1. Ce qu’est la vérité et si la connaissance théologique est la vérité

Paroles de Dieu concernées :

Dieu Lui-même est la vie et la vérité, et Sa vie et la vérité coexistent. Ceux qui sont incapables d’obtenir la vérité ne gagneront jamais la vie. Sans la direction, le soutien et l’approvisionnement de la vérité, tu n’auras que la lettre, les doctrines et, surtout, la mort. La vie de Dieu est toujours présente et Sa vérité et Sa vie coexistent. Si tu ne peux pas trouver la source de la vérité, alors tu n’acquerras pas la nourriture de la vie ; si tu ne peux pas obtenir l’approvisionnement de la vie, alors tu n’auras sûrement pas la vérité, et donc en dehors des imaginations et des notions, tout ton corps ne sera rien d’autre que ta chair, ta chair rongée de puanteur. Sache que les écrits des livres ne comptent pas comme étant la vie, les archives de l’histoire ne peuvent pas être vénérées comme la vérité et les règlements du passé ne peuvent pas servir de récits des paroles actuellement prononcées par Dieu. Seul ce qui est exprimé par Dieu quand Il vient sur terre et vit parmi les hommes est la vérité, la vie, la volonté de Dieu et Sa manière actuelle d’œuvrer.

Extrait de « Seul le Christ des derniers jours peut montrer à l’homme le chemin de la vie éternelle », dans La Parole apparaît dans la chair

La vérité est le plus réel des aphorismes de la vie, et le plus important des aphorismes de toute l’humanité. Car c’est ce que Dieu exige des hommes, et c’est aussi l’œuvre accomplie par Dieu en personne. C’est pourquoi elle est appelée l’« aphorisme de la vie ». Cet aphorisme n’est pas un résumé, ni une citation célèbre d’un grand personnage. C’est plutôt la déclaration adressée à l’humanité par le Maître du ciel et de la terre et de toutes choses ; ce ne sont pas des paroles résumées par les hommes, mais c’est la vie inhérente de Dieu. C’est pourquoi elle est appelée « le plus important des aphorismes de la vie ».

Extrait de « Seuls ceux qui connaissent Dieu et Son œuvre peuvent Lui donner satisfaction », dans La Parole apparaît dans la chair

La vérité n’est pas stéréotypée, elle n’est pas non plus une loi. Elle n’est pas morte, elle est la vie même, c’est une chose vivante et c’est la règle qu’un être créé doit suivre dans la vie et qu’un humain doit avoir dans la vie. C’est quelque chose que, le plus possible, tu dois comprendre par le vécu. Peu importe à quel stade tu es arrivé dans ta vie, tu es inséparable de la parole de Dieu ou de la vérité ; ce que tu comprends du tempérament de Dieu et ce que tu sais au sujet de ce que Dieu a et est, tout est exprimé dans les paroles de Dieu ; c’est inextricablement lié à la vérité. Le tempérament de Dieu et ce que Dieu a et est sont en soi la vérité ; la vérité est une authentique manifestation du tempérament de Dieu et de ce qu’Il a et est. Elle rend concret ce qu’Il a et fait une déclaration claire de ce qu’Il a et est ; elle te dit plus directement ce que Dieu aime et ce qu’Il n’aime pas, ce qu’Il veut que tu fasses et ce qu’Il ne te permet pas de faire, les gens qu’Il déteste et ceux en qui Il trouve Sa joie. Derrière les vérités que Dieu exprime, les gens peuvent voir Son plaisir, Sa colère, Sa tristesse et Son bonheur, aussi bien que Son essence : c’est la révélation de Son tempérament.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

Que les paroles prononcées par Dieu soient simples ou profondes en apparence, elles sont toutes des vérités indispensables à l’homme lorsqu’il entre dans la vie ; elles sont la source d’eaux vives qui permet à l’homme de survivre à la fois dans l’esprit et dans la chair. Elles fournissent ce dont l’homme a besoin pour rester en vie : les principes et le credo pour mener sa vie quotidienne ; le chemin, le but et la direction par lesquels il doit passer pour recevoir le salut ; toute vérité qu’il devrait posséder en tant qu’être créé devant Dieu ; et toute vérité sur la manière de l’homme d’obéir à Dieu et de L’adorer. Elles sont la garantie qui assure la survie de l’homme, elles sont le pain quotidien de l’homme, et elles sont aussi le soutien solide qui permet à l’homme d’être fort et de se tenir debout. Elles sont riches de la réalité-vérité de l’humanité normale telle qu’elle est vécue par l’humanité créée, riches de la vérité par laquelle l’humanité se libère de la corruption et échappe aux pièges de Satan, riches en enseignement, exhortation, encouragement et consolation infatigables que le Créateur donne à l’humanité créée. Elles sont le phare qui guide et éclaire les hommes pour comprendre tout ce qui est positif, la garantie qui assure que les hommes vivront tout ce qui est juste et bon, et le posséderont, le critère par lequel toutes les personnes, tous les événements et tous les objets sont mesurés, ainsi que la bouée de navigation qui conduit les hommes vers le salut et le chemin de la lumière.

Extrait de « Connaître Dieu est le chemin vers la crainte de Dieu et l’éloignement du mal », dans La Parole apparaît dans la chair

La vérité est la réalité de toutes les choses positives. Elle peut être la vie de l’homme et la direction qu’il prend ; elle peut l’amener à se débarrasser de son tempérament corrompu, à en venir à craindre Dieu et à s’éloigner du mal, à devenir quelqu’un qui obéit à Dieu et un être créé qualifié, quelqu’un que Dieu aime et qui reçoit Sa faveur. Compte tenu de sa valeur, quelle attitude et quelle perspective doit-on avoir à l’égard des paroles de Dieu et de la vérité ? C’est assez évident : pour ceux qui croient vraiment en Dieu et qui ont un cœur de révérence pour Lui, Ses paroles sont leur vitalité. L’homme devrait chérir les paroles de Dieu, en manger et en boire, en jouir et les accepter comme sa vie, comme la direction dans laquelle il fait son chemin, comme son aide et sa provision toutes prêtes ; l’homme devrait vivre, pratiquer et expérimenter conformément aux déclarations et aux exigences de la vérité, et se soumettre à ses exigences, à chacune des déclarations et des exigences que la vérité lui accorde, plutôt que de la soumettre à l’étude, à l’analyse, à la spéculation et au doute. Comme la vérité est l’aide toute prête de l’homme, sa provision toute prête, et peut être sa vie, l’homme devrait traiter la vérité comme la chose la plus précieuse, car il doit s’appuyer sur la vérité pour vivre, pour venir satisfaire les exigences de Dieu, Le craindre et s’éloigner du mal, et pour trouver dans sa vie quotidienne le chemin sur lequel pratiquer, saisir les principes de la pratique et parvenir à la soumission à Dieu. L’homme doit également compter sur la vérité pour se débarrasser de son tempérament corrompu, pour devenir quelqu’un qui est sauvé et un être créé qualifié.

Extrait de « Ils méprisent la vérité, bafouent publiquement les principes et ignorent les arrangements de la maison de Dieu (Partie VII) », dans Exposer les antéchrists

Dans Son expression de la vérité, Dieu exprime Son tempérament et Son essence : Son expression de la vérité n’est pas basée sur les résumés que l’humanité fait des diverses choses positives ni sur les déclarations que l’humanité reconnaît. Les paroles de Dieu sont les paroles de Dieu ; les paroles de Dieu sont la vérité. Elles sont le fondement et la loi par lesquels l’humanité devrait exister, et ces soi-disant principes qui proviennent de l’humanité sont condamnés par Dieu. Ils n’ont pas Son approbation, et encore moins sont-ils l’origine ou le fondement de Ses déclarations. Dieu exprime Son tempérament et Son essence à travers Ses paroles. Toutes les paroles produites par l’expression de Dieu sont la vérité, car Il a l’essence de Dieu et Il est la réalité de toutes les choses positives. Le fait que les paroles de Dieu soient la vérité ne change jamais, peu importe la manière dont cette humanité corrompue les positionne ou les définit, ou dont elle les voit ou les comprend. Peu importe combien de paroles de Dieu ont été prononcées et peu importe dans quelle mesure cette humanité corrompue et pécheresse les condamne et les rejette, un fait demeure qui ne peut pas être changé : même dans ces circonstances, la prétendue culture et les prétendues traditions que l’humanité trouve importantes ne peuvent pas devenir des choses positives et ne peuvent pas devenir la vérité. C’est là un fait inaltérable. La culture et la façon d’exister traditionnelles de l’humanité ne deviendront pas vérité en raison des changements ou du passage du temps, et les paroles de Dieu ne deviendront pas non plus les paroles de l’homme parce que l’humanité aura été condamnée ou oubliée. Cette essence ne changera jamais : la vérité est toujours la vérité. Quel fait existe-t-il ici ? Toutes ces maximes qui sont résumées par l’humanité émanent de Satan. Elles sont des imaginations et des notions humaines qui résultent même de l’ardeur humaine et qui n’ont rien à voir du tout avec des choses positives. Les paroles de Dieu, en revanche, sont des expressions de Son essence et de Son statut. Pour quelles raisons exprime-t-Il ces paroles ? Pourquoi dis-je qu’elles sont la vérité ? La raison à cela est que Dieu gouverne toutes les lois, tous les principes, les sources, les essences, les réalités et les mystères de toutes choses et que tout cela est saisi dans Sa main, et Dieu seul connaît leurs origines et ce que sont réellement leurs sources. Par conséquent, seules les définitions de toutes les choses mentionnées dans les paroles de Dieu sont les plus exactes, et les exigences vis-à-vis de l’humanité contenues dans les paroles de Dieu sont la seule norme pour l’humanité, le seul critère selon lequel elle devrait exister.

Extrait de « Ils ne font leur devoir que pour se distinguer et nourrir leurs propres intérêts et ambitions ; ils ne tiennent jamais compte des intérêts de la maison de Dieu, et vendent même ces intérêts en échange de la gloire personnelle (Partie I) », dans Exposer les antéchrists

Ceux qui croient au Seigneur dans la religion axent leurs efforts sur la mémorisation d’un petit nombre de passages célèbres de la Bible. Plus ils les connaissent par cœur, plus on les trouve spirituels et plus ils sont admirés de tous. Ils ont du prestige et un statut élevé. En réalité, dans la vraie vie, leur vision du monde, de l’humanité et de toutes sortes de personnes est la même que celle des laïcs : elle n’a pas changé. Cela prouve une chose : ces passages qu’ils ont appris par cœur ne sont pas du tout devenus leur vie. De façon évidente, ce ne sont que théories et doctrine religieuse et cela n’a pas changé leur vie. Si vous suivez le même chemin que les religieux, vous croyez au christianisme, mais vous ne croyez pas en Dieu et vous ne faites pas l’expérience de Son œuvre. Certaines personnes qui croient en Dieu depuis peu de temps seulement admirent ceux qui croient en Lui depuis longtemps et dont le discours repose sur de bonnes bases. Ils voient les gens qui sont assis là et peuvent facilement parler pendant deux ou trois heures. En les écoutant, ils se mettent à apprendre des paroles et des expressions spirituelles et à assimiler leur façon de parler et de se tenir. Ensuite, ils s’appliquent à mémoriser quelques passages des paroles spirituelles et ils continuent ainsi jusqu’à ce qu’un jour, ils aient cru en Dieu pendant suffisamment d’années pour pouvoir s’assoir là et discourir sans cesse, avec éloquence, en long et en large. Cependant, si on les écoute attentivement, ce ne sont que des absurdités, des paroles creuses, de simples lettres et doctrines. De toute évidence, ce sont des tricheurs religieux qui trichent avec eux-mêmes et avec les autres. Quelle tristesse ! Ne suivez pas cette voie, cela vous mènera à la ruine et il vous sera difficile d’en revenir. Une personne qui chérit de telles choses, en fait sa vie et s’en sert pour se comparer aux autres à tout bout de champ et qui, au-delà d’un tempérament corrompu satanique, fait montre de théories spirituelles et d’une certaine hypocrisie, en plus, une telle personne n’est pas seulement dégoûtante, elle est dégoûtante à l’extrême, elle est répugnante et éhontée, et sa vue est insupportable. Par conséquent, la confession de ceux qui jadis ont suivi le Seigneur Jésus s’appelle maintenant le christianisme. C’est une confession, et dans leur croyance en Dieu ils ne font que respecter la forme de façon rigide. Il n’y a aucun changement dans leur tempérament de vie et ce ne sont pas des gens qui poursuivent la vérité. Ce qu’ils recherchent, ce ne sont pas la vérité, le chemin et la vie qui viennent de Dieu, ils cherchent plutôt à être des pharisiens et sont hostiles à Dieu : tel est le groupe de personnes qui est maintenant défini comme le christianisme.

Extrait de « Seuls ceux qui pratiquent la vérité craignent Dieu », dans Récits des entretiens de Christ des derniers jours

Comment se fait-il qu’on ait réduit les religieux qui croient dans le Seigneur au « christianisme » ? Comment se fait-il qu’aujourd’hui, ils soient classés comme groupe religieux et non comme maison de Dieu, Église de Dieu ou objet de l’œuvre de Dieu ? Ils ont un dogme. Ils compilent l’œuvre accomplie par Dieu ainsi que les paroles qu’Il a prononcées dans un livre, ils les transforment en ressources pour l’enseignement religieux, puis ils créent des écoles pour introniser toutes sortes de théologiens. Ceux-ci étudient-ils la vérité ? (Non.) Alors qu’étudient-ils ? Ils étudient le savoir théologique, qui n’a rien à voir avec l’œuvre de Dieu ni avec les vérités qu’Il exprime. Et ce faisant, ils se cantonnent au christianisme. Que préconise le christianisme ? Si tu vas à l’Église, on te demandera depuis quand tu crois en Dieu. Et si tu réponds que c’est très récent, on t’ignorera. Mais si tu y vas avec une Bible à la main et que tu annonces : « Je viens d’être diplômé de tel ou tel séminaire théologique », alors on te donnera une place de choix. C’est cela, le christianisme. Ces figures importantes qui se tiennent sur l’estrade ont toutes étudié la théologie. Elles ont été formées aux séminaires et détiennent des connaissances théologiques et théoriques : elles constituent pour ainsi dire le socle du christianisme. Le christianisme forme ces gens pour qu’ils prêchent sur l’estrade, évangélisent et travaillent en tous lieux. Les religieux pensent que la valeur du christianisme repose sur les épaules de ces gens compétents que sont ces étudiants en théologie, ces pasteurs et ces théologiens qui font des sermons. Ils constituent leur capital. Si tel pasteur d’une Église diplômé d’un séminaire excelle dans l’exégèse des Écritures, qu’il a lu des livres religieux, qu’il a quelques connaissances et qu’il est habile avec les mots, alors l’Église prospère et se forge une bien meilleure réputation que les autres. Que préconisent ces gens qui appartiennent au christianisme ? Le savoir. Et d’où vient ce savoir ? C’est un héritage de l’Antiquité. Au cours de cette période, les Écritures ont été transmises de génération en génération et, depuis, chacune d’entre elles les a lues et apprises. L’homme a divisé la Bible en plusieurs parties et créé différentes éditions pour que les gens l’étudient de près et l’apprennent. Mais ils n’apprennent pas à comprendre la vérité, à connaître Dieu ni à comprendre Sa volonté pour réussir à Le craindre et à s’éloigner du mal. Au lieu de cela, ils étudient dans le détail le savoir que l’on y trouve. Dans le meilleur des cas, ils examinent les mystères qui s’y trouvent et cherchent à savoir quelles prophéties de l’Apocalypse se sont réalisées dans une période donnée, quand surviendront les grandes catastrophes ou quand arrivera le millénium. Voilà ce qu’ils étudient. Et le contenu de leurs études a-t-il un lien avec la vérité ? Non. Pourquoi étudient-ils un contenu qui n’a aucun lien avec la vérité ? Plus ils l’étudient, plus ils s’imaginent qu’ils comprennent et plus ils se munissent de lettres et de doctrines. Leur capital grandit aussi. Plus leurs qualifications sont élevées, plus ils se croient compétents, se figurent que leur foi en Dieu est accomplie et pensent qu’ils sont susceptibles d’être sauvés et d’entrer dans le royaume des cieux.

Extrait de « Ils sont mauvais, insidieux et malhonnêtes (Partie III) », dans Exposer les antéchrists

Considérons les choses que les antéchrists ont tendance à vénérer. Que vénèrent-ils ? De prétendues philosophies et théories qui sont imposantes, creuses et abstraites. Ces philosophies et ces théories leur sont extrêmement précieuses, ce sont les objets qu’ils chérissent le plus profondément. Une fois qu’ils en ont entendu parler, qu’ils s’y sont accrochés et qu’ils les ont obtenues et comprises, ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour les graver dans leur cœur et en faire leur vie, leur capital personnel. Ils en font leur force motrice et leur orientation dans leur vie. Ils n’imaginent pas que ces choses, en réalité, vont les conduire à examiner les paroles de Dieu, les vérités que Dieu exprime. Ils vénèrent et poursuivent ces choses, si bien que, dès que Dieu prononce des paroles, dès que Dieu parle, ils ne peuvent tout simplement pas s’arrêter d’analyser ce qu’Il a dit du point de vue de la connaissance, en se référant à des points de vue et des pensées intellectuels. Certains critiquent même les paroles de Dieu, ils disent : « Les paroles de Dieu sont interminables et certaines choses qu’Il dit ne sont pas logiques. Certaines ne sont pas grammaticalement correctes, et le choix des mots n’est même pas toujours cohérent. » Ils vivent dans leur mental, dans leurs idées, utilisant la connaissance et l’instruction qu’ils possèdent pour analyser et examiner les paroles de Dieu. Il y en a même un grand nombre qui s’efforcent, en se fondant sur leur propre expérience, de chercher dans les paroles de Dieu et de découvrir la destination finale que Dieu réserve à certaines personnes, ou comment certaines personnes sont définies, puis ils analysent. Mais n’avez-vous pas eu le sentiment que quelque chose arrivait généralement quand tu examines Dieu, quand tu examines Ses paroles et Ses actes du point de vue de la connaissance ? (Le Saint-Esprit n’est pas à l’œuvre.) C’est exact : le Saint-Esprit n’est pas à l’œuvre. Le Saint-Esprit est fort loin de vous. D’où viennent cette connaissance et ce savoir ? Qu’est-ce que cela représente ? Satan. En quoi consiste toute cette connaissance ? Elle est constituée de logique et de raisonnements, de notions et d’imaginations, et d’expériences. Elle est aussi constituée d’éthique et de morale, de vieux dictons, de lois anciennes et d’anciens commandements. Voilà de quoi elle est constituée. Quand les gens utilisent ces choses pour prendre la mesure des paroles de Dieu et de Son œuvre, le Saint-Esprit S’en va et Dieu Se voile la face.

Extrait de « Ils sont mauvais, insidieux et malhonnêtes (Partie III) », dans Exposer les antéchrists

Précédent: 5. Comment discerner le blé de l’ivraie

Suivant: 2. Ce qu’est la réalité de vérité et ce que sont les lettres et les doctrines

Voulez-vous accueillir le Seigneur pour devenir la personne la plus chanceuse du monde ? Contactez-nous pour trouver le chemin.

Contenu connexe

1. Si le vrai Dieu qui a créé les cieux et la terre et toutes les choses est un ou trine

« Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres » (Jean 14:8-10).

1. Pourquoi le Seigneur Jésus a maudit les pharisiens et ce qu’était l’essence des pharisiens

« Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort. Mais vous, vous dites : Celui qui dira à son père ou à sa mère : Ce dont j’aurais pu t’assister est une offrande à Dieu, n’est pas tenu d’honorer son père ou sa mère. Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres, Mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes » (Matthieu 15:3-9).

Paramètres

  • Texte
  • Thèmes

Couleurs unies

Thèmes

Police

Taille de police

Interligne

Interligne

Largeur de page

Contenu

Chercher

  • Rechercher ce texte
  • Rechercher ce livre