L'Église de Dieu Tout-Puissant App

Écoutez la voix de Dieu et accueillez le retour du Seigneur Jésus !

Nous invitons tous ceux qui cherchent la vérité à nous contacter.

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Largeur de page

0 résultats de recherche

Aucun résultat trouvé

Comment exactement chercher la vérité afin d’être perfectionné

Savoir chercher la vérité est primordial pour pratiquer la recherche de la vérité

La majorité des gens ne comprennent toujours pas ce qu’est exactement la recherche de la vérité. Bien que tous soient disposés à chercher la vérité et que tous souhaitent chercher la vérité, ils ne savent pas comment la pratiquer. Alors, quel problème est le plus important à résoudre en premier lorsqu’il s’agit de pratiquer la recherche de la vérité ? Tu dois savoir comment chercher la vérité ; c’est la première étape. Si tu ne cherches pas la vérité et agis toujours selon tes propres imaginations, conceptions et préférences, es-tu un chercheur de la vérité ? Si tu te laisses toujours guider par tes conceptions, imaginations et préférences pour travailler, livrer des sermons ou accomplir tes devoirs, tu ne pourras jamais entrer dans la réalité de la vérité. Certaines personnes ont demandé : « Est-ce pour cette raison que ceux qui ont travaillé pendant de nombreuses années n’ont obtenu aucun changement dans leur tempérament ? » C’est absolument pour cette raison. Si tu te laisses toujours guider par tes propres imaginations, conceptions et préférences dans ton travail, tu ne pourras jamais entrer dans la réalité de la vérité. Et lorsqu’une personne ne peut pas entrer dans la réalité de la vérité, on peut imaginer si cette personne pourra effectuer un changement dans son tempérament. Il existe de nombreuses questions au sujet desquelles les gens ne cherchent jamais la vérité et se contentent de leurs propres imaginations et conceptions, et des doctrines qu’ils comprennent, pensant qu’ils ont ainsi la vérité. Ils ne cherchent donc pas la vérité, ce qui est un échec commun chez tous les gens, et c’est là que se trouve la racine du problème. Si ce problème n’est pas résolu, ils pourraient alors croire en Dieu pendant encore dix ou vingt ans et toujours ne pas être en mesure de changer leur tempérament ; c’est certain. Lorsque quelqu’un n’est pas disposé à chercher la vérité, il pense que ses propres conceptions, imaginations et opinions sont bonnes, et il pense qu’en comprenant certaines doctrines, il comprend déjà la vérité. C’est une erreur totale et c’est le plus grand malentendu de sa croyance en Dieu. Tu dois d’abord savoir clairement si tes conceptions et imaginations, ainsi que les doctrines que tu comprends, sont la vérité. Si tu peux reconnaitre que peu importe à quel point tes pensées sont correctes, bonnes ou raisonnables, elles ne sont toujours pas la vérité et sont en réalité très éloignées de la vérité ; si tu peux renoncer à toi-même et te connaitre de cette manière, alors tu as un point de départ pour l’entrée dans la vie. Si tu ne peux pas renoncer à toi-même, pensant encore que tu comprends un grand nombre de vérités, tu cours un grand danger et tu provoqueras ta propre ruine. Est-ce que ça tient la route quand quelqu’un dit qu’il comprend toute vérité, mais ne sait pas comment la mettre en pratique ? Quelqu’un dit : « C’est correct d’obéir à Dieu. Je sais obéir à Dieu, je sais que c’est correct d’être loyal à Dieu, je sais que c’est correct d’être une personne honnête, je sais témoigner de Dieu et exalter Dieu et, encore plus, je sais aimer Dieu. » Bien que tu comprennes ces lettres et reconnaisses que ces lettres et cette terminologie spirituelle sont correctes, que ces mots sont corrects, peux-tu expliquer ce qu’est la réalité, ce qu’est la réalité d’aimer Dieu, ce qu’est la réalité d’obéir à Dieu et ce qu’est la réalité d’être loyal à Dieu ? Possèdes-tu ce genre de réalité de vie ? As-tu une preuve de changement dans ton tempérament de vie ? Tu dis que c’est correct d’obéir à Dieu, mais quand tu rencontres des problèmes, pourquoi ne peux-tu pas obéir ? Pourrais-tu obéir si je t’émondais et te traitais maintenant ? Peux-tu obéir lorsque les dirigeants et les ouvriers organisent des tâches que tu dois exécuter ou qu’ils t’émondent et te traitent ? Si tu ne peux pas obéir dans ces circonstances, alors où est la réalité de ton obéissance à Dieu ? Où est la preuve du changement dans ta vie dont tu as besoin pour obéir à Dieu ? Si tu n’as pas ces preuves et ces expériences, où est alors la réalité de ta compréhension de la vérité ? Une simple compréhension de doctrines et de lettres vides peut-elle être considérée comme une compréhension de la vérité ? Tu dois authentiquement entrer dans la réalité de la vérité des paroles de Dieu et vivre la réalité des paroles de Dieu. Si tu possèdes cette vraie preuve, cela signifie que tu as une véritable compréhension de la vérité. Quelle est la différence entre une véritable compréhension de la vérité et seulement une compréhension de doctrines ? Lorsque quelqu’un comprend les doctrines, il est incapable de communiquer la réalité de l’expérience, il n’a pas expérimenté le processus d’échecs et de chutes en passant au changement de tempérament et à la pratique de la vérité. Il en est dépourvu à l’intérieur et n’a pas suivi le processus d’entrée et de progression dans l’expérience de la vie ; il ne comprend que des mots vides et une terminologie spirituelle, et cela n’est pas comprendre la vérité. Si tu as authentiquement une expérience vraie, tu peux échanger sur la réalité et l’essence de la vérité de manière lucide et en toute clarté. Disons que nous parlons de la manière d’être honnête ou d’obéir à Dieu, par exemple. Ces sujets contiennent de nombreuses réalités de la vérité sur lesquelles on ne peut échanger en une journée et dont on ne peut parler exhaustivement en quelques phrases seulement. Oserais-tu dire : « Je peux les communiquer de manière approfondie en échangeant pendant deux ou trois heures seulement » ? Il faut plusieurs jours pour parler des expériences et des détails concernant l’entrée, ainsi que de chaque processus lié à ces sujets. Par conséquent, si tu n’as aucune expérience, alors ne dis pas que tu comprends la vérité. Ce que tu comprends, ce sont des doctrines vides, ce ne sont que des choses vides, littérales, et ce n’est pas une compréhension de la vérité. Si des gens n’ont pas la réalité de la vérité et ne peuvent que dire des mots vides et parler de doctrines, alors quel est le plus gros défaut de ces gens ? Ils n’ont pas la réalité de la vérité. Ils n’ont pas la réalité de la vérité, mais ils ne le savent toujours pas et ils ne le reconnaissent pas. Ils ne parlent que pour rien dire, ils se démarquent des autres, se considérant comme supérieurs, ils aiment sermonner les autres et ils n’acceptent pas d’être émondés ou traités. De telles gens n’ont aucune connaissance de soi. Les gens sans connaissance de soi sont sans raison et, étant sans raison, ils ne savent pas rendre à Dieu Son amour, ce qui revient à ne pas avoir de conscience. Quand quelqu’un n’a pas une raison et une conscience, cela veut dire qu’il n’a pas de qualités humaines ; ce n’est pas une chose indue à dire. La conscience et la raison sont les signes de qualités humaines. Si quelqu’un n’a même pas une raison devant Dieu, s’il n’obéit pas, ne peut rendre à Dieu Son amour et s’il ne se connait pas, alors cela revient à ne pas avoir de conscience ni de raison. Si des gens ne connaissent pas leurs propres défauts et ne comprennent pas parfaitement leur véritable état, sont-ils alors capables de chercher authentiquement la vérité ? Il leur est difficile de le faire. Ils pensent toujours qu’ils ont la vérité et qu’ils sont meilleurs que les autres, et donc, ils sont incapables d’accepter le jugement et le châtiment de Dieu. Ils deviennent seulement de plus en plus arrogants et suffisants et ils pensent de plus en plus qu’ils ont tout et qu’ils peuvent tout faire, qu’ils ont été perfectionnés par Dieu, qu’ils ont atteint le salut et qu’ils peuvent diriger les élus de Dieu. De telles gens sont en grand danger ; s’ils ne se repentent pas, ils ne pourront pas être sauvés. J’ai demandé à des personnes : « Comment sont vos qualités humaines ? Êtes-vous des personnes qui ont des qualités humaines ? » Et elles ont dit : « Aucune idée. Nous ne pensons pas ne pas avoir de qualités humaines. » Alors j’ai dit : « Vous avez cru en Dieu pendant toutes ces années et vous ne savez même pas si vous avez ou non des qualités humaines, si vos qualités humaines sont bonnes ou mauvaises, et vous ne savez pas si vos actions et vos actes sont conformes à la volonté de Dieu ou si vous pratiquez la vérité ou non. De quel genre de problème s’agit-il ? » Nous devons décortiquer ces problèmes pratiques, ce qui est très bénéfique pour notre entrée dans la vie. Cela ne vise pas à exposer quelqu’un d’autre, mais vise avant tout notre avantage, afin que nous puissions trouver le chemin exact de la pratique et que nous puissions entrer dans la vérité et la mettre en pratique le plus tôt possible. C’est volontairement notre but.

Souvent, j’émonde et je traite certains dirigeants et ouvriers ; pourquoi dois-je le faire ? Beaucoup de gens ne comprennent pas. La majorité des gens pensent que je les émonde seulement lorsqu’ils font quelque chose de mal, mais il ne s’agit pas de faire quelque chose de bien ou de mal. Le point crucial, c’est que si je ne les émonde pas et ne les traite pas, leur vie ne pourra pas progresser, car la vie des gens ne peut grandir que par l’expérience d’être émondé et traité. Quelqu’un a dit : « Les paroles de Dieu ne mentionnent pas toujours l’émondage et le traitement, mais souvent le jugement et le châtiment. Tant que nous mangeons et buvons fréquemment les paroles de Dieu et que nous acceptons leur jugement et leur châtiment, notre vie peut alors évoluer, et donc nous n’avons pas besoin de faire l’expérience de beaucoup d’émondage et de traitement. » Est-il tenable de dire cela ? Quelqu’un qui n’a pas d’expérience trouvera difficile de répondre à cette question, tandis que quelqu’un qui a véritablement de l’expérience aura le sentiment qu’il est intenable de dire cela et que ça ne va vraiment pas de ne pas être émondé et traité. Cela ne veut pas dire que ça ne va pas que les dirigeants et les ouvriers ne soient pas émondés et traités, mais plutôt que tous les élus de Dieu doivent être émondés et traités. Pouvez-vous accepter cela ? Si vous pouvez réellement accepter cette affirmation et si vous pouvez vraiment la connaitre, alors se pose une question qui se rapporte à la vérité : quelle est la relation entre l’émondage et le traitement et le jugement et le châtiment de Dieu ? Si vous n’avez pas une compréhension approfondie de cette question, comment pouvez-vous faire l’expérience de l’œuvre de Dieu ? Certaines gens disent : « Personne ne m’a émondé ou traité pendant toutes ces années et je ne pense pas avoir de problèmes. Si tu m’émondes et me traites toujours, alors je ne pourrai pas expérimenter l’œuvre de Dieu. » La difficulté se pose, n’est-ce pas ? Ils pensent que s’ils sont toujours en train d’être émondés et traités, ils ne pourront pas faire l’expérience de l’œuvre de Dieu. De telles gens soulèvent un problème dans leur expérience : ils n’ont aucune vraie connaissance de l’œuvre de Dieu et ils ne savent pas comment en faire l’expérience. Alors, quelle est exactement la relation entre l’émondage et le traitement, et le jugement et le châtiment des paroles de Dieu ? En réalité, le jugement et le châtiment des paroles de Dieu comprennent l’émondage et le traitement, les épreuves et l’épurement. Quand quelqu’un vous émonde et vous traite, ne vous traite-t-il pas selon les paroles de Dieu ? S’il le fait, cela représente le jugement et le châtiment des paroles de Dieu, et plus encore, cela représente le jugement et le châtiment par des événements factuels. Quel est le problème avec des gens qui peuvent accepter le jugement et le châtiment des paroles de Dieu, mais ne peuvent pas accepter d’être émondés et traités ? Si quelqu’un ne peut pas accepter d’être émondé et traité par l’homme, son acceptation du jugement et du châtiment des paroles de Dieu devient un problème, et son acceptation n’est pas si authentique, mais un peu fausse. Certaines gens disent : « Je n’ai aucune conception au sujet des paroles de Dieu, peu importe comment elles me jugent et me châtient. Je vais l’accepter, dire amen et le reconnaitre même si Dieu dit que je suis le diable Satan. » Mais lorsque quelqu’un vous traite et dit que vous êtes vraiment le diable Satan, vous ne l’acceptez pas. Vous ne l’acceptez pas quand ils disent que vos qualités humaines sont mauvaises, vous ne l’acceptez pas quand ils disent que vous êtes arrogants et suffisants, et vous l’acceptez encore moins lorsqu’ils vous traitent et disent que vous avez une nature démoniaque. Alors, cela ne veut-il pas dire que votre acceptation du jugement et du châtiment des paroles de Dieu est fausse ? Vous avez tort d’agir ainsi. Les paroles de Dieu disent que nous, l’humanité corrompue, sommes la progéniture de Satan, que nous sommes remplis de tempéraments sataniques et que nous vivons comme des esprits impurs. Donc, si vous pouvez accepter les paroles de Dieu, pourquoi ne pouvez-vous pas accepter que quelqu’un vous critique sur la base des faits et de vos expressions ? De quel genre de problème s’agit-il ? Par conséquent, nous tirons maintenant une conclusion : tous ceux qui ne peuvent pas vraiment accepter l’émondage et le traitement, et s’y soumettre, ne peuvent alors vraiment accepter le jugement et le châtiment des paroles de Dieu. Ce problème est clé. Si des gens ne peuvent accepter d’être émondés et traités, nous pouvons affirmer avec certitude qu’ils ne sont pas des gens qui obéissent vraiment au jugement et au châtiment de Dieu. Des gens qui n’obéissent pas vraiment au jugement et au châtiment de Dieu peuvent-ils être perfectionnés ? Peuvent-ils parvenir à une acceptation et à une compréhension authentiques de la vérité ? Cela n’est-il pas devenu un problème ? Quelqu’un dit : « Je comprends toutes ces vérités. » Tu dis que tu comprends, mais ne comprends-tu pas simplement beaucoup de doctrines ? Dis-moi ce que l’on entend exactement par faire l’expérience du jugement et du châtiment des paroles de Dieu et leur obéir. Tu ne peux pas le dire clairement. Pourquoi les gens doivent accepter d’être émondés et traités, et quelle est la relation entre cela et l’obéissance au jugement et au châtiment de Dieu, tu ne peux pas l’expliquer clairement. Alors, comment reconnaissons-nous ce problème ? Il se pose dans l’expérience et est découvert par l’expérience. Certaines gens ne peuvent pas accepter d’être émondés et traités, mais ils disent : « Je peux obéir au jugement et au châtiment des paroles de Dieu. » N’est-ce pas une contradiction en soi ? Dans le passé, des familles d’accueil accueillaient des dirigeants et des ouvriers des échelons supérieurs avec beaucoup d’enthousiasme, mais lorsqu’elles accueillaient des frères et des sœurs ordinaires, elles s’en souciaient peu et les traitaient très froidement. Lorsque je rendais visite, elles me nourrissaient bien ; quand les frères et les sœurs leur rendaient visite, elles leur donnait des petits bols au moment des repas. Après quelques bouchées, les frères et sœurs avaient fini le riz dans leur bol, mais comme le pot de riz était à côté du couple d’accueil, se servir eux-mêmes du riz les intimidait et ils n’étaient toujours pas rassasiés à la fin du repas. Quand je rendais visite, elles me recevaient très bien et me donnaient tout ce dont j’avais besoin ; quand des frères et sœurs visitaient, parfois, ils ne recevaient même pas un oreiller et devaient utiliser leurs propres vêtements comme oreiller. Quand j’ai vu les familles d’accueil faire preuve de partialité et sans compassion, j’ai pris l’oreiller et les bons draps qu’elles m’avait donnés et je les ai donnés aux frères et sœurs. Puis je les ai sévèrement traitées en disant : « Ne savez-vous pas comment pratiquer la vérité ? Vous ne pratiquez pas la vérité. En faisant votre devoir de cette manière, toujours selon vos propres intentions et préférences personnelles, vous êtes en contradiction avec la volonté de Dieu. Vous ne traitez pas les élus de Dieu avec compassion, et vous admirez toujours certaines gens et méprisez d’autres gens. » Et qu’ont-elles dit quand elles ont entendu ça ? « Nous obéissons seulement à Dieu. Nous ne suivons pas ce que dit l’homme. » Je les ai traitées et elles ont allégué cette excuse qui signifie : « Tu es un homme et j’obéis à Dieu, non à l’homme. » Les gens qui disent cela obéissent-ils à Dieu ? Obéissent-ils à la vérité ? C’est vrai que je suis un homme, mais pouvez-vous obéir si ce que je dis est conforme à la vérité et aux faits ? Si vous ne pouvez pas respecter les choses qui viennent du Saint-Esprit, comme je le dis, n’est-ce pas vous qui êtes incapables d’obéir à Dieu ? L’obéissance à Dieu ne consiste pas à obéir à tout ce que Dieu vous dit personnellement, mais plutôt à obéir à chaque parole de Dieu et à respecter l’œuvre du Saint-Esprit. Seule cette obéissance à Dieu est vraie. « Je n’obéis qu’à Dieu, pas à l’homme. » Les gens qui obéissent comme cela comprennent-ils vraiment la vérité de l’obéissance ? Certains nouveaux croyants ont entendu quelqu’un dire cela et je leur ai demandé : « Voyez-vous le problème dans ce qu’ils ont dit ? » Et ils ont dit : « Ce qu’ils ont dit était correct. » Les nouveaux croyants n’ont ni expérience ni discernement. Ils ne font que voir si les mots que les autres disent sont corrects ou non ; ils ne considèrent pas l’essence ou l’intention derrière ce qui est dit. Beaucoup de prédicateurs n’ont pas la réalité de la vérité, et parce que les nouveaux croyants ne comprennent pas la vérité et n’ont pas de discernement, ils sont trop facilement trompés par eux. Qu’entend-on exactement par entrer dans la réalité de la vérité ? Seulement pouvoir parler de lettres et de doctrines, ne pas savoir comment obéir quand ils sont émondés et traités, ne pas savoir comment chercher la vérité ou pratiquer la vérité et ne pas pouvoir rendre un témoignage vrai quand ils rencontrent des épreuves et de l’épurement, quelqu’un de la sorte a-t-il la réalité de la vérité ? Que vous puissiez parler de lettres et de doctrines ne signifie pas que vous ayez la réalité de la vérité et cela ne signifie pas que vous compreniez la vérité, encore moins que votre tempérament ait changé. Donc, si vous voulez chercher la vérité afin d’être perfectionnés par Dieu, vous devez avoir une vraie connaissance du jugement et du châtiment de Dieu. Si vous ne pouvez pas entrer dans cette vérité, vous ne respectez pas vraiment l’œuvre de Dieu. Disons que je ne vous ai jamais vus auparavant et que je n’ai jamais vécu avec vous. Après vous avoir entendu dire une chose, je pense alors que vous n’avez pas la réalité de la vérité et donc je vous traite en disant : « Vous n’avez pas la réalité de la vérité. » Vous dites : « Tu ne me comprends même pas, alors comment peux-tu dire que je n’ai pas la réalité de la vérité ? Je n’accepte pas ce que tu dis. » Que représente cette déclaration ? Elle représente la désobéissance. Et quelqu’un dit : « Nous devons obéir à tout ce que tu dis ? » Je ne veux pas dire que vous devez obéir à tout ce que je dis. Je veux dire que vous devriez être capables de réfléchir sur vous-mêmes, peu importe ce que quelqu’un d’autre vous dit. Ne niez pas trop rapidement ce que les autres disent ; traitez-le correctement et soyez d’abord obéissants, puis considérez-le attentivement et cherchez la vérité ; c’est la bonne manière de faire les choses. C’est une façon relativement concrète de pratiquer. Ne soyez pas trop prompts à dire : « Je ne reconnais pas ce que tu dis et je ne l’accepte pas », car ces mots exposent un tempérament satanique. Si vous étiez des gens qui obéissent vraiment à Dieu, vous diriez ceci : « Je dois vraiment réfléchir sur moi-même au sujet de ce problème que tu mentionnes. Bien que je ne me sois pas rendu compte que j’avais ce problème, je crois que ce que tu dis est correct et je dois accepter l’examen de Dieu. » C’est quelque chose que seule une personne exceptionnelle peut dire et cela montre que son expérience de la vie est déjà très profonde ; seulement très peu de personnes peuvent le dire. Est-il facile de distinguer si quelqu’un a la réalité de la vérité ou non ? Ce n’est pas une simple affaire. Certaines gens voient un dirigeant ou un ouvrier être renvoyé et s’emportent de colère, disant : « Est-ce que cela ne les punit pas ? S’ils sont punis de la sorte, alors je n’y croirai plus. » De quel genre de problème s’agit-il ? Est-ce une punition ? Vous ne connaissez pas l’œuvre de Dieu et vous dites des bêtises. Si vous ne comprenez pas la vérité, ne dites rien ; cherchez d’abord la vérité et parlez ensuite. Pourquoi dire des bêtises ? Pourquoi vous empresser à parler inutilement ? Dès que vous ouvrez la bouche, vous démontrez que vous n’avez pas la vérité ni la raison. Pensez-vous que la famille de Dieu soit un endroit où les gens sont traités injustement ? Tous les élus de Dieu dans la famille de Dieu sont ceux qui subissent le jugement et le châtiment de Dieu et respectent à Son œuvre, et tout ce que la famille de Dieu fait est fait sous le contrôle, le leadership et la direction du Saint-Esprit. N’est-ce pas clair pour vous ? Quelqu’un dit : « Qu’est-ce qui rend ce frère-là si spécial ? N’est-il pas aussi un homme ? » Que pensez-vous de cela ? C’est comme à l’ère de la Loi lorsque les gens disaient : « Moïse, n’es-tu pas aussi un homme ? Pourquoi devrions-nous t’écouter ? » Ne voulaient-ils pas dire plus ou moins la même chose ? Quelle est la nature de ces mots ? Est-ce que cela offense le tempérament de Dieu ? Pourquoi ne dites-vous pas : « Le Christ n’est-il pas aussi un homme ? » Je vous défends de le dire. Si vous le dites, vous offenserez le tempérament de Dieu ! C’est terrible ! Ces mots offensent le tempérament de Dieu. Ne pas connaitre l’œuvre de Dieu et offenser constamment le tempérament de Dieu est très dangereux. Si tu es un nouveau croyant et que tu offenses le tempérament de Dieu une fois, on peut te le pardonner. Mais si tu es un dirigeant ou un ouvrier qui croit depuis trois ou cinq ans et que tu dis cela, que doit-on faire avec toi alors ? Tu seras immédiatement renvoyé ; tu n’es pas digne de diriger les élus de Dieu. Certaines personnes demanderont : « Est-il vraiment un homme ? » Bien sûr qu’il est un homme, mais c’est l’homme utilisé par Dieu. « N’est-il pas aussi un homme ? » Ces mots semblent corrects et tout le monde doit les reconnaitre. Mais ces mots représentent le tempérament du locuteur et son point de vue : ils n’écoutent pas cet homme, ils ne lui obéissent pas, ils ne reconnaissent pas que cet homme est utilisé par Dieu et ils ne respectent pas l’œuvre de Dieu. Qu’est-ce que ces mots démontrent ? Ils démontrent le tempérament du locuteur qui défie Dieu et qu’il est désobéissant, ce qui est un problème grave. Si vous disiez : « Jésus n’était-il pas aussi un homme ? », alors vous trahiriez Jésus et Il ne vous reconnaitrait pas. Il est vrai que Jésus était un homme et qu’il avait l’aspect de Son humanité. Mais plus important encore, Il avait une essence divine et Il était le Dieu concret incarné. Oseriez-vous dire que le Dieu concret n’est qu’un homme ? Si vous le dites, vous offensez Dieu ; c’est une chose sérieuse de dire cela. Ceux qui connaissent vraiment l’œuvre de Dieu ont un cœur qui craint Dieu et n’osent pas parler avec désinvolture. Les gens qui n’ont pas un cœur qui craint Dieu peuvent dire n’importe quoi ; ce qu’ils disent peut sembler correct, mais leur tempérament intérieur révèle leurs intentions et les complots rusés de Satan. La plupart des gens ne peuvent pas le discerner, mais ceux qui ont la vérité, en l’entendant, peuvent distinguer : « Dire cela signifie que vous êtes désobéissants et que vous ne reconnaissez ni n’acceptez son leadership. »

Comment exactement cherche-t-on la vérité pour être perfectionné ? Quelqu’un qui ne respecte pas vraiment l’œuvre de Dieu peut-il obtenir la vérité ? Quelqu’un comme cela, qui défie obstinément Dieu et refuse de respecter l’œuvre de Dieu, ne peut jamais être perfectionné parce qu’il ne cherche pas la vérité. Comment quelqu’un qui cherche la vérité devrait-il aborder les questions qu’il ne comprend pas bien ? « D’abord, je dois prier Dieu et chercher la vérité, et ensuite parler. Avant d’avoir compris la vérité, je ne dois vraiment pas suivre mes propres désirs et dire des bêtises. » C’est ce que pensent ceux qui ont un cœur qui craint Dieu, n’est-ce pas ? Plus tôt, quand j’ai eu affaire avec le couple d’accueil, ils m’ont dit : « J’obéis à Dieu, non à l’homme. » C’est ce qu’ils m’ont dit. Quand j’ai entendu cela, j’ai pensé : « Vous n’acceptez pas mon émondage et mon traitement et vous n’avez pas la vérité. Vous causez des problèmes. » Et je ne leur ai prêté aucune attention ensuite. Quelqu’un avec qui j’ai eu affaire plusieurs fois s’est plaint auprès de moi, disant : « Pourquoi me traites-tu si durement ? » J’ai dit : « Est-ce que je te traite durement ? N’as-tu pas beaucoup dérangé la famille de Dieu en faisant ces choses ? N’est-ce pas exaspérant ? Comment se fait-il que tu ne réfléchisses pas à ce problème ? Ce que tu dis est injuste. En agissant mal ainsi, tu as causé beaucoup de problèmes au travail de la famille de Dieu et lui as causé de grandes pertes, et pourtant tu te plains toujours du fait que je te traite durement. » Des gens comme cela sont-ils vraiment obéissants ? Pourquoi ne réfléchissez-vous pas sur vous-mêmes ? Pourquoi parlez-vous si déraisonnablement ? Ne pensez pas que vous ayez un bon calibre, que vous compreniez tout et que vous puissiez parler de manière arbitraire. Si votre calibre est bon et que vous comprenez tout, en résulte-t-il que ce que vous dites est conforme à la vérité ? Pas nécessairement. Si vous avez un bon calibre, mais que vous ne comprenez pas la vérité, alors tout ce que vous dites sera superficiel, défiera Dieu et ne montrera pas que vous faites preuve d’obéissance ou que vous en avez la réalité. Avoir un bon calibre et comprendre la vérité sont deux choses totalement différentes. Quand quelqu’un a un bon calibre, il peut alors comprendre la vérité un peu plus vite et un peu plus tôt. Mais cela ne signifie pas que tout ce qu’il dit et fait soit conforme à la vérité. Nombreux sont ceux qui ont un bon calibre, mais cela signifie-t-il que nombreux soient ceux qui cherchent la vérité ? Nombreux sont ceux qui ont un faible calibre, mais certains d’entre eux cherchent la vérité, de sorte que l’un ne suit pas nécessairement l’autre. Après avoir fait l’expérience de l’œuvre du Saint-Esprit pendant un certain temps, ceux qui cherchent authentiquement la vérité parviendront à avoir un cœur qui craint Dieu. Avec un cœur qui craint Dieu, ils peuvent respecter l’œuvre de Dieu un peu plus facilement et plus véritablement et obtenir des résultats concrets. Par conséquent, plus quelqu’un a l’œuvre du Saint-Esprit, plus grand et plus réel devient son cœur qui craint Dieu. Parce des gens de ce genre comprennent la vérité plus en profondeur jour après jour, sans s’en rendre compte, leur tempérament de vie subit un changement. Les gens qui n’ont pas un cœur qui craint Dieu parlent sans penser et disent tout ce qui leur passe par la tête sans réfléchir et quelles que soient les intentions qui sous-tendent leurs paroles ; ils parlent avec désinvolture, croyant qu’ils devraient défendre la raison et les arguments de leur position. Des gens de ce genre sont plus susceptibles d’offenser le tempérament de Dieu. Dans l’ère de la Loi de l’Ancien Testament, Aaron et Miriam ont dit : « Moïse n’est-il pas aussi un homme ? N’est-il pas comme nous ? » En surface, il était correct de dire cela, mais leur intention sous-tendait leurs paroles : « Moïse, tu es comme nous. Dieu t’a éclairé, mais ne nous a-t-il pas éclairés aussi ? Donc, nous sommes égaux. N’essaie pas de nous diriger et ne te considère pas comme supérieur à nous, nous prêchant tout le temps. » Ils ont dit quelque chose qui était correct pour dissimuler la désobéissance dans leur cœur, et cela montrait que leur tempérament était mauvais. Certaines gens désobéissent aux dirigeants et aux ouvriers, et quand quelqu’un mentionne qu’un certain dirigeant ou ouvrier a été diligent dans la recherche de la vérité au cours de ses années de croyance en Dieu, ils disent : « Il n’a rien de particulier. Il est simplement comme moi, pas meilleur que moi. » Qu’est-ce que ces mots démontrent ? Ils démontrent que ces gens n’ont aucun respect pour les autres et qu’ils pensent que tous les autres sont inférieurs à eux ; ils n’ont même pas de respect pour les autres, ce qui est le strict minimum du bon sens. Des gens de ce genre ont-t-ils raison ? Ils considèrent tous les autres comme inférieurs à eux, ce qui représente un type de tempérament. Ici, je décortique cette question, et vous écoutez et pensez : « Génial, c’est éclairant et illuminant pour nous et nous permet de voir le fait clairement. » Mais lorsque vous rencontrez vous-mêmes ce genre de problème, lorsque je vous traite, est-ce alors si facile de l’accepter ? Cela revient à la question de l’obéissance. Vous pensez que vous pouvez prêcher l’obéissance, n’est-ce pas ? Vous pensez que vous comprenez la vérité de l’obéissance, n’est-ce pas ? Alors, comprenez-vous la vérité de l’obéissance ? Alors n’avez-vous aucune obéissance à ce sujet ? Cela vous exposera. Le fait expose le plus les gens. Les choses que vous rencontrez dans votre vie ordinaire exposent le plus votre stature réelle. Ceux qui comprennent authentiquement la vérité et qui vénèrent Dieu sont-ils enclins à faire des excuses ? Ils détestent faire des excuses et ils sentent que faire des excuses n’a pas de sens. S’ils font des excuses, leur cœur est mal à l’aise et ils se méprisent. Comme lorsque Job disait toutes ces choses ignorantes avant d’avoir entendu Dieu parler, puis il a eu honte et a mis la main sur sa bouche et n’a rien ajouté. La bouche des gens corrompus est malodorante et ce qu’ils disent n’a aucune réalité de la vérité. Et quand quelqu’un a entendu Dieu parler, il ne sent rien. Que faut-il dire alors ? Il n’a rien de bon à dire. Par conséquent, plus il expérimente l’œuvre de Dieu, plus il a un cœur qui craint Dieu et plus il sent qu’il ne vaut rien.

Alors, comment pouvez-vous en arriver à la négation de soi et à renoncer à vous-mêmes ? Pouvez-vous y parvenir simplement en comprenant des doctrines ? Certaines gens disent : « Je comprends toutes les vérités, mais je ne peux tout simplement pas les mettre en pratique. » Cela ne montre-t-il pas qu’ils n’ont aucune expérience ? Ils ne comprennent que les doctrines et ils n’ont aucune expérience réelle. Sans expérience réelle, ils ne se connaissent pas eux-mêmes et quand ils ne se connaissent pas eux-mêmes, ils ne peuvent ni se nier eux-mêmes ni renoncer à eux-mêmes, et penseront quand même qu’ils comprennent tout, qu’ils ont déjà tout en abondance et qu’ils comprennent la vérité. Mais à la fin, ils verront qu’ils ne peuvent mettre aucune vérité en pratique. Ils ne reconnaissent pas leur propre essence corrompue et ne renoncent pas vraiment à eux-mêmes, encore moins sont-ils capables de se nier eux-mêmes. Et quel que soit le problème auquel ils sont confrontés que les autres ne peuvent pas comprendre, ils disent : « Je le comprends d’un coup d’œil. » Avec une astuce mesquine, ils comprennent tout d’un coup d’œil, puis ils se sentent très satisfaits d’eux-mêmes, ils chantent leurs propres louanges et se sentent meilleurs que tous les autres. Et ainsi ils deviennent pleins d’eux-mêmes et ne parlent que pour rien dire. De telles gens ont-ils une connaissance de soi ? Ont-ils la réalité de la vérité ? Ce dont les gens qui ont vraiment la réalité de la vérité ont le plus marre, c’est de prêcher des doctrines et de parler de vaines théories, et ils sont dégoutés des lettres et des doctrines. Dans quelles circonstances ceux qui ont la réalité de la vérité parlent-ils ? Lorsqu’ils découvrent qu’une personne a un problème, ils vérifient d’abord si cette personne qui a le problème peut accepter la vérité et quel genre de personne elle est. Si cette personne aime la vérité et peut chercher la vérité, ils peuvent penser : « Nous devons accomplir un devoir. Nous devons avoir un peu de compassion pour elle et nous devons l’aider. » Mais quand cette personne est plutôt arrogante et suffisante, et qu’elle n’a jamais trébuché, n’est jamais tombée ni n’a échoué, ils penseront : « Si nous lui parlons de son problème, elle résistera sûrement, elle fera sûrement des excuses et nous répondra, alors nous n’avons pas à dire quoi que ce soit. Nous la laisserons continuer à être arrogante jusqu’à ce qu’elle tombe. » C’est ainsi qu’agissent les gens qui comprennent vraiment la vérité, n’est-ce pas ? Tout ce qu’ils disent est réel. Ils ne disent pas des choses qui ne sont pas réelles, ne disent pas des choses qu’ils n’ont pas besoin de dire, ne disent pas des choses qui ne servent à rien, et ne parlent jamais de doctrine ; quand ils parlent de doctrine, ils se méprisent eux-mêmes et provoquent leur propre dégout d’eux-mêmes en en parlant. Or, il y a ceux qui sont très enthousiastes et aiment prêcher aux autres ; une fois que quelqu’un rencontre un problème concret et leur demande ce qu’il doit faire, tout ce qu’il obtient comme réponse, c’est : « Cherche la vérité. » Les gens qui disent de telles choses ont-ils la réalité de la vérité ? Ils ne peuvent pas aider les autres et si c’est ainsi qu’ils parlent, cela prouve qu’ils n’ont pas la réalité de la vérité. Quand ils livrent un sermon, ils ne parlent que pour rien dire et ils parlent tellement ; est-ce vraiment la réalité de la vérité ? Ils sont incapables de résoudre les problèmes concrets des gens et tous leurs sermons ne sont que de vains discours. Alors, quelle est la bonne façon de livrer un sermon ? Vous devriez parler de vos propres expériences et de vos propres connaissances en fonction du problème à résoudre, lire les paroles de Dieu en fonction du problème à résoudre et utiliser les paroles de Dieu pour le résoudre ; c’est cela livrer un sermon. Si vous ne livrez pas les sermons de cette façon, vous ne parlez que de théorie. Livrer un sermon, c’est échanger sur la vérité en fonction des problèmes des gens. Si vous n’échangez pas à la fois en fonction des problèmes concrets et des malentendus et de la confusion dans les expériences de la vie des gens, votre échange n’est pas un vrai sermon. Il y a maintenant beaucoup de gens qui n’ont jamais su comment chercher la vérité, et ils ne savent pas non plus dans quel état ils devraient chercher la vérité pour résoudre des problèmes afin de poursuivre la vérité. Par exemple, est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous êtes émondés et traités ? Est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous n’obtenez aucun résultat dans vos fonctions ? Est-ce le temps de chercher la vérité quand vous êtes négatifs et faibles ? En particulier, est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous subissez des épreuves et que vous ne savez pas quoi faire pour vous conformer à la volonté de Dieu ? Est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous vivez dans le confort et que vous ne pouvez pas sentir la présence de Dieu ? Est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous êtes incapables d’exalter Dieu, de rendre témoignage à Dieu ou d’utiliser la vérité pour résoudre des problèmes quand vous accomplissez vos devoirs ? Est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous vous rendez compte que vous exprimez la corruption et n’êtes jamais capables de vivre une vraie ressemblance humaine ? En particulier, est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous avez fait preuve de corruption et agi aveuglément selon vos propres désirs, puis vous subissez le rejet et le mépris d’autrui et pourtant vous ne réfléchissez toujours pas sur vous-mêmes ? Est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous ne pouvez pas bien travailler avec les autres et que vous vous considérez toujours comme meilleurs qu’eux et que vous les regardez toujours de haut ? Est-ce le temps de chercher la vérité lorsque vous laissez toujours vos émotions vous guider dans votre manière de traiter les autres, lorsque vous ne pouvez pas traiter les autres de manière équitable ou que vous ne pouvez pas appliquer le même traitement à tous ? Il y a beaucoup d’autres problèmes. Quand vous voyez que votre tempérament de vie n’a pas changé, et particulièrement quand vous êtes incapables d’obéir au jugement et au châtiment plus sévères de Dieu, c’est alors encore plus le temps de chercher la vérité. Quand vous voyez que votre tempérament n’a pas du tout changé après avoir cru en Dieu pendant plusieurs années et que vous faites souvent preuve de corruption, vous devez alors réfléchir sur vous-mêmes et chercher la vérité. On découvre souvent tous ces problèmes dans vos expériences de vie, et si vous n’avez jamais cherché la vérité au sujet de ces problèmes et que vous n’avez jamais utilisé la vérité pour les résoudre, alors êtes-vous vraiment des chercheurs de la vérité ? Beaucoup de gens pensent toujours qu’ils cherchent la vérité. Alors, êtes-vous des gens qui cherchent la vérité en toutes choses ? Au sujet de quels problèmes avez-vous déjà cherché la vérité ? Quels problèmes avez-vous résolus par la recherche de la vérité, après quoi vous avez pu pratiquer la vérité ? De plus, combien de vérités pouvez-vous mettre en pratique ? Si vous ne pouvez pas répondre clairement à ces questions, comment pouvez-vous continuer à affirmer que vous êtes des chercheurs de la vérité ? De telles gens ne sont-ils pas un peu suffisants et un peu arrogants ? Ceux qui cherchent authentiquement la vérité cherchent la vérité en toutes choses. En cherchant la vérité dans de nombreux problèmes, ils comprennent la vérité et entrent dans sa réalité ; en cherchant la vérité, ils résolvent les problèmes ; et parce qu’ils cherchent la vérité, ils finissent par comprendre la vérité et l’utilisent pour résoudre les problèmes ; de cette manière, ils entrent dans la réalité de la vérité. Quel est le processus pour entrer dans la réalité de la vérité ? Tout d’abord, il faut chercher la vérité, ensuite acquérir une compréhension de la vérité et résoudre ses problèmes et, enfin, on peut entrer dans la réalité. Entrer dans la réalité ne se fait pas en se fiant à des imaginations vaines. Certaines gens pensent : « Je comprends littéralement beaucoup de paroles de Dieu, je comprends beaucoup de théorie, et donc j’ai la réalité de la vérité. » La réalité de la vérité ne provient pas simplement de la compréhension mentale obtenue en lisant les lettres des paroles de Dieu, elle provient de l’expérience et elle résulte de la recherche de la vérité en toutes choses et de l’utilisation de la vérité pour résoudre des problèmes. Si vous n’avez pas ce genre d’expérience réelle, alors à qui pouvez-vous prêcher ? Qui pourriez-vous convaincre ? Vous ne pourriez convaincre personne. Disons, par exemple, que je vous prêche sur la vérité d’obéir à Dieu et que quelqu’un dise : « Frère, pourrais-tu s’il te plait me dire comment on fait l’expérience de l’obéissance à Dieu ? » Est-ce une bonne question ou non ? Si vous ne pouvez pas expliquer clairement comment faire l’expérience de cet aspect, de quel genre de problème s’agit-il ? Vous ne savez pas comment faire l’expérience des paroles de Dieu. Si vous ne savez pas comment faire l’expérience des vérités que vous pensez comprendre, alors vous n’avez absolument aucune véritable expérience. Par conséquent, si tous les sermons que vous livrez proviennent de votre propre expérience et des réalités dans lesquelles vous êtes entrés lors de votre expérience, alors vos sermons seront en mesure de résoudre toutes les difficultés des élus de Dieu lors de leur entrée dans la vie. Lorsqu’ils écouteront vos sermons, ils seront alors capables de comprendre la vérité et d’entrer dans la réalité. Ce sont les résultats qu’ils pourront obtenir, et seul ce genre de sermon est un vrai sermon. Lorsque les gens vous écoutent prêcher, s’ils pensent que tout est correct, mais que vos sermons ne peuvent pas résoudre toutes les nombreuses difficultés et toute la confusion que les gens ont dans leurs expériences, alors ne prêchez-vous pas seulement la doctrine ? De plus, si les gens soulèvent réellement certaines questions et que vous êtes capables de les convaincre sincèrement et de les conduire dans une expérience réelle de sorte qu’ils peuvent pratiquer et expérimenter de manière appropriée, alors cela signifie que vous avez authentiquement la réalité de la vérité. Entrer dans la réalité de la vérité est-il vraiment aussi simple que les gens l’imaginent ? Est-il acceptable de ne pas être émondés et traités ? Est-il acceptable de ne pas suivre le processus de la recherche de la vérité et de ne pas utiliser la vérité pour résoudre les problèmes ? Sans ces choses, vous ne pourrez absolument pas obtenir de résultats et vous devez tous bien comprendre cette question.

Suivant:Ce n’est qu’en cherchant la vérité pour devenir une personne qui obéit à Dieu que vous serez vraiment sauvés