137. Principes pour traiter les dirigeants et les collaborateurs

(1) Les élus de Dieu doivent honorer la grandeur de Dieu et ne pas admirer ni vénérer un quelconque dirigeant ou collaborateur. En toute chose, ils doivent se soumettre à Dieu et à la vérité, et ne doivent pas être contrôlés par des humains ;

(2) Dans la mesure où les dirigeants et collaborateurs sont les bonnes personnes, avec des paroles et des actes en accord avec les paroles de Dieu et avec la vérité, et qu’ils peuvent exalter Dieu et témoigner pour Lui, ils doivent être acceptés et obéis ;

(3) Si des dirigeants ou des collaborateurs révèlent de la corruption, ou si leurs actes ne s’accordent pas avec les principes de la vérité, leurs erreurs doivent être corrigées par l’échange. Ils ne doivent pas être obéis aveuglément ;

(4) Si un quelconque dirigeant ou collaborateur est malfaisant et agit d’une manière contraire aux modalités de travail, alors il doit être considéré comme un faux dirigeant ou comme un antéchrist, et il doit être exposé et démis de ses fonctions.

Paroles de Dieu concernées :

Les gens qui croient en Dieu doivent obéir à Dieu et L’adorer. N’exalte pas, n’admire pas qui que ce soit ; ne donne pas la première place à Dieu, la deuxième aux personnes que tu admires et la troisième à toi-même. Personne ne doit occuper une place dans ton cœur, et tu ne dois pas considérer les gens – en particulier ceux que tu vénères – comme étant à égalité avec Dieu ou comme s’ils étaient Ses égaux. C’est intolérable pour Dieu.

Extrait de « Les dix décrets administratifs qui doivent être respectés par les élus de Dieu à l’ère du Règne », dans La Parole apparaît dans la chair

Peu importe le niveau des dirigeants et des collaborateurs au sein d’une Église, si vous les vénérez toujours et vous fiez toujours à eux dans tout pour croire en Dieu et obtenir le salut, cet élan est en lui-même malavisé. Indépendamment de leur rang dans la hiérarchie, ils restent des gens ordinaires, et si tu les considères comme tes supérieurs, si tu as le sentiment qu’ils sont plus élevés que toi, qu’ils sont meilleurs ou plus compétents que toi et qu’ils doivent te diriger, qu’ils sont à tous égards au-dessus de tous les autres, alors c’est erroné : c’est ton fantasme. Et quelles sont les conséquences provoquées par ce fantasme ? Ce fantasme, cette compréhension faussée te conduira inconsciemment à évaluer tes dirigeants à l’aune d’exigences qui ne sont pas conformes à la réalité. En même temps, sans le savoir, tu seras aussi profondément attiré par leur élégance et leur panache apparents, ou par leurs capacités et leurs talents, si bien que très vite, tu les vénéreras et ils seront devenus tes Dieux. Ce chemin, depuis le moment où ils commencent à devenir ton modèle, l’objet de ta vénération, jusqu’au moment où tu deviens l’un de leurs adeptes, est un chemin qui t’éloignera de Dieu sans que tu en aies conscience. Et même en t’éloignant progressivement de Dieu, tu continueras à croire que tu suis Dieu, que tu es dans Sa maison, que tu es en Sa présence. Or, sans le savoir, tu auras été éloigné par quelqu’un qui a été corrompu par Satan, ou même, par un antéchrist. C’est une situation très dangereuse. Afin de résoudre ce problème, tu dois donc pouvoir précisément comprendre les différents tempéraments des antéchrists et leurs façons d’agir, ainsi que la nature de leurs actions et les méthodes et stratagèmes qu’ils se plaisent à utiliser. Vous devez aussi commencer par travailler sur vous-mêmes. Croire en Dieu tout en adorant l’homme n’est pas le chemin correct. Certains pourront dire : « Eh bien, j’ai mes raisons de vénérer ces dirigeants : ceux que je vénère correspondent à mes notions et à mon imagination. » Pourquoi persistes-tu à vénérer l’homme alors que tu crois en Dieu ? Au bout du compte, qui te sauvera ? Qui t’aime et te protège vraiment ? Ne le vois-tu vraiment pas ? Pourquoi es-tu si médiocre ? Tu suis Dieu et tu écoutes Sa parole, et si quelqu’un parle et agit correctement, et se conforme aux principes de vérité, obéir à la vérité ne te suffit pas ? Pourquoi es-tu si médiocre, à persister à trouver quelqu’un à vénérer et à suivre, comment peux-tu aimer être l’esclave de Satan ? Pourquoi ne pas être plutôt un serviteur de la vérité ? Regarde si la personne a du bon sens et de la dignité. Tu dois commencer par travailler sur toi-même, t’équiper des vérités qui différencient les différentes personnes et les différents événements, apprendre à discerner entre toutes les manières dont chaque sorte d’événement et de personne se manifeste, savoir dans tous les cas quelle essence et quel tempérament sont manifestés. Tu dois aussi comprendre quelle sorte de personne tu es, quelles sortes de personnes sont celles qui t’entourent et quelles sortes de personnes te dirigent. Tu dois être capable de les considérer de façon appropriée. Une fois que tu seras équipé d’une mesure de ta stature, tu ne te laisseras pas facilement prendre aux stratagèmes des antéchrists et tu ne craindras pas non plus leurs tromperies.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (4) », dans Récits des entretiens de Christ

Quelle attitude les gens doivent-ils avoir en ce qui concerne la manière de traiter un dirigeant ou un ouvrier ? Si ce qu’il fait est juste, alors tu peux lui obéir ; si ce qu’il fait est mal, alors tu peux l’exposer et même t’opposer à lui et faire entendre une opinion différente. S’il est incapable de faire un travail concret et s’il apparaît qu’il est un faux dirigeant, un faux ouvrier ou un antéchrist, alors tu peux refuser sa direction, et tu peux aussi le dénoncer et l’exposer. Cependant, certains élus de Dieu ne comprennent pas la vérité et sont particulièrement lâches, si bien qu’ils n’osent rien faire. Ils disent : « Si le dirigeant m’éjecte, je suis fini ; s’il fait en sorte que tout le monde m’expose ou me renie, alors je ne pourrai plus croire en Dieu. Si je quitte l’Église, alors Dieu ne voudra pas de moi et ne me sauvera pas. L’Église représente Dieu ! » Ces façons de penser n’ont-elles pas une incidence sur l’attitude de la personne envers ces choses-là ? Pourrait-il être vrai que si le dirigeant t’exclue, tu ne peux plus être sauvé ? La question de ton salut dépend-elle de l’attitude de ton dirigeant vis-à-vis de toi ? Pourquoi tant de gens ont-ils peur à ce point ? Si, aussitôt qu’un faux dirigeant ou un antéchrist te menace, tu n’oses pas le rapporter à la hiérarchie et tu garantis même que, désormais, tu seras sur la même longueur d’onde que le dirigeant, est-ce que tu n’es pas fait comme un rat ? Est-ce là le genre de personne qui cherche la vérité ? Non seulement tu n’oses pas exposer une conduite aussi mauvaise, digne d’antéchrists sataniques, mais au contraire, tu lui obéis, tu prends ses paroles pour la vérité et tu t’y soumets. N’est-ce pas le summum de la stupidité ? Alors, quand tu subis un préjudice, n’est-ce pas ce que tu mérites ? Est-ce Dieu qui t’a fait du mal ? C’est toi qui as souhaité subir cela. Tu t’es choisi comme chef un antéchrist et tu l’as traité comme un frère ou une sœur : c’est ta faute. Quelle attitude doit-on avoir vis-à-vis d’un antéchrist ? On doit l’exposer et le combattre. Si tu ne peux pas le faire seul, il faut que plusieurs personnes s’unissent pour le dénoncer. Ayant découvert que certains dirigeants et certains collaborateurs de haut niveau suivaient le chemin de l’Antéchrist et qu’ainsi ils faisaient souffrir les frères et sœurs, n’accomplissaient pas de travail réel et convoitaient les bénédictions du statut, certaines personnes ont signé une pétition pour rejeter ces antéchrists. Quel travail formidable elles ont réalisé ! Cela montre que les gens comprennent la vérité, qu’ils possèdent une certaine stature et qu’ils ne sont pas contrôlés ni trompés par Satan. Cela prouve aussi que les antéchrists et les faux dirigeants n’occupent pas une position dominante dans l’Église et qu’ils n’osent pas trop montrer leur vrai moi dans ce qu’ils disent et font. S’ils se révèlent, il y a des gens pour les surveiller, les repérer et les chasser. Autrement dit, dans le cœur de ceux qui comprennent véritablement la vérité, le statut, le prestige et l’autorité d’une personne ne sont pas ce qui domine. Tous ceux qui comprennent la vérité sont capables de faire preuve de discernement, ils réfléchissent au chemin que les gens devraient emprunter dans leur foi en Dieu et à la manière dont ils devraient traiter les dirigeants et les collaborateurs. Ils se demandent aussi qui les gens devraient suivre et quelles sont les conduites qui reviennent à suivre des personnes et celles qui reviennent à suivre Dieu. Inconsciemment, ayant réfléchi à ces vérités pendant plusieurs années et écouté souvent des sermons, ils ont fini par comprendre les vérités de la croyance en Dieu et ce faisant, ils ont gagné en stature. Ils ont emprunté le bon chemin de la croyance en Dieu.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (1) », dans Récits des entretiens de Christ

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Les élus de Dieu doivent comprendre comment traiter les dirigeants et les ouvriers à tous les niveaux de l’Église. Ils doivent être capables de distinguer le bien du mal et de discerner si les dirigeants et les ouvriers sont des personnes qui poursuivent la vérité. Ce sont là des capacités fondamentales que les élus de Dieu devraient posséder. Si nous voyons qu’un dirigeant ou un ouvrier est une personne bienveillante qui poursuit la vérité, mais qui a commis des transgressions ou fait quelque chose de mal, nous devons le traiter correctement et l’aider avec amour. Nous ne devons absolument pas profiter de ces erreurs ou de ces transgressions pour le condamner, l’étiqueter arbitrairement et être sévères au point de battre les gens à mort à coups de bâton ; agir ainsi reviendrait à accuser faussement les autres et à leur faire du tort. Les personnes bienveillantes ont également commis des transgressions et ont parfois fait des erreurs, mais les personnes bienveillantes peuvent se repentir et changer. Donc, quelles que soient les transgressions que l’on trouve chez elles ou les erreurs qu’elles ont commises, tant qu’elles peuvent accepter la vérité, apprendre à se connaître et se repentir, alors elles doivent être aidées avec amour. Si un dirigeant ou un ouvrier est une personne bienveillante qui poursuit la vérité, et que quelqu’un profite d’une transgression qu’il a commise et ne la laissera pas passer tant qu’il n’aura pas anéanti ce dirigeant ou cet ouvrier, alors cela ne les opprime-t-il pas et ne les fait-il pas souffrir ? Ce n’est pas différent des faux dirigeants et des antéchrists qui font souffrir les gens. Les élus de Dieu ne devraient pas faire souffrir les autres, et les dirigeants et les ouvriers devraient encore moins faire souffrir les autres. Les élus de Dieu devraient traiter correctement les dirigeants et les ouvriers, et les dirigeants et les ouvriers devraient traiter correctement les élus de Dieu. Nous devrions tous nous traiter équitablement les uns les autres et nous entraider par amour. C’est le cours des relations humaines normales, ainsi qu’un signe d’entrée dans la réalité-vérité.

Si les dirigeants et les ouvriers choisis lors des élections de l’Église oppriment et piègent les autres de façon répétée, ils peuvent aussi être définis comme des gens méchants, et une fois que des preuves irréfutables sont obtenues, ils devraient être persuadés de démissionner ; s’ils n’acceptent pas les critiques, les reproches, l’émondage et le traitement des élus de Dieu, ces derniers devraient s’unir pour les bannir et les éliminer. Ce faisant, on élimine une source de préjudice au profit de tous, on est entièrement en accord avec la volonté de Dieu, on protège la vie de l’Église et on s’inscrit tout à fait dans la définition de la protection de l’œuvre de Dieu. L’Église est dirigée par Dieu, la vérité et la parole de Dieu : elle ne tolère absolument pas la présence de gens méchants. Si le traitement réservé par une Église aux faux dirigeants et aux antéchrists consiste à les tolérer et à les ignorer, à tolérer les perturbations et la destruction qu’ils génèrent, ainsi que les préjudices qu’ils causent aux élus de Dieu, cela prouve que cette Église manque de personnes qui comprennent la vérité et soutiennent la justice, et qu’elle est entièrement composée de personnes insensées, et c’est pourquoi les membres de cette Église sont trompés et contrôlés par de faux dirigeants et des antéchrists ; ils ne peuvent que souffrir et être cruellement opprimés. Cela, à son tour, prouve que si des croyants en Dieu ne comprennent pas la vérité, alors ils sont condamnés à être tourmentés par Satan et tyrannisés par des gens méchants. Même si le Supérieur souhaite aider ces personnes, nous ne pourrons pas le faire. Les modalités de travail du Supérieur ont déjà donné des règles claires pour les élus de Dieu, et il leur est tout à fait possible de bannir les faux dirigeants et les faux ouvriers selon la vérité et les modalités de travail du Supérieur. C’est un droit donné par Dieu, et si les élus de Dieu ne savent pas comment l’utiliser, ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes.

Les élus de Dieu devraient traiter les dirigeants et les ouvriers à tous les niveaux de l’Église d’une manière basée sur la vérité et en respectant les principes. Ils devraient soutenir les dirigeants et les ouvriers qui sont en accord avec la volonté de Dieu et qui peuvent résoudre les problèmes et faire des choses concrètes pour les élus de Dieu. Ils devraient aussi les défendre et coopérer avec eux. Ils devraient aider patiemment les dirigeants et les ouvriers qui poursuivent la vérité et ont l’œuvre du Saint-Esprit, mais qui peuvent avoir transgressé et ne pas avoir obtenu des résultats idéaux dans leur travail. Les élus de Dieu peuvent les critiquer et les réprimander, ainsi que les émonder et les traiter, mais ils ne sont pas autorisés à les condamner ou à leur tendre des pièges, et encore moins à les bannir avec désinvolture ou à les éliminer. Ils doivent agir en fonction de la vérité et selon des principes. Dans le cas des dirigeants et des ouvriers qui n’ont pas complètement perdu l’œuvre du Saint-Esprit et qui peuvent encore faire une œuvre pratique, les élus de Dieu ne doivent jamais les traiter comme de faux dirigeants et de faux ouvriers. Ils devraient seulement offrir leur aide par amour et les soutenir avec patience. C’est la responsabilité des élus de Dieu. Si les dirigeants et les ouvriers qui ne poursuivent pas la vérité et n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit ne veulent pas se repentir, négligent même leurs tâches et agissent de manière imprudente, ils doivent être éliminés et bannis. Ce n’est que par ces pratiques que l’œuvre de Dieu peut être protégée et que la vie de l’Église peut être préservée de toute perturbation. Voilà qui est bénéfique à l’accomplissement de la volonté de Dieu, ainsi qu’à l’entrée dans la vie des élus de Dieu.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Les élus de Dieu doivent avoir la certitude que la plupart des dirigeants et des ouvriers croient sincèrement en Dieu et sont capables de poursuivre la vérité. Bien qu’ils manifestent tous de la corruption et des transgressions, tant qu’ils sont à peu près capables de remplir leur devoir selon les modalités de travail et d’effectuer un travail réel la plupart du temps, alors, à coup sûr, ils sont ceux qui ont de l’espoir d’être sauvés ; par conséquent, les élus de Dieu devraient les accepter, les soutenir et coopérer avec eux. C’est le principe de traitement de la majorité des dirigeants et des ouvriers. Si l’on découvre qu’un dirigeant ou un ouvrier enfreint fréquemment les modalités de travail, et si ce qu’il fait n’est pas compatible avec la vérité, alors nous pouvons être complètement certains qu’il s’agit d’un faux dirigeant ou d’un antéchrist. En ce qui concerne les faux dirigeants et les antéchrists, non seulement nous ne devons jamais les accepter ou leur obéir, mais nous devons aussi les dénoncer tous et les abandonner ; il n’y a que cela qui soit conforme à la volonté de Dieu. Quand nous traitons les dirigeants et les ouvriers, nous devons faire preuve de discernement, en examinant principalement s’ils possèdent ou non une bonne humanité et s’ils possèdent ou non la réalité-vérité. Nous ne devons jamais mettre l’accent sur les dons d’une personne et vénérer aveuglément. Nous devons tous comprendre que les dons d’une personne ne sont pas sa vie : que quelqu’un possède ou non la réalité-vérité est la seule chose fondamentale. Tous ceux qui aiment les dons d’une personne sont ceux qui vénèrent facilement de faux dirigeants et des antéchrists, alors que seuls ceux qui sont plus pragmatiques prêtent attention à la question de savoir si quelqu’un possède ou non la réalité-vérité. Très souvent, la plupart des faux dirigeants et des antéchrists ont des dons, ils savent tous parler avec éloquence et ils tiennent à se mettre en valeur pour que les autres les admirent, ce qui leur permet de gagner facilement la vénération et l’adhésion de certaines personnes. En revanche, ceux qui ont la réalité-vérité avancent très souvent de manière régulière et effectuent un travail réel, se souciant uniquement d’échanger sur la vérité pour résoudre des problèmes concrets, s’efforçant au maximum d’accomplir leur propre devoir et ne cherchant pas à se donner en spectacle. C’est la principale distinction entre les vrais et les faux dirigeants et ouvriers. Si les élus de Dieu ont bel et bien compris la vérité, alors ils auront naturellement un tel discernement. Tous ceux qui peuvent vénérer de faux dirigeants et des antéchrists sont des gens qui n’ont pas la moindre réalité-vérité. Les hommes sont trompés et contrôlés uniquement parce qu’ils n’ont pas de vérité. Par conséquent, les élus de Dieu ne doivent pas traiter les dirigeants et les ouvriers en se concentrant sur leur apparence et sur la question de savoir s’ils peuvent ou non prêcher. La clé est de regarder si leur tenue morale est bonne ou non, s’ils peuvent ou non échanger sur la vérité et effectuer une œuvre pratique. C’est le point le plus critique. S’ils peuvent effectivement échanger sur la vérité et résoudre des problèmes concrets, alors même s’ils ont une apparence ordinaire, ce sont quand même des personnes bienveillantes et ils sont dignes de confiance. S’ils ne peuvent pas échanger sur la vérité, même s’ils ont une bonne apparence ou s’ils sont doués, ce sont des déchets et ils ne méritent pas qu’on leur fasse confiance. Une bonne apparence, un bon caractère, être doué : ces choses-là ne veulent pas dire qu’une personne a la réalité-vérité. Alors que certaines personnes ont une apparence ordinaire et ne semblent pas avoir un bon caractère, elles ont la réalité-vérité, donc ce sont des personnes qui plaisent à Dieu et sont bénies par Dieu. Les élus de Dieu devraient se concentrer sur la question fondamentale de savoir si quelqu’un a ou non la réalité-vérité : voilà le principe qui préside au traitement des dirigeants et des ouvriers. Seules les personnes qui peuvent regarder les choses et traiter les autres conformément aux paroles de Dieu sont celles qui ont des principes dans la façon dont elles font les choses et qui comprennent la vérité et sont entrées dans la réalité.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Les élus de Dieu doivent voir cela clairement : c’est par un long processus d’épreuves, d’épurement, d’émondage et de traitement que Dieu obtient pleinement des résultats en sauvant et en perfectionnant l’homme. Si quelqu’un ne fait l’expérience que de huit ou dix ans de l’œuvre de Dieu, comprend une partie de la vérité et a un peu de réalité, il lui est impossible d’être apte à être utilisé par Dieu. Même si Dieu perfectionne quelqu’un en particulier, celui-ci devra subir au moins dix ou vingt ans d’épreuves, d’épurement, d’émondage et de traitement pour être apte à l’usage de Dieu. C’est un fait. Même si la plupart des dirigeants et des ouvriers à tous les niveaux de la maison de Dieu ont maintenant l’œuvre du Saint-Esprit, cela ne veut pas dire qu’ils sont aptes à être utilisés par Dieu. On pourrait dire qu’ils ont tous commis des transgressions et exprimé des corruptions et qu’ils sont tous allés à l’encontre du principe de vérité d’une manière ou d’une autre. C’est tout à fait normal. Si un dirigeant ou un ouvrier dispose de l’œuvre du Saint-Esprit, même s’il a commis des transgressions et exprimé des corruptions, ce n’est pas un faux dirigeant ou un faux ouvrier. Personne ne devrait profiter de la manière incorrecte dont les autres font quelque chose ou de leurs transgressions ou expressions de corruption ni insister sur le fait que ce sont de faux dirigeants ou de faux ouvriers ; c’est absolument faux et non conforme à la vérité. En effet, nous devons évaluer si un dirigeant ou un ouvrier est un faux dirigeant ou un faux ouvrier selon qu’il possède ou non l’œuvre du Saint-Esprit, et jamais seulement selon qu’il a ou non commis des transgressions ou exprimé des corruptions. Si nous nous basions sur des notions humaines et sur l’imagination pour juger les dirigeants et les ouvriers, alors il n’y aurait personne de qualifié nulle part : comment donc l’œuvre de Dieu progresserait-elle ? Comment la volonté de Dieu s’accomplirait-elle ? Ce serait un problème. Aujourd’hui, le Saint-Esprit accomplit l’œuvre qui consiste à perfectionner l’homme. Il amène les élus de Dieu à faire l’expérience de l’œuvre de Dieu, à faire l’expérience du jugement de Dieu, du châtiment, des épreuves et des épurements, et à faire l’expérience d’être émondés et traités, et enfin, ce n’est qu’après avoir subi des épreuves et un épurement, encore plus importants que ceux qui poursuivent la vérité seront perfectionnés. Les dirigeants et les ouvriers à tous les niveaux ont-ils maintenant subi des centaines d’épreuves et d’épurements ? Font-ils maintenant l’expérience d’un jugement et d’un châtiment plus sévères ? Non. Cela viendra plus tard. N’utilise donc pas une norme trop élevée pour évaluer les dirigeants et les ouvriers. Tu devrais utiliser les quatre normes suivantes pour évaluer tous les dirigeants et ouvriers : premièrement, ils doivent être des personnes qui poursuivent vraiment la vérité ; deuxièmement, ils ne doivent absolument pas être des gens mauvais ; troisièmement, ils doivent être capables de faire une œuvre pratique ; quatrièmement, s’ils commettent des transgressions ou s’il y a quelque chose qui ne va pas chez eux, alors ils doivent pouvoir accepter d’être émondés et traités et être capables de se repentir. Tant qu’ils satisfont à ces quatre normes, ils peuvent être utilisés comme dirigeants et ouvriers, et ils ne doivent pas être définis comme de faux dirigeants et de faux ouvriers. Seuls ceux dont on peut sans aucun doute dire qu’ils n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit peuvent être appelés faux dirigeants et faux ouvriers. On espère que les élus de Dieu peuvent traiter les dirigeants et les ouvriers à tous les niveaux de façon objective et impartiale. Si l’on découvre de faux dirigeants et de faux ouvriers qui, sans aucun doute, n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit, ils doivent être dénoncés ou directement renvoyés, ce qui est une responsabilité que les élus de Dieu ont le devoir de remplir. Certains dirigeants et ouvriers nouvellement élus manqueront de direction dans leur travail en raison de leur manque d’expérience, et ils peuvent aussi commettre des transgressions et exprimer de la corruption, mais tant qu’ils répondent à ces quatre normes, ils doivent être traités avec amour et aidés patiemment ; il n’y a que cela qui soit conforme à la volonté de Dieu. Toute personne ayant une véritable expérience de l’œuvre de Dieu devrait être en mesure de voir clairement ce fait : il y a bien trop peu de personnes bienveillantes qui peuvent pratiquer la vérité aujourd’hui, et en fait elles sont si rares qu’on ne les voit presque jamais. Il est donc presque impossible de choisir des personnes qui sont vraiment appropriées et qu’une majorité considère comme idéales pour devenir des dirigeants et des ouvriers, car l’homme est trop profondément corrompu. Les élus de Dieu doivent changer leurs notions sur la façon d’évaluer et de traiter les dirigeants et les ouvriers à tous les niveaux, et ils devraient regarder les choses à la lumière des paroles de Dieu et des faits objectifs. Il n’y a que cela qui soit conforme à la vérité, ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront avoir une attitude correcte envers les dirigeants et les ouvriers de l’Église à tous les niveaux et ce n’est qu’à ce moment-là que le désordre, au sein de l’Église, pourra être prévenu, efficacement évité et résolu.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Précédent: 136. Principes pour traiter les gens qui ont été exposés et éliminés

Suivant: 138. Principes pour traiter les dirigeants et collaborateurs qui ont commis des transgressions

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre