70. Principes pour recevoir les gens dans une Église

(1) Personne ne peut être accepté dans une Église sans avoir présenté une promesse d’engagement écrite de sa main et sans que sa candidature ait reçu le consentement des dirigeants et des diacres de cette Église.

(2) Une Église ne doit jamais accepter comme nouveau membre une personne fourbe ou malfaisante ni une personne dont l’apparence présenterait un aspect laid et rebutant et qui ne serait ni décente ni présentable.

(3) Quand une personne qui a précédemment rejeté l’Église en faveur du monde désire revenir, elle ne peut pas être acceptée avant de s’être repentie sincèrement et d’avoir reçu la caution d’un certain nombre de personnes.

(4) Ceux qui ont été arrêtés et ont écrit les « trois déclarations », mais qui sont d’une humanité décente et font preuve de remords peuvent être admis à nouveau avec le consentement d’une majorité des membres de l’Église.

(5) Si une personne qui a été exclue ou expulsée, mais s’est repentie sincèrement est capable de continuer à gagner des convertis en prêchant l’Évangile et demande à revenir, elle peut être admise.

Paroles de Dieu concernées :

Tandis que l’œuvre de salut de Dieu se réalise, tous ceux qui peuvent être sauvés le seront autant que possible et aucun d’entre eux ne sera rejeté, car le but de l’œuvre de Dieu est de sauver l’homme. Tous ceux qui seront incapables de réaliser un changement dans leur tempérament durant la période du salut de l’homme par Dieu, ainsi que tous ceux qui seront incapables de se soumettre complètement à Lui seront voués à la punition. Cette étape de l’œuvre, l’œuvre par les paroles, révèlera à l’homme toutes les voies et tous les mystères qu’il ne comprend pas, afin qu’il puisse comprendre la volonté de Dieu et Ses exigences à son égard, et afin qu’il ait les prérequis pour mettre les paroles de Dieu en pratique et réaliser des changements dans son tempérament. Dieu n’utilise que des paroles pour faire Son œuvre et ne punit pas les gens parce qu’ils sont un peu rebelles ; c’est parce que maintenant, c’est le temps de l’œuvre du salut. Si tous ceux qui agissent de manière rebelle étaient punis, personne n’aurait la possibilité d’être sauvé ; tout le monde serait puni et tomberait dans l’Hadès. Le but des paroles qui jugent les hommes est de leur permettre de se connaître et de se soumettre à Dieu ; ce n’est pas pour les punir par un tel jugement. Durant le temps de l’œuvre des paroles, beaucoup de gens exposeront leur rébellion et leur résistance, ainsi que leur désobéissance au Dieu incarné. Néanmoins, Il ne punira pas tous ces gens à cause de cela, mais ne fera que rejeter ceux qui sont corrompus jusqu’à la moelle et qui ne peuvent être sauvés. Il livrera leur chair à Satan et, dans quelques cas, mettra fin à leur chair. Ceux qui restent continueront à suivre et à expérimenter le traitement et l’émondage. Si, pendant qu’ils suivent, ces gens ne peuvent toujours pas accepter d’être traités et émondés, et deviennent de plus en plus dégénérés, alors ils auront perdu leur chance d’être sauvé. Chaque personne qui s’est soumise au fait d’être conquise par les paroles aura largement la possibilité du salut ; le salut de chacun de ces hommes par Dieu montrera Sa plus grande indulgence. Autrement dit, ils bénéficieront d’une extrême tolérance. Tant que les hommes se détournent du mauvais chemin et tant qu’ils peuvent se repentir, Dieu leur donnera des occasions d’obtenir Son salut. Au début, quand les humains se rebellent contre Dieu, Il n’a aucun désir de les faire mourir ; au contraire, Il fait tout ce qu’Il peut pour les sauver. Si quelqu’un n’a vraiment pas de place pour le salut, Dieu le rejettera. Si Dieu est lent à punir certaines personnes, c’est parce qu’Il souhaite sauver tous ceux qui peuvent l’être. Il juge, éclaire et guide les hommes seulement avec des paroles, et n’utilise pas une verge pour les faire mourir. Employer des paroles pour apporter le salut aux humains, voilà le but et la signification de l’étape finale de l’œuvre.

Extrait de « Tu devrais mettre de côté les bénédictions du statut et comprendre la volonté de Dieu d’apporter le salut à l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Dans le passé, certains ont été expulsés de l’Église pour avoir fait des choses répréhensibles, et leurs frères et sœurs les ont rejetés. Après avoir erré pendant quelques années, ils sont maintenant revenus. Le fait qu’ils n’aient pas complètement abandonné Dieu est une bonne chose : cela leur donne la possibilité et l’espoir d'être sauvés. S’ils s’étaient enfuis et avaient cessé de croire, devenant semblables à des incroyants, alors ils seraient complètement finis. S’ils sont capables de se reprendre, alors il y a encore de l’espoir les concernant, ce qui est rare et précieux. Peu importe ce que Dieu fait et peu importe la façon dont Il traite les gens, les hait ou les déteste, s’il arrive qu’un jour ils se montrent capables de se reprendre, alors Je me sentirai grandement réconforté car cela voudra dire qu’il y a tout de même un peu de place pour Dieu dans leur cœur, qu’ils n’ont pas entièrement perdu leur raison humaine ni leur humanité, qu’ils veulent toujours croire en Dieu et qu’ils ont au moins quelque intention de Le reconnaître et de revenir devant Lui. Peu importe qui quitte la maison de Dieu, s’il revient et si cette famille lui est toujours chère, alors Je deviendrai quelque peu sentimentalement attaché et J’en serai réconforté. Cependant, s’il ne revient jamais, Je trouverai cela dommage. S’il peut revenir et commencer à croire en Dieu sincèrement, alors Mon cœur sera particulièrement comblé. Quand tu t’es éloigné, tu étais certainement très négatif et tu étais dans un état pitoyable. Mais si tu peux maintenant revenir, cela prouve que tu as toujours foi en Dieu. Néanmoins, il n’est pas possible de savoir si tu pourras progresser ou non, car les gens changent si rapidement. À l’ère de la Grâce, Jésus était compatissant et miséricordieux vis-à-vis des humains. Si une brebis parmi cent était perdue, Il laissait les quatre-vingt-dix-neuf pour retrouver celle-là. Cette phrase fait référence non pas à une méthode mécanique ni à une règle. Elle reflète plutôt l’empressement de Dieu à sauver l’humanité, ainsi que Son profond amour pour elle. Ce n’est pas une façon de faire les choses : c’est plutôt un tempérament, une mentalité. Donc, certaines personnes sont absentes depuis six mois ou un an ou bien, elles présentent de nombreux points faibles, ou encore, elles souffrent d’incompréhensions diverses, mais leur capacité de s’éveiller à la réalité, d’accéder à des connaissances, de se reprendre et de retrouver le droit chemin Me réconforte particulièrement et M’apporte ce petit plaisir. Dans ce monde de gaîté et de splendeur et dans cette ère mauvaise, être capable de rester ferme, de reconnaître Dieu et de retrouver le droit chemin, ce sont là des choses qui sont vraiment sources de réconfort et d’exaltation. Prenons par exemple l’éducation des enfants : qu’il ait ou non de la piété filiale, que ressentirais-tu si ton fils ne t’honorait pas et quittait le foyer pour ne jamais revenir ? Au fond de toi, tu continuerais à te soucier de lui et tu te demanderais toujours : « Quand mon fils reviendra-t-il ? J’aimerais le voir. Il est tout de même mon fils, et ce n’est pas pour rien que je l’ai élevé et aimé. » Tu as toujours pensé ainsi ; tu as toujours espéré que ce jour viendrait. Tout le monde ressent la même chose dans une telle situation. Les gens de notre époque ont une petite stature, mais ils comprendront un jour la volonté de Dieu, à moins qu’ils n’aient même pas une once de désir de croire et n’admettent pas qu’Il est Dieu.

Extrait de « Les gens qui ont toujours des exigences à l’égard de Dieu sont les moins raisonnables », dans Récits des entretiens de Christ

Ceux de ta famille qui n’ont pas la foi (tes enfants, ton mari ou ton épouse, tes sœurs ou tes parents, etc.) ne doivent pas être forcés à se joindre à l’Église. La maison de Dieu ne manque pas de membres et il n’est pas nécessaire d’ajouter à son nombre des gens qui ne sont d’aucune utilité. Tous ceux qui ne croient pas volontiers ne doivent pas être conduits à l’Église. Ce décret s’adresse à tous. Vous devez vous observer les uns les autres, vous surveiller et vous rappeler ce décret ; personne ne peut le violer. Même quand les parents qui n’ont pas la foi se joignent à l’Église à contrecœur, il ne faut pas leur donner de livres ni un nouveau nom ; ces gens ne sont pas de la maison de Dieu, et leur entrée dans l’Église doit être entravée par tous les moyens nécessaires. S’il survient du trouble dans l’Église en raison de l’invasion des démons, alors tu seras toi-même expulsé ou des restrictions seront placées sur toi. En bref, tout le monde a une responsabilité à ce sujet, bien que tu ne doives pas être imprudent ni l’utiliser pour régler des problèmes personnels.

Extrait de « Les dix décrets administratifs qui doivent être respectés par les élus de Dieu à l’ère du Règne », dans La Parole apparaît dans la chair

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Les principes pour accepter les nouveaux croyants dans l’Église sont les suivants : dans la mesure où ils croient sincèrement en Dieu, même s’ils n’ont qu’un espoir ou une chance infimes d’être sauvés, ils doivent quand même être acceptés dans l’Église et ne doivent jamais être tenus à l’écart. La norme pour accepter des gens dans l’Église ne doit pas être trop élevée, car l’humanité tout entière a déjà été trop profondément corrompue et seuls quelques-uns font preuve d’une humanité qui les qualifie. S’ils ne sont ni malveillants ni confus, et s’ils croient sincèrement que Dieu Tout-Puissant est Dieu incarné, alors ils doivent être acceptés dans l’Église. Nous devons tous les traiter de la même façon, en toute impartialité, qu’ils soient ouvriers, agriculteurs, enseignants, employés scientifiques et techniques ou gouvernementaux. Nous devons surtout avoir une très grande patience en guidant les cadres, les enseignants et les employés scientifiques et techniques à entrer dans les paroles de Dieu et à comprendre toutes les vérités. En effet, ces gens ayant plus de difficultés à entrer dans les paroles de Dieu, nous ne pouvons être trop exigeants ou trop stricts envers eux. Si nous les aimons réellement, nous devons alors garder contact avec eux et les assister régulièrement. Même si ces gens ont souvent besoin de plus de temps que les gens ordinaires pour entrer dans les vérités et jeter les fondements de leur foi en Dieu, dès lors qu’ils sont vraiment entrés dans les vérités, ils sont tous de précieux talents. Nous devons comprendre qu’il y a un prix à payer pour cultiver les talents.

Pour ceux qui sont acceptés par l’Église, l’accord des dirigeants d’Église et des diacres est en général suffisant. Dans certaines conditions, l’accord de l’ensemble de l’Église est nécessaire. Si quelques-uns ne sont pas d’accord avec l’admission d’un nouveau croyant, celui-ci doit alors être testé pendant une période donnée. Au cours de cette période de test, son parrain ou une personne qui lui a prêché l’Évangile doit garder contact avec lui constamment et l’observer attentivement. Si cette personne croit sincèrement en Dieu et a une chance d’être sauvée, alors elle pourra être acceptée dans l’Église. Le travail qui consiste à accepter les gens dans l’Église ne peut être trop extrême ; seules les personnes malveillantes et confuses doivent être écartées. Nous devons accepter la plupart des gens, et seuls des cas particuliers nécessitent plus de discussion et une approbation de la part de l’Église.

L’acceptation de personnes dans l’Église doit être effectuée avec prudence, principalement afin d’éviter que se joignent à l’Église des personnes malveillantes qui veulent profiter de l’Église, qui commettent souvent l’adultère ou qui sont extrêmement arrogantes. Nous devons aussi empêcher de se joindre à l’Église ceux qui viennent seulement pour socialiser ou faire des histoires. Car de telles personnes n’aiment pas les vérités. Par conséquent, même si elles se joignent à l’Église, elles ne resteront pas jusqu’à la fin ; dans l’Église, c’est ce genre de personne qui finira par abandonner. Par ailleurs, nous devons aussi empêcher que s’infiltrent dans notre Église ceux qui espionnent l’Église. L’Église doit principalement empêcher de se mêler à nos congrégations les trois types de personnes suivantes : un type regroupe ceux qui sont si malfaisants, dépravés et abjects que l’Église ne peut absolument pas les accepter ; un autre type est celui des espions qui veulent infiltrer l’Église et que l’Église ne peut absolument pas accepter non plus ; le troisième type correspond à ceux qui ne croient pas sincèrement en Dieu. Ils abandonneront tôt ou tard même s’ils sont acceptés dans l’Église, donc l’Église ne doit pas les accepter.

Extrait de « Arrangements de Travail »

La maison de Dieu a maintenant une règle : tous les nouveaux croyants doivent rédiger une demande d’adhésion à l’Église en déclarant qu’ils le font de leur plein gré et qu’ils ne le regretteront jamais, prouvant ainsi qu’ils croient vraiment en Dieu. Une fois que tu as rédigé ta demande, la maison de Dieu se servira de ton comportement pour évaluer si tu es autorisé à devenir membre de l’Église. Si tu n’écris pas de demande, la maison de Dieu ne t’incitera pas à le faire, mais te traitera simplement comme quelqu’un qui n’a pas encore pris de décision. N’est-ce pas la bonne chose à faire pour la maison de Dieu ? Elle donne aux gens une totale liberté de foi, elle laisse entièrement le choix entre leurs mains et évite tout sentiment de contrainte. Si tu crois vraiment en Dieu, alors une fois que tu as déterminé que Dieu est devenu chair pour accomplir personnellement le salut de l’homme, tu devrais entrer dans l’Église ; alors seulement tu seras vraiment enlevé devant Dieu, et alors seulement Dieu te reconnaîtra comme membre de Sa maison. Si tu n’entres pas dans l’Église, aux yeux de Dieu tu n’es qu’un spectateur, un non-croyant ; tu es peut-être capable de faire quelques petits efforts pour l’Église, mais tu ne resteras qu’un exécutant temporaire. Il est exact de dire que tous ceux qui ne veulent pas devenir membres de l’Église ne croient pas vraiment en Dieu et ne sont pas reconnus par Dieu.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Certaines personnes sont arrêtées par le grand dragon rouge en raison de leur foi en Dieu. Cela montre-t-il qu’elles ont été révélées et éliminées, ou qu’elles ont été purifiées et rendues parfaites ? Il n’y a pas de règle unique ici, car cela dépend du type de personne qu’elles sont. Si la personne est un démon, quelqu’un qui n’aime pas la vérité, alors cela montre qu’elle a été révélée et éliminée. Si elle aime la vérité, son arrestation est alors une épreuve. Après leur arrestation, certaines personnes signent les « trois déclarations » (une déclaration de repentance, une déclaration de garantie et une déclaration de séparation), et il y a ceux qui disent qu’elles sont ensuite éliminées par Dieu ; or ce n’est pas ce que croit la maison de Dieu. Si elles aiment la vérité et sont de bonne humanité, Dieu leur donnera quand même une chance ; ce n’est qu’une seule transgression et un seul cas d’échec et de chute, et elles seront encore accueillies par l’Église. Pour ceux qui amènent le grand dragon rouge à arrêter d’autres frères et sœurs, c’en est tout à fait fini. Ils ne seront pas sauvés par Dieu. En effet, il ne s’agit pas seulement d’un problème de signature des « trois déclarations ». Ils ont agi main dans la main avec le grand dragon rouge, ils ont accompli des actions concrètes qui trahissent Dieu, et ce n’est pas de la faiblesse, mais une trahison totale. C’en est complètement fait de ces gens-là : la maison de Dieu ne veut pas d’eux, un point c’est tout. Pour ceux qui signent les « trois déclarations », mais ne trahissent pas leurs frères et sœurs ou n’amènent pas le grand dragon rouge à arrêter d’autres frères et sœurs, s’ils sont de bonne humanité et aiment la vérité, alors la maison de Dieu leur donnera une nouvelle chance de se repentir, et ils seront toujours les bienvenus dans l’Église. S’ils n’ont jamais poursuivi la vérité et sont d’une humanité médiocre – s’ils sont méchants –, alors la maison de Dieu ne veut pas d’eux, et ils auront été complètement révélés et éliminés. Une telle pratique est tout à fait conforme à la volonté de Dieu. Quand la même chose arrive à différentes personnes, il faut faire une distinction : une détermination doit être faite en fonction de l’essence naturelle des gens. Quand cela arrive à quelqu’un qui poursuit la vérité, les gens le voient de façon négative, alors qu’en fait, la volonté de Dieu est bienveillante. Il le purifie et le rend parfait, ou bien Il le teste et l’épure. Quand la même chose arrive à quelqu’un qui n’aime pas la vérité, cela entraîne révélation et élimination. Certains disent : « Je n’aimais pas la vérité avant, mais devant cette révélation, j’ai été réveillé. Je dois me repentir et commencer à poursuivre la vérité. » C’est acceptable, mais Dieu doit aussi regarder si tu as changé après un certain temps. Si tu t’es vraiment repenti et que tu as changé, alors pour toi, avoir été révélé cette fois-ci n’entraîne pas l’élimination, mais le salut final, et cette affaire a pris une tournure favorable. Ainsi, ceux qui comprennent la vérité ont des principes dans la façon dont ils traitent les autres, ils font des distinctions et ne condamnent pas aveuglément ou ne tirent pas de conclusions hâtives. Tirer des conclusions hâtives peut parfois faire obstacle ou nuire aux gens de bien, car parmi les gens de bien, certains ne comprennent pas la vérité, sont souvent faibles et ont besoin d’un soutien affectueux.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Auparavant, lors de grandes purges par l’Église, un certain nombre de personnes étaient chassées ou expulsées. Parmi elles, il y a certainement des personnes qui croient sincèrement en Dieu, montrent des signes de repentance et persistent encore dans leur foi. L’Église devrait leur redonner une chance et les accepter à nouveau. Les situations suivantes peuvent être utilisées comme référence.

1. Pour les personnes éliminées de l’Église parce qu’elles n’accomplissaient pas leurs devoirs ou n’assistaient pas très souvent aux réunions, si elles montrent des signes de véritable repentance, elles peuvent être acceptées à nouveau dans l’Église.

2. Pour les personnes qui croient vraiment en Dieu, mais qui ont été expulsées pour avoir commis une certaine transgression (qui, en fait, ne suffit pas pour remplir les critères d’expulsion), elles peuvent être acceptées à nouveau dans l’Église.

3. Pour les personnes qui ont été chassées parce qu’elles ne poursuivaient pas la vérité et parce qu’elles étaient dissipées dans leur foi, si elles ont une humanité relativement bonne et ne sont pas des personnes mauvaises, et si elles montrent actuellement des signes de véritable repentance, elles peuvent être acceptées à nouveau dans l’Église.

5. Pour les personnes qui ont été expulsées de l’Église parce qu’elles avaient une mauvaise humanité et parce qu’elles se comportaient mal, si elles ont toujours persévéré dans la diffusion de l’Évangile et ont montré des signes de véritable repentance, alors elles peuvent être acceptées à nouveau dans l’Église. Si de telles personnes reviennent dans l’Église, elles doivent se comporter correctement ; de plus, elles ne seront pas autorisées à agir en tant que dirigeants.

En ce qui concerne les personnes qui entrent dans les catégories susmentionnées, l’Église devrait envoyer quelqu’un pour comprendre et vérifier leur situation. Si ces personnes sont sincères dans leur désir de revenir dans l’Église, elles peuvent y être autorisées, à partir du moment où la majorité de la congrégation est d’accord. Si seule une minorité de la congrégation est d’accord, alors ces candidats à la réinsertion devraient être renvoyés. En matière d’acceptation des personnes dans l’Église, les principes sont absolument inviolables. Dans le passé, la plupart des expulsions ont été faites pour des raisons valables ; seule une minorité des gens ont été expulsés de façon inappropriée. Ces derniers peuvent faire l’objet d’une reconsidération et se voir offrir une nouvelle chance. Si une Église reprend la majorité des personnes qu’elle avait expulsées ou éliminées, des erreurs majeures peuvent se produire. Chaque Église doit bien saisir ces principes et ne pas s’en écarter. Une Église doit agir en fonction des circonstances réelles et traiter les gens conformément à ces principes. Une personne qui commet des transgressions ne devrait pas être traitée comme une personne malfaisante, mais ceux qui sont constamment immoraux et ne changent jamais, même après avoir été disciplinés à plusieurs reprises, ceux qui volent souvent des offrandes et sont insatiablement avides, ceux qui sont toujours arrogants et prétentieux, dérangés et frénétiques, ceux qui sèment constamment la discorde et cherchent le conflit, et ceux qui luttent toujours pour le pouvoir et ne sont disposés à accomplir aucun devoir sans statut : ces personnes sont toutes incorrigibles. Les gens mauvais seront toujours mauvais ; ils ne se repentiront jamais vraiment. Ainsi, personne n’a le droit de ramener ces gens-là dans l’Église, et quiconque le fait sera, comme eux, expulsé par l’Église. Ceux qui sont ramenés dans l’Église ne doivent absolument pas avoir de comportement perturbateur. En plus, ils doivent bien s’entendre avec la plupart des gens. Ce sont les seuls types de personnes qui sont aptes à être réintégrés dans l’Église. Seuls ceux qui sont profitables au travail de l’Église ou qui sont capables de rendre service à la propagation de l’Évangile peuvent être accueillis à nouveau ; toute personne qui nuit à l’Église ne doit absolument pas être autorisée à revenir. Les dirigeants et les ouvriers de tous les niveaux doivent agir conformément aux principes en la matière, de sorte que personne, parmi les gens de bien, ne soit oublié et qu’aucune personne mauvaise ne soit réintégrée.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Précédent: 69. Principes concernant la séparation de l’Église en deux groupes, A et B

Suivant: 71. Principes concernant l’isolement des personnes dans une Église

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre