160. Principes pour observer les décrets administratifs et les commandements de Dieu

(1) Il est nécessaire de comprendre l’essence et le vrai sens des décrets administratifs et des commandements. Comprenez la volonté de Dieu et révérez-Le dans votre cœur, si vous ne voulez pas offenser Son tempérament ;

(2) Il est nécessaire de chercher la vérité et de connaître le tempérament de Dieu à travers Ses décrets administratifs et Ses commandements. Devenir véritablement capable d’observer Ses décrets administratifs et Ses commandements ;

(3) Il est nécessaire de connaître ses propres vulnérabilités et ses principaux points faibles pour pouvoir formuler ses principes de pratique et, ainsi, assurer le respect des décrets administratifs et des commandements de Dieu ;

(4) Les décrets administratifs et les commandements de Dieu sont très révélateurs du fait qu’une personne possède ou non de l’humanité. Quiconque ne peut pas observer les décrets administratifs et les commandements est dépourvu d’humanité et doit à coup sûr être éliminé.

Paroles de Dieu concernées :

Les dix décrets administratifs qui doivent être respectés par les élus de Dieu à l’ère du Règne

(Article extrait de la parole de Dieu)

1. L’homme ne doit pas se magnifier ni s’exalter. Il doit adorer et exalter Dieu.

2. Fais tout ce qui est bénéfique à l’œuvre de Dieu, et rien qui soit néfaste aux intérêts de l’œuvre de Dieu. Défends le nom de Dieu, le témoignage de Dieu et l’œuvre de Dieu.

3. L’argent, les objets matériels et tous les biens de la maison de Dieu sont les offrandes qui doivent être données par l’homme. Seuls le sacrificateur et Dieu peuvent jouir de ces offrandes, car les offrandes de l’homme sont pour la jouissance de Dieu. Dieu ne partage ces offrandes qu’avec le sacrificateur, et personne d’autre n’est qualifié ou n’a le droit de jouir d’aucune partie d’entre elles. Toutes les offrandes de l’homme (y compris l’argent et les biens matériels dont on peut jouir) sont données à Dieu, non à l’homme, et donc, l’homme ne doit pas jouir de ces choses ; si l’homme devait en jouir, alors il volerait des offrandes. Quiconque fait cela est un Judas, car, en plus d’être un traître, Judas s’est aussi servi de l’argent qui était mis dans la bourse.

4. L’homme a un tempérament corrompu et, de plus, il possède des émotions. En tant que tel, il est absolument interdit à deux membres du sexe opposé de travailler ensemble sans être accompagnés quand ils servent Dieu. Quiconque est découvert le faisant sera expulsé, sans exception.

5. Ne juge pas Dieu ni ne discute légèrement de choses relatives à Dieu. Fais ce que l’homme doit faire et parle comme l’homme doit parler, et ne dépasse pas les limites et ne les transgresse pas non plus. Veille sur ta langue et fais attention où tu mets les pieds afin d’éviter de faire quelque chose qui offense le tempérament de Dieu.

6. Fais ce qui doit être fait par l’homme, remplis tes obligations, assume tes responsabilités et sois fidèle à ton devoir. Puisque tu crois en Dieu, tu dois apporter ta contribution à l’œuvre de Dieu ; si tu ne le fais pas, alors tu es inapte à manger et boire les paroles de Dieu, et à vivre dans la maison de Dieu.

7. En ce qui concerne le travail et les affaires de l’Église, en dehors de l’obéissance à Dieu, suis en tout les instructions de l’homme qui est utilisé par le Saint-Esprit. Même la moindre infraction est inacceptable. Sois absolu dans ta conformité et n’analyse pas le bien ou le mal ; ce qui est bien ou mal n’a rien à voir avec toi. Tu ne dois te préoccuper que de l’obéissance totale.

8. Les gens qui croient en Dieu doivent obéir à Dieu et L’adorer. N’exalte pas, n’admire pas qui que ce soit ; ne donne pas la première place à Dieu, la deuxième aux personnes que tu admires et la troisième à toi-même. Personne ne doit occuper une place dans ton cœur, et tu ne dois pas considérer les gens – en particulier ceux que tu vénères – comme étant à égalité avec Dieu ou comme s’ils étaient Ses égaux. C’est intolérable pour Dieu.

9. Garde tes pensées tournées vers le travail de l’Église. Mets de côté les perspectives de ta propre chair, sois décisif sur les questions familiales, consacre-toi entièrement à l’œuvre de Dieu et mets l’œuvre de Dieu en premier et ta propre vie en second lieu. C’est la décence d’un saint.

10. Ceux de ta famille qui n’ont pas la foi (tes enfants, ton mari ou ton épouse, tes sœurs ou tes parents, etc.) ne doivent pas être forcés à se joindre à l’Église. La maison de Dieu ne manque pas de membres et il n’est pas nécessaire d’ajouter à son nombre des gens qui ne sont d’aucune utilité. Tous ceux qui ne croient pas volontiers ne doivent pas être conduits à l’Église. Ce décret s’adresse à tous. Vous devez vous observer les uns les autres, vous surveiller et vous rappeler ce décret ; personne ne peut le violer. Même quand les parents qui n’ont pas la foi se joignent à l’Église à contrecœur, il ne faut pas leur donner de livres ni un nouveau nom ; ces gens ne sont pas de la maison de Dieu, et leur entrée dans l’Église doit être entravée par tous les moyens nécessaires. S’il survient du trouble dans l’Église en raison de l’invasion des démons, alors tu seras toi-même expulsé ou des restrictions seront placées sur toi. En bref, tout le monde a une responsabilité à ce sujet, bien que tu ne doives pas être imprudent ni l’utiliser pour régler des problèmes personnels.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Les gens doivent respecter les nombreuses tâches qu’ils doivent effectuer. C’est ce que les gens doivent respecter, et c’est ce qu’ils doivent réaliser. Que le Saint-Esprit fasse ce qui doit être fait par le Saint-Esprit ; l’homme ne peut y jouer aucun rôle. L’homme doit se conformer à ce qui doit être fait par l’homme, ce qui n’a aucun rapport avec le Saint-Esprit. C’est seulement ce qui doit être fait par l’homme, et cela doit être respecté comme commandement au même titre que la loi dans l’Ancien Testament doit l’être. Même si maintenant, ce n’est pas l’ère de la Loi, il y a encore beaucoup de paroles apparentées à celles qui ont été prononcés à l’ère de la Loi et qui doivent être respectées. Ces paroles ne sont pas mises en pratique simplement sur la base de l’inspiration par le Saint-Esprit, mais, au contraire, elles sont ce que l’homme doit respecter. Par exemple : tu ne porteras pas de jugement sur l’œuvre du Dieu concret. Tu ne t’opposeras pas à l’homme auquel Dieu rend témoignage. Devant Dieu, tu garderas ta place et ne seras pas dissolu. Tu dois être modéré dans ton discours, et tes paroles et tes actions doivent suivre les arrangements de l’homme auquel Dieu rend témoignage. Tu dois vénérer le témoignage de Dieu. Tu n’ignoreras pas l’œuvre de Dieu et les paroles venant de Sa bouche. Tu n’imiteras pas le ton et les objectifs des déclarations de Dieu. Tu n’afficheras aucun comportement qui s’oppose ouvertement à l’homme auquel Dieu rend témoignage. Et ainsi de suite. Voilà ce que chaque personne doit respecter. À chaque ère, Dieu précise de nombreuses règles qui s’apparentent aux lois et doivent être respectées par l’homme. Grâce à cela, Il contraint le tempérament de l’homme et détecte sa sincérité. Prenez, par exemple, le commandement « Honore ton père et ta mère » du temps de l’Ancien Testament. Ces paroles ne s’appliquent pas aujourd’hui ; à l’époque, elles ont simplement contraint certains tempéraments extérieurs de l’homme, elles ont été utilisées pour démontrer la sincérité de la croyance de l’homme en Dieu, et étaient une marque de ceux qui croyaient en Dieu. Bien que ce soit maintenant l’ère du Règne, il y a encore beaucoup de règles auxquelles l’homme doit se conformer. Les règles du passé ne s’appliquent pas et, aujourd’hui, il existe de nombreuses pratiques plus adaptées que l’homme peut mettre en œuvre et qui sont nécessaires. Elles n’impliquent pas l’intervention du Saint-Esprit et doivent être exercées par l’homme.

À l’ère de la Grâce, beaucoup de pratiques de l’ère de la Loi ont été mises de côté parce que ces lois n’étaient pas particulièrement efficaces pour l’œuvre de cette époque. Après qu’elles ont été mises de côté, de nombreuses pratiques qui étaient adaptées pour cette ère ont été mises en place, et elles sont devenues les nombreuses règles d’aujourd’hui. Lorsque le Dieu d’aujourd’hui est venu, ces règles ont été annulées et il n’était plus exigé qu’elles soient respectées, et de nombreuses pratiques adaptées à l’œuvre d’aujourd’hui ont été mises en place. Aujourd’hui, ces pratiques ne sont pas des règles, mais elles ont pour but de produire des effets ; elles sont adaptées pour aujourd’hui. Demain, peut-être, elles deviendront des règles. En définitive, tu dois te conformer à ce qui est productif pour l’œuvre d’aujourd’hui. Ne fais pas attention à demain : ce qui est fait aujourd’hui est pour le bien d’aujourd’hui. Quand demain viendra, il y aura peut-être de meilleures pratiques que tu devras mettre en œuvre, mais ne prête pas trop attention à cela. Conforme-toi plutôt à ce qui devrait être respecté aujourd’hui afin d’éviter de t’opposer à Dieu. Aujourd’hui, rien n’est plus crucial pour l’homme que de se conformer à ce qui suit : tu ne dois pas essayer d’amadouer le Dieu qui Se tient devant toi, ni Lui dissimuler quoi que ce soit. Tu ne prononceras pas d’insanités ni ne feras de déclarations arrogantes en présence de Dieu. Tu ne tromperas pas le Dieu devant toi par des paroles mielleuses et de beaux discours afin de gagner Sa confiance. Tu n’agiras pas de manière irrévérencieuse devant Dieu. Tu obéiras à tout ce qui sort de la bouche de Dieu, et ne résisteras pas à Ses paroles, tu ne t’y opposeras pas ou ne les contesteras pas. Tu n’interprèteras pas à ta convenance les paroles qui sortent de la bouche de Dieu. Tu dois tenir ta langue pour éviter qu’elle ne te fasse devenir la proie des projets trompeurs des méchants. Tu dois surveiller tes pas afin d’éviter de transgresser les limites que Dieu t’a fixées. Si tu transgresses, tu te mettras à la place de Dieu et diras des mots prétentieux et pompeux, et alors Dieu te détestera. Tu ne répandras pas avec insouciance les paroles prononcées par Dieu, de peur que les autres ne se moquent de toi et que les démons ne se jouent de toi. Tu obéiras à toute l’œuvre du Dieu d’aujourd’hui. Même si tu ne la comprends pas, tu ne la jugeras pas ; tout ce que tu peux faire, c’est chercher et échanger. Nul ne doit transgresser la place originelle de Dieu. Tu ne peux rien faire de plus que de servir, en tant qu’homme, le Dieu d’aujourd’hui. Tu ne peux pas enseigner, en tant qu’homme, le Dieu d’aujourd’hui ; le faire serait malavisé. Personne ne peut se tenir à la place de l’homme auquel Dieu rend témoignage ; par tes paroles, tes actions et tes pensées intimes, tu occupes la position d’un homme. Cela doit être respecté, c’est la responsabilité de l’homme et personne ne devrait la modifier ; le faire violerait les décrets administratifs. Tous doivent s’en souvenir.

Extrait de « Les commandements de la nouvelle ère », dans La Parole apparaît dans la chair

Les gens disent souvent que Dieu a Ses décrets administratifs et qu’Il S’en sert pour punir les hommes et les tenir sous contrôle quand ils sont désobéissants. Les mots « décrets administratifs » sont souvent sur leurs lèvres, mais en réalité, ils ne comprennent pas ce qu’ils signifient essentiellement. Que sont exactement les décrets administratifs ? Il s’agit d’une catégorie de paroles établie par Dieu, lesquelles paroles sont destinées à traiter la nature et le tempérament corrompu des hommes afin de garder la maîtrise de leur conduite. Les décrets administratifs ne sont ni un système juridique ni les lois de l’Éternel[a], et encore moins sont-ils comparables aux constitutions du monde des hommes. Il s’agit d’une série de paramètres définis par Dieu dans le but de garder les hommes sous contrôle. Ils consistent à déterminer comment craindre Dieu, comment Le vénérer, comment Lui obéir, comment agir en tant qu’être créé, comment agir en tant que personne, comment témoigner de Dieu et éviter de déshonorer Son nom. Certaines personnes disent : « L’Esprit de Dieu peut faire des choses. Il peut punir les gens et rendre à chacun son dû. Il y a aussi la vérité, qui guide tout le monde. Pourquoi faudrait-il qu’il y ait des décrets administratifs ? » La vérité concerne l’entrée des gens dans la vie : elle concerne les états particuliers de leurs tempéraments corrompus. Les décrets administratifs sont des stipulations clairement définies. Quel que soit ton état, quel que soit le genre de personne que tu es, si tu crois en Dieu, tu dois te conformer à tout ce qui est stipulé par les décrets administratifs : et si tu n’en es pas capable, ton nom sera barré et aux yeux de Dieu, tu deviendras quelqu’un à détester et à rejeter. En vérité, les décrets administratifs sont le minimum qui est requis des hommes pour croire en Dieu, comme lorsque l’Éternel, à l’ère de la Loi, accomplissait certaines œuvres, prononçait beaucoup de paroles et établissait de nombreuses lois, et ces lois incluaient naturellement une grande partie de ce que les hommes devaient faire. Elles précisaient la manière dont les hommes devaient craindre l’Éternel, par exemple, ou Lui offrir des sacrifices, payer la dîme, faire des dons. À l’époque, cela s’appelait des lois et à l’ère de la Grâce on les a appelées les commandements.

Les commandements de l’ère de la Grâce ne peuvent pas servir aujourd’hui de décrets administratifs, car ce qui est exigé des hommes est différent à chaque ère. Chaque ère a ses commandements, à chaque ère Dieu a des exigences et des critères différents vis-à-vis des hommes, des critères qui changent en fonction des changements d’ère et des exigences de l’œuvre de Dieu. […] Aujourd’hui, Dieu a émis des décrets administratifs adaptés aux situations et aux besoins des hommes. Certains se demandent : « Pourquoi émettre de nouveaux décrets administratifs ? Cela a déjà été fait par le passé, les gens sont au courant et font ce qui est demandé. Cela devrait être terminé. Pourquoi continuer à en émettre de nouveaux ? » Les hommes étant corrompus comme ils le sont maintenant, pourrait-on se passer de décrets administratifs ? Les gens ont tous des tempéraments corrompus et sont tous gouvernés par leur nature. On ne peut pas dire qu’une fois qu’ils ont accepté l’œuvre de Dieu et sont capables de suivre les commandements, ils deviennent saints et justes. Ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. Les gens vivent selon leurs tempéraments corrompus, si bien que des décrets administratifs adaptés restent toujours nécessaires pour garder leur conduite sous contrôle. Quand les gens violent pour de bon ces décrets administratifs, ils peuvent être disciplinés, ou soumis à des restrictions, ou éliminés et exclus. Toutes sortes de conséquences sont possibles.

Extrait de « Considérations sur les décrets administratifs de Dieu à l'ère du Règne », dans Récits des entretiens de Christ

La clé pour garder les commandements, c’est d’avoir une compréhension du Dieu concret. Une fois que tu auras une compréhension du Dieu concret, tu pourras garder les commandements. Les garder comprend deux éléments : l’un est de maintenir l’essence de Son Esprit et, devant l’Esprit, d’être capable d’accepter l’examen de l’Esprit ; l’autre est d’avoir une véritable compréhension de la chair incarnée et de parvenir à une véritable soumission. Que ce soit devant la chair ou devant l’Esprit, on doit toujours entretenir de la soumission et de la vénération pour Dieu. Seul quelqu’un comme cela est qualifié pour être amené à la perfection. Si tu as une compréhension de l’aspect pratique du Dieu concret – c’est-à-dire, si tu as tenu ferme dans cette épreuve – alors rien ne te sera impossible.

Certains disent : « Les commandements sont faciles à garder ; il suffit de parler franchement et avec dévotion quand on est devant Dieu et de ne pas gesticuler ; c’est cela, garder les commandements. » Est-ce vrai ? Donc, si tu fais dans le dos de Dieu des choses qui Lui résistent, cela compte-t-il comme garder les commandements ? Vous devez avoir une compréhension complète de ce que garder les commandements entraîne. Cela concerne la question de savoir si tu as ou non une réelle compréhension de l’aspect concret de Dieu : si tu as une compréhension de l’aspect concret et ne trébuches pas et ne tombes pas pendant cette épreuve, alors tu peux être considéré comme ayant un fort témoignage. Porter un témoignage retentissant à Dieu est premièrement lié à la question de savoir si tu as une compréhension du Dieu concret et si tu es capable ou non de te soumettre devant cette personne qui n’est pas seulement ordinaire, mais normale, et même de te soumettre jusqu’à la mort. Si, au moyen de cette soumission, tu portes vraiment un témoignage à Dieu, cela signifie que tu as été obtenu par Dieu. Si tu peux te soumettre jusqu’à la mort et, devant Lui, ne pas te plaindre, ne pas faire de jugements, ne pas calomnier, n’avoir aucune notion et n’avoir aucune arrière-pensée, alors, de cette manière, Dieu gagnera de la gloire. La soumission devant une personne ordinaire qui est méprisée par l’homme et la capacité de se soumettre même jusqu’à la mort sans aucune notion : voilà ce qu’est un vrai témoignage.

Extrait de « Ceux qui aiment vraiment Dieu sont ceux qui peuvent se soumettre absolument à Sa réalité », dans La Parole apparaît dans la chair

En pratique, observer les commandements devrait être lié à la mise en pratique de la vérité. Tout en observant les commandements, il faut pratiquer la vérité. En pratiquant la vérité, quelqu’un ne doit pas violer les principes des commandements ni aller contre les commandements ; tu dois faire tout ce que Dieu exige de toi. Observer les commandements et pratiquer la vérité est interconnecté, pas contradictoire. Plus tu pratiques la vérité, plus tu deviens capable d’observer l’essence des commandements. Plus tu pratiques la vérité, plus tu comprendras la parole de Dieu telle qu’elle est exprimée dans les commandements. Pratiquer la vérité et observer les commandements ne sont pas des actions contradictoires : elles sont interconnectées. Au début, ce n’est qu’après qu’il a observé les commandements que l’homme a pu pratiquer la vérité et atteindre l’éclairage du Saint-Esprit, mais telle n’est pas l’intention originelle de Dieu. Dieu exige que tu adores Dieu avec ton cœur, pas seulement que tu te comportes bien. Cependant, tu dois observer les commandements, au moins superficiellement. Graduellement, grâce à l’expérience, après avoir acquis une meilleure compréhension de Dieu, les gens cesseront de se rebeller contre Dieu et de Lui résister, et n’auront plus aucun doute au sujet de Son œuvre. C’est la seule façon pour les hommes de se conformer à l’essence des commandements. Par conséquent, simplement observer les commandements, sans pratiquer la vérité, est inefficace et ne constitue pas une véritable adoration de Dieu, car tu n’as pas encore atteint une vraie stature. Observer les commandements sans la vérité revient à adhérer rigoureusement aux règles. Ce faisant, les commandements deviendraient ta loi, ce qui ne t’aiderait pas à grandir dans la vie. Au contraire, ils deviendraient ton fardeau et te lieraient étroitement, comme la loi de l’Ancien Testament, ce qui te ferait perdre la présence du Saint-Esprit. Par conséquent, ce n’est qu’en pratiquant la vérité que tu peux efficacement observer les commandements, et tu observes les commandements pour pratiquer la vérité. En observant les commandements, tu mettras encore plus de vérités en pratique et, en pratiquant la vérité, tu acquerras une compréhension encore plus profonde de ce que veulent vraiment dire les commandements. Le but et le sens qu’il y a derrière l’exigence de Dieu que l’homme observe les commandements ne servent pas seulement à ce qu’il suive des règles telles qu’il peut l’imaginer ; cela concerne plutôt son entrée dans la vie. L’étendue de ta croissance dans la vie détermine le degré auquel tu seras capable d’observer les commandements. Bien que les commandements doivent être observés par l’homme, l’essence des commandements ne se manifeste que dans l’expérience de vie de l’homme. La plupart des gens supposent que bien observer les commandements signifie qu’ils sont « complètement préparés et que, tout ce qui reste à faire, c’est d’être enlevés ». Il s’agit là d’une sorte d’idée extravagante et non conforme à la volonté de Dieu. Ceux qui disent de telles choses n’ont pas envie de progresser et ils convoitent la chair. C’est un non-sens ! Cela ne correspond pas à la réalité ! Seulement pratiquer la vérité sans véritablement observer les commandements n’est pas la volonté de Dieu. Ceux qui font cela sont des estropiés, semblables à ceux qui ont perdu une jambe. Se limiter à observer les commandements comme on respecte des règles mais sans posséder la vérité, ce n’est pas non plus être capable de satisfaire la volonté de Dieu ; c’est comme ces personnes qui n’ont qu’un œil, les gens qui font cela souffrent également d’une forme de handicap. On peut dire que si tu observes bien les commandements et acquiers une compréhension claire du Dieu concret, alors tu posséderas la vérité ; de manière relative, tu auras acquis une stature réelle. Si tu pratiques la vérité que tu dois pratiquer, tu observeras aussi les commandements, et ces deux choses ne se contredisent pas. Pratiquer la vérité et observer les commandements sont deux systèmes, tous les deux étant des parties intégrantes de l’expérience de vie de quelqu’un. L’expérience de chacun devrait comprendre une intégration, et non une division, du respect des commandements et de la pratique de la vérité. Cependant, il existe à la fois des différences et des liens entre ces deux choses.

Extrait de « Observer les commandements et pratiquer la vérité », dans La Parole apparaît dans la chair

La longue période durant laquelle Dieu a parlé et émis des déclarations a conduit l’homme à penser que lire et mémoriser les paroles de Dieu était sa tâche principale. Personne ne prête attention à la pratique, et vous ne respectez pas même ce que vous devez respecter. Cela a causé beaucoup de difficultés et de problèmes à votre service. Si, avant de mettre les paroles de Dieu en pratique, tu ne t’es pas conformé à ce à quoi tu dois te conformer, alors tu es l’un de ceux qui sont détestés et rejetés par Dieu. En te conformant à ces pratiques, tu dois être sérieux et sincère. Tu ne dois pas les considérer comme des chaînes, mais t’y conformer comme à des commandements. Aujourd’hui, tu ne dois pas te préoccuper des effets à produire ; en bref, c’est ainsi que le Saint-Esprit œuvre, et quiconque commet une offense doit être puni. Le Saint-Esprit est dépourvu d’émotion et ne tient pas compte de ta compréhension actuelle. Si tu offenses Dieu aujourd’hui, alors Il te punira. Si tu L’offenses dans le périmètre de Sa compétence, alors Il ne t’épargnera pas. Il ne Se soucie pas de combien tu es sérieux dans la manière de te conformer aux paroles de Jésus. Si tu enfreins les commandements de Dieu d’aujourd’hui, Il te punira et te condamnera à mort. Comment pourrait-il être acceptable que tu ne te conformes pas à eux ? Tu dois te conformer, même si cela signifie endurer un peu de douleur ! Quels que soient la religion, le secteur, la nation ou la confession dont il est question, à l’avenir, ils devront tous se conformer à ces pratiques. Personne n’est exempté et personne ne sera épargné ! Car elles sont ce que le Saint-Esprit accomplira aujourd’hui et personne ne peut les violer. Bien qu’elles ne soient pas de grandes choses, elles doivent être mises en pratique par chaque personne et elles sont les commandements fixés pour l’homme par Jésus, qui est ressuscité et qui est monté au ciel. Dans « Le chemin… (7) », n’est-il pas dit que la définition de Jésus pour déterminer si tu es juste ou pécheur dépend de ton attitude envers Dieu aujourd’hui ? Personne ne doit négliger ce point. À l’ère de la Loi, des générations de pharisiens croyaient en Dieu, mais avec l’avènement de l’ère de la Grâce, ils n’ont pas connu Jésus et se sont opposés à Lui. C’est ainsi que tout ce qu’ils ont fait n’a abouti à rien et a été vain, et Dieu n’a pas accepté leurs actes. Si tu peux comprendre cela, alors tu ne pècheras pas facilement. Nombreux sont ceux qui se sont peut-être mesurés à Dieu. Quel goût a l’opposition à Dieu ? Est-elle amère ou douce ? Tu dois le comprendre ; ne prétends pas que tu ne le sais pas. Dans leur cœur, peut-être, certaines personnes ne sont pas convaincues. Pourtant, Je te conseille de l’essayer et de voir – voir quelle en est la saveur. Cela empêchera beaucoup de gens d’être toujours suspicieux à ce sujet. Nombreux sont ceux qui lisent les paroles de Dieu, mais s’opposent secrètement à Lui dans leur cœur. Après t’être opposé à Lui comme cela, ne te sens-tu pas comme si un couteau avait été tourné dans ton cœur ? Si ce n’est pas le désaccord dans la famille, c’est l’inconfort physique, ou les afflictions des fils et des filles. Bien que ta chair soit épargnée par la mort, la main de Dieu ne te quittera jamais. Penses-tu que cela pourrait être aussi simple ? En particulier, il est encore plus nécessaire pour la multitude qui est proche de Dieu de se concentrer sur cela. Au fil du temps, tu l’oublieras et, sans t’en rendre compte, tu seras soumis à la tentation et tu ne te soucieras de rien, et ce sera le début de ton péché. Cela te semble-t-il insignifiant ? Si tu peux bien faire cela, alors tu as la possibilité d’être rendu parfait, de venir devant Dieu et de recevoir Sa direction de Sa propre bouche. Si tu ne fais pas attention, alors tu auras des ennuis : tu défieras Dieu, tes paroles et tes actions seront dissolues et, tôt ou tard, tu seras emporté par de grands vents et de puissantes vagues. Chacun de vous doit prendre note de ces commandements. Si tu les enfreins, alors, même si l’homme auquel Dieu rend témoignage ne te condamne pas, l’Esprit de Dieu n’en aura pas fini avec toi, et Il ne t’épargnera pas. Peux-tu supporter les conséquences de ton offense ? Ainsi, peu importe ce que Dieu dit, tu dois mettre Ses paroles en pratique, et tu dois t’y conformer par tous les moyens possibles. Ce n’est pas chose facile !

Extrait de « Les commandements de la nouvelle ère », dans La Parole apparaît dans la chair

Si tu ne comprends pas le tempérament de Dieu, alors il te sera impossible de faire le travail que tu devrais faire pour Lui. Si tu ne connais pas l’essence de Dieu, alors il te sera impossible d’avoir une révérence et de la crainte envers Lui ; à la place il y aura seulement une complaisance et une prévarication négligentes et, de plus, un blasphème incorrigible. Bien que la compréhension du tempérament de Dieu soit en effet importante et que la connaissance de l’essence de Dieu ne doive pas être négligée, personne n’a jamais vraiment examiné méticuleusement ou approfondi ces questions. Il est clair que vous avez tous rejeté les décrets administratifs que J’ai édictés. Si vous ne comprenez pas le tempérament de Dieu, alors vous risquez fort d’offenser Son tempérament. Offenser Son tempérament équivaut à provoquer la colère de Dieu Lui-même et, dans ce cas, le fruit ultime de tes actions sera une violation des décrets administratifs. Maintenant, tu devrais savoir que lorsque tu comprends l’essence de Dieu, tu peux également comprendre Son tempérament, et lorsque tu comprends Son tempérament, tu comprends aussi les décrets administratifs. Il va sans dire qu’une grande partie des décrets administratifs concernent le tempérament de Dieu, mais Son tempérament n’est pas entièrement exprimé en eux. Par conséquent, vous devez faire un pas de plus dans l’approfondissement de votre compréhension du tempérament de Dieu.

Extrait de « Il est très important de comprendre le tempérament de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Chaque phrase que J’ai prononcée contient le tempérament de Dieu en elle. Vous feriez bien de réfléchir attentivement à Mes paroles et vous en tirerez certainement grand profit. L’essence de Dieu est très difficile à saisir, mais J’ai confiance que vous ayez tous au moins une quelconque idée du tempérament de Dieu. J’espère alors que vous Me montrerez ce qui n’offense pas le tempérament de Dieu, et que vous le mettrez davantage en action. Alors Je serai rassuré. Par exemple, garde Dieu dans ton cœur en tout temps. Quand tu agis, que ce soit selon Ses paroles. Cherche Ses intentions en toutes choses, et abstiens-toi de faire ce qui ne respecte pas et déshonore Dieu. Encore moins devrais-tu reléguer Dieu au fond de ton esprit pour combler le vide futur dans ton cœur. Si tu fais cela, tu auras offensé le tempérament de Dieu. À nouveau, supposons que tu ne fasses jamais de remarques ou de plaintes blasphématoires contre Dieu pendant toute ta vie et, à nouveau, supposons que tu sois capable de t’acquitter correctement de tout ce qu’Il t’a confié et aussi de te soumettre à toutes Ses paroles pendant toute ta vie, alors tu auras évité de transgresser les décrets administratifs. Par exemple, si tu as déjà dit : « Pourquoi est-ce que je ne pense pas qu’Il soit Dieu ? », « Je pense que ces paroles ne sont rien de plus qu’un éclairage du Saint-Esprit », « À mon avis, tout ce que Dieu fait n’est pas nécessairement juste », « L’humanité de Dieu n’est pas supérieure à la mienne », « Les paroles de Dieu ne sont tout simplement pas crédibles », ou si tu as tenu d’autres remarques de jugement de ce genre, alors Je t’exhorte à confesser tes péchés et à te repentir plus souvent. Sinon, tu n’auras jamais la chance d’être pardonné, car tu n’offenses pas un homme, mais Dieu Lui-même. Tu peux croire que tu juges un homme, mais l’Esprit de Dieu ne le considère pas de cette façon. Ton manque de respect envers Sa chair équivaut à Lui manquer de respect. Cela étant ainsi, n’as-tu pas offensé le tempérament de Dieu ? Tu dois te rappeler que tout ce qui est fait par l’Esprit de Dieu est fait afin de protéger Son œuvre dans la chair et afin que cette œuvre soit bien faite. Si tu le négliges, alors Je dis que tu es quelqu’un qui ne pourra jamais réussir à croire en Dieu, car tu as provoqué la colère de Dieu, et alors Il utilisera une punition appropriée pour te donner une leçon.

Parvenir à connaître l’essence de Dieu n’est pas une mince affaire. Tu dois comprendre Son tempérament. De cette façon, tu parviendras progressivement et inconsciemment à connaître l’essence de Dieu. Lorsque tu seras entré dans cette connaissance, tu verras que tu auras atteint un état plus élevé et plus beau. À la fin, tu commenceras à avoir honte de ton âme hideuse et, en outre, tu sentiras qu’il n’y a nulle part où te cacher de ta honte. À ce moment-là, ta conduite sera de moins en moins portée à offenser le tempérament de Dieu, ton cœur se rapprochera de plus en plus de celui de Dieu et un amour pour Lui grandira graduellement dans ton cœur. C’est un signe que l’humanité entre dans un bel état. Mais pour l’instant, vous ne l’avez pas atteint. Alors que vous vous agitez en tous sens pour votre destinée, qui est intéressé à essayer de connaître l’essence de Dieu ? Si cela continue, vous transgresserez inconsciemment les décrets administratifs, car vous connaissez beaucoup trop peu le tempérament de Dieu. Alors, ce que vous faites maintenant, n’est-ce pas d’établir un fondement pour vos offenses contre le tempérament de Dieu ? Que Je vous demande de comprendre le tempérament de Dieu n’est pas en désaccord avec Mon œuvre. Car si vous transgressez souvent les décrets administratifs, qui parmi vous échappera à la punition ? Mon œuvre n’aura-t-elle pas alors été complètement vaine ? Par conséquent, Je demande toujours qu’en plus d’examiner votre propre conduite, vous soyez prudents dans votre démarche. C’est Mon exigence plus élevée envers vous, et J’espère que vous la considérerez tous avec soin et lui prêterez votre attention sincère. Si un jour vient où vos actions provoqueront Ma rage colossale, alors vous serez les seuls à en subir les conséquences, et il n’y aura personne d’autre pour endurer la punition à votre place.

Extrait de « Il est très important de comprendre le tempérament de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Chaque personne, au cours de sa vie de foi en Dieu, a fait des choses qui résistent à Dieu et trompent Dieu. Certains méfaits n’ont pas besoin d’être considérés comme une offense, mais certains sont impardonnables ; car il y a beaucoup de faits qui violent les décrets administratifs, qui offensent le tempérament de Dieu. Plusieurs qui sont préoccupés par leur propre destin peuvent demander quels sont ces actes. Vous devriez savoir que vous êtes arrogants et hautains par nature et ne voulez pas vous soumettre aux faits. Pour cette raison, Je vous l’annoncerai petit à petit après que vous aurez réfléchi sur vous-mêmes. Je vous exhorte à obtenir une meilleure compréhension du contenu des décrets administratifs et à faire un effort pour connaître le tempérament de Dieu. Autrement, vous aurez du mal à garder vos lèvres scellées, vos langues se livreront trop librement à des discours prétentieux, et vous offenserez involontairement le tempérament de Dieu et sombrerez dans les ténèbres, perdant la présence du Saint-Esprit et la lumière. Comme vous êtes sans principes quand vous agissez, comme tu fais et dis ce que tu ne devrais pas, tu recevras des représailles appropriées. Tu devrais savoir que même si tu es sans principes en paroles et en actes, Dieu a d’excellents principes pour les deux. La raison pour laquelle tu reçois des représailles, c’est parce que tu as offensé Dieu, pas une personne. Si, dans ta vie, tu commets de nombreuses offenses contre le tempérament de Dieu, alors tu deviendras forcément un enfant de l’enfer. À l’homme, il peut sembler que tu aies seulement commis quelques actes qui ne correspondent pas à la vérité, et rien de plus. Es-tu conscient, cependant, qu’aux yeux de Dieu, tu es déjà quelqu’un pour qui il n’y a plus de sacrifice d’expiation ? Parce que tu as plus d’une fois violé les décrets administratifs de Dieu et, en plus, tu n’as manifesté aucun signe de repentance, il n’y a pas d’autre recours pour toi que de sombrer en enfer où Dieu punit l’homme. Un petit nombre d’hommes, en suivant Dieu, ont commis des actes qui violaient des principes, mais après avoir été traités et guidés, ils ont graduellement découvert leur propre corruption, sont ensuite entrés dans la bonne voie de la réalité et ils restent bien solides aujourd’hui. De tels hommes sont ceux qui resteront à la fin. Néanmoins, c’est l’honnête que je cherche ; si tu es un homme honnête et quelqu’un qui agit selon des principes, alors tu peux être un confident de Dieu. Si, dans tes actions, tu n’offenses pas le tempérament de Dieu, cherches la volonté de Dieu et as un cœur de vénération envers Dieu, alors ta foi est à la hauteur de la norme. Quiconque ne vénère pas Dieu et n’a pas un cœur qui tremble de peur violera très probablement les décrets administratifs de Dieu. Plusieurs servent Dieu grâce à leur passion, mais n’ont aucune compréhension des décrets administratifs de Dieu, encore moins aucune idée des implications de Ses paroles. Et ainsi, avec leurs bonnes intentions, ils finissent souvent par faire des choses qui perturbent la gestion de Dieu. Dans les cas graves, ils sont jetés dehors, privés de toute autre chance de Le suivre et sont jetés en enfer, coupés de toute association avec la maison de Dieu. Ces gens travaillent dans la maison de Dieu grâce à leurs bonnes intentions ignorantes et finissent par mettre le tempérament de Dieu en colère. Les gens apportent à la maison de Dieu leurs manières de servir les responsables et les seigneurs et essayent de les mettre en service, pensant vainement qu’elles peuvent être appliquées là avec une telle aisance. Jamais ils n’imaginent que Dieu n’a pas le tempérament d’un agneau, mais celui d’un lion. Par conséquent, ceux qui s’associent à Dieu pour la première fois sont incapables de communiquer avec Lui, car le cœur de Dieu est différent de celui de l’homme. C’est seulement après avoir compris beaucoup de vérités que tu peux continuellement parvenir à connaître Dieu. Cette connaissance n’est pas composée de paroles ou de doctrines, mais peut être utilisée comme un trésor au moyen duquel tu entres en confiance étroite avec Dieu, et comme preuve qu’Il prend plaisir en toi. Si tu manques de la réalité de la connaissance et n’es pas équipé de la vérité, alors ton service passionné ne peut que t’attirer la haine et l’horreur de Dieu. À présent, tu devrais avoir compris que la croyance en Dieu n’est pas une simple étude en théologie !

Extrait de « Trois admonitions », dans La Parole apparaît dans la chair

Note de bas de bage:

a. Le texte original ne comporte pas le mot « l’Éternel ».

Précédent: 159. Principes pour se soumettre à l’orchestration et aux arrangements de Dieu

Suivant: 161. Principes pour obéir à l’homme utilisé par le Saint-Esprit

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre