81. Principes pour diffuser l’Évangile et rendre témoignage à Dieu

(1) Il est nécessaire de comprendre que tous les croyants ont le devoir de diffuser l’Évangile et de rendre témoignage à Dieu, et qu’il est ordonné par le Ciel et reconnu par la terre que c’est ce qu’ils doivent faire. Ils doivent s’y soumettre et l’accepter, car l’honneur les y oblige.

(2) Il est nécessaire de porter témoignage de l’œuvre de Dieu dans les derniers jours conformément à Ses paroles, de manière à rendre cette œuvre claire et transparente, en se souciant de communiquer des vérités essentielles et d’éliminer les principales notions et difficultés qui empêchent l’homme d’accepter l’œuvre de Dieu.

(3) Chaque cible potentielle pour l’évangélisation doit faire l’objet d’une analyse et d’une recherche minutieuses, et des projets faisables doivent être préparés. Efforcez-vous d’innover le plus efficacement possible.

(4) Il est nécessaire de choisir les bonnes cibles pour diffuser l’Évangile. Utilisez de façon flexible une variété de méthodes judicieuses et faites tout ce que vous devez faire pour gagner davantage de personnes, tant que cela ne relève ni de l’illégalité ni du péché.

(5) Il est nécessaire de respecter l’œuvre du Saint-Esprit et de suivre Son orientation. Dans chaque pays, adoptez des méthodes adaptées aux systèmes, aux lois et à la réglementation qui y ont cours et qui peuvent consister à diffuser l’Évangile de façon directe, de façon spontanée ou en pratiquant l’« évangélisation de groupe ».

Paroles de Dieu concernées :

Ce que Je vous donne maintenant dépasse Moïse et éclipse David, alors Je demande que votre témoignage surpasse celui de Moïse et que vos paroles soient meilleures que celles de David. Je vous donne au centuple, alors Je vous demande de Me rembourser de la même manière. Vous devez savoir que Je suis Celui qui donne la vie à l’humanité, et c’est vous qui recevez la vie de Moi et qui devez Me rendre témoignage. C’est le devoir que Je vous confie et que vous devez faire pour Moi. Je vous ai conféré toute Ma gloire et la vie que le peuple élu, les Israélites, n’a jamais reçue. En toute justice, vous devez Me rendre témoignage, Me consacrer votre jeunesse et donner votre vie pour Moi. Celui à qui Je conférerai Ma gloire devra Me rendre témoignage et donner sa vie pour Moi. Je l’ai prédestiné depuis longtemps. Vous avez de la chance que Je vous confère Ma gloire et votre devoir est d’en témoigner. Si vous ne croyez en Moi que pour recevoir des bénédictions, alors Mon œuvre n’aurait pas eu beaucoup de sens et vous n’accompliriez pas votre devoir. Les Israélites n’ont vu que Ma miséricorde, Mon amour et Ma grandeur, et les Juifs, Ma patience et Ma rédemption. Ils n’ont vu que très, très peu de l’œuvre de Mon Esprit, au point qu’ils ne comprenaient qu’un dix millième de ce que vous avez vu et entendu. Ce que vous avez vu dépasse même ce qu’ont vu les principaux sacrificateurs parmi eux. Aujourd’hui, la vérité que vous avez comprise surpasse la leur ; ce que vous avez vu ce jour dépasse ce qui était vu à l’ère de la Loi, ainsi qu’à l’ère de la Grâce, et ce que vous avez vécu dépasse même ce que Moïse et Élie ont vécu. Car ce que les Israélites ont compris n’était que la loi de l’Éternel et ce qu’ils ont vu n’était que Son dos. Ce que les Juifs ont compris n’était que la rédemption de Jésus, ce qu’ils ont reçu n’était que la grâce qu’Il a accordée et ce qu’ils ont vu n’était que Son image dans la maison des Juifs. Ce que vous voyez aujourd’hui, c’est la gloire de l’Éternel, la rédemption de Jésus et tous Mes actes de ce jour. Vous avez également entendu les paroles de Mon Esprit, apprécié Ma sagesse, appris à connaître Ma splendeur et découvert Mon tempérament. J’ai également partagé tout Mon plan de gestion avec vous. Ce que vous avez vu n’est pas seulement un Dieu aimant et miséricordieux, mais un Dieu rempli de justice. Vous avez vu Ma merveilleuse œuvre et su que Je suis rempli de colère et de majesté. En outre, vous savez que J’ai déjà déversé Ma fureur déchaînée sur la maison d’Israël et qu’aujourd’hui, c’est votre tour. Vous avez compris davantage de Mes mystères dans le ciel qu’Ésaïe et Jean. Vous en savez plus sur Ma beauté et Ma respectabilité que tous les saints des générations précédentes. Ce que vous avez reçu n’est pas seulement Ma vérité, Ma voie et Ma vie, mais une vision et une révélation supérieures à celles de Jean. Vous avez compris beaucoup plus de mystères et avez également vu Mon vrai visage. Vous avez accepté davantage de Mon jugement et connaissez davantage de Mon tempérament juste. Ainsi, bien que vous soyez nés dans les derniers jours, votre compréhension est celle de l’ancien et du passé. Vous avez aussi connu ce qui est de ce jour, qui a été accompli par Ma main. Ce que Je vous demande n’est pas déraisonnable, car Je vous ai donné beaucoup et vous avez beaucoup vu en Moi. Par conséquent, Je vous demande de témoigner de Moi auprès des saints de tous les temps. Tel est Mon seul désir.

Extrait de « Que connais-tu de la foi ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Tous les gens doivent comprendre les finalités de Mon œuvre sur terre, c’est-à-dire son objectif final et le niveau que Je dois atteindre dans cette œuvre avant qu’elle puisse être achevée. Si les gens ne comprennent pas, après avoir marché avec Moi jusqu’à ce jour, en quoi consiste Mon œuvre, alors ne l’ont-ils pas fait en vain ? Les gens qui Me suivent devraient connaître Ma volonté. J’œuvre sur terre depuis des millénaires et, à ce jour, Je continue de réaliser Mon œuvre ainsi. Bien que Mon œuvre comprenne de nombreux projets, son but reste inchangé. Bien que Je sois rempli de jugement et de châtiment envers l’homme, par exemple, ce que Je fais vise quand même à le sauver, à mieux répandre Mon évangile et à continuer de d’étendre Mon œuvre à toutes les nations païennes, une fois que l’homme aura été rendu complet. Aujourd’hui, alors que beaucoup de gens sont depuis longtemps plongés dans un profond désarroi, Je poursuis tout de même Mon œuvre. Je poursuis l’œuvre que Je dois faire pour juger et châtier l’homme. Malgré le fait que l’homme en a marre de Mes paroles et ne désire pas se préoccuper de Mon œuvre, Je continue d’accomplir Mon devoir, car le but de Mon œuvre reste inchangé et Mon plan original ne sera pas interrompu. La fonction de Mon jugement est de permettre à l’homme de mieux M’obéir et celle de Mon châtiment, de lui permettre d’être changé plus efficacement. Bien que ce que Je fais soit pour Ma gestion, Je n’ai jamais fait quoi que ce soit qui n’ait pas été bénéfique pour l’homme. C’est parce que Je veux rendre toutes les nations en dehors d’Israël aussi obéissantes que les Israélites et en faire de véritables êtres humains, afin de pouvoir M’implanter dans ces pays. Telle est Ma gestion. Telle est l’œuvre que J’accomplis dans les nations païennes. Encore maintenant, beaucoup de gens ne comprennent toujours pas Ma gestion, parce qu’ils ne s’intéressent pas à ces choses-là et se soucient seulement de leur propre avenir et destination. Peu importe ce que Je dis, ils restent indifférents à l’œuvre que Je réalise, se focalisant exclusivement sur leur destination de demain à la place. Si les choses continuent ainsi, comment Mon œuvre pourra-t-elle être étendue ? Comment Mon évangile pourra-t-il être répandu à travers le monde ? Vous devez savoir qu’une fois que Mon œuvre se sera diffusée, Je vous disperserai et Je vous frapperai tout comme l’Éternel a frappé chacune des tribus d’Israël. Tout cela sera fait dans le but de répandre Mon évangile sur toute la planète, afin qu’elle atteigne les nations païennes, que Mon nom soit magnifié aussi bien par les adultes que les enfants et que Mon saint nom soit exalté dans la bouche des gens de toutes tribus et nations. Cela est réalisé dans le but que, en cette ère finale, Mon nom soit magnifié dans les nations païennes, que Mes actes soient vus par les païens, qu’ils M’appellent le Tout-Puissant du fait de Mes actes et que Mes paroles puissent se réaliser bientôt. Je ferai savoir à tous les peuples que Je ne suis pas seulement le Dieu des Israélites, mais aussi le Dieu de toutes les nations des païens, même celles que J’ai maudites. Je ferai voir à tous les peuples que Je suis le Dieu de toute la création. C’est Ma plus grande œuvre, le but de Mon plan de travail pour les derniers jours et la seule œuvre qui doive être accomplie dans les derniers jours.

Extrait de « L’œuvre d’évangélisation est aussi l’œuvre du salut de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Es-tu capable de communiquer le tempérament exprimé par Dieu à chaque ère de manière concrète, dans un langage qui transmet correctement la signification de cette ère ? Toi qui fais l’expérience de l’œuvre de Dieu des derniers jours, es-tu capable de décrire en détail le juste tempérament de Dieu ? Peux-tu témoigner du tempérament de Dieu avec clarté et précision ? Comment transmettras-tu ce que tu as vu et expérimenté à ces pitoyables croyants religieux, malheureux et fervents qui ont faim et soif de justice et espèrent que tu les paisses ? Quels types de gens espèrent que tu les paisses ? Peux-tu l’imaginer ? Es-tu conscient du fardeau sur tes épaules, de ta commission et de ta responsabilité ? Où est ton sens de la mission historique ? Comment serviras-tu adéquatement en maître à la prochaine ère ? As-tu un sens élevé de maîtrise ? Comment expliquerais-tu le maître de toutes choses ? Est-ce réellement le maître de toutes les créatures vivantes et de toutes les choses physiques dans le monde ? Quels plans as-tu pour la progression de la prochaine étape de l’œuvre ? Combien de personnes attendent que tu sois leur berger ? Ta tâche est-elle lourde ? Ils sont malheureux, pitoyables, aveugles, et éperdus, gémissant dans les ténèbres. Où est le chemin ? Combien ils aspirent à ce que la lumière, comme une étoile filante, descende soudainement et dissipe les forces des ténèbres qui ont accablé les hommes depuis tant d’années. Qui peut savoir exactement dans quelle mesure ils espèrent anxieusement et comment ils languissent jour et nuit après cela ? Ces hommes qui souffrent profondément restent emprisonnés dans un donjon obscur, sans espoir d’être libérés, même un jour où la lumière illumine. Quand cesseront-ils de pleurer ? Le malheur de ces esprits fragiles, à qui l’on n’a jamais accordé le repos, est terrible, et ils ont longtemps été gardés attachés dans cet état par d’impitoyables liens et par l’histoire figée. Qui a entendu les cris de leurs gémissements ? Qui a observé leur état misérable ? As-tu jamais imaginé à quel point le cœur de Dieu est chagriné et anxieux ? Comment peut-Il supporter de voir l’humanité innocente, créée de Ses propres mains, endurer un tel tourment ? Après tout, les êtres humains sont les victimes qui ont été empoisonnées. Bien que l’homme ait survécu jusqu’à ce jour, qui aurait su que l’humanité a depuis longtemps été empoisonnée par le malin ? As-tu oublié que tu es l’une des victimes ? Dans ton amour pour Dieu, n’es-tu pas prêt à t’efforcer de sauver ces survivants ? N’es-tu pas prêt à consacrer toute ton énergie à rembourser Dieu qui aime l’humanité comme Sa propre chair et Son propre sang ? Tout compte fait, comment interprètes-tu ton utilisation par Dieu pour vivre ta vie extraordinaire ? As-tu réellement la détermination et la confiance pour vivre la vie riche de sens d’une personne pieuse qui sert Dieu ?

Extrait de « Comment devrais-tu entreprendre ta future mission ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Quel est le but d’une vaste diffusion de l’Évangile ? Comme cela a été dit continuellement depuis le début de cette étape de l’œuvre, Dieu est venu faire Son œuvre cette fois pour inaugurer une nouvelle ère, entamer une nouvelle ère et mettre fin à l’ancienne, un fait que l’on peut constater chez ceux d’entre nous qui sont là maintenant et qui est déjà accompli. C’est-à-dire que Dieu est en train de faire une nouvelle œuvre, et que les gens ici présents ont déjà accepté cela et ont déjà émergé de l’ère de la Loi et de l’ère de la Grâce, ne lisant plus la Bible, ne vivant plus sous la croix, n’invoquant plus le nom du Seigneur Jésus le Sauveur mais priant tout de suite le nom de Dieu du jour présent, acceptant les paroles que Dieu exprime maintenant et les adoptant comme principes de survie, comme méthodes et comme objectifs de la vie humaine. Dans ce sens, les gens qui sont ici ne sont-ils pas entrés dans une nouvelle ère ? Dans quelle ère vivent donc ceux, bien plus nombreux, qui n’ont pas accepté cet Évangile et ces paroles ? Ils vivent dans l’ère de la Grâce. C’est maintenant votre vocation de faire sortir ces gens de l’ère de la Grâce et de les faire entrer dans cette nouvelle ère. Peux-tu accomplir cette commission seulement en priant et en invoquant le nom de Dieu ? Suffit-il de prêcher quelques-unes des paroles de Dieu ? Certainement pas : cela suppose que vous assumiez tous la responsabilité du devoir de répandre l’Évangile, de propager les paroles de Dieu, de les diffuser et d’élargir leur portée. Que signifie « élargir leur portée » ? Cela signifie diffuser l’Évangile de Dieu pas seulement auprès des gens qui sont ici. Cela signifie faire connaître à davantage de gens la nouvelle œuvre de Dieu, puis leur prêcher Ses paroles. Cela signifie utiliser votre expérience pour porter témoignage de l’œuvre de Dieu et les faire entrer aussi dans la nouvelle ère. Ensuite, ils seront comme vous. L’intention de Dieu est tout à fait évidente : Il ne voudrait pas que vous seuls ayez entendu et accepté Ses paroles et commencé à Le suivre dans l’entrée dans la nouvelle ère : Il veut y diriger la race humaine toute entière. C’est là Son intention, et c’est une vérité que chaque personne qui suit Dieu en ce moment devrait comprendre. Dieu ne guide pas vers la nouvelle ère un contingent ni un petit groupe de personnes, mais l’humanité toute entière. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de propager l’Évangile et d’utiliser pour cela de nombreuses méthodes et de nombreux canaux.

Extrait de « Ils essaient de rallier les gens à leur cause », dans Exposer les antéchrists

Si tu veux être apte à être utilisé par Dieu, tu dois connaître l’œuvre de Dieu, tu dois connaître l’œuvre qu’Il a faite précédemment (dans le Nouveau et l’Ancien Testament) et, en outre, tu dois connaître Son œuvre d’aujourd’hui. Autrement dit, tu dois connaître les trois étapes de l’œuvre de Dieu réalisée au cours de six mille ans. Si l’on te demande de répandre l’Évangile, alors tu ne pourras pas le faire sans connaître l’œuvre de Dieu. Quelqu’un te posera peut-être des questions au sujet de ce que ton Dieu a dit à propos de la Bible, de l’Ancien Testament et de l’œuvre et des paroles de Jésus à l’époque. Si tu ne peux pas parler du fond de l’histoire de la Bible, alors il ne sera pas convaincu. En ce temps-là, Jésus parlait beaucoup de l’Ancien Testament avec Ses disciples. Tout ce qu’ils lisaient était de l’Ancien Testament ; le Nouveau Testament a seulement été écrit plusieurs décennies après que Jésus a été crucifié. Pour répandre l’Évangile, vous devez principalement saisir la vérité intérieure de la Bible et l’œuvre de Dieu en Israël, qui est l’œuvre accomplie par l’Éternel, et vous devez aussi comprendre l’œuvre accomplie par Jésus. Ce sont ces questions qui préoccupent le plus les gens et le fond de l’histoire de ces deux étapes de l’œuvre est ce qu’ils n’ont pas entendu. Lorsque tu répands l’Évangile, d’abord mets de côté toute mention de l’œuvre du Saint-Esprit aujourd’hui. Cette étape de l’œuvre est hors de leur portée, parce que vous poursuivez ce qui est le plus élevé : une connaissance de Dieu et une connaissance de l’œuvre du Saint-Esprit, et rien n’est plus élevé que cela. Si tu parles d’abord de ce qui est élevé, ce sera trop pour eux, car personne n’a connu une telle œuvre du Saint-Esprit ; elle n’a pas de précédent, et ce n’est pas facile pour l’homme de l’accepter. Leurs expériences se rapportent aux vieilles choses du passé, et occasionnellement à un quelconque travail du Saint-Esprit. Ils n’expérimentent pas l’œuvre du Saint-Esprit aujourd’hui ou la volonté de Dieu aujourd’hui. Ils agissent toujours selon les anciennes pratiques, sans lumière nouvelle et sans nouvelles choses.

Extrait de « Concernant les appellations et l’identité », dans La Parole apparaît dans la chair

Afin de répandre l’évangile, de telle sorte que tous ceux qui cherchent avec un cœur sincère puissent acquérir des connaissances de l’œuvre accomplie aujourd’hui et être pleinement convaincus, tu dois comprendre le fond de l’histoire, l’essence et l’importance de l’œuvre réalisée dans chaque étape. Fais en sorte qu’en écoutant ton échange, les autres peuvent comprendre l’œuvre de l’Éternel et l’œuvre de Jésus et, même plus, toute l’œuvre du Dieu d’aujourd’hui, ainsi que les liens et les différences entre les trois étapes de l’œuvre. Fais en sorte qu’après avoir écouté, les autres voient que les trois étapes ne se perturbent pas l’une l’autre, mais que toutes sont l’œuvre du même Esprit. Bien qu’Ils œuvrent à différentes ères, le contenu de l’œuvre qu’Ils réalisent est différent et les paroles qu’Ils prononcent sont différentes, mais les principes qui fondent Leur œuvre sont une seule et même chose. Ce sont les plus grandes visions que tous les gens qui suivent Dieu devraient comprendre.

Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

Rendre témoignage à Dieu consiste avant tout à parler de ta connaissance de l’œuvre de Dieu, de la façon dont Dieu conquiert les gens, les sauve, les transforme. Il s’agit de parler de la façon dont Il guide les gens à entrer dans la réalité-vérité, leur permettant d’être conquis, rendus parfaits et sauvés par Lui. Rendre témoignage signifie parler de Son œuvre et de tout ce que tu as expérimenté. Seule Son œuvre peut Le représenter et seule Son œuvre peut Le révéler publiquement dans Son intégralité. Son œuvre Lui rend témoignage. Son œuvre et Ses déclarations représentent directement l’Esprit ; l’œuvre qu’Il accomplit est réalisée par l’Esprit, et les paroles qu’Il prononce sont prononcées par l’Esprit. Ces choses sont simplement exprimées par la chair incarnée de Dieu, mais, en réalité, c’est l’Esprit qui les exprime. Toute l’œuvre qu’Il accomplit et toutes les paroles qu’Il prononce représentent Son essence. Après S’être revêtu de chair et être venu parmi les hommes, si Dieu ne parlait pas ni n’œuvrait, puis vous demandait de connaître Sa réalité, Sa normalité et Sa toute-puissance, serais-tu en mesure de le faire ? Serais-tu en mesure de savoir quelle est l’essence de l’Esprit ? Serais-tu en mesure de savoir quels sont les attributs de Sa chair ? C’est seulement parce que vous avez expérimenté chaque étape de Son œuvre qu’Il vous demande de Lui rendre témoignage. Si vous n’aviez pas une telle expérience, alors Il n’insisterait pas pour que vous rendiez témoignage. Ainsi, lorsque tu rends témoignage à Dieu, tu n’attestes pas seulement Son extérieur d’humanité normale, mais aussi l’œuvre qu’Il accomplit et le chemin qu’Il conduit. Tu dois attester la façon dont tu as été conquis par Lui et sous quels aspects tu as été rendu parfait. C’est le genre de témoignage que tu dois rendre. Partout où tu vas, si tu cries : « Notre Dieu est venu accomplir une œuvre et Son œuvre est vraiment pratique ! Il nous a gagnés sans actes surnaturels, sans aucun miracle ni prodige ! » D’autres demanderont : « Que veux-tu dire quand tu dis qu’Il n’opère ni miracles ni prodiges ? Comment peut-Il t’avoir conquis sans opérer de miracles et de prodiges ? » Et tu dis : « Il parle et, sans faire montre de prodiges ou de miracles, Il nous a conquis. Son œuvre nous a conquis. » En fin de compte, si tu n’es pas en mesure de dire quoi que ce soit de substantiel, si tu ne peux pas parler de faits précis, est-ce un vrai témoignage ? Lorsque Dieu incarné conquiert les gens, ce sont Ses paroles divines qui le font. L’humanité ne peut pas accomplir cela. Ce n’est pas quelque chose que n’importe quel mortel peut accomplir, et même ceux du plus haut calibre parmi les gens normaux en sont incapables, car Sa divinité est supérieure à tout être créé. C’est extraordinaire pour les gens ; le Créateur, après tout, est supérieur à tout être créé. Les êtres créés ne peuvent pas être supérieurs au Créateur. Si tu Lui étais supérieur, Il ne serait pas en mesure de te conquérir, et Il ne peut te conquérir que parce qu’Il t’est supérieur. Celui qui peut conquérir tout le genre humain est le Créateur, et nul autre que Lui ne peut accomplir cette œuvre. Ces paroles sont un « témoignage », le genre de témoignage que tu dois rendre. Pas à pas, tu as subi le châtiment, le jugement, l’épurement, les épreuves, les revers et les tribulations, et tu as été conquis. Tu as mis de côté les perspectives de la chair, tes motivations personnelles et les attraits intimes de la chair. En d’autres termes, les paroles de Dieu ont complètement conquis ton cœur. Bien que tu n’aies pas grandi dans ta vie autant qu’Il l’exige, tu sais toutes ces choses et tu es totalement convaincu par ce qu’Il accomplit. Ainsi, cela peut être appelé témoignage, un témoignage réel et vrai. L’œuvre que Dieu est venu accomplir, l’œuvre du jugement et du châtiment, a pour but de conquérir l’homme, mais Il achève également Son œuvre, mettant fin à l’ère et accomplissant l’œuvre de conclusion. Il achève l’ère entière, sauvant tout le genre humain, délivrant l’homme du péché une fois pour toutes. Il gagne pleinement l’homme qu’Il a créé. Tu dois témoigner de tout cela. Tu as expérimenté tellement de l’œuvre de Dieu, tu l’as vue de tes propres yeux et en as fait l’expérience personnellement. Lorsque tu auras atteint la fin, tu ne dois pas être incapable d’exécuter la fonction qui t’incombe. Quel dommage ce serait ! Quand l’Évangile sera répandu à l’avenir, tu devrais pouvoir parler de tes propres connaissances, attester tout ce que tu as acquis dans ton cœur et ne ménager aucun effort. C’est ce qu’un être créé devrait atteindre. Quelle est la signification réelle de cette étape de l’œuvre de Dieu ? Quel est son effet ? Et à quel point est-elle réalisée en l’homme ? Que doivent faire les gens ? Lorsque vous pourrez parler clairement de toute l’œuvre que Dieu incarné a accomplie depuis Sa venue sur terre, alors votre témoignage sera complet. Quand tu pourras parler clairement des cinq choses suivantes : l’importance de Son œuvre, son contenu, son essence, le tempérament qu’elle représente et ses principes, alors cela prouvera que tu es capable de rendre témoignage à Dieu, que tu possèdes vraiment la connaissance. Mes exigences à votre égard ne sont pas très élevées et sont réalisables par tous ceux qui cherchent vraiment. Si tu es résolu à être l’un des témoins de Dieu, tu dois comprendre ce que Dieu déteste et ce qu’Il aime. Tu as expérimenté une grande partie de Son œuvre ; par cette œuvre, tu dois parvenir à connaître Son tempérament, comprendre Sa volonté et Ses exigences à l’égard de l’homme, et utiliser cette connaissance pour Lui rendre témoignage et accomplir ton devoir.

Extrait de « Pratique (7) », dans La Parole apparaît dans la chair

Il existe des divergences dans la manière dont beaucoup de gens comprennent la diffusion de l’Évangile. Certains pensent : « J’accomplis un devoir particulier, et diffuser l’Évangile n’est pas mon affaire ; de surcroît, les principes, vérités et intentions de Dieu qui doivent être compris pour diffuser l’Évangile n’ont rien à voir avec moi, je n’ai donc pas besoin de les comprendre. » En conséquence, lorsque cet aspect de la vérité est communiqué, ils s’assoupissent ou leur attention vagabonde. Tout ce qu’ils entendent entre par une oreille et ressort par l’autre, et quand ils ont fini d’entendre, ils ne savent pas de quoi l’on a parlé. Il y a aussi ceux qui disent : « Depuis que je crois en Dieu, je sers en tant que dirigeant ; j’ai du calibre et je suis capable, j’étais prédestiné à être dirigeant, donc le devoir que Dieu m’a attribué et ma mission à vie sont d’en être un. » Cela sous-entend que le travail de diffusion de l’Évangile n’aurait rien à voir avec eux. C’est pourquoi, lorsque la vérité de la diffusion de l’Évangile est exprimée, ils écoutent en apparence, mais dans leur cœur, ils n’y attachent pas d’importance. On peut voir là une attitude que les gens adoptent vis-à-vis de la vérité. Par conséquent, Je préviens et J’informe tout le monde que diffuser l’Évangile n’est pas la vocation particulière d’un unique type de personne ou groupe de personnes : c’est la vocation de toute personne qui suit Dieu. Pourquoi dois-Je le faire comprendre aux gens ? Et pourquoi ont-ils besoin de le savoir ? C’est la mission et la vocation que chaque être créé et chaque disciple de Dieu, jeune ou vieux, homme ou femme, doit accepter. Si cette mission t’incombe et exige de toi que tu offres ton corps, que tu te dépenses et que tu paies un prix, que dois-tu faire ? Tu dois accepter ce que tu es tenu d’assumer. C’est la vérité, et c’est ce que tu dois comprendre. Il ne s’agit pas de slogans vides de sens, ce n’est pas non plus de la simple rhétorique grandiloquente, et ce n’est pas une opinion : c’est la vérité. Et qu’est-ce qui fait que c’est la vérité ? C’est parce que, indépendamment du changement apporté par le temps qui passe et de la manière dont l’ère change, diffuser l’Évangile et porter témoignage pour Dieu est une chose éternellement positive. Sa signification, sa valeur et sa formulation sont immuables. Cela ne change pas au fil du temps ni selon le lieu géographique. Cela existe éternellement et c’est ce que tu devrais accepter, mettre en pratique et manifester dans ta façon de vivre en tant qu’être créé. C’est la vérité. Certains disent qu’ils passeront sans doute leur vie entière sans entrer en contact avec cet aspect de la vérité, cependant c’est encore un aspect de la vérité que les gens doivent comprendre. Et pourquoi en est-il ainsi ? Y a-t-il un moment déterminé et un lieu géographique déterminé pour répandre l’Évangile ? Des membres précis du personnel doivent-il s’en charger ? Non. Par conséquent, une fois que tu auras compris cette vérité, tu sauras ceci au fond de toi : « Prêcher la nouvelle œuvre de Dieu et prêcher l’Évangile de Son œuvre pour sauver les gens est ma vocation ; indépendamment du lieu et du temps, indépendamment de ma position, de mon rôle et du devoir que j’accomplis en ce moment, j’ai l’obligation d’aller répandre la bonne nouvelle de la nouvelle œuvre de Dieu. C’est le devoir qui m’incombe de la transmettre dès que j’en ai la possibilité ou que j’ai du temps libre. » Ces pensées sont-elles actuellement celles de la majorité des gens ? (Non.) La majorité des gens se disent : « J’ai en ce moment un certain devoir à accomplir ; je m’occupe en ce moment d’étudier et d’approfondir un métier ou une spécialisation en particulier, donc diffuser l’Évangile n’a rien à voir du tout avec moi. » Quel genre d’attitude est-ce là ? C’est une attitude de fuite devant son devoir et sa mission, et c’est une attitude de négativité vis-à-vis du devoir de diffuser l’Évangile. Quand les gens n’assument pas le fardeau de la diffusion de l’Évangile du salut de l’homme par Dieu, cette commission, et n’en font pas cas, manifestent-ils une conscience ou de l’humanité ? Si tu n’es pas vigoureux ni proactif pour coopérer, étendre ta prise en compte des choses et assumer ta responsabilité, alors tu ne réagis que négativement et passivement. C’est une attitude mal inspirée. Peu importe où tu te trouves et à quel devoir tu te consacres et peu importe quel métier ou quelle spécialité ton devoir met en jeu, un des plus importants fruits de ton travail est la capacité de diffuser l’Évangile de l’œuvre de Dieu pour sauver l’humanité et d’en porter témoignage. C’est là le minimum que doit faire un être créé.

Extrait de « Ils essaient de rallier les gens à leur cause », dans Exposer les antéchrists

Lorsque tu annonces l’Évangile, tu dois assumer ta responsabilité et prendre au sérieux tous ceux auxquels tu l’annonces. Tu ne dois être négligent avec personne. Cela signifie que tu dois consciencieusement chercher à comprendre toutes les personnes auxquelles tu prêches l’Évangile. Si elles sont bien disposées vis-à-vis des principes de l’annonce de l’Évangile, tu dois essayer de les convaincre. Comment les convaincras-tu ? Tu dois penser à tous les moyens possibles d’assumer ta responsabilité, tu dois payer le prix et tu dois te prévaloir de certaines techniques et méthodes. En bref, ta dynamique doit être de respecter tes engagements de tout ton cœur de façon à avoir la conscience tranquille. Dans dix ou vingt ans, quand tu te souviendras de quelqu’un à qui tu as annoncé l’Évangile, tu sentiras que tu y as mis toute ta force et, même s’il ne l’a pas accepté, ta conscience ne pourra rien te reprocher. Dans ton cœur, si tu te sens quand même mal à l’aise et qu’il te semble que tu aurais dû être en mesure de le convaincre, mais que tu as perdu cette cible d’évangélisation à cause de ta propre négligence momentanée ou de ta paresse, ou à cause d’un sentiment momentané ou de ta volonté propre, ou parce que tu n’as pas saisi l’occasion, alors ce sera une tache qui te marquera. Une fois entaché, es-tu pour autant condamné par Dieu ? Dieu n’ira pas jusqu’à te condamner aussitôt pour ce problème mineur ; Il n’ira pas jusqu’à faire une montagne d’une taupinière, mais, si cette question est mise à sa juste place en la comparant à la vérité, alors, à tout le moins, tu t’es dérobé à tes responsabilités, et le jugement de Dieu sera en conséquence. Cela ne s’apparente pas à une condamnation, mais c’est ainsi que Dieu jugera tes transgressions et tes fautes. Par conséquent, afin de réduire ou d’éviter ce genre d’erreurs, on devrait se montrer résolument dynamique, en abordant chaque cible d’évangélisation rencontrée. Si une cible d’évangélisation pose constamment la même question, comment dois-tu répondre ? Tu ne dois pas faire de difficultés et tu dois prendre la peine et le temps de lui répondre, penser à tous les moyens possibles de résoudre sa question jusqu’à ce qu’il comprenne et ne la pose plus. Tu auras alors assumé ta responsabilité, et la culpabilité ne t’assaillira plus. Est-ce que cela veut dire être libre de toute culpabilité devant eux ? Non. Tu seras exempt de culpabilité devant Dieu, parce que ce devoir, cette responsabilité, t’a été confié par Dieu. Quand tu feras tout devant Dieu, face à Dieu, quand tout sera fait selon la parole de Dieu, selon le principe-vérité, tes normes internes passeront à un niveau plus élevé. Les gens approuveront et accepteront facilement les choses que tu fais et les paroles que tu prononces une fois que tes normes seront élevées. Si les paroles que tu prononces sont éclairantes et pratiques, tu sauras éviter la discorde et la confrontation et, ce faisant, tu édifieras les autres. Tu pourras également éviter une influence négative sur le témoignage et la diffusion de l’Évangile.

Extrait de « Évangéliser est le devoir auquel sont tenus par honneur tous les croyants », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Tu dois être terre-à-terre, t’acquitter de tes responsabilités et bien accomplir tes devoirs. Un jour, tu te présentes devant Dieu et tu Lui dis : « Ô Dieu, je n’ai gagné que dix personnes. Je me suis creusé la tête et j’ai fait de mon mieux pour les gagner, et c’est tout ce que j’ai été capable de faire. Comme je diffuse l’Évangile, premièrement je n’ai pas renoncé, deuxièmement, je ne me suis pas laissé envahir par mes émotions, troisièmement, je n’ai pas essayé de rivaliser avec les autres et quatrièmement, je n’ai traité aucune cible de l’évangélisation comme une affaire insignifiante et je n’en ai utilisé aucune comme condition préalable ni comme tremplin pour accroître ma propre richesse, mon plaisir ou mes intérêts. Cependant, quand j’ai prêché à ces cibles de l’évangélisation, ces gens m’ont réprimandé, battu, j’ai été incompris et ils m’ont même éconduit et rejeté dans le froid. J’ai souffert, mais je me suis acquitté de mes responsabilités, donc j’ai la conscience tranquille. En repensant au temps pendant lequel j’ai prêché l’Évangile, il y a certainement eu des lacunes, mais elles ne pouvaient pas être considérées comme des transgressions et je n’ai laissé aucune tache qui aurait humilié Dieu. » Voilà ce que signifie vraiment s’acquitter de ses responsabilités. Un jour, en tant que personne qui accomplit le devoir de répandre l’Évangile, tu iras devant Dieu et tu rendras compte de tes actions avec la conscience tranquille. Peut-être auras-tu rencontré beaucoup de gens pendant que tu répandais l’Évangile et n’en auras cependant gagné que quelques-uns ; sur la base de tes capacités, de ton calibre et du fait que tu auras fait tout ce que tu pouvais, peut-être n’aurais-tu tout de même pu gagner que ce nombre de personnes. Quelle sera l’évaluation de Dieu à ton égard ? Tu auras accompli tes devoirs de manière adéquate et tu y auras mis tout ton cœur et toutes tes forces. Afin de prêcher l’Évangile à quelqu’un, tu te seras équipé de connaissances bibliques, tu te seras familiarisé avec la Bible, tu auras mémorisé ses versets et, même après en avoir eu assez de mémoriser, tu auras surmonté ce sentiment. Pour atteindre une cible d’évangélisation, gagner plus de personnes, être en mesure de bien accomplir ce devoir et t’acquitter de tes responsabilités, tu auras surmonté un grand nombre de tes propres obstacles tels que la maladie, les lacunes, les humeurs, la négativité et la faiblesse. Tu auras surmonté toutes ces choses et passé beaucoup de temps à le faire. Ne sont-ce pas là les choses que les gens devraient posséder pour pouvoir s’acquitter de leurs responsabilités ? De plus, afin de permettre aux cibles de l’évangélisation de mieux comprendre la volonté de Dieu afin qu’elles parviennent à une compréhension plus précise et plus profonde de la vérité de l’Évangile, il se peut que tu tiennes des registres, que tu pratiques et discutes de la vision de la vérité en privé ou que tu essuies des sarcasmes et des insultes de la part des cibles de l’évangélisation et que tu subisses leurs incompréhensions. Pour ces choses-là, tu fais beaucoup d’efforts et tu payes un prix élevé. De cette manière, tu te seras acquitté de tes responsabilités et tu auras accompli ton devoir de manière adéquate.

Extrait de « Évangéliser est le devoir auquel sont tenus par honneur tous les croyants », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Évangéliser est le devoir et l’obligation de chacun. À tout moment, peu importe ce que nous entendons, ce que nous voyons ou la façon dont nous sommes traités, nous devons toujours persister dans cette responsabilité de faire connaître l’Évangile. En aucun cas ne pouvons-nous renoncer à ce devoir pour raison de négativité ou de faiblesse. Le devoir d’évangélisation n’est pas une sinécure ! Non, il est semé de dangers. Lorsque vous évangéliserez, vous n’aurez pas en face de vous des anges, des extraterrestres ou des robots. Vous aurez affaire à une humanité mauvaise et corrompue, des démons vivants et des bêtes ; tous font partie de l’humanité qui survit dans cet espace où règne le mal, qui a été profondément corrompue par Satan et qui résiste à Dieu. Par conséquent, dans l’évangélisation, il y a certainement toutes sortes de dangers, sans compter la calomnie mesquine, les moqueries et les malentendus, plus nombreux encore. Si tu considères vraiment l’évangélisation comme une responsabilité, comme une obligation et comme ton devoir, tu pourras avoir un regard juste sur ces choses, et même y apporter une réponse juste ; et tu ne délaisseras à aucun moment ta responsabilité et ton obligation ni ne dévieras de ton intention première qui était d’évangéliser et de rendre témoignage à Dieu à cause de ces choses, car c’est ton devoir. Comment comprendre ce devoir ? La valeur et la responsabilité premières de cette vie qui t’est donnée sont de répandre la bonne nouvelle de l’œuvre de Dieu dans les derniers jours et de répandre l’Évangile de l’œuvre de Dieu.

Extrait de « Évangéliser est le devoir auquel sont tenus par honneur tous les croyants », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Si tu reconnais que tu es un être créé, tu dois te préparer à souffrir et à payer le prix afin d’assumer la responsabilité d’évangéliser et de faire ton devoir correctement. Le prix peut consister à souffrir d’une maladie physique, d’une difficulté, de persécutions dues à ton milieu, ou encore l’incompréhension des gens du monde ; il se peut aussi que tu sois passé à tabac, injurié et abandonné par des cibles d’évangélisation ou, dans les cas les plus graves, ta vie pourrait être en danger. Au cours de la diffusion de l’Évangile, il est possible que tu meures avant que l’œuvre de Dieu ne soit terminée et que tu ne vives pas pour voir le jour de la gloire de Dieu. Tu dois être prêt à cela. Il n’est pas ici question de vous faire peur ; c’est un fait. Cependant, maintenant que je me suis exprimé clairement et que vous avez compris, si vous avez encore cette aspiration et qu’elle reste inchangée, cela prouve que vous possédez une certaine stature. Ne supposez pas qu’évangéliser dans ces pays étrangers où la liberté religieuse et les droits de l’homme sont protégés sera exempt de danger et que tout ce que vous ferez se passera bien, avec les bénédictions de Dieu et avec Sa grande puissance et Sa grande autorité : c’est là un produit de l’imagination humaine. Vous ne pouvez pas répandre l’Évangile sans sagesse, et des mésaventures arrivent souvent aux ignorants. Les pharisiens aussi croyaient en Dieu, mais ils ont se sont emparés du Dieu incarné et L’ont crucifié sur la croix. Pensez-vous que le monde religieux d’aujourd’hui ne commettrait pas une telle abomination ? N’oubliez pas que ceux qui se sont saisis du Seigneur Jésus et L’ont crucifié sur la croix étaient des croyants. Ce sont les seuls à avoir eu l’occasion de faire ce genre de chose. Les incroyants ne se souciaient pas de ces choses. Ce sont ces croyants qui étaient de connivence avec le gouvernement pour s’emparer du Seigneur Jésus et Le crucifier sur la croix. De plus, comment les disciples sont-ils morts ? Parmi les disciples, certains ont été lapidés, traînés derrière un cheval, crucifiés la tête en bas, démembrés par cinq chevaux ; ils sont morts de toutes sortes de manières. Quelle a été la raison de leur mort ? Ont-ils été légalement exécutés pour leurs crimes ? Ils ont été condamnés, battus, injuriés et mis à mort parce qu’ils répandaient l’Évangile du Seigneur, et ils ont été rejetés par les gens du monde ; c’est ainsi qu’ils ont été martyrisés. Ne parlons pas de la fin dernière de ces martyrs ni de la définition de leur conduite par Dieu, mais posons la question suivante : lorsqu’ils sont arrivés à la fin, la façon dont ils ont abordé la fin de leur vie était-elle conforme aux notions humaines ? D’un point de vue humain, s’ils ont payé un tel prix pour faire connaître l’œuvre de Dieu, ils auraient au moins dû mériter une bonne mort. Mais ces gens sont morts tragiquement avant leur heure. Cela dépasse l’entendement humain, mais c’est précisément ce que Dieu a fait ; Il a permis que cela se produise. Quelle vérité tirer du fait que Dieu ait permis que cela se produise ? Que Dieu ait permis qu’ils meurent de cette façon relève-t-il de Sa malédiction et de Sa condamnation, ou bien de Son plan et de Sa bénédiction ? Ni l’un ni l’autre. Qu’est-ce que c’était ? Quand on pense aujourd’hui à la mort de ces gens, cela fait mal au cœur, et pourtant, c’est la réalité : ceux qui croyaient en Dieu sont morts de cette façon, et cela fait mal au cœur. Comment l’expliquer ? Quand nous abordons ce sujet, vous vous mettez à leur place. Votre cœur s’attriste-t-il ? Éprouvez-vous une secrète douleur ? Vous pensez : « Ces gens ont fait leur devoir pour répandre l’Évangile de Dieu et devraient être considérés comme de bonnes gens, Alors comment se fait-il qu’ils aient connu une telle fin, une telle issue ? » En fait, c’est ainsi qu’a eu lieu leur mort physique et qu’ils sont décédés ; c’est ainsi qu’ils ont quitté le monde d’ici-bas, mais cela ne signifie pas que leur fin a été la même. Peu importe les moyens de leur mort et de leur départ, ce qu’ils étaient ou comment cela s’est passé, ce n’est pas ainsi que Dieu définit la fin de ces êtres créés. Tu dois voir cela clairement. Au contraire, ce sont les moyens dont ils se sont servis pour condamner ce monde et témoigner des actions de Dieu. Ces êtres créés se sont servis de leur vie, si précieuse, ils ont utilisé le dernier moment de leur vie pour témoigner des actions de Dieu, pour témoigner de la grande puissance de Dieu et pour déclarer à Satan et au monde que les actions de Dieu sont justes, que le Seigneur Jésus est Dieu, qu’Il est le Seigneur et la chair incarnée de Dieu ; même jusqu’au dernier moment de leur vie, ils n’ont jamais renié le nom du Seigneur Jésus. N’était-ce pas une forme de jugement sur ce monde ? Ils ont donné leur vie pour proclamer au monde, pour confirmer aux êtres humains que le Seigneur Jésus est le Seigneur, que le Seigneur Jésus est Christ, qu’Il est la chair incarnée de Dieu, que l’œuvre de rédemption qu’Il a accomplie pour toute l’humanité permet à l’humanité de continuer de vivre. Ce fait est à jamais immuable. Dans quelle mesure ont-ils accompli leur devoir ? Jusqu’à l’ultime mesure ? Comment l’ultime mesure a-t-elle été manifestée ? Ils ont payé le prix de leur vie. La famille, la richesse et les possessions matérielles de cette vie sont toutes des choses externes ; la seule chose interne à l’être est la vie. Pour chaque personne vivante, la vie est la chose la plus digne d’être chérie, la chose la plus précieuse, et il se trouve que ces gens ont pu offrir ce qu’ils avaient de plus précieux, la vie, comme une confirmation, en échange de la reconnaissance de l’œuvre de Dieu par les gens du monde. Jusqu’au jour de leur mort, ils n’ont pas renié le nom de Dieu ni Son œuvre, et ils ont utilisé les derniers moments de leur vie pour témoigner de l’existence de ce fait. N’est-ce pas la plus haute forme de témoignage ? C’est la meilleure façon de faire son devoir ; c’est ce que signifie assumer sa responsabilité. Quand Satan les a menacés et terrorisés, et, à la fin, même quand il leur a fait payer le prix de leur vie, ils n’ont pas abjuré, ils sont restés fidèles à leur responsabilité. C’est ce que signifie accomplir son devoir dans la plus grande mesure possible. Qu’est-ce que je veux dire par là ? Est-ce que je veux que vous témoigniez de Dieu et évangélisiez de la même façon ? Tu n’as pas forcément à faire cela, mais tu dois comprendre que c’est ta responsabilité, que si Dieu a besoin que tu le fasses, tu dois l’accepter comme une obligation morale. Aujourd’hui, les gens sont remplis de peur et d’inquiétude, mais à quoi servent ces sentiments ? Si Dieu n’a pas besoin que tu fasses cela, à quoi bon t’en inquiéter ? Si Dieu a besoin que tu le fasses, tu ne dois pas te soustraire à cette responsabilité, ni la rejeter. Tu dois prendre les devants, coopérer et l’accepter sans inquiétude. Peu importe comment on meurt, il ne faut pas mourir devant Satan et ne pas mourir entre ses mains. Si on est sur le point de mourir, il faut mourir entre les mains de Dieu. Les gens sont venus de Dieu et ils retournent à Dieu. C’est le sens et l’attitude qu’un être créé doit posséder. C’est la dernière vérité que l’on devrait comprendre dans l’accomplissement de son devoir de faire connaître l’Évangile. Répandre l’Évangile de Dieu incarné qui accomplit Son œuvre et sauve l’humanité se paie de sa vie, et il faut en témoigner. Si tu as cette aspiration, si tu peux atteindre cela, c’est merveilleux. Si tu n’as toujours pas ce genre d’aspiration, tu devrais, à tout le moins, assumer correctement la responsabilité et le devoir qui sont les tiens, et laisser le reste à Dieu. Peut-être alors, tandis que les mois et les années passent, que tu grandis en expérience et en âge et que ta compréhension de la vérité s’approfondit, tu découvriras que tu as l’obligation et la responsabilité d’offrir ta vie à l’œuvre de l’Évangile de Dieu, même jusqu’à la fin de ta vie.

Extrait de « Évangéliser est le devoir auquel sont tenus par honneur tous les croyants », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Précédent: 80. Principes pour évaluer les cibles potentielles de l’évangélisation

Suivant: 82. Principes d’arrosage des novices

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

101 Si Dieu ne m’avait sauvé

ⅠSi Dieu ne m’avait sauvé,je serais encore errant dans le monde,luttant et souffrant dans le péché,vivant sans aucun espoir.Si Dieu ne...

187 Je veux rendre à Dieu Son amour

ⅠPendant des années, j’ai dérivé à travers le monde, ma corruption s’aggravant. Grâce aux vérités prononcées par Dieu qui m’ont sauvé, je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp