3. Les conséquences si, dans sa foi, on s’appuie sur la connaissance biblique et la théorie théologique

Paroles de Dieu concernées :

L’homme a été corrompu et vit dans le piège de Satan. Tous les hommes vivent dans la chair, dans des désirs égoïstes. Pas un seul d’entre eux n’est compatible avec Moi. Il y en a qui disent être compatibles avec Moi, mais qui adorent tous de vagues idoles. Bien qu’ils reconnaissent Mon nom comme saint, ils empruntent un chemin opposé au Mien et leurs paroles sont pleines d’arrogance et d’assurance. Car, au fond, ils sont tous contre Moi et incompatibles avec Moi. Chaque jour, ils cherchent des traces de Moi dans la Bible et trouvent au hasard des passages « appropriés », qu’ils lisent sans cesse et récitent comme des Écritures. Ils ne savent pas comment être compatibles avec Moi, ni ce qu’être en inimitié envers Moi signifie. Ils se contentent de lire les Écritures aveuglément. Ils restreignent au sein de la Bible un Dieu vague qu’ils n’ont jamais vu et qu’ils sont incapables de voir. Ils la sortent pour la regarder pendant leur temps libre. Ils ne croient en Mon existence que dans le cadre de la Bible. Pour eux, Je suis identique à la Bible ; sans la Bible, Je n’existe pas et, sans Moi, la Bible n’existe pas. Ils ne prêtent aucune attention à Mon existence ni à Mes actions, mais accordent plutôt une attention soutenue et particulière à chacune des paroles des Écritures. Beaucoup d’entre eux pensent même que Je ne devrais pas faire ce que Je veux faire, à moins que ce ne soit prédit dans les Écritures. Ils accordent trop d’importance aux Écritures. On peut dire qu’ils donnent trop d’importance aux paroles et aux expressions, au point de mesurer chaque parole que Je prononce et de Me condamner en s’appuyant sur chaque verset de la Bible. Ils ne recherchent pas la voie de la compatibilité avec Moi, ni de la compatibilité avec la vérité, mais plutôt celle de la compatibilité avec les paroles de la Bible. Ils croient que tout ce qui ne se conforme pas à la Bible n’est pas Mon œuvre, sans exception. De tels hommes ne sont-ils pas les fidèles descendants des pharisiens ? Les pharisiens juifs ont utilisé la loi de Moïse pour condamner Jésus. Ils n’ont pas cherché la compatibilité avec le Jésus de l’époque, mais ont consciencieusement suivi la loi à la lettre, au point de finalement crucifier l’innocent Jésus, L’ayant accusé de ne pas suivre la loi de l’Ancien Testament et de ne pas être le Messie. Quelle était leur essence ? Ont-ils cherché la voie de la compatibilité avec la vérité ? Ils étaient obsédés par chacune des paroles des Écritures, ne prêtant aucune attention à Ma volonté ni aux étapes et méthodes de Mon œuvre. Ce n’étaient pas des gens qui cherchaient la vérité, mais des gens qui s’accrochaient aux mots avec rigidité. Ce n’étaient pas des gens qui croyaient en Dieu, mais des gens qui croyaient en la Bible. En somme, ils étaient les chiens de garde de la Bible. Afin de protéger les intérêts de la Bible, de défendre sa dignité et de protéger sa réputation, ils sont allés jusqu’à clouer le miséricordieux Jésus sur la croix. Ils l’ont fait simplement pour défendre la Bible et maintenir le statut de chacune de ses paroles dans le cœur des gens. Ils ont donc préféré renoncer à leur avenir et au sacrifice d’expiation pour condamner à mort Jésus, qui ne S’était pas conformé à la doctrine des Écritures. N’étaient-ils pas des laquais de chaque parole des Écritures ?

Et qu’en est-il des hommes d’aujourd’hui ? Le Christ est venu pour annoncer la vérité, mais ils ont préféré L’expulser de ce monde afin de gagner l’entrée au ciel et de recevoir la grâce. Ils ont préféré nier complètement l’avènement de la vérité pour défendre les intérêts de la Bible. Ils ont préféré crucifier de nouveau le Christ revenu pour garantir l’existence éternelle de la Bible. Comment l’homme peut-il recevoir Mon salut, quand son cœur est si mauvais et sa nature si hostile envers Moi ? Je vis parmi les hommes, pourtant il n’est pas au courant de Mon existence. Même quand Je fais briller Ma lumière sur l’homme, il reste ignorant de Mon existence. Quand Je libère Ma colère sur lui, il nie Mon existence avec encore plus de vigueur. L’homme cherche la compatibilité avec les mots, avec la Bible, pourtant pas une seule personne ne vient devant Moi pour chercher le chemin de la compatibilité avec la vérité. L’homme regarde vers Moi dans le ciel et accorde un intérêt particulier à Mon existence en ce lieu, pourtant personne ne se soucie de Moi dans la chair, car Moi, qui vis parmi les hommes, Je suis simplement trop insignifiant. Ceux qui cherchent seulement la compatibilité avec les paroles de la Bible et avec un Dieu vague constituent un spectacle désolant à Mes yeux. C’est parce qu’ils vénèrent des paroles vides de sens et un Dieu qui est capable de leur donner des trésors immenses. Ce qu’ils vénèrent, c’est un Dieu qui demeure Lui-même à la merci de l’homme, un Dieu qui n’existe pas. Que de telles personnes peuvent-elles alors gagner de Moi ? L’homme est tout simplement trop faible. Comment ceux qui sont contre Moi, qui M’adressent des demandes infinies, qui n’aiment pas la vérité et qui se rebellent contre Moi pourraient-ils être compatibles avec Moi ?

Ceux qui sont contre Moi sont ne sont pas compatibles avec Moi. De même, ceux qui n’aiment pas la vérité et se rebellent contre Moi sont encore plus contre Moi et incompatibles avec Moi. Je livre tous ceux qui ne sont pas compatibles avec Moi entre les mains du malin. Je les abandonne à sa corruption, leur donne libre cours pour exposer leur malfaisance et, enfin, les remets au malin pour être dévorés. Peu M’importe combien M’adorent, c’est-à-dire que peu M’importe combien croient en Moi. Tout ce qui M’intéresse, c’est combien sont compatibles avec Moi. C’est parce que tous ceux qui ne sont pas compatibles avec Moi sont mauvais et Me trahissent. Ce sont Mes ennemis et Je ne« consacrerai » pas Mes ennemis dans Ma maison. Ceux qui sont compatibles avec Moi Me serviront pour toujours dans Ma maison et ceux qui vont à Mon encontre souffriront à jamais de Ma punition. Ceux qui ne se soucient que des paroles de la Bible et sont indifférents à la vérité ou à la recherche de Mes pas sont contre Moi, car ils Me limitent selon la Bible, M’y confinent et blasphèment donc à l’extrême envers Moi. Comment de telles personnes pourraient-elles venir devant Moi ? Elles ne prêtent aucune attention à Mes actes, à Ma volonté ni à la vérité, mais sont plutôt obsédées par des paroles, des paroles qui tuent. Comment de telles personnes pourraient-elles être compatibles avec Moi ?

Extrait de « Tu dois chercher le chemin de la compatibilité avec le Christ », dans La Parole apparaît dans la chair

Le Christ des derniers jours apporte la vie et apporte le chemin durable et éternel de la vérité. Cette vérité est le chemin par lequel l’homme obtient la vie et elle est le seul chemin par lequel l’homme connaîtra Dieu et sera approuvé par Dieu. Si tu ne cherches pas le chemin de la vie offert par le Christ des derniers jours, alors tu n’obtiendras jamais l’approbation de Jésus et ne seras jamais qualifié pour franchir les portes du royaume des cieux, car tu es à la fois une marionnette et un prisonnier de l’histoire. Ceux qui sont régis par les règlements, par les lettres, et enchaînés par l’histoire ne seront jamais en mesure d’obtenir la vie ni d’obtenir le chemin perpétuel de la vie. C’est parce que tout ce qu’ils ont, ce sont des eaux troubles auxquelles ils se sont accrochés pendant des milliers d’années, au lieu de l’eau de la vie qui coule du trône. Ceux qui ne reçoivent pas l’eau de la vie resteront à jamais des cadavres, des jouets de Satan et des fils de l’enfer. Comment alors peuvent-ils voir Dieu ? Si tu ne t’accroches qu’au passé, si tu essayes seulement de garder les choses telles qu’elles en restant stable et n’essayes pas de changer le statu quo et de te débarrasser de l’histoire, alors ne seras-tu pas toujours contre Dieu ? Les étapes de l’œuvre de Dieu sont vastes et puissantes comme des vagues déferlantes et des grondements de tonnerre ; pourtant tu restes assis passivement à attendre la destruction, t’accrochant à ta sottise et ne faisant rien. De cette façon, comment peux-tu être considéré comme quelqu’un qui suit les pas de l’Agneau ? Comment peux-tu justifier que le Dieu auquel tu tiens est un Dieu qui est toujours nouveau et jamais vieux ? Et comment les mots de tes livres jaunis peuvent-ils te transporter dans une nouvelle ère ? Comment peuvent-ils te conduire à chercher les étapes de l’œuvre de Dieu ? Et comment peuvent-ils t’emmener au ciel ? Ce que tu tiens entre tes mains, ce ne sont que des lettres qui ne peuvent fournir qu’une consolation temporaire et non pas des vérités qui sont capables de donner la vie. Les écritures que tu lis ne peuvent qu’enrichir ta langue, et ne sont pas les paroles de sagesse qui peuvent t’aider à connaître la vie de l’homme, encore moins les chemins qui peuvent te conduire à la perfection. Est-ce que cet écart ne te donne pas matière à réflexion ? Ne te fait-il pas prendre conscience des mystères qui y sont contenus ? Es-tu capable de te livrer au ciel pour rencontrer Dieu par toi-même ? Sans la venue de Dieu, peux-tu aller toi-même au ciel pour jouir du bonheur familial avec Dieu ? Es-tu toujours en train de rêver ? Je suggère donc que tu arrêtes de rêver et que tu regardes celui qui œuvre maintenant : regarde pour voir celui qui réalise maintenant l’œuvre consistant à sauver l’homme durant les derniers jours. Si tu ne le fais pas, tu n’obtiendras jamais la vérité et n’obtiendras jamais la vie.

Extrait de « Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair

Beaucoup de gens ne s’opposent-ils pas à Dieu et n’entravent-ils pas l’œuvre du Saint-Esprit parce qu’ils ne connaissent pas l’œuvre variée et diversifiée de Dieu et, en outre, parce qu’ils possèdent seulement un tout petit peu de connaissance et de doctrine pour évaluer l’œuvre du Saint-Esprit ? Bien que leurs expériences soient superficielles, de telles gens sont arrogants et indulgents de nature, et ils considèrent l’œuvre du Saint-Esprit avec mépris, ils ignorent les disciplines du Saint-Esprit et, de plus, utilisent leurs vieux arguments triviaux pour « confirmer » l’œuvre du Saint-Esprit. Ils se donnent des airs aussi et sont tout à fait convaincus d’être des gens instruits et érudits qui peuvent voyager à travers le monde. Ces gens ne sont-ils pas méprisés et rejetés par le Saint-Esprit et ne seront-ils pas éliminés par la nouvelle ère ? Ceux qui se présentent devant Dieu et s’opposent ouvertement à Lui ne sont-ils pas de petites gens ignorants et mal informés qui essaient simplement de montrer comme ils sont brillants ? Avec une maigre connaissance de la Bible, ils essaient de grimper les murs du « haut savoir » ; avec seulement une doctrine superficielle à enseigner aux gens, ils essaient d’inverser l’œuvre du Saint-Esprit et de la limiter à leur propre processus de pensée. Myopes comme ils sont, ils essaient de saisir d’un seul coup d’œil six mille ans de l’œuvre de Dieu. Ces gens n’ont aucune raison qui vaille la peine d’être mentionnée ! En fait, mieux les gens connaissent Dieu, plus lents ils sont à juger Son œuvre. En outre, ils ne parlent qu’un peu de leur connaissance de l’œuvre de Dieu aujourd’hui et ils ne sont pas téméraires dans leurs jugements. Moins les gens connaissent Dieu, plus ils sont arrogants et présomptueux et plus ils proclament l’être de Dieu sans réfléchir, mais ils parlent seulement en théorie et n’offrent aucune preuve réelle. Ces personnes ne sont absolument d’aucune valeur. Ceux qui considèrent l’œuvre du Saint-Esprit comme un jeu sont frivoles. Ceux qui ne sont pas prudents quand ils découvrent la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, qui parlent sans réfléchir, sont prompts à juger, donnent libre cours à leur instinct naturel de nier la légitimité de l’œuvre du Saint-Esprit, et aussi l’insultent et la blasphèment, de telles gens irrespectueux ne sont-ils pas ignorants de l’œuvre du Saint-Esprit ? Ne sont-ils pas, en outre, des gens d’une grande arrogance, des gens intrinsèquement fiers et ingouvernables ? Même si un jour de telles gens acceptent la nouvelle œuvre du Saint-Esprit, Dieu ne les tolérera pas pour autant. Non seulement ils méprisent ceux qui travaillent pour Dieu, mais ils blasphèment aussi contre Dieu Lui-même. Ces gens téméraires ne seront pas pardonnés, ni dans cette ère ni dans l’ère à venir, et ils périront à jamais en enfer ! Ces gens irrespectueux et indulgents prétendent croire en Dieu, et plus ils sont ainsi, plus ils sont susceptibles d’offenser les décrets administratifs de Dieu. Tous ces arrogants qui sont naturellement déchaînés et qui n’ont jamais obéi à quiconque n’empruntent-ils pas tous ce chemin ? Est-ce qu’ils ne s’opposent pas à Dieu jour après jour, Dieu qui est toujours nouveau et jamais vieux ?

Extrait de « La connaissance des trois étapes de l’œuvre de Dieu est la voie de la connaissance de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Votre connaissance ne peut soutenir les gens que pendant un certain temps. À mesure que le temps passe, si tu continues à dire les mêmes choses, certaines personnes discerneront cela ; elles diront que tu es trop superficiel, que tu manques trop de profondeur. Tu n’auras pas d’autre choix que d’essayer de tromper les gens en prêchant des doctrines. Si tu continues toujours de cette manière, ceux qui sont sous ta responsabilité suivront tes méthodes, tes procédures et ton modèle de foi, d’expérience et de mise en pratique de ces paroles et doctrines. Finalement, alors que tu continues sans cesse de prêcher, ils en viendront tous à te prendre pour modèle. Tu parles de doctrines quand tu guides les gens, de sorte que ceux qui sont sous ta responsabilité apprendront de toi des doctrines, et à mesure que les choses progressent, tu auras pris le mauvais chemin. Ceux qui sont sous ta responsabilité suivront n’importe lequel des chemins que tu suivras ; ils apprendront tous de toi et te suivront, alors tu te diras : « Je suis puissant maintenant ; tant de gens m’écoutent et l’Église est prête à m’obéir. » Cette traîtrise de l’homme te fait inconsciemment changer Dieu en un simple figurant, et tu formes toi-même alors une certaine confession religieuse. Comment naissent les diverses confessions religieuses ? Elles naissent de cette façon. Regarde simplement les dirigeants de chaque confession religieuse, ils sont tous arrogants et suffisants, et ils interprètent la Bible hors de son contexte et selon leur propre imagination. Ils comptent tous sur les dons et l’érudition pour accomplir leur travail. S’ils étaient incapables de prêcher quelque chose, ces gens les suivraient-ils ? Ils possèdent tout de même une certaine connaissance et peuvent prêcher quelques doctrines, ou savent comment convaincre les autres et comment utiliser des artifices. Ils les utilisent pour amener les hommes devant eux et les tromper. Théoriquement, ces gens croient en Dieu, mais, en réalité, ils suivent leurs dirigeants. S’ils rencontrent quelqu’un qui prêche le vrai chemin, certains d’entre eux disent : « Nous devons consulter notre dirigeant au sujet de notre foi. » Leur foi doit passer par un être humain ; n’est-ce pas un problème ? Que sont donc devenus ces dirigeants ? Ne sont-ils pas devenus des pharisiens, de faux pasteurs, des antéchrists et des obstacles qui empêchent le peuple d’accepter la véritable voie ?

Extrait de « La vraie foi en Dieu ne se confirme que par la recherche de la vérité », dans Récits des entretiens de Christ

Tous ceux qui, dans le christianisme, étudient la théologie, les Écritures, voire l’histoire de l’œuvre de Dieu, sont-ils de vrais croyants ? Diffèrent-ils des croyants et adeptes de Dieu dont Il parle ? Croient-ils en Dieu à Ses yeux ? (Non.) Ils étudient la théologie, ils étudient Dieu. Y a-t-il une différence entre les gens qui étudient Dieu et ceux qui étudient autre chose ? Il n’y en a aucune. Rien ne les différencie des gens qui étudient l’histoire, la philosophie, le droit, la biologie ou l’astronomie. Ils n’aiment simplement pas les sciences, la biologie ou quelque autre discipline que ce soit. Ils n’aiment que la théologie. Ces gens étudient Dieu en cherchant des indices et des signes révélateurs dans Son œuvre. Et que résulte-t-il de ces recherches ? Sont-ils en mesure de déterminer si Dieu existe ? Jamais ils n’y parviendront. Sont-ils en mesure de connaître Sa volonté ? (Non.) Pourquoi ? Parce qu’ils vivent au milieu des mots, des formules, du savoir et de la philosophie. Ils vivent au milieu de l’esprit et des pensées d’êtres humains. Jamais ils ne pourront voir Dieu ni être éclairés par le Saint-Esprit. Comment Dieu les définit-Il ? Comme des non-croyants, des incroyants. Ces non-croyants et ces incroyants se mêlent à la soi-disant communauté chrétienne et font comme s’ils croyaient en Dieu, comme s’ils étaient chrétiens. Mais en réalité, adorent-ils vraiment Dieu ? Lui obéissent-ils vraiment ? Non. Pourquoi ? Une chose est certaine, dans leur cœur, ils ne croient pas que Dieu a créé le monde, qu’Il règne sur toutes choses et qu’Il peut devenir chair, et ils croient encore moins qu’Il existe. Que montre ce manque de foi ? Le doute, le déni et même l’espoir que les prophéties exprimées par Dieu (particulièrement celles qui évoquent les catastrophes) ne se réalisent pas, ne s’accomplissent pas. Voilà la façon dont ils considèrent la croyance en Dieu et c’est aussi la substance et le vrai visage de leur prétendue foi. Ces gens étudient Dieu parce qu’ils ont un intérêt particulier à acquérir une érudition et un savoir en théologie et parce qu’ils s’intéressent aux éléments historiques factuels de Son œuvre. Ce ne sont guère plus qu’un groupe d’intellectuels étudiant la théologie. Ces « intellectuels » ne croient pas en l’existence de Dieu, aussi que font-ils quand Il vient accomplir Son œuvre et que Ses paroles se réalisent ? Quelle est leur première réaction quand ils entendent qu’Il est devenu chair et qu’Il accomplit Sa nouvelle œuvre ? « C’est impossible ! » Ils condamnent quiconque prêche la nouvelle œuvre de Dieu et veulent même les tuer. Que cela montre-t-il ? Cela ne montre-t-il pas que ce sont d’authentiques antéchrists ? Ils sont hostiles à l’œuvre de Dieu et à la réalisation de Ses paroles, sans parler de Son incarnation : « Si Tu ne T’es pas incarné et que Tes paroles ne se sont pas réalisées, alors Tu es Dieu. Si Tes paroles se sont réalisées et que Tu T’es incarné, alors Tu n’es pas Dieu. » Que cela sous-entend-il ? Cela veut dire que tant qu’ils existeront, ils ne permettront pas l’incarnation de Dieu. Ne sont-ils pas d’authentiques antéchrists ? Oui. Ces affirmations existent-elles au sein de la communauté religieuse ? Elles sont proférées haut et fort : « Il est faux d’affirmer que Dieu S’est incarné. C’est impossible ! Toute incarnation est une imposture ! » Certains demandent : « Ces gens ont-ils été induits en erreur ? » Pas du tout. Ils n’ont simplement pas véritablement foi en Dieu. Ils ne croient pas en Son existence, en Son incarnation ni en Son œuvre de création du monde et encore moins en Son œuvre aboutissant à Sa crucifixion et au rachat de l’humanité. Pour eux, la théologie qu’ils étudient est une série d’évènements historiques. C’est une sorte de doctrine ou de théorie.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (7) », dans Récits des entretiens de Christ

Quelle était la principale manifestation de l’hypocrisie des pharisiens ? Ils se sont contentés d’étudier de près les Écritures et n’ont pas recherché la vérité. Quand ils lisaient les paroles de Dieu, ils ne priaient pas et ne cherchaient pas. Au lieu de cela, ils ont étudié ce qu’Il a dit et accompli, puis ont transformé Ses paroles en une sorte de théorie, une doctrine qu’ils ont enseignée aux autres. Voilà en quoi consiste l’étude détaillée des paroles de Dieu. Alors, pourquoi ont-ils fait cela ? Qu’ont-ils étudié de si près ? À leurs yeux, ce n’étaient pas les paroles de Dieu ni Ses expressions. C’était encore moins la vérité, mais plutôt une forme de savoir. À leurs yeux, un tel savoir devait être transmis, répandu, et c’est seulement ainsi qu’auraient dû se répandre la voie de Dieu et l’Évangile. C’est cela qu’ils appelaient « prêcher » et le sermon qu’ils prêchaient était de la théologie.

[…] Les pharisiens considéraient la théologie et la théorie qu’ils maîtrisaient comme une forme de savoir, un moyen leur permettant de condamner les gens et de déterminer s’ils avaient raison ou tort. Ils y ont même eu recours avec le Seigneur Jésus : c’est ainsi qu’Il a été condamné. Pour juger et traiter les gens, ils ne se fondaient pas sur leur substance ni sur le fait de savoir si ce qu’ils disaient était vrai ou faux, et encore moins sur la source ou l’origine de leurs paroles. Ils se contentaient de condamner les gens et de les évaluer en s’appuyant sur les paroles et les doctrines rigides qu’ils maîtrisaient. Ainsi, même si ces pharisiens savaient que ce que le Seigneur Jésus faisait n’était pas un péché et n’enfreignait pas la loi, ils L’ont malgré tout condamné parce que ce qu’Il disait leur semblait être en désaccord avec la connaissance et le savoir qu’ils maîtrisaient, ainsi que la théorie de la théologie dont ils faisaient l’exégèse. Et les pharisiens refusaient simplement de relâcher leur emprise sur ces paroles et ces formules. Ils s’accrochaient à ce savoir et refusaient de céder. Quelle était la seule issue possible en fin de compte ? Ils refusaient de reconnaître que le Seigneur Jésus était le Messie qui devait venir ou que Ses paroles étaient empreintes de vérité, et encore moins que les actions du Seigneur Jésus étaient en accord avec la vérité. Ils se sont appuyés sur des accusations non fondées pour Le condamner. Mais en réalité, au fond d’eux-mêmes, savaient-ils si les péchés pour lesquels ils Le condamnaient étaient licites ? Oui, ils le savaient. Alors pourquoi L’ont-ils malgré tout condamné ainsi ? (Ils ne voulaient pas croire que ce Dieu puissant et céleste qu’ils avaient à l’esprit puisse être le Seigneur Jésus dont l’apparence est celle d’un Fils de l’homme ordinaire.) Ils refusaient d’accepter cet état de fait. Et quelle était la nature de leur refus d’accepter cela ? N’était-ce pas une façon d’essayer de raisonner avec Dieu ? Ce qu’ils voulaient dire, c’était : « Dieu pourrait-Il faire cela ? S’Il devait S’incarner, Il serait sans doute issu d’une lignée illustre. En outre, Il devrait accepter la tutelle des scribes et des pharisiens, S’approprier ce savoir et beaucoup lire les Écritures. Ce n’est qu’une fois qu’Il détiendrait ce savoir qu’Il serait en mesure d’assumer le titre de “Dieu incarné”. » Ils se sont dit : « Tout d’abord, Tu n’as pas ces qualités, donc Tu n’es pas Dieu. Ensuite, sans ce savoir, Tu ne peux pas accomplir l’œuvre de Dieu et Tu peux encore moins être Lui. Enfin, Tu ne peux pas œuvrer hors du temple. En ce moment, Tu n’es pas dans le temple, Tu fais toujours partie des pécheurs, donc l’œuvre que Tu accomplis se trouve hors du champ de celle de Dieu. » D’où vient le fondement de leur condamnation ? Des Écritures, de l’esprit de l’homme et de l’enseignement théologique qu’ils ont reçu. Gonflés de notions, d’idées et de savoir, ils pensaient que ce savoir était juste, que c’était la vérité, la base, et qu’il était impossible que Dieu puisse aller à l’encontre de tout cela. Recherchaient-ils la vérité ? Pas du tout. Ils recherchaient leurs propres notions et idées, leurs propres expériences, et ils ont tenté de s’en servir pour définir Dieu et savoir s’Il avait raison ou tort. Qu’en a-t-il finalement résulté ? Ils ont condamné l’œuvre de Dieu et L’ont cloué sur la croix.

Extrait de « Pour les dirigeants et les ouvriers, choisir un chemin est de la plus haute importance (7) », dans Récits des entretiens de Christ

Précédent: 2. Ce qu’est la réalité de vérité et ce que sont la connaissance biblique et la doctrine

Suivant: 1. Ce qu’est le fait de suivre la volonté de Dieu et si suivre la volonté de Dieu consiste simplement à prêcher et à travailler pour le Seigneur

Contenu connexe

2. Pourquoi le monde religieux s’est toujours opposé à Christ, L’a rejeté et L’a condamné

« Écoutez une autre parabole. Il y avait un homme, maître de maison, qui planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, y creusa un pressoir, et bâtit une tour ; puis il l’afferma à des vignerons, et quitta le pays. Lorsque le temps de la récolte fut arrivé, il envoya ses serviteurs vers les vignerons, pour recevoir le produit de sa vigne. Les vignerons, s’étant saisis de ses serviteurs, battirent l’un, tuèrent l’autre, et lapidèrent le troisième. Il envoya encore d’autres serviteurs, en plus grand nombre que les premiers ; et les vignerons les traitèrent de la même manière. Enfin, il envoya vers eux son fils, en disant : Ils auront du respect pour mon fils. Mais, quand les vignerons virent le fils, ils dirent entre eux : Voici l’héritier ; venez, tuons-le, et emparons-nous de son héritage. Et ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne, et le tuèrent » (Matthieu 21:33-39).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre