153. Principes concernant la manière de considérer les théories théologiques de la religion

(1) Les théories théologiques de la religion ne sont que des simulacres de la vérité. Ce sont des contrefaçons, des doctrines spécieuses qui amènent les hommes à délimiter Dieu et à Lui résister ;

(2) Les théories théologiques de la religion ne proviennent pas de l’éclairage du Saint-Esprit, mais des notions, des imaginations, de la logique et du raisonnement inductif des hommes. Ce sont des mensonges de filous ;

(3) Les théories théologiques de la religion ne sont pas la vérité et ne peuvent pas sauver les gens. Plus on poursuit la connaissance théologique, plus on devient arrogant et vaniteux et plus on nie la vérité et résiste à Dieu ;

(4) Les théories théologiques de la religion sont extrêmement trompeuses, et celui qui croit en Dieu, mais ne poursuit pas la vérité est extrêmement susceptible d’être séduit et contrôlé par elles, et ainsi, de prendre le chemin de la destruction.

Paroles de Dieu concernées :

Tous ceux qui, dans le christianisme, étudient la théologie, les Écritures, voire l’histoire de l’œuvre de Dieu, sont-ils de vrais croyants ? Diffèrent-ils des croyants et adeptes de Dieu dont Il parle ? Croient-ils en Dieu à Ses yeux ? (Non.) Ils étudient la théologie, ils étudient Dieu. Y a-t-il une différence entre les gens qui étudient Dieu et ceux qui étudient autre chose ? Il n’y en a aucune. Rien ne les différencie des gens qui étudient l’histoire, la philosophie, le droit, la biologie ou l’astronomie. Ils n’aiment simplement pas les sciences, la biologie ou quelque autre discipline que ce soit. Ils n’aiment que la théologie. Ces gens étudient Dieu en cherchant des indices et des signes révélateurs dans Son œuvre. Et que résulte-t-il de ces recherches ? Sont-ils en mesure de déterminer si Dieu existe ? Jamais ils n’y parviendront. Sont-ils en mesure de connaître Sa volonté ? (Non.) Pourquoi ? Parce qu’ils vivent au milieu des mots, des formules, du savoir et de la philosophie. Ils vivent au milieu de l’esprit et des pensées d’êtres humains. Jamais ils ne pourront voir Dieu ni être éclairés par le Saint-Esprit. Comment Dieu les définit-Il ? Comme des non-croyants, des incroyants. Ces non-croyants et ces incroyants se mêlent à la soi-disant communauté chrétienne et font comme s’ils croyaient en Dieu, comme s’ils étaient chrétiens. Mais en réalité, adorent-ils vraiment Dieu ? Lui obéissent-ils vraiment ? Non. Pourquoi ? Une chose est certaine, dans leur cœur, ils ne croient pas que Dieu a créé le monde, qu’Il règne sur toutes choses et qu’Il peut devenir chair, et ils croient encore moins qu’Il existe. Que montre ce manque de foi ? Le doute, le déni et même l’espoir que les prophéties exprimées par Dieu (particulièrement celles qui évoquent les catastrophes) ne se réalisent pas, ne s’accomplissent pas. Voilà la façon dont ils considèrent la croyance en Dieu et c’est aussi la substance et le vrai visage de leur prétendue foi. Ces gens étudient Dieu parce qu’ils ont un intérêt particulier à acquérir une érudition et un savoir en théologie et parce qu’ils s’intéressent aux éléments historiques factuels de Son œuvre. Ce ne sont guère plus qu’un groupe d’intellectuels étudiant la théologie. Ces « intellectuels » ne croient pas en l’existence de Dieu, aussi que font-ils quand Il vient accomplir Son œuvre et que Ses paroles se réalisent ? Quelle est leur première réaction quand ils entendent qu’Il est devenu chair et qu’Il accomplit Sa nouvelle œuvre ? « C’est impossible ! » Ils condamnent quiconque prêche la nouvelle œuvre de Dieu et veulent même les tuer. Que cela montre-t-il ? Cela ne montre-t-il pas que ce sont d’authentiques antéchrists ? Ils sont hostiles à l’œuvre de Dieu et à la réalisation de Ses paroles, sans parler de Son incarnation : « Si Tu ne T’es pas incarné et que Tes paroles ne se sont pas réalisées, alors Tu es Dieu. Si Tes paroles se sont réalisées et que Tu T’es incarné, alors Tu n’es pas Dieu. » Que cela sous-entend-il ? Cela veut dire que tant qu’ils existeront, ils ne permettront pas l’incarnation de Dieu. Ne sont-ils pas d’authentiques antéchrists ? Oui. Ces affirmations existent-elles au sein de la communauté religieuse ? Elles sont proférées haut et fort : « Il est faux d’affirmer que Dieu S’est incarné. C’est impossible ! Toute incarnation est une imposture ! » Certains demandent : « Ces gens ont-ils été induits en erreur ? » Pas du tout. Ils n’ont simplement pas véritablement foi en Dieu. Ils ne croient pas en Son existence, en Son incarnation ni en Son œuvre de création du monde et encore moins en Son œuvre aboutissant à Sa crucifixion et au rachat de l’humanité. Pour eux, la théologie qu’ils étudient est une série d’évènements historiques. C’est une sorte de doctrine ou de théorie.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (7) », dans Récits des entretiens de Christ

Quelle était la principale manifestation de l’hypocrisie des pharisiens ? Ils se sont contentés d’étudier de près les Écritures et n’ont pas recherché la vérité. Quand ils lisaient les paroles de Dieu, ils ne priaient pas et ne cherchaient pas. Au lieu de cela, ils ont étudié ce qu’Il a dit et accompli, puis ont transformé Ses paroles en une sorte de théorie, une doctrine qu’ils ont enseignée aux autres. Voilà en quoi consiste l’étude détaillée des paroles de Dieu. Alors, pourquoi ont-ils fait cela ? Qu’ont-ils étudié de si près ? À leurs yeux, ce n’étaient pas les paroles de Dieu ni Ses expressions. C’était encore moins la vérité, mais plutôt une forme de savoir. À leurs yeux, un tel savoir devait être transmis, répandu, et c’est seulement ainsi qu’auraient dû se répandre la voie de Dieu et l’Évangile. C’est cela qu’ils appelaient « prêcher » et le sermon qu’ils prêchaient était de la théologie.

[…] Les pharisiens considéraient la théologie et la théorie qu’ils maîtrisaient comme une forme de savoir, un moyen leur permettant de condamner les gens et de déterminer s’ils avaient raison ou tort. Ils y ont même eu recours avec le Seigneur Jésus : c’est ainsi qu’Il a été condamné. Pour juger et traiter les gens, ils ne se fondaient pas sur leur substance ni sur le fait de savoir si ce qu’ils disaient était vrai ou faux, et encore moins sur la source ou l’origine de leurs paroles. Ils se contentaient de condamner les gens et de les évaluer en s’appuyant sur les paroles et les doctrines rigides qu’ils maîtrisaient. Ainsi, même si ces pharisiens savaient que ce que le Seigneur Jésus faisait n’était pas un péché et n’enfreignait pas la loi, ils L’ont malgré tout condamné parce que ce qu’Il disait leur semblait être en désaccord avec la connaissance et le savoir qu’ils maîtrisaient, ainsi que la théorie de la théologie dont ils faisaient l’exégèse. Et les pharisiens refusaient simplement de relâcher leur emprise sur ces paroles et ces formules. Ils s’accrochaient à ce savoir et refusaient de céder. Quelle était la seule issue possible en fin de compte ? Ils refusaient de reconnaître que le Seigneur Jésus était le Messie qui devait venir ou que Ses paroles étaient empreintes de vérité, et encore moins que les actions du Seigneur Jésus étaient en accord avec la vérité. Ils se sont appuyés sur des accusations non fondées pour Le condamner. Mais en réalité, au fond d’eux-mêmes, savaient-ils si les péchés pour lesquels ils Le condamnaient étaient licites ? Oui, ils le savaient. Alors pourquoi L’ont-ils malgré tout condamné ainsi ? (Ils ne voulaient pas croire que ce Dieu puissant et céleste qu’ils avaient à l’esprit puisse être le Seigneur Jésus dont l’apparence est celle d’un Fils de l’homme ordinaire.) Ils refusaient d’accepter cet état de fait. Et quelle était la nature de leur refus d’accepter cela ? N’était-ce pas une façon d’essayer de raisonner avec Dieu ? Ce qu’ils voulaient dire, c’était : « Dieu pourrait-Il faire cela ? S’Il devait S’incarner, Il serait sans doute issu d’une lignée illustre. En outre, Il devrait accepter la tutelle des scribes et des pharisiens, S’approprier ce savoir et beaucoup lire les Écritures. Ce n’est qu’une fois qu’Il détiendrait ce savoir qu’Il serait en mesure d’assumer le titre de “Dieu incarné”. » Ils se sont dit : « Tout d’abord, Tu n’as pas ces qualités, donc Tu n’es pas Dieu. Ensuite, sans ce savoir, Tu ne peux pas accomplir l’œuvre de Dieu et Tu peux encore moins être Lui. Enfin, Tu ne peux pas œuvrer hors du temple. En ce moment, Tu n’es pas dans le temple, Tu fais toujours partie des pécheurs, donc l’œuvre que Tu accomplis se trouve hors du champ de celle de Dieu. » D’où vient le fondement de leur condamnation ? Des Écritures, de l’esprit de l’homme et de l’enseignement théologique qu’ils ont reçu. Gonflés de notions, d’idées et de savoir, ils pensaient que ce savoir était juste, que c’était la vérité, la base, et qu’il était impossible que Dieu puisse aller à l’encontre de tout cela. Recherchaient-ils la vérité ? Pas du tout. Ils recherchaient leurs propres notions et idées, leurs propres expériences, et ils ont tenté de s’en servir pour définir Dieu et savoir s’Il avait raison ou tort. Qu’en a-t-il finalement résulté ? Ils ont condamné l’œuvre de Dieu et L’ont cloué sur la croix.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (7) », dans Récits des entretiens de Christ

Comment se fait-il qu’on ait réduit les religieux qui croient dans le Seigneur au « christianisme » ? Comment se fait-il qu’aujourd’hui, ils soient classés comme groupe religieux et non comme maison de Dieu, Église de Dieu ou objet de l’œuvre de Dieu ? Ils ont un dogme. Ils compilent l’œuvre accomplie par Dieu ainsi que les paroles qu’Il a prononcées dans un livre, ils les transforment en ressources pour l’enseignement religieux, puis ils créent des écoles pour introniser toutes sortes de théologiens. Ceux-ci étudient-ils la vérité ? (Non.) Alors qu’étudient-ils ? Ils étudient le savoir théologique, qui n’a rien à voir avec l’œuvre de Dieu ni avec les vérités qu’Il exprime. Et ce faisant, ils se cantonnent au christianisme. Que préconise le christianisme ? Si tu vas à l’Église, on te demandera depuis quand tu crois en Dieu. Et si tu réponds que c’est très récent, on t’ignorera. Mais si tu y vas avec une Bible à la main et que tu annonces : « Je viens d’être diplômé de tel ou tel séminaire théologique », alors on te donnera une place de choix. C’est cela, le christianisme. Ces figures importantes qui se tiennent sur l’estrade ont toutes étudié la théologie. Elles ont été formées aux séminaires et détiennent des connaissances théologiques et théoriques : elles constituent pour ainsi dire le socle du christianisme. Le christianisme forme ces gens pour qu’ils prêchent sur l’estrade, évangélisent et travaillent en tous lieux. Les religieux pensent que la valeur du christianisme repose sur les épaules de ces gens compétents que sont ces étudiants en théologie, ces pasteurs et ces théologiens qui font des sermons. Ils constituent leur capital. Si tel pasteur d’une Église diplômé d’un séminaire excelle dans l’exégèse des Écritures, qu’il a lu des livres religieux, qu’il a quelques connaissances et qu’il est habile avec les mots, alors l’Église prospère et se forge une bien meilleure réputation que les autres. Que préconisent ces gens qui appartiennent au christianisme ? Le savoir. Et d’où vient ce savoir ? C’est un héritage de l’Antiquité. Au cours de cette période, les Écritures ont été transmises de génération en génération et, depuis, chacune d’entre elles les a lues et apprises. L’homme a divisé la Bible en plusieurs parties et créé différentes éditions pour que les gens l’étudient de près et l’apprennent. Mais ils n’apprennent pas à comprendre la vérité, à connaître Dieu ni à comprendre Sa volonté pour réussir à Le craindre et à s’éloigner du mal. Au lieu de cela, ils étudient dans le détail le savoir que l’on trouve dans la Bible. Dans le meilleur des cas, ils examinent les mystères qui s’y trouvent et cherchent à savoir quelles prophéties de l’Apocalypse se sont réalisées dans une période donnée, quand surviendront les grandes catastrophes ou quand arrivera le millénium. Voilà ce qu’ils étudient. Et le contenu de leurs études a-t-il un lien avec la vérité ? Non. Pourquoi étudient-ils un contenu qui n’a aucun lien avec la vérité ? Plus ils l’étudient, plus ils s’imaginent qu’ils comprennent et plus ils se munissent de lettres et de doctrines. Leur capital grandit aussi. Plus leurs qualifications sont élevées, plus ils se croient compétents, se figurent que leur foi en Dieu est accomplie et pensent qu’ils sont susceptibles d’être sauvés et d’entrer dans le royaume des cieux.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (7) », dans Récits des entretiens de Christ

Ceux qui croient au Seigneur dans la religion axent leurs efforts sur la mémorisation d’un petit nombre de passages célèbres de la Bible. Plus ils les connaissent par cœur, plus on les trouve spirituels et plus ils sont admirés de tous. Ils ont du prestige et un statut élevé. En réalité, dans la vraie vie, leur vision du monde, de l’humanité et de toutes sortes de personnes est la même que celle des laïcs : elle n’a pas changé. Cela prouve une chose : ces passages qu’ils ont appris par cœur ne sont pas du tout devenus leur vie. De façon évidente, ce ne sont que théories et doctrine religieuse et cela n’a pas changé leur vie. Si vous suivez le même chemin que les religieux, vous croyez au christianisme, mais vous ne croyez pas en Dieu et vous ne faites pas l’expérience de Son œuvre. Certaines personnes qui croient en Dieu depuis peu de temps seulement admirent ceux qui croient en Lui depuis longtemps et dont le discours repose sur de bonnes bases. Ils voient les gens qui sont assis là et peuvent facilement parler pendant deux ou trois heures. En les écoutant, ils se mettent à apprendre des paroles et des expressions spirituelles et à assimiler leur façon de parler et de se tenir. Ensuite, ils s’appliquent à mémoriser quelques passages des paroles spirituelles et ils continuent ainsi jusqu’à ce qu’un jour, ils aient cru en Dieu pendant suffisamment d’années pour pouvoir s’assoir là et discourir sans cesse, avec éloquence, en long et en large. Cependant, si on les écoute attentivement, ce ne sont que des absurdités, des paroles creuses, de simples lettres et doctrines. De toute évidence, ce sont des tricheurs religieux qui trichent avec eux-mêmes et avec les autres. Quelle tristesse ! Ne suivez pas cette voie, cela vous mènera à la ruine et il vous sera difficile d’en revenir. Une personne qui chérit de telles choses, en fait sa vie et s’en sert pour se comparer aux autres à tout bout de champ et qui, au-delà d’un tempérament corrompu satanique, fait montre de théories spirituelles et d’une certaine hypocrisie, en plus, une telle personne n’est pas seulement dégoûtante, elle est dégoûtante à l’extrême, elle est répugnante et éhontée, et sa vue est insupportable. Par conséquent, la confession de ceux qui jadis ont suivi le Seigneur Jésus s’appelle maintenant le christianisme. C’est une confession, et dans leur croyance en Dieu ils ne font que respecter la forme de façon rigide. Il n’y a aucun changement dans leur tempérament de vie et ce ne sont pas des gens qui poursuivent la vérité. Ce qu’ils recherchent, ce ne sont pas la vérité, le chemin et la vie qui viennent de Dieu, ils cherchent plutôt à être des pharisiens et sont hostiles à Dieu : tel est le groupe de personnes qui est maintenant défini comme le christianisme. Comment leur groupe en est-il arrivé à être appelé « christianisme » ? Cela s’est produit parce qu’ils prétendent être saints, spirituels et bons et être de vrais disciples de Dieu, or ils nient toute vérité et ils nient la réalité de toutes les choses positives qui viennent de Dieu. Ils se servent de paroles que Dieu avait prononcées dans le passé pour se camoufler, s’armer et se dissimuler et ils s’en servent finalement, en quelque sorte, comme un capital pour tricher partout et manger et boire aux dépens des autres. Ils se font passer pour des croyants pour fanfaronner et escroquer les autres. Ils rivalisent avec les autres, considérant cela comme une gloire et comme un capital. Ils veulent aussi, par la tromperie, obtenir de Dieu des bénédictions et des récompenses. Tel est le chemin qu’ils suivent. C’est parce qu’ils suivent un tel chemin que leur groupe a finalement été appelé le christianisme. Vu sous un angle actuel, ce nom de « christianisme » est-il bon ou mauvais ? C’est une désignation infamante, et qui n’a rien de glorieux ni de formidable.

Extrait de « Seuls ceux qui pratiquent la vérité craignent Dieu », dans Récits des entretiens de Christ

La meilleure façon de changer le tempérament humain est de réparer ces parties du cœur humain les plus intimes qui ont été profondément empoisonnées, permettant aux hommes de commencer à changer leur pensée et leur morale. Tout d’abord, les hommes doivent voir clairement que tous ces rites religieux, ces activités religieuses, ces années, ces mois et ces festivals sont odieux pour Dieu. Ils devraient se libérer de ces liens de la pensée féodale et extirper toute trace de leur propension profondément ancrée à la superstition. Tout cela est inclus dans l’entrée de l’humanité. Vous devez comprendre pourquoi Dieu conduit l’humanité hors du monde séculier, et encore une fois, pourquoi Il conduit l’humanité loin des règles et règlements. C’est la porte par laquelle vous entrerez, et même si ces choses n’ont rien à voir avec votre expérience spirituelle, elles sont les plus grands obstacles qui bloquent votre entrée, qui vous empêchent de connaître Dieu. Elles forment un filet qui empêtre les gens. Plusieurs hommes lisent trop la Bible et peuvent même réciter de mémoire de nombreux passages de la Bible. Dans leur entrée, aujourd’hui, les gens utilisent inconsciemment la Bible pour évaluer l’œuvre de Dieu, comme si la base de cette étape dans l’œuvre de Dieu était la Bible et sa source était la Bible. Lorsque l’œuvre de Dieu est conforme à la Bible, les hommes supportent fortement l’œuvre de Dieu et Le considèrent avec une nouvelle valeur ; lorsque l’œuvre de Dieu va à l’encontre de la Bible, les hommes deviennent tellement anxieux qu’ils commencent à transpirer, en la sondant comme la base de l’œuvre de Dieu ; si l’œuvre de Dieu n’est pas mentionnée dans la Bible, les gens ignorent Dieu. On peut dire qu’en ce qui concerne l’œuvre de Dieu aujourd’hui, la plupart des hommes l’acceptent avec précaution et avec prudence, ils lui accordent une obéissance sélective et sont indifférents au fait de la connaître ; quant aux choses du passé, ils en retiennent la moitié et abandonnent l’autre. Est-ce qu’on peut appeler cela une entrée ? En gardant les livres des autres comme des trésors et en les traitant comme la clé d’or de la porte du royaume, les hommes ne manifestent aucun intérêt pour ce que Dieu exige d’eux aujourd’hui. En outre, de nombreux « experts intelligents » tiennent les paroles de Dieu dans leur main gauche et les « chefs-d’œuvre » des autres dans leur main droite, comme s’ils voulaient trouver la base des paroles d’aujourd’hui à l’intérieur de ces chefs-d’œuvre de base, afin de prouver complètement que les paroles de Dieu sont correctes, et ils expliquent même les paroles de Dieu à d’autres en les intégrant aux chefs-d’œuvre, comme s’ils étaient au travail. Pour dire la vérité, il existe de nombreux « chercheurs scientifiques » dans l’humanité qui n’ont jamais eu une haute opinion des dernières réalisations scientifiques d’aujourd’hui, des réalisations scientifiques sans précédent (ex. : l’œuvre de Dieu, les paroles de Dieu et le chemin d’entrée dans la vie), de sorte que les hommes sont tous « autonomes », « prêchent » partout en se confiant à la qualité de leur langue d’argent, et font étalage du « bon nom de Dieu ». Entretemps, leur propre entrée est en péril et ils semblent être aussi loin des exigences de Dieu que la création l’est à partir de ce moment-là. Combien est-il facile de faire l’œuvre de Dieu ? Il semble que les hommes ont déjà pris la décision de laisser une moitié d’eux-mêmes dans le passé et d’emmener l’autre moitié dans le présent, de livrer la moitié à Satan et de présenter la moitié à Dieu, comme si c’était la façon de soulager leur conscience et d’éprouver un sentiment de confort. Le monde intérieur des hommes est tellement insidieux, ils ont peur de perdre non seulement le lendemain mais aussi hier, profondément peur d’offenser à la fois Satan et le Dieu d’aujourd’hui, qui semble être et pourtant ne pas être. Parce que les gens n’ont pas réussi à cultiver leur pensée et leur morale correctement, ils manquent exceptionnellement de discernement et ils ne peuvent tout simplement pas dire si oui ou non l’œuvre d’aujourd’hui est celle de Dieu. C’est peut-être parce que la pensée féodale et superstitieuse des hommes est si profonde qu’ils ont longtemps placé la superstition et la vérité, Dieu et les idoles, dans la même catégorie, ne se souciant pas de distinguer ces choses, et ils semblent incapables de discriminer clairement même en se creusant les méninges. C’est pourquoi les êtres humains se sont arrêtés dans leur avancée et ne progressent plus. Tous ces problèmes découlent du manque d’éducation idéologique des hommes, ce qui crée de grandes difficultés à leur entrée. En conséquence, les hommes ne s’intéressent jamais à l’œuvre du vrai Dieu, mais s’attachent obstinément au[1] travail de l’homme (tel que ceux qu’ils considèrent comme de grands hommes) comme s’ils en avaient été marqués. Ces derniers ne sont-ils pas les thèmes les plus récents dans lesquels l’humanité devrait entrer ?

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (3) », dans La Parole apparaît dans la chair

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Les théologiens et les pasteurs en particulier, ainsi que les érudits et les chercheurs en théologie, après avoir lu un passage des paroles de Dieu, ne cherchent pas la vérité ni une véritable compréhension de Dieu à partir d’une expérience pratique. Au contraire, ils étudient et évaluent différentes théories et arrivent finalement à quelques conclusions. Alors, les conclusions auxquelles ils parviennent sont-elles réelles ou doctrinales ? Elles sont toutes doctrinales. Il en est ainsi, car ils ont basé leurs conclusions sur une recherche et une délibération textuelles spécialisées et non sur leur propre expérience. Les conclusions tirées d’une recherche textuelle littérale et d’une recherche à partir de ce que la Bible rapporte ont créé une sorte de théorie, appelée la théorie théologique. Ici, il n’existe pas de connaissance par l'expérience et il n’existe pas d’éclairage du Saint-Esprit. La connaissance plus profonde obtenue grâce à l’éclairage du Saint-Esprit surpasse ce qui provient du sens superficiel des mots ; elle ne peut être exprimée par aucun langage superficiel. Le Saint-Esprit ne t’éclairera et ne t’illuminera que lorsque tu chercheras la vérité après être entré dans l'expérience. Le Saint-Esprit éclaire et illumine pour toi les choses les plus réelles et les choses les plus vraies pour toi et ce sont des choses que tu ne peux trouver dans la Bible, quels que soient les efforts que tu y consacres. Alors, aujourd'hui, Dieu nous demande d’expérimenter la parole de Dieu. Au cours de notre expérience de la parole de Dieu, si le Saint-Esprit nous éclaire, nous pouvons alors atteindre une compréhension réelle des paroles de Dieu. Cette compréhension réelle ne peut être atteinte, peu importe la manière dont tu t’acharnes à étudier le sens littéral des paroles de Dieu ; c'est quelque chose que la pensée humaine ne peut saisir et c’est quelque chose que tu ne peux imaginer, peu importe les efforts que tu y consacres. Ainsi, seule la vérité que nous recevons de la direction, de l’éclairage et de l’illumination du Saint-Esprit est la vraie compréhension de Dieu. Actuellement, nous faisons l’expérience des paroles de Dieu et de l’œuvre de Dieu. C’est pourquoi, à la fin, nous parviendrons à une véritable compréhension de Dieu. Ces érudits et ces experts religieux n’auront jamais une réelle compréhension de Dieu. Peu importe les efforts qu’ils déploient pour étudier le sens littéral des paroles de Dieu, tout cela est inutile. À la fin, Dieu les condamnera. Dans leur foi en Dieu, ils ne suivent pas le chemin qui consiste à faire l’expérience des paroles de Dieu et à obtenir l’éclairage du Saint-Esprit. Ils se fient à leur propre esprit lorsqu’ils font des recherches, imaginent et délibèrent, et au bout du compte, ils produiront une sorte de théorie. Cette théorie est absurde et irréaliste, déterminée par Dieu comme étant fausse. C’est pourquoi Dieu ne les reconnaît pas comme des personnes qui connaissent Dieu. Ce sont tous des gens particulièrement absurdes et grotesques.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Dans tout le monde religieux, il y a tant de gens qui ont des connaissances scripturaires et théologiques. Pourquoi ces personnes ne peuvent-elles pas accomplir l’œuvre de Dieu ? C’est parce que leurs connaissances scripturaires et théologiques sont toutes des connaissances absurdes qui ne pourront jamais remplacer la vérité, et encore moins accomplir l’œuvre de Dieu ou sauver l’humanité. Aujourd’hui, nous avons vu dans les paroles de Dieu que celles-ci sont la vérité, et toute connaissance scripturaire et théologique est incompatible avec la vérité exprimée par Dieu. Plus une personne comprend les connaissances scripturaires et théologiques, plus elle sera susceptible de résister à Dieu et de Le condamner. Alors qu’est-ce que la vérité ? Y a-t-il de la vérité dans la connaissance théologique ? Y a-t-il de la vérité dans la connaissance scripturaire ? Il ne s’agit pas là de la vérité. La connaissance scripturaire est écrite par des êtres humains, résumée à partir de la pensée humaine, et ce ne sont pas les paroles de Dieu ; seules les paroles de Dieu sont la vérité. La connaissance scripturaire et les paroles de Dieu sont deux choses entièrement différentes et ne peuvent tout simplement pas être mises sur le même plan. Quand une personne possède des connaissances théologiques et scripturaires, comment peut-elle alors résister à Dieu, porter un jugement sur Dieu et devenir un antéchrist ? En ceci que trop de connaissances ne peuvent que corrompre une personne, la rendre arrogante et prétentieuse, et la faire résister à Dieu de façon encore plus frénétique. Ce sont ceux qui possèdent trop de connaissances théologiques et scripturaires qui résistent à Dieu encore plus gravement. Il y a deux mille ans, les grands prêtres, les scribes et les pharisiens du judaïsme, des gens qui étaient exactement comme Paul, avaient cru en l’Éternel pendant des générations et étudié les Écritures pendant plus d’un ou deux millénaires. Leur connaissance des Écritures était la plus complète, pourtant, au bout du compte, ils sont devenus les principaux coupables qui ont résisté à Dieu, les ennemis du Dieu incarné : groupe après groupe, ils sont devenus des antéchrists, « édifiés » par leur connaissance des Écritures et de la théologie. Certains peuvent se demander : « Qu’y a-t-il de mal à étudier intensément la Bible et à faire des recherches en théologie ? » L’étude de la Bible et de la théologie n’est pas le moyen de connaître Dieu. L’étude de ces choses ne peut que conduire à trahir Dieu de plus en plus et à s’éloigner de plus en plus de la vérité. La connaissance de Dieu ne peut être obtenue qu’en faisant l’expérience de l’œuvre de Dieu et de l’œuvre du Saint-Esprit. L’étude de la théologie et la connaissance des Écritures ne peuvent pas permettre de gagner l’œuvre du Saint-Esprit : étudier ces choses-là n’est d’aucune utilité. Ceux que Dieu perfectionne et utilise à l’ère du Règne n’ont aucune connaissance scripturaire ou théologique et ne sont pas non plus des intellectuels, alors comment se fait-il qu’ils puissent être utilisés par Dieu ? Quelle en est la raison ? C’est que Dieu ne perfectionne pas les gens ayant de connaissances ; Dieu perfectionne les gens honnêtes qui aiment et poursuivent la vérité, des gens comme Pierre.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

L’étude de la théologie et la poursuite de la connaissance aideraient-elles à atteindre une compréhension de Dieu ? Non seulement tu ne parviendrais pas à comprendre Dieu, mais cela te pousserait à t’éloigner de plus en plus de Lui et à Lui résister de plus en plus. De nombreuses connaissances, y compris les connaissances théologiques, sont ennemies de la vérité. Par conséquent, plus on se concentre sur les connaissances théologiques, plus on résistera sérieusement à Dieu. En fin de compte, on deviendra un ennemi du Christ. Aujourd’hui, nous acceptons l’œuvre du Christ et nous acceptons le salut du Christ. Nous commençons à avoir une compréhension de Dieu, nous arrivons à percer à jour le monde, nous arrivons à percer à jour la connaissance, nous arrivons à percer à jour les théories théologiques et nous pouvons même abandonner Satan et renoncer à cette connaissance, ce qui signifie que nous avons commencé à nous engager sur la bonne voie du salut. Si quelqu’un comprend vraiment la vérité et peut percer à jour, discerner, disséquer, rejeter et abandonner les philosophies, les lois, les connaissances et les idées fausses de Satan, alors cette personne sera complètement sauvée par Dieu. À l’heure actuelle, avons-nous déjà atteint ce stade ? Si l’on te demandait de disséquer une des philosophies de Satan, serais-tu capable d’utiliser la vérité pour la réfuter et la critiquer en profondeur ? Si tu sortais un livre au hasard de l’étagère du monde, serais-tu en mesure de trouver les idées fausses qui vont à l’encontre de la vérité dans ce livre ? Si tu choisissais au hasard un livre religieux et que tu pouvais voir clairement ses idées fausses, savoir où se trouvent ses erreurs, les passages où il va à l’encontre de la vérité et à quelles vérités il n’est pas conforme ; si tu pouvais atteindre ce niveau, cela voudrait dire que tu comprends la vérité et que tu as la vérité. Disons que tu entres en contact avec quelqu’un qui croit en Dieu. Quel que soit le type de personne, qu’il s’agisse d’un pasteur ou d’un ancien, quand il commencera à parler, tu remarqueras l’absurdité de ses propos, où il se trompe et quelles vérités il enfreint. Cela prouvera que tu comprends vraiment la vérité. À l’heure actuelle, tu n’as pas encore atteint cette stature, ce qui indique que tu ne comprends toujours pas la vérité. Les conséquences de cette incompréhension de la vérité sont que tu risques encore d’être trompé par Satan, d’être trompé par l’homme et de suivre de faux pasteurs et de faux prophètes. Si une personne du monde religieux te donne un livre à lire, et qu’après l’avoir lu, tu penses qu’il enseigne aussi aux gens à être bons et qu’il n’y a rien de mal à cela, cela prouve que tu manques de discernement et que tu n’as pas la vérité. Quand tu seras capable de réfuter, de disséquer et de critiquer à fond toutes sortes d’idées fausses religieuses et toutes les idées fausses issues de l’humanité et du monde religieux qui résistent à Dieu, alors cela prouvera que tu as vraiment de la stature et que tu es capable d’être un témoin de Dieu.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Note de bas de page :

1. « S’attachent obstinément au » est utilisé de façon moqueuse. Cette phrase indique que les gens sont obstinés et inflexibles, se cramponnant à des choses obsolètes et ne voulant pas les lâcher.

Précédent: 152. Principes concernant la manière de considérer la connaissance et la science

Suivant: 154. Principes concernant la manière de traiter les incroyants

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre