44. Principes de la connaissance de soi par introspection

(1) Il est nécessaire de s’appuyer sur toutes les phrases des paroles de Dieu, par lesquelles Il juge et expose l’homme, pour une introspection fréquente. Vous devriez vous efforcer de vous mesurer à chaque ligne de Ses paroles ;

(2) Dans tous les domaines, demandez-vous si l’on trouve des expressions de votre corruption dans vos paroles, votre comportement, votre attitude, vos pensées ou vos idées, et si ces derniers s’accordent avec la vérité ou offensent le tempérament de Dieu ;

(3) Il est nécessaire de comprendre vos transgressions et vos expressions de la corruption quand vous réfléchissez à vous-même, pour parvenir à connaître votre nature et votre essence, et à voir à quel point ces dernières sont pitoyables ;

(4) Face à l’émondage et au traitement, aux épreuves et à l’épurement, ou aux échecs et aux revers, vous devriez d’autant plus prier Dieu pour pouvoir apprendre à vous soumettre à la vérité et à renoncer à la chair. Vous ne devez jamais argumenter ;

(5) Vous servir des expériences d’échecs et d’effondrements des faux dirigeants et des antéchrists afin de réfléchir à votre propre cas est le meilleur des entraînements ; les leçons que vous en tirerez s’en trouveront redoublées.

Paroles de Dieu concernées :

La clé pour parvenir à un changement de tempérament est de connaître sa propre nature, et cela doit se faire en accord avec les révélations de Dieu. Ce n’est que dans la parole de Dieu que l’on peut connaître sa propre nature hideuse, reconnaître en elle les divers poisons de Satan, se rendre compte que l’on est insensé et ignorant et reconnaître les éléments faibles et négatifs de sa nature. Une fois que ces derniers seront pleinement connus et que tu seras réellement capable de te haïr, de renoncer à la chair, d’accomplir constamment la parole de Dieu et d’avoir la volonté de te soumettre absolument au Saint-Esprit et à la parole de Dieu, alors tu te seras engagé sur le chemin de Pierre.

Extrait de « Se connaître soi-même, c’est avant tout connaître la nature humaine », dans Récits des entretiens de Christ

Pour te connaître toi-même, tu dois connaître tes propres expressions de corruption, tes propres faiblesses fondamentales, ton tempérament et ton essence naturelle. Tu dois aussi connaître jusque dans leurs moindres détails ces choses qui se révèlent dans ta vie quotidienne : tes motivations, tes perspectives et ton attitude à l’égard de chaque chose, que tu sois à la maison ou à l’extérieur, quand tu es à une réunion ou que tu manges et bois les paroles de Dieu, ou à chaque problème que tu rencontres. Tu dois arriver à te connaître à partir de ces choses. Pour te connaître de manière plus approfondie, tu dois intégrer les paroles de Dieu ; ce n’est qu’en te connaissant à partir de Ses paroles que tu peux atteindre des résultats. Quand nous recevons le jugement des paroles de Dieu, nous n’avons pas à craindre la souffrance ou la douleur, et nous ne devons surtout pas craindre que les paroles de Dieu ne transpercent notre cœur. Nous devrions lire davantage de Ses paroles concernant la manière dont Il nous juge et nous châtie et expose nos essences corrompues. Nous devons les lire et nous maintenir davantage à leur hauteur. Ne compare pas les autres à Ses paroles ; nous devons nous comparer à elles. Nous ne manquons d’aucune de ces corruptions ; nous pouvons tous coïncider avec elles. Si tu ne le crois pas, va en faire l’expérience toi-même. Après avoir lu les paroles de Dieu, certaines gens sont incapables de se les appliquer à eux-mêmes ; ils pensent que certaines parties de ces paroles ne les concernent pas, mais concernent plutôt les autres. Par exemple, quand Dieu expose les gens comme des salops et des prostitués, certaines sœurs pensent que parce qu’elles ont été infailliblement fidèles à leur mari, de telles paroles ne doivent pas les concerner ; certaines sœurs estiment que puisqu’elles ne sont pas mariées et n’ont jamais eu de relations sexuelles, ces paroles ne doivent pas les concerner non plus. Certains frères estiment que ces paroles ne concernent que les femmes, et n’ont rien à voir avec eux ; certaines gens croient que de telles paroles de Dieu sont trop désagréables à l’oreille et refusent de les accepter. Il y a même des gens qui disent que dans certains cas, les paroles de Dieu sont erronées. Est-ce la bonne attitude à avoir envers les paroles de Dieu ? Les gens sont incapables de réfléchir sur eux-mêmes en fonction des paroles de Dieu. Ici, « salops » et « prostitués » font référence aux gens corrompus par la débauche. Qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, marié ou non, tout le monde est corrompu par la débauche. Alors, comment cela peut-il ne pas te concerner ? Les paroles de Dieu exposent le tempérament corrompu des gens ; qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, le niveau de corruption est le même. N’est-ce pas un fait ? Avant de faire quoi que ce soit d'autre, nous devons comprendre qu'il nous faut accepter chacune des paroles prononcées par Dieu, que ces déclarations soient agréables à l'oreille ou non et qu'elles nous donnent un sentiment d'amertume ou de douceur. Telle est l’attitude que nous devrions avoir vis-à-vis des paroles de Dieu. Quel genre d’attitude est-ce ? Est-ce une attitude de piété. de patience ou une attitude qui embrasse la souffrance ? Je vous dis qu’il ne s’agit d’aucune d’entre elles. Dans notre foi, nous devons maintenir fermement que les paroles de Dieu sont la vérité. Comme ces paroles sont bel et bien la vérité, nous devrions les accepter rationnellement. Que nous puissions ou non le reconnaître ou l’admettre, notre première attitude vis-à-vis des paroles de Dieu devrait être de les accepter de manière absolue. Chaque ligne des paroles de Dieu se rapporte à un état particulier. C’est-à-dire qu’aucune ligne de Ses déclarations ne concerne un phénomène extérieur, et encore moins des règles externes ou une simple forme de comportement chez les gens. Elles ne sont pas comme cela. Si tu vois que chaque ligne déclarée par Dieu concerne un simple type de comportement humain ou une apparence, alors tu n’as aucune compréhension spirituelle et tu ne comprends pas ce qu’est la vérité. Les paroles de Dieu sont profondes. Quelle profondeur atteignent-elles ? Tout ce que Dieu dit, tout ce qu’Il révèle concerne le tempérament corrompu des hommes et les choses essentielles et profondément enracinées dans leur vie. Ce sont des choses essentielles, pas des apparences et surtout pas des comportements extérieurs.

Extrait de « L’importance et le chemin de la poursuite de la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Si tu dois te comprendre, tu dois comprendre ta vraie situation. L’aspect le plus important de la compréhension de ta propre situation, c’est de saisir tes propres pensées et idées. À chaque période de temps, les pensées des gens ont été contrôlées par une chose principale. Si tu peux prendre le contrôle de tes pensées, tu peux prendre le contrôle des choses qui se cachent derrière. Les gens ne peuvent pas contrôler leurs pensées et leurs idées, mais ils doivent savoir d’où elles viennent, quels motifs il y a derrière, comment elles sont produites, ce qui les contrôle et quelle est leur nature. Une fois ton tempérament transformé, tes pensées et tes idées, les désirs de ton cœur et tes points de vue sur la poursuite, qui sont le résultat des parties en toi qui ont été transformées, seront différents. Ces pensées et ces idées qui proviennent des parties en toi qui n’ont pas changé, ce que tu ne comprends pas clairement et ce que tu n’as pas remplacé par des expériences de vérité sont souillés, obscènes et abjects. De nos jours, les gens qui ont fait l’expérience de l’œuvre de Dieu pendant plusieurs années ont un certain sens et une certaine conscience de ces sujets. Ceux qui ont fait l’expérience de l’œuvre de Dieu pendant une brève période de temps ne comprennent pas encore ces sujets ; ils leur sont encore obscurs. Ils ne savent pas où se trouve leur talon d’Achille ou dans quels domaines il leur sera facile de tomber. Présentement, tu ne sais pas quel genre de personne tu es et, bien que d’autres puissent voir dans une certaine mesure quel genre de personne tu es, toi, tu ne le perçois pas. Tu ne distingues pas clairement tes pensées ou tes intentions ordinaires et tu n’as pas une compréhension claire de ce qu’est l’essence de ces sujets. Plus tu comprends un aspect en profondeur, plus tu seras transformé en cet aspect. Ainsi, les choses que tu feras seront en accord avec la vérité, tu pourras satisfaire aux exigences de Dieu et tu seras plus près de la volonté de Dieu. Ce n’est qu’en cherchant de cette manière que tu peux obtenir des résultats.

Extrait de « Les gens qui ont toujours des exigences à l’égard de Dieu sont les moins raisonnables », dans Récits des entretiens de Christ

Indépendamment du moment ou de l’endroit et quel que soit notre environnement, nous sommes capables de nous connaître nous-mêmes, de nous analyser et de nous plonger en nous-mêmes, et nous sommes capables de traiter cela comme notre priorité absolue. Si c’est ce que nous faisons, nous récolterons à coup sûr une récompense et, petit à petit, nous progresserons assurément dans le domaine de la connaissance de soi et, à mesure que nous le ferons, nous serons capables de pratiquer la vérité et d’avoir de plus en plus de vérité, et la réalité des paroles de Dieu deviendra encore plus notre vie. Cependant, si tu n’as aucune entrée du tout dans le domaine de la connaissance de soi, alors ta pratique de la vérité sera fausse, car tu auras été dupé par de nombreux phénomènes extérieurs. Tu estimes peut-être que ton comportement s’est amélioré, que tu es plus doux qu’avant, plus attentionné envers les autres, plus tolérant et plus patient avec les autres, plus indulgent à l’égard des autres ; tu te prends donc déjà pour un splendide spécimen sans défauts, doté d’une humanité normale. Cependant, du point de vue de Dieu, tu restes bien loin des normes et des exigences qui sont les Siennes. Cela démontre que nous ne savons pas à quels moments nous pratiquons réellement la vérité et à quels moments nous ne la pratiquons pas du tout, mais avons simplement changé un peu dans nos comportements extérieurs. Il y a désormais beaucoup de gens qui pensent que leur vie d’église est tout à fait normale et qu’ils sont capables de bien s’entendre avec leurs frères et sœurs, dans une tolérance mutuelle et le plus cordialement du monde. Ils pensent qu’ils peuvent s’entendre avec n’importe qui, sans se disputer, et que, quoi qu’il arrive, ils peuvent faire preuve de patience et aborder les choses correctement. Ils pensent que leur vie spirituelle, elle aussi, est particulièrement normale et qu’ils sont assidus dans leur lecture des paroles de Dieu et Le révèrent dans leur cœur, pourtant, leurs opinions, dans de nombreux domaines, restent antithétiques à la vérité et hostiles à Dieu. Cela suffit à montrer qu’ils n’ont pas encore obtenu la vérité. Par conséquent, pour ce qui est de connaître chaque aspect de nous-mêmes, nous devons chercher la vérité et chercher à approfondir notre connaissance de soi.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même  », dans Récits des entretiens de Christ

La clé de l’introspection et de la connaissance de soi est la suivante : plus tu sens que, dans certains domaines, tu as bien fait ou fait ce qu’il fallait et plus tu penses pouvoir satisfaire la volonté de Dieu ou pouvoir te vanter dans certains domaines, alors plus cela vaut la peine que tu te connaisses dans ces domaines et plus cela vaut la peine que tu les approfondisses bien pour voir quelles impuretés existent en toi, ainsi que quelles choses en toi ne peuvent pas satisfaire la volonté de Dieu. Prenons Paul comme exemple. Paul était particulièrement bien instruit et il souffrait beaucoup dans son travail de prédication. Beaucoup de gens l’admiraient particulièrement. En conséquence, il s’attendait à ce qu’une couronne lui soit réservée après avoir accompli beaucoup de travail. Cela l’a amené à continuer de plus en plus loin sur le mauvais chemin, jusqu’à ce qu’il soit finalement puni par Dieu. Si, à l’époque, il avait opéré une introspection et s’était analysé, alors il n’aurait pas pensé cela. En d’autres termes, Paul ne s’était pas concentré sur la recherche de la vérité dans les paroles du Seigneur Jésus ; il avait seulement cru en ses propres notions et imaginations. Il pensait que tant qu’il faisait quelques bonnes actions et démontrait un bon comportement, il serait loué et récompensé par Dieu. À la fin, son esprit a été aveuglé et son vrai visage caché par ses propres notions et son imagination. Cependant, les gens ne le savaient pas et, comme Dieu ne l’a pas mis en lumière, ils ont continué à essayer de vivre comme Paul, à suivre son exemple et à le considérer comme leur modèle, comme l’objet de leur poursuite et comme quelqu’un à imiter. Ce récit à propos de Paul sert d’avertissement à tous ceux qui croient en Dieu : chaque fois que nous pensons avoir particulièrement bien fait quelque chose, ou croyons être particulièrement doués à un certain égard, ou que nous pensons ne pas avoir besoin de changer ou d’être traité à un certain égard, nous devrions nous efforcer de mieux réfléchir sur nous-mêmes et nous connaître à cet égard ; cela est essentiel. C’est parce que tu n’as certainement pas découvert les aspects de toi-même que tu crois être bons, tu ne leur as pas prêté attention ou tu ne les as pas analysés afin de voir si, oui ou non, ils contiennent en fait quelque chose qui résiste à Dieu.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même  », dans Récits des entretiens de Christ

Se connaître soi-même, c’est connaître les choses dans ses pensées et points de vue qui s’opposent à Dieu et ne sont absolument pas compatibles avec la vérité et ne possèdent pas la vérité. Par exemple, apprendre à connaître l’arrogance, la suffisance, les mensonges et la tromperie de l’homme : il s’agit là de tempéraments corrompus faciles à reconnaître. De plus, chacun possède arrogance et malhonnêteté, toutefois à des degrés divers. Cependant, les pensées et points de vue des gens sont difficiles à connaître. Ils sont plus difficiles à connaître que les tempéraments des gens. Ils sont des choses qui sont enracinées profondément. Par conséquent, quand tu parviens à un petit changement dans ton comportement et ta conduite extérieure, il existe toujours de nombreux aspects de ta pensée, de tes conceptions, de tes points de vue et de l’éducation de la culture traditionnelle que tu as reçue qui vont à l’encontre de Dieu et que tu n’as pas encore découverts. De telles choses sont à l’origine de ton opposition à Dieu. Par conséquent, lorsque Dieu fera quelque chose qui n’est pas conforme à tes notions, ou quelque chose qui diffère de ce que tu L’imagines faire, tu y résisteras et t’y opposeras. Tu ne comprendras pas pourquoi Dieu a agi ainsi et, même si tu sais qu’il y a la vérité en tout ce que Dieu fait et que tu souhaites peut-être te soumettre, tu te retrouveras dans l’incapacité de le faire. Pourquoi ne peux-tu pas te soumettre ? Pourquoi une telle résistance et une telle opposition ? La raison en est qu’il y a certaines choses dans les pensées et les opinions de l’homme qui sont hostiles à Dieu et qui sont hostiles aux principes selon lesquels Il agit et à Son essence. Ces pensées et ces opinions sont difficiles à connaître pour l’homme.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même  », dans Récits des entretiens de Christ

Tout ce qui existe dans notre cœur est en opposition avec Dieu. Cela inclut ce que nous considérons comme bon et même ce que nous croyons être déjà positif. Nous avons répertorié ces choses comme des vérités, comme faisant partie de l’humanité normale et comme des choses positives ; cependant, de Son point de vue, Dieu exècre ces choses. Le gouffre qui s’étend entre ce que nous pensons et la vérité dont parle Dieu est incommensurable. Par conséquent, nous devons nous connaître nous-mêmes. Depuis nos idées, nos points de vue et nos actions jusqu’à l’éducation culturelle que nous avons reçue, tout vaut la peine d’être approfondi et examiné sérieusement. Certaines de ces choses viennent de milieux sociaux, d’autres de la famille, de l’éducation scolaire et de livres. Certaines proviennent également de nos imaginations et notions. Les choses de ce genre sont les plus effrayantes, car elles lient et contrôlent nos paroles et nos actions, dominent notre esprit et guident les motivations, les intentions et les objectifs de nos actions. Si nous ne déterrons pas ces choses, nous n’accepterons jamais pleinement les paroles de Dieu en nous et nous n’accepterons jamais les exigences de Dieu sans réserve pour les mettre en pratique. Tant que tu conserves tes propres idées, tes propres points de vue et tes convictions sur ce que tu crois être bien, tu n’accepteras jamais les paroles de Dieu totalement ou sans condition ni ne les mettras en pratique selon leur forme originale. Tu ne les mettras sûrement en pratique qu’après les avoir d’abord traitées dans ton esprit. Ce sera ta façon de faire les choses et aussi ta manière d’aider les autres : même si tu pourrais aussi échanger sur les paroles de Dieu, tu auras toujours, mêlées à cela, tes propres impuretés, et tu croiras que c’est ce que veut dire pratiquer la vérité, que tu as compris la vérité et que tu as tout. L’état de l’humanité n’est-il pas pitoyable ? N’est-il pas troublant ? Un mot ou deux ne sauraient suffire à exprimer ces choses dans leur intégralité ou à les rendre claires. Il y a, évidemment, bien d’autres choses dans la vie, comme les poisons de Satan qui sont plus d’une centaine et qui ont été récapitulés plus tôt. Vous avez compris les paroles, mais comment vous situez-vous par rapport à elles ? Vous êtes-vous déjà livrés à une introspection ? N’êtes-vous pas aussi concernés par ces poisons ? Ils reflètent également votre façon de penser, n’est-ce pas ? Quand vous faites des choses, ne dépendez-vous pas aussi de ces poisons ? Vous devez explorer en profondeur votre expérience personnelle et la situer par rapport à ces paroles. Si nous ne faisons que lire distraitement ou survoler cette liste des poisons de Satan avant de la reposer, nous contentant de relire les paroles de Dieu en ayant la tête ailleurs, incapables de les relier à la réalité ou de constater nos véritables états et adhérant simplement à la lettre et aux règles des paroles de Dieu dans notre pratique tout en partant du principe que nous pratiquons la vérité, est-ce aussi simple que ça ? Les gens vivent des choses : ils ont tous des pensées, et les artefacts, à l’intérieur de leurs pensées, s’enracinent dans leur cœur. Quand une personne passe à l’action, ces artefacts émergent forcément, car ils font déjà partie de la vie de cette personne. Par conséquent, en chaque chose que tu fais, il y a un point de vue et un principe qui gouvernent ta façon de faire, qui guident tes pas. Quand tu agiras, tu sauras si, oui ou non, de telles choses existent à l’intérieur de toi. Bien entendu, à présent, tandis que tu examines tes pensées et tes points de vue, tu as l’impression que rien n’y est hostile à Dieu ; tu te crois honnête et loyal, plus que disposé à remplir ton devoir, capable de faire des sacrifices et de te dépenser pour Dieu et tu te crois très fort dans tous les domaines. Pourtant, si Dieu mettait ton courage à l’épreuve, t’obligeait à entreprendre une tâche ou faisait en sorte qu’il t’arrive quelque chose, comment t’occuperais-tu de cela ? À pareil moment, tes pensées et tes points de vue jailliraient implacablement, comme si des digues avaient lâché ; ils seraient hors contrôle – ils t’échapperaient des mains – et tu aurais beau les haïr, ils jailliraient quand même, dans un jaillissement de choses qui, toutes, résistent à Dieu. Quand tu dis : « Pourquoi ne pourrais-je rien y faire ? Je ne veux pas résister à Dieu, alors pourquoi Lui résisterais-je ? Je ne veux pas juger Dieu et je ne veux pas avoir de notions à propos de ce qu’Il fait, alors comment pourrais-je avoir de telles notions ? », c’est alors que tu devrais t’efforcer de te connaître toi-même, d’examiner ce qui se trouve en toi et qui résiste à Dieu et ce qui, à l’intérieur de toi, est hostile et antagoniste à l’œuvre qu’Il réalise actuellement.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même  », dans Récits des entretiens de Christ

Peu importe l’aspect de la vérité que l’on poursuit, qu’il s’agisse d’aspirer à être honnête, de s’entraîner à se soumettre à Dieu, de collaborer amicalement avec ses frères et sœurs ou de vivre une humanité normale, on peut en adopter la pratique chaque jour de sa vie, avec chacune des vérités qui abordent la question de la connaissance de soi. Aspirer à être honnête n’a-t-il pas un rapport avec le fait de se connaître soi-même ? Tu n’aspireras pas à être honnête tant que tu n’auras pas appris à connaître ta propre imposture et ta propre malhonnêteté. Quand tu auras pris conscience que tu n’as pas réussi à obéir à Dieu, tu pratiqueras alors l’obéissance à Son égard ou chercheras ce qu’il faut faire pour Lui obéir. Si tu ne te connais pas toi-même, tout ce que tu dis sur ton aspiration à devenir honnête ou sur ta soumission à Dieu sonne creux, car le tempérament de l’homme est corrompu et aucun aspect de la vérité n’est facile à pratiquer, et chaque aspect est pratiqué au sein du tempérament corrompu de l’homme. Dans ta pratique de tout aspect de la vérité, ton tempérament corrompu ressurgira à coup sûr, contrariant ton aspiration à être honnête, faisant obstacle à ta soumission à Dieu et réfrénant ta patience et ta tolérance pour tes frères et sœurs. Si tu ne le reconnais pas, ne l’analyses pas et ne le perces pas à jour, mais comptes sur tes imaginations pour pratiquer la vérité, alors ta pratique ne sera pas authentique. Par conséquent, peu importe l’aspect de la vérité que l’on pratique ou ce que l’on fait, il faut d’abord se connaître soi-même. Te connaître toi-même, c’est connaître chacune de tes paroles et chacun de tes actes, chacun de tes faits et gestes ; c’est connaître ta mentalité et tes pensées, tes motivations, tes notions et tes imaginations ; c’est même connaître tes philosophies de vie qui sont du monde et les divers poisons de Satan à l’intérieur de toi, ainsi que le savoir et l’éducation que tu as acquis à l’école. Toutes ces choses doivent être décortiquées.

Extrait de « Seule la connaissance de tes opinions erronées t’apportera la connaissance de toi-même  », dans Récits des entretiens de Christ

Dieu peut perfectionner l’homme dans les deux aspects : positif et négatif. Cela dépend de ton aptitude à expérimenter et de ton envie d’être perfectionné par Dieu. Si tu cherches vraiment à être perfectionné par Dieu, alors le négatif ne peut rien t’enlever, mais peut t’apporter des choses qui sont plus réelles, peut t’aider à connaître ce qui te fait défaut, à saisir ton véritable état, à voir que l’homme n’a rien et n’est rien ; si tu ne fais pas l’expérience des épreuves, tu ne sais pas cela, et tu auras toujours l’impression d’être supérieur aux autres et meilleur que tout le monde. Par tout cela, tu verras que tout ce qui précède a été fait par Dieu et est protégé par Dieu. Durant les épreuves, tu perds ton amour ou ta foi et ton engagement à la prière, et tu es incapable de chanter des hymnes, et, sans t’en rendre compte, au milieu de tout cela, tu apprends à te connaître. Dieu a de nombreux moyens de perfectionner l’homme. Il se sert de toutes sortes d’environnements pour traiter le tempérament corrompu de l’homme, et Il utilise diverses choses pour mettre l’homme à nu ; d’un côté, Il traite l’homme, d’un autre côté, Il met l’homme à nu, et d’un autre côté, Il révèle l’homme, creusant et révélant les « mystères » des profondeurs du cœur de l’homme, et montrant à l’homme sa propre nature en dévoilant plusieurs de ses états. Dieu perfectionne l’homme par des méthodes diverses, par la révélation, le traitement, l’épurement et le châtiment, afin que l’homme sache que Dieu est concret.

Extrait de « Seuls ceux qui se concentrent sur la pratique peuvent être perfectionnés », dans La Parole apparaît dans la chair

D’une part, au cours des épreuves imposées par Dieu, l’homme en vient à connaître ses faiblesses et à comprendre qu’il est insignifiant, méprisable et inférieur, qu’il n’a rien et qu’il n’est rien ; d’autre part, au cours de Ses épreuves, Dieu crée pour l’homme différents environnements qui rendent l’homme plus à même de faire l’expérience de la beauté de Dieu. Bien que la douleur soit grande et parfois insurmontable, atteignant même le niveau de douleur intolérable, c’est grâce à ce vécu que l’homme voit la beauté de l’œuvre que Dieu a accomplie en lui, et c’est seulement sur cette base que naît en l’homme le véritable amour pour Dieu. Aujourd’hui, l’homme voit qu’avec seulement la grâce, l’amour et la miséricorde de Dieu, il est incapable de se connaître véritablement, et encore moins de connaître l’essence de l’homme. Ce n’est que par l’épurement et le jugement de Dieu, et au cours du processus d’épurement en lui-même, que l’homme peut connaître ses faiblesses et savoir qu’il n’a rien.

Extrait de « Ce n’est qu’en vivant des épreuves douloureuses que tu peux connaître la beauté de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Échouer et tomber de nombreuses fois n’est pas une mauvaise chose, être exposé non plus. Que tu aies été traité, émondé ou exposé, tu dois te souvenir de ceci à tout moment : être exposé ne signifie pas que tu es condamné. Être exposé est une bonne chose ; c’est ta meilleure chance de te connaître toi-même. Ton expérience de vie peut en acquérir un changement de vitesse. Autrement, tu n’auras ni l’occasion, ni la condition, ni le contexte pour comprendre la vérité de ta corruption. Si tu parviens à connaître tout ce qu’il y a en toi, tous les aspects de ce qui est difficile à reconnaître et à dénicher au plus profond de toi, c’est une bonne chose. Devenir capable de vraiment te connaître toi-même est ta meilleure chance de corriger ton attitude et de devenir une nouvelle personne ; c’est la meilleure occasion pour toi d’obtenir une nouvelle vie. Une fois que tu te connaîtras vraiment, tu pourras voir que c’est une chose précieuse que la vérité devienne ta vie, et tu auras soif de la vérité et entreras dans la réalité. C’est si extraordinaire ! Si tu peux saisir cette occasion, réfléchir sérieusement sur toi-même et acquérir une véritable connaissance de toi-même chaque fois que tu échoues ou tombes, alors, au milieu de la négativité et de la faiblesse, tu pourras te relever. Une fois ce seuil franchi, tu pourras faire un grand pas en avant et entrer dans la réalité-vérité.

Extrait de « Pour obtenir la vérité, tu dois apprendre des gens, des situations et des choses autour de toi », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 43. Principes de recherche de la perfection

Suivant: 45. Principes de la réflexion sur les transgressions

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre