48. Principes du véritable repentir

(1) Acceptez le jugement et le châtiment de Dieu et soumettez-vous à eux. Venez-en à voir la vérité de votre corruption, purifiez votre tempérament corrompu et vivez avec une ressemblance humaine ;

(2) Quand vous avez commis une transgression, montrez-vous capable de vous connaître vous-même par introspection, de chercher la vérité et d’agir selon les principes. Opérez un véritable changement en vous et devenez ainsi quelqu’un qui se soumet vraiment à Dieu ;

(3) Parvenez à pratiquer et à vivre les paroles de Dieu, débarrassez-vous du mensonge et de la dissimulation, ne mentez plus et ne trompez plus ; à la place, faites bien votre devoir par loyauté et devenez une personne honnête ;

(4) Faites l’expérience du jugement, du châtiment, des épreuves et de l’épurement de Dieu, et parvenez à connaître Son tempérament juste. Soyez capable de Le craindre, de fuir le mal et de vivre devant Lui.

Paroles de Dieu concernées :

Tout le monde s’est opposé à Dieu à un moment donné et que tout le monde s’est rebellé contre Dieu à un moment donné. Cependant, si tu obéis volontiers au Dieu incarné et si désormais tu satisfais le cœur de Dieu par ta loyauté, si tu pratiques la vérité que tu devrais pratiquer, si tu fais ton devoir comme tu devrais, et observes les règlements que tu devrais, alors tu es prêt à rejeter ta rébellion pour satisfaire Dieu et tu peux être perfectionné par Dieu. Si tu refuses obstinément de reconnaître tes erreurs et que tu n’as aucune intention de te repentir ; si tu persistes dans ta conduite rebelle sans la moindre intention de coopérer avec Dieu et de Le satisfaire, alors une telle personne obstinée et incorrigible comme toi sera certainement punie et ne sera certainement jamais perfectionnée par Dieu. Cela étant, tu es l’ennemi de Dieu aujourd’hui, et demain aussi tu seras l’ennemi de Dieu, et donc tu resteras l’ennemi de Dieu le jour suivant ; tu seras toujours un adversaire de Dieu et l’ennemi de Dieu. Dans ce cas, comment Dieu pourrait-Il t’acquitter ? C’est dans la nature de l’homme de s’opposer à Dieu, mais l’homme ne doit pas chercher délibérément les « secrets » de l’opposition à Dieu seulement parce que changer sa nature est une tâche insurmontable. Si tel était le cas, alors tu ferais mieux de partir avant qu’il ne soit trop tard, de peur que ton châtiment ne devienne plus sévère dans l’avenir et de peur que ta nature bestiale n’éclate et devienne incontrôlable jusqu’à ce que ton corps charnel soit anéanti par Dieu à la fin. Tu crois en Dieu afin de recevoir des bénédictions ; mais, à la fin, s’il ne t’arrivait que des malheurs, ne serait-ce pas honteux. Je vous exhorte ; vous feriez mieux d’établir un autre plan. Tout ce que vous pouvez faire serait mieux que de croire en Dieu. Certes, il est impossible qu’il n’y ait qu’un seul chemin. Est-ce que vous ne continueriez pas à survivre si vous ne cherchiez pas la vérité ? Pourquoi devez-vous être en désaccord avec Dieu de cette manière ?

Extrait de « Tous les gens qui ne connaissent pas Dieu sont des gens qui s’opposent à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Chaque personne, au cours de sa vie de foi en Dieu, a fait des choses qui résistent à Dieu et trompent Dieu. Certains méfaits n’ont pas besoin d’être considérés comme une offense, mais certains sont impardonnables ; car il y a beaucoup de faits qui violent les décrets administratifs, qui offensent le tempérament de Dieu. Plusieurs qui sont préoccupés par leur propre destin peuvent demander quels sont ces actes. Vous devriez savoir que vous êtes arrogants et hautains par nature et ne voulez pas vous soumettre aux faits. Pour cette raison, Je vous l’annoncerai petit à petit après que vous aurez réfléchi sur vous-mêmes. Je vous exhorte à obtenir une meilleure compréhension du contenu des décrets administratifs et à faire un effort pour connaître le tempérament de Dieu. Autrement, vous aurez du mal à garder vos lèvres scellées, vos langues se livreront trop librement à des discours prétentieux, et vous offenserez involontairement le tempérament de Dieu et sombrerez dans les ténèbres, perdant la présence du Saint-Esprit et la lumière. Comme vous êtes sans principes quand vous agissez, comme tu fais et dis ce que tu ne devrais pas, tu recevras des représailles appropriées. Tu devrais savoir que même si tu es sans principes en paroles et en actes, Dieu a d’excellents principes pour les deux. La raison pour laquelle tu reçois des représailles, c’est parce que tu as offensé Dieu, pas une personne. Si, dans ta vie, tu commets de nombreuses offenses contre le tempérament de Dieu, alors tu deviendras forcément un enfant de l’enfer. À l’homme, il peut sembler que tu aies seulement commis quelques actes qui ne correspondent pas à la vérité, et rien de plus. Es-tu conscient, cependant, qu’aux yeux de Dieu, tu es déjà quelqu’un pour qui il n’y a plus de sacrifice d’expiation ? Parce que tu as plus d’une fois violé les décrets administratifs de Dieu et, en plus, tu n’as manifesté aucun signe de repentance, il n’y a pas d’autre recours pour toi que de sombrer en enfer où Dieu punit l’homme.

Extrait de « Trois admonitions », dans La Parole apparaît dans la chair

Pendant longtemps, les gens qui croient en Dieu ont tous espéré sincèrement recevoir une belle destination, et tous les gens qui croient en Dieu espèrent que la chance leur sourira soudain. Ils espèrent tous qu’en un clin d’œil, ils se retrouveront paisiblement assis à une place ou une autre du ciel. Mais Je dis que ces gens, avec leurs belles pensées, n’ont jamais su s’ils étaient qualifiés pour recevoir cette chance qui tombe du ciel ou s’asseoir sur un siège là-haut. À l’heure actuelle, vous avez une bonne connaissance de vous-mêmes, mais vous espérez toujours échapper aux catastrophes des derniers jours et à la main du Tout-Puissant quand Il punira les méchants. Il semble qu’avoir de beaux rêves et vouloir que les choses se passent comme ils le souhaitent soient des traits communs à tous les gens que Satan a corrompus, et non le trait de génie d’un seul individu. Néanmoins, Je veux quand même mettre fin à vos désirs extravagants et à votre avidité de gagner des bénédictions. Puisque vos transgressions sont nombreuses et que la réalité de votre rébellion augmente sans cesse, comment les réconciliez-vous avec vos beaux plans d’avenir ? Si tu veux continuer sur la voie du mal comme bon te semble, sans te retenir aucunement, mais qu’en même temps, tu veux toujours que tes rêves se réalisent, alors Je t’exhorte à rester dans ta stupeur et à ne jamais te réveiller, car ton rêve est vain et, en la présence du Dieu juste, Il ne fera pas d’exception pour toi. Si tu tiens simplement à ce que tes rêves se réalisent, alors ne rêve jamais, mais fais toujours face à la vérité et aux faits. C’est ton seul moyen d’être sauvé. Quelles sont les étapes de cette méthode en termes concrets ?

Premièrement, procède à un examen de toutes tes transgressions, et dissèque tous tes comportements et toutes tes pensées qui ne sont pas conformes à la vérité.

C’est une chose que vous pouvez facilement accomplir, et Je crois que tous les gens sensés sont capables de le faire. Cependant, les personnes qui ne savent jamais ce qu’on entend par la transgression et la vérité sont l’exception parce que, fondamentalement, elles ne sont pas des personnes sensées. Je parle à des gens qui ont été approuvés par Dieu, qui sont honnêtes, qui n’ont pas gravement violé les décrets administratifs et qui peuvent facilement discerner leurs propres transgressions. Même si c’est une chose que J’exige de vous et qu’il vous est facile d’accomplir, ce n’est pas la seule chose que J’exige de vous. Quoi qu’il en soit, J’espère que vous ne rirez pas de cette exigence en privé, et surtout que vous ne la regarderez pas de haut ou ne la prendrez pas à la légère. Traitez-la sérieusement et ne la négligez pas.

Deuxièmement, pour chacune de tes transgressions et de tes désobéissances, cherche une vérité correspondante et utilise ces vérités pour résoudre ces problèmes. Ensuite, remplace tes actes de transgression, tes pensées et tes actions de désobéissance par la pratique de la vérité.

Troisièmement, sois une personne honnête, et non quelqu’un qui est toujours astucieux, toujours trompeur. (Ici, Je vous demande encore une fois d’être des personnes honnêtes.)

Si tu peux accomplir ces trois choses, alors tu es chanceux, tu es une personne dont les rêves se réalisent et à qui la fortune sourit. Peut-être prendrez-vous ces trois exigences désagréables au sérieux, ou peut-être les traiterez-vous de manière irresponsable. Quoi qu’il en soit, Mon but est de réaliser vos rêves, de mettre vos idéaux en pratique, et non pas de Me moquer de vous ou de vous ridiculiser.

Extrait de « Les transgressions conduiront l’homme en enfer », dans La Parole apparaît dans la chair

Le fait est que, dans une plus ou moins grande mesure, tout le monde a péché. Lorsque tu ignores que quelque chose est une transgression, tu restes dans le trouble, ou peut-être que tu continues à te raccrocher à tes opinions, tes pratiques et tes manières de comprendre. Mais, un jour, que ce soit en concertation avec tes frères et sœurs ou par la révélation de Dieu, tu apprendras que c’est une transgression, une offense contre Dieu. Quelle sera alors ton attitude ? Est-ce que tu continueras à t’entêter, raisonner, discuter, camper sur tes positions, en croyant que ce que tu fais est en accord avec la vérité ? C’est ici que ton attitude envers Dieu est impliquée. Quelle fut l’attitude de David à l’égard de ses transgressions ? (Le remords.) Le remords : il résolut de ne plus les commettre. Alors que fit-il ? Il pria et demanda à Dieu de le punir : « Si je commets de nouveau cette faute, que Dieu me punisse et me fasse mourir ! » Telle fut sa résolution, c’était un véritable remords. Quand on est quelqu’un d’ordinaire, peut-on y parvenir ? Pour les gens ordinaires, il est déjà bien, quand ils ne discutent pas, ni n’admettent tacitement leur responsabilité, de penser au moins dans leur cœur : « Pourvu que personne ne revienne sur cela ! Cela m’humilierait. » Est-ce là du véritable remords ? Pour être véritablement dans le remords, il faut renoncer au mal commis, le rejeter et ne plus jamais recommencer. Mais alors, que faut-il faire ? Est-ce que cela suffit de renoncer au mal, de ne plus recommencer et de ne pas y penser ? Quelle est ton attitude envers Dieu ? Comment réagiras-tu à ce à quoi Dieu t’expose à présent ? (Nous accepterons la punition de Dieu). Accepter la punition de Dieu, Son jugement et Son châtiment : c’est une partie de l’attitude à avoir. L’autre partie consiste à accepter d’être sous le regard de Dieu, tout en admettant Sa punition. Une fois ces deux aspects acceptés, en quoi consistera ta résolution ? Lorsque plus tard, tu seras confronté à ces circonstances et à ces questions, que feras-tu ? Sans véritable remords, on ne peut renoncer à faire le mal et, partout, n’importe quand, le risque est de retourner à ses mêmes anciens penchants, à commettre de nouveau la même mauvaise action, la même transgression, à replonger sans cesse dans la même faute. N’est-ce pas l’attitude que l’on a vis-à-vis de la vérité ? Cela révèle l’attitude de l’homme envers la vérité et envers Dieu. Alors, que peut-on faire pour se libérer totalement d’un péché ? Pratiquer la vérité ? Il faut avoir la bonne attitude à l’égard de la vérité. Et quel comportement doit-on avoir, et comment le pratiquer afin de démontrer une bonne attitude vis-à-vis de la vérité ? Que feras-tu si tu succombes à la tentation, lorsque tu seras de nouveau confronté à ce problème ? Cela tient en peu de mots : « Ne t’en mêle pas ! » En même temps, on doit se résoudre à être puni par Dieu si l’on retombe dans la même sorte de faute. Agir de la sorte consiste à haïr la faute du fond de son cœur, à la prendre en horreur, à la considérer comme un crime, quelque chose qui offense Dieu, une tache éternelle. La Bible dit : « L’homme prudent voit le mal et se cache, Mais les simples avancent et sont punis » (Proverbes 22:3). Ce n’est pas là de la simplicité d’esprit, c’est de la stupidité... Purement et simplement ! « Ne pas s’en mêler », en quoi est-ce une façon de pratiquer ? (C’est une bonne chose.) Mais n’arrive-t-il pas que l’on ne puisse pas s’empêcher de se mêler d’une situation ? Alors toi, que feras-tu ? Tu devras prier avec sincérité, du fond du cœur, et demander à Dieu de prendre les choses en main. Certaines épreuves sont aussi des tentations. Pourquoi Dieu permet-Il qu’elles t’arrivent ? Elles ne sont pas le fruit du hasard. À travers elles, Dieu te teste et te jauge. Si tu n’acceptes pas les épreuves que Dieu t’envoie et si tu tentes de les ignorer, cela ne révèle-t-il pas ton attitude envers Lui ? Est-ce que cela ne démontre pas une attitude de l’homme envers Dieu qui consiste à tourner le dos aux circonstances que Dieu met sur sa route et aux épreuves qu’Il lui envoie ? N’est-ce pas là de l’impertinence, si tu ne pries pas, ne cherches pas, et que, lorsque tu es confronté à ces circonstances et à ces épreuves, tu ne recherches pas la voie de la pratique ? Il y en a qui disent : « Je n’ai pas eu de telles pensées, et je n’ai pas cette intention. » Si tu es sans intention, quelle est donc ton attitude envers Dieu ? Certaines attitudes sont délibérées et intentionnelles, d’autres ne le sont pas. Qu’en est-il pour toi ? Celui qui est impertinent et ne prend pas Dieu au sérieux, est-ce quelqu’un qui aime la vérité ? Il est établi que quelqu’un qui traite la vérité et Dieu comme des jeux d’enfants, comme si c’était du vent, n’est pas quelqu’un qui aime la vérité.

Extrait de l’échange de Dieu

Certains suivent leur propre volonté quand ils agissent. Ils violent les principes et admettent seulement qu’ils sont arrogants, qu’ils ont commis une erreur, simplement parce qu’ils n’ont pas la vérité. Dans leur cœur, ils se plaignent même : « Personne d’autre ne se mouille, il n’y a que moi et, à la fin, c’est moi qui me retrouve responsable. C’est idiot de ma part. La prochaine fois, je ne me mouillerai pas. Qui se jette à l’eau boit la tasse ! » Que penses-tu de cette attitude ? Est-ce une attitude de repentir ? (Non.) De quelle attitude s’agit-il ? À cause de l’erreur qu’ils commettent, ils deviennent fuyants et malhonnêtes : chat échaudé craint l’eau froide, pour ainsi dire. « J’ai de la chance que cela n’ait pas abouti à un désastre. Si je provoquais un désastre, j’irais en enfer et serais anéanti. Je dois être plus prudent à l’avenir. » Ils ne cherchent pas la vérité, mais se servent de leur mesquinerie et de leurs manigances sournoises pour s’occuper de la question et la traiter. Peuvent-ils gagner la vérité de cette façon ? Non : ils ne savent pas se repentir. La première chose à faire quand tu te repens, c’est de savoir ce que tu as fait et de comprendre où tu t’es trompé, l’essence du problème et le tempérament que tu as manifesté ; réfléchis à ces choses-là et accepte-les, puis pratique selon la vérité. Voilà l’attitude du repentir. D’un autre côté, si ta façon de considérer le problème est plus fuyante qu’avant, que tes techniques sont plus astucieuses et discrètes et que tu as davantage de méthodes pour le traiter, alors le problème ne se résume pas à être malhonnête. Tu emploies des moyens sournois, tu as des secrets que tu refuses de divulguer et ce que tu fais est mal. Dieu te considère comme excessivement dur et malfaisant, comme quelqu’un qui, en surface, admet s’être trompé et accepte d’être traité et émondé, mais qui n’a pas la moindre trace d’une attitude repentante. C’est parce qu’à la suite de l’événement, ou alors qu’il est encore en cours, tu ne pratiques pas du tout selon la vérité et tu ne la recherches pas non plus. Ton attitude consiste à employer les méthodes, les techniques et les philosophies de Satan pour résoudre ou éviter le problème, pour l’envelopper dans un bel emballage, de sorte que les autres n’en voient rien et ne voient pas non plus les coutures de l’emballage, si bien qu’au final, tu te crois très malin. Voilà les choses que Dieu voit, plutôt que de constater que, véritablement, tu as réfléchi, t’es repenti et que, malgré le problème qui t’est arrivé, tu as confessé ton péché puis as fini par chercher la vérité et pratiquer selon la vérité. Ton attitude ne consiste pas à chercher la vérité ou à pratiquer la vérité ni à te soumettre à la souveraineté et aux arrangements de Dieu ; elle consiste à employer les techniques et les méthodes de Satan pour résoudre ton problème. Tu donnes aux autres une fausse impression et résistes au fait d’être exposé par Dieu, et tu es dans la confrontation et sur la défensive quant aux circonstances que Dieu a orchestrées pour toi. Cela veut dire que ton cœur est plus fermé qu’avant. Si tu es plus fermé à Dieu, peux-tu quand même vivre dans la lumière, avec paix et avec joie ? Plus maintenant : tu t’es éloigné de la vérité et de Dieu. Un tel état est-il très courant chez les gens ? « J’ai été traité cette fois. La prochaine fois, il faut que je sois plus prudent et plus malin. Se montrer malin est le fondement de la vie, et ceux qui ne le sont pas sont des imbéciles. » Si ce sont là les motivations qui te guident, progresseras-tu un jour ? Seras-tu capable de gagner la vérité ? Si un problème t’arrive et que tu peux chercher la vérité, alors tu peux comprendre un aspect de la vérité et gagner cet aspect de la vérité. Que peut-on accomplir en comprenant la vérité ? Quand tu comprends un aspect de la vérité, tu comprends un aspect de la volonté de Dieu et tu comprends pourquoi Dieu t’a infligé cela, pourquoi Il exigerait une telle chose de toi, pourquoi Il orchestrerait des circonstances pour te châtier et te discipliner de la sorte, pourquoi Il Se servirait de ce domaine pour te discipliner et pourquoi tu es tombé, as échoué et as été exposé dans ce domaine. Si tu peux comprendre ces choses-là, tu seras capable de poursuivre la vérité et accompliras l’entrée dans la vie. Si tu ne peux pas comprendre ces choses-là et n’acceptes pas ces faits, mais persistes dans l’opposition et la résistance et t’entêtes à utiliser tes propres techniques pour dissimuler tes actions, à faire face à tous les autres et à faire face à Dieu avec des expressions du visage artificielles, alors tu seras à jamais incapable de gagner la vérité.

Extrait de « Ce n’est qu’en poursuivant la vérité que l’on peut corriger ses notions et ses compréhensions erronées de Dieu », dans Récits des entretiens de Christ

Il y a des personnes qui présentaient autrefois certaines manifestations d’un antéchrist : elles étaient aveugles et arbitraires, elles imposaient toujours leur façon de faire à tout le monde. Mais elles parviennent, petit à petit, à se reprendre en main puis à se repentir, par le traitement et l’émondage, grâce aux frères et sœurs qui ont échangé avec elles, en étant réaffectées ou remplacées, en subissant des revers graves, en étant négatives pendant un temps, puis en pensant : « Je dois accomplir mon devoir convenablement, sinon c’en sera fini de moi, n'est-ce pas ? Je suis le chemin de l’antéchrist, mais je n’ai pas été classé comme tel, donc je dois tenir bon dans ma croyance, je dois continuer sérieusement. Il n’y a rien à reprocher au chemin de la poursuite de la vérité, ». Il y a en elles de bonnes manifestations, elles cherchent les principes de la vérité quand elles accomplissent leur devoir et quand elles collaborent avec les autres. À tous égards, elles prennent une meilleure orientation. Alors, ces gens-là n’ont-ils pas changé ? C’est cela, quitter le chemin de l’antéchrist pour suivre celui de la pratique et de la quête de la vérité. Il y a de l’espoir pour eux, ils ont leur chance et peuvent se reprendre en main. Peut-on classer de telles personnes dans la catégorie des antéchrists parce qu’elles ont autrefois présenté des manifestations d’antéchrist ou suivi le chemin des antéchrists ? Non. Les antéchrists ne se repentent pas, ils n’ont aucune honte. En outre, leur tempérament est féroce, malfaisant, et ils en ont vraiment assez de la vérité. Qu’entraîne chez eux le fait d’en avoir vraiment assez de la vérité ? Qu’ils ne peuvent jamais se repentir. S’ils en ont vraiment assez de la vérité, peuvent-ils la pratiquer et sont-ils capables de se repentir ? Impossible. Si une chose est certaine en ce qui concerne les gens capables de se repentir, c’est qu’ils ont commis des erreurs, mais qu’ils sont capables d’accepter le jugement et le châtiment de Dieu, d’accepter les vérités qu’Il a prononcées, d’essayer au mieux de coopérer en prenant Ses paroles comme maximes personnelles et de faire de Ses paroles la réalité de leur vie. Ils acceptent la vérité et, au fond d’eux-mêmes, ils n’en ont pas assez. N’est-ce pas là la différence ? Les antéchrists, par contre, n’écoutent personne, ils ne croient pas que la vérité est la vérité et ne reconnaissent pas que les paroles de Dieu sont la vérité.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (8) », dans Récits des entretiens de Christ

Pourquoi beaucoup de gens se livrent-ils à leurs préférences charnelles ? Parce qu’ils considèrent qu’ils sont très bons, ils ont l’impression que leurs actions sont justes et justifiées, ils croient être sans défaut et même avoir tout à fait raison, ils sont donc capables d’agir en présumant que la justice est de leur côté. Quand quelqu’un reconnaît sa vraie nature, voit qu’elle est si laide, méprisable et pitoyable, alors il n’est pas excessivement fier de lui-même, pas aussi arrogant et pas aussi satisfait de lui-même qu’auparavant. Quelqu’un comme cela se dit : « Je dois être honnête et terre-à-terre et mettre en pratique certaines paroles de Dieu. Sinon, je ne serai alors pas à la hauteur d’être un humain et j’aurai honte de vivre en présence de Dieu. » Il se voit alors vraiment comme insuffisant, comme vraiment insignifiant. À ce moment-là, il devient facile pour lui de réaliser la vérité et il semblera être à peu près comme un humain devrait être. Ce n’est que lorsque les gens se haïssent vraiment qu’ils sont capables de renoncer à la chair. S’ils ne se haïssent pas, ils ne pourront pas renoncer à la chair. Se détester vraiment comprend certains éléments : premièrement, connaître sa propre nature ; deuxièmement, se considérer comme nécessiteux et pitoyable, extrêmement petit et insignifiant, et voir sa propre âme pitoyable et souillée. Quand quelqu’un réussit à voir parfaitement ce qu’il est vraiment, alors il acquiert vraiment une connaissance de soi, et l’on peut dire qu’il en est venu à se connaître parfaitement. C’est alors seulement qu’il peut vraiment se détester, allant jusqu’à se maudire et vraiment sentir qu’il a été profondément corrompu par Satan, à tel point qu’il ne ressemble même pas à un être humain. Puis, un jour, lorsque la menace de mort apparaît, un tel individu se dira : « C’est la juste punition de Dieu. Dieu est vraiment juste ; je devrais réellement mourir ! » À ce stade, il ne se plaindra pas, et blâmera encore moins Dieu, ressentant simplement qu’il est si démuni et pitoyable, si souillé et corrompu qu’il devrait être anéanti par Dieu, et une âme comme la sienne n’est pas digne de vivre sur la terre. À ce stade, cet individu ne résistera pas à Dieu, encore moins trahira-t-il Dieu.

Extrait de « Se connaître soi-même, c’est avant tout connaître la nature humaine », dans Récits des entretiens de Christ

Avez-vous compris le schéma suivant lequel œuvre le Saint-Esprit ? Le Saint-Esprit œuvre généralement eu ceux qui ont un cœur sincère, et Il œuvre lorsque les gens rencontrent des difficultés et recherchent la vérité. Dieu n’accordera aucune attention à ceux qui n’ont pas un soupçon de raison ou de conscience humaine. Si une personne est très honnête, mais que, pendant un temps, son cœur se détourne de Dieu, qu’elle n’a aucune envie de s’améliorer, tombe dans un état d’esprit négatif et n’en sort pas, quand elle ne prie pas ni ne cherche la vérité pour remédier à son état et ne coopère pas, alors le Saint-Esprit n’œuvrera pas en elle pendant de tels assombrissements occasionnels de son état ou pendant sa dégénérescence temporaire. Comment, alors, quelqu’un qui n’a pas la conscience propre à l’humanité peut-il recevoir en lui l’œuvre du Saint-Esprit ? A fortiori, c’est impossible. Que devraient donc faire de telles personnes ? Y a-t-il un moyen pour qu’elles suivent ? Elles doivent se repentir sincèrement et être honnêtes. Comment peut-on être quelqu’un d’honnête ? Ils doivent se repentir véritablement. Tout d’abord, tu dois ouvrir ton cœur à Dieu et tu dois chercher en Dieu la vérité ; une fois que tu comprends la vérité, tu peux la mettre en pratique. Tu peux alors te soumettre aux arrangements de Dieu et permettre à Dieu de te prendre en charge. Ce n’est qu’ainsi que tu seras loué par Dieu. Tu dois d’abord mettre de côté ta propre fierté et vanité, et renoncer à tes propres intérêts. Ensuite, consacre tout ton corps et toute ton âme à ton devoir et à l’œuvre de témoignage envers Dieu. Tu dois d’abord t’abandonner, ouvrir ton cœur à Dieu et mettre de côté les choses que tu aimes et chéris. Si tu continues à t’accrocher à ces choses tout en ayant des exigences envers Dieu, seras-tu capable d’obtenir l’œuvre du Saint-Esprit ? L’œuvre du Saint-Esprit est conditionnelle, et Dieu est un Dieu qui déteste le mal et qui est saint. Si les gens s’accrochent toujours à ces choses, se fermant à Dieu et rejetant l’œuvre et la direction de Dieu en permanence, alors Dieu cessera d’œuvrer en eux. Ce n’est pas que Dieu doit œuvrer en chaque personne ni qu’Il t’obligera à faire ceci ou cela. Il ne te force pas. Le travail des mauvais esprits consiste à obliger les humains à faire ceci ou cela, et même à posséder et contrôler les gens. Le Saint-Esprit œuvre de façon particulièrement douce ; Il te fait avancer sans que tu le sentes. Tu as simplement l’impression d’avoir inconsciemment réussi à comprendre quelque chose ou à t’en rendre compte. C’est ainsi que le Saint-Esprit fait avancer les gens et, s’ils se laissent faire, ils se retrouveront à même de se repentir véritablement.

Extrait de « Offre à Dieu un cœur vrai, et tu pourras obtenir la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Quand ils suivent Dieu — du fait de leur sottise et de leur ignorance et en raison de leurs divers tempéraments corrompus — les gens se révèlent souvent désobéissants et ils ne comprennent pas Dieu, ou même Lui en veulent. Ils s’égarent et certains vont jusqu’à devenir négatifs et à se relâcher dans leur travail, ils en veulent à Dieu et perdent leur foi. Les comportements désobéissants apparaissent souvent à divers stades de la vie des individus. Ils ont Dieu dans leur cœur et savent qu’Il est à l’œuvre, pourtant ils ne parviennent parfois pas à saisir cette réalité. Bien qu’ils soient capables de se soumettre superficiellement, ils ne parviennent tout simplement pas à accepter cette réalité au fond d’eux-mêmes. Qu’est-ce qui montre clairement qu’au fond d’eux-mêmes ils ne parviennent pas à l’accepter ? L’une des façons dont cela se manifeste est que, bien qu’ils sachent tout, ils sont simplement incapables de mettre de côté ce qu’ils ont fait et de se présenter devant Dieu pour admettre leurs erreurs en disant : « Mon Dieu, j’avais tort. Je n’agirai plus ainsi. Je chercherai Ta volonté et ferai ce que Tu veux que je fasse. Je ne T’écoutais pas ; j’étais immature, désobéissant et stupide. Je le sais maintenant. » Quelle est l’attitude des gens quand ils reconnaissent leurs erreurs ? (Ils veulent se reprendre en main.) Si les gens ont une conscience et qu’ils sont rationnels, qu’ils désirent vivement la vérité, mais qu’ils ne savent jamais opérer un revirement par rapport à leurs erreurs, croyant à la place que le passé est le passé et se montrant certains qu’ils n’ont jamais tort, alors quelle sorte de tempérament cela démontre-t-il ? Quelle sorte de comportement ? Quelle est l’essence d’un tel comportement ? Ces gens-là sont endurcis et, quoi qu’il arrive, c’est le chemin qu’ils suivront. Dieu n’aime pas ce genre de personnes. Qu’a dit Jonas quand il a exprimé pour la première fois les paroles de Dieu aux Ninivites ? (« Encore quarante jours, et Ninive est détruite ! » (Jonas 3:4).) Comment les Ninivites ont-ils réagi à ces paroles ? Dès qu’ils ont compris que Dieu allait les détruire, ils ont pris le sac et la cendre et se sont empressés de Lui confesser leurs péchés. C’est ce que signifie se repentir. Un tel repentir donne à l’homme une chance formidable. De quelle chance s’agit-il ? De la chance de continuer à vivre. Sans un tel repentir, il te serait difficile d’aller de l’avant, que ce soit dans l’accomplissement de ton devoir ou dans ta quête du salut. À chaque étape, que ce soit quand Dieu te discipline ou te châtie, ou quand Il te rappelle à l’ordre et t’exhorte – tant qu’un conflit est survenu entre toi et Dieu et que tu continues pourtant à te cramponner à tes propres idées, à tes points de vue et à tes attitudes, alors même si tes pas te mènent en avant, le conflit entre toi et Dieu, tes malentendus avec Lui et ton ressentiment à Son égard, ton insoumission ne se trouveront pas corrigés, et, si tu n’opères pas un revirement, alors Dieu, de Son côté, t’éliminera. Même si tu n’as pas abandonné ton devoir en cours, que tu parviens à l’accomplir, et même si tu as accepté la mission de Dieu et que tu te montres loyal à cette mission, le nœud de la discorde apparue entre toi et Dieu restera à jamais présent à tes côtés. Si tu ne dénoues pas ce nœud, ou que tu n’y renonces pas et que tu continues plutôt à croire que Dieu Se trompe et que l’on t’a fait du tort, alors cela signifie que tu n’as pas opéré de revirement. Pourquoi Dieu accorde-t-il une telle importance au fait que les gens opèrent un revirement ? Quelle attitude un être créé devrait-il adopter quand il considère le Créateur ? Une attitude qui reconnaît que le Créateur a raison, quoi qu’Il fasse. Si tu ne reconnais pas cela, que le Créateur est la vérité, alors la voie et la vie ne seront que des paroles creuses pour toi. Si ce ne sont que des paroles creuses pour toi, Dieu pourra-t-Il encore te sauver ? Il ne le pourra pas. Tu ne serais pas qualifié pour cela ; Dieu ne sauve pas les gens comme toi. Certains disent : « Dieu demande que les gens soient repentants et qu’ils sachent opérer un revirement. Et bien, de nombreuses façons, je n’ai pas opéré de revirement. Ai-je encore le temps de le faire ? » Oui, il est encore temps. De plus, certains disent : « Dans quels domaines dois-je opérer un revirement ? Les choses du passé ont disparu et sont oubliées. » Si ton tempérament ne change pas, ne serait-ce qu’un seul jour, et si même un seul jour s’écoule sans que tu parviennes à savoir ce qui dans tes actes n’est pas en accord avec la vérité et ce qui ne peut pas être en accord avec Dieu, alors ce nœud qui existe entre toi et Dieu n’a pas été défait ; le problème n’a pas été résolu et il n’a pas non plus disparu. Ce tempérament est en toi ; cette idée, ce point de vue et cette attitude sont en toi. Dès que les circonstances s’y prêteront, ce point de vue qui est le tien émergera de nouveau et ton conflit avec Dieu reprendra. Aussi, bien que tu ne puisses pas corriger le passé, tu dois corriger les choses qui arriveront à l’avenir. Comment doivent-elles être corrigées ? En opérant un revirement et en mettant de côté tes idées et tes intentions ; une fois que tu as cette détermination, ton attitude deviendra également naturellement une attitude de soumission. Cependant, pour être un peu plus précis, tout cela concerne en fait les gens qui opèrent un revirement dans leur attitude envers Dieu, le Créateur ; c’est une reconnaissance et une affirmation du fait que le Créateur est la vérité, le chemin et la vie. Si tu peux te reprendre en main, cela prouve que tu es capable de mettre de côté ces choses dont tu penses qu’elles sont justes, ou ces choses dont l’humanité, qui est corrompue, pense collectivement qu’elles sont justes ; et, à la place, que tu reconnais que les paroles de Dieu sont la vérité et qu’elles constituent des choses positives. Si tu peux adopter cette attitude, cela prouve que tu reconnais l’identité du Créateur et Son essence. C’est ainsi que Dieu envisage le problème, et Il le considère donc comme particulièrement important.

Extrait de « La foi en Dieu n’est possible que si l’on se débarrasse de ses notions pour suivre le bon chemin (3) », dans Récits des entretiens de Christ

La repentance du roi de Ninive gagne l’éloge de l’Éternel Dieu

Quand le roi de Ninive entendit cette nouvelle, il se leva de son trône, ôta son manteau, se couvrit d’un sac, et s’assit sur la cendre. Il a ensuite proclamé que personne dans la ville n’était autorisé à goûter à quoi que ce soit et que les brebis, les bœufs ou toute autre bête ne seraient pas autorisés à brouter ni à boire de l’eau. L’homme et le bétail devaient se couvrir de sacs et les gens devaient supplier sincèrement Dieu. Le roi a également proclamé que tous se détourneraient de leurs mauvaises voies et abandonneraient la violence dont leurs mains étaient coupables. À en juger par cette série d’actions, le roi de Ninive avait une repentance sincère dans son cœur. Cette série d’actions qu’il a prise – se lever de son trône, ôter son habit de roi, porter un sac et s’assoir sur des cendres – indique que le roi de Ninive mettait de côté son statut royal et portait un sac comme le petit peuple. Autrement dit, le roi de Ninive n’a pas utilisé son poste royal pour continuer sa voie méchante ou la violence dont ses mains étaient coupables après avoir entendu l’annonce de l’Éternel ; il a plutôt mis de côté l’autorité qu’il détenait et s’est repenti devant l’Éternel Dieu. À ce moment-là, le roi de Ninive ne se repentait pas en tant que roi ; il était venu devant Dieu pour se repentir et confesser ses péchés comme un sujet ordinaire de Dieu. En outre, il a également dit à toute la ville de se repentir et de confesser ses péchés devant l’Éternel Dieu de la même manière que lui ; en plus, il avait un plan spécifique pour la façon de le faire, comme on le voit dans les Écritures : « Que les hommes et les bêtes, les bœufs et les brebis, ne goûtent de rien, ne paissent point, et ne boivent point d’eau ! […] qu’ils crient à Dieu avec force, et qu’ils reviennent tous de leur mauvaise voie et des actes de violence dont leurs mains sont coupables ! » En tant que dirigeant de la ville, le roi de Ninive possédait un statut et un pouvoir suprêmes et pouvait faire tout ce qu’il voulait. Face à l’annonce de l’Éternel Dieu, il aurait pu ignorer le problème ou simplement se repentir et confesser ses péchés seul ; quant à savoir si les habitants de la ville choisiraient de se repentir ou non, il aurait pu complètement ignorer le problème. Cependant, le roi de Ninive n’a pas fait cela du tout. Non seulement il s’est levé de son trône, s’est couvert d’un sac et de la cendre, s’est repenti et s’est confessé de ses péchés devant l’Éternel Dieu, mais il a aussi ordonné qu’il en soit ainsi avec tous les gens et tous les animaux de la ville. Il a même ordonné aux gens de « crier à Dieu avec force ». Par cette série d’actions, le roi de Ninive a vraiment accompli ce qu’un dirigeant devrait faire. Sa série d’actions aurait été difficile à réaliser pour n’importe quel roi de l’histoire de l’humanité, et de fait, aucun autre roi n’a jamais réalisé ces choses. Ces actions peuvent être qualifiées de sans précédent dans l’histoire de l’humanité, et elles sont dignes d’être à la fois commémorées et imitées par l’humanité. Depuis l’aube de l’humanité, chaque roi a conduit ses sujets à résister et à s’opposer à Dieu. Personne n’avait jamais conduit ses sujets à supplier Dieu pour demander la rédemption de leur méchanceté, recevoir le pardon de l’Éternel Dieu et éviter une punition imminente. Le roi de Ninive, cependant, a été capable de conduire ses sujets à se tourner vers Dieu, à quitter leurs voies mauvaises respectives et à abandonner la violence dont leurs mains étaient coupables. De plus, il a aussi été capable de mettre de côté son trône et, en retour, l’Éternel Dieu changea d’avis, éprouva du regret et détourna Sa colère, permettant aux habitants de la ville de survivre et leur évitant la destruction. Les actions du roi peuvent seulement être appelées un miracle rare dans l’histoire humaine, et même un exemple d’une humanité corrompue se repentant et confessant ses péchés devant Dieu.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

La vraie repentance dans le cœur des Ninivites leur gagne la miséricorde de Dieu et change leur propre fin

Y avait-il une contradiction entre le changement de cœur de Dieu et Sa colère ? Bien sûr que non ! C’est parce que la tolérance de Dieu à ce moment-là avait sa raison. Quelle raison pourrait-ce être ? C’est celle donnée dans la Bible : « Tous se détournèrent de leur mauvaise voie » et « abandonnèrent la violence dont leurs mains étaient coupables. »

Cette « mauvaise voie » ne se réfère pas à quelques actes maléfiques, mais à la source maléfique du comportement des gens. « Se détourner de sa mauvaise voie » signifie que les gens concernés ne commettront plus jamais ces actions. En d’autres termes, ils ne se comporteront plus jamais de cette manière mauvaise ; la méthode, la source, le but, l’intention et le principe de leurs actions ont tous changé ; ils n’utiliseront plus jamais ces méthodes et ces principes pour apporter la joie et le bonheur dans leur cœur. « Abandonner » dans « abandonner la violence dont leurs mains étaient coupables » signifie déposer ou mettre de côté, rompre totalement avec le passé et ne jamais revenir en arrière. Lorsque les habitants de Ninive ont abandonné la violence dont leurs mains étaient coupables, cela a prouvé et représenté leur vraie repentance. Dieu observe l’apparence des gens ainsi que leur cœur. Quand Dieu observa la vraie repentance dans le cœur des Ninivites sans questionnement et observa également qu’ils avaient quitté leurs mauvaises voies et abandonné la violence dont leurs mains étaient coupables, Il a changé Son cœur. C’est-à-dire que la conduite et le comportement de ces gens et leurs diverses manières de faire les choses, ainsi que la vraie confession et la vraie repentance des péchés dans leur cœur, ont amené Dieu à changer Son cœur, à changer Ses intentions, à retirer Sa décision et à ne pas les punir ou les détruire. Ainsi, les habitants de Ninive se sont acquis une fin différente. Ils ont racheté leur propre vie et en même temps ont gagné la miséricorde et la tolérance de Dieu ; à ce stade, Dieu a également rétracté Sa colère.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

La miséricorde et la tolérance de Dieu ne sont pas rares – la vraie repentance de l’homme l’est

Indépendamment de ce qu’avait été la colère de Dieu envers les Ninivites, dès qu’ils ont déclaré un jeûne et se sont couverts de sacs et de la cendre, Son cœur s’est adouci et Il a commencé à changer d’avis. Quand Il leur a annoncé qu’Il allait détruire leur ville – le moment avant leur confession et leur repentance pour leurs péchés –, Dieu était toujours en colère contre eux. Après qu’ils eurent posé une série d’actes de repentance, la colère de Dieu contre les habitants de Ninive s’est graduellement transformée en miséricorde et en tolérance pour eux. Il n’y a rien de contradictoire au sujet de la révélation coïncidente de ces deux aspects du tempérament de Dieu dans le même événement. Alors, comment devrait-on comprendre et connaître ce manque de contradiction ? Dieu a exprimé et révélé ces deux essences complètement opposées chacune leur tour alors que les habitants de Ninive se sont repentis, permettant aux gens de voir la réalité de l’essence de Dieu et le fait qu’elle ne peut être offensée. Dieu a utilisé Son attitude pour dire aux gens ce qui suit : ce n’est pas que Dieu ne tolère pas les gens ou qu’Il ne veuille pas leur montrer de miséricorde ; c’est plutôt qu’il est rare qu’ils se repentent vraiment devant Dieu, et il est rare que les gens se détournent vraiment de leurs mauvaises voies et abandonnent la violence dont leurs mains sont coupables. En d’autres termes, quand Dieu est en colère contre l’homme, Il espère que l’homme soit vraiment capable de se repentir et Il espère en effet voir la vraie repentance de l’homme, auquel cas Il continuera libéralement à accorder Sa miséricorde et Sa tolérance à l’homme. C’est dire que la mauvaise conduite de l’homme entraîne la colère de Dieu, tandis que la miséricorde et la tolérance de Dieu sont accordées à ceux qui écoutent Dieu et se repentent vraiment devant Lui, à ceux qui peuvent se détourner de leurs mauvaises voies et abandonner la violence dont leurs mains sont coupables. L’attitude de Dieu a été très clairement révélée dans Son traitement des Ninivites : la miséricorde et la tolérance de Dieu ne sont pas du tout difficiles à obtenir et ce qu’Il exige, c’est une vraie repentance. Tant que les gens se détourneront de leurs mauvaises voies et abandonneront la violence entre leurs mains, Dieu changera Son cœur et changera Son attitude à leur égard.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique II », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 47. Principes de la véritable connaissance de soi

Suivant: 49. Principes du renoncement à soi-même et à la chair

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre