisible dans le ciel. La manière dont l’opposition à Dieu était définie à l’époque n’était pas tellement pratique, car l’homme ne pouvait ni voir Dieu ni connaître l’image de Dieu ou Sa manière de travailler et de parler. L’homme n’avait absolument aucune notion de Dieu et croyait vaguement en Dieu, car Dieu n’était pas encore apparu à l’homme. Par conséquent, quelle que fût la foi de l’homme en Dieu dans son imagination, Dieu n’a pas condamné l’homme ni ne lui a posé trop d’exigences, car l’homme était tout à fait incapable de voir Dieu. Quand Dieu se fait chair et vient œuvrer chez les hommes, tous Le voient et entendent Ses paroles, et tous voient les actes que Dieu accomplit depuis Son corps de chair. À ce moment-là, toutes les notions de l’homme deviennent de l’écume. Quant à ceux qui ont vu Dieu qui est apparu dans la chair, ils ne seront pas condamnés s’ils Lui obéissent volontiers, alors que ceux qui s’opposent délibérément à Lui seront considérés comme des adversaires de Dieu. De telles gens sont des antéchrists, des ennemis qui s’opposent volontairement à Dieu.

Extrait de « Tous les gens qui ne connaissent pas Dieu sont des gens qui s’opposent à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Quiconque ne comprend pas le but de l’œuvre de Dieu s’oppose à Lui et quelqu’un qui est parvenu à comprendre le but de l’œuvre de Dieu, mais ne cherche toujours pas à satisfaire Dieu, est plus encore apte à être considéré comme un adversaire de Dieu. Certaines gens lisent la Bible dans des églises imposantes et la récitent toute la journée, mais pas un seul d’entre eux ne comprend le but de l’œuvre de Dieu. Aucun d’entre eux n’est capable de connaître Dieu et encore moins capable d’être en accord avec la volonté de Dieu. Ils sont tous des gens vils et inutiles, ils se placent en hauteur pour sermonner Dieu. Ils s’opposent à Dieu volontairement même en portant Son étendard. Affirmant qu’ils croient en Dieu, ils mangent tout de même la chair de l’homme et boivent son sang. Tous ces gens sont des diables qui dévorent l’âme de l’homme, des démons dirigeants qui font intentionnellement obstacle à ceux qui tentent d’emprunter la bonne voie, et des pierres d’achoppement qui entravent le chemin de ceux qui cherchent Dieu. Ils peuvent paraître de « bonne constitution », mais comment leurs disciples sauront-ils qu’ils ne sont nul autre que des antéchrists qui mènent l’homme à s’opposer à Dieu ? Comment leurs disciples sauront-ils qu’ils sont des démons vivants qui se dévouent à dévorer des âmes humaines ?

Extrait de « Tous les gens qui ne connaissent pas Dieu sont des gens qui s’opposent à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Regarde simplement les dirigeants de chaque confession religieuse, ils sont tous arrogants et suffisants, et ils interprètent la Bible hors de son contexte et selon leur propre imagination. Ils comptent tous sur les dons et l’érudition pour accomplir leur travail. S’ils étaient incapables de prêcher quelque chose, ces gens les suivraient-ils ? Ils possèdent tout de même une certaine connaissance et peuvent prêcher quelques doctrines, ou savent comment convaincre les autres et comment utiliser des artifices. Ils les utilisent pour amener les hommes devant eux et les tromper. Théoriquement, ces gens croient en Dieu, mais, en réalité, ils suivent leurs dirigeants. S’ils rencontrent quelqu’un qui prêche le vrai chemin, certains d’entre eux disent : « Nous devons consulter notre dirigeant au sujet de notre foi. » Leur foi doit passer par un être humain ; n’est-ce pas un problème ? Que sont donc devenus ces dirigeants ? Ne sont-ils pas devenus des pharisiens, de faux pasteurs, des antéchrists et des obstacles qui empêchent le peuple d’accepter la véritable voie ? De tels hommes appartiennent à la même espèce que Paul.

Extrait de « La vraie foi en Dieu ne se confirme que par la recherche de la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Quel genre de personne établit son propre royaume ? (Un antéchrist.) Et pourquoi appelle-t-on une telle personne un « antéchrist » ? Tout d’abord, « anté » signifie être antagoniste, hostile, et implique de se montrer antagoniste et hostile à l’égard du Christ, de Dieu et de la vérité. Que veut dire être « antagoniste et hostile » ? (Être en opposition directe.) (Être habité par la haine.) Les gens qui détestent Dieu et qui s’opposent directement à Lui peuvent-ils accepter la vérité ? Peuvent-ils aimer la vérité ? Certainement pas. La toute première façon dont ils s’expriment, c’est en n’aimant pas la vérité. Quand quelqu’un dit la vérité, ils n’expriment rien face à cette personne, mais dans leur cœur, ils n’acceptent pas la vérité et au fond d’eux-mêmes, ils y résistent. À propos de toutes les choses positives — toutes ces vérités, comme se soumettre à Dieu, accomplir loyalement son devoir, être honnête, chercher la vérité en toutes choses, etc. — pendant qu’ils résistent, ont-ils un peu de désir ou d’amour subjectifs ? Non, pas le moins du monde. Donc, étant donné cette sorte d’essence de leur nature, ils s’opposent déjà directement à Dieu et à la vérité. Par conséquent, inévitablement, de telles gens, au fond d’eux-mêmes, n’aiment pas la vérité ni la moindre chose positive. Par exemple, les gens aux postes de dirigeants doivent être en mesure d’accepter les diverses opinions de leurs frères et sœurs, ils doivent être capables de s’ouvrir à leurs frères et sœurs, d’accepter leurs reproches, et ils ne doivent pas abuser de leur statut. Que penserait un antéchrist de toutes ces façons correctes de pratiquer ? Il dirait peut-être : « Si j’écoutais les opinions des frères et sœurs, serais-je encore un dirigeant ? Aurais-je encore statut et prestige ? Pourrais-je encore me faire craindre ? Si je ne peux pas me faire craindre et si je n’ai aucun prestige, alors quel travail puis-je accomplir ? » C’est précisément la sorte de tempérament que possède un antéchrist ; un antéchrist n’accepte la vérité en aucune manière, et plus une méthode de pratique est appropriée, plus il y résiste. Il n’admet pas que ces méthodes de pratique correctes sont des façons de pratiquer la vérité. Qu’est-ce que la vérité, selon ce qu’il croit ? Que l’on devrait toujours utiliser une poigne de fer, des mauvaises actions, des méthodes cruelles et des combines obscures quand on traite avec quiconque ; que l’on ne devrait jamais utiliser la vérité, l’amour et les paroles de Dieu. Sa façon de faire est malveillante. C’est là l’essence de la nature des individus qui sont du même acabit qu’un antéchrist. C’est aussi la façon dont ces individus font les choses et c’est l’impulsion qui anime leurs actes, la source d’où jaillissent ces actes. Voilà à quoi ressemblent leurs motivations et leurs intentions. L’essence de leurs motivations et de leurs intentions, qu’ils révèlent souvent, est précisément l’essence d’un antéchrist : une aversion et une haine à l’égard de la vérité. Voilà leur essence. Que signifie alors s’opposer à la vérité et à Dieu ? Cela veut dire détester la vérité et les choses positives. Par exemple, en tant qu’objet de la création, vous devriez accomplir le devoir d’un être créé ; peu importe ce que Dieu pourrait dire, les gens devraient se soumettre, car les êtres humains sont des objets de la création. Or comment pense un antéchrist ? « Il n’est pas faux que je suis un objet de la création, mais quand il s’agit de se soumettre, cela dépend de la situation. Tout d’abord, il faut que j’y gagne quelque chose ; je ne dois pas être désavantagé et je dois faire passer mon propre intérêt en premier. S’il y a des récompenses et de grandes bénédictions à en tirer et que Tu veux que je me soumette, alors c’est bon, mais sans récompenses et sans destination, je ne peux pas me soumettre. » Voilà comment un antéchrist voit les choses. Autre exemple, Dieu voudrait que les gens soient honnêtes, mais qu’en pense un antéchrist ? « Seuls les idiots sont honnêtes ; les gens intelligents ne le sont pas. » Ces opinions constituent-elles une attitude qui n’accepte pas la vérité ? Quelle est l’essence de ce genre d’attitude ? L’essence de cette attitude est une haine de la vérité. C’est précisément l’essence de ces antéchrists, et leur essence détermine le genre de chemin qu’ils empruntent ; et le chemin qu’ils empruntent, à son tour, détermine les choses qu’ils feront en accomplissant cette sorte de devoir.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (1) », dans Récits des entretiens de Christ

Il y a des gens qui présentent certaines manifestations d’un antéchrist et certains débordements du tempérament d’un antéchrist, mais qui, également, acceptent, reconnaissent et aiment la vérité. Ils sont potentiellement candidats au salut. Il y a des gens qui, indépendamment de leur apparence, sont hostiles à la vérité et ont une attitude ignoble vis-à-vis d’elle, de par leur nature et leur substance. Dès que tu leur parles de la vérité ou que tu leur prêches, ils sont agacés et récalcitrants : ils s’assoupissent, ils s’endorment, ils s’ennuient et ils ne sont pas intéressés, même s’ils comprennent ; ou bien, ils peuvent sembler appliqués extérieurement, mais ils mesurent la vérité avec une attitude différente ou avec un ensemble de connaissances et de théories. Si c’est le cas, alors, peu importe la quantité de paroles de Dieu qu’ils ont lues et le nombre de sermons qu’ils ont écoutés, il n’y aura finalement jamais le moindre changement dans leur attitude, qui est la poursuite du statut et des choses matérielles, l’inimitié à l’égard de Dieu et l’hostilité vis-à-vis de la vérité. C’est typique de l’antéchrist. Par conséquent, quand tu dis que leurs actes consistent à gagner les gens à leur cause, qu’ils font leur propre éloge et témoignent pour eux-mêmes en vue de rivaliser pour le statut de Dieu et tromper les gens, et que leurs actes sont ceux de Satan et des antéchrists, acceptent-ils une telle condamnation ? Non. Ils pensent que c’est juste et correct de leur part d’agir ainsi : « C’est ma façon de faire. Tu peux me condamner et me critiquer autant que tu voudras, je ne renoncerai pas à cette poursuite, à ce désir ni à cette manière de faire les choses. » C’est clair : ce sont des antéchrists. Rien de ce que tu diras ne pourra changer leur point de vue ni leurs motivations et leurs intentions, ni leurs ambitions et leurs désirs. Telles sont la nature et la substance d’un antéchrist type. Peu importe que les circonstances changent, que les gens, les problèmes et les choses autour d’eux changent, ou que les temps changent, peu importe les signes et les miracles accomplis par Dieu et la grâce que Dieu leur accorde, même s’Il les punit, leurs intentions ne changeront jamais. Leur manière d’être des humains et leur manière de faire les choses ne changeront jamais, pas plus que leur attitude hostile vis-à-vis de la vérité. Quand on leur fait remarquer qu’ils font leur propre éloge, témoignent pour eux-mêmes et essaient de tromper les gens, ils changent leur façon de parler et adoptent un discours dans lequel on ne peut trouver aucune faute. Personne ne peut discerner ce qu’ils font. Ils utilisent des moyens encore plus astucieux pour continuer leur gestion et atteindre leurs objectifs secrets. Voilà ce qui se manifeste chez un antéchrist, et c’est l’expression de la substance d’un antéchrist. Même si Dieu leur disait qu’ils allaient être punis, que leur fin était venue, qu’ils étaient maudits et damnés, cela pourrait-il changer leur substance ? Cela pourrait-il changer leur attitude vis-à-vis de la vérité ? Cela pourrait-il changer leur amour du statut, de la fortune et du prestige ? Non. Transformer des gens qui ont été corrompus par Satan en personnes ayant une humanité normale et qui vénèrent Dieu, c’est l’œuvre de Dieu : il est possible d’y arriver. Mais est-il possible de transformer des démons, des gens qui ont une apparence humaine mais dont la substance est satanique, qui vénèrent Satan dans le camp de Satan et sont hostiles à Dieu, en personnes normales ? Ce serait impossible. Dieu n’accomplit pas ce genre de travail : ces gens ne font pas partie de ceux qu’Il sauve. Alors, comment Dieu définit-Il de telles personnes ? Elles appartiennent à Satan. Elles ne font pas l’objet de la sélection ni du salut de Dieu : Dieu ne veut pas de ces personnes. Peu importe depuis combien de temps elles sont dans la maison de Dieu, combien elles ont souffert ou ce qu’elles ont accompli, leurs intentions ne changent pas. Elles ne mettront pas de côté leurs ambitions ni leurs désirs, encore moins renonceront-elles à leur motivation et à leur soif de rivaliser pour le statut et pour être avec Dieu. De telles personnes sont des antéchrists vivants.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (2) », dans Récits des entretiens de Christ

Tous les antichrists préfèreraient mourir plutôt que se repentir. Ils font le serment de résister à Dieu jusqu’à la mort, et se battent jusqu’au bout. Même si, au fond, ils reconnaissent qu’il y a un Dieu, qu’Il a créé l’homme et qu’Il peut sauver l’humanité, leur nature les rend incapables de changer le chemin qu’ils ont choisi et incapables de changer le fait qu’ils sont hostiles à Dieu. Ainsi, l’essence du comportement des antichrists est d’utiliser constamment divers moyens et méthodes pour atteindre leur objectif d’avoir un statut, de gagner les gens et de les inciter à les suivre et à les vénérer. Il est possible que dans les profondeurs de leur cœur, ils ne rivalisent pas délibérément avec Dieu, mais une chose est sûre : même s’ils ne rivalisent pas avec Dieu pour les humains, ils souhaitent toujours avoir un pouvoir et un statut parmi eux. Même s’ils prennent conscience un jour qu’ils sont en compétition avec Dieu pour avoir un statut et qu’ils se réfrènent, ils utilisent quand même d’autres méthodes pour obtenir un statut parmi les hommes et être reconnus. En bref, bien que tout ce que font les antichrists semble consister en un accomplissement fidèle de leurs devoirs, et qu’ils paraissent être de vrais disciples de Dieu, leur ambition de contrôler les gens—et d’acquérir un statut et un pouvoir parmi eux—ne changera jamais. Peu importe ce que Dieu dit ou fait et peu importe ce qu’Il attend des gens, ils ne font pas ce qu’ils devraient faire et ne satisfont pas à leurs obligations d’une manière qui corresponde à Ses paroles et exigences, et la compréhension de Ses paroles et de la vérité ne résulte pas non plus en l’abandon de leur quête de pouvoir et de statut ; tout au long, leur ambition les consume, contrôle et dirige leur comportement et leurs pensées, et détermine le chemin qu’ils empruntent. C’est le modèle même de l’antichrist. Quelles sont les caractéristiques distinctives d’un antichrist ? Certaines personnes demandent : « Les antichrists ne sont-ils pas ceux qui rivalisent avec Dieu pour gagner des gens et qui ne Le reconnaissent pas ? » Ils peuvent reconnaître Dieu, ils peuvent sincèrement Le reconnaître et croire en Son existence, vouloir Le suivre et être en quête de la vérité, mais une chose ne changera jamais : ils ne renonceront jamais à leur ambition de pouvoir et de statut, ni à leur poursuite de ces choses en raison de leur environnement ou de l’attitude de Dieu à leur égard. Ce sont les caractéristiques des antichrists. Quelle que soit la somme des souffrances qu’une personne a endurées, quelle que soit la part de vérité qu’elle a comprise, quel que soit le nombre de réalités de la vérité dans lesquelles elle est entrée et quelle que soit la connaissance de Dieu qu’elle possède, au-delà de ces phénomènes et manifestations externes, elle ne pourra jamais réfréner ou abandonner son ambition et sa quête de statut et de pouvoir, et cela détermine précisément sa nature et son essence. Il n’y a pas la moindre inexactitude dans le fait que Dieu qualifie ces personnes d’antichrists ; cela a été déterminé par leur nature et leur essence mêmes. Certaines personnes, peut-être, croyaient qu’un antichrist était toute personne essayant de rivaliser avec Dieu pour contrôler l’humanité. Cependant, il arrive que les antichrists n’aient pas nécessairement besoin d’être en concurrence avec Lui ; il leur faut simplement être ceux dont la connaissance, la compréhension et le besoin de statut et de pouvoir sont différents de ceux des gens normaux. Les gens normaux peuvent être vaniteux ; ils peuvent essayer d’obtenir les louanges des autres et de leur faire bonne impression, et ils peuvent essayer de rivaliser pour être bien classés. C’est là l’ambition des gens normaux. Lorsqu’ils sont remplacés en tant que dirigeants et perdent leur position, ils s’en remettent ; avec un changement de leur environnement, une certaine croissance de leur stature, une certaine entrée dans la vérité, ou l’acquisition d’une compréhension plus profonde de la vérité, leur ambition se refroidit progressivement. Un changement se produit dans le chemin qu’ils empruntent et dans la direction qu’ils prennent, et leur quête de statut et de pouvoir s’estompe. Leurs désirs, eux aussi, diminuent progressivement. Les antichrists, cependant, sont différents : jamais ils ne pourraient abandonner leur quête de statut et de pouvoir. À tout moment, dans n’importe quel environnement, et quelles que soient les personnes qui les entourent et leur âge, leur ambition ne changera jamais. Qu’est-ce qui indique que leur ambition ne changera jamais ? Supposons qu’ils soient des dirigeants d’église, ils voudront contrôler tout le monde dans l’église. Ils pourraient alors aller dans une autre église, dont ils ne seraient pas dirigeants, mais où ils aspirent toujours à ce statut. Partout où ces personnes vont, elles veulent exercer le pouvoir. Leurs cœurs ne sont-ils pas enflés d’ambition ? Ce qu’ils manifestent dépasse le domaine de l’humanité normale. N’y a-t-il pas quelque chose d’anormal là-dedans ? Qu’y a-t-il d’anormal là-dedans ? Ce qu’ils manifestent n’est pas ce qui devrait être manifesté par l’humanité normale. Ce sont des esprits mauvais. Comprenez-vous ? Ce n’est pas la même chose que la corruption ordinaire ; il y a une différence. Les antichrists ne s’arrêteront devant rien dans leur quête de statut et de pouvoir ; ils sont complètement absorbés par cette quête. C’est leur nature et leur essence ; c’est leur forme originelle, et leur vrai visage. Ils ne sont pas seulement en compétition avec Dieu pour le statut, mais ils sont aussi en compétition avec leurs semblables pour le statut. Que les autres le veuillent ou non, qu’ils soient d’accord ou non, les antichrists essaient activement de les contrôler et d’être leurs dirigeants, sans tenir compte de leurs souhaits. Où qu’ils aillent, les antichrists veulent être aux commandes et avoir le dernier mot. Est-ce là leur nature ? Les gens veulent-ils les écouter ? Les ont-ils choisis ? Les ont-ils élus ? Sont-ils d’accord pour qu’ils aient le dernier mot ? Personne ne veut que ces gens aient le dernier mot, et personne ne les écoute, mais ils essaient quand même de l’avoir. Cela leur pose-t-il un problème ? Ils sont totalement dépourvus de honte et ne s’excusent pas. Quand ces gens sont des dirigeants, ils sont des antichrists ; quand ils ne sont pas des dirigeants, ils sont aussi des antichrists.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (3) », dans Récits des entretiens de Christ

Comment les élus de Dieu doivent-ils traiter les antéchrists ? Ils doivent les identifier, les exposer, les signaler et les rejeter. Peu importe la manière dont un antéchrist parvient à un poste de responsabilité, il est invariablement quelqu’un qui résiste à Dieu. Tu ne dois pas accepter d’être dirigé par un antéchrist ni le reconnaître comme ton chef, car il ne te guide pas dans les paroles de Dieu : il veut t’entraîner en enfer et te faire suivre avec lui le chemin que suivent les antéchrists. Il cherche à ce que tu te joignes à lui pour résister à Dieu et pour déranger et détruire Son œuvre. Il te titille et te pousse à te vautrer avec lui dans la fange. Vas-tu y consentir ? Si oui, et si tu te compromets avec lui, que tu lui demandes grâce ou te laisses gagner par lui, alors tu n’auras pas porté témoignage et tu seras une personne qui trahit à la fois la vérité et Dieu. Une telle personne ne peut pas être sauvée. Quelles conditions une personne doit-elle respecter afin de recevoir le salut ? En premier lieu, cette personne doit avoir la capacité d’identifier les antéchrists sataniques ; elle doit posséder cet aspect de la vérité. Ce n’est qu’en possédant cet aspect de la vérité qu’elle peut authentiquement croire en Dieu et s’abstenir de vénérer ou de suivre un homme ; seuls ceux qui peuvent identifier les antéchrists ont la capacité de croire vraiment en Dieu, de Le suivre et de Lui rendre témoignage. Afin d’identifier les antéchrists, il faut d’abord apprendre à voir les gens et les choses avec une lucidité et une compréhension complètes ; il faut être capable de percevoir l’essence des antéchrists et de voir clair dans toutes leurs conspirations, leurs ruses, leurs motivations intérieures et leurs objectifs. Si vous y parvenez, vous pouvez alors tenir bon. Si vous voulez obtenir le salut, le premier test que vous devez réussir consiste à apprendre comment vaincre Satan et comment triompher des forces hostiles et des interférences du monde extérieur. Une fois que tu auras acquis une certaine stature et suffisamment de vérité pour persévérer jusqu’au bout dans le combat contre les forces de Satan, puis que tu les auras vaincues, alors, et alors seulement, tu pourras chercher la vérité avec constance, et alors seulement tu pourras emprunter résolument et sans encombre le chemin de la recherche de la vérité et recevoir le salut. Si tu ne parviens pas à réussir ce test, alors on peut dire que tu es en grand danger, que tu risques d’être capturé par un antéchrist et d’en venir à vivre sous l’influence de Satan.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (1) », dans Récits des entretiens de Christ

Puisque tu crois en Dieu, tu dois mettre ta foi en toutes les paroles, ainsi qu’en toute l’œuvre de Dieu. Autrement dit, puisque tu crois en Dieu, tu dois Lui obéir. Si tu es incapable de le faire, alors il importe peu que tu croies en Dieu ou non. Si tu as cru en Dieu pendant de nombreuses années, mais que tu ne Lui as jamais obéi ou que tu n’acceptes pas toutes Ses paroles, et au contraire tu demandes à Dieu de Se soumettre à toi et d’agir conformément à tes notions, alors tu es le plus rebelle de tous et tu es un incroyant. Comment de telles gens pourraient-ils obéir à l’œuvre et à la parole de Dieu qui ne sont pas conformes aux notions de l’homme ? Les plus rebelles sont ceux qui défient Dieu et Lui résistent intentionnellement. Ils sont les ennemis de Dieu, les antéchrists. Ils ont toujours une attitude hostile envers la nouvelle œuvre de Dieu ; ils n’ont jamais la moindre inclination à se soumettre ni ne se sont jamais soumis volontiers ou abaissés eux-mêmes. Ils s’exaltent eux-mêmes devant les autres et ne se soumettent jamais à personne. Devant Dieu, ils se considèrent comme les meilleurs en prédication de la parole et les plus habiles à transformer les autres. Ils ne se débarrassent jamais des « trésors » en leur possession, mais les considèrent comme des biens de famille qui doivent être adorés, prêchés aux autres et utilisés pour enseigner à ces imbéciles qui l’idolâtrent. Il existe en effet un certain nombre de telles gens dans l’Église. On peut dire qu’ils sont des « héros indomptables » qui séjournent dans la maison de Dieu de génération en génération. Ils pensent que prêcher la parole (doctrine) est leur plus grand devoir. D’année en année et de génération en génération, ils s’occupent d’imposer vigoureusement leur devoir « sacré et inviolable ». Personne n’ose les toucher ; personne n’ose les réprimander ouvertement. Ils deviennent des « rois » dans la maison de Dieu, déchaînés et agissant tyranniquement d’âge en âge. Cette bande de démons cherchent à se donner la main et à détruire Mon œuvre ; comment puis-Je permettre à ces démons vivants d’exister sous Mes yeux ? Même ceux qui n’ont qu’une demi-obéissance ne peuvent tenir jusqu’au bout, encore moins ces tyrans qui n’ont absolument aucune obéissance dans leur cœur. L’œuvre de Dieu n’est pas facilement acquise par les hommes. Même s’ils utilisent toute leur force, ils ne peuvent en acquérir qu’une simple partie, leur permettant d’être rendus parfaits à la fin. Qu’en est-il alors des enfants de l’archange qui cherchent à détruire l’œuvre de Dieu ? N’ont-ils pas encore moins d’espoir d’être acquis par Dieu ?

Extrait de « Ceux qui obéissent à Dieu avec un cœur sincère seront sûrement gagnés par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 117. Principes pour identifier les faux dirigeants et les faux collaborateurs

Suivant: 119. Principes pour identifier les pharisiens

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre