15. Principes des serments prêtés à Dieu

(1) Il est nécessaire de comprendre que l’examen de l’homme par Dieu atteint jusqu’au tréfonds du cœur humain. Tout est soumis à Son examen. Les seuls serments et vœux adressés à Dieu qui ont de l’importance sont ceux destinés à Le satisfaire ;

(2) Quand vous adressez des serments et des vœux à Dieu, il est indispensable d’avoir un cœur qui Le craint et qui se soumet à Lui ; un tel cœur vous pousse à pencher en faveur de la justice et à tenir ferme dans votre témoignage ;

(3) Les serments et les vœux adressés à Dieu sont au service de l’entrée dans la vie. Vous ne pouvez jamais exploiter Dieu en prêtant de faux serments pour arriver à vos propres fins ;

(4) Quand vous avez adressé un serment ou un vœu à Dieu, il est nécessaire de le respecter et de s’efforcer de l’honorer, faute de quoi vous manqueriez à vos responsabilités et mentiriez dans le but d’exploiter et de tromper Dieu.

Paroles de Dieu concernées :

Puisque tu as déjà décidé de Me servir, Je ne t’abandonnerai pas. Je suis un Dieu qui hait le mal et Je suis un Dieu qui est jaloux de l’homme. Puisque tu as déjà placé tes paroles sur l’autel, Je ne tolérerai pas que tu t’évades sous Mes propres yeux, et Je ne tolérerai pas non plus que tu serves deux maîtres. Pensais-tu que tu pourrais avoir un autre amour après avoir placé tes paroles sur Mon autel, sous Mes yeux ? Comment pourrais-Je permettre aux gens de Me ridiculiser de cette façon ? Pensais-tu pouvoir, avec nonchalance, faire des vœux, Me faire des serments avec ta langue ? Comment pourrais-tu faire des serments à Mon trône, au trône qui est à Moi, le Très-Haut ? Pensais-tu que tes serments étaient déjà périmés ? Je vous le dis, même si vos chairs sont périmées, vos serments ne peuvent pas être périmés. À la fin, Je vous condamnerai en Me basant sur vos serments. Pourtant, vous pensez que vous pouvez placer vos paroles devant Moi pour M’affronter et que votre cœur peut servir des esprits impurs et des esprits méchants. Comment Ma colère pourrait-elle tolérer ces gens qui Me trompent et qui ressemblent à des chiens et à des cochons ? Je dois exécuter Mes décrets administratifs et récupérer des mains des esprits impurs tous ces gens « pieux », guindés, qui croient en Moi pour Me « servir » de manière disciplinée, pour être Mes bœufs, être Mes chevaux et être à la merci de Mon abattage. Je vais t’obliger à reprendre ta détermination d’avant et à Me servir encore une fois. Je ne tolérerai pas qu’une créature Me trompe. Pensais-tu que tu pouvais simplement Me faire des demandes et Me mentir gratuitement ? Pensais-tu que Je n’avais pas entendu ou vu tes paroles et tes actes ? Comment tes paroles et tes actes auraient-ils pu être hors de Ma vue ? Comment pourrais-Je permettre aux gens de Me duper de cette façon ?

Extrait de « Vous êtes tous tellement ignobles de caractère ! », dans La Parole apparaît dans la chair

Qui a pris des résolutions devant Moi et ne les a pas abandonnées après coup ? Qui a pris des résolutions devant Moi sur le long terme plutôt que de résoudre fréquemment tel ou tel problème ? Chaque fois, les hommes prennent des résolutions devant Moi en temps de paix et les enterrent en temps d’adversité. Plus tard, ils ressuscitent leurs résolutions et les replacent devant Moi. Suis-Je méprisable au point d’accepter avec désinvolture les déchets que l’homme aura ramassés sur un tas d’ordures ? Peu d’humains s’en tiennent fermement à leurs résolutions, peu sont chastes, et peu offrent ce qu’ils ont de plus précieux en sacrifice pour Moi. N’êtes-vous pas vous tous de cet acabit ? Si, faisant partie du peuple de Mon Règne, vous n’êtes pas capables de remplir votre devoir, Je vous détesterai et Je vous rejetterai !

Extrait du Chapitre 14 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Il n’y a rien que Dieu méprise davantage que les prières d’une cérémonie religieuse. Les prières faites à Dieu ne sont acceptées que lorsqu’elles sont sincères. Si tu n’as rien de sincère à dire, alors garde le silence ; ne profère pas sans arrêt des paroles mensongères et ne prononce pas de serments aveuglément devant Dieu, en essayant de Le tromper, en parlant de ton grand amour pour Lui, de ton vœu de Lui être fidèle. Si tu es incapable de réaliser tes désirs, s’il te manque cette résolution et cette sature, ne prie en aucune circonstance ainsi devant Dieu. Cela relève du ridicule. Ridiculiser quelqu’un veut dire se moquer de lui, le prendre à la légère. Quand des gens prient devant Dieu avec ce genre de tempérament, c’est à tout le moins une supercherie. Dans le pire des cas, si tu le fais souvent, tu es alors d’un caractère tout à fait méprisable. Si Dieu devait te condamner, on appellerait cela du blasphème ! Les gens n’ont aucune vénération à l’égard de Dieu, ils ne savent pas comment vénérer Dieu ou comment L’aimer et Le satisfaire. Si, pour eux, la vérité n’est pas claire, ou si leur tempérament est corrompu, Dieu ne S’en formalisera pas. Cependant, ils apportent devant Dieu un tel caractère ! Et ils traitent Dieu comme les incroyants traitent les autres personnes. En plus, ils s’agenouillent solennellement devant Lui en prière, en se servant de ces paroles pour essayer de flatter Dieu et, quand ils ont terminé, non seulement ils n’éprouvent aucune culpabilité, mais ils n’ont aucun sens non plus de la gravité de leurs actions. Dans ce cas, Dieu est-Il avec eux ? Quelqu’un qui est tout à fait dépourvu de la présence de Dieu peut-il être éclairé et illuminé ? Peut-il être éclairé grâce à la vérité ? (Non.) Le voilà donc en difficulté.

Extrait de « Tu ne peux chercher la vérité que lorsque tu te connais », dans Récits des entretiens de Christ

Tu dois placer ton cœur devant Dieu à tout moment, lorsque tu pries, lorsque tu parles et échanges avec tes frères et sœurs et lorsque tu accomplis ton devoir et fais tes affaires. Lorsque tu remplis ta fonction, Dieu est avec toi et tant que ton intention est correcte et qu’elle vise l’œuvre de la maison de Dieu, Dieu acceptera tout ce que tu fais ; tu devrais sincèrement te dévouer à remplir ta fonction. Quand tu pries, si tu as l’amour de Dieu dans ton cœur et cherches l’attention, la protection et l’observation de Dieu, si telle est ton intention, tes prières seront efficaces. Par exemple, quand tu pries dans les assemblées, si tu ouvres ton cœur, pries Dieu et dis à Dieu ce qui est dans ton cœur sans dire de mensonges, alors à coup sûr, tes prières seront efficaces. Si tu aimes sincèrement Dieu dans ton cœur, alors fais un serment à Dieu : « Dieu, qui es dans les cieux, sur la terre et en toutes choses, je Te le jure : que Ton Esprit examine tout ce que je fais, qu’Il me protège et prenne soin de moi à tout moment et rende possible que tout ce que je fais tienne en Ta présence. Si jamais mon cœur cesse de T’aimer ou Te trahit, donne-moi Ta malédiction et Ton châtiment les plus sévères. Ne me pardonne pas, ni dans ce monde, ni dans l’autre ! » Est-ce que tu oses faire un tel serment ? Si ta réponse est non, cela prouve que tu es lâche et que tu t’aimes toujours. Avez-vous cette résolution ? Si telle est vraiment ta résolution, tu dois faire ce serment. Si tu as la résolution de faire un tel serment, Dieu satisfera ta résolution. Lorsque tu fais un serment à Dieu, Il écoute. Dieu détermine si tu es pécheur ou juste par ta prière et ta pratique. Cela est maintenant le processus de votre perfectionnement, et si tu as vraiment foi dans le fait d’être perfectionné, tu présenteras à Dieu tout ce que tu fais et accepteras Son observation ; si tu fais quelque chose de scandaleusement rebelle ou si tu trahis Dieu, alors Il concrétisera ton serment, et ainsi, peu importe ce qui t’arrive, que ce soit la perdition ou le châtiment, c’est de ton propre fait. Tu as fait le serment, donc tu devrais le respecter. Si tu fais un serment, mais ne le respectes pas, tu périras. Puisque le serment était le tien, Dieu concrétisera ton serment. Certains ont peur après avoir prié et se lamentent : « Oh, non ! Je n’ai plus l’occasion de me livrer à la débauche, je n’ai plus l’occasion de faire de vilaines choses, je n’ai plus l’occasion de me livrer à la cupidité du monde ! » Ces gens aiment toujours le monde et le péché et ils sont sûrs de périr.

Extrait de « Dieu rend parfaits ceux qui sont selon Son propre cœur », dans La Parole apparaît dans la chair

Supposons que quelqu’un fasse le serment par écrit de prendre grand soin des offrandes faites à Dieu : qu’écrirait quelqu’un doté de bon sens et d’humanité ? Quel ton et quel style emploierait-il en vue de garder la place qui lui revient et d’exprimer son attitude ? Ce n’est pas une mince affaire, les gens qui ont du discernement peuvent en témoigner. Des personnes qui sont anormales comme Satan, les antéchrists et les ambitieux emploient un certain ton dans leur discours. La première chose que dit Monsieur Tout-le-monde, par exemple, est : « Moi, si je convoitais les offrandes faites à Dieu, que je sois maudit et condamné à une mort horrible, renversé par une voiture en franchissant cette porte… » Quel ton est-ce là ? La phrase commence par le mot « Moi ». C’est très immodéré : dans ces propos, le ton et le style laissent clairement percevoir de l’impétuosité. N’est-ce pas un serment exagéré ? Qu’est-ce qu’un serment comme celui-là ? (C’est un slogan.) On sait bien que c’est faux, que c’est hypocrite. Qu’est-ce qui justifie l’arrogance de ce serment ? Tu fais un serment devant Dieu. Une personne normale serait mesurée, elle resterait à sa place et adresserait à Dieu des paroles du tréfonds de sa pensée. Elle ne serait pas pompeuse et hautaine. Quel est le tempérament des gens qui sont aussi arrogants, même quand ils font un serment ? Et leur serment est-il vrai ou faux ? C’est difficile à dire. Ce qu’ils veulent dire, c’est ceci : « Tu ne me crois pas ? As-tu peur que je cherche à profiter de la maison de Dieu, peur que je vole les offrandes faites à Dieu ? Tu m’utilises mais tu ne me fais pas confiance, et tu m’obliges même à faire un serment. Eh bien, regarde-moi, je vais faire un serment ! » Quelle est cette attitude ? C’est l’arrogance et l’absence de scrupules : ils osent fanfaronner et faire un serment devant Dieu pour camoufler leurs mauvaises intentions. Est-ce révérer Dieu ? Il n’y a pas là la moindre piété. De telles personnes sont des Satan et des antéchrists ; ce sont les antéchrists qui disent ce genre de chose. Quel tempérament consiste à fanfaronner de cette manière en faisant un serment ? De telles personnes peuvent-elles être sauvées ? N’avez-vous jamais rencontré ce genre de personnes ? Vous ne pouvez pas discerner leur conduite, leurs épanchements ni leurs tempéraments, n’est-ce pas ? Certains d’entre vous pensent que ces gens-là sont réfléchis et honnêtes, qu’ils comprennent les choses spirituelles et sont fidèles à Dieu. N’est-ce pas là un manque de discernement ? Quand vous ne trouvez aucune faute dans un comportement et un tempérament aussi ignobles que ce que révèlent clairement le sens littéral et la formulation de leur serment, cela ne signifie-t-il pas que vous ne comprenez pas bien la vérité ? On dirait que vous ne comprenez rien d’autre que la doctrine. Plus quelque chose est détaillé et concret, moins vous êtes capables de le discerner tel qu’il est ; plus quelque chose est doctrinal, mieux vous savez l’exprimer en entonnant votre content de slogans creux. Avez-vous déjà écrit ce genre de serment ? (Oui.) Fondamentalement, il n’y a pas de différence. Faire un serment n’est pas comme se ruer dans une bataille, prêt à mourir en héros : un serment n’implique pas cette sorte d’esprit combatif. Quand tu jures devant Dieu, réfléchis bien : il faut que tu comprennes pourquoi tu l’écris et à qui tu t’adresses et offres cette garantie. Dieu exige des gens une certaine attitude, pas un esprit combatif. Ton esprit combatif, c’est de l’arrogance et de la fanfaronnade : c’est la manifestation d’un tempérament satanique et arrogant. Ce n’est pas de la piété, et ce n’est pas ce que doit manifester un être créé, et c’est encore moins le reflet du statut d’un être créé.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (2) », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 14. Principes d’acceptation de l’examen de Dieu

Suivant: 16. Principes d’exaltation de Dieu dans Sa grandeur

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre