Le sens de sauver les descendants de Moab (Partie 2)

Tu ferais mieux d’apprendre à te connaître un peu toi-même. Ne t’estime pas trop et ne rêve pas d’aller au ciel. Tout bonnement, cherche consciencieusement à être conquis sur terre. Ne pense pas à ces rêves irréalistes qui n’existent pas ! Si quelqu’un dit quelque chose comme ce qui suit, cette personne est déterminée et a du cran : « Bien que je sois un descendant de Moab, je suis prêt à lutter pour Dieu. Je renierai mon ancien ancêtre ! Il m’a donné naissance et m’a foulé aux pieds et, jusqu’à présent, j’ai seulement vécu dans l’obscurité. Aujourd’hui, Dieu m’a libéré et j’ai enfin vu le ciel-soleil. En étant exposé par Dieu, j’ai finalement vu que je suis un descendant de Moab. Auparavant, je portais des œillères et je ne savais pas que Dieu avait fait tellement de travail, car j’avais été aveuglé par cet ancien Satan. Je vais le renier et l’humilier complètement ! » Alors, avez-vous une telle détermination ? Malgré le fait que vous ressemblez tous à des êtres humains, vous vous désintégrez plus rapidement que quiconque et vous êtes très sensibles à cette question. Dès qu’il est mentionné que vous êtes les descendants de Moab, votre bouche se tord et fait la moue. N’est-ce pas le tempérament d’un cochon ? Vous ne valez rien. Vous êtes prêts à sacrifier votre vie pour votre renommée et votre fortune ! Tu ne veux pas être un descendant de Moab, mais n’est-ce pas ce que tu es ? Je dis aujourd’hui que tu l’es, et tu dois le reconnaître. Je ne parle pas à l’encontre des faits. Certains sont négatifs à cause de cela, mais à quel sujet être négatif ? N’es-tu pas aussi un enfant du grand dragon rouge ? Est-ce injuste de dire que tu es un descendant de Moab ? Regarde ce que tu vis, à l’intérieur et à l’extérieur. De la tête aux pieds, il n’y a rien qui soit digne d’éloges. La débauche, la souillure, la cécité, la résistance, la rébellion ne font-elles pas toutes partie de ton tempérament ? Tu habites toujours dans un pays de débauche et tu ne laisses aucun mal inaccompli. Tu penses que tu es merveilleusement saint. Regarde les choses que tu as faites, et tu es quand même tellement satisfait de toi-même. Qu’as-tu fait qui soit digne d’éloges ? Tu es semblable aux bêtes. Tu n’as aucune humanité ! Vous entretenez des rapports avec des animaux, vous vivez au milieu d’idées maléfiques et licencieuses. Combien vous manque-t-il ? Vous êtes d’accord que vous êtes les enfants du grand dragon rouge et vous êtes prêts à exécuter du service, mais par la suite, lorsque l’on dit que tu es un descendant de Moab, tu deviens négatif. N’est-ce pas la vérité ? Tout comme tu es né de ta mère et ton père, peu importe qu’ils soient si terribles, tu es né d’eux. Même si tu trouves une mère adoptive et que tu quittes ta maison, n’es-tu pas toujours l’enfant de tes parents d’origine ? Ce fait peut-il être modifié ? Est-ce que Je t’ai étiqueté comme un descendant de Moab sans raison ? Certains disent : « Ne pourrais-Tu pas m’appeler différemment ? » Je dis : « Et si Je t’appelais un faire-valoir ? » Ils ne veulent pas non plus être des faire-valoir. Alors, que veux-tu être ? Des faire-valoir, des exécutants, n’est-ce pas ce que vous êtes ? Que choisirais-tu d’autre ? N’es-tu pas une personne qui est née dans le pays du grand dragon rouge ? Peu importe que tu dises que tu es un enfant de David, cela ne correspond pas aux faits. Est-ce quelque chose que tu choisis toi-même ? Peux-tu choisir n’importe quel joli nom que tu aimes pour toi-même ? N’êtes-vous pas, gens corrompus, les enfants du grand dragon rouge dont on a parlé ? N’êtes-vous pas aussi, vous autres gens corrompus, des exécutants ? N’êtes-vous pas, vous aussi, les spécimens et les modèles mentionnés de ceux qui ont été conquis ? N’est-ce pas pour vous que l’on parle du chemin de la perfection ? Vous êtes ceux qui sont châtiés et jugés ; ne seront-ils pas parmi vous ceux qui seront amenés à la perfection plus tard ? Ce titre est-il encore important ? Vous êtes tellement insensés. Ne pouvez-vous même pas voir clairement une chose aussi banale ? Tu ne sais pas qui est le descendant de qui, mais pour Moi, c’est clair, et Je vous le dis. Pouvoir le reconnaître aujourd’hui, c’est bien. Ne ressens pas toujours une telle infériorité. Plus tu es négatif et en retraite, plus cela prouve que tu es la progéniture de Satan. Certains disent, quand tu leur fais écouter des hymnes : « Les descendants de Moab peuvent-ils écouter des hymnes ? Je n’écouterai pas ; je ne suis pas qualifié ! » Si tu les fais chanter, ils disent : « Si les descendants de Moab chantent, Dieu veut-Il écouter ? Dieu me déteste. J’ai trop honte pour aller devant Dieu et je ne peux pas témoigner pour Lui. Je ne chanterai tout simplement pas, de peur que Dieu ne soit irrité quand Il m’entendra. » N’est-ce pas une manière négative de traiter cela ? Comme être créé, tu es né dans un pays de débauche et tu es un enfant du grand dragon rouge, un descendant de Moab. Tu devrais renier ton ancien ancêtre et renier l’ancien Satan. Seul un homme qui le fait est quelqu’un qui veut vraiment Dieu.

Au début, quand Je vous ai donné la position du peuple de Dieu, vous avez sauté sur place, avec une joie plus grande que celle de tous les autres. Mais dès que Je vous ai dit que vous étiez les descendants de Moab, comment étiez-vous ? Vous vous êtes tous désintégrés ! Où est votre stature ? Votre concept de position est trop rigide ! La plupart des gens ne peuvent pas se relever. Certains s’en vont faire des affaires et certains s’en vont travailler. Aussitôt que Je dis que vous êtes les descendants de Moab, vous voulez tous fuir. Est-ce le témoignage que vous rendez à Dieu, que vous clamez toute la journée ? Satan sera-t-il convaincu de cette manière ? N’est-ce pas une marque de honte ? À quoi sert-il de vous avoir ? Vous êtes tous des ordures ! Quelle sorte de souffrance avez-vous endurée qui fait que vous vous sentiez tellement lésés ? Vous pensez qu’une fois que Dieu vous aura torturés à un certain degré, Il sera heureux, comme si Dieu était venu avec l’intention de vous condamner et qu’après vous avoir condamnés et détruits, Son œuvre sera accomplie. Cela est-il ce que J’ai dit ? Ne pensez-vous pas ainsi en raison de votre aveuglement ? Est-ce parce que vous ne vous efforcez pas vous-mêmes de bien faire ou parce que Je vous condamne à dessein ? Je n’ai jamais fait cela, c’est une chose à laquelle vous avez pensé vous-mêmes. Je n’ai jamais travaillé du tout de cette façon, Je n’ai pas non plus cette intention. Si Je voulais vraiment vous détruire, est-ce que J’aurais besoin de subir une telle épreuve ? Si Je voulais vraiment vous détruire, est-ce que J’aurais besoin de vous parler si honnêtement ? Ma volonté est la suivante : Je pourrai me reposer quand Je vous aurai sauvés. Plus une personne est abjecte, plus elle est l’objet de Mon salut. Plus vous pouvez entrer de manière proactive, plus Je serai heureux. Plus vous vous désintégrez, plus Je suis contrarié. Vous voulez toujours vous pavaner et monter sur le trône. Je vous le dis, ce n’est pas le chemin pour vous sauver de la souillure. La fantaisie de siéger sur le trône ne peut pas vous perfectionner ; ce n’est pas réaliste. Je dis que tu es un descendant de Moab, et tu es malheureux. Tu dis : « Si Tu me fais tomber dans l’abîme sans fond, je ne témoignerai pas pour Toi ni ne souffrirai pour Toi. » Faire cela ne serait-il pas t’opposer à Moi ? Est-ce que ce serait bénéfique pour toi de faire cela ? Je t’ai donné tant de grâce, as-tu oublié ? Vous avez rejeté et humilié le cœur de Dieu, qui ressemble à celui d’une mère aimante. Quelles en seront les conséquences pour vous ? Je ne te forcerai pas si tu ne témoignes pas pour Moi, mais tu devrais savoir que tu seras une cible de destruction à la fin. Si Je ne peux pas obtenir ton témoignage, Je vais l’obtenir d’autres gens. Cela M’importe peu, mais à la fin, tu le regretteras et, à ce moment-là, tu seras tombé dans l’obscurité depuis longtemps. Alors, qui pourra te sauver ? Ne pense pas que l’œuvre ne puisse se faire sans toi. Avec toi, c’est peu, et sans toi, c’est manquer de peu. Ne te considère pas avec trop d’honneur. Si tu ne veux pas Me suivre, cela montre que tu es rebelle, et il n’y a rien de désirable en toi. Si tu es un bon parleur, n’est-ce pas simplement parce que tu t’es équipé de paroles que J’ai apportées par Mon œuvre ? Qu’as-tu dont tu sois digne d’éloges ? Ne laisse pas ton imagination te gagner ! Si Je ne peux pas gagner de la gloire de vous, descendants de Moab, Je choisirai un deuxième et un troisième groupe de descendants de Moab pour Mon œuvre jusqu’à ce que Je gagne de la gloire. Si tu ne veux pas témoigner pour Moi, alors va-t’en ! Je ne te forcerai pas ! Ne pense pas que Je sois incapable de faire un pas sans vous. Trouver des objets appropriés pour Mon œuvre dans cette terre de Chine ne requiert pas d’effort. Rien d’autre ne peut être trouvé dans cette terre. Des gens souillés, corrompus sont absolument partout et Mon œuvre peut être faite n’importe où. Ne sois pas si fier ! Peu importe ta fierté, n’es-tu pas toujours un enfant né de la fornication ? Regarde ta valeur, et quel autre choix as-tu ? Simplement te permettre de vivre est une élévation énorme, alors qu’est-ce qui pourrait nourrir ton arrogance ? Sans Mon œuvre mettant fin à l’ère, ne serais-tu pas tombé depuis longtemps dans les catastrophes naturelles et les calamités provoquées par l’homme ? Peux-tu toujours vivre si confortablement ? Tu te disputes encore constamment au sujet de cette question. Depuis que J’ai dit que tu étais un descendant de Moab, tu as fait la moue tout le temps. Tu ne t’instruis pas, tu ne lis pas les paroles de Dieu et tu ne peux supporter de voir telle ou telle personne. Lorsque tu vois d’autres personnes s’instruire, tu les déranges et leur dis des choses décourageantes. Tu as de l’audace ! Tu dis : « Quelle éducation les descendants de Moab pourraient-ils acquérir ? Je ne m’en donnerai pas la peine. » N’est-ce pas quelque chose qu’une bête dirait ? Comptes-tu même comme un humain ? J’ai tellement parlé, mais cela n’a rien donné en toi. Ai-Je fait toute cette œuvre en vain ? Ai-Je dit toutes ces paroles en vain ? Même un chien agiterait la queue ; un tel homme n’est même pas aussi bon qu’un chien ! Es-tu digne d’être appelé humain ? Quand Je parle des descendants de Moab, certains se dévalorisent délibérément. Ils s’habillent autrement qu’avant et sont tellement négligés qu’ils ne ressemblent pas à des humains, et ils maugréent : « Je suis un descendant de Moab, je ne suis bon à rien. C’est une illusion de penser acquérir toute bénédiction. Les descendants de Moab peuvent-ils être rendus parfaits ? » Dès que Je parle des descendants de Moab, la plupart des gens n’ont plus d’espoir et disent : « Dieu dit que nous sommes les descendants de Moab, qu’est-ce que cela signifie ? Considère le ton de voix qu’Il a adopté, c’est irrévocable ! Il n’y a pas d’amour dans Ses paroles. Ne sommes-nous pas des cibles de destruction ? » As-tu oublié ce qui a été dit auparavant ? Aujourd’hui, l’expression « descendants de Moab » est-elle la seule chose dont tu te souviennes ? En vérité, beaucoup de paroles ont pour but d’obtenir un effet, mais elles révèlent également la vérité des faits. La plupart des gens ne le croient pas. Tu n’es pas prêt à souffrir ainsi pour Moi. Tu as peur de la mort et tu veux toujours fuir. Si tu veux partir, Je ne t’obligerai pas à rester, mais Je dois te le dire clairement : ne vis pas toute une vie en vain et n’oublie pas ce que Je t’ai dit dans le passé. Comme être créé, tu devrais accomplir le devoir d’un être créé. N’agis pas à l’encontre de ta conscience ; ce que tu devrais faire, c’est te consacrer au Seigneur de la création. Les descendants de Moab sont aussi des êtres créés ; c’est juste qu’ils sont des faire-valoir et ils sont maudits. Quoi qu’il en soit, tu es toujours un être créé. Tu n’es pas loin du compte si tu dis ceci : « Même si je suis un descendant de Moab, j’ai joui de tellement de la grâce de Dieu que je dois avoir une conscience. Je vais simplement le reconnaître, mais ne m’y attarderai pas. Même si je souffre dans ce courant, je souffrirai jusqu’au bout, et si je suis un descendant de Moab, ainsi soit-il. Je vais quand même suivre jusqu’au bout ! » Tu dois suivre jusqu’au bout. Si tu fuis, tu n’auras vraiment pas de perspectives d’avenir ; tu auras emprunté la voie de la destruction.

Il y a quelque chose de bon à vous faire comprendre votre origine et que la vérité des faits est bénéfique à l’œuvre. Autrement, le résultat désiré ne serait pas atteint. C’est une partie de l’œuvre de la conquête et c’est une étape nécessaire de l’œuvre. C’est un fait. Cette œuvre vise à éveiller l’esprit des gens, à éveiller la sensation de leur conscience et leur permettre de gagner ce grand salut. Si les gens ont une conscience, ils doivent d’autant plus remercier Dieu quand ils voient qu’ils ont une position abjecte. Ils doivent garder Ses paroles entre leurs mains, tenir fermement à la grâce qu’Il leur a donnée, et même pleurer amèrement et dire : « Notre position est abjecte et nous n’avons rien gagné dans le monde. Personne ne nous admire, gens abjects que nous sommes. Nous sommes persécutés dans notre environnement domestique, nos maris nous rejettent, nos femmes nous vilipendent, nos enfants nous regardent de haut, et quand nous sommes vieux, nos brus nous maltraitent également. Nous avons vraiment souffert, pas seulement un peu, et c’est une si grande richesse maintenant que de jouir du grand amour de Dieu ! Si Dieu ne nous avait pas sauvés, comment pourrions-nous percevoir clairement la souffrance humaine ? Ne serions-nous pas encore en dégénérescence dans ce péché ? Cela n’est-il pas Dieu qui nous élève ? Je suis l’une des personnes les plus abjectes et Dieu m’a élevé si haut. Même si je suis détruit, je dois toujours Lui rendre Son amour. Dieu nous estime beaucoup et Il nous parle face à face, nous, personnes si abjectes. Il me prend par la main pour m’enseigner. Il me nourrit de Sa bouche. Il vit avec moi et souffre avec moi. Même s’Il me châtie, que puis-je dire ? Être châtié, n’est-ce pas aussi être élevé par Dieu ? Je suis châtié, et pourtant je peux voir Sa justice. Je ne peux pas être sans conscience ; je dois rendre à Dieu Son amour. Je ne peux plus me rebeller contre Dieu. » La position de Dieu et Son statut ne sont pas les mêmes que ceux des gens. Sa souffrance est la même et ce qu’Il mange et porte est identique, mais tous les gens Le respectent, c’est la seule différence. Tout le reste dont Il jouit n’est-il pas identique à ce dont l’homme jouit ? Alors, qu’est-ce qui vous donne le droit de demander à Dieu de vous traiter d’une certaine manière ? Dieu a enduré une si grande souffrance et a fait une si grande œuvre, et vous, inférieurs aux fourmis, inférieurs aux insectes, vous avez été élevés si haut aujourd’hui. Si tu ne peux pas rendre à Dieu Son amour, où est ta conscience ? Certains disent du fond de leur cœur : « Chaque fois que je pense à quitter Dieu, mes yeux se remplissent de larmes et ma conscience est rongée. Je suis redevable à Dieu. Je ne peux pas faire cela. Je ne peux pas Le traiter ainsi. Si je devais mourir et donner de la gloire à Son œuvre en mourant, je serais plus que satisfait. Sinon, même si je vis, je ne ressentirai aucune paix. » Écoute ces paroles : elles décrivent le devoir qu’un être créé doit accomplir. Si les gens ont toujours cette vision en eux, ils seront au clair et à l’aise à l’intérieur ; ils seront certains de ces questions. Tu diras : « Dieu ne me fait pas de mal et Il ne Se moque pas de moi ni ne m’humilie délibérément. Bien qu’Il parle un peu durement et que cela atteint le cœur, c’est pour mon propre bien. Même s’Il parle si durement, Il me sauve quand même et Il est toujours attentif à mes faiblesses. Il n’utilise pas les faits pour me punir. Je crois que Dieu est le salut. » Si tu as vraiment cette vision, il sera peu probable que tu fuies. Ta conscience ne te laissera pas en paix, et sa condamnation te dira que tu ne devrais pas traiter Dieu de cette façon. Tu penses à toute la grâce que tu as gagnée, tu as entendu tellement de Mes paroles, pourrais-tu les avoir écoutées en vain ? Peu importe qui fuit, tu ne le peux pas. D’autres gens ne croient pas, mais toi, tu dois croire. D’autres gens abandonnent Dieu, mais tu dois honorer Dieu et témoigner de Lui. D’autres calomnient Dieu, mais tu ne le peux pas. Peu importe que Dieu soit méchant envers toi, tu dois toujours être juste avec Lui. Tu devrais Lui rendre Son amour et tu dois avoir une conscience, car Dieu est innocent. Il a déjà enduré une grande humiliation en venant du ciel sur la terre pour œuvrer parmi l’humanité. Il est saint sans la moindre souillure. En venant sur une terre de souillure, à quel point a-t-Il été humilié ? Il œuvre en vous pour votre bien. Si tu Le traites sans avoir une conscience, il serait préférable de mourir d’une mort prématurée !

En ce moment, la plupart des gens manquent de cet aspect de la vision. Ils ne peuvent absolument pas comprendre cette œuvre et ne savent pas ce que Dieu veut finalement accomplir par elle. Surtout ceux qui sont dépravés, c’est comme s’ils étaient entrés dans un labyrinthe et avaient perdu leur chemin après quelques virages. Si tu leur expliques méticuleusement le but du plan de gestion de Dieu, ils ne deviendront pas dépravés. Beaucoup de gens ne peuvent pas l’imaginer et croient que l’œuvre de Dieu a pour but de torturer les gens. Ils ne comprennent pas la sagesse et la merveille de Son œuvre, et ils ne comprennent pas que Son œuvre vise à révéler Sa grande puissance et, davantage encore, à sauver l’humanité. Ils ne voient pas tout cela ; ils voient simplement s’il y a des avantages ou non pour eux, s’ils pourront entrer au ciel. Ils disent : « L’œuvre de Dieu est toujours si approximative ; que Tu nous laisses voir directement Ta sagesse, cela serait suffisant. Tu ne devrais pas nous torturer de cette façon. Notre calibre est trop déficient et nous ne comprenons pas Ta volonté. Ce serait merveilleux si Tu parlais et agissais directement. Tu veux que nous devinions, mais nous ne le pouvons pas. Ce serait merveilleux si Tu Te dépêchais et nous permettais de voir Ta gloire. Quelle est la nécessité de faire les choses d’une manière aussi indirecte ? » Ce dont vous manquez le plus maintenant, c’est la conscience. Soyez plus conscients. Ouvrez grands vos yeux pour voir qui accomplit vraiment les étapes de cette œuvre. Ne faites pas de conclusions hâtives. Maintenant, au mieux, tu as compris quelque chose de l’aspect superficiel du mode de vie que tu devrais expérimenter. Il y a encore une grande partie de la vérité que tu dois expérimenter et, lorsque le jour viendra où tu pourras le comprendre complètement, tu ne parleras plus de cette façon ni ne te plaindras. Tu ne seras pas non plus si rapide à définir les choses. Tu diras : « Dieu est si sage, Dieu est si saint, Dieu est si puissant ! »

Nous sommes déjà dans les derniers jours. Savez-vous comment faire pour accueillir le Seigneur et être enlevés jusqu’au royaume des cieux? Contactez-nous dès maintenant pour en discuter.
Contactez-nous
Contactez-nous par Whatsapp