102. Principes pour déterminer si quelqu’un comprend les questions spirituelles

(1) Tout d’abord, voir si, en lisant les paroles de Dieu, la personne en a une compréhension pure, et si elle peut synthétiser son propre état de corruption et le comparer à ce que révèlent les paroles de Dieu ;

(2) Voir si la personne peut chercher la vérité et la mettre en pratique en paroles et en actes, ou si elle agit selon des notions et des imaginations ou adhère à des règles ;

(3) Voir si elle peut identifier chaque type de personne, si elle traite chacun conformément aux principes et si, en écoutant régulièrement des sermons et des échanges, elle peut comprendre la vérité et avoir un chemin de pratique ;

(4) Voir si les propos de la personne concernant la connaissance de soi sont concrets, si elle s’est repentie sincèrement et si sa vision des choses, sa conception de la vie et ses valeurs ont subi une véritable transformation.

Paroles de Dieu concernées :

Pour ce qui est des paroles de Dieu, ceux qui n’entendent rien aux questions spirituelles ne comprennent pas ce qu’elles expriment, ni ce à quoi elles font référence. Ces gens ne connaissent pas non plus les états révélés par Dieu et ils sont également incapables de soutenir la comparaison face à tout cela. Ils considèrent les paroles de Dieu comme un tout, comme s’il s’agissait de règles, de lettres, de slogans ou d’une doctrine, et à aucun moment ils ne comprennent le véritable sens de la phrase « Les paroles de Dieu sont la vérité. » Telle est l’expression des gens qui n’entendent rien aux questions spirituelles. […] Ceux qui ont une réelle compréhension des questions spirituelles comprennent la vérité. Ils savent ce que révèlent les paroles de Dieu, quelle vérité elles contiennent et ce que sont Ses exigences, et ils sont capables de s’examiner à la lumière de tous ces éléments. Notre capacité de comprendre tout cela signifie-t-elle qu’on a accédé à l’entrée ? (Ce n’est pas le cas.) Alors, à quoi cette « capacité de comprendre » fait-elle référence ? Quelle est sa visée ? Ceux qui sont capables de s’examiner à la lumière de tous ces éléments, de reconnaître le tempérament corrompu et les divers états de l’humanité tels que Dieu les a révélés, de savoir, jusqu’à un certain point, quelles sont les exigences de Dieu, et de connaître Sa volonté et les principes exprimés dans Ses paroles, sont des gens qui possèdent luciditéet compréhension au sujet de tout cela. On peut donc dire d’eux qu’ils comprennent les questions spirituelles. Ceux qui sont dans ce cas sont capables de soutenir la comparaison face aux paroles de Dieu quand ils s’en sustentent et s’en abreuvent. Ils sont capables de comprendre Ses références et ce que sont Ses exigences. Cela démontre que ces gens ont la faculté d’être réceptifs, et qu’ils ont le calibre et la capacité nécessaires pour recevoir la vérité.

Extrait de « Il ne peut y avoir d’entrée dans la vie qu’en recherchant la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Quelles sont les expressions des gens qui comprennent les questions spirituelles et celles des gens qui n’y entendent rien ? Ceux qui n’entendent rien aux questions spirituelles ne connaissent absolument rien au sens de la vérité ni aux états, aux contextes et aux référents dont Dieu parle. Ils ne les comprennent pas et sont incapables de soutenir la comparaison face à eux, contrairement à ceux qui comprennent vraiment les questions spirituelles. Par exemple, lorsque j’échange sur la désobéissance des gens, un sujet qui englobe leur dureté, leur égoïsme, leur stupidité, leur antagonisme et leur résistance envers Dieu, ainsi que leurs incompréhensions Le concernant, et lorsque je parle de tous les états qui relèvent de ce sujet (par des exemples, ou par l’évocation d’un aspect de la vérité, ou en mettant en lumière un état qui correspond exactement à celui dans lequel se trouve ton cœur, ou peut-être simplement en évoquant des sujets en lien avec les principes concernés) tu comprends et tu vois des images qui flottent à la surface de ton esprit et de tes pensées, et tu te dis : « Cela transforme mon état qui était autrefois empreint de désobéissance ! » Ou, dans le cas d’une conversation qui se transformerait en incompréhensions sur Dieu, si en observant les états et les expressions que tu as manifestés, tu te rends compte que c’est mal comprendre Dieu que d’avoir de telles idées sur Lui, de telles exigences, ou de s’imaginer de telles choses sur Lui, alors cela signifie que tu as soutenu la comparaison face à ces choses. Quand je parle d’antagonisme et de résistance envers Dieu, si tu as de tels sentiments en toi, que tu vis dans un tel état et qu’un tel tempérament ou une telle essence est en toi, alors tu es en mesure de soutenir la comparaison face à tout cela. Quels éléments peux-tu soumettre à une telle comparaison ? Les idées, les pensées, les actes et les comportements que tu affiches peuvent être vérifiés de façon universelle. Cela signifie que tu es capable de comprendre les paroles de Dieu et le contenu des sermons, et de savoir, parmi tes propres comportements, révélations, manifestations, états et essences, lesquels correspondent exactement à ceux révélés par Dieu et que l’on retrouve dans les sermons. Telles sont les expressions de ceux qui comprennent les questions spirituelles.

Extrait de « Il ne peut y avoir d’entrée dans la vie qu’en recherchant la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Quelle est la principale expression de la façon dont ceux qui n’entendent rien aux questions spirituelles recherchent la vérité ? Leur pratique de la vérité se manifeste par un respect des règles à la lettre. Ils parlent aux doctrinaires et appliquent de façon rigide les méthodes des autres. Quelle est donc l’essence de ces gens ? Qu’est-ce qui les pousse à confondre respect des règles et recherche de la vérité ? Quelle est la source de ce problème ? Il y a une cause profonde. Pouvez-vous la trouver ? (Ces gens sont arrogants et suffisants par nature. Ils ne recherchent pas la vérité. Ils considèrent plutôt comme la vérité ce qu’ils pensent être juste.) C’est le cas pour certains de ceux qui n’entendent rien aux questions spirituelles, mais ça n’est pas la cause profonde. Lorsque ces gens, qui n’entendent rien aux questions spirituelles et qui adorent suivre des règles, écoutent la vérité et les sermons, ils le font avec beaucoup d’application, en prêtant particulièrement attention à tout ce qui est en lien avec leur propre pratique. Ils écoutent attentivement les remarques sur la façon d’accomplir leurs devoirs, par exemple, ou sur la manière de bien faire ce qu’ils ont à faire. Le problème fondamental est qu’ils sont incapables d’établir un rapport entre le contenu des sermons qu’ils entendent et leurs propres états. Par exemple, dès qu’ils entendent une discussion sur la rébellion humaine, ils se disent : « Rébellion ? Je ne suis pas rebelle ! Puisque c’est interdit, à chaque fois que je me retrouverai face à cette situation, je me contenterai de me taire en tâchant de ne pas bouger, d’évaluer la situation et de faire ce que font tous les gens autour de moi. » Quand ils entendent quelque chose, ils s’en servent pour en retirer leur propre style logique et leur propre façon de pratiquer, mais au fond, leurs pensées sont embrouillées en ce qui concerne la vérité et les différents états manifestés et évoqués dans les sermons. Qu’entend-on par pensées embrouillées ? On entend par là qu’ils ne comprennent pas ce qui est en train d’être dit et ils pensent tout bas : « De quoi est-il question dans tout cet échange ? Ne faudrait-il pas simplifier un peu tout ça ? Aujourd’hui, il y a un type d’échange, et demain, il y en aura un autre ! » De leur point de vue, il est facile d’opérer un changement de son tempérament : il suffit de faire ce qu’on vous dit. Ils ne parviennent pas à soutenir la comparaison face à ces états et à ce tempérament corrompu. C’est sensiblement la même chose pour eux concernant les diverses révélations, pensées, idées, intentions et manifestations du tempérament corrompu de l’homme qui émergent dans différents environnements au cours de l’entrée dans la vie : ils sont creux et ne réussissent pas à soutenir la comparaison face à tout cela. Que ressentent ces gens qui sont dans cette situation quand ils entendent la vérité ? (Ils ont l’impression que cela concerne les autres et que cela n’a aucune incidence sur eux.) C’est leur principal trait de caractère : quand il est question de choses négatives, ils pensent qu’elles ne s’appliquent qu’aux autres, mais quand il est fait mention de règles qu’ils sont capables de suivre et de comprendre, ils ont l’impression que cela les concerne. Ils ne reconnaissent jamais ce qui a trait aux états, aux changements de tempérament et à l’essence de la nature d’un individu. Ils ne l’acceptent et ne le comprennent pas. Tous ceux qui n’entendent rien aux questions spirituelles ont ce trait en commun. C’est-à-dire qu’ils sont incapables de soutenir la comparaison face à toutes les paroles de Dieu qui révèlent les différents états et manifestations des gens, et dévoilent leur essence, et ils ne possèdent pas le moindre discernement. Ils comparent constamment des choses qui ne sont pas comparables. C’est comme si, à la question de savoir s’ils ont mangé, ils te répondaient qu’ils n’ont pas bu d’eau, ou, si tu leur demandais s’ils ont sommeil, ils te répondaient qu’ils n’ont pas soif. Une telle situation – un tel état de fait – arrive très souvent.

Extrait de « Il ne peut y avoir d’entrée dans la vie qu’en recherchant la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Ceux qui n’entendent rien aux questions spirituelles l’expriment essentiellement par leur strict respect des règles. Ils prennent souvent une phrase ou un événement et l’érigent en règle ou en méthode à suivre. Ces gens considèrent-il donc la vérité de la même manière ? Ceux qui n’entendent rien aux questions spirituelles se souviennent d’un aspect des manifestations de la vérité sur lesquelles tu as échangé avec nous aujourd’hui. Ils érigent ces paroles et ces comportements en règles qui doivent être mises en pratique, et se rappellent chacune d’entre elles indéfectiblement. Puis, la fois suivante, face à une situation différente et sans le moindre échange, ils appliqueront ces précédentes méthodes et règles sans discernement, et les mettront en pratique. Voilà une manifestation concrète que l’on retrouve chez les gens qui n’entendent rien aux questions religieuses. Comment ces gens, qui respectent à ce point les règles, se sentent-ils ? (Fatigués). Ils ne sont pas fatigués. Si c’était le cas, ils arrêteraient. Ils ont le sentiment de pratiquer la vérité. Ils n’ont pas l’impression de respecter un ensemble de règles ni de ne rien comprendre aux questions spirituelles. Et ils ont encore moins l’impression de n’avoir pas compris la vérité ni de n’avoir aucune mesure de ce que sont les principes de la vérité. Au contraire, ils pensent avoir compris aussi bien l’aspect concret de la vérité que ses principes mêmes. Parallèlement, ils pensent avoir compris la volonté de Dieu et estiment que, s’ils parviennent à se comporter conformément à leurs règles, ils entreront dans la réalité de cet aspect de la vérité, tout en s’imaginant qu’ils satisfont la volonté de Dieu et qu’ils mettent en pratique la vérité. Cette pratique particulièrement dogmatique de la vérité est-elle l’expression de quelqu’un qui la recherche vraiment ? (Non.) C’est l’expression de quelqu’un qui n’entend rien aux questions spirituelles, qui est lié par convention et qui est paresseux. Lorsqu’ils se trouvent face à un problème, ces gens ne recherchent pas la vérité. Ils ne pensent pas à la vérité, pas plus qu’ils ne l’examinent ni ne l’étudient en détail. De plus, même s’ils devaient examiner la vérité, ils seraient toujours incapables de la comprendre. Pourquoi ne la comprennent-ils pas ? C’est parce qu’à la base, ils n’entendent rien aux questions spirituelles.

Extrait de « Il ne peut y avoir d’entrée dans la vie qu’en recherchant la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Peu importe pendant combien d’années ils ont cru en Dieu ou comment ils semblent chercher la vérité, les gens qui ne comprennent pas les questions spirituelles ne progressent jamais. Peu importe pendant combien d’années ils ont été croyants, les gens qui ne comprennent pas les questions spirituelles ignorent ce que signifie la connaissance de soi et ce qu’est un tempérament corrompu. Lorsqu’ils font face à un problème, ils ne savent pas ce qu’est la manifestation d’un tempérament arrogant ni ce qu’est la manifestation de la soumission à la vérité. Ils ne savent pas comment se comporter en personnes honnêtes ni quel genre de comportement est trompeur. Ils ne savent pas ce qu’est l’obéissance, ni ce que signifie se rebeller contre les orchestrations et les arrangements de Dieu, s’y opposer et les rejeter. Ils ne savent pas ce qu’est la bonne volonté humaine ni ce que signifient pratiquer conformément à la vérité et se soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu. Ils ne savent pas s’ils ont été loyaux ou s’ils ont fait preuve de négligence en accomplissant leur devoir ; ils ne savent pas non plus quels tempéraments corrompus ont été révélés en eux, quelles sont leurs motivations ou si leur chemin est le bon. Ils ne savent pas si la perspective de leur pratique est correcte, quel type de comportement Dieu aime et quel type Il déteste. Ils n’ont aucune idée des différences entre ces broutilles. Ils croient que s’ils continuent à agir de cette façon, Dieu les louera sûrement, et qu’ils doivent faire tout ce qu’ils pensent ; c’est si simple et n’implique aucun détail. Certaines gens ont une compréhension spirituelle, mais ne poursuivent ni ne pratiquent la vérité ; ils cherchent seulement à travailler dur et à exécuter un service quelconque. D’autres n’ont aucune compréhension spirituelle et ne comprennent pas les questions spirituelles dans la vie. Ils adhèrent tout simplement aux règles, c’est tout. Ils s’en tiennent à lire les paroles de Dieu et à mener une vie spirituelle normale. Quand ils accomplissent leur devoir, ils ne flânent pas ni ne causent de trouble. Ils ne font pas délibérément des choses qui provoquent des interruptions ou des perturbations. Ils font ce qu’on leur demande de faire et s’en tiennent à des principes simples. Mais ils ignorent complètement les détails, les états impliqués dans l’entrée dans la vie et les différentes perspectives et attitudes. Lorsque tu parles de corriger des notions, ils ne croient pas qu’ils ont des notions, ils croient que toutes leurs notions ont déjà été corrigées et que le sujet de ton échange n’a rien à voir avec eux. Ils ne savent pas à quelles notions tu fais référence ni ce qu’est la réalité de la vérité sur laquelle tu échanges. Lorsque tu parles de connaissance de soi, ils disent : « L’homme n’est-il pas rebelle et arrogant ? Quand on fait face à un problème, il ne faut pas être rebelle ou se vanter, mais être modeste et humble. N’est-ce pas assez ? » Lorsque tu parles d’obéissance, ils disent : « L’obéissance ? Tu ne cesses de dire que ceci est signe d’obéissance, et cela non. Comment cela peut-il être si compliqué ? » Lorsque tu dis que les gens doivent renoncer à eux-mêmes et se discipliner, ou qu’ils doivent aimer Dieu, et quand ils se trouvent dans un certain environnement et doivent mettre de côté leurs propres motivations et ambitions, ils disent : « Je n’ai pas tellement de motivations et d’ambitions. » Voilà à quel point leur pensée est simpliste. Ces gens peuvent-ils finalement gagner la vérité ? (Non.) Quelle est leur attitude envers la vérité ? Ils ne pensent pas qu’il y ait de la corruption en eux et ils pensent qu’ils ont déjà entendu tout cela auparavant, que c’est plus ou moins la même chose : obéis et fais ce que l’on te dit. Mais est-ce si simple ? Voyant d’autres qui sont négatifs et faibles, certains disent : « Aime simplement Dieu ! Pourquoi être négatif ? » Leur esprit est simple à ce point et ils ne comprennent pas les questions spirituelles. Quand les gens ne comprennent pas les questions spirituelles, qu’est-ce que ça signifie ? Cela signifie que peu importe ce que tu dis, de quel aspect de la vérité tu parles, tout leur semble être de la théorie. Ils ne comprennent pas les enjeux ni pourquoi tu échanges sur ce sujet. Ils ne comprennent rien de cet aspect de la vérité, de ce qu’est sa relation avec l’entrée des gens et leur vie de foi en Dieu, de ce qu’est sa relation avec les difficultés que les gens rencontrent dans la vie réelle et les tempéraments corrompus qu’ils révèlent, de ce qu’est la relation entre la vérité et l’humanité, entre la vérité et la conscience. Ils ignorent totalement ce que ces détails et les paroles prononcées par Dieu ont à voir avec ce qui est révélé et manifesté dans la vie réelle des gens, et ce que les gens doivent pratiquer. Ils ne comprennent pas ce qu’ils entendent ; tout ce qu’ils entendent, ce sont des lettres et des doctrines comme : « L’obéissance, la loyauté, ne soyez pas superficiels, ne provoquent pas d’interruptions ni de perturbations. » Ils n’en tirent qu’une chose : « Je n’ai pas besoin de me souvenir de tout cela. Je vais faire seulement ce que Dieu demande ; je suis heureux d’exécuter du service. » Ils ne savent pas qu’en plus d’exécuter du service, l’homme possède de nombreuses corruptions, ainsi que de l’ambition, des désirs, des préférences, des notions et de l’imagination. Beaucoup de choses à l’intérieur des gens n’ont pas encore été abordées, et lorsque Dieu prononce ces paroles, Il demande aux gens de corriger ces choses et de les remplacer par la vérité. Le but de Dieu en affirmant ces vérités, c’est de te les faire comprendre et accepter, après quoi ces vérités peuvent être utilisées pour résoudre les problèmes de la vie réelle, pour régler tes difficultés, afin que ces vérités deviennent ta réalité et soient manifestées en toi. Alors, ce qui se révèle en toi n’est plus l’arrogance, l’ambition, les désirs, les notions, l’imagination, la connaissance et la philosophie, mais la réalité de la vérité. Les gens qui n’ont aucune compréhension spirituelle ne comprennent pas cela. Après avoir écouté des sermons pendant des années, ils demandent : « Comment se fait-il que chaque sermon soit plus ou moins le même ? Tu prêches depuis des années sur la connaissance de soi. Ne s’agit-il pas simplement de reconnaître ses faiblesses mortelles et sa corruption ? » D’autres disent que les sermons d’aujourd’hui sont plus profonds et plus détaillés qu’auparavant, mais ils n’en ont aucune notion. Voilà les manifestations de gens qui n’ont aucune compréhension spirituelle.

Extrait de « Seuls ceux qui comprennent la vérité comprennent les questions spirituelles », dans Récits des entretiens de Christ

Que tu comprennes ou non les questions spirituelles n’a rien à voir avec le temps qu’il te faut pour comprendre la vérité, mais tout avec ta capacité de vraiment comprendre ou non cet aspect de la vérité. Après avoir entendu une vérité, si tu as l’impression de la comprendre, mais lorsque tu fais face à un problème, il s’avère que tu ne la comprends pas, alors tu ne comprends pas les questions spirituelles. Si, au moment de l’entendre, quelqu’un a l’impression d’avoir compris ce qui a été dit, mais ne le saisit pas complètement, et qu’après en avoir fait l’expérience pendant un certain temps, cela devient clair pour lui et il comprend cet aspect de la vérité, alors il a une compréhension spirituelle. Cela n’a rien à voir avec le nombre de paroles et de phrases qu’il comprend. C’est lié au calibre des gens, ainsi qu’au chemin qu’ils empruntent et à leur recherche. Il y a des antéchrists de bon calibre. Après ta prédication, ils sont capables de répéter ce que tu as dit et même d’en tirer des conclusions, de sorte qu’après que les autres les ont entendus parler, ces autres auditeurs pensent que c’est plus clair que le sermon que tu as livré. Mais lorsque quelque chose arrive à ces antéchrists, leurs actions sont tout à fait en contradiction avec les doctrines qu’ils ont comprises et ils ne peuvent pas appliquer ce qu’ils comprennent. Les sermons qu’ils livrent donnent l’impression qu’ils comprennent cet aspect de la vérité et qu’ils devraient donc savoir quoi faire et être capables de saisir les principes lorsque quelque chose leur arrive. Mais quand c’est le cas, ils abandonnent le message et sont susceptibles d’épouser une autre théorie quelconque, ce qui prouve qu’ils ne comprennent pas cet aspect de la vérité, et ce qu’ils prêchent n’est qu’une doctrine pour eux, une sorte de théorie, et ils ne comprennent pas la vérité. Lorsque vous les écoutez prêcher la doctrine, il semble qu’ils la comprennent très bien, mais en fait, ils n’ont aucune compréhension spirituelle ; ils ne comprennent pas la vérité ni ne la cherchent.

Extrait de « Seuls ceux qui comprennent la vérité comprennent les questions spirituelles », dans Récits des entretiens de Christ

Les gens avisés, qui ont vraiment de l’envergure et qui comprennent les questions spirituelles, sont des chercheurs de vérité ; s’il leur arrive quelque chose dix fois, ils vont sans doute, huit fois sur dix, en retirer de l’inspiration, en tirer quelque leçon, parvenir à un éclairage, ou faire quelque progrès. Mais quand il s’agit de quelqu’un d’insensé (qui ne comprend pas les questions spirituelles), pas une fois ces choses ne lui seront profitables, pas une fois elles ne le feront évoluer, pas une fois elles ne lui feront comprendre sa nature. Et c’en sera fini pour lui. Chaque fois qu’il leur arrive quelque chose, ils chutent, et chaque fois qu’ils chutent, ils ont besoin de recourir à quelqu’un d’autre pour les aider et les persuader ; sans aide et sans discours persuasif, ils n’arrivent pas à s’élever. Si, chaque fois qu’il leur arrive quelque chose, ils courent le risque de chuter, et si, chaque fois, ils risquent de tomber plus bas, n’est-ce pas la fin pour eux ? Sur quelles autres bases ces gens inutiles pourraient-ils être sauvés ? Le salut de l’humanité opéré par Dieu s’adresse aux amoureux de la vérité. C’est un salut qui s’adresse à la partie d’eux-mêmes qui a de la volonté, de la détermination, à cette partie d’eux-mêmes qui, au fond de leur cœur, aspire à la vérité et à la justice. Chez une personne, la détermination est la partie qui, dans son cœur, aspire à la justice, la bonté, la vérité, et qui est douée de conscience. C’est cette partie que Dieu sauve et, à travers elle, Il change les tempéraments corrompus, pour que les êtres humains puissent comprendre la vérité et y accéder et, ainsi, se purifier de leur corruption et que leur tempérament de vie puisse être transformé. Si ces qualités te font défaut, impossible pour toi d’être sauvé. S’il n’y a pas en toi d’aspiration ou d’amour pour la justice et la lumière ; si, chaque fois que tu es confronté au mal, tu n’as ni la volonté de rejeter ce qui est mal ni la détermination de supporter des épreuves ; si, de surcroît, ta conscience est endormie ; si ta faculté de percevoir la vérité est elle aussi engourdie et si tu n’es pas réceptif à la vérité et aux événements qui se produisent ; et si tu manques de discernement en toutes choses et es incapable de gérer les situations ou de les résoudre tout seul, tu n’as alors aucun moyen d’être sauvé. Un être de cet acabit n’a rien qui le rende recommandable, rien qui mérite d’être travaillé. Sa conscience est engourdie, son esprit est brouillé ; il n’aime pas la vérité, il n’aspire pas à la justice du fond du cœur et, aussi claire ou transparente que soit la parole de Dieu quant à la vérité, il n’y répond pas, comme s’il était déjà mort. Est-ce que pour lui tout n’est pas fini ? Quelqu’un qui respire encore peut être sauvé par la respiration artificielle mais s’il est déjà mort et que son âme a quitté son corps, la respiration artificielle ne servira à rien. Si, quand tu rencontres un problème, tu t’y soustrais et tu tentes de l’éviter, cela signifie que tu n’as pas porté témoignage ; à cet égard, tu ne peux jamais être sauvé, et c’est sans issue pour toi.

Extrait de « Des gens confus ne peuvent pas être sauvés », dans Récits des entretiens de Christ

Quand on veut déterminer si quelqu’un a une compréhension spirituelle, est-il acceptable de ne considérer que sa compréhension ou non du sens littéral des paroles de Dieu ? (Non.) Alors, que signifie exactement avoir une compréhension spirituelle ? Comment parvenir à une compréhension spirituelle complète ? D’une part, quelqu’un doit avoir faim des paroles de Dieu, il doit étudier sérieusement Ses paroles et apprendre à les contempler, à les méditer, à échanger sur elles et à les chercher. Qu’est-ce qui est le plus important ? Ils doivent mettre les paroles de Dieu en pratique et en faire l’expérience. Une fois que tu les as mises en pratique et en as fait l’expérience, ces paroles deviennent ta réalité. C’est alors seulement que tu peux vraiment comprendre à quoi les paroles se réfèrent et exactement quelles vérités elles contiennent. C’est alors seulement que tu peux atteindre une compréhension spirituelle complète. Mais atteindre la compréhension spirituelle n’est pas le but. Quel est le but ? Le but est de pratiquer la vérité et de comprendre la vérité. Si tu as un chemin de pratique de la vérité et sais comment la pratiquer et, après l’avoir pratiquée, si tu es capable de comprendre la vérité à l’intérieur et de connaître les relations et les principes de la pratique à l’intérieur, alors tu as une compréhension spirituelle et tu as atteint le résultat de la compréhension de la vérité.

Extrait de « Seuls ceux qui comprennent la vérité comprennent les questions spirituelles », dans Récits des entretiens de Christ

Parmi ceux qui n’entendent rien aux questions spirituelles, certains ont malgré tout une très bonne humanité. Ils paient le prix et se dépensent volontiers, et ils tiennent compte de tout ce que dit Dieu, le cœur plein d’obéissance. Pourtant, en ce qui concerne la vérité, ils n’ont pas la faculté d’être réceptifs. Cependant, s’ils parviennent à comprendre certaines paroles de Dieu, à s’évaluer par rapport à elles, et qu’ils sont ensuite dotés d’une entrée et d’une pratique, alors ils ont l’espoir d’être sauvés. Ils pourront progressivement parvenir à comprendre les questions spirituelles en vivant cette expérience pendant quelques temps. Plus ils liront les paroles de Dieu avec attention, plus la lumière du Saint-Esprit les éclairera. Ils parviendront à comparer tout ce qu’ils comprennent des paroles de Dieu avec leurs propres états, afin d’accepter Son traitement et Son émondage, Ses épreuves et Son épurement, Son jugement et Son châtiment. Pour y arriver, ils en paieront le prix et, en fin de compte, ils pourront parvenir à un changement de tempérament à hauteur de leur investissement. Ces gens aussi font partie de ceux qui recherchent la vérité. Ces gens-là qui recherchent la vérité ont-ils l’espoir d’être sauvés ? Qu’en pensez-vous ? Oui, c’est le cas. Ces gens ne peuvent donc pas être condamnés à la « peine de mort ». Au contraire, il est difficile de savoir quel sort sera réservé à ces gens qui comprennent la vérité et soutiennent la comparaison face à elle, mais qui n’y entrent pourtant jamais. Quelle est l’origine de ce problème ? Cela vient de leur attitude empreinte de condescendance et de dédain face à la vérité. Qu’est-ce que le « dédain » ? C’est être incapable d’accepter la vérité. C’est la mépriser. C’est ne pas reconnaître les paroles de Dieu comme étant la vérité et ne pas les considérer comme importantes. Quel que soit le degré de compréhension que ces gens ont de ce qu’ils entendent, ils ne pratiquent pas. Et même s’ils parviennent à soutenir la comparaison face aux paroles de Dieu et qu’ils savent qui ils sont, ils ne pratiquent toujours pas. Le mot « pratiquer » lui-même ne les concerne pas et, pour eux, le salut ne sera pas facile à obtenir.

Extrait de « Il ne peut y avoir d’entrée dans la vie qu’en recherchant la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 101. Déterminer si quelqu’un est de bon calibre

Suivant: 103. Principes pour distinguer le bon grain de l’ivraie

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre