66. Principes concernant la réaffectation de dirigeants ou de collaborateurs

(1) Tout dirigeant ou collaborateur qui est incapable d’accomplir un travail concret ou de résoudre des problèmes pratiques doit être rapidement réaffecté et remplacé.

(2) Tout faux dirigeant ou collaborateur qui n’accepte pas la vérité, ne possède pas l’œuvre du Saint-Esprit et ne peut pas accomplir un travail concret doit être remplacé, et des arrangements doivent être faits pour lui ailleurs.

(3) Un dirigeant ou un collaborateur dont le travail n’est pas adapté (à savoir que ses compétences sont trop grandes ou trop faibles pour une tâche donnée) doit être réaffecté comme il convient, à la lumière de sa stature et de ses points forts.

(4) Une fois que le travail d’un dirigeant ou d’un collaborateur a été défini, il doit faire l’objet d’une inspection, d’un examen et d’une supervision. Si l’on constate que son affectation ne convient pas, il doit être réaffecté de manière adéquate.

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Les dirigeants et les ouvriers qui sont incapables d’accomplir un travail pratique doivent tous voir leur rôle ajusté. Certains d’entre eux doivent être rétrogradés tandis que d’autres doivent peut-être se voir confier des devoirs plus appropriés afin que l’on puisse les remplacer par les bonnes personnes. Voilà en quoi consiste l’ajustement du rôle des dirigeants et des ouvriers. La maison de Dieu ne choisit pas et ne nomme pas les gens selon des règles. Les fonctions pour lesquelles une personne est choisie ne sont pas nécessairement permanentes, et il est vain de choisir quelqu’un pour un rôle qu’il n’est pas capable d’endosser. Le véritable objectif est de leur permettre d’accomplir la tâche pour laquelle ils ont été choisis. Si la personne retenue ne convient pas, il faut se tourner vers quelqu’un d’autre et faire des ajustements. Comme la majorité des élus de Dieu ne comprennent pas réellement la vérité, il est tout simplement préférable et plus équitable que la plupart des gens soient élus au lieu d’être promus à la discrétion des dirigeants et des ouvriers, à quelque niveau que ce soit. C’est la seule différence. Si, à chaque niveau, on permet aux dirigeants et aux ouvriers de promouvoir des gens à leur discrétion, la proportion de ceux qui conviennent sera encore plus faible (soixante ou soixante-dix pour cent, tout au plus). Si les dirigeants et les ouvriers sont élus démocratiquement, peut-être que soixante-dix à quatre-vingts pour cent d’entre eux seraient qualifiés. Cela ne veut toutefois pas dire que les personnes élues sont les bonnes et qu’elles sont conformes à la volonté de Dieu. Pourquoi cela ? D’abord, la majeure partie des élus de Dieu ont une stature limitée. Ensuite, ils ne comprennent pas encore la vérité. Par ailleurs, les frères et les sœurs ne sont pas en contact en dehors de la vie l’Église et ne passent pas suffisamment de temps ensemble pour se faire une opinion claire sur la majeure partie d’entre eux. Par conséquent, les personnes choisies ne conviennent pas nécessairement à cent pour cent : c’est le cas pour la plupart, mais pas pour d’autres. Enfin, les gens agissent différemment lorsqu’ils accèdent à une certaine position. Quand certaines personnes accèdent à une position plus élevée, elles voient leur nature, leur substance, leur manière de faire, le chemin qu’elles empruntent et leur façon de traiter les autres exposés au grand jour. Avant d’accéder à cette position, ces caractéristiques ne se manifestaient pas. Comme on n’exigeait pas de ces personnes qu’elles accomplissent un tel travail, ces attributs restaient cachés, tandis qu’elles restaient muettes, sans se mêler des affaires d’une fonction qui n’était pas la leur. Par conséquent, la majeure partie des personnes élues ne sont pas nécessairement qualifiées. Si on découvre qu’elles sont incapables d’accomplir le moindre travail pratique, il faut les remplacer et se débarrasser d’elles, et d’autres doivent être élues.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Pourquoi les dirigeants et les ouvriers à tous les niveaux sont-ils constamment ajustés dans la maison de Dieu ? Quel est l’objectif recherché ? C’est une tâche nécessaire permettant de garantir que les élus de Dieu pourront être sauvés par Lui. Ses élus peuvent-ils être sauvés si les dirigeants et les ouvriers ne sont pas correctement ajustés ? Si un faux ouvrier ou un faux apôtre endosse le rôle d’un dirigeant ou d’un ouvrier, cela n’entraînera-t-il pas la souffrance de Ses élus ? Il n’y a pas qu’une seule personne qui sera ralentie ou prise au piège, ni que les dirigeants et les ouvriers eux-mêmes. Ce sont avant tout les élus de Dieu d’une région entière qui seront ralentis et pris au piège. Si un dirigeant d’Église n’est pas bien choisi, cela peut ralentir trois cents, cinq cents et jusqu’à sept ou huit cents personnes. Si le dirigeant d’une région pastorale n’est pas bien choisi, cela retardera l’entrée dans la vie de centaines de milliers de personnes. C’est une grave conséquence ! Si les dirigeants et les ouvriers ne sont pas correctement ajustés, de nombreux élus de Dieu seront ralentis et détruits. Ainsi, il est crucial d’ajuster les dirigeants et les ouvriers.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Pour ce qui est des dirigeants et collaborateurs qui n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit, ils doivent être remplacés dès que possible, afin d’éviter d’entraîner des pertes dans l’entrée dans la vie des élus de Dieu. En effet, ceux qui n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit sont des gens que Dieu a déjà révélés et éliminés, et si quelqu’un continue de les retenir, cela crée des interruptions de l’œuvre de Dieu. En outre, c’est une façon de faire les choses qui défie Dieu. Les dirigeants et collaborateurs qui n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit sont sans aucun doute de faux dirigeants et de faux collaborateurs. Quel que soit leur niveau, s’il s’avère qu’ils n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit, ils doivent être immédiatement remplacés et absolument pas maintenus à leur poste, quelle que soit la qualité de leur humanité. Ceux qui n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit sont ceux dont Dieu a déjà révélé qu’ils devaient être remplacés. Persister à utiliser des personnes dont Dieu n’a que faire, n’est-ce pas être hostile à Dieu ? Bien sûr, les personnes qui n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit ne sont pas toutes dans la même situation, mais il est certain que la plupart d’entre elles ne poursuivent pas la vérité et n’ont pas une bonne humanité. Il y a aussi une minorité constituée de personnes de trop faible calibre, qui n’ont aucune aptitude à travailler ou dont l’expérience est superficielle et qui ne comprennent pas la vérité. Elles travaillent toujours en se fiant à leurs notions et imaginations et elles interrompent souvent le travail de la maison de Dieu, si bien que le Saint-Esprit n’œuvre pas en elles. Quelle que soit la situation, tous ceux qui n'ont pas l’œuvre du Saint-Esprit doivent être remplacés. C’est absolu et personne ne peut aller contre.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Pour savoir si un dirigeant doit être conservé, le plus important est d’évaluer ses performances dans le travail qui lui a été confié. S’il manque d’efficacité dans la mise en œuvre du travail qui lui a été confié, même s’il se comporte bien et qu’il fait bonne impression auprès des autres, rien ne sert de le conserver. Cependant, s’il excelle dans l’accomplissement du travail qui lui a été confié mais qu’il a eu quelques problèmes de comportement et a transgressé quelques règles, on ne doit pas en faire une question de principe : il faut le conserver malgré tout. Peut-on considérer comme qualifié pour servir un dirigeant qui accueillerait les paroles de Dieu de façon biaisée, ne parlerait que de lettres et de doctrines lors de ses échanges et dont les frères et les sœurs ne feraient aucun progrès dans leur entrée dans la vie, ni dans leur compréhension de la parole de Dieu, après un an sous sa direction ? Un tel dirigeant doit être remplacé, quelle que soit sa popularité et en dépit de l’enthousiasme qu’il affiche ou de sa quête apparente. Une fois remplacé, il peut se voir confier un autre rôle. Il se peut que la direction ne lui convienne pas, mais qu’il soit plus adapté à une fonction professionnelle ou à d’autres types de fonctions. On peut alors prévoir de l’employer à ce genre de devoirs. Voilà le principe quand on est nommé dans la maison de Dieu. Chacun a ses propres capacités qui sont uniques, mais aussi ses forces et ses faiblesses. Dans la maison de Dieu, les gens se voient confier un travail en fonction de leurs forces et de ce qui leur est le plus adapté, afin de donner à chacun l’occasion de jouer son rôle précis de façon appropriée.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

L’ajustement et le remplacement de qui que ce soit doit reposer sur les principes suivants : il faut vérifier qu’il recherche la vérité et s’assurer de la nature de son humanité. On connaît l’essentiel du calibre et du caractère de quelqu’un qui accomplirait son devoir depuis six mois ou un an. Si son humanité est médiocre, cela veut dire qu’il n’aime pas la vérité, ne parvient pas à se rapprocher d’elle, a un faible calibre et n’a pas réussi à accomplir ses devoirs correctement. La nature de cette personne est alors établie : elle est ainsi et doit donc être ajustée ou remplacée... Quand est-il temps de séparer le bon grain de l’ivraie pour se débarrasser de celle-ci ? Quand le blé est mûr. Les élus de Dieu sont clairvoyants et capables d’identifier ceux qui recherchent la vérité, ceux qui ne le font pas et ceux qui ne s’en rapprochent pas. Ils parviennent à repérer ceux qui sont invariablement négligents, creux et désinvoltes dans l’accomplissement de leurs devoirs. Ils savent aussi distinguer ceux qui sont adaptés au devoir qu’ils accomplissent de ceux qui ne le sont pas. Toutes ces choses se voient aussi facilement que le nez au milieu de la figure. Donc, quand ce moment est venu, est-il raisonnable de se séparer de ceux qui ne conviennent pas ou de prévoir autre chose pour eux ? Oui, parce que le contexte l’exige. De plus, il existe un autre principe pour juger la nécessité d’ajuster ou de remplacer le personnel : il faut étudier son calibre et sa capacité à accomplir son travail. Par exemple, il se peut qu’un devoir en particulier doive être accompli par quelqu’un doté de calibre et d’humanité. Si quelqu’un possède un certain calibre, alors il peut, même si son tempérament est corrompu, réaliser le devoir en question sans que cela pose problème tant qu’il a pu se repentir après avoir été émondé et traité. Si son calibre ne lui permet pas d’accomplir son devoir, il est inutile que les autres l’aident et il doit être ajusté. Si quelqu’un recherche la vérité et possède une humanité, mais manque de compétence dans le domaine professionnel, lui confier ce devoir ne serait pas approprié, même s’il s’agit de la bonne personne, et elle doit être ajustée. Par conséquent, les ajustements doivent être faits en fonction de l’adéquation entre les devoirs à accomplir et celui qui en a la charge, c’est-à-dire que les devoirs pour lesquels il est certain qu’il sera efficace sont précisément ceux qu’il doit accomplir. Les personnes qui possèdent peu d’humanité, qui ne font pas les choses sérieusement et qui sont invariablement négligentes, creuses et inefficaces dans l’accomplissement de leurs devoirs doivent être remplacées, ce qui signifie qu’elles doivent être chassées. À l’avenir, elles ne seront plus concernées par l’accomplissement des devoirs. Certains demandent : « N’y a-t-il pas des gens que l’on pourrait aider et observer ? » Il est possible que, grâce à l’aide et à l’observation des autres, une personne gagne en efficacité, mais tout dépend du temps qu’elle a consacré à l’accomplissement de son devoir. Il est acceptable de lui proposer une aider supplémentaire si elle y a consacré environ six mois, qu’elle s’avance encore vers la vérité, que son cœur est ouvert au repentir et qu’elle parvient à trouver la raison de son échec en étant émondée et traitée et qu’en plus, elle a un chemin sur lequel pratiquer. Avec le temps, elle pourra accomplir efficacement ses devoirs. En revanche, il ne sert à rien de l’aider et de l’observer davantage si elle est invariablement désinvolte et creuse dans son devoir, refusant de corriger ses erreurs après plusieurs remontrances, qu’elle ne fait pas attention et s’obstine quoi qu’on lui dise, qu’elle n’accepte jamais la vérité et qu’elle se contente de se débrouiller tant bien que mal. Tels sont les principes d’ajustement et de remplacement.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

En modifiant la direction à tous les niveaux, les principaux objectifs d’élimination sont : ceux en qui travaillent les mauvais esprits ; ceux dont l’humanité est mauvaise ; les gens trompeurs ; les gens absurdes ; ceux qui se concentrent uniquement sur le sens littéral des mots, mais ne comprennent pas l’esprit ; ceux qui sont incapables de discerner ; ceux qui sont incapables d’accomplir du travail pratique ; ceux qui sont incapables d’abreuver et de subvenir aux besoins des élus de Dieu ; ceux dont le travail ne peut convaincre les élus de Dieu ou être approuvé par eux ; ceux qui ont toujours des conceptions concernant Dieu et l’homme qui est utilisé par le Saint-Esprit. Tous ces gens doivent être complètement éliminés et ils ne doivent jamais être utilisés comme dirigeants à quelque niveau que ce soit. Les gens que la maison de Dieu sélectionne doivent obtenir des résultats dans le travail qu’ils accomplissent et doivent être manifestement des ouvriers acharnés pour être promus et utilisés. Tous ceux qui n’ont pas été approuvés par les élus de Dieu, qui ne peuvent accomplir du travail pratique ou dont l’efficacité au travail est trop mauvaise, qui ont des postes, mais sont incapables d’accomplir du travail pratique, ou sont des parasites qui ne convoitent que le statut, ils doivent tous être éliminés, chacun d’entre eux. Cette politique correspond tout à fait à la volonté de Dieu et est critique pour que les élus de Dieu s’engagent sur la bonne voie consistant à croire en Dieu.

Pourquoi la maison de Dieu doit-elle remplacer tous ceux qui ont toujours des conceptions concernant Dieu et l’homme qui est utilisé par le Saint-Esprit, qui n’ont pas une réelle obéissance ? Nous devons avoir une compréhension à ce sujet. Ceux qui ont cru en Dieu pendant plus de cinq ans, mais qui ont encore des conceptions concernant Dieu et l’homme qui est utilisé par le Saint-Esprit ne sont certainement pas des gens qui poursuivent la vérité. Si ces gens deviennent des dirigeants à n’importe quel niveau, ils deviendront certainement des antéchrists, des serviteurs et des complices de Satan. Par conséquent, ils doivent tous être éliminés, chacun d’entre eux. La maison de Dieu ne permettra absolument pas aux ennemis de Christ et de l’homme qui est utilisé par le Saint-Esprit de conduire les élus de Dieu. Si certains utilisent ceux qui sont détestés par Christ et par l’homme qui est utilisé par le Saint-Esprit comme dirigeants, alors ils sont aussi des ennemis de Dieu aussi bien que des ennemis des élus de Dieu. Ceux qui sont utilisés par la maison de Dieu doivent avoir le même esprit que Dieu, ils doivent être des gens qui s’accordent étroitement avec le travail de la maison de Dieu, ils doivent être des gens qui sont loyaux à Christ et qui obéissent à Christ. Autrement, ils ne méritent pas d’être utilisés par Dieu. Ceux qui mangent et boivent les paroles de Dieu, qui jouissent de la grâce de Dieu, qui ne témoignent pas de Christ, mais qui à la place témoignent d’eux-mêmes, qui cherchent le pouvoir et le statut sont tous des racailles. Ils n’ont ni conscience ni rationalité, ils sont tous des antéchrists, ils ne sont pas aptes à servir Dieu et ils doivent être éliminés. Par conséquent, la maison de Dieu exige que les dirigeants de tous les niveaux doivent être ceux qui se soumettent absolument à Dieu, ils doivent poursuivre la vérité et être capables d’aimer Dieu dans leur cœur, et ils doivent bien s’accorder avec le travail de la maison de Dieu. S’ils ne possèdent pas ces exigences, ils ne peuvent absolument pas être utilisés. Ceux qui accomplissent leurs devoirs et servent Dieu, mais qui n’ont pas le même esprit que Dieu et qui, au lieu de cela, simplement gèrent leurs propres affaires et accomplissent du travail pour maintenir leur propre statut et leur propre pouvoir, ces gens-là ne sont-ils pas les antéchrists ? Tous ceux qui n’exaltent pas Christ et ne Lui rendent pas témoignage, mais témoignent d’eux-mêmes et se mettent en valeur sont tous des ennemis de Christ ; tous ceux qui, dans leur échange et leurs sermons, ne parlent pas de comprendre leur propre essence corrompue, ne parlent pas de la façon dont ils expérimentent les paroles de Dieu et entrent dans la réalité sont tous des gens qui trompent les élus de Dieu et ils sont les ennemis des élus de Dieu ; tous ceux qui ont accompli du travail pendant plusieurs années sans aider les élus de Dieu à connaitre Christ et à se soumettre à Christ, qui sont incapables d’aider les élus de Dieu à entrer dans la vérité des paroles de Dieu sont tous des gens qui servent Dieu, mais s’opposent à Dieu ; ils sont tous détestés et méprisés par Dieu. Tous ces gens sont des parasites qui profitent de la maison de Dieu. Ils convoitent le statut, mais n’accomplissent pas de travail pratique, ils sont tous de mauvais serviteurs qui n’ont ni conscience ni rationalité et qui sont égoïstes, méprisables, effrontés et éhontés.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Précédent: 65. Principes pour assumer ses responsabilités et démissionner

Suivant: 67. Principes concernant le renvoi de dirigeants ou de collaborateurs

Contenu connexe

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre