Une sélection de quatre passages de la parole de Dieu sur « Le mystère de l’incarnation » (La première partie)

1. À l’ère de la Grâce, Jean a préparé la voie pour Jésus. Il ne pouvait pas faire le travail de Dieu Lui-même et il a simplement accompli le devoir de l’homme. Bien que Jean fût le précurseur du Seigneur, il ne pouvait pas représenter Dieu ; il était seulement un homme utilisé par le Saint-Esprit. Après le baptême de Jésus, « le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. » Il a ensuite commencé Son travail, c’est-à-dire qu’Il a commencé à exercer le ministère de Christ. Voilà pourquoi Il a assumé l’identité de Dieu, car Il venait de Dieu. Peu importe Sa foi avant cela — peut-être parfois faible et parfois forte — ainsi était Sa vie humaine normale avant qu’Il exerçât Son ministère. Après qu’Il fut baptisé (oint), Il eut immédiatement la puissance et la gloire de Dieu avec Lui, et ainsi Il commença à exercer Son ministère. Il pouvait accomplir des signes et des prodiges et faire des miracles. Il avait le pouvoir et l’autorité, car Il travaillait directement au nom de Dieu Lui-même ; Il faisait le travail de l’Esprit à Sa place et exprimait la voix de l’Esprit ; Il était donc Dieu Lui-même. Cela est incontestable. Jean était utilisé par le Saint-Esprit. Il ne pouvait pas représenter Dieu et il n’était pas possible qu’il représente Dieu. S’il avait voulu le faire, le Saint-Esprit ne lui aurait pas permis, car il ne pouvait pas faire le travail que Dieu Lui-même avait l’intention d’accomplir. Il est possible que sa volonté humaine ait occupé une bonne partie de son être ou qu’elle ait été déviée. En aucun cas il ne pouvait représenter Dieu directement. Ses erreurs et sa fausseté ne représentaient que lui-même, mais son travail représentait le Saint-Esprit. Tout de même, vous ne pouvez pas dire que tout son être représentait Dieu. Sa déviation et sa fausseté pouvaient-elles aussi représenter Dieu ? Qu’il ait été faux en représentant l’homme est normal, mais, s’il était dévié en représentant Dieu, alors est-ce que cela ne déshonorerait pas Dieu ? Cela ne serait-il pas un blasphème contre le Saint-Esprit ? Le Saint-Esprit ne permet pas à l’homme de prendre la place de Dieu à sa guise, même s’il est exalté par les autres. S’il n’est pas Dieu, alors il serait incapable de rester debout à la fin. Le Saint-Esprit ne permet pas à l’homme de représenter Dieu comme ça lui plaît ! Par exemple, le Saint-Esprit a témoigné en faveur de Jean et a révélé qu’il était celui qui préparait la voie pour Jésus, mais le travail accompli en lui par le Saint-Esprit était bien balancé. Tout ce qui était exigé de Jean fut qu’il soit le précurseur de Jésus, qu’il prépare la voie pour Lui. Autrement dit, le Saint-Esprit n’a confirmé que son travail de préparation de la voie et lui a permis de faire ce travail seulement, aucun autre. Jean représentait Élie, le prophète qui a préparé la voie. Cela a été confirmé par le Saint-Esprit ; aussi longtemps que son travail fût de préparer la voie, le Saint-Esprit le confirmait. Cependant, s’il avait revendiqué le titre de Dieu Lui-même et celui de rédempteur, le Saint-Esprit l’aurait discipliné. Peu importe que le travail de Jean ait été très grand et que le Saint-Esprit l’ait confirmé, il est resté dans les limites. Il est vrai que son travail a été confirmé par le Saint-Esprit, mais le pouvoir qui lui a été donné en ce temps-là était limité à sa préparation de la voie. Il ne pouvait pas du tout faire aucun autre travail, car il était seulement Jean qui préparait la voie, et non pas Jésus. Par conséquent, le témoignage du Saint-Esprit est clé, mais le travail que le Saint-Esprit permet à l’homme d’accomplir est encore plus crucial.

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

2. Certains sont possédés par des esprits mauvais et crient constamment : « Je suis Dieu ! » Pourtant, à la fin, ils ne peuvent pas rester debout, car ils agissent au nom du mauvais être. Ils représentent Satan et le Saint-Esprit ne leur prête aucune attention. Que tu t’exaltes à l’extrême ou que tu cries à tue-tête, tu es toujours un être créé et tu appartiens à Satan. Je ne crie jamais : « Je suis Dieu. » Je suis le Fils bien-aimé de Dieu ! Mais le travail que Je fais est l’œuvre de Dieu. Dois-Je crier ? Aucun besoin d’exaltation. Dieu fait Son travail Lui-même et n’a pas besoin que l’homme Lui attribue un statut ou un titre honorifique. Son travail est suffisant pour représenter Son identité et Son statut. Avant Son baptême, Jésus n’était-Il pas Dieu Lui-même ? N’était-Il pas la chair incarnée de Dieu ? Assurément, peut-on dire qu’Il soit devenu le Fils unique de Dieu seulement après qu’on Lui a rendu témoignage ? Un homme appelé Jésus n’existait-Il pas longtemps avant qu’Il commence Son travail ? Tu ne peux pas créer de nouvelles voies ou représenter l’Esprit. Tu ne peux pas exprimer le travail de l’Esprit ou les paroles qu’Il dit. Tu ne peux pas faire le travail de Dieu Lui-même ou celui de l’Esprit. Tu ne peux pas exprimer la sagesse, la splendeur et l’impénétrabilité de Dieu, ou tout le tempérament par lequel Dieu châtie l’homme. Ainsi, que tu répètes que tu es Dieu n’a pas d’importance ; tu as seulement le nom et tu n’as rien de la substance. Dieu Lui-même est venu, mais personne ne Le reconnaît ; tout de même, Il continue Son travail et Il le fait en représentant l’Esprit. Que tu L’appelles homme ou Dieu, le Seigneur ou Christ, ou que tu L’appelles sœur, c’est bien. Mais le travail qu’Il fait est celui de l’Esprit et représente le travail de Dieu Lui-même. Il ne se soucie pas du nom que l’homme Lui donne. Ce nom peut-il déterminer Son œuvre ? Peu importe ce que tu L’appelles, du point de vue de Dieu, Il est la chair incarnée de l’Esprit de Dieu ; Il représente l’Esprit et l’Esprit L’approuve. Tu ne peux pas ouvrir une voie pour une nouvelle ère, tu ne peux pas mener l’ère ancienne à sa fin et tu ne peux pas inaugurer une nouvelle ère ou faire un nouveau travail. Alors, tu ne peux pas être appelé Dieu !

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

3. Même un homme que le Saint-Esprit utilise ne peut pas représenter Dieu Lui-même. Et non seulement cet homme ne peut pas représenter Dieu, mais son travail ne peut pas représenter Dieu directement. Autrement dit, l’expérience de l’homme ne peut pas être placée directement sous la gestion de Dieu, et elle ne peut pas représenter la gestion de Dieu. Tout le travail que Dieu fait Lui-même est le travail qu’Il a l’intention de faire dans Son propre plan de gestion et a un lien avec la grande gestion. Le travail accompli par l’homme (l’homme utilisé par le Saint-Esprit) approvisionne son expérience individuelle. Il découvre une nouvelle voie d’expérience différente de celle qu’ont empruntée ceux qui sont venus avant lui et il conduit ses frères et sœurs sous l’inspiration du Saint-Esprit. Ces hommes apportent leur expérience individuelle ou les écrits spirituels des hommes spirituels. Bien qu’il soit utilisé par le Saint-Esprit, le travail de ces hommes est sans rapport avec le grand travail de gestion dans le plan de six mille ans. Le Saint-Esprit les appelle simplement à différentes époques pour conduire les gens dans le courant du Saint-Esprit jusqu’à ce qu’ils aient rempli leur fonction ou que leur vie se termine. Le travail qu’ils font est seulement de préparer une voie appropriée pour Dieu Lui-même ou de continuer une partie de la gestion de Dieu Lui-même sur la terre. De tels hommes sont incapables de faire le plus grand travail dans Sa gestion, et ils ne peuvent pas ouvrir de nouvelles voies, encore moins conclure tout le travail que Dieu a fait dans l’ère ancienne. Par conséquent, le travail qu’ils font ne représente qu’un être créé accomplissant son devoir et ne peut pas représenter Dieu Lui-même exerçant Son ministère. En effet, le travail qu’ils font est différent de celui que Dieu fait Lui-même. Le travail d’inauguration d’une nouvelle ère ne peut pas être fait par l’homme à la place de Dieu. Il ne peut pas être fait par aucun autre que Dieu Lui-même. Tout le travail effectué par l’homme est l’accomplissement de Son devoir en tant que créature et se fait quand l’homme est inspiré ou éclairé par le Saint-Esprit. La direction que ces hommes offrent porte sur la manière de l’homme de pratiquer dans la vie quotidienne et la manière dont l’homme doit agir pour être en harmonie avec la volonté de Dieu. Le travail de l’homme n’implique pas la gestion de Dieu et ne représente pas le travail de l’Esprit. […] Par conséquent, puisque le travail des hommes utilisés par le Saint-Esprit est différent du travail accompli par Dieu Lui-même, leurs identités et celui qu’ils représentent diffèrent. La raison en est que le travail que le Saint-Esprit a l’intention de faire est différent ; Il donne donc une identité différente et un statut différent à tous ceux qui travaillent. Les hommes utilisés par le Saint-Esprit peuvent aussi faire un travail qui est nouveau et peuvent également éliminer une partie du travail effectué dans l’ère précédente, mais leur travail ne peut pas exprimer le tempérament et la volonté de Dieu dans la nouvelle ère. Ils ne travaillent que pour défaire le travail de l’ère précédente, non pour faire le nouveau travail qui représente directement le tempérament de Dieu Lui-même. Ainsi, peu importe le nombre de pratiques dépassées qu’ils abolissent ou de nouvelles pratiques qu’ils introduisent, ils représentent toujours l’homme et les êtres créés. Lorsque Dieu Lui-même réalise un travail, cependant, Il ne déclare pas ouvertement l’abolition des pratiques de l’ère ancienne ni ne déclare directement le début d’une nouvelle ère. Il est direct et franc dans Son œuvre. Il est franc dans l’exécution de Son travail, c’est-à-dire qu’Il exprime directement le travail qu’Il a accompli, qu’Il fait directement Son travail comme prévu à l’origine, exprimant Son être et Son tempérament. Selon l’homme, Son tempérament et aussi Son travail sont différents des ères passées. Cependant, du point de vue de Dieu Lui-même, cela est simplement une continuation et un développement de Son œuvre. Lorsque Dieu Lui-même travaille, Il exprime Sa parole et produit directement le nouveau travail. Par contre, quand l’homme travaille, c’est par la délibération et l’étude, ou c’est le développement de la connaissance et de la systématisation de la pratique édifiée sur le fondement du travail des autres. Autrement dit, l’essence du travail accompli par l’homme est d’en rester à ce qui est conventionnel et « de fouler de vieux chemins dans de nouvelles chaussures ». Cela signifie que même le chemin emprunté par les hommes utilisés par le Saint-Esprit est construit sur celui que Dieu Lui-même a ouvert. Ainsi, après tout, l’homme est l’homme et Dieu est Dieu.

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

4. Jean est né de la promesse et son nom fut donné par l’ange. À l’époque, certains voulaient le nommer Zacharie comme son père, mais sa mère refusa qu’on lui donne ce nom, disant : « Non, il sera appelé Jean. » Tout cela était réalisé par le Saint-Esprit. Alors pourquoi Jean n’a-t-il pas été appelé Dieu ? Le nom de Jésus aussi a été donné sous la direction du Saint-Esprit, Il est né du Saint-Esprit et par la promesse du Saint-Esprit. Jésus était Dieu, Christ et le Fils de l’homme. Le travail de Jean était grand également, mais pourquoi n’était-il pas appelé Dieu ? Quelle était la différence exactement entre le travail accompli par Jésus et celui accompli par Jean ? La seule raison était-elle que Jean était celui qui préparait la voie pour Jésus ? Ou était-ce qu’il avait été prédestiné par Dieu ? Bien que Jean ait aussi proclamé : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. », bien qu’il ait aussi prêché l’évangile du royaume des cieux, son travail n’était pas approfondi et constituait simplement un début. Par contre, Jésus a inauguré une nouvelle ère et a mené l’ancienne à sa fin, mais Il a aussi accompli la loi de l’Ancien Testament. Le travail qu’Il a fait était plus grand que celui de Jean, et Il a fait cette étape de travail pour racheter toute l’humanité. Jean a seulement préparé la voie. Bien que son travail ait été grand, ses paroles nombreuses et ses disciples un grand nombre, son travail ne fit que mener l’homme à un nouveau commencement. Jamais les hommes n’ont reçu la vie, le chemin ou des vérités plus profondes de lui, et ils n’acquirent pas non plus une compréhension de la volonté de Dieu par lui. Jean était un grand prophète (Élie) qui a ouvert de nouveaux horizons pour le travail de Jésus et qui a préparé l’élu ; il a été le précurseur de l’ère de la Grâce. Ces choses ne peuvent pas être perçues simplement en observant leurs apparences humaines normales. Surtout, Jean a fait un assez grand travail ; en outre, il est né de la promesse du Saint-Esprit et son travail a été confirmé par le Saint-Esprit. À ce titre, la distinction entre leurs identités respectives ne peut se faire que par leur travail, car l’apparence d’un homme ne révèle rien de sa substance, et l’homme est incapable de déterminer le véritable témoignage du Saint-Esprit. Le travail réalisé par Jean et celui réalisé par Jésus n’étaient pas semblables ; ils étaient de natures différentes. Cela devrait déterminer si oui ou non il est Dieu. Le travail de Jésus était de commencer, continuer, conclure et accomplir. Chacun de ces pas a été réalisé par Jésus, alors que le travail de Jean était seulement celui du commencement. Au commencement, Jésus a répandu l’Évangile et a prêché la voie de la repentance, puis a continué en baptisant les hommes, guérissant les malades et chassant les démons. À la fin, Il a racheté l’humanité du péché et a terminé Son travail pour toute l’ère. Il a prêché aux gens et a répandu l’évangile du royaume des cieux dans tous les lieux. Jean a fait la même chose, la différence étant que Jésus a inauguré une nouvelle ère et a ouvert l’ère de la Grâce pour l’homme. De Sa bouche sortaient les paroles au sujet de ce que l’homme devrait pratiquer et de la voie que l’homme devrait emprunter dans l’ère de la Grâce, et à la fin, Il a complété l’œuvre de la rédemption. Un tel travail ne pourrait jamais être réalisé par Jean. Et donc, c’est Jésus qui a fait le travail de Dieu Lui-même, et c’est Lui qui est Dieu Lui-même et qui représente directement Dieu.

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

5. Si tu ne reconnais pas que l’étape de travail aujourd’hui est celle de Dieu Lui-même, c’est que tu manques de vision. Tout de même, tu ne peux pas nier cette étape de travail ; ton incapacité à la reconnaître ne prouve pas que le Saint-Esprit ne travaille pas ou que Son œuvre soit erronée. Certains comparent même le travail actuel avec celui de Jésus dans la Bible, et utilisent toutes les incohérences pour nier le travail de l’étape actuelle. N’est-ce pas l’attitude d’un aveugle ? Tout ce qui est rapporté dans la Bible est limité et ne peut pas représenter toute l’œuvre de Dieu. Les quatre Évangiles ont moins d’une centaine de chapitres au total qui racontent un nombre limité d’évènements, tels que Jésus maudissant le figuier, Pierre reniant Jésus trois fois, Jésus apparaissant aux disciples après Sa crucifixion et Sa résurrection, l’enseignement sur le jeûne, la prière, le divorce. Ils rapportent aussi la naissance et la généalogie de Jésus, ainsi que le choix des disciples par Jésus, etc. Il n’y a que quelques écrits, mais les hommes les valorisent comme des trésors, les comparant même avec l’œuvre d’aujourd’hui. Ils croient même que Jésus ne fit autant que durant le temps après Sa naissance. C’est comme s’ils croient que Dieu ne peut qu’en faire autant, qu’il ne peut pas y avoir plus de travail. N’est-ce pas ridicule ?

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

6. Les gens croient que Dieu fait chair ne vit assurément pas comme l’homme ; ils croient qu’Il est propre sans avoir à se brosser les dents ou à se laver le visage, car Il est un être saint. Ces conceptions ne sont-elles pas purement celles de l’homme ? La Bible ne dit rien sur la vie de Jésus comme homme. Elle ne rapporte que Son travail, mais cela ne prouve pas qu’Il n’ait pas vécu une humanité normale ou une vie humaine normale avant l’âge de trente ans. Il a officiellement commencé Son travail à vingt-neuf ans, mais tu ne peux pas nier toute Sa vie comme homme avant cet âge. La Bible a simplement omis cette étape de Sa vie ; puisque c’était Sa vie comme un homme ordinaire et non pas l’étape de Son œuvre divine, il était inutile d’en parler. Avant le baptême de Jésus, le Saint-Esprit n’a pas fait Son travail immédiatement, mais a simplement soutenu Sa vie comme un homme ordinaire jusqu’au jour où vint pour Jésus le temps d’assumer Son ministère. Bien qu’Il ait été la chair incarnée, Il a dû grandir jusqu’à la maturité comme tout homme ordinaire. Le récit de cette croissance a été omis de la Bible, car il ne pouvait aucunement aider l’homme dans la croissance de sa vie. Avant son baptême, Il est resté inconnu et n’a fait aucun signe et aucun prodige. Ce n’est qu’après Son baptême que Jésus a commencé tout le travail de la rédemption de l’humanité, un travail riche et abondant de grâce, de vérité, d’amour et de miséricorde. Le commencement de ce travail était aussi le début de l’ère de la Grâce ; c’est pourquoi il a été écrit et transmis jusqu’à aujourd’hui. […] Avant que Jésus exerce Son ministère, ou, comme il est dit dans la Bible, avant que l’Esprit descende sur Lui, Jésus n’était qu’un homme ordinaire et n’avait rien de surnaturel. Avec la descente du Saint-Esprit, c’est-à-dire quand Il a commencé à exercer Son ministère, Il est devenu imprégné de surnaturel. Ainsi, l’homme a conservé la croyance erronée que la chair incarnée de Dieu n’était pas un homme ordinaire et que Dieu incarné n’avait pas d’humanité. Certes, le travail et tout ce que l’homme voit de Dieu sur la terre sont surnaturels. Ce que tu vois de tes yeux et ce que tu entends avec tes oreilles appartiennent au surnaturel, car Son travail et Ses paroles sont incompréhensibles et inaccessibles à l’homme. Si quelque chose du ciel est apporté sur la terre, comment pourrait-ce être autrement que surnaturel ? Les mystères du royaume des cieux ont été apportés sur la terre, des mystères trop merveilleux et trop sages pour que l’homme les comprenne ou les perce. N’appartenaient-ils pas tous au surnaturel ? Cependant, tu dois savoir que peu importe leur caractère surnaturel, ils ont été réalisés dans Son humanité normale. La chair incarnée de Dieu est imbue d’humanité, sinon Il ne serait pas la chair incarnée de Dieu.

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

7. Le travail de l’Esprit de Dieu dans la chair a aussi ses propres principes. Il ne pouvait entreprendre le travail et la tâche du Père qu’à cause de Son humanité normale. Alors seulement pouvait-Il commencer Son travail. Dans Son enfance, Jésus ne pouvait pas comprendre une grande partie de ce qui était arrivé dans les temps anciens, et ce n’est qu’en demandant aux rabbins qu’Il en est venu à comprendre. S’Il avait commencé Son travail aussitôt après avoir appris à parler, comment aurait-Il pu éviter de faire des erreurs ? Comment Dieu pourrait-Il faire des faux pas ? Par conséquent, Il a commencé Son travail seulement quand Il en fut capable ; Il n’a réalisé aucun travail jusqu’à ce qu’Il soit pleinement habilité à l’entreprendre. À vingt-neuf ans, Jésus avait déjà atteint une bonne maturité et Son humanité aussi avait atteint un point suffisant pour qu’Il entreprenne le travail qu’Il devait faire. Ce fut alors seulement que le Saint-Esprit, qui était resté caché pendant trente ans, a commencé à se révéler, et l’Esprit de Dieu a officiellement commencé à travailler en Lui. Jusqu’à ce moment-là, Jean avait travaillé pendant sept ans pour Lui préparer la voie, et, à la conclusion de son travail, Jean avait été jeté en prison. Il revint entièrement à Jésus alors de porter le fardeau. S’Il avait entrepris ce travail à vingt-et-un ou vingt-deux ans, dans la jeunesse de Son humanité et au début de Sa vie adulte, encore en manque de beaucoup de choses, Il aurait été incapable de prendre la situation en main. À ce moment-là, Jean avait déjà commencé son travail depuis un certain temps avant que Jésus ne commence le Sien à trente ans. À cet âge, Son humanité normale avait atteint un degré de maturité suffisant pour entreprendre le travail qu’Il devait faire.

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

8. Le travail de Dieu incarné dans la chair a plusieurs principes. L’homme est encore très ignorant, et pourtant l’homme utilise constamment ses propres notions pour évaluer ce qu’il ne comprend pas ou pour Lui présenter des exigences excessives. Et même aujourd’hui, beaucoup de gens sont tout à fait inconscients que leur connaissance n’inclut rien de plus que leurs propres notions. Quels que soient l’ère ou le lieu dans lequel Dieu est incarné, les principes de Son travail dans la chair restent immuables. Il ne peut pas devenir chair et aussi transcender la chair pour travailler ; de plus, Il ne peut pas devenir chair sans travailler au sein de l’humanité normale de la chair. Autrement, la signification de l’incarnation de Dieu se dissoudrait dans le néant et la Parole devenue chair n’aurait plus aucun sens. En outre, seul le Père dans le ciel (l’Esprit) est au courant de l’incarnation de Dieu, et personne d’autre, pas même Lui-même dans la chair ou les messagers du ciel. Ainsi, l’œuvre de Dieu dans la chair est encore plus normale et mieux en mesure de démontrer qu’en effet la Parole devient chair ; la chair signifie un homme ordinaire et normal.

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

9. Certains peuvent se demander pourquoi il faut que l’ère soit inaugurée par Dieu Lui-même. Un être créé ne pourrait-il pas Le remplacer ? Vous êtes tous conscients que Dieu se fait chair expressément pour inaugurer une nouvelle ère, et, bien sûr, quand Il inaugure une nouvelle ère, Il conclut l’ère précédente en même temps. Dieu est le commencement et la fin. Il réalise Son travail Lui-même, et alors, c’est Lui qui conclut l’ère précédente. Telle est la preuve qu’Il vainc Satan et conquiert le monde. Chaque fois qu’Il travaille parmi les hommes, c’est le début d’une nouvelle bataille. Sans le début d’un nouveau travail, l’ancien travail ne serait pas conclu, naturellement. Et aucune conclusion de l’ancien ne prouve que la bataille contre Satan ne soit toujours pas terminée. C’est seulement si Dieu Lui-même vient parmi les hommes et réalise un nouveau travail que l’homme peut pleinement se libérer du domaine de Satan et acquérir une nouvelle vie et un nouveau commencement. Sinon, l’homme vivra éternellement dans l’ère ancienne et vivra éternellement sous l’ancienne influence de Satan. Durant chaque ère dirigée par Dieu, une partie de l’homme est libérée, et donc, l’homme progresse vers la nouvelle ère en même temps que le travail de Dieu. La victoire de Dieu est une victoire pour tous ceux qui Le suivent. Si l’humanité de la création avait la responsabilité de conclure l’ère, alors, que ce soit du point de vue de l’homme ou de Satan, ce ne serait pas plus qu’un acte qui s’oppose à Dieu ou qui Le trahit, et non un acte d’obéissance à Dieu, et ainsi le travail de l’homme donnerait un prétexte à Satan. Si l’homme obéit à Dieu et Le suit durant une ère inaugurée par Dieu Lui-même, alors seulement Satan sera pleinement convaincu, car tel est le devoir d’un être créé. Et donc Je dis que vous n’avez qu’à suivre et à obéir, et rien de plus n’est exigé de vous. Voilà ce que signifie l’affirmation que chacun doit accomplir son devoir et exercer ses fonctions. Dieu fait Son propre travail et n’a pas besoin que l’homme fasse Son travail à Sa place. Il n’est pas concerné par le travail des êtres créés. L’homme accomplit son propre devoir et n’interfère pas avec le travail de Dieu. Voilà la véritable obéissance et la preuve que Satan est vaincu. Après que Dieu a Lui-même inauguré la nouvelle ère, Il ne travaille plus parmi les hommes. C’est alors que l’homme entre officiellement dans la nouvelle ère pour accomplir son devoir et réaliser sa mission comme être créé. Tels sont les principes de travail que personne ne peut transgresser. Seule cette façon de travailler est sensée et raisonnable. Le travail de Dieu est fait par Dieu Lui-même. C’est Lui qui entame Son œuvre et Lui aussi qui la conclut. C’est Lui qui planifie le travail, qui le gère, et, même plus, c’est Lui qui le mène à son terme. Comme le dit la Bible : « Je suis le commencement et la fin ; Je suis le semeur et le moissonneur. » Tout cela est lié au travail de Sa gestion, est fait par Sa main. Il est le Souverain du plan de gestion de six mille ans ; nul ne peut faire Son travail à Sa place ou conclure Son travail, car Il contrôle tout. Puisqu’Il a créé le monde, Il conduira le monde entier à la vie dans Sa lumière, et Il conclura l’ensemble de l’ère et mènera tout Son plan à terme !

« Le mystère de l’incarnation (1) », La Parole apparaît dans la chair

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp

Contenu connexe