134. Principes pour traiter les personnes qui aiment la vérité

(1) Tous ceux qui aiment la vérité et qui possèdent l’œuvre du Saint-Esprit comptent parmi le peuple de Dieu. S’ils commettent des transgressions ou s’ils trébuchent et chutent, il faut les aider avec amour ;

(2) Les personnes de bon calibre qui aiment la vérité et qui ont le sens de la droiture doivent être cultivées pour devenir des dirigeants et des collaborateurs, et absolument personne ne doit les attaquer ni les piéger ;

(3) L’Église doit avoir, en son cœur, ceux qui aiment la vérité et possèdent l’œuvre du Saint-Esprit. Il convient de les abreuver, de les cultiver et de leur offrir des possibilités d’accomplir des devoirs et de se former ;

(4) L’Église doit accorder sa protection à ceux qui aiment la vérité. Toutes les personnes malfaisantes qui attaqueraient, excluraient ou piégeraient ceux qui aiment la vérité doivent être sanctionnées.

Paroles de Dieu concernées :

Le salut de l’humanité opéré par Dieu s’adresse aux amoureux de la vérité. C’est un salut qui s’adresse à la partie d’eux-mêmes qui a de la volonté, de la détermination, à cette partie d’eux-mêmes qui, au fond de leur cœur, aspire à la vérité et à la justice. Chez une personne, la détermination est la partie qui, dans son cœur, aspire à la justice, la bonté, la vérité, et qui est douée de conscience. C’est cette partie que Dieu sauve et, à travers elle, Il change les tempéraments corrompus, pour que les êtres humains puissent comprendre la vérité et y accéder et, ainsi, se purifier de leur corruption et que leur tempérament de vie puisse être transformé. Si ces qualités te font défaut, impossible pour toi d’être sauvé. S’il n’y a pas en toi d’aspiration ou d’amour pour la justice et la lumière ; si, chaque fois que tu es confronté au mal, tu n’as ni la volonté de rejeter ce qui est mal ni la détermination de supporter des épreuves ; si, de surcroît, ta conscience est endormie ; si ta faculté de percevoir la vérité est elle aussi engourdie et si tu n’es pas réceptif à la vérité et aux événements qui se produisent ; et si tu manques de discernement en toutes choses et es incapable de gérer les situations ou de les résoudre tout seul, tu n’as alors aucun moyen d’être sauvé. […] Pourquoi dit-on que Pierre est un roc ? Parce qu’il y avait en lui des choses qui méritaient d’être amenées à la perfection ; il était déterminé à chercher la vérité et sa volonté était ferme ; il était doué de raison, prêt à subir des épreuves, et il aimait foncièrement la vérité. Aussi n’a-t-il pas laissé passer l’occasion quand elle s’est présentée à lui. Ce sont là d’indiscutables atouts. Si tu ne possèdes aucun de ces points forts, tu risques d’avoir des ennuis.

Extrait de « Des gens confus ne peuvent pas être sauvés », dans Récits des entretiens de Christ

Si tu aimes la vérité, alors, même si ton calibre est un peu faible, que tu n’es pas croyant depuis longtemps, que tu commets souvent des erreurs et que tu fais des choses stupides, si tu aimes que Dieu communique la vérité, si ton attitude envers la vérité et les paroles de Dieu est honnête, sincère et fervente, que tu adores et chéris la vérité, alors Dieu sera miséricordieux envers toi. Dieu est indifférent à ton ignorance et à ton faible calibre, car ton attitude vis-à-vis de la vérité est sincère et fervente, et ton cœur est sincère : ton cœur et ton attitude sont ce qui compte pour Dieu, et Il sera toujours miséricordieux envers toi, et tu peux donc espérer être sauvé. À l’inverse, si tu as le cœur dur et que tu es complaisant envers toi-même, si tu détestes la vérité et que tu n’aimes pas toutes les paroles de Dieu et tout ce qui concerne la vérité, si tu n’y es jamais attentif et que tu es hostile et dédaigneux du plus profond de toi-même, quelle est alors l’attitude de Dieu vis-à-vis de toi ? Le dégoût, la révulsion et un courroux incessant. Quelles sont les deux caractéristiques évidentes du tempérament juste de Dieu ? Une miséricorde abondante et un courroux profond. Dans « miséricorde abondante », « abondante » signifie que, dans Sa miséricorde, Dieu est tolérant, patient et indulgent, et que c’est là le plus grand amour : voilà ce que signifie « abondante ». Parce que tu aimes la vérité mais que tu es stupide et de faible calibre, l’attitude de Dieu envers toi ne peut qu’être une attitude d’abondante miséricorde. La miséricorde suppose la patience et la tolérance : Dieu est tolérant et patient vis-à-vis de ton ignorance, Il t’accorde suffisamment de foi et de tolérance pour te soutenir, t’approvisionner et t’aider, pour que tu puisses comprendre la vérité peu à peu et grandir progressivement. Sur quel fondement cela est-il construit ? Sur l’attitude de quelqu’un qui aime la vérité et y aspire, qui est sincère vis-à-vis de Dieu, de Ses paroles et de la vérité. Tels sont les comportements fondamentaux dont les gens devraient faire montre.

Extrait de « Comprendre la vérité est crucial pour accomplir convenablement son devoir », dans Récits des entretiens de Christ

Extraits de sermons et d’échanges pour référence :

Le fait que l’Église puisse ou non cultiver et utiliser quelqu’un dépend principalement du fait qu’il poursuive ou non la vérité : c’est le principe le plus fondamental. En effet, le fait que quelqu’un poursuive ou non la vérité peut expliquer beaucoup de choses. Cela permet de savoir s’il suit le bon chemin ou un mauvais chemin, si sa foi en Dieu est concrète et quels attributs il possède. S’il est vraiment quelqu’un qui recherche la vérité, alors il aura presque certainement une humanité relativement bonne, il suivra certainement le bon chemin et il sera certainement une personne relativement gentille. Par conséquent, la maison de Dieu souligne à maintes reprises qu’il faut choisir et utiliser comme dirigeants ceux qui poursuivent véritablement la vérité : c’est là un point important. Personne n’est parfait. Tout le monde a des lacunes. En évaluant quelqu’un, il faut considérer ces principaux aspects : le fait qu’il poursuive ou non la vérité, qu’il soit d’un bon calibre, qu’il soit résolu et qu’il ait le sens de la justice. Si une personne peut poursuivre la vérité, même le fait qu’elle ait quelques petits défauts ou qu’elle commette quelques transgressions mineures n’est pas considéré comme un problème. Tant que la personne poursuit vraiment la vérité, toutes ses transgressions sont des problèmes qui peuvent être résolus. Quand vous évaluez quelqu’un, n’ergotez pas sur des détails et ne le jugez pas sur son apparence : il faut regarder son essence. C’est essentiel. Le travail indispensable consiste à trouver des personnes qui soient véritablement d’un bon calibre, qui poursuivent la vérité et qui soient capables de travailler, puis à leur trouver des postes appropriés dans l’Église, et enfin, à subvenir à leurs besoins et à les cultiver comme il convient. Quand les dirigeants et les collaborateurs à tous les niveaux de l’Église empruntent le bon chemin de la croyance en Dieu, ils peuvent aussi y conduire Ses élus.

Extrait de « Arrangements de Travail »

Il y a un principe particulier de la vie de l’Église : prêtez une attention particulière à ceux qui cherchent la vérité. Échangez davantage avec eux, donnez-leur plus de soutien et abreuvez-les davantage afin qu’ils reçoivent un coup de main le plus rapidement possible, leur permettant de grandir dans la vie dès qu’ils le peuvent. Pour ceux qui ne cherchent pas la vérité, s’il devient évident qu’ils n’aiment pas la vérité après une période d’arrosage, il n’est pas nécessaire de leur consacrer trop d’efforts. Ce n’est pas nécessaire parce que vous avez déjà tout fait ce qui est humainement possible. Il suffit que vous ayez rempli votre responsabilité. Certaines personnes peuvent avoir une opinion différente et dire : « Les gens qui ne poursuivent pas la vérité devraient être davantage abreuvés et recevoir davantage ; vous devriez penser à des moyens de les amener à poursuivre la vérité. À l’inverse, ceux qui poursuivent déjà la vérité n’ont plus besoin qu’on s’inquiète pour eux, car ils savent déjà comment la poursuivre. » Ce point de vue est-il correct ? Non. Vous devez reconnaître qu’il est dans la nature des gens qui ne poursuivent pas la vérité de ne pas aimer la vérité. On peut soutenir que quatre-vingt-dix pour cent de ceux qui n’aiment pas la vérité sont morts. Êtes-vous déterminés à ramener les morts à la vie ? Qu’est-ce qui vous fait croire que vous avez ce qu’il faut ? Si je tombais sur un mort, je m’éloignerais rapidement. Si le Saint-Esprit n’œuvre pas sur quelqu’un, alors rien de ce que n’importe qui d’autre fait ne sera utile. Ce serait formidable si vous preniez le peu d’amour que vous possédez et le consacriez à Dieu, ou si vous le donniez à ces frères et sœurs qui poursuivent sincèrement la vérité. […] Vous devez savoir sur qui vous devriez concentrer votre travail. Dieu perfectionnera-t-Il ceux qui ne cherchent pas la vérité ? Si le Saint-Esprit ne le veut pas, alors pourquoi les gens devraient-ils continuer aveuglément ? Vous ne comprenez pas l’œuvre du Saint-Esprit, mais vous êtes toujours aussi sûrs de vous. N’est-ce pas là la stupidité et l’ignorance humaines ? Alors, aidez davantage les frères et sœurs qui cherchent sincèrement la vérité parce qu’ils sont les objets du salut de Dieu et Ses élus prédestinés. Si nous échangeons souvent sur la vérité avec ces gens en unité de cœur et d’esprit et que nous nous soutenons et nous aidons les uns les autres, à la fin nous atteindrons tous le salut. Vous trahissez la volonté de Dieu si vous ne vous joignez pas à ces gens. Dans chaque Église, il y a une toute petite poignée de personnes qui poursuivent la vérité ; ce sont celles sur lesquelles se concentre l’œuvre du Saint-Esprit. Elles sont le noyau de l’Église. Comment le noyau d’une Église voit-il le jour ? Les personnes sur lesquelles le Saint-Esprit Se concentre sont celles qui deviennent le noyau de l’Église. Si vous pouvez abreuver ces personnes, faire mûrir leur stature et les mettre sur la bonne voie de la croyance en Dieu, alors l’accomplissement de votre devoir sera adéquat et conforme à la volonté de Dieu. Si vous ne vous concentrez pas sur l’abreuvage de ces personnes, que vous les mettez simplement de côté et les ignorez, puis que vous vous concentrez principalement sur le fait de sauver ces morts sans esprit qui appartiennent à Satan et ceux qui n’ont pas été prédestinés ni sélectionnés par Dieu, ces exécutants, alors cela prouve que vous n’êtes pas au diapason avec Dieu ; vous perturbez Son œuvre, vous ne coopérez pas avec l’œuvre du Saint-Esprit et vous n’avez pas atteint les points critiques de votre travail. […] Ainsi, lorsqu’il s’agit de personnes qui poursuivent réellement la vérité, vous devriez prendre des mesures pour vous concentrer davantage sur le fait de les abreuver, de pourvoir à leurs besoins et de les aider. Soutenez ces personnes afin qu’elles puissent emprunter la bonne voie de la croyance en Dieu, et votre service sera alors en accord avec la volonté de Dieu. Ce n’est qu’à ce moment-là que votre service sera véritablement en coopération avec l’œuvre du Saint-Esprit.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Rien ne les révèle autant que leur attitude envers ce qui est positif et les gens positifs, et envers ceux qui sont en quête de vérité. Leur attitude envers de telles gens montre leur attitude envers Dieu et la vérité. Il est tout à fait correct de dire que dénigrer, insulter et attaquer de telles personnes prouve que vous détestez la vérité et ce qui est positif. De nos jours, certains n’osent plus prendre ouvertement position contre l’homme utilisé par le Saint-Esprit. Ils savent que quiconque s’oppose à l’homme utilisé par le Saint-Esprit sera condamné par tous les membres de l’Église en tant qu’antéchrist, et ils font donc désormais tout leur possible pour calomnier, attaquer et juger les dirigeants et ouvriers qui sont en quête de vérité et se chargent de l’œuvre du Saint-Esprit. Ils souhaitent renverser ces dirigeants et ouvriers et prendre leur place. Ne s’agit-il pas là de tactiques d’antéchrists ? Disons, par exemple, qu’une personne persiste à attaquer et émettre des jugements sur les gens qui sont en quête de vérité dans une Église, que cette personne persiste à leur trouver des défauts et qu’elle cherche des expressions de la corruption chez ceux qui sont en quête de vérité, et, ayant trouvé quelque chose, qu’elle porte un jugement sur eux, les attaque et puis les calomnie, pour finir par les réduire à des gens mauvais, maléfiques, ce qui fait que tout le monde les rejette. Cette personne-là n’est-elle pas diabolique ? Tout membre de l’Église hostile aux gens bien qui sont en quête de vérité est maléfique et doit être sévèrement puni. C’est parce que ces gens bien qui sont en quête de vérité sont l’objet de l’œuvre du salut de Dieu ; ils sont sous la protection de Dieu, et ce sont précisément ceux qui sont sauvés par Dieu ; toute personne hostile à de telles gens est hostile à Dieu et à Son œuvre.

Extrait de « Sermons et échange sur l’entrée dans la vie »

Précédent: 133. Principes pour traiter les frères et sœurs qui sont nouveaux dans la foi

Suivant: 135. Principes pour traiter les personnes présentant divers tempéraments arrogants

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre