130. Principes pour interagir avec le sexe opposé

(1) Voir clairement l’essence mauvaise des profondeurs de la corruption de l’humanité. Toute personne peut à tout moment céder à la tentation, aussi doit-on être prudent dans ses interactions avec le sexe opposé ;

(2) Autant que possible, évitez de travailler en tandem avec une personne du sexe opposé. Si de mauvaises pensées surgissent, priez Dieu pour les éliminer et domptez votre esprit et votre vigueur pour pratiquer la vérité et accomplir votre devoir ;

(3) Celui qui est prudent voit le danger et cherche refuge. Il faut garder ses distances vis-à-vis des personnes lascives, prier Dieu quand on est confronté à la tentation et fuir le mal du sexe opposé et les situations problématiques ;

(4) Apprenez à accepter le contrôle de Dieu dans tous les domaines. Il s’agit de lire toujours plus les paroles de Dieu, de réfléchir pour savoir si l’on a des intentions mauvaises et de chercher la vérité afin de corriger son mauvais tempérament.

Paroles de Dieu concernées :

Il y a actuellement des gens dans l’Église qui détournent de l’argent, certains qui ne gardent pas une distance claire entre hommes et femmes et d’autres qui jugent et défient l’œuvre de Dieu en secret et tentent de la démolir en secret. Pourquoi est-ce que tout va encore bien pour eux ? Quand ils font de telles choses, ils en ont conscience et ont des remords dans leur cœur et, à cause de cela, ils endurent parfois un châtiment et un épurement, mais ils sont simplement trop éhontés ! Tout comme les gens qui se livrent à la débauche : ils ont conscience de ce qu’ils font à ce moment-là, mais leur convoitise est trop grande et ils ne peuvent pas se contrôler. Même si le Saint-Esprit les discipline, cela ne sert à rien, alors le Saint-Esprit ne leur imposera pas de discipline. Si le Saint-Esprit ne les discipline pas à ce moment-là, s’ils ne ressentent aucun remords et que rien n’arrive à leur chair, quel reproche pourrait-il y avoir ensuite ? L’acte a été commis. Quelle discipline pourrait-il y avoir ? Cela prouve seulement qu’ils sont trop éhontés et manquent d’humanité, et qu’ils méritent malédictions et punition ! Le Saint-Esprit n’œuvre pas inutilement. Si tu connais très bien la vérité, mais ne la mets pas en pratique, si tu es capable de commettre n’importe quel mal, tout ce que tu peux attendre est la venue de ce jour où tu seras puni en même temps que le malin. C’est la meilleure fin pour toi ! Maintenant, J’ai prêché à plusieurs reprises sur la conscience, qui est le critère minimum. Si les gens n’ont pas de conscience, ils ont perdu la discipline du Saint-Esprit ; ils peuvent faire tout ce qu’ils désirent et Dieu ne leur prête aucune attention. Ceux qui ont vraiment une conscience et une raison seront conscients qu’ils font quelque chose de mal. Ils se sentiront mal à l’aise une fois qu’ils ressentiront un léger remords dans leur conscience ; ils vivront un combat intérieur et finalement renonceront à la chair. Ils n’en arriveront pas au point de faire quelque chose de trop grave contre Dieu. Peu importe si le Saint-Esprit les discipline et les châtie, les gens ressentiront tous un certain sentiment quand ils feront quelque chose de mal. Par conséquent, les gens comprennent maintenant toutes sortes de vérités et s’ils ne les mettent pas en pratique, alors c’est un problème humain. Je ne réagis pas du tout aux gens comme cela ni n’entretiens aucun espoir pour eux. Tu peux faire ce que tu veux !

Extrait de « Pratique (1) », dans La Parole apparaît dans la chair

Certains sont très désinvoltes dans leur manière d’entrer en contact avec le sexe opposé. Ils pensent que cela ne porte pas à conséquence tant qu’il n’arrive rien et que ce n’est pas non plus un problème d’avoir des pensées lascives ni de manifester quelque passion indigne. Une personne ayant une humanité normale devrait-elle avoir de telles pensées ? Est-ce le signe d’une humanité normale ? Quand tu es assez âgé pour te marier et entrer en contact avec le sexe opposé, et que tu veux tomber amoureux, fais-le normalement, et personne ne s’en mêlera. Mais certains ne veulent pas tomber amoureux : ils batifolent pendant deux ou trois jours avec quelqu’un qui a attiré leur regard, et aussitôt que quelqu’un les fait rêver, ils se mettent en valeur aux yeux de l’objet de leur désir. Et comment se mettent-ils en valeur ? Un sourcil levé, un clin d’œil ou un changement du ton de voix quand ils parlent, ou bien ils bougent d’une certaine façon ou font des remarques humoristiques pour se faire remarquer : voilà comment on se met en valeur. Quand une personne qui, normalement, n’est pas comme cela présente ces signes, on peut être sûr qu’il y a dans les parages un représentant du sexe opposé qui a attiré son attention. Qui sont ces gens-là ? On pourrait dire qu’ils sont débridés ou qu’ils ne maintiennent pas de frontières claires entre les hommes et les femmes, mais ils n’ont manifesté aucune conduite déplorable. Certains diront qu’ils sont simplement frivoles. En d’autres termes, ils se conduisent de façon indigne : les gens frivoles ne comprennent pas la nécessité de se respecter soi-même. Certaines personnes manifestent ces caractéristiques au quotidien, mais l’accomplissement de leurs devoirs n’est pas affecté et cela ne retentit pas non plus sur l’achèvement de leur travail, alors, est-ce réellement un problème ? Certains se disent : « Tant que cela n’entrave pas ta poursuite de la vérité, est-ce utile d’en parler ? » De quoi s’agit-il ? De la honte et de la dignité de l’humanité de la personne. L’humanité d’une personne ne peut pas être dépourvue de honte et de dignité, sans lesquelles il n’y a pas d’humanité normale. Certaines personnes sont crédibles, sincères et responsables dans tout ce qu’elles font. Elles travaillent dur et ont une bonne moralité, mais elles ne prennent simplement pas au sérieux cet aspect de leur vie. Quand tu batifoles avec une personne du sexe opposé, est-ce constructif ou destructif ? Et si la personne avec qui tu batifoles tombe amoureuse de toi ? Tu te diras peut-être : « Ce n’est pas ce que je voulais ». Eh bien, si tu batifoles tout de même avec quelqu’un alors que ce n’est pas ce que tu veux, est-ce que tu ne joues pas avec ses sentiments ? Tu lui fais du mal et tu agis sans moralité ! Les gens qui agissent ainsi ont une très mauvaise humanité. En outre, si tu n’as pas l’intention de poursuivre cette relation et que tu ne la prends pas au sérieux, mais que tu lèves quand même les sourcils, que tu fais des œillades au sexe opposé et que tu fais ton intéressant en recourant à l’humour, si tu fais tout pour montrer que tu as du style, que tu es bel homme, que tu mets en valeur tes meilleurs côtés, si tu te mets ainsi en valeur, que fais-tu vraiment ? (Je séduis les gens.) Maintenant, ce genre de comportement séducteur, est-ce une chose noble ou vilaine ? (C’est une vilaine chose.) C’est là qu’il n’y a plus aucune dignité.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (9) », dans Récits des entretiens de Christ

Et ne va pas croire que J’ignore ce que tu penses dans ton cœur. Il se peut que tu maîtrises strictement ta luxure et ta chair, mais comment pourrais-Je ne pas connaître les pensées que tu nourris dans ton cœur ? Comment pourrais-Je ne pas savoir tout ce que tes yeux désirent ? Jeunes demoiselles, ne vous faites-vous pas si jolies afin de parader votre chair ? Quel avantage tirez-vous des hommes ? Peuvent-ils vraiment vous sauver de la mer de l’affliction ? Quant à vous, les dandys, vous vous habillez tous afin de passer pour des gentlemen distingués, mais n’est-ce pas une ruse conçue pour attirer l’attention sur votre apparence élégante ? Pour qui le faites-vous ? Quel avantage tirez-vous des femmes ? Ne sont-elles pas la source de votre péché ? À vous, hommes et femmes, Je vous ai dit de nombreuses paroles, pourtant vous n’en avez respecté que quelques-unes. Vous êtes durs d’oreille, votre vue a baissé et votre cœur est endurci au point qu’il n’y a plus que de la luxure dans votre corps, de sorte que vous y êtes pris au piège, incapables de vous échapper. Qui veut s’approcher de vous, asticots, vous qui frétillez dans la souillure et la crasse ? N’oubliez pas que vous n’êtes rien de plus que ceux que J’ai sortis du fumier, que vous n’aviez pas une humanité normale à l’origine. Ce que J’exige de vous, c’est que vous ayez l’humanité normale que vous ne possédiez pas à l’origine, et non que vous paradiez votre luxure ou donniez libre cours à votre chair rance qui a été formée par le diable pendant tellement d’années. Lorsque vous vous habillez ainsi, ne craignez-vous pas d’être encore davantage pris au piège ? Ne savez-vous pas qu’à l’origine vous venez du péché ? Ne savez-vous pas que votre corps est si plein de luxure que celle-ci s’infiltre même dans vos vêtements, révélant que vos états sont comme des démons insupportablement laids et répugnants ? N’est-il pas vrai que vous en êtes plus clairement conscients que n’importe qui ? Votre cœur, vos yeux et vos lèvres n’ont-ils pas été complètement souillés par des démons répugnants ? Ces parties de vous ne sont-elles pas répugnantes ? Penses-tu que tant que tu n’agis pas, tu es alors le plus saint ? Penses-tu que t’habiller de beaux vêtements peut camoufler ton âme sordide ? Cela ne fonctionnera pas ! Je vous conseille d’être plus réalistes : ne soyez pas malhonnêtes et faux, et ne paradez pas. Vous étalez votre luxure les uns devant les autres, mais tout ce que vous recevrez en retour est une souffrance éternelle et un châtiment impitoyable ! Quel besoin avez-vous de vous faire des œillades les uns aux autres et de vous livrer à un amour romantique ? Est-ce la mesure de votre intégrité, l’étendue de votre droiture ? Je déteste ceux d’entre vous qui pratiquent la médecine et la sorcellerie maléfiques. Je déteste les jeunes hommes et les jeunes femmes parmi vous qui aiment leur propre chair. Vous feriez mieux de vous retenir, car il est maintenant exigé de vous que vous possédiez une humanité normale et il ne vous est pas permis d’étaler votre luxure, et pourtant vous profitez de toute occasion possible, car votre chair est trop plantureuse et votre luxure trop grande !

Extrait de « Pratique (7) », dans La Parole apparaît dans la chair

Les humains sont de pauvres misérables, car ils ne se chérissent pas. S’ils ne s’aiment même pas, se piétinant eux-mêmes à la place, cela ne montre-t-il pas qu’ils sont sans valeur ? L’humanité est comme une femme immorale qui s’illusionne elle-même et qui se livre volontiers aux autres pour être violée. Même alors, les gens ne reconnaissent toujours pas à quel point ils sont vils. Ils trouvent du plaisir à travailler pour les autres ou à parler avec les autres, se plaçant sous le contrôle des autres. N’est-ce pas justement la souillure du genre humain ? Bien que Je n’aie pas vécu une vie parmi les hommes et n’aie pas vraiment expérimenté la vie humaine, J’ai acquis une compréhension très claire de chaque mouvement, chaque geste, chaque parole et chaque action des humains. Je suis même en mesure d’exposer les humains dans leur honte la plus profonde, au point qu’ils n’osent plus révéler leur propre conspiration ou donner libre cours à leur convoitise. Comme des escargots qui se retirent dans leur coquille, ils n’osent plus exposer leur propre état hideux. Parce que les humains ne se connaissent pas eux-mêmes, leur plus grande faiblesse est leur enthousiasme à parader leurs charmes devant les autres, faisant montre de leur vilaine figure ; c’est quelque chose que Dieu déteste au plus haut point. C’est parce que les rapports entre les hommes sont anormaux et qu’il y a un manque de rapports interpersonnels normaux entre les hommes, et encore plus de rapports normaux entre eux et Dieu.

Extrait du Chapitre 14 des « Interprétations des mystères des paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Je peux voir clairement tous les gens, tous les événements et toutes choses. Je comprends parfaitement l’essence de chaque personne, c’est-à-dire que Je discerne complètement les choses qu’une personne possède en elle-même. Je peux voir clairement si une personne est une Jézabel ou une fille de joie, et Je sais qui fait quoi en secret. N’exhibe pas tes charmes devant Moi, misérable ! Sors d’ici maintenant ! Afin d’éviter de couvrir Mon nom de honte, Je n’ai que faire de ce genre de personnes ! Elles ne peuvent pas témoigner de Mon nom, mais elles agissent au contraire de façon contre-productive et apportent la disgrâce à Ma famille ! Elles seront expulsées de Ma maison immédiatement. Je ne les veux pas. Je ne tolérerai pas de retard même d’une seconde ! Pour ces gens, peu importe à quel point ils cherchent, c’est futile, car dans Mon royaume, tous sont saints et libres de toute tache à tous égards. Si Je dis que Je ne veux pas de quelqu’un – et cela vaut pour Mon peuple – alors Je le pense ; n’attends pas que Je change d’avis. Peu M’importe à quel point tu as été bon pour Moi auparavant !

Extrait du Chapitre 90 des « Déclarations de Christ au commencement », dans La Parole apparaît dans la chair

L’homme a un tempérament corrompu et, de plus, il possède des émotions. En tant que tel, il est absolument interdit à deux membres du sexe opposé de travailler ensemble sans être accompagnés quand ils servent Dieu. Quiconque est découvert le faisant sera expulsé, sans exception.

Certains frères ne veulent échanger qu’avec des sœurs, et même le faire seuls. Ils s’ouvrent vraiment aux sœurs quand ils échangent avec elles et refusent de le faire avec n’importe qui d’autre. Ces gens-là sont mauvais ! Certaines sœurs n’échangent pas avec les autres sœurs, ne s’ouvrent jamais à elles et cherchent exclusivement des frères avec qui échanger. Quel genre de personnes sont-elles donc ? Est-ce qu’aucune sœur ne pourrait vous soutenir ? Est-ce que pas une seule sœur n’échangerait avec vous ? Est-ce que toutes vous méprisent, est-ce qu’aucune ne peut s’entendre avec vous ? Ne pouvez-vous vous entendre qu’avec des frères ? Je pense que vous avez d’autres motivations ! Certaines personnes s’acoquinent toujours avec le sexe opposé exclusivement. Vous devez surmonter cela par votre volonté : ne vous laissez pas aller à la désinvolture. Les gens ont des tempéraments corrompus. Quand on ne leur fixe pas de limites, ils deviennent terriblement licencieux. Il faut qu’il y ait toujours quelque chose pour les maintenir sous contrôle et pour qu’ils gardent ces choses-là à l’esprit. Lorsque c’est le cas, leur comportement est bien meilleur.

Extrait de « Considérations sur les décrets administratifs de Dieu à l'ère du Règne », dans Récits des entretiens de Christ

Certains ont la chance d’avoir un physique attirant et sont constamment recherchés par le sexe opposé ; plus ils sont recherchés, plus ils sentent qu’ils peuvent se permettre de se mettre en valeur. N’est-ce pas dangereux ? Que dois-tu faire dans cette situation ? (Reconnaître et éviter cet écueil.) C’est réellement un écueil que tu dois éviter, sinon, tu pourrais très bien t’apercevoir que cette personne t’a piégé. Il faut que tu évites cet écueil avant d’être piégé : c’est ce qu’on appelle le contrôle de soi. Les gens qui se contrôlent ont le sens de la honte et de la dignité. Les autres peuvent être égarés par quiconque les séduit : ils répondent à quiconque leur court après, ce qui peut leur attirer de sérieux ennuis. En outre, ils vont aussi délibérément se mettre en valeur, se faire beaux, bien s’habiller, et quels que soient les vêtements qu’ils peuvent porter pour être plus séduisants, plus attirants et plus beaux, ils choisiront précisément de les porter et les porteront tous les jours. C’est dangereux et cela montre qu’ils essaient consciemment de séduire les autres. Si tu es trop voyant, trop séduisant dans ces habits, alors tu dois y renoncer et choisir de porter autre chose. Si tu es résolu à le faire, rien ne t’en empêchera. Cependant, si tu n’as pas pris cette résolution mais que tu veux rechercher une partenaire, alors vas-y, trouves-en une : ayez des échanges normaux, sans appâter ni séduire l’autre. Si tu ne recherches pas une partenaire mais que tu appâtes et séduis les gens, on ne peut pas appeler cela autrement qu’être éhonté. Il faut que tu saches précisément ce que tu choisis, si le chemin que tu empruntes est correct et si c’est ce que tu dois faire. Pouvez-vous tous vous y conformer ? (Nous y sommes déterminés.) Si vous y êtes déterminés, alors vous avez l’énergie, la motivation, et il vous sera facile de vous y conformer. Certains sont foncièrement honnêtes par nature et, par ailleurs, ayant trouvé la foi, ils sont désireux de poursuivre la vérité et d’emprunter le bon chemin : ils n’ont pas ce désir et ne répondent pas à quiconque essaie de les appâter. Certains y sont tout à fait enclins, tandis que d’autres n’y accordent aucune attention ; certains semblent y être déterminés, mais ils ne peuvent même pas dire s’ils le font réellement ou pas. C’est quelque chose que tu dois régler correctement et réexaminer, et il faut que tu comprennes que cela fait intégralement partie de la dignité et de la honte d’une humanité normale.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (9) », dans Récits des entretiens de Christ

Résoudre sa nature commence par l’abandon de la chair, et l’abandon de la chair exige aussi d’avoir des principes. Peut-on abandonner la chair alors qu’on est égaré ? Dès que tu rencontres un problème, tu cèdes à la chair. Certains frères peuvent s'arrêter sur leurs pas à la vue d'une belle femme ; si tu le fais toi aussi, alors tu dois te fixer un adage à respecter. Lorsqu’une belle femme vient vers toi, faut-il partir ou non ? Que dois-tu faire si elle tend le bras vers toi pour te prendre la main ? Si tu n’as pas de principes, rencontrer cette situation te fera trébucher. Que dois-tu faire si tu deviens vert de jalousie à la vue de l'argent et de la richesse d’autrui ? Tu devrais réfléchir tout particulièrement à ce problème, et bien te concentrer pour t’entrainer à le résoudre, ainsi tu parviendras peu à peu à abandonner la chair. Il existe un principe tout à fait crucial qui veut que tu amènes tes difficultés devant Dieu et te mettes davantage en recherche. De plus, chaque soir, tu dois examiner ta condition et scruter au plus près ton propre comportement : quels actes as-tu accomplis conformément à la vérité, et lesquels l’ont été en violation des principes ? C'est là un autre principe. Ces deux idées sont des plus vitales : L’une est que tu dois examiner les problèmes lorsqu'ils se présentent, et l’autre est que tu dois ensuite réfléchir sur toi-même. Le troisième principe est de comprendre parfaitement ce que signifie pratiquer la vérité et ce que l’on entend par traiter les choses conformément à des principes. Une fois que cela sera clair comme de l’eau roche pour toi, tu pourras alors traiter les choses correctement. En adoptant ces trois principes, tu seras en mesure de faire preuve de retenue. Ta nature corrompue ne pourra plus se manifester ou refaire surface. Ce sont également les principes fondamentaux de la résolution de la nature humaine.

Extrait de « La pratique de la vérité et la résolution de notre nature », dans Récits des entretiens de Christ

Que tu puisses être sauvé ne dépend pas de ton ancienneté ou de tes années de travail, et encore moins des qualifications que tu as accumulées. Cela dépend plutôt de ta recherche, si elle a porté des fruits ou non. Tu dois savoir que ceux qui sont sauvés sont les « arbres » qui portent des fruits, pas les arbres au feuillage luxuriant et aux fleurs abondantes qui ne produisent pourtant aucun fruit. Même si tu as passé de nombreuses années à errer dans les rues, qu’est-ce que cela importe ? Où est ton témoignage ? Ta révérence envers Dieu est bien plus faible que ton amour pour toi-même et tes désirs lubriques. Une telle personne n’est-elle pas dégénérée ? Comment pourrait-elle être un spécimen et un modèle pour le salut ? Ta nature est incorrigible, tu es trop rebelle, tu ne peux pas être sauvé ! De telles gens ne sont-ils pas ceux qui seront éliminés ? Le moment où Mon œuvre sera terminée ne sera-t-il pas celui de l’arrivée de ton dernier jour ? J’ai tellement œuvré et prononcé tellement de paroles parmi vous. Combien en avez-vous vraiment entendu ? À combien avez-vous jamais obéi ? Lorsque Mon œuvre se terminera, ce sera le moment où tu cesseras de t’opposer à Moi, où tu cesseras de Me résister. Pendant que J’œuvre, vous agissez constamment contre Moi ; vous ne respectez jamais Mes paroles. J’accomplis Mon œuvre et tu fais ton propre « travail », créant ton propre petit royaume. Vous n’êtes rien d’autre qu’une meute de renards et de chiens, faisant tout contre Moi ! Vous essayez constamment d’amener dans votre étreinte ceux qui vous offrent leur amour sans partage. Où est votre révérence ? Tout ce que vous faites est trompeur ! Vous n’avez ni obéissance ni révérence, et tout ce que vous faites est trompeur et blasphématoire ! De telles gens peuvent-ils être sauvés ? Les hommes sexuellement immoraux et lascifs veulent toujours attirer vers eux des prostituées coquettes pour leur propre plaisir. Je ne sauverai absolument pas de tels démons sexuellement immoraux. Je vous déteste, démons souillés ; votre lascivité et votre coquetterie vous plongeront en enfer. Qu’avez-vous à dire pour votre défense ? Vous, démons souillés et mauvais esprits, vous êtes répugnants ! Vous êtes dégoûtants ! Comment une telle ordure pourrait-elle être sauvée ? Ceux qui sont pris au piège du péché peuvent-ils encore être sauvés ? Aujourd’hui, cette vérité, ce chemin et cette vie ne vous attirent pas ; au contraire, vous êtes attirés par le péché, l’argent, la réputation, la gloire, le gain, les jouissances de la chair, la beauté des hommes et les charmes des femmes. Qu’est-ce qui vous qualifie pour entrer dans Mon royaume ? Votre image est encore plus grande que celle de Dieu, votre statut encore plus élevé que celui de Dieu, sans parler de votre prestige parmi les hommes. Vous êtes devenus des idoles que les gens vénèrent. N’es-tu pas devenu l’archange ? Lorsque la fin des personnes sera révélée, ce qui est aussi le moment où l’œuvre du salut sera presque terminée, beaucoup d’entre vous seront des cadavres sans aucun espoir de salut et devront être éliminés.

Extrait de « Pratique (7) », dans La Parole apparaît dans la chair

Aujourd’hui, tous ceux qui ne peuvent pas accepter l’observation de Dieu ne peuvent pas recevoir Son approbation, et ceux qui ne connaissent pas le Dieu incarné ne peuvent pas être rendus parfaits. Regarde tout ce que tu fais et vois si cela peut être apporté devant Dieu. Si tu ne peux pas apporter devant Dieu tout ce que tu fais, cela montre que tu es un malfaiteur. Les malfaiteurs peuvent-ils être rendus parfaits ? Tout ce que tu fais, chaque action, chaque intention et chaque réaction, doit être apporté devant Dieu. Même ta vie spirituelle quotidienne – tes prières, ton intimité avec Dieu, la manière dont tu manges et bois les paroles de Dieu, ton échange avec tes frères et sœurs et ta vie dans l’église, et ton service en partenariat – peut être apportée devant Dieu pour être observée par Lui. C’est une telle pratique qui t’aidera à mûrir dans la vie. Le processus d’acceptation de l’observation de Dieu est le processus de purification. Plus tu acceptes l’observation de Dieu, plus tu es purifié et plus tu es en accord avec la volonté de Dieu, de sorte que tu ne seras pas entraîné dans la débauche et que ton cœur vivra en présence de Dieu. Plus tu acceptes l’observation de Dieu, plus tu fais honte à Satan et es capable d’abandonner la chair. Alors, l’acceptation de l’observation de Dieu est un chemin de pratique que les gens doivent suivre. Peu importe ce que tu fais, même quand tu communies avec tes frères et sœurs, tu peux apporter tes actions devant Dieu, chercher Son observation et viser l’obéissance à Dieu Lui-même ; cela rendra ce que tu pratiques bien plus correct. Tu peux être quelqu’un qui vit en présence de Dieu seulement si tu apportes tout ce que tu fais devant Dieu et acceptes l’observation de Dieu.

Extrait de « Dieu rend parfaits ceux qui sont selon Son propre cœur », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 129. Principes pour s’amender et présenter des excuses

Suivant: 131. Principes pour traiter autrui de façon juste

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre