151. Principes concernant la manière de considérer la culture et la connaissance pratiques

(1) La culture et la connaissance pratiques viennent de Dieu. Elles sont bénéfiques en ce qu’elles élèvent le calibre de l’homme, et il faut s’en pourvoir. Il convient de les considérer, de les étudier et de les maîtriser correctement.

(2) La culture et la connaissance ne sont pas la vérité et ne peuvent pas devenir la vie d’une personne. Elles ne sont que des outils indispensables à l’existence de l’homme. N’ayez pas en elles une foi aveugle, et ne les révérez pas.

(3) Ce n’est qu’en comprenant la vérité que l’on peut considérer la culture et la connaissance de manière adéquate et les utiliser raisonnablement. Celui qui a seulement acquis une certaine connaissance, sans la vérité, ne peut pas se débarrasser de la corruption de Satan.

(4) Il convient d’acquérir et de maîtriser une connaissance pratique propice à l’accomplissement du devoir pour prêcher et mieux témoigner des paroles de Dieu et de Son œuvre.

Paroles de Dieu concernées :

Améliorer le calibre des gens exige que vous amélioriez vos capacités à percevoir, afin d’être capables de comprendre les paroles de Dieu et de savoir comment agir selon elles. C’est l’exigence la plus fondamentale de toutes. Si tu Me suis sans comprendre ce que Je dis, ta foi n’est-elle pas confuse ? Quel que soit le nombre de paroles que Je prononce, si elles sont hors de ta portée, si tu ne les comprends pas bien quoi que Je dise, alors cela veut dire que tu manques de calibre. Sans les capacités de percevoir, vous ne comprenez rien à ce que Je dis, ce qui rend très difficile l’obtention des résultats souhaités ; il y a beaucoup de choses que Je ne peux pas vous dire directement et l’effet voulu ne peut pas être atteint, ce qui nécessite ainsi un travail supplémentaire. Puisque vos capacités à percevoir, votre aptitude à voir les choses et les normes selon lesquelles vous vivez sont trop médiocres, l’œuvre consistant à « améliorer votre calibre » doit être menée en vous. C’est inévitable et il n’y a pas d’alternative. Ce n’est qu’ainsi qu’une partie des résultats peut être obtenue ; sinon, toutes les paroles que Je dis n’aboutiront à rien. Et ne passerez-vous pas à la postérité comme étant des pécheurs ? Ne deviendrez-vous pas les dégénérés de la terre ? Ne savez-vous pas quelle œuvre s’opère en vous et ce que l’on attend de vous ? Vous êtes tenus de connaître votre propre calibre : il ne répond pas du tout à Mes exigences. Et cela ne retarde-t-il pas Mon œuvre ? Avec votre calibre actuel et votre état de caractère actuel, il n’y a personne parmi vous qui soit capable de témoigner en Ma faveur et personne qui soit à la hauteur de la tâche consistant à porter la lourde responsabilité de Mon œuvre à venir. Ceci ne vous fait-il pas terriblement honte ? Si vous continuez comme cela, comment pouvez-vous satisfaire Ma volonté ? Tu devrais vivre ta vie pleinement. Ne laisse pas le temps passer en vain : il n’y a aucun intérêt à agir de la sorte. Il faut que tu connaisses les choses dont tu devrais être équipé. Ne te considère pas comme une personne à tout faire : tant s’en faut ! Qu’y a-t-il à dire de plus si tu ne possèdes même pas le sens commun minimum de l’humanité ? Tout cela n’est-il pas vain ? Et concernant l’humanité et le calibre que J’exige, aucun d’entre vous n’est pleinement qualifié. Il est extrêmement difficile de trouver quelqu’un qui soit bon à être utilisé. Vous vous croyez capables de faire une plus grande œuvre pour Moi et d’assumer une plus grande responsabilité de Ma part ; en fait, vous ne savez même pas comment entrer dans nombre de leçons qui vous sont proposées, alors comment vous serait-il possible d’entrer dans des vérités plus profondes ? Votre entrée doit se faire selon une approche à plusieurs niveaux et par degrés. Elle ne doit pas être chaotique : ce ne serait pas bien. Commencez par l’entrée la plus superficielle : lisez ces paroles ligne par ligne jusqu’à ce que vous parveniez à la compréhension et à la clarté. Quand vous lisez les paroles de Dieu, n’y jetez pas juste un coup d’œil comme si vous admiriez des fleurs tout en galopant à cheval, et ne le faites pas machinalement. Tu peux également lire régulièrement des ouvrages de référence (tels que des livres de grammaire ou de rhétorique) pour améliorer tes connaissances. Ne lis pas de livres tels que les romans d’amour, les biographies de grands hommes ou les ouvrages de sciences sociales ; cela n’est d’aucun bénéfice et ne cause que du tort. Tu dois maîtriser tout ce en quoi tu dois entrer et tout ce que tu dois comprendre. L’objectif visé par l’amélioration du calibre des gens est de les aider à connaître leur propre essence, leur identité, leur état et leur valeur. Tu dois comprendre pourquoi les gens doivent poursuivre la vérité en croyant en Dieu et savoir s’il est acceptable que les gens n’améliorent pas leur calibre. Il est impératif que tu continues à t’instruire ; on ne peut pas s’en passer ! Vous devez comprendre pourquoi le calibre des gens doit être amélioré, comment il peut être amélioré et dans quels aspects il faut entrer. Vous devez comprendre ce que vivre une humanité normale veut dire, pourquoi cette œuvre doit être faite et le rôle que l’homme devrait jouer. Par exemple, en devenant éduqués, vous devez bien savoir quels sont les aspects qui doivent être étudiés et comment on devrait y entrer. Vous devriez tous savoir quel est l’objectif recherché en devenant éduqués. N’est-ce pas de comprendre les paroles de Dieu et d’entrer dans la vérité ? Quelle est la situation qui prévaut dans les Églises aujourd’hui ? Si vous demandez aux gens de s’éduquer, ils oublient la jouissance des paroles de Dieu et ils ne font rien de leurs journées à part se faire éduquer. Si vous exigez d’eux qu’ils vivent une humanité normale, ils s’occuperont uniquement de ranger leur maison, de cuisiner ou d’acheter des ustensiles de cuisine. Ils ne se soucieront que de ces choses ; ils ne sauront même pas comment mener normalement une vie d’église. Si tu te trouves dans les circonstances présentes, tu as dévié dans ta pratique. Alors, pourquoi te demande-t-on d’entrer dans la vie spirituelle ? Apprendre simplement ces choses ne te rendra pas capable d’accomplir ce qui est requis de toi. L’entrée dans la vie reste toujours la chose la plus importante ; la raison de cette œuvre, en attendant, est de résoudre les difficultés que les gens rencontrent dans leurs expériences. Améliorer ton calibre te permet de connaître la nature humaine et l’essence de l’homme, le but principal de cela étant que la vie spirituelle des gens puisse grandir et que leur tempérament puisse changer. Tu sais probablement comment t’habiller et bien paraître, tu es probablement perspicace et intelligent, et pourtant, au bout du compte, quand arrive le jour où tu dois aller au travail, tu n’y parviens pas. Par conséquent, tu devrais savoir ce qu’il faut aussi que tu fasses pendant que tu améliores ton calibre. Le but, c’est de te transformer ; l’amélioration de ton calibre est accessoire. Il est indispensable que ton calibre soit amélioré, et c’est encore pire si ton tempérament ne peut pas être transformé. Aucun des deux ne peut être omis. Avoir une humanité normale ne veut pas dire que tu as porté un témoignage retentissant : ce qui est exigé de toi n’est pas si simple.

Extrait de « Augmenter le calibre permet de recevoir le salut de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Nous allons commencer par traiter l’aspect de la connaissance le plus superficiel. La grammaire et les mots des langues sont-ils capables de corrompre les hommes ? Les mots peuvent-ils corrompre les hommes ? (Non.) Les mots ne corrompent pas les hommes ; ils sont un outil que les hommes utilisent pour parler et ils sont aussi un outil avec lequel les hommes communiquent avec Dieu, sans compter qu’à présent, Dieu communique avec les hommes par la langue et les mots. Ce sont des outils et ils sont une nécessité. Un et un font deux, et deux fois deux égale quatre : n’est-ce pas une connaissance ? Mais cela peut-il te corrompre ? Ce savoir est courant – il est fixé – et il ne peut pas corrompre les hommes. Alors, quel genre de connaissance corrompt vraiment les hommes ? La connaissance corruptrice, c’est la connaissance qui est mélangée avec les points de vue et les pensées de Satan. Satan cherche à inculquer ces points de vue et ces pensées à l’humanité par le truchement de la connaissance. Par exemple, dans un article, il n’y a rien de mal en soi dans les mots écrits. Le problème, ce sont les points de vue et l’intention de l’auteur quand il a écrit l’article, ainsi que le contenu de ses pensées. Ce sont des choses de l’esprit, et elles peuvent corrompre les hommes. Par exemple, si tu étais en train de regarder une émission à la télévision, quel genre de choses en elle pourrait changer le point de vue des gens ? Ce que les acteurs disent, les mots eux-mêmes, cela pourrait-il corrompre les hommes ? (Non.) Quelle sorte de choses corromprait les hommes ? Ce serait les pensées et le contenu fondamentaux de l’émission, ce qui représenterait les points de vue du réalisateur. Les informations transmises par ces points de vue pourraient influencer le cœur et l’esprit des hommes. N’en est-il pas ainsi ? Maintenant, vous savez à quoi Je fais référence quand Je dis que Satan utilise la connaissance pour corrompre les hommes. Tu ne te méprendras pas, n’est-ce pas ? Donc, la prochaine fois que tu liras un roman ou un article, pourras-tu évaluer si, oui ou non, les pensées exprimées dans les mots écrits corrompent l’humanité ou contribuent à l’humanité ? (Oui, dans une certaine mesure.) Cela doit être étudié et expérimenté lentement et ce n’est pas quelque chose de facile à comprendre immédiatement. Par exemple, lors de la recherche ou de l’étude d’un domaine de connaissance, certains aspects positifs de cette connaissance peuvent t’aider à comprendre une connaissance générale à propos de ce domaine tout en te permettant de savoir ce que les hommes devraient éviter. Par exemple, prenons « l’électricité ». C’est un champ de connaissance, n’est-ce pas ? Ne serais-tu ignorant si tu ne savais pas que les hommes peuvent recevoir des décharges électriques et que ça fait mal ? Mais une fois que tu comprends ce champ de connaissance, tu fais attention quand tu touches un appareil électrique et tu sais comment utiliser l’électricité. Ces deux choses sont positives.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique V », dans La Parole apparaît dans la chair

Les gens ont assurément toutes sortes de notions et de fantaisies sur la foi en Dieu. Certains pensent ne rien avoir à apprendre maintenant qu’ils croient en Dieu. Ils s’imaginent que Dieu agira au moment voulu et que lorsqu’Il accomplira des signes et des prodiges, les hommes pourront tout faire. Voilà ce que l’homme se figure, les notions qu’il possède. Il faut considérer les compétences et connaissances à acquérir dans le cadre de son devoir comme propres à celui-ci et les étudier comme telles. Ne perds pas ton temps à rêver, ne t’appuie pas sur ton imagination. Ce que Dieu demande aux hommes est ce qu’ils doivent atteindre et, quoi qu’Il requière, tu dois l’accepter comme ton devoir et le prendre au sérieux. C’est ainsi qu’il convient d’envisager son devoir. Il ne s’agit pas là d’une notion, mais de la vérité, et c’est aussi ce que Dieu exige. La plupart du temps, ce que fait Dieu va à l’encontre de ce que les gens se sont imaginé. S’ils parviennent à renoncer à leurs notions, à rechercher Sa volonté et les principes-vérités, alors ils seront capables de les accepter. Si tu t’entêtes à ne pas lâcher tes notions, cela revient à ne pas accepter la vérité, à ne pas accepter ce qui est juste. Si tu n’acceptes pas la vérité ni les choses qui sont justes, peut-on dire que tu es hostile à Dieu ? La vérité et les choses positives viennent de Dieu. Si tu ne les acceptes pas et que tu continues à t’accrocher à tes notions, cela montre clairement que tu es hostile à la vérité.

Extrait de « La foi en Dieu n’est possible que si l’on se débarrasse de ses notions pour suivre le bon chemin (1) », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Il y a divers projets dans le travail de diffusion de l’Évangile, et ils requièrent que les gens se spécialisent dans l’apprentissage de diverses compétences et professions. Certaines gens ne comprennent pas la volonté de Dieu et ont tendance à s’égarer : ils se dédient simplement à une profession ou une compétence et n’acceptent pas la vérité. De quel type de gens s’agit-il ? (Des gens de ce type ont un tempérament d’antéchrist et se concentrent sur les dons.) Exact. Les gens de ce type sont révélés, ont un tempérament d’antéchrist et, dans les cas graves, ce sont en effet des antéchrists. Ils souhaitent profiter de cette occasion pour apprendre ces choses, puis devenir prééminents parmi tous ceux qui ont les mêmes compétences et professions, devenir ceux qui en ont le meilleur apprentissage et la plus grande compétence, ceux sur lesquels les autres doivent se fier pour tout ce qu’ils font. En devenant les leaders dans leur domaine, ils obligent les autres à leur prêter attention et cela leur sert de substitut à la pratique de la vérité. C’est là que se trouve le problème. Qui sont ces gens ? Tôt ou tard, suivront un tel chemin ceux qui cherchent uniquement à étudier et à se doter de connaissances, d’apprentissages et d’expériences variés, qui comptent sur leur calibre, leurs talents et leurs dons pour tout faire. C’est inévitable et c’est le chemin de Paul. Dans n’importe quel domaine, dans n’importe quel secteur, bien que tu aies peut-être acquis plus d’expérience ou de connaissances que les autres, ou appris plus par l’expérience qu’eux, cela ne suffit pas pour montrer que tu as compris la vérité, es entré dans la réalité-vérité ou que tu possèdes la vérité. Qu’est-ce qui pourrait alors suffire pour le montrer ? Ce qui pourrait suffire pour le démontrer serait d’en arriver à une meilleure compréhension des principes qui sous-tendent l’accomplissement d’un devoir dans le processus d’apprentissage des compétences et de la profession qui lui sont associées, et à une meilleure compréhension des normes requises pour l’accomplissement de ce devoir dans la maison de Dieu. Plus tu demandes à certaines gens d’apprendre les connaissances d’une profession, plus ils résistent. Ils se sentent incapables d’accomplir leur devoir et, en guise d’excuse, ils demandent : puisque la croyance en Dieu doit être séparée du monde des incroyants, pourquoi devons-nous apprendre les compétences et les connaissances des incroyants ? Ils ne veulent tout simplement pas étudier. C’est de la paresse. Ils agissent de façon irresponsable et ne sont pas loyaux, ne souhaitant faire aucun effort même dans cette petite chose. L’impulsion pour apprendre une compétence et une profession est l’accomplissement du devoir, et tu dois acquérir beaucoup d’expertise et de connaissances fondamentales sur des choses auxquelles tu ne participais pas auparavant. C’est ce que Dieu requiert de l’homme et c’est la tâche qu’Il confie à l’homme. Tu n’étudies donc pas ces choses en vain, mais pour accomplir ton devoir. Certains pensent qu’une fois qu’ils ont acquis ces compétences, ils peuvent prendre pied dans la maison de Dieu. Cependant, une telle pensée peut leur causer des ennuis, n’est-ce pas ? C’est un point de vue erroné. Est-ce que quelqu’un est susceptible de suivre ce chemin ? Plus tu leur donnes de pouvoir, plus l’étendue du travail que tu leur confies est grande et plus tu leur confies de responsabilités, plus ils sont en danger. Comment ce danger survient-il ? Naturellement, cela vient de personnes ayant des tempéraments corrompus, ayant le tempérament d’un antéchrist, se souciant uniquement de méthodes, faisant les choses machinalement et ne recherchant pas de principes. Elles ne se servent pas de l’accomplissement de leurs devoirs pour comprendre la volonté de Dieu ni pour mieux comprendre et saisir les principes-vérités. Elles ne recherchent pas les principes et n’examinent pas ni ne vérifient quelle corruption a été révélée en elles, quelles opinions incorrectes elles se sont forgées ni dans quels états erronés elles se sont retrouvées piégées en accomplissant leurs devoirs. Elles ne se soucient que de méthodes extérieures et de la maîtrise et l’acquisition de toutes les connaissances que leurs devoirs requièrent. Elles croient que dans tout métier, la connaissance passe avant tout le reste et qu’avec cette connaissance, elles peuvent devenir puissantes et prendre pied dans le groupe. Dans n’importe quel groupe de personnes, quel qu’il soit, ceux qui ont le plus de connaissances et qui sont les mieux instruits ont le statut le plus élevé. Par exemple, dans un hôpital, le directeur général est généralement le meilleur en termes de connaissances professionnelles, et aussi le plus habile en termes de compétences techniques. Ces gens s’imaginent que les choses fonctionnent de la même manière dans la maison de Dieu. Est-ce une compréhension correcte ? Non, car cela va à l’encontre du principe selon lequel « la vérité règne dans la maison de Dieu ». Ces gens croient que c’est la connaissance qui règne dans la maison de Dieu, que celui qui a le plus de connaissances ou d’expérience, ou celui qui a la plus grande ancienneté ou a le plus de capital, est celui qui devrait être élevé à une position plus haute dans la maison de Dieu et que tout le monde devrait écouter. Cependant, ce point de vue est erroné, n’est-ce pas ? Certains pourraient penser de cette façon sans s’en rendre compte, et pourraient même agir en conséquence et chercher de cette manière, mais un jour, ils vont se heurter à un mur. Pourquoi vont-ils se heurter à un mur ? Les gens qui n’aiment pas la vérité, ne recherchent pas la vérité et ignorent complètement la vérité peuvent-ils jamais se connaître eux-mêmes ? (Non.) Sans une compréhension d’eux-mêmes, ils se dotent de beaucoup de connaissances, paient un certain prix pour la maison de Dieu, accumulent du mérite, puis transforment ces choses en capital. Quel est ce capital pour eux ? C’est un bilan de leur pratique de la vérité et la preuve de leur entrée dans la réalité-vérité et de leur compréhension de la vérité : voilà ce que c’est devenu. Quand une personne comprend la vérité et entre dans ses réalités, c’est une chose bonne et positive aux yeux de tout le monde, et bien sûr c’est aussi ce que ces gens ressentent. Malheureusement, ils considèrent à tort que la connaissance est la vérité et ont un sentiment positif vis-à-vis de cette erreur, ce qui est un signe de danger. Quel type de personne fait cela ? Ceux qui font cela sont des gens qui manquent de compréhension spirituelle. Ils continuent encore et encore jusqu’à ce qu’ils mettent le pied sur ce chemin, et il devient alors impossible de les en faire revenir. Tu peux échanger avec eux, leur signaler les états dans lesquels ils se trouvent ou les exposer, mais ils n’y comprennent rien. Ils sont incapables d’appliquer à eux-mêmes tout ce que tu leur dis, et cela dénote un grave manque de compréhension spirituelle. Ils considèrent très naturellement les connaissances qu’ils ont accumulées, l’expérience qu’ils ont acquise et les leçons qu’ils ont tirées comme étant la vérité, et une fois que c’est le cas, une situation particulière émerge toujours à la fin. C’est inévitable. Si Dieu dit une chose et qu’ils en disent une autre, leurs points de vue sont inévitablement différents du Sien, mais qui a raison d’après eux ? Ils considèrent qu’ils ont raison. Alors, sont-ils capables de se soumettre à Dieu ? Non : ils conservent leurs propres idées et nient ce qu’Il dit. De ce fait, ces personnes ne se traitent-elles pas comme des incarnations de la vérité ?

Extrait de « Ils voudraient que les autres n’obéissent qu’à eux, et non à la vérité ou à Dieu (Partie III) », dans Exposer les antéchrists

Dieu a créé chaque homme avec sa propre spécialité. Certains sont bons en littérature, d’autres en mathématiques et d’autres sont bons en étude approfondie d’une compétence, comme la mécanique, la menuiserie ou la maçonnerie. Les spécialités de certaines personnes peuvent venir d’une éducation systématique dans la société ou de leur aptitude naturelle. Une fois que quelqu’un a maîtrisé une compétence, que cette maîtrise soit apprise ou le produit de son aptitude, il se sent heureux et satisfait à la pensée qu’il a un « job pour la vie » ; il valorise ses compétences comme une sorte de capital, ce qui est inquiétant. Alors, comment ces choses devraient-elles être considérées ? Si elles ont un usage dans la maison de Dieu, elles ne sont que des outils pour accomplir ton devoir et n’ont aucun rapport avec la vérité. Qu’est-ce qui a rapport avec la vérité, alors ? Écouter les paroles de Dieu et agir selon les principes lorsque tu utilises tes compétences et ta profession pour faire ton devoir ; transformer tes compétences et ta profession en un outil avec lequel tu peux accomplir ton devoir et mieux utiliser cet outil pour mieux faire ton devoir, cet outil t’aidant à accomplir ton devoir, voilà qui est utile. Pourtant, quelle que soit l’utilité de telles choses, elles ne peuvent jamais devenir la vérité ; peu importe à quel point la maîtrise de tes compétences et de ta profession est bonne, peu importe à quel point les réalisations de ton talent sont grandes, elles ne pourront jamais être la vérité, ni servir de capital ou de monnaie d’échange contre ton perfectionnement. Ce sont là des choses mortes pour toujours qui n’ont rien à voir avec la vérité.

Extrait de « Ils voudraient que les autres n’obéissent qu’à eux, et non à la vérité ou à Dieu (Partie III) », dans Exposer les antéchrists

Précédent: 150. Principes concernant la manière de considérer la culture traditionnelle

Suivant: 152. Principes concernant la manière de considérer la connaissance et la science

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

101 Si Dieu ne m’avait sauvé

ⅠSi Dieu ne m’avait sauvé,je serais encore errant dans le monde,luttant et souffrant dans le péché,vivant sans aucun espoir.Si Dieu ne...

187 Je veux rendre à Dieu Son amour

ⅠPendant des années, j’ai dérivé à travers le monde, ma corruption s’aggravant. Grâce aux vérités prononcées par Dieu qui m’ont sauvé, je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre

Contactez-nous par WhatsApp