39. Principes d’adoption du chemin de Pierre

(1) Pierre aimait la vérité et écouter les sermons du Seigneur Jésus. Il s’attachait à mettre en pratique et à vivre les paroles du Seigneur. En outre, il se montrait scrupuleusement concret et réaliste dans tous les domaines ;

(2) Pierre se concentrait sur la connaissance de soi et parvenait à réfléchir à ses propres expressions de la corruption, en éprouvant de véritables remords. Il haïssait la chair et pouvait se repentir sincèrement ;

(3) Pierre cherchait à aimer Dieu et voyait en Jésus beaucoup de choses dignes d’être aimées. Au fil du temps, Jésus lui a paru de plus en plus digne d’être aimé et Pierre est devenu quelqu’un qui aimait Dieu ;

(4) Pierre éprouvait de la révérence envers Dieu. Il pouvait ressentir de très grands remords, même pour la plus infime trace d’insoumission, et poursuivait la vérité. Finalement, il est parvenu à se soumettre jusqu’à la mort et à vouer le plus grand amour à Dieu ;

(5) Il fallut attendre que Pierre subisse des centaines d’épreuves dans ses sept dernières années pour qu’il parvienne à vouer le plus grand amour à Dieu et à se soumettre jusqu’à la mort, offrant ainsi son témoignage retentissant.

Paroles de Dieu concernées :

Pour résumer, suivre la voie de Pierre dans sa croyance en Dieu, c’est suivre la voie de la poursuite de la vérité, qui est aussi la voie pour se connaître soi-même profondément et pour changer son tempérament. Ce n’est qu’en suivant le chemin de Pierre qu’on peut être sur le chemin conduisant à être amené à la perfection par Dieu. Il faut être clair sur la façon de suivre spécifiquement le chemin de Pierre, aussi bien que sur la manière de la mettre en pratique. Tout d’abord, il faut mettre de côté ses propres intentions, ses poursuites déplacées et même sa famille et toutes les choses liées à sa propre chair. Il faut être dévoué de tout cœur, c’est-à-dire, se consacrer entièrement à la parole de Dieu, accorder toute son attention à boire et à manger les paroles de Dieu, s’intéresser à la recherche de la vérité, à la recherche des intentions de Dieu dans Ses paroles, et essayer de saisir la volonté de Dieu en tout. C’est la méthode de pratique la plus fondamentale et la plus essentielle. C’est ce que Pierre a fait après avoir vu Jésus, et ce n’est qu’en pratiquant de cette façon que l’on obtient les meilleurs résultats. Une dévotion sincère aux paroles de Dieu signifie essentiellement rechercher la vérité, rechercher les intentions de Dieu dans Ses paroles, s’efforcer de saisir la volonté de Dieu et comprendre et obtenir plus de vérité à partir des paroles de Dieu. En lisant Ses paroles, Pierre ne s’efforçait pas de comprendre des doctrines et il était encore moins intéressé par l’acquisition de connaissances théologiques ; au contraire, il s’efforçait de comprendre la vérité et de saisir la volonté de Dieu, aussi bien que de parvenir à comprendre Son tempérament et Sa beauté. Il a également essayé de comprendre les différents états de corruption de l’homme à partir des paroles de Dieu, ainsi que de comprendre la nature corrompue de l’homme et les véritables déficiences de l’homme, réalisant ainsi tous les aspects des exigences que Dieu place devant l’homme afin de Le satisfaire. Pierre avait tant de pratiques correctes qui respectaient les paroles de Dieu ; cela s’alignait parfaitement avec la volonté de Dieu et c’était le meilleur moyen pour une personne de coopérer tout en faisant l’expérience de l’œuvre de Dieu. Durant les centaines d’épreuves qu’il eut à expérimenter de la part de Dieu, Pierre s’examinait strictement en regard de chaque parole du jugement de l’homme par Dieu, de chaque parole de la révélation de l’homme par Dieu et de chaque parole de Ses exigences de l’homme, et s’efforçait de sonder le sens de ces paroles. Il essayait sincèrement de comprendre et de mémoriser chaque parole que Jésus lui disait et il avait de très bons résultats. Grâce à cette manière de pratiquer, il parvint à une compréhension de lui-même par les paroles de Dieu, et non seulement il vint à comprendre les différentes conditions corrompues de l’homme, mais parvint aussi à comprendre l’essence, la nature et les différents défauts de l’homme. C’est cela que signifie se comprendre vraiment soi-même. Partant des paroles de Dieu, non seulement Pierre a acquis une véritable compréhension de lui-même, mais dans les choses exprimées dans les paroles de Dieu – le tempérament juste de Dieu, ce qu’Il a et est, la volonté de Dieu pour Son œuvre, Ses exigences envers l’humanité –, de ces paroles, il est parvenu à connaître Dieu complètement. Il est parvenu à connaître le tempérament de Dieu et Son essence ; il est parvenu à connaître et à comprendre ce que Dieu a et est, ainsi que la beauté de Dieu et les exigences de Dieu envers l’homme. Même si Dieu ne parlait pas à l’époque autant qu’Il le fait aujourd’hui, des résultats dans ces aspects étaient néanmoins produits en Pierre. C’était une chose rare et précieuse. Pierre est passé par des centaines d’épreuves, mais n’a pas souffert en vain. Non seulement il est parvenu à se comprendre à partir des paroles et de l’œuvre de Dieu, mais il est aussi parvenu à connaître Dieu. En plus, il s’est particulièrement concentré sur les exigences de Dieu pour l’humanité dans Ses paroles. Dans tous les aspects dont l’homme devrait satisfaire Dieu pour être conforme à la volonté de Dieu, Pierre a fourni de grands efforts à cet égard et est parvenu à une parfaite clarté ; ce fut extrêmement bénéfique pour sa propre entrée. Peu importe ce que Dieu exprimait, aussi longtemps que ces paroles pouvaient devenir sa vie et qu’elles appartenaient à la vérité, Pierre était en mesure de les graver dans son cœur pour les méditer souvent et les comprendre. Après avoir entendu les paroles de Jésus, il était capable de les prendre à cœur, ce qui montre qu’il était particulièrement concentré sur les paroles de Dieu et, à la fin, il a vraiment obtenu des résultats. C’est-à-dire qu’il a été capable de mettre librement les paroles de Dieu en pratique, de pratiquer correctement la vérité et d’être conforme à la volonté de Dieu, d’agir entièrement en conformité avec l’intention de Dieu et de renoncer à ses propres opinions et imaginations personnelles. De cette façon, Pierre est entré dans la réalité des paroles de Dieu. Le service de Pierre était conforme à la volonté de Dieu surtout parce qu’il a agi de cette manière.

Si quelqu’un est capable de satisfaire Dieu en accomplissant son devoir, que ses paroles et ses actions reposent sur des principes et qu’il peut entrer dans la réalité de tous les aspects de la vérité, alors cet homme sera rendu parfait par Dieu. On peut dire que l’œuvre et les paroles de Dieu sont complètement efficaces chez un tel homme, que les paroles de Dieu deviennent sa vie, qu’il obtient la vérité et qu’il peut vivre selon les paroles de Dieu. Après cela, la nature de sa chair, c’est-à-dire le fondement de son existence originelle, sera ébranlée et s’effondrera. Lorsque les paroles de Dieu sont devenues la vie de quelqu’un, celui-ci devient un homme nouveau. Si les paroles de Dieu sont devenues sa vie, que la vision de l’œuvre de Dieu, Ses exigences pour L’humanité, Sa révélation aux hommes et les normes pour une vraie vie que Dieu exige que l’homme atteigne sont devenues sa vie, s’il a vécu selon ces paroles et ces vérités, alors c’est un homme rendu parfait par les paroles de Dieu. Il a expérimenté la nouvelle naissance et est devenu un homme nouveau à travers les paroles de Dieu. C’est la voie que Pierre suivit pour chercher la vérité ; c’était la voie pour être rendu parfait, pour être amené à la perfection par les paroles de Dieu et pour gagner la vie dans les paroles de Dieu. La vérité exprimée par Dieu est devenue sa vie et ce n’est qu’alors qu’il est devenu un homme qui a obtenu la vérité.

Extrait de « Comment suivre la voie de Pierre », dans Récits des entretiens de Christ

Pierre a cherché à se connaître lui-même et à voir ce qui était révélé en lui par l’épurement des paroles de Dieu et par les diverses épreuves que Dieu lui faisait subir. En fin de compte, quand il en est arrivé à vraiment se comprendre, il a réalisé combien l’homme est corrompu, combien il est sans valeur et combien il est indigne de servir Dieu et ne mérite pas de vivre devant Dieu. Pierre est ensuite tombé face contre terre devant Dieu. En fin de compte, il a perçu ceci : « Connaître Dieu est la chose la plus précieuse ! Si je ne connaissais pas Dieu, ma mort serait un si grand opprobre. Je sens que la connaissance de Dieu est la chose la plus importante, la plus significative. Si l’homme ne connaît pas Dieu, alors il ne mérite pas de vivre et il n’a pas de vie. » Le temps que l’expérience de Pierre atteigne ce stade, il connaissait assez bien sa propre nature et la comprenait assez bien. Bien qu’il n’eût peut-être pas été en mesure de l’expliquer à fond comme les gens pouvaient l’imaginer, il était bien parvenu à cet état. Par conséquent, la poursuite du chemin de la vie pour être amené à la perfection par Dieu nécessite de comprendre plus profondément sa propre nature à partir de l’intérieur des paroles de Dieu, ainsi que de comprendre les aspects de sa propre nature et de les décrire par des paroles. Comprendre à fond son vieil homme, la vie de l’ancienne nature satanique, c’est avoir réalisé le résultat requis par Dieu. Si ta connaissance n’a pas atteint ce stade, mais que tu prétends te connaître et avoir gagné la vie, n’est-ce pas de la pure vantardise ? Tu ne te connais pas et tu ignores aussi qui tu es en présence de Dieu, si tu as vraiment atteint le niveau d’un être humain ou combien d’éléments sataniques tu abrites encore. Tu ne sais toujours pas vraiment à qui tu appartiens et tu n’as même pas la moindre connaissance de toi-même, comment peux-tu donc être doué de raison devant Dieu ? Lorsque Pierre poursuivait la vie, au milieu de ses épreuves, il concentrait son attention sur la connaissance de soi et le changement de son tempérament. Il cherchait à comprendre Dieu, et à la fin il a perçu ceci : « L’homme doit poursuivre la compréhension de Dieu dans la vie ; la connaissance de Dieu est la chose la plus critique. Si je ne connais pas Dieu, alors je ne peux pas reposer en paix quand je meurs. Une fois que je Le connaîtrai, si alors Dieu me laisse mourir, j’estimerais toujours cela comme la plus gratifiante des choses ; je ne me plaindrais pas du tout et toute ma vie serait comblée. » Pierre n’a pas été en mesure d’obtenir cette compréhension ou d’atteindre ce niveau-là aussitôt après avoir commencé à croire en Dieu ; il devait d’abord passer par de nombreuses épreuves. Son expérience devait atteindre un certain point et il devait se comprendre parfaitement avant de pouvoir sentir la valeur qu’il y a à connaître Dieu. Par conséquent, la voie que Pierre a suivie était la voie de la vie et celle conduisant à être rendu parfait ; sa pratique spécifique était principalement axée sur cet aspect.

Extrait de « Comment suivre la voie de Pierre », dans Récits des entretiens de Christ

Pierre était de bon calibre, mais ses circonstances étaient différentes de celles de Paul. Ses parents M’ont persécuté, ils étaient des démons possédés par Satan, et pour cette raison, ils n’ont rien transmis à Pierre au sujet de Dieu. Pierre était intelligent, talentueux, adoré par ses parents dès l’enfance. Cependant, une fois adulte, il est devenu leur ennemi, car il cherchait toujours à Me connaître, et cela l’a amené à tourner le dos à ses parents. Cela s’explique, avant tout, par sa croyance que les cieux, la terre et toutes les choses sont entre les mains du Tout-Puissant, et que toutes les choses positives ont leur origine en Dieu et viennent directement de Lui sans être traitées par Satan. Le contre-exemple des parents de Pierre lui a donné une plus grande connaissance de Mon amour et de Ma miséricorde, enflammant ainsi son désir de Me chercher. Il portait une attention particulière, non seulement à s’alimenter et à s’abreuver de Mes paroles, mais, de plus, à saisir Mes desseins, et était constamment attentif en son cœur, de sorte qu’il était toujours sensible au niveau de son esprit, et donc était un homme selon Mon propre cœur en tout ce qu’il faisait. Il portait une attention constante aux échecs des gens dans le passé afin de se stimuler, craignant profondément de tomber dans les filets de l’échec. Il portait également une attention particulière à assimiler la foi et l’amour de tous ceux qui ont aimé Dieu à travers les âges. De cette manière, il a grandi plus rapidement, non seulement dans les aspects négatifs, mais beaucoup plus dans les aspects positifs, jusqu’à ce qu’il devienne, en Ma présence, l’être humain qui Me connaissait le mieux. Pour cette raison, il n’est pas difficile d’imaginer comment il a pu placer tout ce qu’il avait dans Mes mains, n’étant plus son propre maître, même de sa nourriture, son habillement, son sommeil et son logement, mais au contraire, a joui de Mes richesses afin de Me satisfaire en tout. Je lui ai envoyé de si nombreuses épreuves, qui bien sûr l’ont laissé à demi-mort, mais même au milieu de ces centaines d’épreuves, il n’a jamais perdu la foi en Moi ni n’est devenu désillusionné à Mon égard. Même quand J’ai dit que Je l’avais abandonné, il ne s’est pas découragé, mais a continué à M’aimer de façon concrète et en accord avec les principes de pratique du passé. Je lui ai dit que Je ne le louangerais pas même s’il M’aimait, qu’au final, Je le jetterais dans les mains de Satan. Toutefois, au milieu de telles épreuves, des épreuves qui ne l’ont pas atteint dans la chair, mais étaient des épreuves par des mots, il a continué à Me prier : « Oh, Dieu ! Dans les cieux et sur la terre, et parmi les myriades de choses qui existent, est-il un homme, une créature ou toute autre chose qui ne soit pas dans Tes mains, Toi le Tout-Puissant ? Lorsque Tu me fais miséricorde, mon cœur se réjouit grandement grâce à Ta miséricorde. Lorsque Tu me juges, indigne que je sois, je sens d’autant plus le mystère profond de Tes actes, car Tu es empli d’autorité et de sagesse. Bien que ma chair puisse souffrir, mon esprit est réconfortée. Comment ne pourrais-je exalter Ta sagesse et Tes actes ? Même si je mourais après T’avoir connu, comment pourrais-je mourir sans joie et bonheur ? Oh, Tout-Puissant ! Ne désires-Tu vraiment pas me laisser Te voir ? Suis-je vraiment indigne de recevoir Ton jugement ? Se pourrait-il qu’il y ait quelque chose en moi que Tu ne souhaites pas voir ? » Au milieu de telles épreuves, même si Pierre était incapable de bien saisir Mes desseins, il est évident qu’il était fier et honoré d’être utilisé par Moi (même s’il a reçu Mon jugement afin que l’humanité puisse voir Ma majesté et Ma colère), et qu’il n’était pas abattu par ces épreuves. En raison de sa loyauté en Ma présence et de Mes bénédictions sur lui, il est devenu un exemple et un modèle pour l’humanité pendant des milliers d’années. N’est-ce pas précisément l’exemple que vous devriez suivre ?

Extrait du Chapitre 6 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Quant à Pierre, tout ce qui ne satisfaisait pas le désir de Dieu dans sa vie le rendait mal à l’aise. Si quelque chose ne satisfaisait pas le désir de Dieu, alors il avait des remords et cherchait un moyen approprié par lequel il pouvait s’efforcer de satisfaire le cœur de Dieu. Même dans les plus petits détails et aspects de moindre importance de sa vie, il s’imposait toujours de satisfaire le désir de Dieu. Il n’était pas moins exigeant quand il s’agissait de son ancien tempérament, toujours rigoureux dans ses exigences envers lui-même à progresser plus encore dans la vérité. […] Dans sa croyance en Dieu, Pierre a cherché à satisfaire Dieu en tout et a cherché à obéir à tout ce qui venait de Dieu. Sans la moindre plainte, il a pu accepter le châtiment et le jugement, ainsi que l’épurement, la tribulation et les carences dans sa vie, rien de tout cela ne pouvait modifier son amour pour Dieu. N’était-ce pas l’ultime amour pour Dieu ? N’était-ce pas l’accomplissement du devoir d’une créature de Dieu ? Que ce soit dans le châtiment, le jugement ou la tribulation, tu es toujours capable de rester obéissant jusqu’à la mort, et c’est ce qui doit être accompli par une créature de Dieu, c’est la pureté de l’amour pour Dieu. Si l’homme peut en atteindre autant, alors il est qualifié pour être une créature de Dieu, et il n’y a rien qui satisfasse mieux le désir du Créateur. Imagine que tu sois en mesure de travailler pour Dieu, mais que tu ne sois pas obéissant envers Dieu et ne sois pas capable d’aimer véritablement Dieu. De cette façon, non seulement tu n’auras pas accompli le devoir d’une créature de Dieu, mais tu seras également condamné par Dieu, car tu es quelqu’un qui ne possède pas la vérité, qui est incapable d’obéir à Dieu et qui est désobéissant envers Dieu. Tu ne te soucies que de travailler pour Dieu, et ne te soucies pas de mettre la vérité en pratique ou de te connaître toi-même. Tu ne comprends pas ni ne connais le Créateur, et tu n’obéis pas ni n’aimes le Créateur. Tu es quelqu’un qui est naturellement désobéissant envers Dieu, et ainsi de telles personnes ne sont pas bien aimées par le Créateur.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

L’homme vit au milieu de la chair, ce qui signifie qu’il vit dans un enfer humain, et sans le jugement et le châtiment de Dieu, l’homme est aussi souillé que Satan. Comment l’homme pouvait-il être saint ? Pierre croyait que le châtiment et le jugement de Dieu étaient la meilleure protection et la plus grande grâce de l’homme. Ce n’est que par le châtiment et le jugement de Dieu que l’homme peut se réveiller, haïr la chair et haïr Satan. La discipline stricte de Dieu libère l’homme de l’influence de Satan, elle le libère de son propre petit monde et lui permet de vivre dans la lumière de la présence de Dieu. Il n’y a pas meilleur salut que le châtiment et le jugement ! Pierre pria : « Oh Dieu ! Tant que Tu me châties et que Tu me juges, je saurai que Tu ne m’as pas quitté. Même si Tu ne me donnes pas la joie ou la paix, me fais vivre dans la souffrance, et m’infliges d’innombrables réprimandes, tant que Tu ne me quittes pas, mon cœur sera à l’aise. Aujourd’hui, Ton châtiment et Ton jugement sont devenus ma meilleure protection et ma plus grande bénédiction. La grâce que Tu me donnes me protège. La grâce que Tu m’accordes aujourd’hui est une manifestation de Ton juste tempérament et elle est châtiment et jugement ; en outre, elle est une épreuve et, plus que cela, elle est une vie de souffrance. » Pierre était capable de mettre de côté les plaisirs de la chair et de chercher un amour plus profond et une plus grande protection, parce qu’il avait gagné tellement de grâce du châtiment et du jugement de Dieu. Dans la vie, si l’homme veut être purifié et réaliser des changements dans son tempérament, s’il veut vivre une vie qui a du sens et accomplir son devoir de créature, alors il doit accepter le châtiment et le jugement de Dieu et ne doit pas permettre que la discipline et la punition de Dieu s’écartent de lui, afin qu’il puisse se libérer de la manipulation et de l’influence de Satan et vivre dans la lumière de Dieu. Sache que le châtiment et le jugement de Dieu sont la lumière, et la lumière du salut de l’homme, et qu’il n’y a pas de meilleures bénédiction, grâce ou protection pour l’homme. L’homme vit sous l’influence de Satan, et il existe dans la chair ; s’il n’est pas purifié et ne reçoit pas la protection de Dieu, alors l’homme deviendra encore plus dépravé. S’il veut aimer Dieu, alors il doit être purifié et sauvé. Pierre pria : « Dieu, quand Tu me traites avec bonté, je suis ravi et je sens un confort ; quand Tu me châties, je sens encore plus de confort et de joie. Bien que je sois faible et que j’endure des souffrances incalculables, bien qu’il y ait des larmes et de la tristesse, Tu sais que cette tristesse est causée par ma désobéissance et par ma faiblesse. Je pleure parce que je ne peux pas satisfaire Tes désirs ; je ressens du chagrin et du regret parce que je suis insuffisant pour Tes exigences, mais je suis prêt à atteindre cet état, je suis prêt à faire tout mon possible pour Te satisfaire. Ton châtiment m’a apporté la protection et m’a donné le meilleur salut ; Ton jugement éclipse Ta tolérance et Ta patience. Sans Ton châtiment et Ton jugement, je ne pourrais pas jouir de Ta miséricorde et de Ta bonté. Aujourd’hui, je vois d’autant plus que Ton amour a transcendé les cieux et a tout excellé. Ton amour n’est pas seulement miséricorde et bonté ; encore plus que cela, il est le châtiment et le jugement. Ton châtiment et Ton jugement m’ont tellement donné. Sans Ton châtiment et Ton jugement, aucune personne ne serait purifiée, et aucune personne ne serait capable de faire l’expérience de l’amour du Créateur. Bien que j’aie enduré des centaines d’épreuves et de tribulations et que j’aie même frôlé la mort, elles m’ont permis de Te connaître vraiment et de gagner le salut suprême. Si Ton châtiment, Ton jugement et Ta discipline devaient s’éloigner de moi, alors je vivrais dans les ténèbres, sous le domaine de Satan. Quels sont les bénéfices de la chair de l’homme ? Si Ton châtiment et Ton jugement me quittaient, ce serait comme si Ton Esprit m’avait abandonné, comme si Tu n’étais plus avec moi. Si c’était le cas, comment pourrais-je continuer à vivre ? Si Tu me donnes la maladie et m’enlèves ma liberté, je peux continuer à vivre, mais si Ton châtiment et Ton jugement me quittaient, je n’aurais aucun moyen de continuer à vivre. Si j’étais sans Ton châtiment et Ton jugement, j’aurais perdu Ton amour, un amour trop profond pour que je le décrive avec des mots. Sans Ton amour, je vivrais sous le domaine de Satan et ne serais pas capable de voir Ton visage glorieux. Dis-moi, comment pourrais-je continuer à vivre ? De telles ténèbres, une telle vie, je ne pourrais pas les supporter. T’avoir avec moi, c’est comme Te voir, alors comment pourrais-je Te quitter ? Je Te supplie, je Te prie de ne pas me priver de ma plus grande consolation, même si ce n’est que quelques mots de réconfort. J’ai joui de Ton amour et aujourd’hui je ne peux pas être loin de Toi ; dis-moi, comment pourrais-je ne pas T’aimer ? J’ai versé beaucoup de larmes de chagrin à cause de Ton amour, pourtant j’ai toujours senti qu’une vie comme celle-ci est plus significative, plus capable de m’enrichir, plus capable de me changer et plus capable de me permettre d’atteindre la vérité qui devrait être possédée par les créatures. »

Extrait de « Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », dans La Parole apparaît dans la chair

Pendant ce temps à suivre Jésus, Pierre développa beaucoup d’opinions sur Lui et Le jugea toujours selon son propre point de vue. Bien que Pierre aie un certain degré de compréhension de l’Esprit, sa compréhension n’était pas très claire, d’où ce qu’il disait : « Je dois suivre celui qui est envoyé par le Père céleste. Je dois reconnaître celui qui est choisi par le Saint-Esprit. » Il ne comprenait pas les choses que Jésus faisait et manquait de lucidité à leur sujet. Après L’avoir suivi pendant un certain temps, Pierre développa son intérêt pour ce que Jésus faisait et disait, et en Jésus Lui-même. Il en arriva à sentir que Jésus inspirait à la fois de l’affection et du respect ; il aimait s’associer à Lui et rester à Ses côtés, et écouter les paroles de Jésus lui donnait de la force et le soutenait. Durant le temps où il suivit Jésus, Pierre observa et pris à cœur tout ce qui concernait Sa vie : Ses actions, Ses paroles, Ses mouvements et Ses expressions. Il comprit profondément que Jésus n’était pas un homme ordinaire. Bien que Son apparence humaine soit extrêmement ordinaire, Il était plein d’amour, de compassion et de tolérance pour l’homme. Tout ce qu’Il faisait ou disait était d’un grand secours pour les autres et, à Ses côtés, Pierre vit et apprit des choses ignorées auparavant. Il vit que, bien que Jésus ne fût ni d’une grande stature ni d’un humain d’un genre inhabituel, quelque chose de vraiment extraordinaire et hors du commun se faisait ressentir chez Lui. Bien que Pierre ne pût l’expliquer entièrement, il pouvait voir que le comportement de Jésus était différent de celui de n’importe quel autre, car Il faisait des choses bien différentes de ce que pouvait faire les hommes normaux. Pendant le temps où il était en contact avec Jésus, Pierre vit aussi que Sa personnalité était différente de celle d’un homme ordinaire. Il agissait toujours de façon constante et jamais à la hâte, n’exagérait jamais ni ne minimisait un sujet, et menait une vie qui révélait une personnalité à la fois normale et admirable. Dans la conversation, Jésus parlait simplement et avec élégance, communiquant toujours de manière joyeuse, et néanmoins sereine, et ne perdit jamais Sa dignité dans l’exécution de Son œuvre. Pierre vit que Jésus était parfois taciturne, mais que d’autres fois, Il parlait sans relâche. Il était parfois si heureux qu’Il ressemblait à une jeune colombe qui gambade, et d’autres fois si triste qu’Il ne parlait pas du tout, ayant l’air de porter une amertume, comme s’Il était une mère éreintée et épuisée. Parfois, Il était envahi par la colère, comme un soldat courageux fonçant pour tuer un ennemi, et parfois même, il ressemblait à un lion rugissant. Parfois, Il riait ; d’autres fois, Il priait et pleurait. Quelle que soit la façon dont Jésus agissait, Pierre en vint à avoir pour Lui un amour et un respect sans limites. Le rire de Jésus le comblait de bonheur, Son chagrin le plongeait dans la douleur, Sa colère lui faisait peur, tandis que Sa miséricorde, Son pardon et les strictes exigences qu’Il avait envers les gens l’amenaient à aimer vraiment Jésus, puis à développer une véritable révérence et à une grande aspiration pour Lui. Bien sûr, Pierre comprit progressivement tout cela seulement après avoir vécu aux côtés de Jésus durant de nombreuses années.

Extrait de « Comment Pierre en est-il arrivé à connaître Jésus », dans La Parole apparaît dans la chair

Et qu’est-ce que Pierre regretta le plus ? Peu de temps après que Pierre avait dit « Tu es le Fils du Dieu vivant », Jésus énonça une autre question à Pierre (bien qu’elle ne soit pas notée dans la Bible de cette manière). Jésus lui demanda : « Pierre ! M’as-tu jamais aimé ? » Pierre comprit ce qu’Il voulait dire et répondit : « Seigneur, j’ai jadis aimé le Père qui est aux cieux, mais je reconnais que je ne T’ai jamais aimé. » Jésus répliqua ensuite : « Si les gens n’aiment pas le Père qui est aux cieux, comment peuvent-ils aimer le Fils sur la terre ? Et si les gens n’aiment pas le Fils qui est envoyé par Dieu le Père, comment peuvent-ils aimer le Père qui est aux cieux ? Si les gens aiment vraiment le Fils sur terre, alors ils aiment vraiment le Père aux cieux. » Quand Pierre entendit ces paroles, il se rendit compte de ce qui lui manquait. Il avait toujours ressenti des remords au point de pleurer à cause de ses paroles : « J’ai jadis aimé le Père qui est aux cieux, mais je ne T’ai jamais aimé. » Après la résurrection et l’ascension de Jésus, il ressentit encore plus de remords et de chagrin à cause de ces paroles. Se rappelant son travail passé et son statut actuel, il venait souvent devant Jésus dans la prière, éprouvant toujours des regrets et se sentant toujours redevable parce qu’il n’avait pas satisfait Dieu et n’était pas à la hauteur du niveau d’exigence de Dieu. Ces questions devinrent son plus grand fardeau. Il dit : « Un jour, je Te consacrerai tout ce que j’ai et tout ce que je suis, je Te donnerai tout ce qu’il y a de plus précieux. » Il dit : « Dieu ! Je n’ai qu’une foi et qu’un amour. Ma vie ne vaut rien et mon corps ne vaut rien. Je n’ai qu’une foi et qu’un amour. J’ai foi en Toi dans mon esprit et j’ai de l’amour pour Toi dans mon cœur ; je n’ai que ces deux choses à Te donner, et rien d’autre. » Pierre était vivement encouragé par les paroles de Jésus, parce qu’avant qu’Il ne soit crucifié, Jésus avait dit à Pierre : « Je ne suis pas de ce monde, et toi non plus tu n’es pas de ce monde. » Plus tard, quand Pierre était en très grande peine, Jésus lui rappela ceci : « Pierre, as-tu oublié ? Je ne suis pas du monde, et c’était seulement pour Mon œuvre que Je suis parti plus tôt. Toi non plus, tu n’es pas du monde, l’as-tu vraiment oublié ? Je te l’ai dit deux fois, ne t’en souviens-tu pas ? » En entendant cela, Pierre dit : « Je n’ai pas oublié ! » Jésus répondit ensuite : « Tu as jadis été heureux avec Moi aux cieux et tu as passé un certain temps à Mes côtés. Je te manque, tu Me manques aussi. Bien que les créations ne soient pas dignes d’être mentionnées à Mes yeux, comment ne puis-Je pas aimer quelqu’un qui est innocent et appréciable. As-tu oublié Ma promesse ? Tu dois accepter Mon mandat sur terre ; tu dois remplir la tâche que Je t’ai confiée. Un jour, Je te guiderai certainement pour être à Mes côtés. » Après avoir entendu cela, Pierre se sentit encore plus revigoré et reçu encore plus d’inspiration, de telle sorte que, lorsqu’il se retrouva sur la croix, il pu dire : « Dieu ! Je suis incapable de T’aimer suffisamment ! Même si Tu me demandes de mourir, je suis toujours incapable de T’aimer suffisamment ! Où que Tu envoies mon âme, que Tu accomplisses Tes promesses passées ou non, quoi que Tu fasses après, je T’aime et je crois en Toi. » Ce qu’il garda avec lui, étaient sa foi et son véritable amour.

Extrait de « Comment Pierre en est-il arrivé à connaître Jésus », dans La Parole apparaît dans la chair

Pierre suivit Jésus pendant un certain nombre d’années et vit beaucoup de choses en Lui que les autres n’avaient pas. Après L’avoir suivi pendant un an, Pierre fut choisi par Jésus parmi les douze disciples. (Bien sûr, Jésus n’en parla pas et les autres n’en avaient pas conscience du tout.) Dans la vie, Pierre se mesurait en fonction de tout ce que Jésus faisait. Plus spécialement, les messages que Jésus prêchait étaient gravés dans son cœur. Il était entièrement consacré à Jésus et loyal envers Lui et il ne se plaignait jamais de Lui. Par conséquent, il devint le fidèle compagnon de Jésus partout où Il allait. Pierre observait les enseignements de Jésus, Ses douces paroles, ce qu’Il mangeait, portait, ce qui Lui servait d’abri et la manière dont Il voyageait. Il suivit l’exemple de Jésus à tout égard. Il n’était jamais suffisant, mais il rejetait tout ce qui était dépassé, suivant l’exemple de Jésus aussi bien en paroles et qu’en actes. C’est alors que Pierre sentit que le ciel et la terre et toutes les choses étaient dans les mains du Tout-Puissant et que, pour cette raison, il n’avait pas son propre choix. Pierre intégrait aussi tout ce que Jésus était et s’en servait d’exemple. La vie de Jésus montrait qu’Il n’était pas suffisant dans ce qu’Il faisait ; au lieu de Se vanter, Il touchait les gens avec amour. Diverses choses montraient ce que Jésus était et, pour cette raison, Pierre imitait tout de Lui. Les expériences de Pierre lui donnèrent un sentiment accru de la bonté de Jésus et il dit des choses telles que : « J’ai cherché le Tout-Puissant à travers l’univers et j’ai vu les merveilles des cieux, la terre et toutes les choses, et j’ai ainsi acquis un sentiment profond de la bonté du Tout-Puissant. Cependant, je n’avais jamais eu de véritable amour dans mon propre cœur et je n’avais jamais vu la bonté du Tout-Puissant de mes propres yeux. Aujourd’hui, aux yeux du Tout-Puissant, j’ai été regardé par Lui favorablement et j’ai enfin senti la bonté de Dieu. J’ai découvert finalement que pour Dieu, ce n’est pas simplement le fait de créer toutes choses qui fait que l’humanité L’aime ; dans ma vie quotidienne, j’ai trouvé Son infinie bonté. Comment pourrait-elle se limiter à ce qui est visible aujourd’hui ? » Au fil du temps, beaucoup de choses aimables émergèrent aussi chez Pierre. Il devint très obéissant à Jésus et, bien sûr, il endura aussi un bon nombre de revers. Quand Jésus l’emmenait à divers endroits pour la prédication, Pierre s’humiliait toujours et écoutait les sermons de Jésus. Il ne devint jamais arrogant à cause de ses années en tant que disciple. Après que Jésus lui eut dit qu’Il était venu afin d’être crucifié pour terminer Son œuvre, Pierre éprouva souvent de l’angoisse dans son cœur et pleurait seul en secret. Néanmoins, ce jour de « malheur » finit par arriver. Après l’arrestation de Jésus, Pierre pleura seul sur son bateau de pêche et pria beaucoup pour cela. Mais, dans son cœur, il savait que c’était la volonté de Dieu le Père et que personne ne pouvait la changer. Il resta dans l’angoisse et les larmes seulement à cause de son amour. Bien sûr, cela est une faiblesse humaine. Ainsi, quand il apprit que Jésus serait cloué sur la croix, il demanda à Jésus : « Après Ton départ, reviendras-Tu parmi nous pour veiller sur nous ? Pourrons-nous encore Te voir ? » Bien que ces paroles fussent très naïves et remplies de notions humaines, Jésus connaissait l’amertume de la souffrance de Pierre, donc, par Son amour, Il était prévenant vis-à-vis de la faiblesse de Pierre : « Pierre, Je t’ai aimé. Le sais-tu ? Bien qu’il n’y ait aucune raison dans ce que tu dis, le Père a promis qu’après Ma résurrection, J’apparaîtrai aux hommes pendant quarante jours. Ne crois-tu pas que Mon Esprit vous accordera fréquemment la grâce, à vous tous ? » Même si Pierre se sentit quelque peu réconforté par cela, il sentait toujours qu’il manquait quelque chose et donc, après être ressuscité, Jésus lui apparut ouvertement pour la première fois. Afin d’empêcher Pierre de continuer à s’en tenir à ses notions, cependant, Jésus déclina l’offre du repas somptueux que Pierre Lui avait préparé et disparut en un clin d’œil. À partir de ce moment-là, Pierre eut enfin une compréhension plus profonde du Seigneur Jésus et L’aima encore plus. Après Sa résurrection, Jésus apparut fréquemment à Pierre. Il apparut à Pierre à trois autres reprises après que les quarante jours furent écoulés qu’Il fut monté au ciel. Chaque apparition eut lieu à l’instant exact où l’œuvre du Saint-Esprit était sur le point d’être achevée et où la nouvelle œuvre allait commencer.

Toute sa vie, Pierre vécut de la pêche, mais, plus encore, il vécut pour la prédication. Dans ses dernières années, il écrivit la première et la deuxième épîtres de Pierre, ainsi que plusieurs lettres à l’Église de Philadelphie de cette époque. Les gens de l’époque étaient profondément touchés par lui. Au lieu de sermonner les gens sur la base de ses propres qualifications, il leur fournissait des moyens de subsistance convenables. Il n’oublia jamais les enseignements de Jésus avant Son départ et s’en inspira tout au long de sa vie. Quand il suivait Jésus, il avait résolu de rendre au Seigneur Son amour par sa mort et de suivre Son exemple en toutes choses. Jésus avait donné Son accord pour cela, donc quand Pierre eut cinquante-trois ans (plus de vingt ans après le départ de Jésus), Jésus lui apparut pour l’aider à réaliser son aspiration. Au cours des sept années suivantes, Pierre passa sa vie à apprendre à se connaître. Un jour, au terme de ces sept années, il fut crucifié la tête en bas, mettant fin à sa vie extraordinaire.

Extrait de Sur la vie de Pierre des « Interprétations des mystères des paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Pendant sa vie, Pierre a expérimenté l’épurement des centaines de fois et a subi de nombreuses épreuves douloureuses. Cet épurement est devenu le fondement de son amour suprême envers Dieu et l’expérience la plus significative de toute sa vie. Qu’il ait pu avoir un amour suprême envers Dieu était, en un sens, dû à sa résolution d’aimer Dieu ; plus important, cependant, c’était dû à l’épurement et aux souffrances par lesquels il est passé. Cette souffrance est devenue son guide sur le chemin de l’amour pour Dieu et la chose la plus mémorable pour lui. Si les gens ne subissent pas la douleur de l’épurement en aimant Dieu, alors leur amour est plein d’impuretés et de leurs propres préférences ; un tel amour est plein des idées de Satan et ne peut fondamentalement pas satisfaire la volonté de Dieu. Prendre la résolution d’aimer Dieu n’est pas la même chose que d’aimer véritablement Dieu. Même si toutes leurs pensées dans leur cœur sont orientées vers l’amour de Dieu et cherchent à satisfaire Dieu, et même si leurs pensées semblent entièrement vouées à Dieu et dépourvues de toute idée humaine, lorsque leurs pensées parviennent à Dieu, Il ne les approuve ni ne les bénit. Même quand les gens ont pleinement compris toutes les vérités, quand ils sont parvenus à les connaître toutes, on ne peut pas dire que c’est un signe d’amour pour Dieu, on ne peut pas dire que ces gens aiment réellement Dieu. Bien qu’ayant compris beaucoup de vérités sans passer par l’épurement, les gens sont incapables de mettre ces vérités en pratique ; c’est seulement pendant l’épurement que les gens peuvent comprendre la signification réelle de ces vérités, c’est alors seulement que les gens peuvent véritablement apprécier leur sens profond. À ce moment-là, s’ils essaient de nouveau, ils pourront mettre les vérités en pratique correctement et conformément à la volonté de Dieu ; à ce moment-là, leurs idées humaines diminuent, leur corruption humaine est réduite, et leurs émotions humaines s’atténuent ; ce n’est qu’à ce moment-là que leur pratique est une véritable manifestation de leur amour pour Dieu. L’effet de la vérité de l’amour envers Dieu n’est pas obtenu par la connaissance exprimée ou la volonté mentale, ni ne peut être obtenu simplement en comprenant la vérité. Cela exige que les gens payent le prix et qu’ils subissent beaucoup d’amertume pendant l’épurement, et alors seulement leur amour deviendra pur et sera selon le cœur de Dieu. Dans Son attente d’être aimé par l’homme, Dieu n’exige pas que l’homme L’aime en utilisant la passion ou sa propre volonté ; ce n’est que par fidélité et par l’usage de la vérité pour Le servir que l’homme peut véritablement L’aimer.

Extrait de « Ce n’est qu’en faisant l’expérience de l’épurement que l’homme peut posséder l’amour véritable », dans La Parole apparaît dans la chair

Tout ce que Pierre cherchait était selon le cœur de Dieu. Il cherchait à réaliser le désir de Dieu et, peu importe la souffrance et l’adversité, il était toujours prêt à réaliser le désir de Dieu. Il n’y a pas de plus grande quête pour quelqu’un qui croit en Dieu. Ce que Paul cherchait était entaché de sa propre chair, de ses propres notions et de ses propres plans et stratagèmes. Il n’était en aucun cas qualifié pour être une créature de Dieu, n’était pas quelqu’un qui cherchait à réaliser le désir de Dieu. Pierre cherchait à se soumettre aux orchestrations de Dieu et, bien qu’il n’accomplît pas beaucoup de travail, ce qui motivait sa quête et le chemin qu’il suivait étaient justes ; quoiqu’il n’ait pas pu rallier beaucoup de personnes, il a su poursuivre le chemin de la vérité. Fort de cela, on peut dire qu’il était qualifié pour être une créature de Dieu. Aujourd’hui, même si tu n’es pas un ouvrier, tu devrais être capable d’accomplir le devoir d’une créature de Dieu et chercher à te soumettre à toutes les orchestrations de Dieu. Tu devrais être capable d’obéir à tout ce que Dieu dit, subir toutes sortes de tribulations et d’épurement, et bien que tu sois faible, tu devrais malgré tout être disposé à aimer Dieu dans ton cœur. Ceux qui sont responsables de leur propre vie sont prêts à accomplir le devoir dévolu à une créature de Dieu, et le point de vue de telles personnes sur la quête est le bon. Ce sont les personnes dont Dieu a besoin. Si tu as accompli beaucoup de travail et que les autres ont profité de tes enseignements, mais que toi-même tu n’as pas changé, et que tu n’as porté aucun témoignage, ou que tu n’as pas connu une véritable expérience, au point qu’à la fin de ta vie, rien de ce que tu as fait ne constitue un témoignage, alors es-tu quelqu’un qui a changé ? Es-tu quelqu’un qui cherche la vérité ? À l’époque, le Saint-Esprit t’a utilisé, mais quand Il t’a utilisé, Il a utilisé la partie de toi qui pouvait être utilisée pour travailler, et il n’a pas utilisé la partie de toi qui ne pouvait pas être utilisée. Si tu cherchais à changer, alors tu pourrais être progressivement rendu parfait au cours du processus d’utilisation. Pourtant, le Saint-Esprit n’accepte aucune responsabilité de ton acquisition ou non à la fin, et cela dépend de ta manière de chercher. Si des changements ne s’opèrent pas dans ton tempérament personnel, c’est parce que ton point de vue sur la quête est erroné. Si tu ne bénéficies d’aucune récompense, alors il ne faut t’en prendre qu’à toi-même, et c’est parce que tu n’as pas toi-même mis la vérité en pratique et que tu es incapable de réaliser le désir de Dieu. Et donc, il n’y a rien de plus important que tes expériences personnelles, et rien n’est plus déterminant que ton entrée personnelle ! Certaines personnes finiront par dire : « J’ai tellement travaillé pour Toi et, bien que je n’aie peut-être pas accompli de grands exploits, je me suis appliqué dans mes efforts. Ne peux-Tu pas simplement m’ouvrir la porte du ciel pour manger le fruit de la vie ? » Tu dois savoir quel genre de personnes Je désire ; ceux qui sont impurs ne sont pas autorisés à entrer dans le royaume, ceux qui sont impurs ne sont pas autorisés à souiller la terre sainte. Bien que tu aies peut-être beaucoup travaillé, et ce pendant de nombreuses années, à la fin, si tu es toujours déplorablement dégoûtant, alors il sera intolérable pour la loi du ciel que tu veuilles entrer dans Mon royaume ! Depuis la fondation du monde jusqu’à ce jour, Je n’ai jamais offert un accès facile à Mon royaume à ceux qui cherchent à s’attirer Mes faveurs. C’est une loi céleste, et personne ne peut la transgresser ! Tu dois chercher la vie. Aujourd’hui, ceux qui seront rendus parfaits sont comme Pierre : ce sont ceux qui cherchent les changements dans leur propre tempérament et sont désireux de rendre témoignage à Dieu et d’accomplir leur devoir en tant que créature de Dieu. Seuls ceux-là seront rendus parfaits. Si tu ne penses qu’aux récompenses et ne cherches pas à changer ton propre tempérament de vie, alors tous tes efforts seront vains : c’est une vérité immuable !

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Si tu es quelqu’un qui cherche à être rendu parfait, alors tu auras témoigné et tu diras : « Dans cette œuvre de Dieu étape par étape, j’ai accepté l’œuvre de châtiment et de jugement de Dieu et, bien que j’aie enduré de grandes souffrances, je suis parvenu à savoir comment Dieu rend l’homme parfait, j’ai gagné l’œuvre réalisée par Dieu, j’ai eu la connaissance de la justice de Dieu et Son châtiment m’a sauvé. Son juste tempérament est descendu sur moi et m’a apporté des bénédictions et de la grâce ; c’est Son jugement et Son châtiment qui m’ont protégé et purifié. Si je n’avais pas été châtié et jugé par Dieu, et si les paroles sévères de Dieu n’étaient pas descendues sur moi, je n’aurais pas pu connaître Dieu ni être sauvé. Aujourd’hui je vois que : Comme créature, non seulement quelqu’un jouit de toutes choses faites par le Créateur, mais, encore plus important, que toutes les créatures devraient jouir du juste tempérament de Dieu et jouir de Son juste jugement, car le tempérament de Dieu est digne de la jouissance de l’homme. En tant que créature corrompue par Satan, un homme devrait jouir du juste tempérament de Dieu. Il y a châtiment et jugement dans Son juste tempérament et, en plus, il y a un grand amour. Bien que je sois incapable de gagner complètement l’amour de Dieu aujourd’hui, j’ai eu la grande chance de le voir et en cela j’ai été béni. » C’est le chemin parcouru par ceux qui vivent l’expérience d’être rendus parfaits et la connaissance dont ils parlent. De telles personnes sont pareilles à Pierre ; elles ont les mêmes expériences que Pierre. De telles personnes sont aussi celles qui ont gagné la vie et qui possèdent la vérité. Quand elles font ces expériences jusqu’à la fin, pendant le jugement de Dieu, elles se débarrasseront complètement et à coup sûr de l’influence de Satan et seront gagnées par Dieu.

Extrait de « Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », dans La Parole apparaît dans la chair

Précédent: 38. Principes de choix d’un chemin dans sa foi

Suivant: 40. Principes d’accès au salut de Dieu

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe

117 Je rendrai à Dieu Son amour

ⅠDe nombreuses années, j’ai dérivé à travers le monde,ma corruption s’accroissant.Grâce à Dieu qui a exprimé des vérités et m’a sauvé,je...

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre